L’imposture palestinienne

Posté le septembre 28, 2011, 12:00
9 mins

Le titre de cet article surprendra sans doute dans le contexte actuel. Aux Nations Unies, on n’a cessé, ces derniers jours, d’entendre répéter que le « peuple palestinien » avait le droit d’avoir un État. On a glosé sur les souffrances des « Palesti­niens », sur « l’occupation », et que sais-je encore.
Les faits sont là, pourtant. Les guerres arabes contre Israël, guerre de 1973 comprise, n’ont pas été menées pour que le « peuple palestinien » ait un État, mais pour détruire Israël.

L’Organisation de Libération de la Palestine n’a, elle-même, pas été fondée, en 1964, pour donner un État au « peuple palestinien » et libérer le territoire de celui-ci, mais pour détruire Israël. Et c’est plusieurs années après la fondation de l’OLP que la notion de « peuple palestinien » a fait son apparition, in­ventée par les services de propagande de Nasser et du KGB. L’idée était que présenter la volonté de destruction d’Israël sous l’angle d’une « lutte de libération nationale » rendrait cette volonté de destruction plus acceptable au reste du monde. Ce fut une idée efficace, puisque, désormais, tout le monde pense qu’il existe un « peuple palestinien » qui mène une « lutte de libération nationale ».

En réalité, ceux que l’on appelle « Palestiniens » sont, pour la plupart, des immigrants qui se sont installés sur le territoire du Mandat palestinien, au moment où celui-ci a été administré par le Royaume Uni, et qui ont quitté le territoire à la demande des autorités arabes lorsque les pays arabes voisins d’Israël ont mené la première guerre destinée à détruire Israël, en 1948-1949.

Ces gens ont reçu en 1949 le statut de « réfugiés » et, parce que les pays arabes les ont maintenus dans des camps, parce que le monde occidental a payé pour l’entretien de ces camps, ils ont toujours le statut de « réfugiés », 62 ans plus tard. Les « réfugiés », au départ, étaient environ 600 000 ; ils sont aujourd’hui cinq millions, et on en est à la quatrième génération de « réfugiés ». Devenir « réfugié » en 1949 était très facile : il suffisait de prouver deux années de résidence sur le territoire de ce qui est aujourd’hui Israël.

Les « Palestiniens » n’ont appris qu’ils étaient les « Palestiniens » qu’au moment où la notion de « peuple palestinien » a été inventée, à la fin de l’année 1967.

De même que la notion de « peuple palestinien » a été inventée assez récemment, l’idée de « territoires palestiniens » est, elle aussi, une invention récente. Jusqu’en 1967, Gaza faisait partie du territoire égyptien, tandis que la Judée-Samarie (Cisjorda­nie) faisait partie du territoire jordanien. C’est parce qu’en sig­nant la paix avec Israël, l’Égypte a renoncé à Gaza et la Jordanie à la Cisjordanie que ces territoires ont eu un statut différent, et non réglé à ce jour.

Mais ces territoires n’ont jamais été « territoires palestiniens », notion falsificatrice. Ils n’ont ja­mais été « territoires occupés », mais territoires conquis par l’Égypte et la Jordanie par la guerre en 1948-1949, puis perdus par l’Égypte et la Jordanie par la guerre en 1967 et, depuis, disputés.
On peut ajouter que Gaza est gouverné par le Hamas, organisation terroriste islamiste qui a pour projet de détruire Israël et de mener le djihad jusqu’à la restauration d’un califat, et que l’Autorité palestinienne, qui n’a jamais renoncé au terrorisme, n’a aucunement l’intention de voir créer un État palestinien à côté d’Israël, mais de créer un État à la place d’Israël, après destruction d’Israël.

Qu’on débatte incessamment de l’idée de créer un État pour un « peuple » inventé pour des raisons de guerre d’agression par des organismes totalitaires, qu’on veuille créer cet État sur des terres qui n’ont – et pour cause ! – jamais été celles de ce « peuple », et qu’on veuille confier cet État à des gens qui n’existent que pour détruire un autre État serait grotesque, si ce n’était monstrueux.
Que les dirigeants des pays occidentaux prétendent « régler » un problème inventé de toutes pièces est honteux. Qu’Israël soit contraint de participer aux simagrées censées régler ce problème est lamentable.

La paix viendra, si elle doit venir, quand les Palestiniens auront été délivrés de l’idée qu’ils sont le « peuple palestinien », quand ils recevront une éducation di­gne de ce nom, quand ils seront débarrassés de dirigeants totalitaires, et quand les dirigeants occidentaux se conduiront dignement.

50 réponses à l'article : L’imposture palestinienne

  1. vik

    27 octobre 2011

    JAURES,

    En premier lieu,vous dites que le Yishouv, la communauté juive n’atteignait pas 25000 âmes à la fin du 19ème siècle, en Palestine ! Ce qui correspondrait plus ou moins à la réalité de l’époque, soit ! Vous oubliez de dire que les Arabes vivant en Palestine n’atteignaient pas ce chiffre de 25000 âmes à la même époque ! Il en est de même pour les Chrétiens ! En définitive, des trois " familles " citées, aucune n’avait la majorité, au plan démographique !

    En second lieu, vous parlez d’exode des Palestiniens en 1948 ! Il s’agissait d’Arabes vivant en Palestine, et qui ont fui la Palestine, à la demande des dirigeants des pays arabes, qui ont lancé six armées contre le jeune Etat juif, pour le tuer dans l’oeuf ! Donc, il ne s’agit pas d’une exode, mais d’un départ volontaire, à la demande des dirigeants arabes !…

    En troisième lieu, toujours s’agissant des arabes de Palestine, figurez-vous que le " troupeau " a commencé à grossir quand les Juifs venus d’Europe ont fui les pogroms, en particulier de Pologne et de Russie ! Ces Juifs ont acheté des terres incultes, caillassées, maraicageuses à des propriétaires arabes, contents de s’en être débarrassées à prix d’or, et donc, ces Juifs ont fait appel à de la main d’oeuvre arabe, qui s’est précipitée en Palestine pour travailler et faire vivre leurs familles, car comme c’est le cas encore aujourd’hui, les pays arabes ne sont pas capables de donner du travail à leurs populations ! Et c’est ainsi que les Arabes de Palestine ont grossi, comme un troupeau bien nourri !

    En quatrième lieu, vous parlez de luttes, sous entendant par là que les luttes, ou plutôt les guerres auraient été initiées par les Palestiniens, quand tout le monde sait que ces conflits ont été initiés par les pays arabes environnant, s’étant juré de détruire Israël ! Alors, ne jouez pas au jeu de la substitution de personnes, soit intentionnellement, pour faire de la désinformation, soit parce que vous ne connaissez pas le problème du conflit israélo-arabe, ou très peu ! Pour ma part, je vous prendrais très volontier pour un manipulateur ! Et il semblerait que sur ce site, tout le monde vous connaisse mieux que moi, pour vous pratiquer plus que je ne le fais ici !

    En cinquième lieu, vous parlez de déposséssion, sous entendant encore une fois que les Israéliens auraient dépossédé les Arabes de Palestine ! Là, laissez -moi rire, et en conclusion, puisque nous parlons des Palestiniens et de la soi-disant Palestine, je vais vous poser quelques questions :

    1) Si la Palestine a existé, à un moment de l’Histoire, dîtes nous quand ce pays aurait  vu le jour, à quelle période  ?

    2° Quelles  auraient été ses frontières ?

    3) Quelle aurait étét sa langue ?

    4) Quelle aurait été  sa démographie, à un moment donné ?

    5) Quelle aurait étét sa capitale ?

    6) Quelles auraient été ses villes les plus importantes ?

    7) Quels auraient  été ses dirigeants, avant Yasser ARAFAT, (dont tout le monde sait qu’il est né au CAIRE, en Egypte, et non à Jérusalem, comme cela a été écrit sur son acte de décès, par des Politiciens complaisants et menteurs )?

    8) Quelle aurait  été sa monnaie ?

    9) Quelle  aurait été la parité, à un moment de l’Histoire que vous choisirez, par rapport au dollar US, au franc français, ou à une autre monnaie de votre choix ?

    Enfin, et quant aux preuves que le pays de CANAAN a toujours appartenu aux Juifs, elles ne manquent pas, tant au plan archéologique, que par les écrits les plus anciens : BIBLE, mais aussi CORAN, dans sa cinquième sourate, qui précise : Canaan est le pays qui a été donné par Dieu aux Juifs " ! Oui, dans le Coran, alors, vos salades (pourries) vous les vendrez à d’autres !

    VIK

    Répondre
  2. cpvd

    18 octobre 2011

    Quel peuple palestinien ? N’en déplaise à David Abergel, le peuple palestinien n’existe pas. Il est une fabrication des terroristes musulmans pour manipuler le monde libre afin d’arriver à leur fin c’est à dire supprimer l’état d’Israël et de ce fait le peuple Juif. Les musulmans doivent faire leur aggiornamento, s’ils veulent être crédibles auprès des démocraties. Tant que le coran, livre sur lequel ils s’appuient, comportera des textes qui prônent l’assassinat des Juifs et des infidèles (c’est à dire tous les non musulmans et nous sommes nombreux que diantre !) je ne vois pas comment ils pourraient être entendus. Ceux qui, actuellement, soutiennent haut et fort “la lutte du peuple palestinien” sont les idiots utiles du 21e siècle. Les donneurs de leçons que l’on retrouve à chaque fois qu’il faut lutter contre un totalitarisme, nous les retrouvons, ils étaient là lorsque les démocrates luttaient contre le communisme, on ne les nommera pas c’est inutile on s’en rappelle. Toujours “de gôche”, toujours “humanistes” soit disant. En fait ils dénient à l’ensemble des gens qui ne pensent pas comme eux le droit de s’exprimer. Ils ont le monopole de la pensée libératrice, ils ont les deux yeux bouchés, mais non, ils nous donnent des leçons que nos arrières grands parents, parents ont payé d’un lourd tribut. Ce sont eux qui n’ont pas vu arriver Hitler en 33 et ont précipité le monde dans le feu et le sang, ils ont soutenu Staline (le père des peuples ah, la bonne blague), leurs descendants ont soutenu Mao, Pol Pot, Fidel Castro et comme l’histoire galope et bien maintenant ils soutiennent l’islam et donc le “pôvre” peuple palestinien. Ils soutiennent,pauvres imbéciles qu’ils sont, les “flotilles de la paix” AH AH ! qui ne sont qu’un ramassis de terroristes, dangereux pour l’ensemble de l’humanité (voire le 11 septembre 2001. Et lorsque nous leur opposons notre avis qui diffère totalement du leur il sorte leur arme fétiche, même plus secrète, qui a fait florès et qui hélas est usée jusqu’à la corde : “Fascistes” ! “LHLPSDNH” (pour les non initiés) les-heures-les-plus-sombres-de-notre-histoire (fin de citation, ou comme ce monument de conneries qu’est Gérard Darmon (acteur de seconde zone et pas dans des chefs d’oeuvre !) qui se permet d’insulter une personne qui soutien Marine le Pen (et pourquoi pas nous sommes encore en démocratie) en traitant Me Collard (qu’on aime ou pas ce n’est pas le sujet) de gros con à la droite d’Hitler !! Rien que ça. Et ce même type doit sans doute se prendre pour un grand démocrate défenseur des droits de l’homme, alors que le vrai guignol fascisant c’est lui ! La manipulation est reine dans notre pays et dans le monde. J’attends avec impatience le moment, qui je l’espère, ne tardera pas, où enfin le peuple démocrate relèvera la tête et fera taire tous ceux qui depuis trente ans ont obligé la majorité du peuple de France et d’ailleurs à se taire. Monsieur David Abergel vous êtes un fasciste. Vous êtes aveugle ou sourd du moins je l’espère, car si ce n’est pas le cas je vais devoir ajouter malhonnête. Si vous deviez être majoritaire le monde libre serait perdu. Hélas, il y a parmi les musulmans (de force vu le choix qu’ils ont…) qui sont de très braves gens en majorité, qui sont heureux de vivre dans un pays libre et qui se retrouvent rattrapés par une idéologie qu’ils ont certainement fuit à un moment de leur vie. On leur reproche parfois de ne pas suffisamment se faire entendre. Comment le pourraient-ils, il y a maintenant des milices musulmanes dans certains quartiers qui surveillent les poubelles de leurs voisins afin de vérifier s’ils font bien le ramadan ! Et si par malheur ils trouvent un emballage de saucisson ou de jambon gare à ceux qui ont osé profaner la doctrine du vieux bédouin pédophile et drogué ! Je n’invente rien de rien, je le sais, j’ai des amis musulmans non croyants qui en ont fait les frais. Alors il est urgent de cesser les mensonges et d’appeler un chat : Un chat. Au nom des Droits de l’Homme.

    Répondre
  3. IOSA

    15 octobre 2011

    On ressent dans cet article et dans certains commentaires de la haine et du racisme.
    la Palestine existait bien avant Israël, donc le peuple élu devrait comprendre qu’il a été élu par D ieu pour la tolérance et le partage, tant qu’ils n’auront pas compris le message ils seront persécutés jusqu’à la nuit des temps…. (2012 LE POINT ZERO… )
    la loi divine n ‘est pas le pouvoir de posséder une terre et de posséder le monde….!

    Ou quand la bétise humaine n’ a plus aucune limite.

    Heu? Qui donc occupait ce territoire avant tout le monde ?

    Doit on pour celà lui rendre ce territoire? Et la France actuellement occupée par les zombies islamistes….qu’attentent ils pour partir chez eux ?

    Ceux qui perdent un territoire doivent pour le reconquérir….se battre.

    Ce n’est pas à nous les "étrangers" de le faire à leur place.

    IOSA

     

    Répondre
  4. marie

    13 octobre 2011

    On ressent dans cet article et dans certains commentaires de la haine et du racisme. la Palestine existait bien avant Israël, donc le peuple élu devrait comprendre qu’il a été élu par D ieu pour la tolérance et le partage, tant qu’ils n’auront pas compris le message ils seront persécutés jusqu’à la nuit des temps…. (2012 LE POINT ZERO… ) la loi divine n ‘est pas le pouvoir de posséder une terre et de posséder le monde….!

    Répondre
  5. Anonyme

    8 octobre 2011

    Pourquoi la France est elle envahie par l’immigration ????

    Parce que pour beaucoup d’entre eux, la France représente une terre abandonnée.

    Et pour s’en rendre compte de ce fait, il suffit de lire l’appel de certains  Français, à partir sous de meilleurs cieux.

    Que les rats quitte le navire, mais qu’ils ne reviennent pas nous donner des leçons.

     

    Répondre
  6. Anonyme

    4 octobre 2011

    Grepon : " Il n’existe aucun "droit" a "un Etat".  Un etat (..) est une creation bati et défendu par un peuple capable et organisé.   Ca ne tombe pas du ciel. "
    –          Yep, c’est exactement comme ça que ça se passe sur la planete Terre. Et bien sur, l’invasion et l’immigration, a toutes les époques, font partie des moyens utilisés par des "peuples capables et organisés" pour fabriquer un Etat. C’est comme ça!
    Pourquoi donc croyez-vous qu’il y ait 75% d’Indiens (des Indes) a l’Ile Maurice?
    Non, non, c’est pas a cause de l’islam, non!!

    Best,

    Mancney

    Répondre
  7. Anonyme

    4 octobre 2011

    Sembour : " La différence entre l’homme et l’animal me semble être le sentiment religieux exprimé. "
    –             Je pense que le Religieux et la spiritualité sont effectivement des marques de l’homme.
    Mais ce sentiment religieux est "choisi" par l’homme, choisi par celui qui crée la Religion, choisi par celui qui la supporte et celui qui la suit; tout provient du choix et de la volonté de l’homme, c’est ce que je tente vainement d’expliquer ici depuis des années. La Religion suit l’Homme et non l’inverse.

    Sembour : " MAIS, s’il suffisait d’abolir les idéologies de tous ordres et/ou toute croyance religieuse en un monde invisible, en un au-delà, pour avoir la paix sur terre, le monde pourrait y avoir une marche à suivre pratique des plus intéressantes en vue d’établir la paix universelle. OR, je ne crois personnellement pas du tout en cet « espoir ». "
    –            Je n’y crois pas non plus, et je ne le souhaite certainement pas, et je ne suis pas sur que ce serait un "espoir" : les confrontations des hommes entre eux ne me gênent pas, quelques soient les raisons qu’ils mettent en avant pour habiller leurs instincts, car elles font partie de l’ordre des choses sur la planète terre : L’enfer serait une Planete parfaite.

    Sembour : "D’une part, il est rigoureusement impossible d’interdire la croyance religieuse et d’asservir durablement les consciences."
    –           Heureusement! et c’est bien pourquoi je m’oppose a ceux qui attaquent la foi, quelqu’elle soit, y compris la foi musulmane, je m’oppose a ceux qui veulent la rendre responsable de ce dont elle n’est pas.
    Dans le meme temps, vous confirmez ici combien il est ridicule et vain de s’attaquer a l’islam, plutôt qu’aux hommes qui le transportent; ces beuglements contre la foi musulmane ne font que cacher une incapacité a s’en prendre aux hommes : cela est de la lâcheté!

    Sembour : " D’autre part, je crois que l’influence de la religion dépasse largement le cadre prosaïque, séculier, humain, que vous lui accordez et où vous la restreignez.
    –            J’ai du mal m’exprimer : meme si je considere effectivement les religions comme une histoire humaine, tout en attendant sagement d’être capable d’en ouvrir le domaine,  je n’ai jamais tenté de limiter l’influence de la religion, qui est effectivement immense; au contraire, je tente simplement de lui éviter d’être le scape-goat des sentiments humains – ou reptiliens – qui conduisent nos actions.
    Grossierement pour les problèmes d’immigration/invasion en Occident, je dirais un peu comme le Christ : "Rendez aux Africains, aux Arabes et aux Asiatiques ce qui est aux Africains, aux Arabes et aux Asiatiques et rendez a Dieu ou a Allah ce qui est a Dieu ou a Allah".
    Pour le développement d’Israel, bien sur je n’ai pas la solution, et meme si ça fait un peu penser a ce diraient mes petits copains en CM2 : "Qui va a la chasse perd sa place", je soutiens Israel, dont le peuple a le droit de revendiquer une terre ancienne (j’attends seulement que les Kabyles revendiquent l’Algérie, et les Cherokees l’Amérique!), mais je sais que si on déplace demain les Juifs en Namibie, alors il y aura un conflit dans le Sud-Ouest Africain.

    Mais, que se serait-il passé, si les Juifs avaient accepté d’intégrer Mahomet? Ou bien si les Chrétiens l’avaient accepté parmi eux? Il n’y aurait pas d’Islam aujourd’hui, c’est bien cela?
    Mais on aurait quand meme nos immigrés envahisseurs sur le dos.

    Best,

    Mancney

    Répondre
  8. Jaures

    4 octobre 2011

    "n’ont pas "un Etat" deja, du simple fait qu’ils sont des incapables." écrit Grepon.

    Donnez aux Palestiniens les dizaines de milliards de dollars d’aide militaire offerte aux Israéliens par les Etats-Unis et ceux-ci deviendront immédiatement "capables" d’obtenir un Etat. Le fait que beaucoup comme vous pensent que seule la force donne la légitimité explique que tant de conflits perdurent. Mais tant que vous êtes tranquille au Texas, que vous importe ?

    Sembour, je suis d’accord avec vous qu’on ne peut extraire la religion des consciences par la force.
    La religion fait partie de la Culture ("on est catholique comme on est Périgourdin" écrivait Montaigne). Celle-ci évolue ou disparait selon l’évolution historique. Il est vrai que l’aspect religieux est encore prédominant en Israël et c’est ce qui, à mon sens, comme dans le camp opposé, freine toutes les avancées vers la Paix. Quand les religieux israélien disent "Mon cadastre, c’est la Bible", ils coupent court à toute forme de négociation (peut-on discuter la parole de Dieu?).
    La religion qui est une idéologie de la certitude, dés qu’elle est liée au pouvoir d’Etat, est une source intarissable d’intolérance et de conflits violents.

    Quant aux miracles, ils ne sont qu’une construction idéologique énoncée pour la nécessité du dogme. On sait que les guérisons spontanées de tumeurs, maladie de Parkinson ou de sclérose en plaques existent statistiquement (1 pour 100 000 environ) dans toutes les contrées quelles que soient les modes de vie ou les religions dominantes.
    Un vrai miracle serait la repousse spontanée d’un membre ou d’un organe absent ou amputé. Mais ça, apparemment, Dieu ne sait pas faire.
    Par contre, des équipes médicales maitrisent de mieux en mieux les techniques de greffe qui ne prétendent pas au miracle mais au progrès scientifique. C’est plutôt de ce côté que je place mes espoirs et ma confiance.

    Répondre
  9. Anonyme

    3 octobre 2011

    j’avais écrit autrefois (mais mon texte après un court séjour sur le site avait été censuré) que lorsque Monsieur Millière disait revenir du Moyen Orient il fallait lire et comprendre qu’il était allé chercher ses ordres à Tel Aviv et cet article de désinformation confirme ce que je pense de l’auteur …voyons maintenant si "les 4 vérités" ouvrent honnêtement leurs colonnes à toutes les opinions de droite comme elles l’affirment ?

    Répondre
  10. Antoine

    3 octobre 2011

    Quand M. Milliere reprend de vieux poncifs de propagande: la terre où l’Etat d’Israël a été installé était vide! Il n’y avait personne! Rien, niente, nada. Donc, personnes n’a été déplacé, ou remplacé ou repoussé. Il n’y avait personne, donc Israel n’a pris la place de personne. Donc tout le reste n’est que propagande antisémite, probablement iranienne ou anciennement soviétique. Aussi vide que l’Australie, ou les Etats-Unis, oui! La réalité est qu’Israël est un pays colonial à tendance d’apartheid. Et puis si ça ne passe, on peut toujours dire que les locaux (anciens hébreux convertis…) n’y fichaient rien et que cette terre a enfin mise en valeur par Israel! (On peut se demander pourquoi la France et ses FFI ont repoussé les Allemands dont l’économie est bien supérieure?) Maquillons, maquillons, on finira bien par y croire! Honte toute bue…

    Répondre
  11. Anonyme

    3 octobre 2011
    @Mancney,
    La différence entre l’homme et l’animal me semble être le sentiment religieux exprimé.
    Ce sentiment est un vecteur supplémentaire parmi tous les autres possibles, afin de parvenir à des fins terrestres, très largement utilisé par les individus ou les groupe d’individus. En effet, depuis la nuit des temps il y a toujours eu instrumentalisation de tout et de n’importe quoi par l’être humain pour obtenir un avantage.
    MAIS, s’il suffisait d’abolir les idéologies de tous ordres et/ou toute croyance religieuse en un monde invisible, en un au-delà, pour avoir la paix sur terre, le monde pourrait y avoir une marche à suivre pratique des plus intéressantes en vue d’établir la paix universelle.
     
    OR, je ne crois personnellement pas du tout en cet « espoir ».
    D’une part, il est rigoureusement impossible d’interdire la croyance religieuse et d’asservir durablement les consciences. Les tentatives pour ce faire ont été nombreuses, universelles et sont d’ailleurs toujours aujourd’hui permanentes, mais sans vrai succès. D’autre part, je crois que l’influence de la religion dépasse largement le cadre prosaïque, séculier, humain, que vous lui accordez et où vous la restreignez.
     
    C’est la fameuse transcendance de la religion qui veut que Dieu agisse en personne, sciemment, personnellement et constamment sur les faits. C’est ce qui permet par exemple aux catholiques de ne jamais canoniser un individu, même au 21ième siècle, s’il n’y a pas un miracle objectif constaté, qui puisse lui être attribué. Cela fait sourire finement l’athée endurci, mais ne fait rire personne au Vatican, puisque cette procédure fait partie du droit canon.

    Personnellement, ma conviction est que la dimension religieuse est le facteur prépondérant en dernière analyse qui gouverne tous les aspects relatifs à la naissance, au maintien et au développement d’Israël, facteur qui préside in fine aux contentieux qui régissent ses rapports avec le monde arabe. Et ceci, même si une large proportion d’Israéliens sont juifs incroyants ou athées, ou sont arabes et musulmans, comme c’est désormais le cas.   

    Répondre
  12. grepon

    3 octobre 2011

    Relisez-moi, je n’ai jamais écrit que les Israélien n’ont pas droit à un Etat: j’ai toujours écrit le contraire.

    Ils y ont droit comme les Palestiniens.

    Ouf!   Qu des absurdites sur ce fil. 

    Il n’existe aucun "droit" a "un Etat".  Un etat qui vaille est une creation bati et defendu par un peuple capable et organise.   Ca ne tombe pas du ciel.   Tierces partis ou Machins ou autres usines a gaz ne peuvent pas faire exister "un Etat" parmi un peuple.   Ils doivent faire ca eux meme.    Ils doivent en etre capable.   

    Voila que les "palestiniens" un amas de gens feconde que de par leur DEPENDENCE sur le reste du monde, et par aillieurs horriblement mal organises, et terriblement atteint de quasi psychoses double de stupidite, n’ont pas "un Etat" deja, du simple fait qu’ils sont des incapables.

    Répondre
  13. Anonyme

    2 octobre 2011

    Au dela du peuple palestinien il existe aussi le peuple dit élu dont le statut relève plus de l’outrecuidance d’une auto élection unilatérale que d’une vérité vérifiable.

    Répondre
  14. Anonyme

    2 octobre 2011

    Sembour : " Imaginer ce qui se serait passé si les créateurs, développeurs puis acteurs présents d’Israël avaient été exactement les mêmes personnes (..) à la différence qu’ils auraient été musulmans sunnites./Ma conviction est que RIEN n’aurait été pareil""
    –             Hypothese intéressante. Je regrette juste que vous n’ayez pas considéré mon propre exemple – avec ses riches Arabes et ses pauvres Juifs – que vous avez enfoui sous le votre. Anyway, comme vous le dites, vous nous offrez un bel épisode de fiction, surtout en tenant compte du ressentiment de Mohamed vis a vis des Juifs a la suite de la fin de non recevoir que celui-ci s’est ramassé quant il a tenté de les rejoindre…. By the way : Que se serait-il passé si les Juifs avaient accepté Mahomed comme prophete au sein du Judaisme?  Anyway, Mohamed a été rejeté par les Juifs parce qu’il n’était pas juif, et non pas parce qu’il était musulman… puisqu’il n’avait pas encore inventé l’Islam.
    Pour votre exemple, je pense pas non plus que les choses seraient pareilles, mais ça ne serait pas génial non plus car il est pratiquement certain que vos Juifs muslims seraient restés/considérés comme des "non-arabes", autrement dit meme si la religion était la meme, la race serait differente, et on assisterait ainsi a une grosse chienlit : Les Arabes ne pourraient pas supporter des étrangers successful et puissants a ce point au milieu de l’Arabland. Egalement, les longs rapports tendus entre Arabes et Perses montrent bien que la Religion commune n’est pas suffisante pour avoir ou conserver de bonnes relations, comme l’a bien montré la course au Nuke des pays du Middle East – qui a au passage couté la vie a Saddam. Alors bien sur, une conversion de façade du Peuple Elu a l’Islam ne changerait probablement pas grand chose a la situation; Henri IV a changé de religion, mais avait la meme nationalité, ce qui est mieux que le contraire, comme aurait dit Maximilien de Habsbourg.
    Dans l’ordre des "facteurs d’influence", la race – en quelque sorte la Tribu – vient devant la Religion. La race n’est pas choisie, la religion peut-être choisie, c’est l’Inné contre l’Acquis, c’est toujours la meme chose.
    En tout état de cause, je ne vois pas de facteur "religieux" sérieux a la naissance, ni apres d’ailleurs, qui soit subi et non consenti, mais je vois très bien des raisons très humaines que l’on appuie sur la religion, la culture, le drapeau, le sexe, etc… (quand je parle de sexe, je pense au bordel que nous mettent certains homos, qui sont conduits par le meme genre d’activisme, quoiqu’un peu plus soft, que l’on a vu chez les kamikazes et les fous d’Allah : Tous pareils, toutes des raisons différentes, et le sexe, l’empereur et la religion ne sont que des raisons utiles mises en avant pour l’obtention de certaines "satisfactions" ou avantages, et cela incluent la revanche et la "reconnaissance" ).
    Je crois peu aux influences extérieures théoriques sur un homme – a moins qu’il ne soit completement idiot – car il appartient a l’homme d’accepter ou de rejeter ces "influences" (il choisira l’influence – école, religion, systeme, etc… – qui lui convient, a lui-même, en fonction de ses critères personnels et de son inné.), mais je crois a des bonnes raisons, a des prétextes utilisés par les Hommes pour arriver a leur fins. Eventuellement, c’est faire insulte a l’Homme que de le croire aussi facilement influençable, c’est vraiment l’installer dans un système 1984.
    Grosso modo, les "circonstances" créent un "status social donné", des conditions de vie en un lieu et en un temps; alors qqs hommes proposent naturellement des idées/réponses/solutions pour influer sur le status, traduisez pour corriger qqs hiatus, pour améliorer, et les proposent a la communauté ; alors, les hommes, selon leurs choix, uniquement influencés par leur personnalité et leurs ressentis par rapport aux conditions du status, se prononcent sur les "propositions" qui leur sont proposées : ils adherent ou non, a tel ou tel système, politique, idéologie, religion : il s’agit de choix humains, rien d’autre.
    Chez les Arabes, vivant en Europe – et meme en Arabland ou l’Islam peine a se maintenir … ça y est, les nanas votent en Saudiland! -, on voit tous les jours nos amis Arabes mettrent de coté, dans leur propre vie, les principes de leur "religion" dont et surtout la Charia dont la rigueur obsolète les emmerde, mais ils n’hésiteront pas a les ressortir des qu’ils en auront besoin, et ils n’hésitent pas a utiliser les mosquées pour "marquer leur territoire", et ceci est bien sur une oeuvre de conquete et non pas de religion… comme un chien qui marque un nouveau territoire.
    Ce sont les Hommes qui conquérissent, pas les religions ni les systèmes.

    Best,

    Mancney

    Répondre
  15. Jaures

    2 octobre 2011

    Patou, je vous ai répondu hier mais apparemment mon post n’est pas passé.

    Tout d’abord, évitez les réflexions du genre "votre connaissance du judaïsme est limité". D’abord parce que je doute que la vôtre soit sans limites, ensuite parce que si seuls les Juifs peuvent parler des Juifs, les catholiques des catholiques et les communistes des communistes, le débat sera bien terne.

    Pour en revenir à ce qui nous occupe, les textes que vous citez ne décrivent pas une abolition de l’esclavage mais divers aménagements, certes opportuns, mais où le principe demeure. Dans la Grèce antique il y eût des nuances du même type (lire le "Menon" de Platon) qui furent plus ou moins suivis.
    Plus généralement, la diversité des textes religieux fait que chacun peut y trouver de quoi justifier son comportement. Il en est de même avec les catholiques où, durant l’Histoire, les pires exactions ont pu être commises avec la foi la plus sincère.
    Ce ne sont pas les textes religieux qui permettent que la Loi soit interprétée selon le contexte mais son recul idéologique qui oblige la religion à évoluer.

    Il ne faut pas choisir dans ce qui vient du judéo-christianisme: si les Lumières en sont issues, alors ce qui s’y opposait (l’Ancien Régime, le Clergé) aussi. De même, les guerres de religions, les conflits de toutes sorte n’ont pas d’autres racines: il faut admettre tout ce qui en est issu, pas seulement les jolies fleurs.

    Les jours fériés ont bien souvent une origine antérieure au calendrier judéo-chrétien: même Noël (No Hel) est d’origine celtique.

    Relisez-moi, je n’ai jamais écrit que les Israélien n’ont pas droit à un Etat: j’ai toujours écrit le contraire.
    Ils y ont droit comme les Palestiniens.
    Par ailleurs, dire qu’un Arabe de Cisjordanie n’a aucune différence avec un Arabe Palestinien est ridicule. Faîtes-vous la différence entre un Belge et un Français ? Entre un Allemand et un Autrichien ? Entre un Chilien et un Péruvien ? Qu’en tirez-vous comme conclusion ?

    La quasi totalité des Etats islamiques sont issus de la colonisation: tout le Maghreb, l’Egypte, le Moyen-Orient, le Pakistan,…Je ne dis pas que seuls les Juifs sont responsables du conflit mais en prenant le parti des religieux et en refusant de fait la création d’un Etat palestinien,Israël fait le jeu des Islamistes et se condamne à une guerre perpétuelle

    Répondre
  16. Anonyme

    2 octobre 2011

     " Nos institutions conservent les éléments des idéologies qui ont dominé l’Occident: Grecque, Romaine, Chrétienne…
      Mieux vaut tard que jamais!…
      Il n’y a pas 6 mois, le même déniait au Christianisme toute action sur la civilisation occidentale, et niait que nos institution, notre culture en était imprégnée…
      Ce que vous avez écrit ne s’appellerait il pas " les racines chrétiennes de l’Occident"?

    Répondre
  17. HansImSchnoggeLoch

    2 octobre 2011

    <<Mais alors, si Paris valait bien une messe, la paix dans l’interminable conflit israélo-palestinien, d’où peut naître la prochaine guerre nucléaire qui anéantira toute civilisation sur la planète, ….>>
    Les fourmis sont prêtes à prendre la relève. À ce que je sache il n’existerait pas d’animosité religieuse particulière entre les différentes espèces. Mais que les entomologistes me corrigent au cas où je me tromperais.
    Toutes les conditions nécessaires à leur succès sont donc réunies, sans humains laTerre retrouverait enfin le paradis perdu.
    Nul doute que les fourmis enfin libérées sauront rebâtir la planète. Souhaitons leur, longue vie et bonne chance.

    Répondre
  18. Anonyme

    1 octobre 2011

    @Mancney,

         Pour se faire une idée plus proche de la réalité de ce qu’est le facteur religieux dans la naissance, le développement et l’état actuel du conflit israélo-palestinien, il existe un moyen que chacun peut tenter d’utiliser, et qui consiste en l’exercice suivant  (pas très facile) :

         Imaginer ce qui se serait passé si les créateurs, développeurs puis acteurs présents d’Israël avaient été exactement les mêmes personnes en chair, os et neurones que ceux qui ont réellement existé, à la différence qu’ils auraient été musulmans sunnites.

         Ceux qui connaissent bien le Moyen-Orient et bien les religions qui y cohabitent, peuvent imaginer une infinité de scénarios de politique-fiction qui décriraient la naissance d’Israël avec des fondateurs « juifs » ayant massivement embrassé l’islam, appliquant si nécessaire une taqqia particulière (consistant à se dire sunnites sincères, alors qu’ils sont secrètement israélites), etc …

         Ma conviction est que RIEN n’aurait été pareil. Pour de très nombreuses raisons fort variées, il est même risible, blasphématoire et presque ridicule d’imaginer une telle aberrante fiction, preuve que le poids du surnaturel n’est pas du tout la quantité négligeable que l’on pourrait croire.

         Mais alors, si Paris valait bien une messe, la paix dans l’interminable conflit israélo-palestinien, d’où peut naître la prochaine guerre nucléaire qui anéantira toute civilisation sur la planète, ne vaudrait-elle pas une conversion de façade du Peuple Elu? La réponse est NON.

    Répondre
  19. Patou

    1 octobre 2011

    @Nour:

    C’est du pareil au même que les guerres arabes contre Israël, aient été menées pour que le « peuple palestinien » ait un État, ou menées pour détruire Israël. La destruction d’Israël  donnerait un Pays aux Palestiniens en leur rendant le leur.

    La preuve formelle que le « peuple palestinien » existe c’est qu’Israël aussi puissant qu’il est n’arrive pas à s’en débarrasser depuis 60 et que ce peuple est si solide qu’il n’en finit pas de mener  une « lutte de libération nationale »

     

    Non, ça c’est juste la preuve qu’Israel ne cherche pas à détruire les arabes de la région.

    En réalité, ceux que l’on appelle « Palestiniens » sont, les gens qui ont toujours habité en Palestine depuis la nuit des temps, ce sont les descendants des cananéens et de Goliath qui étaient là avant que les hébreux n’arrivent et repartent quelques temps après.

     

    Faux, et archi faux. Les arabes qu’on appelle palestiniens ne sont pas descendants des cananéens. Ce sont des arabes arrivés avec l’invasion arabo-musulmane venant de la pénisule arabique, soit autour de 600-700 après JC.

    Par contre, la présence continue du peuple juif sur cette terre est attestée par de nombreux vestiges archéologiques.

     

    Les Palestiniens qui ont quittent La Palestine à la demande des autorités des pays arabes voisins d’Israël, est une affirmation très drôle, mais fausse malheureusement, les terroristes de l’Irgoun et de la Haganah d’abord Tsahal ensuite n’y était pas étrangers, referez vous aux néo-historiens Israéliens.

     

    Il suffit de relire les premières pages des journaux de l’époque pour lire l’appel lancé par les pays arabes. Il faut arrêter de réécrire l’histoire.

    S’il était très facile en 1949 devenir « réfugié Palestinien», il était encore plus facile de devenir citoyen Israélien : il suffisait d’être juif, de n’importe quelle nationalité, et de déclarer vouloir immigrer en Israël.

    Cela confirme donc ce qui est écrit dans l’article. Car pour être considéré comme juif, il faut que la mère le soit. Pour que la mère le soit, il faut que la grand-mère le soit…. etc…. Autrement, il faut pouvoir prouver une continuité historique. Alors qu’en 1949, il suffisait d’avoir vécu 2 ans en israel pour se réclamer palestinien.

    Et vous finissez par une diatribe antisémite on ne peut plus clair qui ne mérite même pas de réponse tellement elle est stérile…

    Répondre
  20. L' Inedit

    1 octobre 2011

    Plusieurs milliards de Musulmans disposent de gigantesques territoires tant au Moyen Orient quand Asie, dont ils n’ occuppent qu’ un faible pourcentage. Une importante partie de ces lieux est une veritable eponge a petrole exploitee grace a l’ aide des ingenieurs occidentaux qui prennent meme en charge son acheminement.

    Cette position, au combien privilegiee, leur garantit un pouvoir immense et des revenus faramineux. Goulus que sont les emirs, au lieu d’ en faire un peu profiter leurs peuples, ils les asservissent cruellement et laissent leurs infortunes soi-disant  Palestiniens, a la charite des imbeciles.

    Pour parachever leur politique immonde, ils utilisent le chantage au terrorrisme aupres des Occidentaux dont les dirigeants, rapaces, leurs vendent les technologies et les armes qui contriburont ulterieurement a leur invasion déjà en cours et a leur extermination sinon physique, au moins spirituelle.

    Un exemple: Une certaine crapule a livre au sinistre Kadafi cinquante  avions “Mirage” francais commandes et payes par Israel, “notre ami, notre allie”.

    Le motto qui figure sur une certaine monnaie et dans tous les credos, serait plus realiste si l’ on y ajoutait un “L”.

    Répondre
  21. HansImSchnoggeLoch

    30 septembre 2011

    <<Hans, si vous êtes protestant et que vous ne connaissez pas l’influence du protestantisme sur la pensée (Kant),  la littérature (Austen, Defoe),  la peinture (Bourdon) ou l’architecture, c’est extrêmement dommage.>>
    Je les connais pour les avoir lu dans ma langue. Je ne vois pas ce que cela a changé dans ma pensée, ni dans la littérature que je lis ou la peinture que j’aime.

    Mais la remarque était: <<de même, le protestantisme ne se limite pas à la religion mais induit une culture et un comportement singulier.>>
    L’intervenant serait bien inspiré de rester dans les bornes du sujet. Les coqs à l’âne sont en effet très malvenus chez les protestants pragmatiques.
    Je ne vois pas ce que pensée, littérature et peinture  viennent faire avec ma culture et mon comportement, qui devraient être une copie conforme de ce que l’intervenant imagine être.  Ma culture est germanique et mon comportement est normal, enfin je veux dire pas excessif comme celui de certains. Les protestants sont loin d’êtres des clones.

    Prière de retourner à vos moutons, c.à.d. les pôv Palestiniens.

    Répondre
  22. Nour

    30 septembre 2011

    C’est du pareil au même que les guerres arabes contre Israël, aient été menées pour que le « peuple palestinien » ait un État, ou menées pour détruire Israël. La destruction d’Israël  donnerait un Pays aux Palestiniens en leur rendant le leur.

    La preuve formelle que le « peuple palestinien » existe c’est qu’Israël aussi puissant qu’il est n’arrive pas à s’en débarrasser depuis 60 et que ce peuple est si solide qu’il n’en finit pas de mener  une « lutte de libération nationale »

    En réalité, ceux que l’on appelle « Palestiniens » sont, les gens qui ont toujours habité en Palestine depuis la nuit des temps, ce sont les descendants des cananéens et de Goliath qui étaient là avant que les hébreux n’arrivent et repartent quelques temps après.

    Les Palestiniens qui ont quittent La Palestine à la demande des autorités des pays arabes voisins d’Israël, est une affirmation très drôle, mais fausse malheureusement, les terroristes de l’Irgoun et de la Haganah d’abord Tsahal ensuite n’y était pas étrangers, referez vous aux néo-historiens Israéliens.

     

    Le statut de « réfugiés » est-il tellement attractif au point que les Palestiniens abandonnent leurs maisons et terres pour devenir « réfugié ».

    S’il était très facile en 1949 devenir « réfugié Palestinien», il était encore plus facile de devenir citoyen Israélien : il suffisait d’être juif, de n’importe quelle nationalité, et de déclarer vouloir immigrer en Israël.

    Pour se documenter sur l’invention de la notion de peuple juif lire le livre de Shlomo Sand qui traite

     

    Le monde entier et pas seulement les pays occidentaux manifeste un raz le bol généralisé de ce problème inventé de toutes pièces par le Sionisme pour des raisons expansionnistes et coloniales honteuses et lamentables.

    La paix viendra, seulement quand peuple palestinien  aura ses droits légitimes et inaliénables et pas avant.  Israël est une hérésie contre nature, un corps étranger, un mensonge, une illusion et une falsification qui ne saurait survive longtemps.

    Répondre
  23. Patou

    30 septembre 2011

    @Jaurès:

    Il semblerait que votre connaissance du judaisme soit très limité. Le judaisme ne se limite pas à l’ancien testament qui est la loi écrite, mais comprend également le Talmud, ainsi que de nombreux autres textes.

     l’organisation sociale actuelle de l’Etat d’Israël n’a rien à voir avec celle décrite dans l’Ancien Testament mais est une déclinaison parmi d’autres du modèle occidental issu des Lumières et forgé par les révolutions françaises et américaines.

     

    Et les lumières sont issues de la culture judéo-chrétienne. C’est bien ce que je dis.

    La Bible n’interdit pas l’esclavage mais l’asservissement d’un Juif par un autre Juif: "Quant aux serviteurs et servantes que tu devrais avoir, vous les achèterez chez les nations qui vous entourent;  vous pourrez aussi en acheter parmi les enfants des hôtes venus s’installer chez vous, ou dans un de leurs clans, habitant chez vous après qu’ils ont fait souche dans votre pays. Ils seront votre propriété…Vous pourrez les asservir à tout jamais. ( Levitique XXV)

     

    La loi écrite (la torah) s’accompagne de la loi orale. Cette dernière permet justement d’adapter le judaisme à son époque et devait être transmise oralement de génération en génération. De peur qu’elle ne se perde, elle a été mise par écrit, et est connu sous le nom de Talmud.

    Concernant l’esclavage un extrait de Wikipedia:

    Selon la loi mosaique, les esclaves détenus par des juifs avaient non seulement le droit à l’émancipation la septième année mais aussi tous les esclaves devaient être libérés après sept cycles sabbatiques (année jubilaire). Un esclave qui était emmené en Terre d’Israel, devenait libre dès qu’il en avait touché le sol.

    Le TALMUD annule de facto la mise en esclavage ( Cf. Talmud de Babylone, Traité de Makot 8b): Le Talmud condamne le propriétaire d’un esclave à libérer celui-ci sur le champ si le maître blesse l’esclave et que le soin de l’esclave nécessite une dépense supérieure à 5 peroutas (petite monnaie de l’époque en Babylonie, correspondant environ à 1 centime d’euro en 2011). Autant dire que la moindre griffure recouverte par pansement libère l’esclave, dans ces conditions qui peut acheter dès lors un esclave? De nombreuses références sont égrenées tout le long du Deutéronome pour abroger l’esclavage, telle: Exode 21.27 <Et s’il fait tomber une dent à son esclave, homme ou femme, il le mettra en liberté, pour prix de sa dent.> Aussi la Halakha, le code de loi des Juifs, n’autorise donc ni la vente ni l’achat d’un esclave sauf pour le libérer de l’oppression.

     

    Les jours fériés étaient à l’origine destinés au culte, ce n’était pas comme aujourd’hui un jour libéré.

     

    Les jours fériés commémorent des "fêtes" chrétiennes (qui ont d’ailleurs souvent leurs origines dans le judaisme) ou sont des jours de souvenirs (8 mai, 11 novembre). Je ne connais aucun jour férié en France qui a été décrété comme tel juste pour "libérer" les salariés. De même, certaines fêtes juives ne sont pas liées au culte mais célèbrent des victoires (hanouka, pourim par exemple), ou la terre (nouvel an des arbres, fête des moissons, etc).

     

    Peuple n’est pas un statut mais une notion qui varie selon les conceptions de ceux qui l’énonce. Millière a écrit un ouvrage intéressant sur ce sujet ("Mise à mort des Cultures Populaires"), du temps où il était encore un penseur des idéologies avant d’en être l’esclave d’une seule. Le seul statut réel est la nationalité, ce dont disposent, et c’est bien leur droit, les Israéliens.

    Mais pas les Palestiniens, et je vous retourne votre question, pourquoi la leur refuser ?

     

    Je ne leur refuse pas. Je dis simplement qu’il n’y a aucune différence entre un arabe de cisjordanie et un arabe de transjordanie. 

    Par contre, vous, vous ne répondez pas à ma question: pourquoi la refusez-vous aux juifs ?

    Votre conception de l’Islam est celle qui arrange les sionistes. L’Islam s’est construit pas la guerre et la conquête comme toutes les religions: relisez l’Ancien Testament qui n’est qu’une suite de guerres et de massacres. L’Islam sort à peine de la colonisation, commence à mettre à mal les autocraties. Les peuples doivent peu à peu se séculariser comme l’ont fait de haute lutte les pays occidentaux pour cheminer vers la démocratie. De même, Israël devra se délivrer de l’influence des religieux si elle veut trouver la paix.

     

    Je crois qu’on peut difficilement être plus de mauvaise foi…. Il y a plus d’une vingtaine de pays dont l’islam est la religion d’état. Une bonne partie de ces pays n’ont jamais été colonisés par l’occident. Mais ça serait la faute d’une poignée de juifs religieux en Israel qui empecherait la paix…. ???

     

    Concernant le protestantisme, je ne peux rien dire car je ne connais pas. Et quand je ne connais pas, je ne dis rien, moi.


     


     

    Répondre
  24. Anonyme

    30 septembre 2011

    WatsonCorsica : " (..) mais ce serait encore mieux si vous donniez quelques exemples choisis."
    –        Des exemples? Vous avez besoin d’exemples, alors que ceux-ci sont visibles tous les jours et emplissent votre vie quotidienne? Ok. Let’s have this one. J’ai écrit plus haut :
    "(..) ce sont toujours les Hommes qui créent les Religions, toujours les Hommes qui les utilisent (..) pour leurs intérêts en tout cas."
    ..    et ceci n’est pas un scoop et ne devrait pas avoir besoin d’exemple, mais pour vous être agréable, on peut citer l’histoire de cette belle petite Arabo-berbere, ardemment courtisée par un Franchouille; le mec étant complement nul, la fille a vite compris et elle chercha donc a de dégager; alors, elle a invoqué le prétexte le plus pratique et le plus imparable, réussite garantie, elle a invoqué sa religion, l’Islam – comme déjà expliqué plus haut, l’islamophobe conforte l’Islam, en lui prêtant et en lui reconnaissant beaucoup plus de pouvoirs qu’il n’en a réellement -, alors ça a probablement donné quelque chose comme : "Je t’aime bien, mais Mahomet il veut pas que je sorte avec toi! Désolée, c’est comme ça!". Et bien sur l’autre imbécile est parti la queue entre les jambes, et bien sur, plutôt que de voir en face son propre échec et sa propre médiocrité, il a trouvé un responsable a son échec, l’Islam, et il est donc devenu "islamophobe", forcément!!
    Marrant d’observer que le Franchouille a aussi, tout comme la petite Arabe, utilisé la religion comme une excuse, comme une "raison". On notera bien sur que l’Islam, la religion abhorrée, n’avait absolument pas géné le Franchouille tant qu’il croyait avoir ses chances avec la fille.
    Evidemment, cette histoire se repete mille fois par jours.
    Ça vous va comme exemples d’utilisations "pour son propre intérêt" de la religion, Watson?

    Best,

    Mancney

    Répondre
  25. Jaures

    30 septembre 2011

    Patou, pour répondre dans l’ordre:

    – l’organisation sociale actuelle de l’Etat d’Israël n’a rien à voir avec celle décrite dans l’Ancien Testament mais est une déclinaison parmi d’autres du modèle occidental issu des Lumières et forgé par les révolutions françaises et américaines.

    – La Bible n’interdit pas l’esclavage mais l’asservissement d’un Juif par un autre Juif: "Quant aux serviteurs et servantes que tu devrais avoir, vous les achèterez chez les nations qui vous entourent;  vous pourrez aussi en acheter parmi les enfants des hôtes venus s’installer chez vous, ou dans un de leurs clans, habitant chez vous après qu’ils ont fait souche dans votre pays. Ils seront votre propriété…Vous pourrez les asservir à tout jamais. ( Levitique XXV)

    – Les jours fériés étaient à l’origine destinés au culte, ce n’était pas comme aujourd’hui un jour libéré.

    – Nos institutions conservent des éléments de toutes les idéologies qui ont dominé l’occident: Grecque, Romaine, Chrétienne,… De même,notre langage qui  est le pilier de la culture, est imprégné de latin, de grec, d’hébreux, d’arabe…

    – "Citoyen" est en soi une notion récente: elle est issue des Lumières en opposition à "sujet" (d’un monarque ou d’un empereur). Socialement, elle n’a pris corps que peu à peu: dans le contexte français, les femmes n’ont eu le droit de vote qu’en 1945 et l’autonomie sociale qu’au milieu des années 60. Un citoyen est un membre autonome et actif de la société. "Habitant" est bien plus restrictif.

    – Peuple n’est pas un statut mais une notion qui varie selon les conceptions de ceux qui l’énonce. Millière a écrit un ouvrage intéressant sur ce sujet ("Mise à mort des Cultures Populaires"), du temps où il était encore un penseur des idéologies avant d’en être l’esclave d’une seule. Le seul statut réel est la nationalité, ce dont disposent, et c’est bien leur droit, les Israéliens.
    Mais pas les Palestiniens, et je vous retourne votre question, pourquoi la leur refuser ?

    – Les Irlandais ne sont pas britanniques parce qu’ils ont pu résister. Les Gallois sont britanniques alors que le pays de Galles est définie comme "nation".

    – Votre conception de l’Islam est celle qui arrange les sionistes. L’Islam s’est construit pas la guerre et la conquête comme toutes les religions: relisez l’Ancien Testament qui n’est qu’une suite de guerres et de massacres. L’Islam sort à peine de la colonisation, commence à mettre à mal les autocraties. Les peuples doivent peu à peu se séculariser comme l’ont fait de haute lutte les pays occidentaux pour cheminer vers la démocratie. De même, Israël devra se délivrer de l’influence des religieux si elle veut trouver la paix.

    Hans, si vous êtes protestant et que vous ne connaissez pas l’influence du protestantisme sur la pensée (Kant),  la littérature (Austen, Defoe),  la peinture (Bourdon) ou l’architecture, c’est extrêmement dommage.

    Répondre
  26. gilbert

    30 septembre 2011

    magnifique article criant de vérités , merci monsieur guy millieres .

    Répondre
  27. HansImSchnoggeLoch

    30 septembre 2011

    <<De même, le protestantisme ne se limite pas à la religion mais induit une culture et un comportement singulier.>>
    Étant protestant de confession d’Augsbourg je suis curieux de savoir quelle culture et quel comportement me distingueraient du reste du monde. L’intervenant est prié d’éclaircir ma lanterne.
    Je suspecte que sa remarque est plutôt un moyen de botter en touche afin de s’éclipser du sujet principal pour lequel il n’a pas aucune réponse adéquate.

    Répondre
  28. Patou

    30 septembre 2011

    @Jaurès:

    "Patou, vous avez raison: le judaïsme ne se limite pas à la religion. De même, le protestantisme ne se limite pas à la religion mais induit une culture et un comportement singulier."

    Je ne parle pas uniquement de culture, mais de toute une organisation sociale, avec ses lois, ses instances, ses valeurs, etc…

    "Cependant, quand vous dîtes que " Les ancêtres des juifs se sont constitués en peuple, en se donnant des lois, une organisation sociale, une langue, une terre, etc…", ce n’est pas exact. Ainsi, les institutions israéliennes sont d’inspiration occidentales, même si Israël n’a pas de réelle constitution."

    Si c’est exact. Ce n’est pas de la faute des juifs si les sociétés occidentales se sont notamment inspirées du judaïsme:

    – repos hebdomadaire pour tous
    – congés avec interdiction de travailler les jours de fêtes.

    En tant que défenseur des droits des travailleurs, vous pouvez au moins reconnaitre ceci au judaïsme.

    – égalité entre les individus
    – interdiction de l’esclavage
    – système de lois (les 10 commandements n’en sont qu’une infime partie, il y en a 613 dans le judaisme) qui structure la société.
    – justice, comme pa exemple le fameux "oeil pour oeil, dent pour dent" qui n’est pas un appel à la vengeance, mais qui ordonne qu’une réparation doit être proportionnelle au préjudice.
    – un système communautaire qui se réuinit en assemblée (la synagogue) pour débattre des problèmes du groupe, etc…

    Et je pourrais encore citer beaucoup d’exemples.

     Les émigrés juifs sont arrivés avec l’organisation sociétale de leurs pays d’origine (présidence, parlement, séparation des pouvoirs,…). On ne peut pas dire qu’il existe une organisation judaïque originale qui prendrait racine dans une tradition ancienne.

    Le judaisme a évolué avec le temps. Ce n’est pas un dogme figé il y a 3000 ans. Donc effectivement, il y a de l’occidental dans la société israelienne, car l’occidental contient aussi du judaisme.

    Il en est de même de l’économie, des rapports sociaux, …

    Idem en ce qui concerne la terre: les Juifs ne se sont pas "donné" une terre: ils l’ont conquise.

    Là non plus, rien d’original: chaque Etat s’est constitué au fil de conquêtes, d’annexions et de guerres.

    C’est exact, et c’est le cas de tous les peuples.

    Je ne partage pas non plus vos distinctions entre "peuple" et "citoyenneté". "Citoyen" est un terme générique qui transcende les nationalités. On se dit couramment "citoyen du monde", il n’empêche qu’on ne possède qu’une (ou une double) nationalité.

    "citoyen du monde" est une notion récente, bien creuse et qui ne veut absolument rien dire, si ce n’est "habitant de la Terre".

    En fait, nous possédons un ensemble de connivences qui nous lient à différentes strates de la société. Pour reprendre votre raisonnement, je peux dire qu’on peut être de culture bretonne, de nationalité française, attaché aux valeurs traditionnelles et de religion catholique.

    Allez donc expliquer à tous les indépendantistes qu’ils ne forment pas des peuples…

    On pourra être de culture judaïque, de nationalité américaine, attaché aux valeurs démocrates et agnostique (vous aurez reconnu le portrait de Woody Allen).

    Pourquoi refuser ce statut de peuple aux juifs qui se reconnaissent comme tel (et qui sont reconnus comme tel) depuis plus de 3000 ans, et l’accepter pour les palestiniens qui le revendiquent depuis 40 ans seulement ?

    Qu’au hasard de l’Histoire, des peuples se définissent d’une nationalité ou d’une autre est très courant: un habitant de Ionie était Grec 600 ans avant J.C, il est devenu successivement, Perse, Romain, Byzantin, Génois puis Turc. A chaque fois il aura changé de religion. Ce qui compte, c’est le sentiment d’appartenance: malgré une répression terrible, les Irlandais ne sont jamais devenus britanniques.

    Les irlandais ne sont jamais devenus britanniques parce-qu’ils ne le sont effectivement pas. Dans le judaisme, il est indiqué que les juifs doivent respectés les lois du pays où ils se trouvent. C’est pour cela qu’ils se sont si bien assimilés et qu’on a tendance à croire que ce n’est pas un peuple distinct.

    Qui aurait pensé en 1940 que les chefs d’Etat français et allemand se tiendrait 40 ans plus tard la main lors de la commémoration de Verdun ? Pourquoi ne pas espérer qu’il en soit ainsi un jour à Jérusalem avec les représentants de la Palestine et d’Israël ?

    Je crois que la réponse a été donné par qqn d’autre sur le forum: parce-que l’islam est par nature hégémonique, et qu’une terre qui a été islamique dans le passé doit le revenir. Refusé de voir ce fait, alors qu’il est clamé haut et fort par les musulmans relève de la dissonance cognitive.

    Sur ce, shabbat shalom à tous, et remerciez le judaisme pour avoir imposer le repos hebdomadaire…

    Répondre
  29. WatsonCorsica

    30 septembre 2011

    Mancney :

    Chaque fois que vous confronterez un Arabe, qu’il soit croyant ou non, il vous balancera la Sourate-qui-va-bien pour conserver son avantage dialectique : Le Coran est bien pratique, pour les petits malins qui savent s’en servir, et il est mis de coté des que ses interdits obsoletes deviennent "genants".

    C’est bien mancney ce que vous écrivez – je souscrits

    mais ce serait encore mieux si vous donniez quelques exemples choisis – vous devez avoir un Coran à portée de main, sinon sur le web – Allez, Mancney, vous qui avez du temps… vous allez bien nous en donner quelques-uns ?

    Répondre
  30. Anonyme

    29 septembre 2011

    Sembour : " Ceci est inacceptable pour la simple raison que c’est contraire aux révélations coraniques de Mahomet."
    –          With all due respect, je ne pense pas que cela soit "La simple raison", mais c’est plutot "la raison invoquée". Et c’est une "bonne raison" car elle est puissante et efficace, elle rassemble et motive, elle a un coté immuable et sacré, elle met un terme a toutes les oppositions. Tres astucieusement, les Arabes en ont fait un principe absolu, ils en ont fait une arme, une arme d’autant plus redoutable qu’elle semble être ACCEPTEE par les non-musulmans!! Curieusement, et contrairement a toute intelligence pratique, ce sont les non-musulmans qui donnent de la puissance a l’Islam, simplement en lui reconnaissant un pouvoir qu’il n’a pas. Résultat : un Arabe n’aura absolument AUCUN mal a brandir son Coran, a opposer a un non-muslim, une arme que celui-la-même reconnait!
    Chaque fois que vous confronterez un Arabe, qu’il soit croyant ou non, il vous balancera la Sourate-qui-va-bien pour conserver son avantage dialectique : Le Coran est bien pratique, pour les petits malins qui savent s’en servir, et il est mis de coté des que ses interdits obsoletes deviennent "genants".
    Pour Israel, la vrai raison est que les Arabes ne veulent pas de juifs brillants et successfull a leur porte, qui leur rappellent en permanence leurs différences économiques et sociales a leur désavantage. Alors, les révélations de Mahomet les arrangent bien. Si demain les Arabes étaient riches et puissants et les Juifs étaient pauvres et affaiblis, le meme probleme, le meme ressentiment existerait, mais cette fois du coté Juif et non pas du coté Arabe.
    Nous-meme nous sommes copieusement servi du Christ pour aller en Croisade, alors que tout le monde sait bien que les vrais raisons étaient ailleurs. Une fois nos aspirations terrestres et egotiques contentées, on sait tres bien oublier la Religion… et comme disait ce cher Henri : " Paris vaut bien une messe".
    Dieu est probablement au courant, ou peut être pas, mais ce sont toujours les Hommes qui créent les Religions, toujours les Hommes qui les utilisent, pour le bien ou pour le mal, pour leurs intérêts en tout cas.

    Best,

    Mancney

    Répondre
  31. BORGAL

    29 septembre 2011

     

    Face à un tel déferlement d’idées excessivement brillantes et complexes – qui disent d’ailleurs très souvent les mêmes choses que moi, mais en des termes très sophistiqués (parce que mieux informés du ou des DETAILS), je me contenterai de simplement répéter mon petit Mantra "simpliste" jusqu’à épuisement…..

    ……Répétez après moi au moins 15 fois,  à haute et intelligible voix, et en pensant très fort aux colossales implications

          la phrase suivante  :

     

    LES  "PALESTINIENS"  SONT DES  ARABES COMME LES AUTRES

     

    (Let there be more light)

     

    (Waaaaooooh………. What a flash, what a damn of an unbearable light  !  !  !    !     ! )

     

    Répondre
  32. Jaures

    29 septembre 2011

    Patou, vous avez raison: le judaïsme ne se limite pas à la religion. De même, le protestantisme ne se limite pas à la religion mais induit une culture et un comportement singulier.

    Cependant, quand vous dîtes que " Les ancêtres des juifs se sont constitués en peuple, en se donnant des lois, une organisation sociale, une langue, une terre, etc…", ce n’est pas exact. Ainsi, les institutions israéliennes sont d’inspiration occidentales, même si Israël n’a pas de réelle constitution. Les émigrés juifs sont arrivés avec l’organisation sociétale de leurs pays d’origine (présidence, parlement, séparation des pouvoirs,…). On ne peut pas dire qu’il existe une organisation judaïque originale qui prendrait racine dans une tradition ancienne.
    Il en est de même de l’économie, des rapports sociaux, …
    Idem en ce qui concerne la terre: les Juifs ne se sont pas "donné" une terre: ils l’ont conquise.
    Là non plus, rien d’original: chaque Etat s’est constitué au fil de conquêtes, d’annexions et de guerres.

    Je ne partage pas non plus vos distinctions entre "peuple" et "citoyenneté". "Citoyen" est un terme générique qui transcende les nationalités. On se dit couramment "citoyen du monde", il n’empêche qu’on ne possède qu’une (ou une double) nationalité.
    En fait, nous possédons un ensemble de connivences qui nous lient à différentes strates de la société. Pour reprendre votre raisonnement, je peux dire qu’on peut être de culture bretonne, de nationalité française, attaché aux valeurs traditionnelles et de religion catholique.
    On pourra être de culture judaïque, de nationalité américaine, attaché aux valeurs démocrates et agnostique (vous aurez reconnu le portrait de Woody Allen).

    Qu’au hasard de l’Histoire, des peuples se définissent d’une nationalité ou d’une autre est très courant: un habitant de Ionie était Grec 600 ans avant J.C, il est devenu successivement, Perse, Romain, Byzantin, Génois puis Turc. A chaque fois il aura changé de religion. Ce qui compte, c’est le sentiment d’appartenance: malgré une répression terrible, les Irlandais ne sont jamais devenus britanniques.

    Je souscris totalement à votre souhait: il ne peut être question qu’un Etat palestinien se crée sur la volonté de supprimer Israël mais, à l’inverse, en niant l’identité palestinienne, on ne fait que le renforcer et on diminue en rien son hostilité. Pour reprendre l’exemple de l’Afrique de Sud, les maximalistes des deux camps ont fini par laisser place à une cohabitation certes encore fragile mais qui tend vers une idée de nation malgré les origines différentes et hostiles de ses composantes.

    Qui aurait pensé en 1940 que les chefs d’Etat français et allemand se tiendrait 40 ans plus tard la main lors de la commémoration de Verdun ? Pourquoi ne pas espérer qu’il en soit ainsi un jour à Jérusalem avec les représentants de la Palestine et d’Israël ?

    Répondre
  33. WatsonCorsica

    29 septembre 2011

    Un Palestinien m’expliquait qu’à la différence des israéliens, les palestiniens n’avaient jamais l’intention de tuer leurs adversaires.

    ils se contentaient de lancer des roquettes dans les cieux et c’était Allah qui décidait si elles devaient tuer ou non – et que de ce fait, ils étaient un peuple pacifiste – contrairement aux méchants israéliens… etc

    C’est vrai qu’avec ce genre d’arguments on a envie de faire un grand ménage !

    Conclusion : les Israéliens font preuve d’une infinie patience…

    Répondre
  34. Anonyme

    29 septembre 2011

    Jaures Votre discours ressemble de plus en plus aux écrits d’ un certain Alain Soral. Suivant vos analyses, vos amis arabes devraient rendre tous les territoires qu’ils ont conquis à la force du sabre. Les arabes habitant la province de Palestine quittèrent leurs maisons sous le promesse des pays arabes entourant Israël de rejeter les juifs à la mer.

    Répondre
  35. Patou

    29 septembre 2011

    @lulu: je crois qu’en mélangeant tout, on finit par écrire n’importe quoi….

     Deir Yassin était incontestablement une erreur, et tout le monde la condamne. Ceci dit ce n’est pas 240 personnes, mais à peine une centaine. Mais indépendamment des chiffres, les terroristes arabes et musulmans en général peuvent se "vanter" de massacres comme deir Yassin par centaines.

    Einstein parlait des arabes, c’est à dire des pays arabes qui refusent l’existence d’israel. Les arabes qui sont restés en israel sont intégrés à la société.

    En 1952, c’est la jordanie qui occupait la judée-samarie, et l’egypte qui occupait gaza…. donc je ne vois pas de quelles colonies il pouvait parler….
    Il faut faire attention quand on fait parler les morts de ne pas leur faire dire n’importe quoi….

    Et étant donné votre message, on voit tout de suite qui est l’imposteur….

    Répondre
  36. Anonyme

    29 septembre 2011

    Aussi incroyable que cela puisse paraître à notre époque si matérialiste et si séculière, le véritable socle dur du conflit israélo-palestinien est religieux et immatériel.

    Un territoire situé en plein Moyen-orient-arabe et musulman, et qui était considéré jusqu’en 1948 comme terre d’islam, ne doit pas, ne peut pas, se retrouver sous juridiction non-musulmane (et de plus « juive »). Ceci est inacceptable pour la simple raison que c’est contraire aux révélations coraniques de Mahomet.

    Toute la chronologie du conflit et toutes les manœuvres, péripéties, ruses, pressions, guerres, depuis 65 ans trouvent leur raison d’être véritable, profonde et ultime dans la nécessité aussi absurde qu’ardente et incontournable suivante : la terre d’islam ne peut retourner à un quelconque statut où elle se retrouverait non soumise à l’islam.

    La création de toutes pièces du « peuple palestinien », n’est qu’une péripétie annexe, périphérique et anecdotique de l’ardente nécessité de conserver l’intégrité de la terre d’islam, sanctuaire inviolable qui ne peut que s’étendre, mais ne jamais se rétrécir.

    La dimension religieuse est donc indispensable pour comprendre ce qui alimente et maintient le contentieux israélo-palestinien et pourquoi RIEN ne pourra s’y résoudre par des concessions matérielles quelles qu’elles soient.

    Répondre
  37. ozone

    29 septembre 2011

    Souriez…..C’est nous qui payons…

    Répondre
  38. MERA

    28 septembre 2011

    Les Arabes israéliens préfèrent la liberté, la démocratie et les salaires qu’ils trouvent en Israël. Ils voudraient la paix, mais leur religion leur interdit de faire la paix avec des non-musulmans. C’est pourquoi M. Abbas veut un Etat-Palestine tout en refusant de discuter de paix avec Israël, pour ensuite faire appel à l’ONU dans ses efforts de destruction d’Israël. Le FLN algérien n’ayant jamais fait la paix avec la France (il a refusé de signer les accords d’Evian), nous risquons exactement la même chose en France.

    Répondre
  39. lulu

    28 septembre 2011

     1. Dans une lettre, datée du 25 novembre 1929, adressée à Chaïm Weizmann, Albert Einstein a écrit :

     « Si nous nous révélons incapables de parvenir à une cohabitation et à des accords honnêtes avec les Arabes, alors nous n’aurons strictement rien appris pendant nos deux mille années de souffrances et mériterons tout ce qui nous arrivera ».

    Il convient de souligner qu’à cette époque Weizmann, citoyen britannique, venait d’être désigné comme Président de l’Agence Juive pour la Palestine, Agence qui avait été créée, en 1929, pour être l’Exécutif de L’Organisation Sioniste Mondiale en Palestine, alors sous Mandat Britannique. Mais, de fait, cette Agence a assumé le rôle de Gouvernement pour la population juive palestinienne. Par la suite, elle deviendra, en 1948, le premier Gouvernement de L’Etat d’Israël, et Weizmann deviendra le premier Président de cet Etat. En outre, Weizmann, qui est universitaire, chimiste de formation, a monté, avec Einstein, aux environs des années vingt, le Projet de l’Université Hébraïque de Jérusalem.

    2. Au matin du 9 avril 1948, des Commandos de l’Irgoun, dirigé par Menahem Begin, et des membres de la Milice Stern investissent le village Palestinien de Deir Yassin pour y massacrer « 240 hommes, femmes et enfants » et « maintenir quelques uns en vie pour les faire défiler comme captifs dans les rues de Jérusalem  ».

     Ce massacre, qui a précédé de cinq semaines la proclamation de l’Etat d’Israël, a été planifié pour semer la terreur parmi les palestiniens, les obligeant à l’exil, et permettre à la Haganah, qui deviendra l’Armée du futur Etat Israélien, de détruire systématiquement plus de quatre cents villes et villages arabes après en avoir expulsé les habitants qui devinrent les premiers réfugiés palestiniens.

     Dans une lettre au New York Times, datée du 4 décembre 1948 et signée avec une vingtaine d’autres personnalités juives, Einstein exprime, avec des mots forts et justes, son horreur devant le massacre de Deir Yassin. Il y dit, en particulier :

    « Par son organisation, ses méthodes, sa philosophie politique et son discours social le « Herout » (Parti politique ancêtre du Likoud, le Parti de Benyamin Netanyahou) ressemble aux partis nazis et fascistes [The "Freedom Party" (Tnuat Haherut), a political party closely akin in its organization, methods, political philosophy and social appeal to the Nazi and Fascist parties]  ».

    3. Enfin, à propos des Colonies, Albert Einstein a déclaré, dans une lettre, datée du mois de mars 1952, adressée au Rabbin orthodoxe Louis Rabinowitz qui lui avait écrit pour justifier la Colonisation :

    "Être baptisé dans des eaux juives n’implique pas l’immunité "

    Salah HORCHANI

     

    Voili voilou, l’OLP , ce sont vraiment des petits garçons à côté de ce qu’onnfait Irgoun et haganah bien avant eux …

    Alors c’est qui l’imposteur??

    Répondre
  40. L' Inedit

    28 septembre 2011

    Que choisir?

     

    Les Arabes font valoir une anteriorite fantaisiste sur les territoires israeliens pour mieux pouvoir s’ en emparer.

    En ce qui concerne la France, et plus largement toute l’ Europe, je voudrais savoir pour quelle raison ils envahissent ces contrees (jusqu’ en Finlande) en imposant Mohamed, avec la benediction des autorites (et des Jaures)  et l’ inertie du clerge?

    D’ un cote, il y a  Israel  qui a fait fleurir le desert; En face, un peuple de fainéants, d’ assistes permanents que la jalousie obsede, et qui ne pratique  que le vol, le viol, le meutre et le vandalisme en prenant  comme pretexte un faux nationalisme.

    Répondre
  41. vozuti

    28 septembre 2011

    l’idée dominante dans les médias est qu’il serait légitime que les israéliens perde leur territoire pour faire plaisir aux arabes,et également qu’il est normal que les européens partagent leur territoire avec les arabes(jusqu’à éventuèlement se laisser  remplacer);      mais part contre, il est absolument insuportable que les arabes perdent ne serait-ce qu’un petit bout de désert et que les ex-immigrés jordanniens (les palestiniens) s’installent dans d’autres pays arabes,à quelques kilomètres de là.

    Répondre
  42. IOSA

    28 septembre 2011

    Jaurè[email protected]

    Votre post est plein de bon sens et de finesse…..dommage que ce talent soit à chaque fois caché lorsqu’il s’agit de l’immigration non désirable en France.

    Bon à part celà, je vais me répéter sur le pourquoi et le comment de cette reconnaissance palestinienne désiré par nos élus corrompus.

    Tout a commencer par le baiser du pape au coran, la nomination au titre de chanoine national de celui qui libère l’islam du joug de la civilisation (voir la Lybie), la béatification de JPII (reconnaissance plus qu’explicite de l’ Eglise à ce que le contenu du Coran est parole divine) et enfin dernière étape la reconnaissance par l’ ONU de l’ Etat palestinien avant le bombardement d’ Israël (dernier bastion de la civilisation dans les terres islamistes).

    IOSA

    Répondre
  43. Anonyme

    28 septembre 2011

    GM : " La paix viendra, si elle doit venir, quand les Palestiniens auront été délivrés de l’idée qu’ils sont le « peuple palestinien »"
    –          Les "Palestiniens", enfin les mecs qui vivent en "Palestine",  garderont cette "idée", quelque soit leur origine, car elle leur permet de se rassembler et de poursuivre un but auquel ils croient ou font semblant de croire, meme si ils auraient sans doute plutot interet a tenter de se fondre petit a petit dans Israel.
    Des qu’une population conséquente s’installe quelque part, elle va vouloir "faire un Etat" ou un truc assimilé. On a vu ça depuis l’origine des temps : l’Algérie n’existait pas il y a deux siècles, les US n’existaient pas il y a cinq siècles… Les Arabes se sont installés un peu partout au VIeme/VIIeme siècle – et recommencent le meme coup aujourd’hui -, meme les Francs et les Wisigoths firent de meme, comme des tas d’autres: tout ceux-la sont des conquérants, des "imposteurs", tout le monde sait ça. So what?
    Ainsi, peut importe la validité historique d’une migration ou d’un settlement, seule compte sa force actuelle, le nombre de sa population – et c’est pour cela qu’il faut limiter l’immigration dans TOUS les pays et la ramener a 4%-6% -, ses moyens et sa détermination.
    Ainsi, sur l’échiquier mondial, pour des raisons géopolitiques, on entretient un lieu de tension au Middle-East, ou d’une part les Juifs Israeliens et d’autre part les Turco-arabo-whatever, habitants actuels de Palestine, sont les pions de ce jeu de Go grandeur nature. Il doit y avoir de bonnes raisons a cela, qui dépassent certainement le souci quotidien du yaouled palestinien.

    Best,

    Mancney

    Répondre
  44. François

    28 septembre 2011

      Article intéressant et instructif. Merci, Monsieur Millière.
      Quand à l’accusation de "négationnisme", c’est une vieille tarte à la crème que balancent systématiquement ceux qui n’acceptent pas que l’Histoire ne se soumette pas à leur idéologie…

    Répondre
  45. Patou

    28 septembre 2011

    Bonjour Jaurès,

    je crois que l’erreur est de considérer le judaisme comme une religion. La religion n’est qu’une facette du judaisme. Les ancêtres des juifs se sont constités en peuple, en se donnant des lois, une organisation sociale, une langue, une terre, etc… Restreindre le judaisme à la religion revient à biaiser le débat. Le peuple s’est retrouvé éclaté, mais il n’en demeure pas moins "peuple". Il ne faut pas confondre "citoyenneté" et "nationalité". Un juif américain fait partie du peuple juif, possède la citoyenneté américaine, et prête allégeance aux USA. De même que pour un juif français. (apparté: C’est comme si on disait que les bretons, les corses, les basques, les catalans… etc n’existent pas car ils sont français. Ce sont des peuples différents mais qui se reconnaissent dans les valeurs de la république française, et qui sont citoyens français).

    Avant 1948, les palestiniens étaient les juifs. Les arabes vivant là-bas refusaient cette appellation pour ne pas être confondus avec les juifs.

    Suite à la fin du mandat britannique, deux états ont vu le jour sur la zone géographique appelée "palestine". L’état d’israel peuplé majoritairement de juifs, et l’état de jordanie (d’abord transjordanie) peuplé d’arabes. Quelle est la différence, d’un point de vue ethnie, langue, coutume, tradition, etc… entre un transjordanien et un cisjordanien ? Aucune. Donc d’un point de vue purement logique, l’état arabe de palestine existe déjà et se nomme maintenant la jordanie.

    Qu’un deuxième état palestinien voit le jour pourquoi pas. Mais ce n’est certainement pas sur la volonté de réparer une "injustice". De même, pourquoi ne pas créer un deuxième état juif ? Il en a existé 2 dans le passé (l’état de Judé, et l’état d’Israel).
    Si c’est sur la base de la non reconnaissance d’israel en tant qu’état juif, si c’est en créant un état "judenrein", si c’est avec la finalité de détruire israel, alors NON. Il n’y a aucune raison d’accepter la création d’un deuxième état palestinien dont le but affiché est de semer la terreur.

    Sur ce, je vous souhaite une très bonne année !!

    Répondre
  46. daniel

    28 septembre 2011

    tout simplement bravo
    a bon entendeur…salut

    Répondre
  47. Jaures

    28 septembre 2011

    En fait, Millière pose un problème intéressant: qu’est-ce qu’un peuple ? A quel moment celui-ci ressent un sentiment d’appartenance à une nation ?

    On sait que cette notion de nation est issue des Lumières et illustrée par les révolutions françaises et américaine: il s’agit de l’expression d’une volonté de vivre ensemble sur des bases communes par une population possédant un ensemble de connivences suffisant pour en reconnaitre a priori ses membres.

    Certains ont cherché des données objectives (langue, ethnie, religion,…) mais à chacune on peut trouver un contre exemple.
    En fait, comme je l’indiquai dans un mail précédent, une nation se forge bien souvent dans le conflit: on devient membre d’une nation par défaut, en se définissant par rapport à l’ennemi.

    Millière donne tout un argumentaire connu diffusé par les sionistes mais on peut en trouver un semblable pour les Israéliens.
    Ainsi, à la fin du XIXème siècle, le Yichouv, la population résiduelle juive en Palestine n’atteignait pas 25 000 personnes. Le peuplement s’est fait par des apports de population juive venus d’Europe. Ainsi, au même titre que Millière dit que les Palestiniens n’existent pas, qu’ils sont des Arabes comme les autres, on peut objecter que les Israéliens sont des européens comme les autres de religion juive, certes, mais on peut être juif sans être israélien: la religion n’est pas a priori liée à la notion de peuple.
    Ce qui a nourri l’identité israélienne, c’est la conjonction d’une idée nationaliste, la persécution dans certains pays européens et le contexte de la colonisation.
    Aujourd’hui, il ne viendrait à personne  l’idée de dire à un israélien que son peuple n’existe pas. De même, un Juif américain ou français se sent américain ou français, comme un catholique polonais se sent polonais. L’idée de nation est définitivement ancrée dans l’identité israélienne, forgée par l’Histoire d’autant plus profondément que celle-ci fût tragique.

    Il en est de même pour les Palestiniens. Après l’exode de 1948, cette identité en gestation s’est affermie par les combats suivants et le sentiment de dépossession ressenti par la population: la souffrance a toujours soudé les liens d’un peuple.
    Il est donc aujourd’hui aussi impossible de convaincre un Palestinien qu’il n’est pas membre d’un peuple qu’ un Irlandais ou un Serbe.

    Les sionistes et leurs alliés ne pourront jamais convaincre un peuple qu’il n’existe pas, de même que les Palestiniens ne pourront détruire Israël. Après des décennies de conflit, les Africains du Sud ont péniblement réussi à créer un sentiment de nation malgré une population aux origines différentes qui se sont longuement opposées. Il est temps qu’au Moyen Orient les peuples Israéliens et Palestiniens se reconnaissent comme tels et travaillent, repoussant les cris des va-t-en guerre, à construire une paix durable.

    Répondre
  48. David Abergel

    28 septembre 2011

    Votre article s’apparente à du négationnisme, de la propagande et de la désinformation. De toute façon, dans un site anti-arabe et anti-Islam comme celui-ci (voir majorité des articles sur les arabes et sur l’Islam), cela n’étonne guère. Vous ne trompez plus personne, à part vous-même. L’injustice ne perdurera pas de toute façon.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)