Nous sommes entrés dans la Quatrième Guerre mondiale

Nous sommes entrés dans la Quatrième Guerre mondiale

Dans les discours qu’il a prononcés à l’attention des dirigeants politiques et des populations de plusieurs pays occidentaux, le Président ukrainien Volodymyr Zelinsky ne s’est pas contenté de demander de l’aide pour son pays détruit et sa population martyrisée.

Il a aussi tenu des paroles profondes qu’il serait gravement erroné de prendre à la légère et de considérer (ce qui a été fait bien trop souvent) comme de simples manières d‘inciter les pays occidentaux à s’impliquer davantage.

Il a parlé de troisième guerre mondiale.

Je préfère parler de quatrième guerre mondiale, car je considère la « guerre froide » comme ayant été une guerre mondiale mais, hors de ce point, je pense qu’il a fondamentalement raison.

Pendant les années qui se sont écoulées depuis 1991 et l’écroulement de l’empire soviétique, l’illusion d’une « paix perpétuelle » et de la « fin de l’histoire » s’est ancrée dans les esprits.

Les attentats du onze septembre 2001 sont venus rappeler que le mal et la volonté de destruction existaient toujours et que le monde occidental pouvait être attaqué.

George Walker Bush a lancé ce qu’il a appelé une « guerre contre le terrorisme », éliminé al Qaïda et enclenché une politique de démocratisation forcée du monde musulman qui s’est arrêtée à Bagdad, et s’est révélée utopique (l’islam n’est pas compatible avec la démocratie, non).

Obama s’est placé du côté du terrorisme islamique et a suscité le chaos qui a reçu le nom de « printemps arabe ».

Donald Trump s’est efforcé de remettre de l’ordre, y est largement parvenu, et maintenant Biden vient à nouveau semer le chaos.

Et on voit, ou on devrait voir (il reste des aveugles volontaires), que, pendant trente ans, des forces hostiles au monde occidental ont monté en puissance et attendu le moment propice pour passer à l’attaque.

La Russie de Vladimir Poutine est l’une de ces forces hostiles.

En attaquant l’Ukraine, le président russe ne s’en est pas seulement pris à l’Ukraine.

Il a – et les mots qu’il a employés ont été insuffisamment écoutés et très insuffisamment compris – posé ses exigences, stipulé qu’il voulait, non seulement soumettre l’Ukraine, mais imposer une « souveraineté limitée » à l’essentiel de l’Europe centrale, imposer aussi un désarmement partiel de l’Alliance atlantique, et, en filigrane, imposer ses règles à l’Europe occidentale.

C’est ce qui a expliqué la réaction des dirigeants européens qui, eux, ont parfaitement compris, et ont été confrontés à leurs propres limites (budgets militaires très insuffisants depuis des années, dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie), et ont, dès lors, été condamnés à prendre des demi-mesures.

Une autre de ces forces hostiles est la Chine, alliée de la Russie (ceux qui disent qu’il ne fait pas pousser la Russie dans les bras de la Chine ne voient, à l’évidence, pas que la Russie est déjà dans les bras de la Chine).

La Chine va sans doute bientôt lancer une offensive sur Taïwan, et prendre ainsi le contrôle des routes du commerce maritime entre l’Asie orientale et l’Europe.

La troisième de ces forces hostiles est le régime des mollahs en Iran, allié de la Russie et de la Chine, qui entend se doter d’une hégémonie régionale sur le Proche-Orient et accepte, comme la Russie, la perspective d’une hégémonie mondiale de la Chine.

L’attaque est lancée.

Et le fait que l’administration Biden soit la pire administration de l’histoire des États-Unis fait que l’Europe occidentale ne peut rien attendre des États-Unis, l’Ukraine non plus, car l’administration Biden est tacitement au service de l’alliance Russie-Chine-Iran (ce qu’aucun géopolitologue européen ne semble discerner).

La situation est extrêmement grave : c’est la survie du monde occidental et de ce qu’on appelait le « monde libre » qui est en jeu.

L’alliance Russie-Chine-Iran a beaucoup d’atouts dans son jeu.

La Russie et l’Iran ont un poids très lourd dans la production de matières premières énergétiques et, sans énergie, les économies s’arrêtent.

La Chine est « l’usine du monde » et, sans sa production, les sociétés occidentales seraient en très grande difficulté.

Si nous perdons la guerre mondiale en cours, notre futur pourrait avoir la couleur lugubre d’une servitude liberticide et misérable.

Partager cette publication

(9) Commentaires

  • quinctius cincinnatus Répondre

     » tandisque l’ Ukraine agonise …  »
    nous n’ avons pas à mourir pour les oligarques  » ukrainiens  » et leurs  » amis  » financiers américains et israéliens
    par contre nous avons le devoir de débarasser le peuple ukrainien de ces parasites

    28/03/2022 à 13 h 46 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    La Crimée a été conquise sur les Tatares par la Grande Catherine c’ est donc une terre RUSSE

    28/03/2022 à 8 h 42 min
  • vozuti Répondre

    sachant que c’est Zelinsky qui a commencé à masser des troupes autour de la crimée avant que les russes amènent leurs troupes, et que lorsque poutine a annoncé qu’il allait retirer ses troupes, Zelinsky a immédiatement déclenché des bombardements sur le Dombas, et sachant que pendant les négociations biden n’a pas cessé de clamer qu’il était certain d’une attaque russe, on peut se demander si l’administration biden n’avait pas besoin d’une guerre pour éloigner l’attention des preuves qui s’accumulent dernièrement sur la corruption de biden et de son fils, sur la culpabilité de clinton dans la fausse affaire de collusion entre trump et la russie ainsi que sur la fraude de l’élection de 2020.
    de plus, l’armée ukrainienne avait reçu suffisement de missiles stinger pour bloquer l’offensive russe et les médias occidentaux étaient déjà dans les starting block pour dérouler leur lourde propagande anti russe.
    on peut donc se demander si poutine n’est pas tombé dans un piège, en réagissant aux provocations de Zelinsky.
    en tous cas cette hypothèse n’est pas moins crédible que celle des médias qui nous expliquent que poutine s’est réveillé un matin avec l’idée d’envahir toute l’europe et de déclencher une guerre mondiale.

    26/03/2022 à 21 h 41 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    Certains ont fait la remarque que Zelenki ne demande pas aux autres Parlements auxquels il adresse sa parole messianique de sacrifier leurs productions industrielles et leurs intérêts commerciaux EN Russie
    il faut dire aussi que la France , ce pays de salauds antisémites, est le plus gros investisseur européen en Russie

    24/03/2022 à 18 h 53 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

     » La haine même doit être éclairée pour ne pas dire de sottises  » ( Chateaubriand in  » Mémoires d’ outre tombe  » )
    sacré Millière !
    quand allez vous vous en défaire ?
    tenez Millière me rappelle un certain conseiller de Nicolas Sarkozy !
    une  » flèche  » l’ anti-Tailleyrand même !

    24/03/2022 à 13 h 53 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

     » Les 4 Vérités  » sont mal à l’ aise ! pro-américaine et prosioniste ( Zelenski est israélite et les loubavitchs sont influents à Kiev ) dans la version trumpiste du  » rêve  » financier américain, par exemple par les prises de position ( rétribuées ) de Guy Millière , la parution peine à expliquer sa ligne idéologique et éditoriale aggravée en cela par  » le concours de l’ imbécibilité populaire  » comme disait Platon dans  » La République IX , 175 a …  » on ne sort de l’ ambiguïté qu’ à son propre détriment « 

    24/03/2022 à 8 h 51 min
  • Laure Tograf Répondre

    A tous les russophages, innombrables dans nos média occidentaux et particulièrement français : salut ! Mais pas fraternité.
    Manquer à ce point de sérieux et ne faire passer en TV que des traitres et autres hargneux détestateurs de Russes, se délectant du nombre de soldats tués par des nazis, en plus de témoignages incontrôlables de « représentants – tantes –  » d’associations de réels ou faux étudiants Ukrainiens en France, cela n’en finit plus. Jamais d’avis du camp opposé .
    D’ici peu on va nous raconter que les soldats russes, mal nourris et mécontents, font du canibalisme avec les civils.
    Le plus beau est de voir Zelinsky, le pianiste à pénis venir se faire applaudir et en même temps nous insulter à l’assemblée nationale, prête à avaler n’importe quoi.
    Il ne serait pas inutile de rappeler que personne n’est tout bon ou tout mauvais et que les parents de certains ukrainiens, engagés dans une division SS durant la guerre de 41/45 ont bien participé à bruler vive la population de tout un village en 1944, ( Oradour sur Glane) après les avoir enfermés dans l’église pour les rôtir vivants. Même pas de zyklon préalable pour les tuer avant de les bruler, comme a Auschwitz : direct au brasier. Aussi ai je du mal à m’apitoyer toujours sur les mêmes en pensant qu’ils ne portent pas leur lot de sauvagerie, eux aussi.
    Quant aux quelques français volontaires pour aller bouffer du « popof » en Ukraine, s’ils se font prendre et flinguer – n’étant pas reconnus comme combattants légaux -, ils sauront pourquoi.
    J’espère que ce commentaire ne finira pas à la poubelle avant publication, comme un précédent peut être dérangeant.

    24/03/2022 à 1 h 28 min
  • Я россия Répondre

    Zelinsky est un meurtrier ! Il a promus les soldat responsable du génocide du dombas au sein de son gouvernement. La Russie ne demande qu’une chose simple. Que ses personnes soient traduite en justice ce n’est pas la Russie qui n’as pas respecter le cessez le feu. Il n’y as qu’à voir l’attitude des ukrainien depuis 8ans ! Putin a proposer à tout ukrainien le souhaitant de quitter la zone Avant la guerre,qu’avons (l’otan) nous fait lors des bombardement en Syrie ? A Belgrade en 1999? Voilà les réelles 4 vérités.

    23/03/2022 à 4 h 33 min
  • Multipolarité Répondre

    Espèce d’extrémiste !
    Vous louangez le « monde libre » auteur de plusieurs massacres en Lybie, Afghanistan, Syrie etc. Un monde libre avec un seul chef, une seule idéologie, une seule manière de voir le monde, dérogeant aux principes fondamentaux de liberté et de libre disposition des peuples par eux même.
    La Chine, l’Iran et la Russie bâtissent un monde multipolaire et véritablement libre, où chaque peuple sera souverain et libre, où chaque gouvernement disposera de son idéologie selon sa culture, ses coutumes et ses priorités nationales. Un monde multilatérale vous fait donc peur ? Vous craignez de perdre le contrôle des routes commerciales mondiales ? Et bien vous avez raison ! Oui vous devez avoir peur ! Mais vous ne pouvez rien faire contre. Parce que c’est déjà fait !

    22/03/2022 à 16 h 19 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: