Lu dans la presse : Y a-t-il un pilote derrière WikiLeaks ?

Posté le décembre 06, 2010, 12:00
9 mins

L’affaire WikiLeaks, qui ridiculise pas seulement la première puissance mondiale, est-elle seulement née des indiscrétions d’un soldat homosexuel américain, ou dissimule-t-elle une véritable manipulation ?

Le chef de l’Etat transalpin, Silvio Berlusconi, est un « irresponsable », « physiquement et politiquement faible », « incapable, vaniteux et inefficace », dont les « longues nuits sans sommeil » et le « penchant pour la fête font qu’il manque de repos ». Qui le dit ? Elizabeth Dibble, chargée d’affaires américaine à Rome.

« Il Cavaliere » se serait-il conduit cavalièrement avec elle ? Lui aurait-il fait du gringue, ou aurait-il au contraire oublié de lui en faire ? Ce jugement sévère fait partie des documents secrets adressés par les diplomates américains à leur gouvernement et divulgués par le site WikiLeaks.

Le ministre italien des Affaires étrangères n’a sans doute pas tort de parler d’un « 11 septembre de la diplomatie mondiale », ni le journaliste Frédéric Pons d’écrire dans Valeurs Actuelles du 2 décembre que « La diplomatie américaine (est) mise à nu par les fuites. ».Pour les Etats-Unis, les révélations de WikiLeaks constituent en effet un camouflet cuisant. Il aura suffi de l’indiscrétion d’un militaire du rang âgé de 23 ans, homosexuel mal dans sa peau, informateur présumé du site, pour que soient publiés aux quatre vents internautiques de la planète les secrets de la première puissance militaire mondiale !

Car si les considérations des diplomates américains sur les principaux dirigeants européens ont évidemment fait les choux gras des médias, ils ne représentent pas l’essentiel des informations divulguées par WikiLeaks.

Les révélations du site sur les entretiens des Américains avec les dirigeants arabes à propos de l’Iran sont autrement plus gênantes. On y apprend que le roi Abdallah d’Arabie Saoudite a conseillé d’« attaquer l’Iran pour couper la tête du serpent », et averti le général américain James Jones que « si l’Iran parvenait à développer des armes nucléaires, tout le monde, dans la région, ferait de même » – ce qui laisse d’ailleurs entendre que les Saoudiens en possèdent eux aussi les moyens…

On y lit aussi qu’en avril 2009, le président du Sénat jordanien, Zeid Rifai, a déclaré aux Américains : « Bombardez l’Iran ou vivez avec un Iran nucléaire » ; que l’émir de Bahreïn a affirmé au général américain David Petraeus qu’il était « plus dangereux » de laisser se poursuivre le programme nucléaire iranien « que de le stopper » ; que le prince héritier d’Abou Dhabi estime qu’« Une logique de guerre domine la région » ; et que le président égyptienHosni Moubarak éprouve, à en croire les diplomates américains, « une haine viscérale pour la République islamique ».

Une « vaste opération de manipulation » ?

Frédéric Pons ajoute par ailleurs que « ces documents établissent que de richissimes citoyens saoudiens continuent à financer des organisations islamistes radicales, dont Al- Qaïda. ». Et pose deux questions qui ne sont sans intérêt.

Primo, le soldat Bradley Manning, suspecté d’avoir livré à WiliLeaks des centaines de milliers de documents secrets américains, est-il vraiment l’unique source de renseignements du site ? WikiLeaks annonce de nouvelles révélations, qui concerneraient une grande banque américaine. Or, Manning est actuellement incarcéré.« Si les données à venir ont été copiées pendant sa détention, Manning ne serait pas seul dans cette opération de pillage. La sécurité des États-Unis serait alors gravement en cause », écrit Frédéric Pons.

Secundo, Manning et le site lui-même sont-ils maître du jeu dans cette affaire, ou manipulés ?

« Cette répétition presque obsessionnelle de la menace iranienne dans cette troisième “livraison” de WikiLeaks intervient alors que le programme nucléaire de l’Iran s’accélère et que le temps semble de plus en plus compté pour une éventuelle réaction », écrit Frédéric Pons. « Divulguées “au bon moment”, ces données pourraient donc servir d’autres intérêts que la simple défense de la liberté d’expression dans le monde. Le pauvre soldat Bradley Manning et les croisés de WikiLeaks ne seraient alors plus les seuls à s’activer, impliqués – sans même le savoir – dans une vaste opération de manipulation. »

« Tous les documents publiés renforcent en effet la perception d’un danger iranien croissant », poursuit le journaliste. « Quitte à gêner quelques dirigeants surpris dans l’intimité de leurs relations avec Washington, les informations révélées par WikiLeaks préparent la communauté internationale à une mobilisation plus efficace contre le programme nucléaire de Téhéran, à un nouveau durcissement des sanctions à l’égard de l’Iran. Qui le souhaite ? Un peu les Occidentaux, beaucoup les pays arabes, encore plus et surtout Israël. L’État hébreu fait de ce dossier iranien un enjeu vital pour sa survie. Il se prépare depuis des mois à toutes les options, y compris à une intervention militaire. »

On ne prête qu’aux riches ?

6 réponses à l'article : Lu dans la presse : Y a-t-il un pilote derrière WikiLeaks ?

  1. ozone

    07/12/2010

    Bof,a ce jour,comparé aux enregistrements du petit majordome c’est de la piquétte 

    Répondre
  2. Anonyme

    07/12/2010

    @ alia,

    tout le monde s’accorde a dire (dans les milieux estudantins arabes par exemple et surtout algériens ) que tout  ce remue ménage vient a point au secours des ennemis de l’Iran. 

    Mais mon pauvre, que représentent & quel est l’impact sur l’ensemble de la planète des milieux estudantins arabes & surtout algériens, qui comme chacun le sait, représentent le nec plus ultra de l’intelligence, de la démocratie, de l’avant garde, de la clairvoyance, de l’objectivité & de la perspicacité ? Vous ne pensez pas qu’un peu de modestie de votre part vous rendrait un peu plus crédible, vous qui défendez des arrogants incultes, revanchards haineux, incapables de comprendre la modernité ?

    Comme vous avez apparemment du mal à vous colleter avec les réalités du monde, pensez-vous objectivement, que  Israël, menacé d’une seconde Shoah qu’il n’a pas les moyens de supporter, va rester inactif & se laisser vitrifier par le malade mental iranien, sans lui rentrer dedans & le détruire, sans le moindre besoin de WikiLeaks ?

    Pour l’instant, STUXNET ralentit autant que possible le rendement des centrales iraniennes pour laisser la place à une diplomatie d’autruches dont se fiche éperdument le fou de Téhéran pour qui le temps est compté, le sablier se vide à grande vitesse, et contrairement à ce que pensent les diminués mentaux en tous genres qui bavent dans la plupart des médias, Israël frappera & coupera la tête du serpent iranien très prochainement, en grande partie, en raison du comportement lamentable du désastreux Obama, incapable de la moindre décision géopolitique qu’il a un mal fou à déchiffrer, malgré l’entourage de débiles qui le tiennent à bout de bras; les USA n’ont jamais été aussi mal.

    Juste un petit rappel: WikiLeaks a été créé pour dénoncer les comportements de la Chine, de la Russie de Putin, des régimes post communistes, des tyrans sanguinaires arabes du Moyen Orient, et voilà que par une véritable manipulation, tous ces pays méprisables échappent à toutes critiques, tandis que les deux plus grandes démocraties du globe, les USA & Israël, se trouvent malmenés. Bizarre, non ? Et si c’étaient les Chinois, les Russes & d’autres salopards qui manipulaient ce grand guignol ?

    Enfin, cet article semble indiquer de façon assez bizarre, que tout ce ramdam autour de WikiLeaks ne serait dû en fait, qu’à la volonté d’Israël de réveiller les opinions internationales pour les préparer à la prochaine attaque de l’Iran.

    Bizarre. Vous avez dit bizarre ?

    Netchayev

     

    Répondre
  3. alf007

    07/12/2010

    A force de jouer le malin, ce gus va avoir droit a son accident de voiture!!!!!

    Répondre
  4. Le journal des tueursnet

    06/12/2010

    Wikileaks et le Vatican

    Toc toc toc … Au compte gouttes !

    Le cinquième pouvoir, le sixième sens, le septième ciel  est en train de prendre les devants de la scène au nez et à la barbe de tous les états malveillants!

    WIKILEAKS… catalyse à lui tout seul,  tous les rayons X, Y et Z…

    Il a percé tous les coffres forts et dispersé dans l’air leur substance toxique…

     

    Répondre
  5. Anonyme

    06/12/2010

    Alors que Pierre Menou se prend les pieds dans le tapis avec ses petits secrets conciergiphones révelés par quelques obscures attachés d’ambassade, et dont tout le monde se fout completement, il pose, en fin d’article, une question judicieuse sur une manipulation possible pour préparer une attaque contre les site nucléaires iraniens.
    Si la divulgation des propos "précis" de leaders arabes concernant l’Iran peut être un petit scoop journalistique, l’opinion de ces leaders n’est pas nouvelle (l’antagonisme Arabo-Perse n’est pas récent, cf Kadesiah, et les populations sont bien différentes), et il y a qqs mois, la presse avait deja publié des déclarations de certains Arabes qui étaient carrément favorables a une attaque des sites nuke Iraniens – sur un plan d’équilibre des forces, ca se défend – et qui auraient meme établi des contacts avec Israel a ce sujet. Ainsi le fait de "ressortir" massivement ces intentions, aujourd’hui, en meme temps, peut être perçu comme une "préparation" du public a l’événement. Oui, on peut penser a une manipulation, et il est bien de se poser la question d’une intervention, ne serait ce que pour le confort de votre portfolio boursier.
    Mais y répondre avec certitude, donner le jour et l’heure de l’attaque, comme l’avait fait Ciceron a Ankara en 44 pour l’Opération Overlord, ca, ca serait de la vrai info. Quelqu’un a ca?

    Mancney

    Répondre
  6. alia

    06/12/2010

    je suis tout a fait d’accord avec vous. tout le monde s’accorde a dire (dans les milieux estudantins arabes par exemple et surtout algériens ) que tout  ce remue ménage vient a point au secours des ennemis de l’Iran. ce n’est qu’une mascarade en plus!

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)