Lettre à Hollande à propos de son voyage algérien

Posté le décembre 31, 2012, 4:57
6 mins

Jeudi 20 décembre 2012, notre président de la République, François Hollande, s’est déplacé en Algérie pour une rencontre plus qu’officielle avec son acolyte d’Outre-Méditerranée, Abdelaziz Bouteflika, président de la république algérienne… Comme à son accoutumée, monsieur Hollande, au nom de la France et surtout de lui-même, a pratiqué ce que je qualifierai d’acte de traîtrise envers son pays, qu’il est censé représenter et défendre…

En effet, lors de son allocution devant l’assemblée nationale algérienne, François Hollande a rendu hommage à Maurice Audin… Je rappelle que cet individu, communiste et membre du Parti Communiste Algérien, partisan de l’indépendance des départements et territoires algériens, fut arrêté le 11 Juin 1957 lors de la Bataille d’Alger, interrogé durement sans doute (certains diront torturé) et liquidé ensuite (certains diront assassiné) par des militaires français…

Je ne rentrerai pas dans la polémique sur l’usage de la torture lors de la Guerre d’Algérie, mais je rappellerai humblement à Hollande que cet Audin pactisait avec les terroristes du Front de Libération National (FLN), qui pratiquaient un terrorisme terrifiant dans les rues algéroises, assassinant femmes, enfants, vieillards, aussi bien européens que musulmans… En rendant hommage à ce traître à la Nation, l’actuel locataire du Palais de l’Elysée insulte notre Armée, à qui l’on avait donné carte blanche pour combattre le terrorisme des rebelles du FLN et qui agissait sur ordre du gouvernement de l’époque…

Hollande, vous êtes, je vous le rappelle, de par votre charge présidentielle, le chef des Armées, et en que tel vous devez défendre l’honneur de cette glorieuse Institution ; or en ayant agi comme vous l’avez fait, vous avez pris position envers des ennemis de votre chère république dont vous n’avez de cesse de clamer les vertus, celles-là mêmes que nos militaires défendent, parfois au prix de leur sacrifice…

Hollande, je ne vous ai pas vu vous rendre et vous recueillir rue d’Isly (Larbi Ben M’hidi aujourd’hui) où, le 26 Mars 1962, des militaires du 4ème Régiment de Tirailleurs Algériens (RTA) sous commandement français ont délibérément ouvert le feu sur des Français partisans de l’Algérie françaises, causant la mort de plus de 80 personnes… Au fait, vous auriez dû y aller puisque Larbi Ben M’Hidi, Mohamed de son prénom, poseur de bombes et assassin, fut aussi arrêté, torturé et liquidé par des militaires français lors de la Bataille d’Alger…

Rappelez le passé à M Bouteflika, c’est bien… mais n’oubliez de lui dire que c’est lui qui fut responsable personnellement de l’enlèvement et de l’assassinat de plus de 3 000 Oranais en juillet 1962, dans les conditions les plus atroces, avec d’ailleurs le consentement tacite du gouvernement gaulliste du moment ; que c’est encore lui qui fut responsable du massacre planifié de nos harkis, qui pour vous ne sont que des traîtres à leurs frères de race (c’est pas bien socialiste, cela…), et qui eux aussi liquidé avec la bénédiction de Paris et du FLN…

Vous êtes censé, Hollande, être le président de tous les Français ; or l’être, c’est assumer toute notre histoire, et non pas la dévoyer aux yeux de gouvernants algériens, qui, eux, n’ont de cesse de l’insulter et de la calomnier…

Quelles sont donc vos raisons ? Capitaliser les voix d’une forte présence immigrée algérienne, à laquelle vous voulez donner le droit de vote aux élections locales, ou celles de Français issus de cette immigration dont les attachements vont plus à Zidane qu’aux Bleus ? Signer des contrats économiques avec un pays aux capitaux naturels prodigieux mis à mal par des politiques désastreuses depuis 1962 ? Obtenir un appui d’Alger pour une éventuelle intervention militaire ?

En politique étrangère; M le président de la république, on discute en position de force et non pas en se flagellant et en baissant son pantalon ; sinon…

Deux phrases pour ne pas être qualifier de nostalgique de la colonisation :

« L’œuvre de la France ici est admirable. Si elle était restée vingt ans de plus, elle aurait fait de l’Algérie l’équivalent d’un pays européen » (Ministre syrien en visite à Alger. Propos rapporté par Ferhat Abbas, premier président du gouvernement provisoire de la République algérienne)

« Trente ans après l’indépendance, nous voilà ruinés, avec plus de nostalgiques que le pays comptait d’habitants et plus de rapetoux qu’il n’abritait de colons. Beaucoup d’Algériens regrettent le départ des Pieds-Noirs, s’ils étaient restés, nous aurions, peut-être, évité cette tragédie » (Boualem Sansal, écrivain, journaliste – 1992)…

4 réponses à l'article : Lettre à Hollande à propos de son voyage algérien

  1. Béru 45

    02/01/2013

    M.Audin comme tant d’autres ont payé les balles pour tuer quelques camarades Oui j’étais en Algérie en 1957 et dans une troupe d’élite.
    Moi aussi les traces de ma famille remontent à 1637 en France.Quant à l’Algérie lors de mes « pérégrinations » j’ai pu voir ‘l’oeuvre réalisée par la France.
    A bab-el-oued les Français faisaient-ils suer le burnous à leur voisins ???.

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    01/01/2013

    @ A.Z.

    je vous approuve totalement
    sans Maurice Audin , la France aurait perdu jusqu’à ce qui lui restait d’un Honneur déjà perdu
    et je m’étonne que ce héros national n’ai pas encore une avenue portant glorieusement son nom à Paris
    j’espère que Hollande lorsque Bouteflika lui rendra sa visite remédiera à ce qui reste pour moi une honte nationale l’oublie de la reconnaissance par la Nation d’un grand Français

    méfiez vous toutefois car si jamais certains vous identifiaient vous passeriez certainement à la gégène !

    Répondre
  3. AZ

    01/01/2013

    A Sadot Philippe

    – François Hollande n’a pas été traître du tout. Il a simplement fait la même chose qu’ont fait les Allemands pour la période de 1933 à 1945, et Jacques Chirac pour la période de 1940 à 1944 : reconnaître une phase honteuse de leur Histoire et s’en excuser.

    – La colonisation, en effet, et spécialement celle de l’Algérie, cumule toutes les hontes :

    – La France est allée attaquer un pays qui ne l’avait nullement attaquée, et qui ne présentait aucun danger pour elle, en lui occasionnant, sur 42 ans, 875 000 morts (sur trois millions d’habitants), soit 6,5 fois ce que la guerre de 1914-1918 (la plus sanglante de ses guerres) lui a coûté.

    – L’explication selon laquelle cette expédition aurait été motivée par la piraterie est du pipeau. Vu l’affaiblissement de l’empire ottoman, l’expédition aurait pu être menée au moins 100 ans avant, en collaboration (comme l’expédition de Navarin) et comme l’avaient proposé les Britanniques. Et elle aurait pu se contenter de ravager les ports algérois, comme le fit Duquesne en 1681.

    – En réalité, cette expédition ne fut qu’une conséquence
    d’une vulgaire rivalité impérialiste avec la Grande-Bretagne. Comme souvent, les opérations des chrétiens et des Occidentaux (celles de Charlemagne en Espagne ou en Saxe, les Croisades), embellies par la légende, et la propagande eurent des raisons la plupart du temps prosaïques, voire sordides.

    – La France, par le Code de l’Indigénat et le Travail forcé, a imposé un régime d’apartheid, semblable à celui de l’Afrique du Sud ou de la Rhodésie honnies, qui faisait des Algériens des serfs sur leurs propres terres. Et les colons ont même refusé, dans les années 1930, les (très) modestes accords Blum-Violette !

    – La France, socialement, n’a strictement rien apporté aux Algériens musulmans : en 1955, 85 % d’entre eux étaient illettrés et le revenu moyen d’un Algérien musulman, était le quart de celui d’un Français. [Pour l’apport culturel, je vous rappelle que le premier geste des soudards du duc d’Aumale, après la prise de la smalah d’Abd-el-Kader, fut la destruction de ses archives et de sa bibliothèque : bel exemple de culture…].

    – La France a engagé dans ses guerres (celles de 1870, 1914 et 1940), des gens qui n’avaient rien à y faire. Il est aussi scandaleux d’avoir fait tuer les Algériens pour ces guerres qu’il serait scandaleux que les Pakistanais obligent de jeunes Français à se battre contre l’Inde pour le Cachemire.

    – Les Algériens, après la « pacification » de 1872, n’ont jamais cessé, de façon constante, persévérante, de se révolter, ou de revendiquer l’indépendance, jusqu’aux insurrections de Sétif et Guelma le 8 mai 1945, réprimées de façon sauvage.

    – Maurice Audin a été un héros (comme l’ont été les sergents de La Rochelle, en 1822, comme le fut Louise Michel, comme le furent les membres de la Rose Blanche en Allemagne, comme le fut Jane Fonda, se rendant au Nord-Vietnam en pleins bombardements de son pays). Maurice Audin a sauvé l’honneur de la France.

    – Le sort des Français tués par le FLN ou obligés de quitter précipitamment le pays est aussi digne de compassion que celui des pauvres soldats allemands à l’été 1944 qui, prisonniers des FFI, des FTP ou de la foule furent injuriés, frappés, voire lynchés. Mais, juridiquement, moralement, les Français étaient en Algérie de 1830 à 1962, comme les soldats de la Wehrmacht le furent en France : en envahisseurs, en prédateurs et en parasites.

    – Ce n’est pas un Algérien qui vous dit cela, mais un Français qui a remonté ses lignée maternelle et paternelle aussi loin que le lui ont permis les actes d’état-civil et les registres paroissiaux. On peut être Français et patriote sans être d’extrême-droite…

    Répondre
  4. quinctius cincinnatus

    31/12/2012

    qu’attendiez vous d’autre de cette huitre ?

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)