Michael Goebbels ou Joseph Moore ?

Posté le juillet 24, 2004, 12:00
4 mins

Dire que M. Michael Moore ne nous inspire aucune sympathie relève de l’euphémisme ; cela ne nous a pas empêché d’aller voir son dernier film « Fahrenheit 9/11 ». Retour sur images…
Cela débute par un scoop : c’est la chaîne Fox News qui a fait élire Bush en 2000 ! Bien sûr, tout comme TF1 a fait la campagne de Le Pen en 2002, c’est évident…
On continue en nous présentant George W. Bush comme un dilettant, un pauvre bougre préférant la pêche et le golf à la gestion des affaires de l’État un peu comme Louis XVI qu’on disait plus préoccupé par la chasse et le bricolage dans son atelier de serrurerie. Bigre !
Une chance : notre homme ne réclame pas la guillotine pour Bush, du moins, pas encore !
Cela empire lorsque Moore passe au crible les liens Bush/Ben Laden, insinuant au passage que le président américain pourrait bien être impliqué dans la tragédie du 11 septembre. Rien que ça !
Mais c’est au moment ou le « cinéaste » aborde l’affaire irakienne qu’il franchit les bornes du sordide : c’est entendu, avant l’arrivée des méchants Yankees, il faisait bon vivre dans l’Irak de Saddam ! Les images que nous livre Michael Moore – des enfants irakiens insouciants jouant au cerf-volant et au toboggan – renvoient directement au pire film de propagande nazi, « Le Führer donne une ville aux Juifs », qui présentait le camp de Terezin (Tchécoslovaquie) comme un village de vacances pour les déportés ; quant à l’intervention US proprement dite et ses suites, c’est un insipide cocktail genre Al Jazira/Guignols de l’Info, visant à nous convaincre que Bush est le « boucher de l’Irak » !
Saddam, connaît pas…
Ajoutez à cela le ton méprisant utilisé pour désigner les petits pays alliés des Américains en Irak, sous-entendu : « seuls des minus soutiennent l’intervention ». N’en déplaise à M. Moore, ces pays méritent le respect, tout comme les grands alliés de l’Amérique – Royaume-Uni, Espagne, Italie – qu’il ne daigne même pas citer !
Vous l’aurez compris : « Fahrenheit 9/11 » est une véritable infamie sur pellicule ; qui plus est, affligée d’un rythme soporifique (on baille, on s’ennuie à la mort, disons même : à la Moore) et d’un montage qui vous flanque la migraine (prévoyez l’aspirine, c’est un conseil d’ami). Mais c’est une infamie dont le but est clairement affiché : mettre le président sortant à la porte le 2 novembre prochain. C’est évident, Bush parti, plus de guerres, plus d’attentats, tout ira bien dans le meilleur des mondes !
Espérons que son attente sera déçue, et comme dirait un certain Lionel, qu’il assumera la responsabilité de cet échec (à faire battre Bush) et en tirera les conséquences en se retirant du cinéma américain. Mieux encore : en se retirant tout court…

27 réponses à l'article : Michael Goebbels ou Joseph Moore ?

  1. Xavier Collet

    31/12/2007

    Christophoros n’est pas gentil, et j’en suis réduit à l’euphémisme par la faute d’ABL

    Répondre
  2. Observateur

    30/07/2004

    Nemesis, Qu’est-ce que vous recherchez à démontrer ? Qu’il faut un état mondial, comme le prône les (crypto-)altermondialiste/ trotskistes ? Alors, dites le que vous êtes Chiraquien ! Sans vouloir vous véxer, votre texte est un peu confus à mon avis, et me donne l’impression que vous ne cherchez qu’à embrouiller. Dans le cas contraire, faites un effort de concision, ce qui vous évitera de dire sans arrêt des phrases contradictoires ! Par exemple, arrêtez d’utiliser tout le temps les termes de néo-conserveurs, paléo-conservateurs, de conservateurs, d’ultra-libéralisme … qui ne veulent rien dire. Je vais reprendre certaines de vos idées, car votre texte est tellement inutilement long qu’il est pénible de reprendre tout ce que vous dites. « En revanche je peux vous citer des sociétés qui « fonctionnent » tout en violant la « Liberté » (liberté d’expression, etc) : la Chine nominalement « communiste » (certains analystes la considèrent comme un système « fasciste » parvenu à maturité ; quoi qu’il en soit c’est un système autoritaire sinon totalitaire), la Malaisie autocratique, etc. » La Chine, la Malaisie … ont adopté une économie libérale, sans adopter la démocratie, alors que la France a adopté une économie socialo-communiste qui fonctionne, pour l’instant mais pas éternellement, grâce à un secteur privé de plus en plus pressurisé. Donc, il n’y a pas de comparaison avec la Chine. La Chine n’est donc pas un système fasciste (=national-socialiste), mais un système libéral autoritaire. « Je ne vous dénie certainement pas le droit de défendre votre « libéralisme » national » ça porte un nom : Cela s’appelle être LIBERAL-CONSERVATEUR (= parti républicain aux USA)! Merci de ne pas inventer de nouveaux mots, si voulez être compris !  » Les libéraux intransigeants vous diraient que vous êtes un ennemi de la Liberté et vous accuseraient de vous saisir d’un prétexte spécieux pour la combattre. » Non, je suis moi aussi, en tant que libéral-conservateur, pour l’application la plus grande de la liberté possible à l’intérieur de l’état. Les libéraux orthodoxes n’ont pas le monopole de la liberté. Je n’adhère pas à tous leurs dogmes, comme l’immigration incontrôlée, c’est tout. « Il critique donc le « mondialisme » des néo-conservateurs » COMMENCEZ PAR REVOIR LA DEFINITION DE MONDIALISME, AVANT D’AFFIRMER QUELQUE CHOSE, çA VOUS EVITERA DE DIRE N’IMPORTE QUOI ! Les libéraux-conservateurs US (parti républicain) ne sont pas mondialistes (c.a.d. pour un état ou un gouvernement mondial), ni les démocrates d’ailleurs.

    Répondre
  3. Bryan Travis

    30/07/2004

    Re: La position des neo-cons ou Bush sur l`integration de la Turquie l`Europe. Je vois encore dans les discussions ci-dessus, l`idée que la position du gouvernement Bush pour l`adhesion de la Turquie à l`EU serait evidemment motivé par un desir de maintenir la surpuissance americaine, en mettant des batons dans les roues de l`EU. (On pourrait voire deja dans ce genre de point de vu la preparation d`excuses..forces exterieurs etc…pour la faillite d`un Europe du type franceallebelgesque qui se prepare mais bref..) Je replique toujours a ce genre d`argument que cest plus censé de voir dans cette position americaine une strategie `divide and conquer` envers les regimes liberticides, ou il se trouvent. Attacher la Turquie au bienfaits du marché libre et les democraties européens est un moyen de garder la Turquie dans le camp de la democratie, de la liberté. Faire le contraire c`est prendre le risque que la Turquie sombre economiquement et tombe en proie des evolutions theocratique ou authoritaires(controle militaire). Il est a remarquer que, une telle strategie serait dans la ligne de la strategie appliqué par les Etats-Unis depuis la deuxieme guerre mondiale: contenir ou isoler les totalitarismes au mieux, les renverser quand c`est pratiquable, maintenir et renforcer des alliances utiles dans ce but, liberer les acteurs economiques. Dans ce dernier but le marché libre interieur l`EU est un succes qui rend l`EU plus utile dans l`avant dernier but, et donc aussi pour les deux premiers. En plus les americains trouvent l`Europe cartepostalesque charmant et toujours un peu exotique. La Turquie aujouterait encore de l`exotisme a nos vacances européens, comme on a deja vu avec la liberation de l`Europe de l`Est. On s`affole des vieille ruelles et batiments de Prague par exemple. 😉 Cheers, Bryan Travis

    Répondre
  4. nicolas jaissson

    30/07/2004

    vous connaissez visiblement bien mal le systeme de propagande americain qui ressemble aussi a s’y meprendre au controle des medias sous certains regimes totalitaires bien connus. Et le fait que les proprietaires soient des groupes prives ne changent rien a l’affaire. Quand on songe que les Americains en sont reduits a lire la presse anglaise pour acceder a un semblant d’objectivite…N’avez-vous pas remarquer combien les majors americains (CNN, ABC, etc)brillent par l’uniformite et la platitude de l’expression qui, comme chez nous, est reduite a un vague commentaire de depeches trillees sur le volet. Comme en France, des groupes libertariens creent des reseaux virtuels et des TV « alternatives » pour echanger et rechercher de l’information digne de ce nom.

    Répondre
  5. Nemesis

    30/07/2004

    « Justement non ! Le capitalisme est intimement lié au libéralisme, c.a.d. à la liberté. Supprimez le capitalisme (les entreprises privées, la finance, la bourse) et qu’est ce qui reste ? Le communisme ! Si vous n’êtes pas d’accord, citer moi un seul exemple de société développée dans le monde où il n’y a pas de capitalisme. » Mais je ne peux pas vous citer de société développée, ni même sous-développée, « où il n’y a pas de capitalisme » ! Le marché est présent de partout. Les libertariens disent qu’on sous-estime le socialisme dans les sociétés « libres » et qu’on le surestime dans les sociétés « communistes » (Je suis d’accord avec eux sur ce point) ; ça ne pourrait pas « marcher » sans le marché. Cependant, le marché est plus ou moins perturbé par ce qu’ils appellent des « parasites ». En revanche je peux vous citer des sociétés qui « fonctionnent » tout en violant la « Liberté » (liberté d’expression, etc) : la Chine nominalement « communiste » (certains analystes la considèrent comme un système « fasciste » parvenu à maturité ; quoi qu’il en soit c’est un système autoritaire sinon totalitaire), la Malaisie autocratique, etc. Tout dépend de la définition que vous donnez de « la Liberté ». Pour certains elle exclut non seulement l’ingérence de l’Etat dans la vie privée des citoyens, mais également toute atteinte à l’intégrité de leurs propriétés. De ce point de vue, très peu d’Etats sont libéraux, pas même les USA. Pour vous, la suppression de l’Etat est « impossible » (je le crois aussi, sans pouvoir le démontrer, toutefois), ce qui vous conduit à penser que les libertariens, par leur anti-nationalisme, « font le jeu » des gauchistes. Vous considerez donc que l’Etat est nécessaire pour « encadrer » la liberté afin de la garantir. Il s’agit ainsi de limiter la liberté, serait-ce pour mieux en conserver « l’esprit » ou le « principe ». Vous êtes finalement en faveur d' »une certaine liberté ». Les libéraux intransigeants vous diraient que vous êtes un ennemi de la Liberté et vous accuseraient de vous saisir d’un prétexte spécieux pour la combattre. Que vous prôniez « un certain degré de liberté » pour que « ça marche » ne vous rendrait pas sympathique à leurs yeux car ce n’est jamais qu’une vision « utilitariste » de la Liberté, qui, pour eux, doit au contraire se concevoir comme une fin en soi (les libéraux « jusnaturalistes » sont des moralistes avant d’être des économistes, pourrait-on dire). Même les communistes autorisent un certain degré de « liberté » (le « lopin de terre ») afin de la mettre au service de la collectivité ; évidemment si ils vous prennent 90% de votre revenu en impôts tandis que votre « système » n’en demanderait que 5% (je schématise), il existe entre eux et vous une grande différence, mais les libéraux/libertariens (jusnaturalistes) la percevront comme une différence de degré plutôt que de nature : vous acceptez, comme les communistes, que A prenne à B pour donner à C, c’est à dire une « spoliation » appelée « impôt ». Bien que cela semble vous énerver, pour ces libéraux , les alter-mondialistes, les « nationaux », les socio-démocrates et même les « néo-conservateurs » sont tous mis dans le même sac « étatiste » et pour eux, on peut être anti-libéral sans se réclamer du « communisme ». Je ne vous dénie certainement pas le droit de défendre votre « libéralisme » national, mais je vous informe que certains ne se contentent pas de votre opposition au « communisme » pour vous compter dans la famille libérale (ceci dit, les libéraux eux-même semblent s’excommunier mutuellement d’une manière qui évoque de plus en plus les chapelles trotskystes). C’est pourquoi, étant donné l’endroit « d’où vous parlez », qui n’est pas celui de la défense inconditionnelle de « la Liberté », vous ne pouvez accuser les autres « étatistes » (socio-démocrates, « nationaux-révolutionaires », « nationaux-républicains », gaullistes « sociaux ») de « communisme », car alors vous vous inclueriez également dans ce lot. « Il ne faut pas tout mélanger. Le mondialisme n’a rien à voir avec la mondialisation. » Ce n’est pas ce que pense Pat Buchanan, qui est un « national » irréprochable (bien qu’Américain), que ne renierait pas, je crois, le FN. Pour lui, un marché mondial (« mondialisation ») conduit nécessairement à l’émergence d’un gouvernement mondial (« mondialisme ») qui se saisira du prétexte d’une nécessaire « régulation » (Ce phénomène se produit déjà à l’échelon européen, où le marché unique a fourni le prétexte à la monnaie unique, qui elle-même… etc). Il critique donc le « mondialisme » des néo-conservateurs, alors que vous les exonéreriez vraisemblablement de ce soupçon. « Le libéralisme du FN est incontestable, si on analyse son programme en toute objectivité » Les « identitaires », par exemple, reprochent à JM Le Pen d’être un homme de la IVème république car « il veut établir un ultralibéralisme dans une France bien claquemurée » (eux sont plus pro-européens et « sociaux »), donc de ce point de vue, Le Pen prône effectivement « un certain libéralisme »… « Cela étant, je ne suis pas forcément d’accord avec tout son programme » C’est ce qu’il me semblait, en fait. « Mais c’est le rôle de la démocratie de rechercher le meilleur compromis pour les électeurs. » Certes. « Les libertariens sont fortement opposés à tous ceux qui défendent l’état, car le fondement du libertarianisme, c’est justement l’absence d’état, ce qui explique pourquoi il y a des convergences de vue entre les trotskistes/altermondialistes et les libertariens. » Si vous voulez, mais je pense qu’il existe surtout des « convergences » entre les libertariens et les anarchistes. Quant aux « convergences » avec les « trotskystes/altermondialistes », elles se sont manifestées lors de la guerre d’Irak (pour certains libertariens) et elles incluent également… le FN (Et 90% des Français). Lorsque je dis que les libertariens ne sont pas hostiles à tous les nationalismes, je veux dire qu’ils sont favorables à ceux qui aboutissent à la sécession vis-à-vis d’ensembles plus grands (Corse, Croatie, etc), donc vous pouvez effectivement penser qu’ils se satisferaient d’un « retour au tribalisme » (je suis un peu plus réservé lorsque vous les accusez de conspirer implicitement à la naissance d’un gouvernement mondial. Enfin, peu importe…). « Etant donné que l’absence d’état est impossible, la position de libertariens aboutit en fait à un état mondial » Hé hé ! Il seraient surpris d’entendre ça ! Mais vous avez peut-être raison… « ça revient au même [La position des libéraux, favorables à l’immigration qualifiée et non pas d’assistance]. Pourquoi ? Tout simplement parce que dans un état libéral, il y très peu (ou pas) de chômage. Et les gens du tiers-monde n’y immigrent pas pour bénéficier d’assistance, mais pour bénéficier de salaires et d’un niveau de vie plus élevés et donc sont fortement incités à y immigrer. Ainsi, on aboutit très vite au communautarisme, au multi-culturalisme et à la destruction des cultures minoritaires. » Vous voyez ? Là, vous n’êtes pas sur une position libérale. Ce qui ne veut pas dire que vous ayez tort. « Bush et les néo-conservateurs ne sont pas en Europe, donc ils ne sont pas concernés [par l’adhésion de la Turquie à l’Europe] » Certes. Mais enfin leur « vision » n’est pas celle des « nationaux », même les plus atlantistes (si tant est que ça soit possible, mais peut-être parviendrez vous à réussir ce grand équart). Le plus grave avec cette histoire de Turquie, c’est que, pour certains, il s’agit d’un précédent de nature à encourager l’adhésion de la Palestine, d’Israël, et des pays du Maghreb (je ne le croyais pas, au début, mais Dominique Strauss Kahn est l’un des tenants de cette idée, à ce que j’ai compris. Quand je pense qu’il a traité Pascal Boniface de « misérable » parce que ce dernier faisait valoir le poids de la communauté musulmane en France sur la question palestinienne ! Vraisemblablement, DSK trouve que ce poids n’est pas encore suffisant… Allez comprendre !) « D’autre part, les USA sont contre la liberté d’immigration des mexicains (130 millions d’habitants) aux USA » Pas les néo-conservateurs, ni même Bush, à qui sa « base » reproche de faire trop de « gestes » en direction des Mexicains. Il en va différemment des conservateurs de la National Review, et à plus forte raison des « paléo-conservateurs ».

    Répondre
  6. Christophoros.

    29/07/2004

    A Observateur. Le Pen libéral ? Par certains côtés peut-être ( ex suppression de l’impôt sur le revenu ) par d’autres non ( ex salaire parental, etc…). Je gage que s’il était au pouvoir, il ferait comme les autres pour éviter la banqueroute… Chevènement national-socialiste ? Tout juste opportuniste, de toute manière cela n’a plus qu’un intérêt historique, il n’existe plus politiquement. Vous en avez d’autres comme cela… Cordialement.

    Répondre
  7. LAFAYETTE

    29/07/2004

    Rarement un président américain n’aura suscité autant de haine, de calomnie et d’hystérie que G.W. BUSH. S’il ne suffit pas d’être honni par les imbéciles pour être un grand homme, GWB doit être quand même un sacré bonhomme! Pour avoir tenu bon comme il l’a fait contre le lobby abolitionniste, en n’invalidant pas les condamnations à la peine capitale rendues par les juridictions de son Etat (le Texas), il fallait un fichu caractère! Vous imaginez Chirac dans une situation pareille, guettant le sens du vent avant de choisir quelle posture prendre ? Lors de l’élection présidentielle de 2000, il a encaissé sans broncher (il s’est contenté de déclarer sobrement : « Après qu’on ait compté les voix, il est temps que les voix comptent »)les coups bas des Démocrates qui, au risque de saper les fondements de la démocratie américaine (il s’agit d’un état fédéral et il faut, pour l’emporter à la Présidentielle, non pas avoir la majorité dans le pays mais la majorité des états, dont le poids est tempéré par leur démographie ) ont sussuré que leur candidat (GORE) aurait dû l’emporter car il avait la majorité dans l’Union. Filmé en direct, il a accueilli avec sang froid la nouvelle des attentats de du WTC et du Pentagone. A titre de comparaison, ce n’est manifestement pas le genre d’homme à s’emporter en direct lors de la Fête nationale contre un ministre qui lui fait de l’ombre. Lors de l’affaire irakienne, il a imposé son point de vue à la classe politique américaine, rappelant ainsi son talentueux prédécesseur F.D. ROOSEVELT. Ensuite, il n’a pas capitulé devant les dirigeants européens stipendiés par Saddam. S’il est réélu, les mollahs ont du souci à se faire. C’est d’ailleurs pour cela qu’un déluge d’ordures s’abat chaque jour sur lui. Courage, fermeté, sang-froid : pout tout cela, M. BUSH, vous avez droit à notre respect.

    Répondre
  8. Observateur

    29/07/2004

    A Nemesis, Quelques remarques : « On peut tout-à-fait n’être ni communiste ni « capitaliste » (libéral, faudrait-il dire, puisque le capitalisme est une pratique alors que le libéralisme est une philosophie). » Justement non ! Le capitalisme est intimement lié au libéralisme, c.a.d. à la liberté. Supprimez le capitalisme (les entreprises privées, la finance, la bourse) et qu’est ce qui reste ? Le communisme ! Si vous n’êtes pas d’accord, citer moi un seul exemple de société développée dans le monde où il n’y a pas de capitalisme. « Je crois que Le Pen est surtout un « national ». Il me semble qu’il s’est prononcé contre « le mondialisme » » Il ne faut pas tout mélanger. Le mondialisme n’a rien à voir avec la mondialisation. LE MONDIALISME, C’EST IDEE D’UN ETAT OU D’UN GOUVERNEMENT MONDIAL. S’il s’est prononcé contre le mondialisme, je l’approuve entièrement. La mondialisation (ou globalisation), c’est le fait incontournable et universel des échanges commerciaux mondiaux. D’autres part, TOUS LES POLITICIENS DEVRAIENT SE VANTER D’ETRE « NATIONAUX ». Car, ils sont sensés représenter les intérêts du peuple, et donc de leur accorder une préférence par rapport aux autres habitants du monde entier. Ceux qui pensent le contraire sont des traîtres à la France ou des partisans d’un gouvernement ou d’un état mondial. « Son « libéralisme » me paraît être mis, de manière purement « utilitaire », au service de la « nation française », (…). Ainsi, le président du FN s’est-il prononcé pour « un nouveau protectionnisme », ce qui le distingue des libéraux et de la logique purement « capitaliste ». Le libéralisme du FN est incontestable, si on analyse son programme en toute objectivité. Le programme du FN aux élections présidentielles 2002 proposait de très fortes diminutions d’impôts, et c’est le meilleur critère pour dire si un programme est libéral ou pas. Car réduire les impôts signifie réduire le poids de l’état ou donc de donner plus de pouvoir d’achat et de liberté aux français. Cela étant, je ne suis pas forcément d’accord avec tout son programme. Mais c’est le rôle de la démocratie de rechercher le meilleur compromis pour les électeurs. « les libertariens ne sont pas nécessairement allergiques au nationalisme car il éloigne la perspective d’un gouvernement mondial » Justement si. Les libertariens sont fortement opposés à tous ceux qui défendent l’état, car le fondement du libertarianisme, c’est justement l’absence d’état, ce qui explique pourquoi il y a des convergences de vue entre les trotskistes/altermondialistes et les libertariens. Etant donné que l’absence d’état est impossible, la position de libertariens aboutit en fait à un état mondial, et à terme au retour du tribalisme, selon moi. « les libéraux/libertariens sont en général hostiles à « l’immigration d’assistance » (comme en France) et favorables à l’immigration des personnes qualifiées. » ça revient au même. Pourquoi ? Tout simplement parce que dans un état libéral, il y très peu (ou pas) de chômage. Et les gens du tiers-monde n’y immigrent pas pour bénéficier d’assistance, mais pour bénéficier de salaires et d’un niveau de vie plus élevés et donc sont fortement incités à y immigrer. Ainsi, on aboutit très vite au communautarisme, au multi-culturalisme et à la destruction des cultures minoritaires. « je n’ai jamais rarement trouvé une condamnation de l’IDEE DE FAIRE ENTRER LA TURQUIE DANS l’EUROPE, de la part des libéraux orthodoxes et des libertariens. Evidemment ! » Ni de la part de Bush et des néo-conservateurs, réfléchissez-y ! » Bush et les néo-conservateurs ne sont pas en Europe, donc ils ne sont pas concernés. D’autre part, les USA sont contre la liberté d’immigration des mexicains (130 millions d’habitants) aux USA. Réfléchissez-y également !

    Répondre
  9. Observateur

    29/07/2004

    « Comment peut-on être à la fois libéral et conservateur ? Si l’on veut conserver certaines valeurs ( cad être conservateur ) il faut être un tantinet autoritaire ( si vous avez des enfants vous voyez ce que je veux dire )et alors on n’est plus libéral. Si je suis incohérent, vous l’êtes, il me semble, tout autant…  » Vous êtes sérieux ou quoi ? Vous ignorez qu’il y a un parti libéral conservateur aux Etats-Unis qui fait plus de 50 % des voix ? A se demander si vous appartenez réellement au FN, ou si ce n’est pas juste un paravent, tellement vos paroles sont contradictoires ou absurdes. A mon avis, vous vous êtes trompé de parti : si vous êtes à la fois socialiste et nationaliste, il fallait choisir le parti de Chevènement et non le FN qui ne peut que vous décevoir car Le Pen est très libéral.

    Répondre
  10. Nemesis

    29/07/2004

    « Permettez-moi de vous signaler [à Christophoros] une incohérence dans votre argumentation : vous ne pouvez pas être à la fois contre le socialisme/communiste et contre le capitalisme qui est le contraire de la première idéologie. Le capitalisme n’est pas une idéologie, mais la juste application de la liberté des hommes de travailler et de commercer. Donc en vous déclarant contre le capitalisme, vous êtes en fait pour une idéologie. Et cette idéologie, c’est le communisme. » On peut tout-à-fait n’être ni communiste ni « capitaliste » (libéral, faudrait-il dire, puisque le capitalisme est une pratique alors que le libéralisme est une philosophie). En effet, le(s) libéralisme(s) se propose(nt) de soumettre la puissance étatique au droit naturel (le libéralisme n’est bien sûr pas « la loi de la jungle »). Il suffit d’être en désaccord avec cela pour être non-libéral. Ainsi on peut penser, au contraire, que le droit naturel n’est pas supérieur au « droit positif », lequel droit procèderait uniquement de l’arbitraire étatique : c’est le hobbésianisme. Pour Hobbes, l’Etat existe parce que les individus, égoïstes et perpétuellement en conflit, ont voulu sortir de cet état de nature instable. Ainsi l’Etat serait fondé non pas sur le « collectivisme » mais sur un égoïsme bien plus fort que le gentil « individualisme » libéral. On peut, d’autre part, penser que l’Etat n’est fondé ni sur le droit positif arbitraire (hobbésianisme), ni sur le droit naturel « humaniste » (libéralisme) mais sur un droit naturel procédant de la Divinité, c’est à dire le Droit Divin : il s’agit ici de l’absolutisme d’Ancien Régime. Les libéraux, qui contestaient le Droit Divin du monarque, se plaçaient dans le camp de la subversion (sans faire de jugement de valeur), c’est pourquoi ils ont longtemps été classés à gauche (ainsi de l’économiste libéral Bastiat) ; d’ailleurs les marxistes, comme de nombreux libéraux, sont favorables à la suppression de l’Etat (« le moment venu », toutefois, lorsque une société sans classes aura été établie). Ainsi le libéralisme n’est pas « aux antipodes du communisme » ; certains « réactionnaires » considèrent même qu’il est son jumeau « de gauche ». « Le Pen est un libéral-conservateur. Donc si vous vous déclarez pour Le Pen, il faut donc être également libéral-conservateur. » Je crois que Le Pen est surtout un « national ». Il me semble qu’il s’est prononcé contre « le mondialisme » (sûr) voire contre « la finance apatride » (à vérifier, mais enfin…). Son « libéralisme » me paraît être mis, de manière purement « utilitaire », au service de la « nation française », contrairement au libéralisme philosophique qui est, sinon une fin, en tout cas un moyen pour l’individu, et non pas le groupe. Ainsi, le président du FN s’est-il prononcé pour « un nouveau protectionnisme », ce qui le distingue des libéraux et de la logique purement « capitaliste ». Enfin, il faut noter que Le Pen a pris plus fortement position que Chirac contre la guerre en Irak, et je ne pense pas qu’il l’ait fait en se basant sur l’argumentaire des libéraux (et « libertariens ») anti-guerre (il en existe), mais plutôt sur une analyse géopolitique hostile à l’hégémonie américaine. La philosophie de Jean-Marie Le Pen me paraît éloignée de la ligne éditoriale de ce site, par exemple. ___ Si vous le voulez, Observateur, je vous répond, suite à votre message de l’édition précédente des « 4 vérités » : « Nemesis, Sans être désagréable, je me demande si vous avez compris ce que j’ai dit, ou si vous ne faites pas exprès de ne pas comprendre. » Je ne fais pas exprès, en tout cas, mais on peut faire des confusions dues au fait que l’on ne sait pas « d’où parle » son interlocuteur… « Si vous n’êtes pas totalement ignorant en matière de politique, vous devez savoir qu’il existe des individus étranges qui veulent créer un gouvernement mondial socialiste (les trotskistes/altermondialistes), et d’autres qui veulent supprimer les états (les libertariens). » Oui, d’accord. Que ces gens souhaitent créer un gouvernement mondial ne signifie pas qu’il l’obtiendront, soit dit en passant. D’un point de vue théorique, je ne suis pas sûr que l’aspiration à un gouvernement mondial soit limitée à des mouvances de gauche (considerez l’Empire Romain, Alexandre le Grand, Charles Quint et même certaines spéculations d’auteurs fascistes comme Julius Evola ; plus récemment Jean-Claude Martinez du FN propose l’établissement d’un service public mondial pour résorber la pauvreté du tiers-monde). A partir du moment où vous êtes « étatiste » plutôt que « libertarien », considerer que la souveraineté est absolue à l’interieur d’un territoire donné mais limitée aux frontières de ce territoire peut sembler contradictoire : comment la souveraineté, notion qui s’accomode mal de limites (la compétence de la compétence pour Carl Shmitt, je crois) n’aspirerait-elle pas à s’étendre à tout l’oekoumène ? Tout cela est théorique, comme je le disais (et je ne fais pas l’apologie du « mondialisme ») mais cela explique que les libertariens ne sont pas nécessairement allergiques au nationalisme car il éloigne la perspective d’un gouvernement mondial (quant à l’immigration, certains libertariens, tels que Hans Herman Hoppe, y sont opposés, ce qui est logique, en réalité), d’où une certaine sympathie entre de nombreux libertariens et les « paléo-conservateurs » (je parle surtout de la situation aux USA). « Ces deux groupes, avec les libéraux orthodoxes, ont au moins en commun d’être pour la liberté totale en matière d’immigration. » Il faut tout de même nuancer ainsi : les libéraux/libertariens sont en général hostiles à « l’immigration d’assistance » (comme en France) et favorables à l’immigration des personnes qualifiées. « Vous suivez toujours ? » Mouais… « Or, bizarrement, Chirac, homme de « droite », soutient officiellement le mouvement altermondialiste. Est-il fou ? » Assimilez l’UMP à une chapelle de la mouvance gauchiste, dans l’intérêt de la discussion, si vous voulez ; je ne vous dis pas le contraire (je parlais moi-même du « bloc UMP-UDF-PS-PC ») ! Pourquoi la « droite » française est-elle ainsi ? Chacun peut donner son explication… Parce qu’elle a été contaminée par le sida mental gauchiste diront certains. Peut-être parce qu’être « conservateur » ne signifie pas forcément être plus « libéral » qu' »étatiste », pourrait-on dire aussi, et qu’un étatisme conséquent implique de ne pas exclure une souveraineté mondiale (je faisais remarquer que les néo-conservateurs américains, étatistes qui se réclament de Hobbes et de Machiavel, souhaitent également établir un « léviathan mondial » -un « empire bienveillant »-, dirigé, en revanche – c’est la grande différence avec les altermondialistes -, par une élite affranchie de la clientelle tier-mondiste des Nations Unies ; le conflit entre chiraco-altermondialistes et néo-conservateurs se situe à ce niveau : qui mérite de participer à l’empire mondial ?) « Les responsables de l’UMP/UDF qui n’ont jamais fait une politique de droite quand ils ont été au pouvoir (Ca se serait si ce n’était pas vrai, donc qui ne sont pas néo-conservateurs) ont provoqué -Ô surprise ! – une immigration incontrôlée en France, à la différence de tous les autres pays européens, avec ses problèmes de plus en plus graves. J’espère que vous l’avez remarqué, vous aussi. » Je ne sais pas s’ils ont planifié la destruction de l’identité française. Les néo-conservateurs (cas américain, donc) ne sont pas hostiles à l’immigration. Quant à la « droite » française, ce choix de l’immigration remonte à bien longtemps et, si ça ne déplaisait pas aux gauchistes, je ne sais pas si cela a été décidé en pensant à eux. Enfin, vous l’avez peut-être oublié aujourd’hui mais à une époque, être « anti-metissage » et antisémite étaient considérés comme allant de paire (« extrême-droite », « fascisme », « nazisme », etc), donc être « anti-immigration » était assimilé à « anti-moderne », « anti-humaniste » soit « anti-occidental » (j’ai bien noté que le débat avait évolué mais il faut rappeler certaines choses). « Donc, deux possibilités, ou bien c’est involontaire et alors ils sont totalement incompétents et totalement idiots, ou bien c’est volontaire, et cela ne peut s’expliquer que si certains ont des visés de détruire l’identité française et donc la nation française. » C’est une combinaison de facteurs. A une époque, on pensait que le racisme était « condamné par l’Histoire » (hégélianisme plus ou moins conscient, certainement, en vertu duquel l’humanité devait nécessairement s’unir par quelque mécanisme « dialectique »), donc que les immigrés avaient « vocation à s’intégrer ». Maintenant, on se rend compte qu’on a mis le doigt dans un engrenage ; surtout depuis que de nombreux immigrés sont devenus antisémites, car cela a porté un coup pratiquement fatal à la cohérence de l’idéologie anti-raciste (c’est bien beau d’être anti-raciste mais que faire si toutes les races ne le sont pas; je caricature évidemment… quoique ?) « Or, Madelin, libéral orthodoxe, fait bizarrement parti de l’UMP qui n’a jamais appliqué de programme libéral. » Madelin marche à côté de ses pompes, vraisemblablement. Comment n’en serait-il pas ainsi alors que sa mouvance ne représente que 4% aux élections (quand il se présente seul). Donc il est contraint à diverses contorsions pour vendre sa soupe, sans même y parvenir. « ce sont les libéraux orthodoxes et l’UMP qui diabolisent le plus les nationaux/souverainistes » Il y a plusieurs façons de « diaboliser » les « nationaux-souverainistes ». ça peut venir de la part de certains atlantistes qui jugent la France comme une nation anti-américaine et anti-sémite (c’est pareil désormais, dans le débat), comme ils s’en sont persuadés depuis la phrase de De Gaulle sur « le peuple sûr de lui… » (L’histoire de l’Irak n’a rien arrangé, vous l’avez remarqué…). La mouvance souverainiste serait une manifestation des tendances malsaines (pétainistes, antisémites, quoi) de la France. ça peut venir au contraire des « pro-européens » pour qui les souverainistes « font le jeu » des atlantistes en empêchant l’émergence d’une « Europe-puissance », seule façon de bâtir un « contrepoids » aux USA. Il existait à une époque une certaine alliance entre les atlantistes et les pro-européens au détriment des « souverainistes archaïques » mais elle s’est partiquement brisée depuis que le coeur « franco-allemand » a pris position contre les USA lors de la guerre d’Irak. Donc les atlantistes ne sont plus loins de considérer que les pro-européens sont désormais plus dangereux que les nationaux-souverainistes : en effet, un étatisme européen serait plus dangereux que divers étatismes nationaux, lesquels peuvent être mis en concurrence afin d’être subordonnés à la superpuissance américaine. Pourtant, de nombreux souverainistes pensent encore (tel Eric Zemmour) que l’Europe est, pour la France, davantage un « piège à cons » qu’un amplificateur de puissance. « Donc merci de ne pas tourner en dérision ce que je dis, si vous voulez rester drôle » Ne vous vexez pas comme-ça ! « PS : A propos de Madelin, je le respecte mais je ne comprends son affinité avec l’UMP et sa politique de liberté en matière d’immigration. Et tant qu’il aura ce programme, je ne voterai pas pour lui ! […] je n’ai jamais rarement trouvé une condamnation de l’IDEE DE FAIRE ENTRER LA TURQUIE DANS l’EUROPE, de la part des libéraux orthodoxes et des libertariens. Evidemment ! » Ni de la part de Bush et des néo-conservateurs, réflechissez-y ! En fait, voici, selon moi, l’état du paysage politique sur cette question : – Les néo-conservateurs américains espèrent que la Turquie, bien qu’islamiste (un peu), écartera le spectre d’une Europe-puissance, donc ils sont pour. – Les pro-européens chiraco-socialistes pensent que la Turquie renforcera le poids des anti-américains en Europe bien que fragilisant (à court terme ?) la construction européenne, donc ils sont pour. – Les atlantistes européens ont peur du poids islamiste et antiaméricain de la Turquie, donc ils sont souvent contre (malgré l’avis Bush). – Certains nationaux-souverainistes (Villiers, etc) et certains gaullistes favorables à la construction européenne (Juppé…) sont contre, car, puisque l’Europe existe, autant ne pas faire rentrer n’importe qui, par dessus le marché. Pour finir avec la question du gouvernement mondial : Etat mondial ne signifie pas automatiquement liberté mondiale d’immigration ; ainsi dans l’URSS les citoyens avaient besoin de passeports internes pour migrer d’une région à une autre. Le propre de l’étatisme est la coercition. Ceux qui croient qu’ils obtiendront l’adhésion à un gouvernement mondial en favorisant une immigration incontrôlée se trompent ; au contraire ils récolteront le contraire de ce qu’ils cherchent à obtenir. Mais cela peut expliquer une certaine connivence passée entre gauchistes et libertariens intransigeants : les deux écoles cherchent à détruire les souverainetés nationales dans un but opposé ; les premiers pour obtenir une souveraineté mondiale (et leur idée de favoriser l’immigration est stupide à cet égard, selon moi), les seconds pour casser la cohésion nationale (pour que les citoyens perdent l’envie de payer les prestations sociales, sachant qu’elles sont destinées aux immigrés, alors qu’ils l’acceptaient lorsqu’il s’agissait de personnes plus « proches » – Depuis le 11 septembre, toutefois, nombre de libéraux sont beaucoup moins désinvoltes avec le phénomène de l’immigration).

    Répondre
  11. R. Ed.

    28/07/2004

    Vous n’avez peut-être que le certificat d’études primaires mais je penses que vous n’étiez pas au fond de la classe tout près du poële à glandouiller. Pas si mal que cela, votre prose, beaucoup de journalistes pourraient même en prendre de le graine !Salutations.

    Répondre
  12. Alain Bourgault

    28/07/2004

    Monsieur Renaud, vous avez su déceler dans les six petites lignes de mon texte, mes fautes d’orthographe et mes à-peu-près grammaticaux. Vous avez sans doute poursuivi des études supérieures ? personnellement je m’en excuse, mais je ne possède comme tout bagage, que mon certificat d’études primaires… et mon brevet sportif populaire… Si j’en juge au travers de votre réaction épidermique, mon niveau culturel devrait m’empêcher de m’exprimer dans cette rubrique; quel bel exemple de tolérance !!!. Il est vrai qu’à bout d’arguments, il est alors plus facile de critiquer la forme plutôt que le fond… Continuez à être « tout dépité », personnellement mon inculture et ma « médiocrité » ne m’empêchent pas d’être très heureux. Surtout, n’en faites pas de cauchemar…

    Répondre
  13. pickett

    28/07/2004

    Moore use comme tout bon propagandiste de la semi vérité ou déformé. Farhenheit 9/11 Peut étre vu sur la partie consacré a l’irak comme un film de propagande pro saddam. Pour le reste c’est on voit bien les procédés des semi vérités. Doit on rappeler que la famille de ben laden est vaste et qu’on ne saurait lui tenir compte des agissement d’un élément pourri. Car enfin que veut Moore? Qu’on emprisonne toute la famille?. Que ben Laden est des actions dans les mêmes entreprises que Bush ne permet pas de conclure à une complicité. Bowling for columbine etait déja un film qui alignait les mensonge et cela dés le titre qui prétendait que les tueurs avait fait un bowling avant le massacre. Même les opposants sérieux (je ne parle pas des agités gauchistes) de Bush n’aiment guére Moore qu’ils voient pour ce qu’il est: un gauchiste mensonger et ordurier.

    Répondre
  14. jacky.a

    27/07/2004

    Médiocrité…. anti américanisme…. palme d’or…. « Fahrenheit 9/11″… résume en peu de mots… l’idéologie qu’un certain nombre d’intellos… qu’ils soient d’ailleurs ou bien d’ici… c’est gens là… de la trouille des tanks….de Budapeste…au goulague… pour s’affranchir de la mort… « plutôt rouge que mort »… se donnèrent corps et biens… à ces forces obscures…. que le temps aujourd’hui… nous ressert en remake…à travers…l’islamisme… « Fahrenheit 9/11 » aujourd’hui…. demain… ils nous joueront… les amours d’un Ben…et d’un WTC… soyons masculin jusqu’au bout des ongles… dans ces idéologismes… ou le vert associe et l’OGM etla charias de l’ennuque. Ils nous disent démocratie… depuis 50 ans…ils brandissent des drapeaux rouges… aujourd’hui en fleurtant avec le noir… ce sont des drapeaux verts… qu’ils cachent sous le manteau… La légion des damnés… ces légions démoniaques… ces souffles de l’enfer… même du fond de nos fosses communes… du chaos de la choas… de la flamme de leurs fours… ils étaient déjà là…

    Répondre
  15. Christophoros.

    27/07/2004

    A Observateur. En complément de mon post précédent. Comment peut-on être à la fois libéral et conservateur ? Si l’on veut conserver certaines valeurs ( cad être conservateur ) il faut être un tantinet autoritaire ( si vous avez des enfants vous voyez ce que je veux dire )et alors on n’est plus libéral. Si je suis incohérent, vous l’êtes, il me semble, tout autant… Très cordialement.

    Répondre
  16. Christophoros

    27/07/2004

    Cher Observateur. Pourquoi suis-je contre tout ce que j’ai qualifié « d’isme » à votre avis ? Parce que tous ces systèmes quels que soient leur « mérites » ou leurs « défauts » aboutissent à la même chose, légitimer l’ascendant de certains groupes humains ( sociaux, raciaux ou autres ) sur d’autres. Bien sûr, ils dérivent de principes différents, voire incompatibles mais au final tout cela se ressemble tragiquement. Par exemple pour ne parler que l’organisation malgré la théorie libérale, on peut remarquer que la bureaucratie des grandes firmes n’a souvent rien à envier à envier à la bureaucratie soviétique ( voir par exemple le principe de Parkinson de Northcote Parkinson ). Quant à Le Pen pour qui j’ai toujours voté ( la première fois aux premières européennes après l’affaire de Nouvelle Calédonie où on avait obligé des gendarmes français à « faire » sous eux ) , je dois avouer que je suis davantage « attaché » à son côté tribun parce que du côté théorie on peut chercher quelque chose de plus élaboré. Au moins une chose est sûre, quand on va le voir en meeting, ça défoule et puis, c’est bête, moi j’aime chanter la Marseillaise… ( je dois être surtout patriote en fait… pas nationaliste ni souverainiste, patriote, je sais ça fait ringard… j’assume totalement. Je la fais chanter à mes gosses aussi ( ringardissime, hein ). Il y en a un qui m’a demandé, la patrie qu’est-ce ? Ma réponse ; « La Patrie, c’est ce pourquoi les soldats français meurent Elle nous a été transmise par ceux qui nous ont précédé Nous n’en avons qu’une c’est la France Nous n’en avons pas de rechange. » Cordialement.

    Répondre
  17. Renaud

    27/07/2004

    Monsieur Bourgault, non seulement le fil de votre pensée m’apparaît pour le moins embrouillé, mais qui plus est, et c’est plus grave, vous polluez la langue française, ma langue, avec vos fautes d’orthographe et vos à-peu-près grammaticaux. J’ose affirmer, Monsieur, que si les niveaux culturels de Messieurs Moore et Bush sont d’une égale médiocrité, ces messieurs ont au moins l’excuse d’être de nationalité américaine. Comme vous le savez, l’histoire des civilisations se modèle sur l’histoire des hommes, et si la civilisation française touche à la sagesse d’un homme mûr, il ne faudrait pas oublier que la civilisation américaine est, elle, encore en plein age bête. Je ne m’attendais pas à tant de médiocrité dans la critique de la part d’un compatriote de Roger Nimier, voilà tout, c’est pourquoi je suis tout dépité.

    Répondre
  18. Sous-Commandant Marco

    27/07/2004

    Comme Hitler et Staline, Sharon et Arafat, Bush Sr et Saddam, puis Bush Jr. et Bin Laden avant eux, Millière/Chataignier et Moore se sont bien trouvés! Sans-doute ont-ils fait la même école, celle de l’outrance et du manque d’humour. De façon plus générale, il devient impossible d’avoir un débat nuancé sur la politique américaine ou sur le terrorisme, sans se faire traiter de pro-« quelque chose de peu ragoûtant ». Les liens entre la famille bin Laden (dont certains pensent qu’elle continue à financer son rejeton Usama et avec lui Al Qaeda) et le groupe d’investissement Carlyle ou la famille Bush sont pourtant bien documentés. Entre quelques outrances, Moore a donc parfaitement raison de se demander si Bush est vraiment la bonne personne pour lutter contre le terrorisme. Quant à imaginer qu’une structure américaine (au hasard le fameux lobby militaro-industriel) ait pu se frotter les mains le 11 septembre 2001, à tel point qu’elle aurait même pu souhaiter très fort ces evénements, je ne vois pas ce que cela a de choquant. Une des premières mesures de Bush après les attentats n’a-t-elle pas été l’augmentation du budget de la défense, que rien n’aurait justifiée auparavant? Renseignez-vous sur l’incendie du Reichstag ou les projets d’assassinat de Castro pour savoir à quel point les services secrets peuvent être imaginatifs pour obtenir ce qu’ils veulent. Les images, diffusées récemment, des passages des terroristes saoudiens par les dispositifs de sécurité des aéroports américains, étaient révélatrices. Alors que des traces d’explosifs et des canifs avaient été détectés, les terroristes arabes purent tranquillement monter à bord… J’ai effectivement peine à croire que cette négligence, qui s’est reproduit 19 fois dans 3 aéroports différents, soit purement fortuite.

    Répondre
  19. cast

    27/07/2004

    Pourquoi faut-il que la moindre critique à l’endroit des USA soit immédiatement taxée de gauchisme et autres? Bien que réticent,je suis allé voir ce film et je l’ai trouvé intéressant bien que contestable.Des points importants y sont soulevés qui ne sont jamais débattus:par exemple,est-il exact que le seul vol autorisé aux USA après le 11/9 a été celui qui rappatriait toute la famille Ben Laden en Arabie Saoudite? Est-il exact que la guerre en Irak est une aubaine pour les proches de Bush ,co-dirigeants de Carlyle Group et de Haliburton,fournisseur de l’armée américaine.Est-il exact que l’arabie saoudite a investi dans l’économie américaine à hauteur de 850 milliards de dollars (7% du PIB)? Est-il exact que des fonds saoudiens ont systématiquement renfloué tous les ratages industriels de Bush? Peut-on rééllement porter crédit d’objectivité aux médias américains qui ont systématiquement occulté tout débat sur l’opportunité de la guerre en Irak,pour s’apercevoir un an plus tard devant l’évidence qu’aucun des arguments invoqués (armes chimiques ou nucléaire) ne la justifiait,ou qui ont hystériquement fait passer tout doute pour de la trahison? Est-il exact que le Patriot Act,jouant sur la paranoïa chronique des américains,fait objectivement de plus en plus ressembler les USA à une dictature? Voilà les questions importantes dont il faut d’abord débattre avant de traiter les gens de toutes sortes de nom.

    Répondre
  20. Observateur

    27/07/2004

    Christophoros « Quant à mon courant de pensée, je n’en ai pas. Je dis amen au christianisme et non à tous les autres « isme » qui participent du matérialisme : le socialisme, le communisme, le marxisme mais aussi le capitalisme, le libéralisme, le sionisme, le nationalisme, etc… » Permettez-moi de vous signaler une incohérence dans votre argumentation : vous ne pouvez pas être à la fois contre le socialisme/communiste et contre le capitalisme qui est le contraire de la première idéologie. Le capitalisme n’est pas une idéologie, mais la juste application de la liberté des hommes de travailler et de commercer. Donc en vous déclarant contre le capitalisme, vous êtes en fait pour une idéologie. Et cette idéologie, c’est le communisme. Autre incohérence de votre part: Le Pen est un libéral-conservateur. Donc si vous vous déclarez pour Le Pen, il faut donc être également libéral-conservateur. Bref, vous ne pouvez pas, à la fois être contre le libéralisme et le socialisme, contre le communisme et le capitalisme : la 3ème voix n’existe pas et n’est en fait que du socialisme, c.a.d. la politique socialo-communiste Chiraquienne qui ruine la France et les français et qui endette les français au profit d’une classe de privilégiés.

    Répondre
  21. Christophoros.

    26/07/2004

    A Alain Bourgault. Merci pour votre réponse, qui permet d’enrichir la panoplie d’invectives qui m’ont été adressées sur ce site. Après gauchiste et collectiviste, je suis désormais un « pseudo-intellectuel ». Comme dirait Cyrano c’est un peu court jeune homme, pourquoi pas « gymno-sophiste » tant que vous y êtes ! ( c’est grec donc furieusement « tendance » ) Puisque vous insistez, j’en suis réduit à m’infliger le pensum ( serai-je un eontontimoroumenos ? ) de vous expliquer en quoi je trouve l’article ci-dessus affligeant. Parce que ( et j’en oublie ): 1. Il est facile, souvent hors de propos et ordurier de recourir aux mânes nauséabondes du nazisme pour tenter de disqualifier un adversaire politique quel qu’il soit. Je vous renvoie au procédé récurrent de l’UMPS vis à vis de JMLP par exemple. 2. Si Michael Moore est un grossier personnage qui fait son business en dénonçant des scandales divers ( après les armes ( Bowling for Colombine ) et les délocalisations industrielles et qui s’est trouvé un nouveau sujet (bien mince) en la personne insignifiante de Georges Buisson tout cela ne peut être comparé avec l’ignoble Goebbels. 3. Finalement la querelle entre Démocrates et Républicains US, n’est qu’une « scène de ménage » au sein de la ruling class et les problèmes fondamentaux américains ne seront pas traités au cours de la campagne. Comme toujours ici comme aux US, le citoyen lambda ( encore du grec ) est le dindon de la farce ( aux US la dinde Thanksgiving oblige) . Quant à mon courant de pensée, je n’en ai pas. Je dis amen au christianisme et non à tous les autres « isme » qui participent du matérialisme : le socialisme, le communisme, le marxisme mais aussi le capitalisme, le libéralisme, le sionisme, le nationalisme, etc… et toutes les doctrines foireuses défendues par des excités cruels qui leur permettent d’exploiter leur prochain avec une parfaite bonne conscience. Très cordialement.

    Répondre
  22. Adolphos

    26/07/2004

    Moi, j’aimerai surtout savoir à qui Moore va donner l’intégralité de ses profits ? Il ne va tout de même pas les garder lui même, ce grand donneur de leçons ?!

    Répondre
  23. Alain Bourgault

    26/07/2004

    Bravo et merci à OBSERVATEUR ainsi qu’à GREG, qui ont su, en peu de mots, exprimer des choses censées. Et je conseillerais à Christophoros de développer sa pensée, et avec un peu moins de pseudo-intellectualisme. Expliquez-vous donc mon cher, et soyez plus pragmatique lorsque vous considérez l’article d’un goût affligeant. Il faudrait savoir si ça vous afflige, ou si ça porte atteinte à votre courant de pensée ? (qui, en aucun cas ne saurait être remise en cause bien entendu…)

    Répondre
  24. Nico

    26/07/2004

    Un grand bonheur. Oui, ce film outrancier et malhonnête est un grand bonheur : il est comme une balle tirée dans le pied, et aura comme conséquence le contraire de l’intention de l’auteur, c’est à dire la réélection triomphale de Bush… Moore est totalement discrédité par les médias américains -qui eux, ont des journalistes prfessionnels et pas « d’opinion » – car ils ont relévé toutes les inexatitudes et mensonges de Moore. Les électeurs du centre ne seront pas dupes. Le plus rigolgo : Moore va venir à la convention démocrate du 26/07, ce qui va les couler irrémdiablement…

    Répondre
  25. Greg

    25/07/2004

    On remerciera George Bush dans quelques siècles d’avoir permis de protéger l’occident et ses valeurs. Heureusement que le pays le plus riche et le plus glorieux de l’occident a décidé de défendre sa culture, ses croyances, sa « way of life ». Le courage ne leur manque pas et décidément, même si ce sont les « pires » européens qui ont émigré au nouveau monde, c’est encore eux aujourd’hui qui nous protègent chez nous ! En faisant la guerre à l’extérieur George Bush défend sa population à l’intérieur. L’anti-américanisme nourrit des pervers attristés par la défaite de l’urss les conduit à un éternel aveuglement : que j’aimerais être américain aujourd’hui et quitter ce pays si lâche…

    Répondre
  26. Christophoros.

    24/07/2004

    Article d’un mauvais goût affligeant. Je ne savais pas que les libéraux, comme les gauchistes du Monde, pratiquaient la réductio ad hitlerum.

    Répondre
  27. Observateur

    24/07/2004

    Et dire que ce déchet « Fahrenheit 9/11 » a obtenu la palme d’or à Cannes et, en plus, en tant que documentaire (seulement la 2ème fois après « le monde du silence » de Cousteau) ! C’est dire la crédibilité que l’on peut désormais porter au festival de Cannes, qui était avant réputé dans le monde. L’image du festival n’est-il pas terni définitivement auprès de la communauté internationale ? Faudra-t-il dans l’avenir éviter tous les films primés à Cannes, si on sait en plus que les critères de choix ne sont qu’idéologiques ? Quand les gauchistes maladifs infiltrent toutes les institutions, l’image de la France dans le monde part en eau de boudin. Un exemple concret de la pensée unique totalitaire socialiste inculquée à haute dose aux français !

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)