Newsweek, Sarkozy et l’europhobie américaine.

Posté le octobre 03, 2010, 12:00
6 mins

La récente campagne de haine contre l’Europe conduite en Amérique a de quoi surprendre. Pourquoi tant de ressentiment, pourquoi tant d’aigreur ? On voit Newsweek attaquer dans des termes indignes Nicolas Sarkozy, présenté comme un führer européen aux côtés des suédois et de l’inévitable Berlusconi. On ne peut pas dire pourtant que le président français, pas plus que son homologue italien, se soient rendus coupables d’anti-américanisme primaire par le passé. Mais rien n’y fait : on crache d’abord sur ses alliés.

J’étais à Paris récemment et je peux garantir que les roms plastronnaient partout ; que, forts du soutien des médias et l’opinion publique mondiale, ils se considéraient comme les maîtres de la place ; et que nous étions donc bien loin des « heures les plus sombres de notre histoire ». Il faudra quand même bien tourner la page, n’est-ce pas les yankees ? Quand l’europhobie devient le seul moteur de la construction, de la déconstruction plutôt, américaine, on devrait vite s’inquiéter. Et quand un pays qui enferme trois millions de bagnards qu’il ne peut plus chauffer ni soigner – voir l’exemple californien –, se mêle de nous donner des leçons de droits de l’homme, nous avons de quoi nous poser des questions sur la logique de cet occident que nous voyons toujours plus agoniser chaque jour, débordé par les pays émergés comme la Chine ou le Brésil, infiniment moins libéraux que nous.

L’écroulement de la puissance américaine est allé de pair avec la dynastie Bush et les néocons, aujourd’hui avec l’animateur social océanien. Il entraîne l’Europe hétéronome dans sa chute, mais voudrait bien que l’Europe seule y choie. On verra. Pour l’instant, comme le dit La Rochefoucauld, « les vieillards se targuent de donner de bons préceptes pour n’être plus en état de donner le mauvais exemple ».

Le déclin retentissant de l’Amérique

Et en effet : l’Organisation du Traité de l’Afghanistan Nord n’est pas capable de mater une poignée de talibans ; le lobby militaro-industriel, tant redouté par Eisenhower, a pris le pouvoir outre-Atlantique et ruiné le pays ; le dollar, pas plus que l’immobilier ou l’économie, ne repartent ; les déficits budgétaires explosent ; enfin l’Amérique n’est plus cette puissance mimétique dont parlait René Girard, elle ne fait plus rêver. Ceux qui rêvent d’Eldorado financiers peuvent aller dans les pays ennemis de toujours, l’Amérique latine justement, l’Asie indochinoise, les pays du Moyen-Orient que l’on souhaitait rayer de la carte il n’y a pas si longtemps.

Du point de vue culturel, on voit aussi le déclin retentissant de l’Amérique, qui ne fournit plus ni musique ni film dignes de ce nom. Les derniers opus de Brett Easton Ellis ou de Don de Lillo, encensés par une lâche et complice critique, m’ont laissé pantois : se peut-il que ce pays noyé dans l’obésité physique soit devenu aussi creux intellectuellement ?

C’est là que les Cromwell du puritanisme verbal, spécialistes aussi du delirium antipapiste, noyés sous un flot d’immigrés qui ne les a pas spécialement enrichis depuis trente ans, sur le métier remettent leur ouvrage et nous assènent les vieilles lunes du nazisme et du stalinisme. Ce populisme abruti, qui rêve depuis toujours de broyer les identités sous le masque communautariste, rêve de ranimer les fantasmes europhobes de la droite yankee néoconne ou évangéliste qui voit dans l’Europe l’ennemi de toujours. Les ratés ne vous rateront pas, disait Bernanos, et l’on constate que le précepte s’applique très bien à l’Amérique des Bushmen et des Obamen liquéfiés dans leur haine et leur sottise.

Quant aux roms, faut-il rappeler aux ignares teigneux que l’Europe social-démocrate et masochiste leur a distribué en quinze ans 18 milliards d’euros,et que le soutien littéraire de Pouchkine, de Kipling ou de Baudelaire vaut bien les hypocrites pleurnicheries humanitaires des uns et des autres ?

16 réponses à l'article : Newsweek, Sarkozy et l’europhobie américaine.

  1. M.DUFOREST

    07/10/2010

    Newsweek comme d’ailleurs le N.Y.times sont des journaux devenus gauchistes qui contribuent a la chute vertgineuse des USA.

    Ces journaux n’ont aucune valeur d’ailleurs Newsweek a ete vendu cette semaine pour 1 dollar !!!

    Répondre
  2. Anonyme

    06/10/2010

    LS : " Merci à Mancney pour son site d’accents. Je l’utilise ici. "
    –      Most welcome.

    LS : " Où se trouve le free lunch à PB? J’irai certainement voir…"
    –     Ce n’est pas a PB, ou du moins je l’ignore, mais si vous avez le temps et l’occasion de descendre vers le Gulf of Mexico, vers Naples, précisemment, vous etes cordialement invité a déjeuner.

    Best,

    Mancney

    Répondre
  3. aldev

    06/10/2010

    On crache d’abord sur ses alliés dites-vous,mais n’est-ce pas un juste retour des choses,car c’est bien ce que font la France et les Français aux Américains depuis 60 ans,non?

    Quant au déclin retentissant de l’Amérique,il n’y a guère lieu de pérorer dessus alors que celui de la France commence à ressembler étrangement à une chute libre.

    Toujours cette manie de faire des phrases……

    Répondre
  4. Anonyme

    05/10/2010
    @grepon
    Je suis entièrement d’accord avec vous. Vu de Floride,  
    @ Jaurès
    Reprendre des statistiques fausses ou justes revient à les faire siennes et à y apporter sa caution personnelle. C’est pourquoi vous ne pouvez vous défausser en rejetant la responsabilité de leur fausseté. Toujours le vieux réflexe socialiste de la responsabilité collective, laissant chacun innocent des pires désastres qu’il a puissamment contribué à colporter et amplifier, à sa micro-échelle.
    Entre les vrais fonctionnaires et les assimilés, il y aurait en France environ 7 millions d’ employés . Il est absurde de croire  leur surnombre être une absurdité. COURTELINE avait déja bien analysé la chose. Il ne fait aucun doute qu’une privatisation aussi généralisée que possible en supprimerait 3 millions .
    Vous écrivez: "chaque suppression de poste de la fonction publique implique une baisse de prestation". C’est évidemment exactement le contraire qui est vrai dans beaucoup de cas: ceux où le fonctionnaire a pour seul rôle de faire perdre du temps au reste de la population sans aucun bénéfice tangible pour la société. Il paraitrait que les 120 000 employés du Ministère des Finances font un travail qui requiert 300 employés seulement en Suède (il est vrai fortement informatisés).
    Vous choisissez 2 catégories de fonctionnaires emblématiques: les policiers qui justement eux sont beaucoup trop peu nombreux en France ( quand on compare à d’autres pays comme les USA par exemple), et les enseignants qui eux sont trop nombreux (en tout cas à l’Education Nationale où 1 employé sur 2 n’enseigne pas).
    @ Benzaquen,
        Le PIB US serait de 14,3 Mds $ , celui de l’Europe CEE de 14.8 Mds $ et la France d’environ 2, 1 Mds $. Entre France et USA il y a donc un rapport de 1 à 7. Je soupçonne d’ailleurs que les chiffres US soient moins gonflés que ceux de la France.
    Merci à Mancney pour son site d’accents. Je l’utilise ici.
    Où se trouve le free lunch à PB? J’irai certainement voir…
    Répondre
  5. françois

    05/10/2010

      Ah, Jaures, vous ne critiquez pas la région Corse de recevoir de l’argent de l’état? C’était pourtant bien imité ( mais c’est vrai que pour vous, les mots n’ont pas la même signification que pour le commun des mortels)… Bon, ce point étant acquis, 2° leçon du B.A. BA économique: Ce que l’on donne à quelqu’un, on ne peut le donner aux autres. 2° leçon et demie du même B.A. BA, ce que l’on donne à quelqu’un, on le prend forcément à d’autres. Enfin, vous nous bassinez avec l’Irlande, exemple type pour vous du grand satan libéral. Mais que diriez vous de la Grece, pays sous obédiance socialiste dont la dette atteint 147% du PIB ( 1, 5 fois l’Irlande), le chômage 15%, qui a vu sa notte baisser plus bas et avant l’Irlande et que les chinois sont en train d’acheter? C’est mieux, certainement, puisque c’est socialiste…

    Répondre
  6. grepon

    05/10/2010

    "On voit Newsweek attaquer dans des termes indignes Nicolas Sarkozy, présenté comme un führer européen aux côtés des suédois et de l’inévitable Berlusconi. "

    Ouf, l’auteur travaille sous l’idee bizarre que Newsweek est lu par qui que ce soit.     Pas la peine de lire le reste de l’article de cette premiere piece d’evidence d’un quelquonque campagne de  haine enver l’Europe ici.   

    La circulation de Newsweek est en chute libre depuis des annees, et dernierement a pris une virage editoriale assez radicale qui n’a que acceleree sa descente dans l’inimportance abyssale.    Franchement.    

    Au dela de l’etat terminale de Newsweek, je vous promis que pas 1% de la population ici a le moindre idee que "les Roms"   (qui?) font objet de…quoique que ce soit…en Europe.    Niveau de reconnaissance de ce problematique faisant de bruit outre mer:   Zero virgule Zero….ou presque:  il y a quelque ecrivaillons bossant pour le non-profit appelle "Newsweek".     Vous pouvez acheter la boite pour un dollar symbolique si ca vous chante.   Serieux.

    Pendant que ca passe pour de la nouvelle inquietante d’importance, l’occident s’effondre sur le continent europeen, et les gouvernements et grand banques sont financierement des morts vivants, du fait de l’impossible probleme de maintien des prestatations des etats providences avec des taux de natalite et taux de participation dans l’economie productive la ou ils sont.    Game over.

    Répondre
  7. Anonyme

    05/10/2010

    LS : Pas d’accent sur ce clavier US.

    Les accents sont la :
    Windows :
    http://tlt.its.psu.edu/suggestions/international/accents/codealt.html
    Mac : Touche Alt/Option enfoncée, taper "e", relacher et retaper "e". Ca donne ca : é.
    Evidemment, c’est toujours plus simple sur Mac.

    Have fun at Palm Beach, free lunch for you si vous descendez vers le Gulf.

    Best,

    Mancney

    Répondre
  8. benzaquen

    05/10/2010

    L’Amérique est loin d’être un nain et nous autres français aurions tort de la sous-estimer.Ce grand pays se verrait dans une posture plus confortable,s’il n’avait à engager toutes les dépenses en matière d’armement et des guerres qui s’ensuivent.A ce jour le PIB Américain est quasiment le double de celui de la France et depasse de beaucoup celui des pays émergents tels la Chine et L’Inde.
    D’autre part l’Amérique est restée puritaine et supporte difficilement nos attitudes outrancières à l’égard de ceux qui ont la charge de nous gouverner.
    Durant le vingtième siècle,la France a laissé des stigmates qui la décrédibilisent .
    Montrons nous moins chauvins .

    Répondre
  9. miane

    05/10/2010

    ça continue la guéguerre des chiffres et des partis pris…que les USA soient anti-européens ça reste à prouver, étant donné le nombre d’américains qui viennent en flux régulier visiter le continent -mère.
    Il faut leur reprocher peut-être le fait qu’ils restent bloqués depuis 1776 sur le fait  de la lutte contre le colonisateur que fut l’Anglais …pourtant ce n’est sureùent pas contre l’Angleterre que serait dirigé cet anti-européanisme…qui n’est que la conséquence de l’anti-américanisme primaire de Monsieur De Gaulle dont les ambitions de destin universel sont trahies par le peu de cas que fait l’histoire vraie du bonhomme.
    Les américains sont venus à nous en 1917 et il était temps, puis en 1942, et là il était plus qu’encore temps…ils ont des habitudes de pensée différentes de celles de l"intelligentsia-politico-journaleuse"…
    je fais la balance entre positif et négatif  et ça donne quoi?

    +   ils nous ont sortis du pétrin au cours des deux guerres mondiales.
    +   ils nous ont aidé économiquement  à partir de 1945  plan Marshall
    +   ils ont permis la défense contre l’emprise de Staline et éviter la soviétisation de toute l’Europe en limitant les dégâts
    +   ils disent vouloir nous défendre contre le terrorisme international .
    +   ils sont les plus critiqués parmi les puissances du monde et pourtant ils aident partout.

    –    ils se mêlent de tout et de tous
    –    ils ont permis aux pays qui était des colonies européennes de se débarrasser des  colonisateurs en vertu de leur complexe de 1776  
    –    le résultat de leurs interventions s’est retourné contre eux, ils ne sont pas remerciés par ceux qu’ils ont aidé à obtenir une indépendance qui n’a rien à voir avec l’indépendance de 1777.
    –   s’ils avaient compris le problème algérien alors ils auraient aidé les partisans de l’Algérie française à créer une Algérie française indépendante de la métropole.  Eux ont cru bien faire en aidant "nos indiens"  comme si la France avait permis aux indiens de se libérer  et de renvoyer les colons américains en Europe.

    J’en 400 pages à vous faire lire dans le style emporte pièce diront certains.
    Peut-être que cela mérite réflexion.

    Répondre
  10. Jaures

    05/10/2010

    Dear Sembour, ce ne sont pas "mes" statistiques mais celles de l’article ("’l’Europe social-démocrate et masochiste leur a distribué en quinze ans 18 milliards d’euros").

    Il y a en France 5 millions de fonctionnaires dont 1,5 million hors statut (contractuels). Dire qu’il y 3 millions de fonctionnaires en trop est donc une absurdité. On peut évidemment supprimer les enseignants et les policiers pour les remplacer par des privés. C’est un choix respectable. Il faudra cependant bien les payer.
    En Allemagne, il n’y a pas d’école maternelle, ce qui coûte à chaque famille allemande 400€ en moyenne et par enfant pour les kindergarten. Les femmes allemandes s’arrêtent donc pour la plupart de travailler pour élever leurs enfants.
    C’est un choix de société qui n’est pas le mien.
    Mais il n’y a pas de miracle: chaque suppression de poste de la fonction publique implique une baisse de prestation: c’est plus d’enfants dans les classes, plus d’attente aux guichets, moins de policiers dans les rues, moins d’animations dans les villes, …
    Et chaque fois, ce sont les ^plus modestes qui en pâtissent.

    François, je ne me plains pas que l’Etat donne trop aux Corses ou à toute autre région. Je souligne simplement que l’on reproche aux plus pauvres de ne pas s’en sortir mieux avec quelques miettes que nous le faisons nous même avec des aides plus conséquentes. C’est pourquoi je ne reproche pas aux Roms de ne pas s’en sortir mieux, quand je vois ce à quoi ont abouti les Irlandais (qui eux-mêmes, comme les Roms, émigrent par dizaines de milliers) avec 4 fois plus d’aides directe.

    Répondre
  11. Anonyme

    05/10/2010

    Pas d’accent sur ce clavier US

    @ Jaures,

    60 Mds Euros pour 4,5 M d’Irlandais en 35 ans, font 380 Euros/pers et par an. Pas de quoi faire des folies non plus, ni boucler 12 fins de mois difficiles chaque annee. Par contre l’entretien francais d’environ 3 000 000 de fonctionnaires EN EXCEDENT a raison de 36 000 Euros (charges comprises) par personne et par an, ca c’est une vraie gabegie.

    Pour les Roms, vos statistiques sont fausses une fois de plus. Ils ne sont concernes par les aides europennes que depuis l’integration de la Roumanie, soit  janvier 2007, donc depuis 3 ans et non pas 15 ans.

    De plus les Roms n’ont eu un passeport roumain que recemment car ils etaient des parias sous Ceucescu en Roumanie, et le restent. Beaucoup de Roumains ne considerent pas les Roms comme desRoumains.

    N’ajoutez pas "cher" a mon nom puisque vous avez sans doute remarque que je n’ecris jamais "cher Jaures", afin de ne pas etre hypocrite. Une certaine reciprocite de votre part serait aussi une marque de politesse.

    Palm Beach USA

    Répondre
  12. Anonyme

    04/10/2010

    Bonjour

    Comme l’URSS il y a 20 ans l’Occident est en train de s’effondrer de l’intérieur, victime de ses propres défauts, en l’espèce un libre échange exacerbé pratiqué par des pays écrasés de taxes et de réglementations, qui sont en train de se vider de leurs capacités productives. Ajoutons le cancer de l’immigration pour compléter le tableau, le tout se jouant sur fond d’endettement abyssal tous azimuts. Plus on avance dans le temps et plus on sent que cela finira mal mais personne ne sait dire quand cela finira.  Les imbéciles en voie de sous développement applaudissent devant l’émergence des nouvelles puissances qui vont les remplacer.

    Dans ce contexte les disputes qui peuvent  opposer les pays du camp occidental sont anecdotiques, mais permettent surtout de détourner l’attention des électeurs des vraies questions. 

    Répondre
  13. francois.pierre

    04/10/2010

    article anti americain typique et tellement gros qu’il en est derisoire…. je vs rappelle simplement que les usa sont un pays qui depuis longtemps est la destination n  1 et de loin des gens qui veulent fuirent la misere de leur pays d’origine.allons un peu de serieux monsieur!!! pourquoi pas ns raconter que l’abominable bush a construit un abominable mur à la frontiere mexicaine pour eviter la fuite des américains !!!  allez lachez vous!!!

    Répondre
  14. françois

    04/10/2010

      Comprend pas. Les cocosocialistes se plaignent continuellement que l’état ne donne pas assez aux régions…Ce qui n’empêche pas les mêmes de trouver que l’état donne trop à la région corse… En insinuant au passage que cet argent serait mieux employé pour aider les Roms…Ce n’est plus du grand écart, c’est de l’écartellement!

    Répondre
  15. Jaures

    04/10/2010

    Cher Sembour, quand bien même les Roms auraient reçu 18 milliards en 15 ans, sachant qu’ils sont 12 millions en Europe, cela ferait 100 €/ an et par Rom ! Quelle gabegie !

    A titre de comparaison, chaque Corse reçoit 6000€ /an (aide de l’état aux régions) et les Irlandais ont reçu 60 milliards en 35 ans pour le résultat que l’on sait ( 32% de déficit public, dette à 100% du PIB, émigration de dizaines de milliers d’irlandais).

    Répondre
  16. Anonyme

    03/10/2010

    D’accord pour presque tout. Mais j’ai une objection sur les 18 milliards. Je ne vois pas d’où sort ce chiffre. Il faut probablement y voir une confusion entre Roms et Roumains.Ceux-cis et ceux-là ont peu de points communs et ne font pas cagnotte commune non plus.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)