Manifestation antiguerre : compte-rendu d’une mascarade idéologique

Posté le avril 03, 2004, 12:00
5 mins

En ce samedi 20 mars 2004, à l’occasion du 1er anniversaire de l’intervention américaine en Irak, les professionnels de l’antiguerre et de la cause palestinienne soufflent la bougie en se rassemblant place de la Bastille à 15 h 00.

En fait, dès notre arrivée à Bastille à 14 h, le ton est donné : notre regard est vite attiré par un jeune homme flanqué d’un caddie rempli de silhouettes de missiles en carton, des affiches qualifiant Sharon, Aznar, Bush et Blair d’assassins, et surtout une carte postale exhibée sur le bitume entre autres objets (livres, K7, CD) par des militants pro-palestiniens : « Le judaïsme fait Führer ! » (allusion à Sharon). Un examen rapide de la carte démontre qu’elle émane du groupe révisionniste « La Vieille Taupe », ce que, bien sûr, les quelques « mrapistes » discutant non loin du stand ne remarquent pas (sans doute ne remarqueront-ils pas non plus dans la foule, plus tard dans l’après-midi, la présence de l’ineffable Ginette Skandrani, l’amie de l’islamiste Mohamed Latrèche), l’antifasciste jovial brandissant son drapeau du Che et montrant son sympathique petit chien à la cantonade – un chien « qui ne mord que les capitalistes » (sic) n’y prête guère attention non plus ! Passons…

Vers 15 h, le cortège s’ébranle, constitué des habitués de ces manifestations – MRAP, LDH, PCF, JCR, Agir contre la Guerre, Ligue Trotskyste de France (grande admiratrice de la Corée du Nord, qui qualifie en revanche Vigipirate de « terreur raciste » !) brandissant drapeaux rouges, palestiniens et irakiens, mais aussi d’une flopée de mouvements divers. Résultat : poches et sacoche se retrouvent vite remplies de tracts, émanant par exemple du collectif « Ne laissons pas faire » ! – pour la libération de la terroriste d’Action Directe Nathalie Mérigon – ou encore de la secte de La Révélation d’Ariès qui nous explique que « la bonté construit la paix » et que la paix il faut la « planter » (?!). Nous n’évoquerons pas ici le salmigondis du Parti Communiste Ouvrier de Turquie ou du Groupe Communiste Révolutionnaire Internationaliste, entre autres groupes marxisants rêvant de terminer le travail entamé par le bon Lénine en 1917…

Les affiches évoquées plus haut le laissaient entendre dès le début : nous assistons à une récupération éhontée du drame de Madrid. Juché sur une camionnette – qui diffuse de tonitruantes chansons, en faveur de la Revolución et de l’Intifada – un orateur vocifère :

« Les assassins, les responsables, c’est Bush, c’est Blair, c’est Aznar, c’est Sharon ! » Chirac et Poutine sont eux aussi traités d’« asesino », l’un parce qu’il « veut sa part du gâteau en Irak », l’autre parce qu’il est « le boucher tchétchène ». Pas un mot contre Saddam ou Ben Laden…

Après les injures, viennent les menaces, en chanson qui plus est : « Retrait des troupes US, Justice en Palestine, ou alors ça va péter ! » Cela veut dire quoi au juste ? Transporter les méthodes de la soi-disant résistance irakienne en France ? Pour information, quand ils ne commettent pas d’attentats-suicides, les terroristes irakiens égorgent et éventrent les soldats US – hommes ou femmes – avant de les jeter dans le fleuve… Aussi, lorsqu’une manifestante explique, qu’elle « aime la résistance irakienne » on est en droit de s’inquiéter !

«Les progressistes ne comprennent rien au terrorisme » disait Pascal Bruckner dans Le Figaro du 15 mars dernier : la manifestation que nous venons de décrire en apporte une preuve supplémentaire ; et si il y a 20 ans les Américains soutenaient Ben Laden dans la lutte contre les Soviétiques en Afghanistan, aujourd’hui c’est dans l’extrême gauche que le terroriste saoudien trouve ses meilleurs alliés objectifs et chez les idiots utiles. De USAma Ben Laden, nous sommes passés à OussaMarx Ben Laden ! Difficile de s’en réjouir…

4 réponses à l'article : Manifestation antiguerre : compte-rendu d’une mascarade idéologique

  1. Martel

    5 avril 2004

    L’attitude complice permanente des médias français vis-à-vis des terroristes irakiens (affectueusement nommés résistants) répond à l’interrogation: dans quel camp se range la France? À l’aube d’un nouveau siècle qui voit l’avènement d’une hyperviolence meurtrière généralisée, les autorités françaises font, comme d’habitude, preuve de mollesse et choisissent le mauvais camp, réalisant au passage l’exploit de nous mettre à dos et les arabes (pour la mascarade du voile) et les américains (pour l’Irak), ce qui nous promet de réjouissantes perspectives d’avenir. D’où la qualification par les americains de la France, à juste raison, comme un pays islamisé douteux potentiellement ennemi. M. Chirac a été brillant.

    Répondre
  2. HAL

    4 avril 2004

    Le laxisme des pouvoirs publics face aux menées des professionnels de la haine rappelle la mollesse de la république de Weimar face aux SA hitlériens. La différence, c’est que nous avons une expérience historique. Nous n’en tirons rien, hélas.

    Répondre
  3. Stef

    3 avril 2004

    Il faut deja se feliciter de ne pas avoir vu de drapeau du hamas ou du hezbollah flotter dans la foule contrairement aux anciennes manifestations “””pacifistes”””. C’est deja un bon debut …

    Répondre
  4. alain D

    3 avril 2004

    Quand effectivement ça va “péter”, les français continieront-ils toujours la politique de l’autruche?

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)