L’intervention Française au Mali

Posté le janvier 26, 2013, 7:19
7 mins

Que la France, sous l’impulsion de son président, décide de lutter contre l’intégrisme islamiste et le terrorisme est bien entendu louable et parfaitement justifié, car il faut contrer avec fermeté cette hégémonie tyrannique qui a pour objectif de vouloir régner en maître sur le monde par la violence et l’obscurantisme ; mais la méthode employée par le chef de l’Etat pour justifier cette lutte semble quand même critiquable, car il n’y a aucune raison pour que notre pays s’engage seul dans cette aventureuse croisade qui ne concerne pas uniquement la France, mais également le reste du monde, le fléau islamiste radical s’étant répandu de façon planétaire en n’épargnant personne …

Si j’ai bonne mémoire, nous avons crée une Europe des nations avec pour raison d’être et ambition affichée de constituer un bloc fort et uni face aux périls susceptibles de menacer le vieux continent, qu’il s’agisse de risques économiques, stratégiques ou de défense… Alors cette guerre déclarée contre le terrorisme aurait déjà du s’exercer depuis longtemps, car ce phénomène de haine anti-occidentale et la volonté d’imposer l’islam au monde entier par la force et la terreur, qui s’accélère aujourd’hui, n’est pas nouveau. Nous aurions pu réagir avant qu’il ne prenne une telle ampleur, et cette contre offensive malienne aurait dû être envisagée, au minimum par l’ensemble de la communauté Européenne unie dans un même consensus, à défaut d’être entreprise mondialement, chaque Etat membre (nous sommes actuellement 27…) ayant pour obligation de mettre à la disposition de cette coalition des moyens humains et matériel pour contribuer à cette lutte armée.

Il n’y a strictement aucune raison pour que la France fasse cavalier seul et prenne en charge l’intégralité de la logistique de l’intervention et le coût faramineux de cette opération militaire qui concerne aussi nos partenaires Européens, sans oublier bien sur les pertes inévitables en hommes et en matériel que nous devrons subir, car face aux islamistes déterminés, endoctrinés et puissamment armés, il faut s’attendre à ce qu’un lourd bilan ne vienne « plomber » la facture. L’exemple de l’Afghanistan, particulièrement meurtrier et coûteux, aurait dû en toute logique être pris en compte pour appréhender ce nouvel engagement armé avec davantage de précautions, de concertation et surtout moins de précipitation de dernière minute, car on savait déjà dès les premiers jours de l’intervention en Libye, qui ne date pas d’hier, que le Mali était une base arrière des terroristes et qu’ils étaient massivement présents sur ce territoire.

Avant de partir à l’assaut des djiadistes sur le terrain, il aurait sans doute fallu mettre sur pied un dispositif nettement plus lourd, y compris et surtout avec le concours des Etats Africains, qui ont également intérêt à briser la progression de ces islamistes en opposant un rapport de force démesuré et agressif, de nature à mettre en déroute l’avancée terroriste et la pourchasser jusque dans ses derniers retranchements pour l’éradiquer sans états d’âme.

Aujourd’hui, nous sommes pratiquement seuls, en première ligne sur le front des combats, pendant que certains, à Bruxelles, discutent encore autour d’une table pour décider ou non de leur éventuel engagement, et quand à l’ONU, il serait question que les Etats-Unis nous prêtent un drone au titre de leur participation (modeste…) à l’effort de guerre !

Il semblerait que dans ce nouveau conflit, notre pays ait encore mis la charrue avant les bœufs et soit parti un peu vite, la fleur au fusil, et que cette précipitation ne se solde par des résultats sur le terrain très nettement en retrait part rapport aux plans élaborés avec optimisme dans les ministères, où l’on n’a pas encore compris que la lutte contre le terrorisme n’est pas une guerre conventionnelle entre deux armées qui se font face et parfaitement identifiées grâce à leurs uniformes. Les guerres napoléoniennes, c’est fini, la façon de s’affronter a changé et notre pays aurait tort de croire que nous pouvons seuls mettre en échec cet ennemi qui n’a pas la même notion chevaleresque que nous du métier des armes. Il est peu probable que les ayatollahs, face à nos troupes, réagissent en disant : «  Messieurs les Français, tirez les premiers ».

Il fallait sans doute intervenir, soit, mais massivement, en nombre et en rangs serrés, en envoyant à la rencontre des pick-up pourvus de mitrailleuses, un colossal rouleau compresseur international impossible à arrêter, et ne pas se contenter d’escarmouches réalisées avec plus ou moins de succès et la probabilité de nous engager dans un guêpier où nous risquons fort de nous embourber durablement. En avons nous les moyens et la capacité ?

A moins bien sur, autre hypothèse, que la lutte contre le terrorisme invoquée par la France pour justifier son implication unilatérale ne soit qu’un alibi bidon, un écran de fumée, et que la motivation première et principale soit nettement moins humaniste mais beaucoup plus mercantile avec des arrières pensées d’intérêt économique, ce qui en soit ne serait pas condamnable, à condition d’afficher la couleur de façon honnête en ne prenant pas les citoyens pour des dégénérés congénitaux.

Courrier des lecteurs des 4 Vérités Hebdo

11 réponses à l'article : L’intervention Française au Mali

  1. SYBARITE HECTOR

    05/02/2013

    Comme il était question de réduire les crédits militaires à la portion très congrue, ces derniers ont trouvé une parade implacable : faire la guerre.
    Considérant que le Président Hollande est un pur produit de l’idéologie » soixante-huitarde », à savoir anti militariste et pacicifiste, il a été relativement facile de lui faire signer tout ce que l’Etat Major des Armées lui a présenté.
     » votre prestige en sortira grandi, les Français raffolent de ces histoires de combats en Afrique, et par la même occasion , vous assurerez les approvisionnements en uranium, or , pétrole, et gaz à partir de toute la région ; »
     » signez là …. et là …..
    Merci Monsieur le Président et comptez sur nous…..

    Répondre
    • Elsaesser

      05/02/2013

      D’habitude je reste courtois et poli avec les autres blogueurs, mais avec vous je vais faire une exception.
      Il faut vraiment être stupide ou antimilitariste borné pour sortir des âneries pareilles.
      Vous n’avez pas vraiment l’air d’être au fait du fonctionnement de notre république et de ses institutions.
      Où avez-vous vu, en France, que ce sont les militaires qui décident de partir ou non en guerre? La seule marge de manœuvre qu’il pourraient éventuellement avoir dans la prise de décision, c’est de dire si oui ou non ils sont en mesure de faire face à la demande.
      En revanche, lorsque le gouvernement ou le chef de l’État ont décidé de les envoyer, ils ne descendent pas dans la rue pour protester, ils vont là où on leur dit d’aller pour y faire ce qu’ils y ont à faire, quitte à y laisser la vie pour le faire.
      C’est ce qui les différencie de certains autres grands corps de l’État qui ne savent toujours pas où est leur place.

      Répondre
  2. HansImSchnoggeLoch

    28/01/2013

    D’après les derniers sondages le PR-Show du hollandais a réussi, + 4% de hausse grâce à son intervention au Mali.
    Encore merci à la droite la plus bête du monde qui est tombée dans le panneau comme toujours.
    Le mariage homo a maintenant un beau boulevard bien large et bien dégagé devant lui.
    Circulez braves gens il n’y a plus rien à voir!

    Répondre
  3. mauvaisedent

    28/01/2013

    Tous nos politiques, c’est menteurs, se disent tous de la lignée de de Gaule qui poutant lui s’était retiré de l’OTAN en traitant cet organisme infame de ( machin ). Mais lui c’était un homme, pas un chancre comme tous ceux qui sont venus derrière. Grasse à l’OTAN et aux casques bleus de l’UN la future armée du gouvernement mondial nous sommes tous condannés. Islamistes = prétexte, ils ont été créés de toute pièce ( statégie pour s’aproprier la planète ).

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      28/01/2013

      vous avez la dent … dure , mais le raisonnement carié !

      la Liberté vient à ceux qui combattent pour elle pas aux pleureuses !

      Répondre
  4. HansImSchnoggeLoch

    27/01/2013

    En pleine controverse sur le mariage homo, Hollande nous annonce l’intervention au Mali.
    Plutôt ahurissante comme nouvelle, encore quelques semaines auparavant le même zèbre nous jurait qu’il n’y mettrait jamais les pieds.
    Que peut-on croire d’un polichinelle pareil?
    Le front islamiste le plus proche ne se trouve pas au lointain Mali, mais dans certaines banlieues bien plus proches. Peut-être serait-il plus crédible de commencer à y faire le ménage!
    PS: Si même ceux de Droite l’approuvent, Normal peut se vanter d’avoir réussi son PR-Show.

    Répondre
  5. 27/01/2013

    quel intérêt d’aller faire tuer des gens au Mali pour endiguer les islamistes ? ils sont partout en Europe et dictent leur lois et volontés….. voyer ce qui se passe en france, modification des livres d’histoire, cuisine hallal, constructions de mosquées avec l’argent des contribuables, détournement de l’argent de la sécurité sociale, des caisses de retraites, des subventions et autres allocations…..Bof, les matches de foot continuent……….

    Répondre
  6. Elsaesser

    27/01/2013

    Entièrement d’accord avec la décision d’intervention.
    Je ne sais pas laquelle des deux raisons principales possibles a le plus motivé l’intervention française au Mali, mais une chose est sûr, de reculade en reculade, nous nous sommes retrouvé en 1939 avec une guerre mondiale sur les bras alors que tout aurait pu s’arrêter avant même de commencer si quelqu’un avait eu les c… d’intervenir lors de la remilitarisation de la Rhénanie en 1936.
    Alors oui, il fallait y aller, et y aller maintenant n’était vraiment pas trop tôt, quitte à y aller seul.
    Sur ce forum, d’aucuns n’arrêtent pas de se plaindre de la mainmise de l’Europe sur les décisions nationales, de la perte perpétuelle de notre souveraineté, de la tutelle des USA etc… et là, normal 1er décide de partir tout seul et tout le monde se lamente. Vous êtes compliqués les Gaulois.

    Ceci dit, les contradictions sont bien réelles. Combattre les islamistes au Mali en continuant de les soutenir en Syrie et surtout de bichonner les apprentis terroristes dans nos banlieues n’est pas très sérieux et un petit, voire un grand coup de nettoyage, dans la tête de nos politiques pour commencer, nous ferait le plus grand bien.

    Répondre
  7. Le Nouveau Croisé

    27/01/2013

    Et la brigade franco-allemande ? Elle est où ?

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      27/01/2013

      la réponse vous est donnée par @ Alsaesser dans son commentaire de l’article de

       » mais où est passée le 6 ième compagnie  »

      un classique …européen !

      Répondre
  8. marcosalpha

    27/01/2013

    L’Europe n’est qu’une vaste supercherie sous couvert d’un fédéralisme ruineux vouée a la ruine des peuples.Je ne suis pas de gauche mais Hollande a eu raison d’intervenir dès qu’il l’a fait,le temps que l’Europe accorde ses violons entre nation il y a longtemps que Bamako serait tombé.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)