Netanyahou et Obama : le torchon brûle ?

Posté le mars 03, 2015, 3:27
4 mins
1731042_3_ddd7_benyamin-netanyahou-veut-avant-tout-alleger_d4e676e40ea207bd27613454fae4f363
Dans un geste unique en son genre, sur le plan politique, depuis la création des Etats-Unis, le président de la Chambre des Représentants, le républicain John Boehner a invité le 1er ministre israélien, Binyamin Netanyahou à s’adresser le 3 mars 2015 au Congrès américain, réunissant la Chambre et le Sénat… Netanyahou va consacrer son discours à exprimer ses objections répétées relatives à l’accord prévu entre l’administration Obama et l’Iran sur son programme nucléaire. Il espère convaincre les membres du Congrès de la justesse de son analyse, ce qui pourrait retarder toute signature.

Le président Obama et son entourage sont vraiment furieux. Non pas du fait que le 1er ministre intervient sur un sujet important, qui apporterait au président une gloire personnelle, mais du fait que le président de la Chambre ne l’a pas consulté auparavant, et Obama considère ce manquement comme une violation du protocole établi.

Cette tension sans précédent entre l’administration Obama et Netanyahou s’ajoute à de nombreuses autres altercations peu amicales entre les deux. Mais là le conflit atteint son paroxysme, reflété par les déclarations de Susan Rice, conseillère à la Sécurité Nationale, qui a dit que l’attitude de Netanyahou était “inacceptable, voire destructrice…”

L’administration Obama ne s’est pas contentée de condamner la visite de Netanyahou. Le président Obama a annoncé qu’il n’allait pas rencontrer Netanyahou, sous le prétexte qu’un président américain ne rencontre jamais un chef d’état étranger en pleine période électorale… De même le vice président des Etats-Unis, Joseph Biden sera absent, en visite à l’étranger. Or sa présence est normalement obligatoire, du fait qu’il est en même temps le Président du Sénat au Congrès. Le chef du Département d’Etat John Kerry a annoncé qu’il serait en Suisse, ce jour là, pour négocier avec les Iraniens le dossier nucléaire.

Mais ce qui a le plus mécontenté l’administration Obama, c’est que Benjamin Netanyahou ait refusé de rencontrer des élus démocrates, qui avaient souhaité lui parler lors de sa visite.
Je conclus ainsi : du moment qu’Obama est l’instigateur des soi-disant “révolutions” dans le monde arabe, et du fait qu’il est l’allié objectif de l'”Islam politique”, mère nourricière de toutes les organisations terroristes dans le monde, et qu’il envisage de signer un accord avec l’Iran, qui sera établi au détriment de ses alliés de longue date dans le Golfe, je dirai que je suis très heureux de l’attitude ferme du 1er ministre Benjamin Netanyahou et de sa décision d’accepter de parler au Congrès américain du danger d’un accord nucléaire avec l’Iran, et ceci malgré la colère et la fureur de l’administration Obama. La conduite de Netanyahou va rendre service à nos propres intérêts, à ceux de la population du Golfe, bien plus que la folle conduite de l’un des pires présidents que l’Amérique n’ait jamais élu.

Êtes-vous d’accord avec moi ?

Par Dr. Ahmad Al-Faraj, journaliste au quotidien Al Jazirah, proche de la famille royale saoudienne
Ryad, le 2 mars 2015.
Source Memri:  http://www.memri.org
Adapté en français par www.nuitdorient.com

3 réponses à l'article : Netanyahou et Obama : le torchon brûle ?

  1. laeckMiDoch

    11 août 2015

    les israeliens se croient etre le nombril du monde –
    Ils sont mégalos !

    Répondre
  2. HERVE

    5 mars 2015

    Cher Monsieur,
    A quelques imprécisions près (seuls Winston Churchill est intervenu une fois et les dirigeants sionistes d’Israël sont intervenu trois fois), j’adhère à 100% votre article jusqu’à l’avant dernier paragraphe que je peux que contester fermement.
    Pour justifier l’installation d’Israël en Palestine contre les avis des émirs et de l’Europe, le président Truman a répondu « Messieurs, je suis désolé, mais je dois répondre à l’attente de centaines de milliers de gens qui veulent le succès du sionisme ; je n’ai pas des centaines de milliers d’arabes parmi mes électeurs ».
    Depuis, la politique menée tant par les républicains que par les démocrates a été inconditionnellement en faveur des sionistes.
    J’ajoute que les sionistes dirigent toute la finance (Goldman Sachs, banque fédérale américaine, BCE dont Mario Draghi vient de Goldman Sachs, …) possèdent la quasi-totalité des médias grand public occidentaux et sont présents en masse dans beaucoup de gouvernements (les quinze conseillers de bush, puis d’Obama, viennent tous de Goldman Sachs), etc. etc.
    Or la Tora, suivie à la lettre par les sionistes, explique clairement que les juifs doivent provoquer le chao pour pouvoir régner sur le monde (des peuples non élus).
    Or le chaos est bien ce que nous subissons de plus en plus, et je pense que, si je n’ai strictement rien contre les juifs ou autres religions, je suis totalement opposé à subir tant la Charia que la Tora (toutes deux mélangent le politique et le religieux et veulent imposer leur domination du monde).
    Les questions qui se posent sont :
    – Qui provoque les chaos, avec toutes ses guerres atroces auxquelles, qui sont en train d’arriver chez nous,
    – Pourquoi Israël, qui n’était qu’une petite bande de terres prises par quelques milliers de sionistes en 1945 à la Palestine de 12 millions d’habitants est-il aujourd’hui la totalité de la Palestine avec des sous-habitants sans aucun droit et dont on détruit leurs habitations pour y mettre des colons ?
    – Israël a la bombe atomique. L’Iran ne l’a pas et accepte d’être constamment contrôlée par de multiples organisations et commission internationales qui, jusqu’à présent, à à l’instar des armes de destruction massives de Saddam Hussein, n’ont strictement rien trouvé à redire,
    – Qui a provoqué le terrorisme islamique et fait en sorte qu’on ne le combatte pas vraiment (padamalgam, aucune peine tant qu’il n’y a pas de mort … récupérés par le système, …) ?
    – Pourquoi aucune interview des dirigeants concernés n’est rendue publique (https://www.youtube.com/watch?v=J-riq9Ucpus)

    Et bien d’autres questions taboues dont personne ne parle, et pour cause, les gens qui n’adhèrent pas à la pensée unique n’ont pas droit à la parole en occident (même SOS Chrétien d’Orient qui a son reportage en Syrie censuré).
    Conclusion, si je n’adhère en rien aux thèses islamistes, je m’étonne que les USA aient tué les petits dictateurs laïques pour les remplacer par les Frères Musulmans (chao assuré), je pense qu’il faut être très prudent dans ses jugements si l’on ne veut pas être, au mieux, transformés en troupeaux de moutons travailleurs à bas prix et consommateurs dociles au profit d’une toute petite caste.

    Répondre
  3. DESOYER

    4 mars 2015

    Monsieur Al-Faraj, je suis parfaitement d’accord avec vous.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)