Non, Poutine n’est pas un ami !

Posté le 02 novembre , 2017, 10:24
14 mins

Il existe en France un lien peu glorieux entre une vieille droite sclérosée, anti-UE pour des raisons qui lui sont propres, et des « républicains » (alliés à des patrons de grandes firmes), tous politiquement mous mais européistes forcenés : un anti-américanisme viscéral, exacerbé chez les premiers, latent chez les seconds, conforté par un complexe de supériorité, alors que ce qui frappe, c’est en fait un manque de principes moraux.

Le corollaire en est une russophilie qui vire ces temps-ci à un « léchage de bottes » indécent.

Sans aucune raison solide, la vieille droite eurosceptique avait bâti de grands et fols espoirs sur Trump. Depuis l’été, Trump ayant renouvelé les sanctions voulues par le Congrès, ils parlent de sa « trahison » : Trump poursuivrait « la guerre d’Obama contre la Russie ».

Non seulement ils ne veulent pas remarquer que la politique extérieure des États-Unis a sensiblement changé, mais ils sont affreusement ingrats envers Obama, qui était aligné sur Poutine, sans en avoir l’air.

À part sa signature de la loi bipartite présentée à lui par le Congrès, le Magnitsky Act de fin 2012 (interdisant aux fonctionnaires russes impliqués dans des affaires criminelles comme l’assassinat de Sergei Magnitsky, d’entrer aux USA) et des sanctions économiques de pure forme, Obama a été pain béni pour Poutine.

Le « scandale russe » des États-Unis, le vrai, celui qui éclate enfin au grand jour et que nous avons déjà mentionné dans ces pages, c’est tout ce que l’administration Obama a laissé faire ou délibérément orchestré, depuis la vente en 2010 de 20 % de l’uranium américain à la Russie (revendu à la Corée du Nord et à l’Iran ?), jusqu’à la promesse à Poutine en 2012, dûment tenue, de supprimer la défense anti-missiles en Europe, ou encore l’invraisemblable mandat donné à Poutine en 2013 (après avoir créé l’État Islamique et donc le chaos, rappelons-le, par son retrait des forces américaines en Irak et son soutien aux Frères Musulmans) de « liquider », à sa place, la question de l’État islamique… Enfin, l’accord dit « nucléaire » de 2015 en faveur de l’Iran, allié de Poutine.

Trump président découvre tout cela et médite.

La Russie soi-disant post-communiste a pu aussi impunément continuer de soutenir politiquement Cuba et le Vénézuela, et techniquement Khamenei et Kim Jong-Un dans leur course au nucléaire, en même temps qu’elle répandait sans entraves sa propagande en Europe et même aux États-Unis.

Poutine, qui laisserait sa population sans l’essentiel s’il le fallait, trouve les ressources pour financer libéralement tous les idiots utiles dans l’UE qui peuvent servir sa cause : personnel politique, partis, médias, think-tanks…

Il mène ainsi une campagne acharnée avec les groupes écologistes contre la fracturation hydraulique qui est une véritable menace pour l’économie de rentes qu’est toujours l’économie russe.

Là, il est soutenu par les chefs de l’UE, les « pacifistes » Merkel et Macron en tête.

Et sa cause, c’est, encore et toujours, de briser l’alliance atlantique et l’OTAN qui sont des freins à ses ambitions impérialistes.

Poutine éprouve hostilité et mépris pour le libéralisme économique et politique de l’Occident qui, loin de l’encercler et de le menacer, subit ses agressions aux marges et sa propagande à l’intérieur.

L’UE profondément malade et divisée devrait tomber dans son escarcelle peu après la sortie des Anglais.

Certains en Europe sont complètement fascinés par Poutine et croient dur comme fer que la Russie peut leur apporter beaucoup, et pourquoi pas la protection militaire qu’ils trouvent indigne de leurs préoccupations et pour laquelle ils ne veulent pas payer.

Selon eux, Poutine vient tout seul de remporter une grande victoire au Moyen-Orient.

Mais Poutine n’a pas plus vaincu l’État islamique que la coalition sous commandement américain qui se réjouit de ses victoires militaires, mais en soulignant bien que l’État islamique n’est éradiqué qu’en tant qu’État.

Rappelons aussi que ce n’est pas Poutine qui a trouvé des camps pour les réfugiés en Jordanie.

Ce qui est certain, c’est que le président russe n’a pas lésiné sur les moyens, mais essentiellement pour garder en place Assad et donc une base en Méditerranée. Il pourrait exiger plus.

Poutine n’a jamais rien fait pour les Occidentaux. Sa puissance n’est due qu’à notre faiblesse et à la crédulité confondante de certains.

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

Vous devez vous connecter ou vous abonner pour avoir accès à ce contenu.

18 Commentaires sur : Non, Poutine n’est pas un ami !

  1. quinctius cincinnatus

    13 novembre 2017

    et si , et si … dans les mois qui viennent Poutine et Trump se mettaient d’ accord , Joslain Evelyne en avalerait sa casquette de marque Trump

    on peut constater que le Media américain pro-démocrate et pro-sioniste fait déjà feu de tous bois sur l’ idée d’ une pareille éventualité !

    Répondre
  2. AMA

    6 novembre 2017

    La guerre froide, grâce à l’équilibre des forces, a fort heureusement permis d’éviter un conflit ouvert entre les USA et l’URSS qui eut été une catastrophe pou la France. Il semblerait hautement souhaitable que cet état de neutralité réciproque subsiste dans l’ éternelle et incontournable rivalité Russie-Amérique et que ni Poutine ni Trump ne dispose d’une toute-puissance sans partage, ce qui serait catastrophique. Les deux sont nos ennemis. Ce qui peut nous arriver de mieux, c’est qu’ils se neutralisent réciproquement, hors d’une menace de destruction mutuelle. La tendance russophile des pro-Poutine en France c’est de la politique politicienne. Ce n’est qu’une manifestation interne, sans portée réelle, qui consiste à prendre le contre-pied du politiquement correct. Poutine, pas plus que Trump, n’ont de véritables amis en ce bas monde. Tant qu’ils s’affrontent autrement que par les armes et que l’Europe n’est qu’une balle de ping-pong entre ces deux colosses , c’est bien.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      11 novembre 2017

      croyez moi il n’ y a pas pires traîtres que ceux que vous CROYEZ être vos amis … SI CELA VA DANS LEURS LEURS INTERÊTS !

      Répondre
  3. Octave Cotteret

    6 novembre 2017

    Pas du tout d’accord avec cet article.
    Poutine est le seul homme d’Etat actuel qui se préoccupe de la chrétienté, il est le seul a avoir combattu Daesch de manière efficace, il est le seul à avoir un langage compréhensible à ceux qui l’écoutent et il est encore le seul à être ferme dans ses résolutions.
    Je souhaiterais pour la France de telles qualités pour son Chef d’Etat.

    Répondre
    • A. F.

      6 novembre 2017

      Evelyne Joslain est une espèce de pasionaria américanolâtre.
      Elle est incapable de comprendre que Poutine a battu la vermine DAESH armée et formée par son idôle USA et a donc rendu un immense service au monde entier.
      Pour parler comme elle, “le corollaire en est une américanophilie qui vire en permanence à un « léchage de bottes » indécent.”

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        12 novembre 2017

        c ‘ est le pendant féminin de Guy Millière ; tout aussi ” hystérique ” ! mais ” ça ” plait beaucoup aux lecteurs ” frustrés ” des ” 4 V² ” !

        Répondre
  4. A de Chanterac

    6 novembre 2017

    La question est de savoir si les ambitions des néoconservateurs US, inspirées par Mc Kinder et servies par leur méthode de chaos constructif , leurs révolutions de couleur et l’ asservissement d’une Europe divisée et fragilisée par des candidatures nocives (Turquie, Ukraine…) sont plus menaçantes pour nous que la résistance de Poutine , dont la défense du pré carré (Crimée, Géorgie, Tchétchénie), des intérêts stratégiques (Syrie/Tartous, Iran, Chine) , du potentiel énergétique ( Gaz ) et de la monnaie ne peuvent être taxés d’impérialisme.

    Répondre
  5. Christiane

    6 novembre 2017

    Tout comme les peuples de l’Est qui se mobilisent contre l’UE et contre l’immigration-invasion, je considère que l’OTAN est une association de malfaiteurs et de criminels; ce sont bien les Américains qui ont allumé le feu partout, détruit des pays entiers pour l’unique raison de s’accaparer les richesses minières de ces pays qu’ils ont bombardé à outrance; ils ont créé le terrorisme et financent les terroristes islamistes. A travers l’UE, leur but est de détruire les nations européennes pour conserver leur suprématie économique. Je vomis les politiques américains et ne souhaite qu’une chose que tous les pays d’Europe sortent de l”OTAN. Si, à cause de leur stupide flagornerie, ils déclenchent une guerre qui se passera sur leur sol, je plains le peuple américains mais je ne verserai pas une larme pour ces politiques ignobles qui méritent de disparaître. Il n’existe pas d’amitié entre les peuples, il se forge des liens solides de niveau social, économique, politique qui représentent l’intérêt des peuples concernés; c’est la politique de Poutine qui fait de lui un véritable chef d’état; les Américains ne voient que les intérêts financiers de leurs banquiers et ont un profond mépris des peuples; les politiques américains, comparés à Poutine, sont des polichinels. qu’ils cessent de s’ingérer dans les affaires internes des autres pays, qu’ils s’occupent uniquement d’eux-mêmes sur leur sol et qu’ils nous fichent la paix.

    Répondre
  6. Gérard Pierre

    4 novembre 2017

    Vladimir Poutine est russe, jusqu’en ses fibres les plus intimes, ce qui en soi n’est pas condamnable. Ça ne fait de lui, au départ, ni un ami ni un ennemi.

    Officier du KGB jusqu’à la chute du mur de Berlin en novembre 1989, …… [il avait alors 47 ans] …… il a appris à dissimuler ses objectifs comme ses émotions, et même à se faire tout petit lorsque, passagèrement, les circonstances le commandaient.

    Si l’Occident manque de pragmatisme diplomatique, en ne tenant notamment aucun cas de la susceptibilité de l’âme slave, … [comme ce fut le cas au Kosovo, tout comme ce le fut également dans l’affaire ukrainienne] … il peut devenir un ennemi.

    Si ce même Occident sait se positionner de façon attractive, au point de devenir un élément d’appui dans la politique intérieure ou extérieure de la Russie, …… mais sans devenir dépendant de cette dernière, …… alors il peut devenir sinon un ami (en a-t-il ?… en souhaite-t-il même ?) mais du moins un allié occasionnel.

    Une chose est en tout cas certaine, il n’est politiquement pas utile de lui lécher la main, ni de se le mettre à dos pour des motifs d’ordre secondaire.

    Quelle est, sur ce sujet, l’analyse que fait l’éphèbe qui nous tient lieu de président omniscient et omnipotent ? …… En fait-il seulement une ?

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      4 novembre 2017

      l’ éphèbe comme vous l’ appelez, ou Narcisse, qui se prend pour Jupiter, comme je le nomme, n’ a pas de ” colonne vertébrale ” … intellectuelle , il a seulement une ” manière de vivre ” et cela est loin d’ être suffisant pour diriger la politique d’ une Nation … comme la France

      Répondre
      • Gérard Pierre

        5 novembre 2017

        …… et c’est ce qui le rend imprévisible ! …… ce qui ne peut être qu’inquiétant !

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          5 novembre 2017

          ce n’ est pas si imprévisible que cela semble vous paraître ! il suffit pour cela de bien connaître des personnes de votre entourage qui vivent dans la même … sphère sociologique ( bulle ) où lui vit … mais, je vous accorde que c’ est là l’ avantage du médecin … à la condition bien sûr qu’ il soit curieux … Le médecin ? sans doute l’ individu le plus exposé … à la société d’ où … Céline :

          ” Bardamu, pourquoi avez vous fait de la médecine ?”

          ” je vais vous dire … c’ est par peur des hommes ”

          ( l’ Eglise )

          Répondre
  7. quinctius cincinnatus

    2 novembre 2017

    une déjà longue vie m’ appris que :

    ” les amis ne sont pas foncièrement des alliés et que les alliés ne sont pas foncièrement des amis ”

    Joslain Evelyne ou Evelyne Joslain l’ apprendra un jour à ses dépends

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      5 novembre 2017

      exemple du jour : …

      Gordon Brown :

      ” pour la guerre d’ Irak le Pentagone nous a menti ”

      … pour déclencher le bordel planétaire rien de plus sûrs que nos amis américains et leurs … alliés !

      Répondre
  8. Janvier

    2 novembre 2017

    Certes, ce n’est pas notre affaire.
    Poutine peut être le secours du peuple français sous dictature de l’UE et du régime français . Notre population muselée par des textes liberticides condamnant la liberté d’opinion , l’appel à la délation pour des propos même tenus en privé , Merkel ayant pondu un texte digne du KGB qu’elle espère faire voter en Allemagne et qu’elle exige de voir étendu à l’UE, elle vient de la Stasi, doit son ascension à la CIA et a pris encore des cours dans le groupe neo-nazi de Magdebourg. Quelle formation !
    Joslain n’à pas vraiment la fibre française ni le respect des valeurs.
    Que les chiens se bouffent entre eux et nous laissent entre nous, chez nous.
    Amitiés , Quinctius.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      2 novembre 2017

      merci pour votre pensée amicale

      lorsqu’ il, ou qu’ elle, est apparue, sur les ” 4 V² “, il y a de cela une bonne année, j’ avais, dès son premier papier, écrit que le rédacteur en chef pensait à remplacer Mr Guy Millière, parti dans son exil en contre-façon et en carton-pâte, Las Vegas, par un sosie idéologique … cela se confirme semaine après semaine

      Répondre
  9. quinctius cincinnatus

    2 novembre 2017

    contrairement à ce que veut VOUS faire croire Evelyne Joslain, ou Joslain Evelyne, ce n’ est pas par un anti-américanisme de primate bas du front, que beaucoup , sur ce site et ailleurs, émettent des opinions et des jugements souvent défavorables envers les U.S.A. mais justement pour des … “principes moraux ” ( comme dit l’ auteur ) , et en particulier pour tout ce qui concerne le capitalisme financier d’ une caste…. ah Ford où est tu ? ah oui ! tu étais un peu trop fasciste ! que Joslain Evelyne ,ou Evelyne Joslain, soit stipendié, ou stipendiée, par ces gens, cette caste, cette oligarchie cela est son affaire , pas la … nôtre et en tout cas pas la mienne

    Répondre
    • Le Ket

      3 novembre 2017

      “Les ennemis de mes ennemis sont mes amis” parait-il !
      Vu le constat de la politique menée par les Yankees depuis 72 ans dans le monde et certainement depuis 1991 au Moyen-Orient, on a effectivement tendance à se rapprocher de la Russie de Poutine, certes non exempte de reproches.
      Mais depuis l’avènement du Nouvel Ordre Mondial et des désordres économico-financiers, force est d’admettre que ce sont bien les banksters de Wall Street qui dirigent la planète.

      Répondre

Répondre

  • (pas publié)