L’Europe est lentement submergée…

L’Europe est lentement submergée…

Le flux de migrants venus d’Afrique et qui s’échoue sur les cotes de la Sicile ou de la Calabre ne cesse pas, même si on en parle moins.
En moyenne, ces dernières semaines, un millier de migrants arrive tous les jours et se trouve entassé dans des camps de fortune.
On doit ajouter à ce nombre ceux qui n’arrivent pas au bout du voyage et qui se noient en mer ou sont jetés par-dessus bord parce qu’ils sont chrétiens.
Les autorités internationales évaluent le nombre de ceux qui sont d’ores et déjà sur les côtes libyennes et prêts au départ à un million de personnes.

Le moins qu’on puisse dire est que les dirigeants de l’Europe font preuve, face à ce qui se passe, d’une attitude qui relève de la panique et d’un assez mi­sérable art du subterfuge.
Des moyens supplémentaires sont attribués pour le sauvetage en mer : cela permettra sans doute de sauver des vies et d’éviter des noyades supplémentaires.

C’est une réponse « humanitaire » qui ne résoudra strictement rien : l’assurance accrue d’être repêché au milieu de la Médi­terranée va sans doute accroître le nombre des candidats au voyage et sera un argument utilisé par les passeurs.
D’ores et déjà, des bateaux sont envoyés des côtes africaines et sont destinés à s’arrêter en pleine mer, en attendant que des garde-côtes et des militaires viennent s’occuper de leur cargaison humaine.
Le prolongement de la réponse « humanitaire » consiste à trouver des lieux d’accueil pour les migrants. Peu de pays en Europe sont prêts à faire preuve de beaucoup d’ouverture en ce sens : des promesses plus symboliques que réelles ont été énoncées.
Elles seront de peu d’effet et laissent l’Italie face à une situation de plus en plus catastrophique.

L’Europe est une union qui se dissout à vue d’œil, dès que les problèmes se font trop graves. L’attitude de nombre de dirigeants politiques dans la plupart des domaines peut se trouver résumée par une formule beaucoup utilisée : il n’est pas de problèmes qu’une absence de solution ne finisse par résoudre.

La vérité est que les côtes libyennes, depuis la chute du régime Kadhafi, magistralement organisée par Nicolas Sarkozy, Bernard-Henri Lévy, David Cameron et Barack Obama qui, selon les mots d’un de ses conseillers, « dirigeait depuis l’arrière », ne sont plus contrôlées par une quelconque autorité et sont celles d’un pays en situation de chaos.
À moins d’une intervention militaire à même de rétablir l’ordre en Libye, la situation va rester ce qu’elle est.
Aucune intervention militaire n’aura lieu en Libye. Aucun pays européen n’a les moyens et la volonté d’agir.
L’Union européenne compte très exactement zéro unité militaire, ce qui est impressionnant.

Les États-Unis dans les années Obama (un homme qui ne doit surtout pas être critiqué : c’est un saint) « finissent » les guerres en abandonnant le terrain à l’ennemi.
Dès lors que les Européens ont adoré Obama, il est tristement amusant de les voir face aux conséquences des actes et des positions de celui qu’ils ont canonisé dès le premier jour.
Le cataclysme s’étend de toute façon bien au-delà de la Libye : les migrants viennent de contrées d’Afrique subsahariennes déstabilisées par des guerres civiles et des actions djihadistes renforcées par le chaos libyen, et cette déstabilisation vient s’ajouter à la misère endémique de ces pays où, par ailleurs, la natalité reste très forte. Aucune intervention militaire n’aura lieu en Afrique subsaharienne, où l’armée française est d’ores et déjà au maximum de ses (relativement faibles) capacités d’action, et bien seule sur le terrain.

Ce qui se dessine va continuer. De larges parts de l’Afrique sont en état de naufrage économique et politique et ce naufrage va se poursuivre. La Libye est brisée et ses éclats ne vont pas se recoller par magie.
Des migrants arrivent, par ail­leurs, de Syrie et d’Irak. Le sort de ces gens est souvent triste. La présence parmi eux de gens imprégnés d’islam radical est dangereuse. Les frontières de l’espace Schengen sont poreuses. L’Europe ne peut accueillir toute la misère du monde. Elle est en déclin et lentement submergée. J’envie ceux que le futur ne rend pas inquiets.

Partager cette publication

(20) Commentaires

  • R. Ed. Répondre

    On nous rabâche les oreilles avec nous ne faisons pas assez d’enfants ( sous entendu pas assez pour remplacer ceux qui nous quittent )
    En un peu plus d’un siècle, la population mondiale est passée d’ un milliard à sept milliards ( grosso modo )

    C’est cela, le remplacement de la population?Ce n’est plus du remplacement,
    c’est du lapinisme, mais les lapins, eux, ils chopent la mixomatose, la nature remet les choses en place…
    On courre aussi le risque que tout soit remis en place, mais là, ce sera à cause des petits boutons, quand on commencera à pousser dessus
    D’ailleurs, même le mou du genou, il en a un, de petit bouton

    18/05/2015 à 11 h 23 min
  • Yvan Shadok Répondre

    Ceux qui disent le PEUPLE algérien par-ci , le PEUPLE palestinien par-là….ne disent jamais le PEUPLE français. Oubli très révélateur.

    15/05/2015 à 7 h 45 min
  • michel Répondre

    Il n’est pas question d’accueillir toute cette misère attirée par la « richesse » de l’Europe ! Quand nous étions en Afrique, certains nous ont traité d’affreux colonisateurs,torsionaires faisant suer le burnous ! C’est curieux, aucune victime n’a jamais suivi librement son torsionnaire ! Maintenant qu’ils sont « libres », ils aspirent à venir chez nous ? Pourquoi ne pas prendre les armes chez eux pour défendre leur patrie, leur famille, pour établir un état de droit ! Quand les nazis ont envahi la France, tous les Français ne sont pas partis et sont entrés en résistance (pas tous, d’accord) ;ici il n’y a pas de place pour eux !! Que ceux qui disent le contraire signent un engagement déposé devant un homme de loi qu’ils les prendront à charge intégrale ! Moi, je suis désolé, je m’y refuse .

    14/05/2015 à 14 h 50 min
    • orldiabolo Répondre

      Il paraît qu’en Algérie, les vieux demandent « Quand est-ce que les Français reviennent ? », et les jeunes « Quand est-ce qu’on part en France ? » 😉

      14/05/2015 à 14 h 57 min
      • quinctius cincinnatus Répondre

        laconique : pas pour les mêmes … raisons !

        14/05/2015 à 15 h 20 min
  • orldiabolo Répondre

    Eh oui, le confort et l’espérance de vie d’un Africain ou d’un Moyen-oriental étaient très supérieurs du temps de la colonisation et des protectorats, mais ils ont voulu faire sans nous…

    14/05/2015 à 10 h 17 min
    • Jaures Répondre

      Il ne faut pas délirer, ORL. Les Algériens avaient une espérance de vie inférieure de 20 à 30 ans à celle des colons. De même, la scolarisation ne touchait que 15% des Algériens alors qu’elle était obligatoire depuis 1881.
      Tout ceci est développé dans « L’Algérie en 1957 », ouvrage de référence de l’ethnologue Germaine Tillion.

      14/05/2015 à 11 h 36 min
      • orldiabolo Répondre

        « Les Algériens avaient une espérance de vie inférieure de 20 à 30 ans à celle des colons. » Mais sans doute supérieure de 20 à 30 ans à ce qu’elle était avant l’arrivée des colons, ce que la brave Germaine -très pro-FLN quand même bien que jamais porteuse de valises- a omis de remarquer…

        14/05/2015 à 12 h 27 min
        • Jaures Répondre

          La « brave Germaine » comme vous dîtes, a étudié l’Algérie durant de nombreuses années en se donnant la peine d’apprendre les langues orientales.
          C’était aussi une résistante arrêtée et déportée.
          Elle n’a jamais soutenu le FLN et s’est toujours engagée contre les exécutions et la torture comme contre les attentats aveugles.
          Son lien avec le peuple algérien venait justement de ce qu’elle avait constaté et décrit dans son livre: la clochardisation de l’immense majorité des autochtones.
          Enfin, les colons ont débarqué en Algérie en 1830. L’espérance de vie en France était alors inférieure à 40 ans. Qu’y ont donc gagné en l’espèce les autochtones ?
          Les colons ont-ils débarqué dans le but de leur offrir santé et éducation ?

          14/05/2015 à 14 h 26 min
          • orldiabolo

            Jaures dit « La « brave Germaine » (…) n’a jamais soutenu le FLN. » En tous cas, chargée de mission auprès du socialiste Soustelle sur recommandation de Mitterrand en 55-56, il est dit dans le Libération du 3/2/2000 que « son appartement de Saint-Mandé devient le rendez-vous de tous les militants de la paix en Algérie. » Militants au sein desquels il est quand même permis de penser qu’il y avait plus de porteurs de valises du FLN que de partisans de l’Algérie française… Et Jaures de demander « 
Les colons ont-ils débarqué dans le but de leur offrir santé et éducation ? » Ne sondant pas les cœurs et les reins, je ne sais pas si c’était leur but. Mais ce fut leur résultat, conformément au vœu de Jules Ferry : « les peuples supérieurs ont le droit et même le devoir de civiliser les peuples inférieurs. », mots qui le conduiraient aujourd’hui devant un tribunal…

            14/05/2015 à 14 h 53 min
          • quinctius cincinnatus

            laconique … résistante oui mais STALINISTE avant tout !

            14/05/2015 à 15 h 22 min
          • Jaures

            Germaine Tillon a effectivement participé à des missions gouvernementales. En aurait-on chargé une alliée du FLN ?
            G.Tillon a toujours tenu le même discours: pour elle, les exécutions et la torture nourrissaient la violence et les attentats qui eux-mêmes engendraient rétorsion et la répression.
            Son but était d’obtenir un arrêt de cette brutalité qu’elle même avait subie 10 ans plus tôt.
            Le résultat de la campagne en Algérie fut d’abord la mort directe de 400 000 Algériens puis de 600 000 à 1 Millions d’autres dans les famines qui ont suivi. La population de l’Algérie a baissé d’un tiers en 3 ou 4 décennies.
            100 000 Français ont laissé leur vie dans ces campagnes désastreuses.

            Quinctius,pour taxer une personne comme G.Tillon de « staliniste », il conviendrait que vous appuyez cette affirmation de faits ou d’écrits qui iraient dans ce sens. Je les attends.
            Sauf si pour vous un anti-nazi est forcément un « staliniste ».

            14/05/2015 à 17 h 49 min
          • quinctius cincinnatus

            communiste et française à cette période = staliniste !

            pour l’ E.N. lire l’ excellent article

             » ces profs en … rupture scolaire  »

            sur le site du Point

            14/05/2015 à 18 h 00 min
          • orldiabolo

            « Le résultat de la campagne en Algérie fut d’abord la mort directe de 400 000 Algériens ». Précisons que 90 % l’ont été par des Algériens… « puis de 600 000 à 1 Millions d’autres dans les famines qui ont suivi. » Des famines ? Dans un pays dont les Pieds-Noirs avaient fait un jardin d’Eden ? Comment se fait-ce ? 😉

            14/05/2015 à 18 h 51 min
          • quinctius cincinnatus

            laconique :

             » famine  » ? petite mais regrettable confusion entre Algérie et Ukraine / Oural de la part de l’ auteur

            14/05/2015 à 19 h 32 min
          • Jaures

            ORL, il y a confusion, nous parlions de la conquête de l’Algérie.
            Quinctius, vous confondez avec la femme de Charles Tillon.
            G.Tllion n’a jamais été au PCF.

            14/05/2015 à 19 h 39 min
  • Serge-Jean P.Peur Répondre

    Récemment je suis allé voir un spectacle de la Compagnie Philippe Genty et Mary Underwood.
    Ph.Genty est un marionnettiste réputé chez qui Yves Brunier (Casimir) s’est en partie formé.Ce spectacle ressort donc de la marionnette mais aussi de la danse,du théâtre,du cirque et de la comédie musicale.Tous les acteurs sont blancs et les actrices/danseuses etc majoritaires,blondes ou chatains.A cela une raison,la compagnie s’est abreuvée à une troupe norvégienne ou d’origine scandinave.N’y cherchez nulle xénophobie ou racisme,car Phlippe Genty a déjà accueilli des acteurs noirs par ailleurs.C’est affaire de circonstance.
    Et alors? Alors,on s’émerveille devant tant de grâce,de charme,de technique,de poésie…bref,on est vraiment « ailleurs ».
    Surtout après avoir pris des transports en commun largement mixtes.
    Ce que je voulais dire c’est comment de tels personnages de théâtre(au sens large) si représentatifs de nos genes,notre mémoire,notre culture devraient disparaître au nom d’une idéologie mortifère voulue par des pouvoirs ethnocides.Tout le monde gris et heureux (malgré vous),puisqu’on vous en persuade!

    14/05/2015 à 3 h 28 min
  • DESOYER Répondre

    Nous savons tous ici ce qu’il faut faire, c’est-à-dire les renvoyer chez eux. Quant à Sarkozy, on mesure chaque jour un peu plus son incompétence, ne serait-ce que par les terribles conséquences de son intervention en Libye. BHL devrait être en prison.
    Et dire que ce type (Sarkozy) veut revenir au pouvoir. Il ne manque pas de culot. J’invite les gens lucides à venir me rejoindre à l’association libérale et sociale.

    13/05/2015 à 12 h 23 min
  • Jaures Répondre

    « Le sort de ces gens est souvent triste » écrit Millière avec émotion. Il a le sens de l’euphémisme. Croit-il que c’est pour échapper à un « triste sort » que les immigrants risquent leur vie, pas seulement lors de la traversée mais plus encore tout au long de leur périple ?
    La réalité est qu’ils n’ont guère le choix: c’est la fuite ou la mort.

    Comme à son habitude, il pointe ses responsables. Les embarcations seraient dues à l’intervention en Libye. Mais il n’y a pas eu d’intervention en Syrie et une bonne part des migrants en arrive par vagues.
    Et on se souvient que Kadhafi monnayait à prix d’or la rétention de migrants sur son sol, qu’il utilisait d’ailleurs comme esclaves, et la maintenait comme une épée de Damoclès au dessus de l’Italie qui préférait consentir au racket.

    Le problème de l’immigration n’est pas européen mais mondial. Les vagues de migrants qui accostent en Italie ne sont rien comparées à l’immigration mexicaine aux Etats-Unis qu’aucun gouvernement n’a réussi à endiguer.
    C’est que la misère conduit les populations au même comportement: fuir pour tenter sa chance dans un pays riche. Tant que perdurera la guerre et la misère la pression migratoire persistera. Ceux qui prétendent détenir la solution sont des menteurs.

    On nous parle de l’exemple Australien mais, outre qu’il est déjà peuplé de plus de 20% d’immigrés, ce pays s’en sort en payant ses voisins pauvres pour stocker les migrants. Qui l’Europe compte-t-elle payer pour accueillir ses immigrés ?
    Millière voudrait nous voir envahir l’Afrique ! Vaste projet !
    De toute façon Millière n’a jamais proposé d’autres solutions que les bombardements et les invasions.
    Pas besoin dés lors de se dire géopoliticien: un adjudant-chef moyen tiendrait à peu près le même discours.

    13/05/2015 à 12 h 14 min
    • R. Ed. Répondre

      Ce n’est pas la misère la cause, mais la lapinisation de l’Afrique et d’autres contrées.

      Il faut faire comme en France, ne pas remplacer les fonctionnaires qui partent à la retraite, c’est à dire ne pas remplacer à raison de 350000 humains par jour sa population.
      Je n’ai pas dit  » éliminer  » mais ne pas remplacer.
      La population mondiale devrait revenir à celle du millénaire dernier , c’est à dire entre 500 millions et un milliard d’individus.
      Le problème des vieux (il sera résolu de lui-même vu que l’humain ne pourra pas vivre plus de 125 ans, limite extrême, et très peu d’élus)
      Les ressources planétaires sont largement suffisantes pour un milliard d’individus, à condition de bien les distribuer.
      1 % qui détient à lui seul autant que les 99% restant est une aberration mais c’est le cas.
      Les 80 personnes les + riches au monde auraient la possibilité chacune avec leur fortune d’acheter – pour exemple – 11 milliards de Twingo !

      14/05/2015 à 12 h 18 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: