Macron dans la cour des grands

Posté le 07 juin , 2017, 10:35
10 mins

Emmanuel Macron a fait une entrée remarquée dans la cour des grands.

Recevant le 29 mai à Versailles le tsar de toutes les Russies, le camarade Vladimir Poutine, notre jeune président s’est aussitôt enquis du sort des homosexuels tchétchènes.

Il a exprimé toute sa sollicitude pour les lesbiennes, les gays, les trans, les bis, connus sous le nom collectif de LGBT. Il a demandé au successeur de Pierre le Grand et de Nicolas II de bien vouloir veiller à ce qu’ils soient bien traités. C’est là, en effet, de toute évidence, une affaire internationale de la plus haute importance !

Puis, notre sémillant président, de la Tchétchénie est passé en Ukraine, faisant des remontrances à Poutine, lequel Poutine, comme la totalité des Russes, n’accepte pas que l’Ukraine ait pris son indépendance, ce qui se comprend.

L’Ukraine – dois-je le rappeler ? – est à l’origine de l’empire russe qui est né de la principauté de Kiev qui fut au Moyen Âge la capitale de la Russie.

Ceci n’a nullement empêché notre président – inspecteur des finances, mais pas agrégé d’histoire ! – de proclamer que la Russie avait « envahi l’Ukraine », un peu comme si l’on disait que la France avait envahi l’Ile-de-France !

L’Ukraine est une région qui, certes, a sa personnalité, mais dont la population est slave, russophone, de religion orthodoxe ou catholique uniate. Ayant subi le régime soviétique, ses camps de concentration, et ses famines organisées, le niveau de vie de ses habitants est très bas. Le salaire moyen y tourne autour de 200 euros par mois. De plus, beaucoup d’Ukrainiens sont sans emploi. Aussi bien le rêve de tous les Ukrainiens est-il d’émigrer en Europe de l’Ouest, comme naguère des millions de Polonais, où ils peuvent gagner 10 fois plus que dans leur pays d’origine.

L’État ukrainien, lui, éprouve les mêmes sentiments. « Si nous parvenons à être admis dans l’Union européenne, nous recevrons, disent les responsables ukrainiens, des douzaines de milliards d’euros. Nous aurons des députés européens à 20 000 euros par mois, soit 100 fois plus que le revenu de nos moujiks. Ce sera le paradis. » Et, prenant les devants, si j’ose dire, ces dirigeants, si pro-occidentaux, sont archi-corrompus.
Si, malgré tout, ils arrivent à leurs fins, ils auront montré l’exemple à la Biélorussie, à la Moldavie, et pourquoi pas à la Tchétchénie et ses LGBT, sans oublier la Crimée et ses Tatars, dont 99 % des Français se moquent éperdument, comme ils se fichent du statut actuellement à l’étude des républiques sécessionnistes de Louhansk et Donetsk !

N’a-t-on donc pas assez dans l’Union européenne des Roumains, des Bulgares, des Grecs, de tout le tiers-monde, et d’abord des immigrés qu’il faut entretenir, loger et soigner aux frais des retraités français qui, eux, voient arriver dans leurs villages des Libyens, des Syriens, des Irakiens, des Afghans, avec demain donc, très probablement, des Ukrainiens ?

Ce n’est pas tout. Emporté par son élan, notre jeune président a stigmatisé devant Poutine les journaux russes qui ont eu l’outrecuidance de le critiquer pendant sa campagne électorale. La liberté d’expression ne peut être que la liberté d’admirer le phénix que Dieu vient de donner à la France.

Notre président a aussi mis en garde le camarade Poutine contre l’utilisation de gaz toxiques par notre ex-ami Bachar al-Assad. « S’il continue, a dit Macron, j’ordonnerai de terribles représailles. » Et si les gaz toxiques sont utilisés par les rebelles syriens, nos grands amis d’aujourd’hui, que fera-t-on ?

Bref, Emmanuel Macron est très satisfait de tout ce qu’il fait.

« De toute façon, dit-il, à l’égard de la Russie, on ne peut pas faire plus de c… que François Hollande qui a annulé la vente des porte-hélicoptères Mistral, dont le remboursement coûte aux contribuables français 950 millions d’euros. La diplomatie de François a été aussi tellement fine que Poutine a été contraint de renoncer à venir à Paris en octobre 2016 inaugurer le centre culturel et spirituel orthodoxe de l’Alma qui, au demeurant, est totalement incongru en plein milieu de Paris. »

Avec Donald Trump, la poignée de mains a été franche et vigoureuse, bien que le président américain, déplorant la décadence de la France, ait déclaré qu’elle n’était plus ce qu’elle était. Il a approuvé, d’une forte voix, les Européens qui s’efforcent de lutter contre le terrorisme islamiste.

Mais, curieusement, Trump vient de conclure avec l’Arabie saoudite une série de contrats portant sur plus de 300 milliards de dollars, déclarant à cette occasion que le terrorisme venait de l’Iran, alors que tous les attentats islamistes, tous, ont été commis par des sunnites dont beaucoup se réclament du wahhabisme saoudien.

Poutine, de son côté, a dit le contraire, faisant l’éloge de l’Iran et de notre ex-ami Bachar, et donc du chiisme, avec aussi quelques mots encourageants pour la Turquie d’Erdogan, anti-occidentale, mais membre de l’OTAN !

Cette cacophonie a été complétée par l’opposition entre le président américain et la chancelière allemande qui a déclaré, ainsi que son ministre des Affaires étrangères, Sigmar Gabriel, que « les actions de Donald Trump affaiblissaient l’Occident » !

Cette mésentente va sans doute se renforcer par les réserves de Donald Trump relatives au climat.

Nul n’ignore que le réchauffement climatique est une évidence, mais l’unanimité est loin d’être faite sur ses causes, comme je l’ai déjà exposé dans ces colonnes. Ce réchauffement est probablement dû à une évolution qui date des origines de notre planète, avec des périodes glaciaires puis tropicales. L’activité humaine pourrait n’avoir dans cette évolution qu’une nuisance très marginale.

J’ajoute que l’accord de Paris impose des contraintes de nature à ralentir la croissance et donc à augmenter le chômage des pays signataires, sans parler des intérêts financiers considérables qui se cachent derrière cet accord qui pourrait bien finalement en rester verbal.

C’est ce que Donald Trump pourrait proclamer prochainement, au grand dam des artisans de la COP21, au premier rang desquels on trouve M. Fabius et Mme Royal, entourés de tous les écolos du monde.

Il est indéniable que ces réunions internationales qui viennent de se tenir au plus haut niveau ont fait naître des divisions, des tensions, des oppositions – le contraire de ce qu’on attendait. « Un grand froid, s’est installé entre Donald Trump et les Européens », écrit le « Figaro » du 1er juin. Aux coups portés par le milliardaire américain à la crédibilité de l’OTAN, s’ajoutera la répudiation probable du traité de Paris sur le climat. Une chose est sûre : entre les deux rives de l’Atlantique, le fossé s’est spectaculairement creusé.

C’est que la politique étrangère est, de nos jours, tributaire de la politique intérieure. Les arrière-pensées électorales sont toujours présentes. Les attitudes sont soignées par l’image. On en est arrivé à la diplomatie de l’image, mais je prendrai la liberté de dire que la diplomatie de l’image est aussi éphémère que la grâce d’un début de mandat.

9 Commentaires sur : Macron dans la cour des grands

  1. quinctius cincinnatus

    18 juin 2017

    Avant même les premières décisions présidentielles, l’ étiage est déjà moins haut et après le gros orage macronien la décrue s’ annonce

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    17 juin 2017

    dans la suite de ” Macron dans la cour des grands ”

    ” les Macron au chevet des Hallyday dans l’ épreuve ” ( ” Le Point ” ) ***

    c’ était ma rubrique culculturelle et people-peepshow

    *** où B. H.-L. fait l’ apologie de notre Apollon national

    Répondre
  3. vozuti

    15 juin 2017

    vu le nombre d’africains vivant en Ile-de-France,macron considère probablement que la france colonise l’Ile-de-France et qu’elle y commet donc un crime contre l’humanité.l’indépendance de l’Ile-de-France(ou plutôt de l’ile d’afrique) est pour bientôt.
    Lorsque macron est allé pleurnicher devant poutine parce qu’il s’estime victime d’une rumeur parue dans un journal russe quasi confidentiel,il a juste oublié que s’il est président c’est uniquement grâce à une machination au moins un million de fois plus massive dont a été victime son adversaire fillon,sans compter les attaques incessantes des médias (qui n’étonnent plus personne) contre son autre adversaire lepen…macron fait penser à un gamin qui se plaint d’avoir perdu un sac de billes dans une inondation,alors que ses voisins ont été emportés par les flots.

    Répondre
  4. quinctius cincinnatus

    9 juin 2017

    Si le ” Milieu ” , je veux bien sûr parler du milieu financier ***, trouve qu’ il y a de ” bonnes ” raisons de s’ ouvrir à la Russie, Em. Macron jettera du lest diplomatique

    *** par exemple Auchan se développe toujours en Russie malgré … l’ embargo et je ne vous parle pas des mafias italiennes qui trouvent là bas des ” partenaires ” plus que sûrs

    Répondre
  5. BRENUS

    8 juin 2017

    “Macron est très satisfait de tout ce qu’il fait…” C’est bien là le problème. Et ce sera surement la raison majeure de son erreur fatale.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      12 juin 2017

      Si vous voyez Emmanuel Macron en une réincarnation à l’ identique, un clone, du Lou Ravi qui l’ a précédé vous vous trompez et lourdement … ce politicien est avant tout un casuistique pas un egotiste

      Répondre
      • BRENUS

        12 juin 2017

        Il n’empêche que j’ai toujours observé, au cours de ma déjà longue vie, (hamdulillah), que les gens trop contents d’eux mêmes ne tardaient jamais à se vautrer. L’ illusionniste fera de même , y compris tous ses gogos. N’oubliez jamais que la roue tourne, toujours, et maintenant de plus en plus vite.

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          12 juin 2017

          ” il y a un énorme avantage à ne rien faire, à condition de ne pas en abuser ”

          ( aphorisme de qui déjà ? … )

          Répondre
          • BRENUS

            13 juin 2017

            “Il n’est pas de problème qu’une absence de solution ne puisse règler”” (Queuille, un orfèvre en la matière)

Répondre

  • (pas publié)