L’Europe unie par le djihad

Posté le juin 12, 2013, 10:47
6 mins

L’Europe politique, construction artificielle s’il en est, tangue au bord de l’implosion.

Dans un nombre croissant de pays constituant l’Union européenne, des mouvements politiques montent, qui sont porteurs d’un rejet de l’Union. Les nationalismes que les fondateurs de l’Union voulaient réduire à néant ressurgissent, avec véhémence. Des tentations fascistes renaissent ici ou là, hélas très logiquement en pareil contexte : certaines s’affirment de droite, en Europe centrale surtout, d’autres prennent les atours de la gauche, comme le mouvement Cinq étoiles de Beppe Grillo en Italie, qui a rêvé d’une marche sur Rome, mais n’a pu la réaliser, pour le moment.

Rien ne semble unifier l’Europe en dehors de la confiscation de la démocratie par la technocratie absolutiste placée à son sommet, et qui n’entend pas céder la place, en dehors aussi des rejets convulsifs de cette confiscation.

En cherchant un peu, on peut cependant trouver d’autres éléments unifiants : le délitement économique qui s’opère plus vite dans les pays du Sud de l’Europe, mais qui touche l’Europe entière, où les États-providence édifiés après la Deuxième Guerre Mondiale agonisent ; la dénatalité qui s’opère, elle aussi, plus vite dans certains pays que dans d’autres, mais qui survient partout ; le remplacement de population qui fait que, partout, la proportion de populations musulmanes croît ; et, enfin, la montée, au sein de ces populations mu­sulmanes, de l’islam radical.

Cette montée de l’islam radical résulte de la montée de l’islam radical dans le monde musulman, de la dissémination des discours islamistes par des chaînes de télévision et des sites internet. Elle résulte aussi de ce que devient l’Europe. Ceux qui ont voulu abolir les nations ne se sont pas contentés de s’en prendre aux nations. Ils ne se sont pas contentés de confisquer la démocratie. Ils ont imposé dans les esprits, sur un mode totalitaire mou, un relativisme disant que toutes les cultures se valent, que le monde occidental est porteur de culpabilités qu’il doit expier, que chaque être humain a un droit à ce qui doit lui être donné par les détenteurs d’autorité.

Ils ont abouti à des sociétés à l’identité effacée, à des poussées de ressentiment, à des incitations à ne pas s’assimiler et à garder sa culture d’origine, voire à des incitations à détester les sociétés européennes ou à ne les considérer que comme des distributrices de travail et d’argent.

Les résultats se voient dans les zones de non-droit qui ont proliféré dans les banlieues de toutes les grandes villes d’Europe, et qui ont parfois, comme à Londres, conquis une partie des villes elles-mêmes. Ils se voient dans les émeutes qui se font jour à Stockholm, à Paris, à Grenoble, ou ailleurs. Ils se voient dans des meurtres djihadistes commis ici ou là, tels celui du soldat Lee Rigby récemment au Royaume-Uni, celui de Theo Van Gogh aux Pays-Bas voici quelques années, ceux perpétrés par l’infâme Mohammed Merah, à Montau­ban et à Toulouse. Ils se voient dans le fait que des islamistes venus d’Europe se retrouvent parmi les djihadistes au Mali ou en Somalie, au Yémen ou en Syrie.

Dès lors que le monde musulman, et tout particulièrement le monde arabo-musulman, est en voie de décomposition accélérée aujourd’hui, et dès lors que l’islam radical est très loin d’y être en une phase de reflux, on peut s’attendre à ce que ces résultats prennent de l’ampleur dans les années à venir.

On peut craindre que la décomposition du monde musulman qui s’opère ne soit suivie de ré­percussions dans le monde européen.

Une Europe unie par le rejet de l’Europe, par le retour du refoulé, par le délitement économique, par la dénatalité, par le remplacement de populations, et par la montée de l’islam radical : tel n’était pas le projet de ceux qui ont conçu la construction européenne, il y aura bientôt sept décennies.

Ce n’en est pas moins le résultat auquel la construction aboutit. Friedrich Hayek a expliqué que la présomption constructiviste conduit toujours au désastre. Il est regrettable qu’on ne lise pas assez Hayek en Europe aujourd’hui…

18 réponses à l'article : L’Europe unie par le djihad

  1. Le Ket de Bruxelles

    14 juin 2013

    Il n’y a pas d’Islamisation, d’Islam radical ou des cantines hallal sans IMMIGRATION ! ! !

    Cette immigration sauvage, dénoncée il y a maintenant 40 ans par ORDRE NOUVEAU, dont le meeting du 21/06/1973 fut la cause de sa dissolution le 28/06/1973.

    Quatre décennies plus tard, les pourriticards de l’UMPS ouvrent les yeux et constatent avec effroi les ravages dot leurs respectifs sont responsables .

    En mai 2014, vidons ces ordures politiques !

    Répondre
    • vozuti

      14 juin 2013

      C’est vrai,la seule solution est de jeter à la poubelle le ramassi d’ordures que sont l’ump et le ps; toute autre solution n’est que bavardage inutile.

      Répondre
  2. quinctius incinnatus

    13 juin 2013

    titre des media … l’indignation est à son paroxysme dans les milieux politiques de gauche et d’extrème gauche ….

    François Noguier, 22 ans, élève ingénieur en dernière année des Arts et Métiers *** à Paris, était revenu fêter son diplôme avec ses anciens amis de l’E.N.S.A.M. de Châlons en Champagne … pour une histoire de cigarette ( refusée ? ) il a été, lui, sauvagement assassiné à coups de poings par un ” individu ” non identifié ( et encore en fuite de type ) …maghrébin !

    *** un ingénieur des A.§ M. est à mon avis et sans aucun doute plus indispensable à la Nation qu’un ” étudiant brillant ” de Science-Po Paris puisqu’il n’est qu’à constater les fournées d’imbéciles économiques et politiques qui sortent ” parcheminés ” de ce ” capharnaüm intellectuel si Français ”

    @ Jaurès va, sans aucun doute, nous faire une oraison funèbre à la Bossuet , qui, ici, expliquera le geste meurtrier d’une victime de notre racisme congénital ( je rappelle une fois encore que j’ai du sang arabo-berbère dans les veines )

    Répondre
    • Jaures

      14 juin 2013

      Quinctius, contrairement à beaucoup, je ne fais pas le tri dans les victimes de violences. Que des jeunes soient ainsi tués dans des circonstances aussi absurdes me rend aussi malade quels que soient les couleurs de peau, les obédiences politiques ou le niveau de diplôme.

      Répondre
      • 16 juin 2013

        Quinctius, l’oraison de Jaures est plutôt laconique, style Manuel Valls. Par contre que n’as-t’on lu du même Jaures sur l’étudiant brillant de science-po..

        Répondre
  3. André

    13 juin 2013

    Je suis en partie d’accord avec vos analyses mais il y a des éléments porteurs d’espoir. Les plans de rigueur imposes aux pays du sud consistent en hausses d’impôts mais aussi en baisse de dépenses. Ces pays privatisent et commencent à assouplir leur marche du travail . Ces mesures vont porter leur fruits. En ce qui concerne l’islamisation de l’Europe, la France est plus concerne que d’autres pays européens. L’islamisation ne touche pas tous les pays d’Europe avec le même degré. La situation de l’Europe est très difficile mais rien n’est encore perdu.

    Répondre
  4. vozuti

    13 juin 2013

    Le problème est simple en france comme en europe : les populations votent pour des escrocs organisés en réseaux d’influences qui se font soudoyer à chaque fois qu’ils prennent une décision.Pourquoi les élus ont laissé l’industrie européenne en concurrence avec l’asie alors que les salaires y sont 10 fois inférieurs ? Pourquoi refusent-t-ils obstinément depuis si longtemps de stopper cette funeste immigration musulmane ? Pourquoi refusent-t-ils de retirer du marché les médicaments inutiles et dangereux qui tuent 6000 personnes par an rien qu’en france ? On pourrait continuer la liste,mais la réponse est toujours la meme: ils se font soudoyer par tous les lobbys qui payent bien,y compris le lobby des monarchies pétrolières (qui est le seul à avoir un interet dans l’invasion musulmane de l’europe).Les médias ont persuadé les populations qu’il faut voter escroc parce que les gens honnetes sont des fachos.Alors nos “gentils” escrocs que l’on a généreusement autorisés à se servir sans limite vont continuer à “gérer” l’europe jusqu’à la ruine totale.

    Répondre
    • Jaures

      13 juin 2013

      Parce qu’il n’y a qu’en Europe que l’on trouve des escrocs dans les rouages de l’Etat ? Toutes les démocraties mettent régulièrement au jour des affaires et des scandales touchant des élus. les dictatures n’ont pas ce souci: il n’y existe ni presse libre, ni justice indépendante.
      La mondialisation est inévitable sauf à prétendre qu’un pays est capable de tout produire et de ne rien vendre à l’étranger. Qu’il soit nécessaire de la réguler, je suis d’accord, mais il s’agit d’une négociation, d’un rapport de force permanent.
      Quant à l’immigration, j’ai plusieurs fois expliqué que la seule façon de la stopper est de renoncer au développement économique. L’Espagne “grâce” à sa récession continue et son chômage de masse voit ses immigrés rentrer, accompagnés dans les mêmes avions des jeunes chômeurs espagnols.

      Répondre
      • vozuti

        13 juin 2013

        jaurès,lorsque la corruption est généralisée, les décisions politique sont contraire à l’interet général.c’est la cause de la mauvaise gestion de l’europe mais c’est évidemment le cas aussi ailleurs(en afrique ,par exemple). vous parlez de réguler la mondialisation,mais la seule régulation en europe a été d’ouvrir en grand les frontières pour détruire l’industrie européenne(il ne faut pas s’étonner que le chomage et le déficit explosent alors qu’on ne produit plus rien). on installe des populations musulmanes par dizaines de millions non pas pour travailler (comme vous le dites) mais pour peupler l’europe(vous savez très bien que les banlieues vivent des allocations et qu’il n’y a pas de travail,meme pour les français).

        Répondre
        • Jaures

          13 juin 2013

          Si la situation économique était due aux “invasions musulmanes” en Europe, le reste du monde serait prospère. Sont-ce les invasions musulmanes qui ont creusé le déficit du Japon à 220% du PIB ? Les Etats-Unis sont-ils envahis de musulmans ? La crise des subprimes a-t-elle été fomentée par des musulmans ? Madoff était-il musulman ?
          L’islamophobie empêche de réfléchir: c’est l’explication commode à tous nos maux. Comme si, avant les migrations arabes des années 50-60, l’Europe n’avait été qu’un théâtre de paix et de prospérité.

          Répondre
          • vozuti

            14 juin 2013

            L’invasion musulmane est un exemple parmi d’autres de la corruption de nos élus.l’arabie saoudite n’est évidemment pas le seul lobby qui soudoie nos élus.J’insiste sur le fait que la cause des mauvaises décisions est la corruption et non l’idéologie.l’idéologie libérale ne nécessitait pas de mettre l’industrie européenne en concurrence déloyale pour la couler,l’aide aux personnes en difficulté(politique sociale) ne nécessitait pas de monter les taxes jusqu’à 56 ou 57% du pib,une éventuelle lutte contre le racisme ne nécessitait pas une invasion musulmane de l’europe,lutter contre des agressions homophobes ne nécessitait pas la promotion de l’homosexualité.Toutes ces mauvaises décisions sont dues à des lobbys qui ont payé les élus pour obtenir des décisions contraires à l’interet général;les justifications idéologiques ne servent qu’à rallier les idiots utiles,mais les escrocs qui nous dirigent se moquent totalement des idéologies pour lesquelles ils plaident dans le seul but d’attraper l’electeur.Si l’on n’est pas convaincu,il suffit de voir à l’oeuvre les membres de ce parti ump qui passent leur temps au pouvoir à faire le contraire de l’idéologie qu’ils ont défendue aux élections.Les escrocs qui nous gouvernent se nourrissent de backchich,les idéologies leur servent seulement à nourrir les idiots utiles qui les soutiennent.

  5. Fucius

    12 juin 2013

    @Jaures
    La crise est lie à l’État-providence parce que
    1) il détruit la vertu détruisant les incitations. Pourquoi faire des enfants si la répartition me garantit que ceux des autres me soutiendront autant que leurs parents ? Pourquoi produire plus en prenant des risques si je peux gagner autant sans risque en intégrant la bonne catégorie ?
    2) il détruit l’économie de marché, qu’il corsète ou remplace par la planification centralisée.

    Le problème de l’islam n’est pas analogue à ceux qu’a connus le christianisme, il résulte de la charia, qui n’a pas d’équivalent chrétien.
    Il se développe en Occident parce que
    1) les musulmans y sont alphabétisés donc confrontés à l’alternative entre faire ce qu’il dit ou s’en détourner. À cet égard on ne leur rend pas service en leur mentant sur les conséquences…
    2) Mohamed n’e eu de cesse d’imposer la charia à son pays, La Mecque, par tous les moyens, de l’assassinat au génocide en passant par le pillage: C’est un fait. Cet exemple est délétère pour les musulmans considérant sincèrement la France comme leur pays – contrairement aux immigrants de première génération.
    Je ne vois pas ce que Breivik, le franc-maçon intégriste, change à cela. Ils est le produit de l’islamisme et de rien d’autre.

    Répondre
    • Jaures

      12 juin 2013

      Fucius, les exemples que vous prenez pour stigmatiser l’Etat providence ne sont pas pertinents car les faits les démentent.
      Concernant la natalité, elle ne s’est jamais tant effondrée en Russie qu’avec les années Eltsine et ne s’est jamais vraiment redressée depuis. La France où l’on dit que l’Etat providence y prospère est le pays d’Europe, avec l’Irlande où la natalité est la plus dynamique.
      Par ailleurs, quand on observe la situation des différents pays, comme je le dis plus bas, on ne voit pas de rapport entre l’état économique de ces pays et la part plus ou moins importante de l’Etat, des prélèvements sociaux et des impôts. Il s’agit là d’une idée formulée a priori qui ne se vérifie pas dans les faits.
      La chrétienté n’a pas à proprement parlé de charia mais cela ne l’a pas empêché de produire des siècles de guerres, de génocides et d’oppression. Il suffit d’une phrase pour légitimer un pogrom et les tortionnaire n’ont aucun mal à la trouver dans un texte sacré ou autre. L’extension de l’Islam à partir du VIIème siècle est une suite de conflits sanglants mais il en est de même de la Grèce antique, de l’Empire Romain et de la chrétienté. “Aucun royaume n’a tant souffert de guerres civiles que le royaume du Christ” écrivait Montesquieu.
      Si vous côtoyez les immigrés de tous les jours, ceux qui travaillent, mènent leurs enfants à l’école et économisent pour s’acheter un logement, vous verrez que sur l’essentiel, leurs préoccupations rejoignent les nôtres. Et les premières vagues d’immigrés Belges, Italiens et Polonais des deux derniers siècles ont connu un accueil encore bien plus violent que celles des années 70-80. Personne ne pensait alors qu’ils s’intégreraient et nombre d’entre eux ont été renvoyés chez eux par wagons entiers (les Polonais des années 30).
      Relisez ma phrase concernant Breivik. Je dis simplement qu’on peut toujours trouver un fait divers pour illustrer une théorie définitive.

      Répondre
      • Fucius

        13 juin 2013

        La part de l’État dans l’économie est inversement proportionnelle à la prospérité. Je ne sais trop quel lien mettre ici tant les preuves surabondent…
        http://theoreme-du-bien-etre.net/2012/06/21/quand-secroule-leurope-de-madoff

        Nier cela, c’est de l’obscurantisme motivé par la passion dirigiste.

        Non, le christianisme n’a pas produit de siècles d’oppression, mais les sociétés les plus libres et les plus prospères, essentiellement à partir de peuples initialement arriérés (comparés à l’Iran, l’Inde, l’Égypte ou la Chine).

        Il suffit de le placer en perspective pour s’en convaincre, ce que la gauche se garde bien de faire. Or ne pas le faire, c’est en exiger rien moins que la perfection, donc le condamner d’avance.

        Votre vision est motivée par l’antichristianisme de gauche, dont les deux armes sont le révisionnisme et l’amalgame avec l’islam, et dont le but est d’éliminer un magistère moral concurrent du sien.

        La gauche a la partie facile, puisqu’elle peut s’emparer de l’État et utiliser la force, contrairement aux églises.
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_des_congr%C3%A9gations_chr%C3%A9tiennes_en_France

        La duplicité de la gauche est patente dans son maniement de la laïcité, terme chrétien par lequel l’Église désigne les limites qu’elle s’impose, et que la gauche retourne en un instrument de pouvoir à son profit, par lequel elle limite non pas elle-même mais sa concurrence au titre de magistère moral.

        Non seulement le christianisme n’a pas de charia, mais cette absence est structurante pour toute la vie en société.
        En effet il en découle que les autorités régalienne et morale sont distinctes: Jésus a été aussi inflexible à revendiquer l’autorité morale qu’à refuser le pouvoir (il ne contraignit jamais personne à quoi que ce fût).

        Or la gauche ne ne peut pas admettre cela, puisqu’elle vise précisément à exercer le pouvoir au titre de sa prétendue supériorité morale, et pour imposer sa vision du Bien et du Mal par la coercition d’État.

        Les religions ne sont pas des auberges espagnoles. Certes leurs fidèles vivent une vie normale, mais la culture, les institutions, la prospérité, la créativité sont fortement influencés par les concepts religieux dominant – chrétiens, musulmans, ou socialistes.

        Il est évident pour un observateur impartial et objectif que parmi ces trois influences qui se disputent l’avenir de la France, le christianisme est le seul à dissocier la morale du pouvoir, à faire obstacle à la pulsion régressive d’employer l’État pour imposer une vision de la morale.

        La morale chrétienne est sage, minimale, cohérente, abstraite et individuelle; celle du socialisme est puérile, tentaculaire, désordonnée, et collectiviste.
        La première séduit les esprits adultes, libéraux, responsables, confiants dans l’homme; la seconde attire les esprits faibles, crédules, grégaires, misanthropes.
        http://www.contrepoints.org/?p=125793

        Répondre
        • Jaures

          14 juin 2013

          La fameuse chaine de Ponzi utilisée par Madoff n’a rien à voir avec la situation des Etats. C’est là une construction intellectuelle démentie par les faits. Ainsi, regardons la part de l’Etat dans certaines économies (taux prélèvements obligatoires). La France est en effet en tête avec la Suède, le Danemark et la Belgique. Ces pays sont-ils en piètre état comparés à l’Espagne, le Royaume-Uni ou l’Irlande qui ont des taux inférieurs parfois de 10 points ? La part de l’Etat dans le système de santé américain est moitié moindre qu’en Europe. Est-il pour autant moins coûteux ? Plus performant ?
          Concernant la fiscalité des entreprises, le taux de la Grèce est 10 points inférieur à celui de la France. Celui de l’Irlande 3 fois inférieur ! Et finalement, c’est la France qui, avec d’autres états aux impositions supérieure, renfloue ces deux pays en faillite.
          Cela ne veut pas dire que le contraire est avéré et qu’un fort taux de prélèvement obligatoire est forcément positif mais qu’en l’occurrence il n’existe pas de règle définitive et intangible.
          Concernant le christianisme, il a su s’imposer comme les autres religions: par la force et l’intransigeance. Le christianisme a été une force oppressive d’une minorité (clergé) alliée à une autre minorité (noblesse) pour s’accaparer pouvoir et richesses. Cette religion a par ailleurs causé des millions de morts au court des différentes guerres qui ont jalonné son histoire. Dire que les populations sont aujourd’hui plus libres et plus prospères est juste mais la religion n’y est pour rien. C’est uniquement la lutte qui a permis d’acquérir de nouveaux droits. La religion s’est, au contraire, le plus souvent opposée à l’extension des droits et de la liberté.
          Ce n’est pas là de l’anti-christianisme, je tiens un discours semblable pour d’autres idéologies (Islam, stalinisme, nazisme,…). Si l’on regarde les moments de notre Histoire où les peuples ont vu s’étendre leurs droits, leurs libertés et le progrès social, c’est durant les 50 dernières années alors que les idéologies les plus oppressives, religieuses ou politiques, ont régressé, voire disparues.

          Répondre
  6. Jaures

    12 juin 2013

    Nous avons avec cet article un nouvel exemple d’imposture intellectuelle. Il s’agit de développer un raisonnement aux allures rationnelles mais se fondant sur des inexactitudes, des omissions ou des amalgames. C’est d’ailleurs pourquoi, M Millière, ce type de discours ne peut fonctionner qu’auprès de ceux qui partagent les mêmes a priori.
    Tout d’abord, il est évident qu’en temps de crise, les pays qui traversent des moments difficiles rejettent la responsabilité sur l’U.E. La recherche de boucs émissaires à toujours fleuri durant les années de crises. Mais les crises économiques ont existé bien avant l’U.E et les pays qui n’en font pas partie ne sont pas pour autant prospères. Les protestations qui montent ne sont pas de même nature. Il y a les mouvements ultra nationalistes, les populistes, les indignés,…Leur point commun est le rejet de la misère engendrée par les plans d’austérité successifs.
    Lier la crise à “l’Etat providence” est un raccourci sans fondement. Le niveau de dégradation économique n’est pas proportionnel à la somme de prestations sociales distribuées. On constate simplement que les pays qui s’en sortent le mieux sont soit des paradis fiscaux experts en blanchiment, soit des producteurs de matières premières indispensables.
    En ce qui concerne l’Islam radical, il ne prospère pas dans les pays occidentaux. Il existe, certes, des cellules ou des individus dangereux, des esprits fragiles aliénés par des discours diffusés sur le net ou quelque intégriste, mais ils restent, bien heureusement, très marginaux. L’IRA ou l’ETA nous montrent ce que dans la durée peut provoquer comme dégâts une organisation même ultra minoritaire mais solidement implantée et organisée.
    Le fait est que les musulmans ne sont en rien en guerre contre l’occident. Il s’agit d’un conflit interne à l’Islam comme la chrétienté en connut en son temps. Le fait est que ces 3 dernières années, les victimes musulmanes se comptent par centaines de milliers sans comparaison avec les quelques morts occidentaux tombés sous les coups de forcenés dont on trouve des cas dans tous les camps. D’ailleurs, en quoi ces actes ont fait avancer la cause islamiste ? De même, les émeutes ont avant tout des causes sociales. Si les islamistes en étaient les instigateurs, on n’aurait à les déplorer que dans les pays où ils sont implantés. Or, le point commun aux émeutes n’est pas la religion mais la misère et l’exclusion sociale. Et quelles sont les revendication des émeutiers ? La charia ? Evidemment non. Parfois c’est pour les malfrats un moyen de protéger leur territoire, souvent c’est la volonté de s’intégrer socialement par le logement, l’éducation et le travail. Ceux qui y ont eu accès, dans l’immense majorité vivent paisiblement.
    On voit que ce discours qui instrumentalise les faits divers ne repose sur rien. Il est d’ailleurs aisément réversible. On peut volontairement oublier Merah et ne parler que de Breivik. On peut citer Clément Meric et faire croire qu’Hitler est de retour. Ce type de discours n’est destiné qu’à un segment précis de clientèle et tourne donc en vain sur lui-même.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      13 juin 2013

      à @ Jaurès
      tout d’abord je constate que vous reprenez à votre compte la formule ” imposture intellectuelle ” qui est, je le rappelle pour les lecteurs de ce blog, de Sokal et Bricmont , parlant des…. intellectuels qui sont les maîtres à penser de @Jaurès , pour ensuite dire de nouveau que votre discours est l’expression laborieuse du ” relativisme “, celui que justement dénoncent ces deux physiciens …
      et dès que vous nous reparlerez du syndicalisme ( et ou du socialisme ), je vous réserve un … S.C.U.D. !

      Répondre
      • Jaures

        14 juin 2013

        Quinctius, la formule “imposture intellectuelle” est employée ici sciemment en réponse aux articles de Millière car lui-même l’utilisait autrefois dans ses propres ouvrages (“Une torpeur française”).

        Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)