L’Iran et l’origine des événements

Posté le juillet 16, 2009, 12:00
11 mins

S’agissant des événements d’Iran, la presse a présenté la situation de façon parfaitement erronée.

À croire journaux, télévisions, et radios, l’Iran est dirigé par un « méchant », Mahmoud Ahmaninejad, président de la république islamique, qui a éliminé de façon frauduleuse, le « bon » Mir Hussein Moussavi, un démocrate, libéral, partisan du dialogue avec le monde occidental chrétien.

Cette vision des choses est totalement contraire à la réalité comme l’a fort bien dit un lecteur des « 4 Vérités », M. Roger Saint-Pierre (n° 697).
En fait, se déroule actuellement en Iran un combat entre les nombreux clans de dignitaires religieux musulmans chiites, tous fondamentalistes, profondément anti-occidentaux et plus particulièrement anti-israéliens. Le but connu de ces extrémistes est l’anéantissement d’Israël et, si possible, de l’Occident, afin d’instaurer sur terre le royaume d’Allah et le gouvernement de tous par le Coran et la Charia.

Quant au « bon » Mir Hussein Moussavi, il a été un fidèle du grand ayatollah Ruhollah Khomeyni qui renversa le chah pro-occidental en 1979. Ceci un peu, il faut le dire, avec la bénédiction discrète de la France qui lui donna asile à Neaufle-le-Château (78), avant de le reconduire à Téhéran dans un avion d’Air France, où il fut l’objet de touchantes attentions. Il ne nous en fut nullement reconnaissant.

Aussitôt au pouvoir, le grand ayatollah instaura une dictature théocratique provoquant la mort et l’arrestation de plusieurs milliers d’Iraniens. Ce fut le contrôle total de l’appareil d’État par le clergé chiite, la nouvelle constitution ayant créé au-dessus du président de la république, le pouvoir suprême du « Guide » représentant sur terre d’Allah le tout-puissant.

L’Iran, attaqué par l’Irak sunnite en septembre 1980, il en résulta le conflit armé le plus long et l’un des plus meurtriers du XXe siècle (400 000 tués du côté iranien, dont 45 000 enfants de 12 à 14 ans sacrifiés pour faire sauter les champs de mine). Mais l’Iran des ayatollahs sut résister malgré l’aide prodiguée à Saddam Hussein par la France et les États-Unis. À cette occasion fut créé le corps des gardiens de la révolution et des bassidj, l’équivalent des gardes rouges dans la Chine de Mao.
Or, le « bon » M. Moussavi était alors le Premier ministre iranien (1980-1988). Non seulement il sut faire face à Saddam Hussein, mais, dès 1987, il mit en œuvre un programme nucléaire avec l’assistance des réseaux du pakistanais Abdul Kader Khan, si bien qu’aujourd’hui l’Iran est proche de la bombe atomique. Le 5 juin, pour être précis, les services secrets américains dénombraient 7 052 centrifugeuses contre 164 en 2006. Les 1 339 kg d’uranium faiblement enrichi ont été atteints en février 2009, ce qui est une quantité presque suffisante pour fabriquer la bombe.

La théocratie iranienne est d’autant plus déterminée à aller jusqu’au bout qu’elle est soutenue par la Russie et par la Chine et que, très probablement, Ahmaninejad est au pouvoir pour encore quatre ans, malgré l’opposition des étudiants, des femmes jeunes des grandes villes et des exilés qui s’époumonent pour rien.

Ajoutons à cela que l’Iran joue déjà un rôle gravement perturbateur dans tout le Proche-Orient en armant et finançant le Hamas en Palestine et le Hezbollah au Liban.

Troisième producteur mondial de pétrole, maître du détroit d’Ormuz par où passent près de 50 % du pétrole consommé dans le monde, l’Iran se moque éperdument des rodomontades des Occidentaux, dont celles de notre ministre des Affaires étrangères. La France, en tout état de cause, n’a plus les moyens d’assumer son rôle séculaire dans la région et notamment sa mission de protection des chrétiens d’Orient qui, chaque jour davantage, quittent la région. On observera surtout que l’Iran islamique ne paraît guère troublé par la politique incertaine à son endroit du président américain Barack Hussein Obama.

Bref, le rôle que joue l’Iran dans une région vitale pour l’Occident, Japon compris, est considérable. Le Premier ministre irakien, M. Malki est chiite et la plupart des zones pétrolières dans tout le Moyen Orient sont peuplées de musulmans chiites, inconditionnels de Téhéran : 10 % de la population de l’Arabie saoudite, 30 % du Koweit, 27 % des Émirats unis, 70 % de Bahreïn. Enfin, l’on ne peut négliger le pouvoir de nuisance de l’Iran dans la guerre en Afghanistan où vit une minorité chiite.

Cette situation, grosse de graves menaces, nous renvoie à la « terrible victoire de 1945 » qui, après une guerre de cinq ans, cause de 50 millions de victimes, de dommages énormes, de tragédies effroyables entre Occidentaux notamment, devait garantir la paix, la liberté et instaurer partout la prospérité. En réalité, elle fut responsable de la création du plus grand empire totalitaire de tous les temps qui s’étendit de Berlin aux rives du Pacifique, c’est-à-dire la victoire du communisme, Chine comprise (100 millions de morts). Elle apporta, par la décolonisation, les guerres sans fin, la misère et le chaos dans les anciennes colonies, et finalement la « libération » de l’islam rendu à sa vraie nature et à son objectif viscéral : l’anéantissement par le sabre du juif, du chrétien et du mécréant. Et, pour couronner le tout, c’est la prolifération nucléaire.

La bombe inventée par les Américains, dont les Soviétiques, s’en étant emparés par espionnage, aidèrent les Chinois à la fabriquer, qui aidèrent les Pakistanais et les Coréens du Nord, qui maintenant aident les Iraniens qui auront la bombe au plus tard dans deux à trois ans – et ce ne sera pas pour la placer sur une étagère. On notera enfin dans cette alarmante perspective que la dissuasion ne joue pas dans le combat dissymétrique entre l’Islam et l’Occident décadent pour qui la guerre ne doit pas provoquer de pertes ou très peu, alors que, pour les islamistes, des millions de victimes musulmanes éventuelles seraient autant de martyrs promis au paradis d’Allah. Aussi bien chez les chiites que chez les sunnites, les volontaires suicidaires kamikazes sont tellement nombreux qu’il faut les inscrire sur de longues listes d’attente…

10 réponses à l'article : L’Iran et l’origine des événements

  1. HansImSchnoggeLoch

    21/07/2009

    Vik
    Dans les milieux libertaires de l’ère nazi (oui il y en avait!), "Mein Kampf" se traduisait aussi par "Mein Krampf". => Ma Merde!
    Je suis toutefois d’accord avec votre analyse de la situation. Le guerre froide était somme toute, moins dangereuse, car on avait affaire à deux adversaires rationnels. Avec l’Iran on a affaire à une quantité irrationnelle qui fonde ses valeurs sur un règne utopique à venir. L’usage des armes atomiques par ce pays est une probabilité qui doit rendre le monde entier vigilant mais sans verser dans la psychose.
    Comme pour le régime nazi et tous les totalitarismes il y a toujours une fin sans gloire. Finalement c’est le peuple qui se charge de les liquider et de les composter.
    La fin de règne du Führer "Achmann Dieneschaad" est déjà programmée!

    Répondre
  2. IOSA

    20/07/2009

    Presque d’accord avec les propos de [email protected]….

    En effet, une attaque sur un pays islamiste et dans le but de la croisade, se solderait immanquablement par un soulèvement en masse des autres pays islamistes, l’excuse tant attendu.

    Ce qui n’est pas le cas en ce qui concerne l’Irak, le prétexte peu ou pas du tout contesté ( par les autres pays musulmans) étant les armes de destruction massive, faisant suite à la première guerre du Golf (invasion du Koweït) et en Afghanistan le terrorisme (Ben laden)…

    La balance est pour l’instant du côté occidental (force de frappe et technologie), mais inefficace si il a attaque préventive contre l’Iran, d’autant que les derniers évènements en Iran ( soif de justice du peuple) justifieront la cause défendu par les extremistes ( les occidentaux étant le mal pour eux).

    L’excuse de l’arme nucléaire ne donnera aucun assentiment de la part des musulmans et comme l’ Iran n’est en guerre avec personne et qu’en Irak, ils n’ont pas trouvé de traces d’ armes de destruction massive……faut pas rêver.

    A part aider (discrètement) à renverser le gouvernement iranien actuel et mettre des pro-occidentaux en place ?

    IOSA

    Répondre
  3. vik

    20/07/2009

    LE TROLL : HITLER a écrit  " my kampf " (mon combat) ; tout le monde l’a pris pour un crétin, et le monde, du fait qu’il ne l’avait pas pris au sérieux , a payé très cher son erreur !…

    Un premier ministre israélien du nom de Menahem BEGHIN a eu ce mot : " lorsque quelqu’un dit qu’il veut vous tuer, il faut le croire ! ", et je pense que ce Monsieur savait de quoi il parlait ! Quand tous les ayatollahs disent d’une seule voix qu’ils veulent la destruction de l’état d’Israël (en attendant celui de l’occident), je les crois ! Je les prends très au sérieux, du fait justement qu’ils sont tous fous, à l’image d’HITLER ! Et dans ce cas là, je pense qu’il vaudrait mieux prévenir que guérir !…

    Vous parlez de réponse foudroyante en cas d’attaque de l’Iran ! Mais ils ne craignent pas une attaque foudroyante, je dirais même qu’ils chercheraient  à la provoquer ! Pourquoi ? Tout simplement parce qu’ils pensent ainsi précipiter la venue du troisième imam caché, un peu comme les juifs attendent leur messie ! Dans ce cas là, vous comprendrez aisément qu’ils n’en ont rien à foutre de leur peuple ! Et comme je l’ai écrit plus haut, pour eux, les musulmans, l’individu ne compte pas ! C’est peut-être pour cela, du reste, que la démocatie serait incompatible avec leur croyance, mais il s’agit là d’un autre débat !

    VIK

    Répondre
  4. vik

    19/07/2009

    C. LAMBERT : Votre article est fort intéressant, et remet bien à l’heure la pendule de l’Occident ! Comme dit LAMBDA " les occidenteux sont incapables de comprendre la philosophie ou la culture islamiste " (ou plutôt islamique) ! Mais peut importe, ne jouons pas sur les mots ! LAMBDA a bien raison. Pour comprendre la culture islamique, et uniquement elle, car la philosophie, c’est trop demander au monde musulman ! En effet, le mot philosophie est la contraction de deux mots grecs, à savoir philos, qui veut dire ami, et sophia, qui veut dire sagesse ! Or, aujourd’hui (hélas) dans le monde musulman, on ne voit ni amis (à moins qu’ils ne se cachent de peur de représailles), ni de sagesse, pratiquement tous les pays arabo-musulmans, étant des régimes totalitaires ! Mais justement, cela s’explique par la culture islamique ! En effet, dans le coran (que j’ai lu, je le dis et je le répète, en arabe classique) l’homme ne compte pas ! Sans parler du statut de la femme ou du djhimmi (infidèle) qui valent, sur le plan juridique (la charia) la loi islamique, la moitié d’un musulman ! Donc, l’homme ne compte pas ! Seul, la oumma (la communauté) compte ! Et les musulmans voient cette communauté au plan mondial, gouvernée par un Kalifat, dont tous les chefs  terroristes islamistes se disputent déjà l’accaparation de ce pouvoir, espérant instaurer un kalifat d’ici peu, sur toute la planète ! Reste le problème suniites/chiites ! Ils se détestent , que dis-je, ils se haïssent pratiquement depuis que l’islam existe, c’est-à-dire depuis des centaines d’années !  Mais pour régner sur terre, même si les européens, voire les occidentaux, dans leur grande majorité, ont baissé le pantalon, il reste les chinois et les indiens ! Ils ne se laisseront pas bouffer comme ça ! Je vous renvoie aux derniers évènements en Chine du Nord ouest ! … Des milliers de morts, en quelques jours  (contrairement à ce qui est annoncé officiellement)! Qui dit mieux ! Et si les musulmans persistent dans leurs revendications, ils risqeraient gros, ils le savent, malgré le soutien d’Al Qaïda, qui par représailles sème la terreur sur certains territoires algériens, en tuant quelques travailleurs chinois, ou occidentaux !

    Comment arrêter la prolifération de l’arme nucléaire, tombée entre les mains de dictateurs, comme en Corée du Nord… Et bientôt l’Iran, si la communauté internationale laisse faire ! Tout simplement, je dis bien tout simplement, en faisant un exemple, avec l’assentiment de la communauté internationale, qui n’osera pas le crier haut et fort, à commencer par les pays arabes sunnites, en bénissant une intervention israélienne, qui les mettraient à l’abri de la puissance destructrice de leur pire ennemi : l’Iran ! Car Israël n’est l’ennemi que vis-à-vis de leur populace, les palestiniens n’étant pas en odeur de sainteté, c’est le moins que l’on puisse dire, dans la grande majorité des pays arabes qu les détestent !Mais il faut bien un bouc émissaire, quand tout va mal !…

    VIK

     

    Répondre
  5. le troll

    19/07/2009

    Il y en a sur ce site ( suivez mon regard) qui, toutes les semaines, continuent à clamer et à vouloir faire croire au bon peuple de droite que L’Iran veut se doter de l’arme nucléaire pour l’utiliser contre Israël!
    Même le plus obtus des chiites du gouvernement sait que dans ce cas, son pays sera rayé de la carte par une riposte foudroyante…
    Alors à qui ça profite de continuer d’entretenir cette hypothèse absurde et dans quel but?
    On attend les explications des grands analystes des 4V , de ceux qui ne trompent rarement pour une fois,  les autres, on a déjà donné!
    Pour ma part , en reprenant l’exemple de la guerre froide,  j’oserais parler des intérets conjoints de la banque internationale et des industriels de l’armement de tous bords qui doivent continuer, ad vitam, à vendre et fourguer leur camelote, quoiqu’il arrive, mais je peux me tromper.

    Répondre
  6. IOSA

    17/07/2009

    Autant le dire Haut et Fort…….Lorsque l’ Iran se trouvera en guerre civile, le problème de la Bombe ne se posera plus.

    Bizarre et étrange que ces évènements ressemblent au conflit qui perdure depuis des lustres au conflit israelo-arabe (se pourrait’ il que le monde Européen y trouve son compte) ?

    IOSA

    Répondre
  7. Pierre Audabram

    17/07/2009

    Excellent, comme d’habitude depuis l’époque de Renaissance 95 au cours de laquelle vous m’aviez fait l’honneur de quelques échanges épistolaires. Je lis tous vos articles et ils me font du bien.

     

    Pierre Audabram

    Répondre
  8. Lambda

    17/07/2009

    Le drame de l’occident, c’est que les occidentaux sont incapables de comprendre la philosophie ou la culture islamiste.
    Par contre, les islamistes, eux, comprennent et connaissent très très bien la culture occidentale.
    Et quand on ne connait pas son ennemi, on a déjà perdu le combat, avant même d’avoir combattu…

    Répondre
  9. Sebaneau

    17/07/2009

    Voilà bien un article complètement inutile.
    On dirait qu’il a été écrit  il y a un mois,  tant il ne nous apprend rien.

    Répondre
  10. Daniel

    16/07/2009

     C. Lambert:    "pour les islamistes, des millions de victimes musulmanes éventuelles seraient autant de martyrs promis au paradis d’Allah. Aussi bien chez les chiites que chez les sunnites, les volontaires suicidaires kamikazes sont tellement nombreux qu’il faut les inscrire sur de longues listes d’attente…"

    C’est quand la culture entretient ce type de culte de la mort que la négociation est contre productive. Il faut des systèmes de valeurs assez proches pour qu’un argument logique soit recevable par l’autre partie. Quand la communication ne peut trouver des terrains communs, celui qui a développé une culture du respect a le devoir d’être le plus fort pour manier la violence, celle ci étant la valeur de référence des sans esprits, le message menaces est le seul qui soit  entendu et compris.  Et quand on regarde l’histoire de la bêtise  des hommes qui est toujours à l’origine des crimes,  les musulmans et leurs bombes vivantes, au nom de "Dieu",  se distinguent pour la place d’honneur.  
    A celui qui a le culte du respect de savoir ne pas aller trop loin quand il s’impose par la force.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)