Obama contre les droits de l’homme

Posté le novembre 02, 2009, 12:00
8 mins

Barack Obama, sauf ultime surprise, ne se rendra pas à Berlin le 9 novembre prochain, pour les commémorations du vingtième anniversaire de la chute du Mur.
Ce fut, certes, un événement qui marqua le commencement de l’effondrement de l’empire soviétique et qui permit la libération de centaines de millions d’êtres humains sur la terre, mais célébrer ce genre d’événement n’est pas concevable lorsqu’on n’est pas certain que ces êtres humains ont été vraiment libérés. Or, Barack Obama n’a, sur ce point, aucune certitude affichée.

Célébrer ce genre d’événements est également difficile lorsqu’on pense, comme Obama, que les États-Unis ont été responsables d’une bonne part des malheurs qu’a connu la planète.

Barack Obama est un adepte du relativisme généralisé, quelqu’un pour qui toutes les valeurs sont acceptables. Mais, pour lui, les valeurs qui ont fait la grandeur de la civilisation occidentale sont également moins acceptables que d’autres.

C’est un homme qui ne prendrait pas le moindre risque de froisser des dirigeants tels que Poutine et Medvedev et qui, tant qu’à faire, préférerait infliger à cette fin un camouflet à des dirigeants d’Europe centrale et occidentale. C’est l’homme qui a dépêché Hillary Clinton à Pékin pour expliquer aux potentats chinois qu’ils pouvaient écraser les Tibétains et autres populations opprimées sans risquer la moindre remarque de Washington et qui, voici quelques semaines, s’est refusé à recevoir le Dalaï Lama pendant le séjour de celui-ci aux États-Unis.

C’est l’homme qui a détourné les yeux pendant qu’Ahmadinejad faisait tirer dans la foule à Téhéran et qui a abandonné les victimes du Darfour
aux mains d’un dictateur accusé à juste titre de crime contre l’humanité. C’est l’homme qui, imperturbablement, poursuit un plan de retrait des troupes d’Irak et laisse le champ libre au retour du terrorisme ; l’homme qui ne sait pas quoi décider concernant l’Afghanistan sinon qu’il aimerait bien tendre la main aux talibans ; l’homme qui a entériné l’accès de l’Iran à l’arme atomique en envoyant ses émissaires jouer le rôle de l’abruti à Genève, puis à Vienne ; l’homme qui a montré qu’il préférait Chavez, les frères Castro ou Daniel Ortega aux défenseurs des valeurs démocratiques en Amérique latine et qui, pour bien souligner ses préférences, a largement contribué à la flambée d’émeutes au Honduras.

Le Prix Nobel de la Paix et ses victimes

C’est l’homme qui a osé suggérer que l’essentiel des problèmes du Proche-Orient venait non pas du fanatisme islamique, mais de l’attitude d’Israël, et qui a alimenté ainsi des vagues nouvelles d’« antisionisme » et d’antisémitisme en maints endroits du monde.

Jamais, même au temps de Carter, une administration américaine ne s’est montrée à ce degré indifférente aux idées de droits de l’homme sur la planète. Jamais une administration américaine ne s’était si bien couchée devant les dictateurs. Les victimes de l’administration Obama se comptent déjà par dizaines de milliers, en moins d’une année et, selon toute vraisemblance, le chiffre va encore monter.
Cela vaut bien un prix Nobel de la paix qui restera dans les annales de l’infamie. Cela vaut bien les éloges des pratiquants hypocrites du politiquement correct qui prétendent détester les dictateurs, mais détestent plus encore ce qui peut les déstabiliser et faire avancer la liberté. Et cela vaut bien l’amour de millions d’Européens.

Le commentateur Charles Krauthammer soulignait récemment qu’Obama voulait détruire la puissance américaine à l’extérieur et la détériorer à l’intérieur, dans le cadre d’une stratégie de déclin organisé, afin de remettre le pouvoir aux ubuesques Nations Unies. La stratégie est en marche.
Fort heureusement, elle donne des signes de dysfonctionnement croissant aux États-Unis même, où un nombre chaque jour plus élevé d’Américains s’aperçoivent que ceux qui leur ont vendu le produit Obama leur ont fourni un article frelaté, porteur de nombreux vices cachés. Comme nombre d’Américains, j’attends avec impatience que l’article frelaté soit retiré des rayonnages, en espérant que sa toxicité fasse encore aussi peu de victimes que possible…

16 réponses à l'article : Obama contre les droits de l’homme

  1. HansImSchnoggeLoch

    06/11/2009

    <<Mal au rectum ce matin ?>>
    Mangez plus équilibré et prenez un suppo, cela passera, Herr Schnitzelfresser!

    Répondre
  2. Anonyme

    06/11/2009

    La chute du mur de Berlin a ete la consequence de la politique du President Ronald Reagan. Rappellons nous sa phrase celebre prononcee a Berlin: " Mr. Gorbachev tear down this wall". Il est difficile d’imaginer notre marxiste se pavaner a Berlin …

    Constitutionnellement votre.

    Répondre
  3. le troll

    05/11/2009

    et l’Angela qui vient de se faire rouler dans la farine (  wie ein schnitzel, c’est bien écrit Hans?) le lendemain de son discours lèche-cul au Sénat, par GM ,(autrement dit le gouvernement US,  majoritaire dans le capital) qui veut plus vendre … Et tous les gogos confiants qui ont racheté une Opel pour soutenir l’emploi en Europe, avec, en plus, un bouquet de 1,5 mds d’euros…Mal au rectum ce matin ?

    Répondre
  4. Anonyme

    05/11/2009

    Quoi qu’il en soit Oblabla a déjà été rattrapé par le Principe de Peter.

    Un an après son élection, il n’a à son actif que le meurtre d’une mouche, la réconciliation autour d’une bière d’un flic caucasien et d’un professeur afroricain, la permission pour les invertis de l’US Army d’afficher leurs préférences sexuelles, l’ouverture des frontière américaines aux séropositfs, et une injonction de passer de la parole aux actes… adressée à Hamid Karzaï

    Et, en attendant, nous avons chaque jour la confirmation qu’au moment de l’annonce (préélectorale) de la fermeture de Guantanamo, le mirliflor du bureau ovale n’avait pas la moindre idée de qu’il pourrait faire des terroristes et combattants détenus.

    Répondre
  5. ozone

    04/11/2009

    C’est pas comme sous le mandat de ce grand defenseur des droits de l’homme que fut Georges Bush.

    Répondre
  6. Jaures

    04/11/2009

    A St Tex: Pour votre information, Carthage a été défaite plus d’un siècle avant Octave, le premier Empereur Romain. Vous parlez de la décadence d’un empire à un moment où il n’existait pas. On s’accorde à dire que l’apogée de l’Empire Romain fut le 2 ème siècle (avec Trajan, Hadrien, Marc-Aurèle). Vous pouvez éventuellement en voir le déclin avant son apogée mais vous serez le seul.

    Mais il est vrai que vous êtes un "spécialiste de la guerre de Sécession"…

    Répondre
  7. Trumpeldor

    04/11/2009

    @Jaures
    J’apprecie autant que toi les 2 defaites electorales democrates de cette nuit !
    La bulle de mr teleprompteur est en train de se fissurer.

    Répondre
  8. grepon

    04/11/2009

    "C’est vrai: un président de la république qui perd 2 élections partielles après un an d’exercice, ça ne s’est jamais vu dans aucune démocratie ! Quel cruel et définitif désaveu ! A mon avis, Obama devrait annoncer sa démission dans les jours qui viennent."

    Toujours aussi nuancé, ce Jaures.   

    Il y avait trois elections d’importance hier.  Le conservateur Hoffman =a perdu= a NY, et le candidat Republican s’est demissione…dans un congressional district solidement Republican, donnant une siege de plus aux Democrats dans le Congress.    Il y a beaucoup de lecons qui peuvent etre tirees de cet histoire, meme la possibilite d’une division ou maivaise gerence au sein du parti Republican qui laisserait les Democrats plus de sieges en 2010 que leur popularite ne meritera, et meme leur laisserait le Presidence en 2012.   Mais je ne suis pas aucunement confiant de voir Obama comme le candidat Democrat pour 2012.   Il aura tellement foire tant d’affaires d’ici la que les Democrats aura fortment interet a nominer quelqu’un d’autre.

    Les deux autres elections d’importance hier ont ete bien moins nuances en ce qui concerne aussi bien le Parti Democrat et Obama:    C’etaient dans les deux cas des rejets des Democrats, et partiellement (mais que partiellement) un rejet d’Obama.   Souvenez vous bien, Jaures, aucun element des projets de loi dite le "Stimulus" ou le prochaine version du "health care bill" ont ete ou vont ecrit par Obama, apart son signature.   Ces deux projets ne sont pas du tout populaire chez le public, et ce n’est que des exemples =au niveau nationale=.   Au niveau des etats et villes il y a plein de conneries du meme acabit a combattre, et des elections au niveau des etats ont pour affaire largement  les conneries plus locale, au niveau des etats.    Le probleme principale aux etats unis actuellement, c’est les legislateurs Democrat indignes au niveau nationale, mais aussi au niveau des etats, et meme des villes.   Gouverneurs Republican peuvent contrer les pires conneries des Democrats dans les legislatures avec la menace, implicite ou explicite, d’un veto, mais aussi par d’autres leviers.   C’est un espoir pour le New Jersey ecrase d’impots et bureaucratie etouffant de se debarasser du corrompu et stupide Corzine.   Si les nouveau gouverneurs font du bien dans leurs etats, et assurement c’est difficile de faire pire en termes de gerence qu’un Democrat, ca va porter encore plus de votes en Novembre 2010 et 2012 au Republicans.

    Quant a Obama, en resume il est un erreur que la majorite d’electeurs vont s’accorder plus ou moins silencieusement entre eux d’essayer de ne pas permettre a etre repeter par l’avenir.  Malgre les meillieurs intentions, 40 ans plus tard il y en aura peut-etre un autre…le temps de laisser Obama se perd un peu dans le memoire du vivant, =comme Carter auparavant=.   Comme pour Obama, le Candidat Demogogue de 2048 ou quoi va trouve beaucoup d’enthusiasm chez les jeunes..ceux qui ne peuvent pas et ne veulent pas reconnaitre ce que c’est que ce candidat "hope and change".

    Répondre
  9. bob_booo

    04/11/2009

    et comme toujours je suis triste et déprimé  d’etre encors d accord avec cet article.

    J’aimerais 1 fois une seul fois qu une personne me disent et me prouve que cet article est faut ! Que tout va bien et que nous ne sommes que des pessimistes.

    Répondre
  10. Annika

    04/11/2009

    Jaures:  Tout comme en 1993, les resultats d’elections (hier) en Virginie et au New Jersey donnent un apercu de l’humeur du peuple, ainsi qu’un apercu des resultats a venir aux mid-term en Novembre 2010.  

    Pour le New Jersey, c’est une victoire republicaine singlante.  Bien que le New Jersey soit un etat hystoriquement democrate ou les syndicats exercent une influence dominante, et bien que 42% de l’electorat que s’est presente au scrutin soit… democrate…  c’est le republicain Chris Christie qui fut vote gouverneur.   En Virginie, le peuple a elu 3 republicains – 3 sur 3, dans un etat remporte par Obama en Novembre dernier – aie, aie, aie ! http://www.pollingnumbers.com/2009/democrats-outnumbered-republicans-by-double-digits-in-new-jersey-election-110309002.html

    Il va falloir que les democrates gesticulent gravement afin d’expliquer et de raisonner ces pertes; avec l’appui des medias, et l’appui de la Maison Blanche, je ne doute pas qu’ils y arrivent… ou presque.  On en reparlera en Novembre 2010 !

    Bien a vous.

    Répondre
  11. Jaures

    04/11/2009

    C’est vrai: un président de la république qui perd 2 élections partielles après un an d’exercice, ça ne s’est jamais vu dans aucune démocratie ! Quel cruel et définitif désaveu ! A mon avis, Obama devrait annoncer sa démission dans les jours qui viennent.

    Répondre
  12. WatsonCorsica

    04/11/2009

    Obama ne laissera pas une grande trace dans l’histoire US, sauf à rappeler l’importance du symbole.

    Obama n’est juste qu’une parenthèse de récréation, un badge accolé à la constitution américaine rappelant qu’ici tout est possible et que les US sont une authentique démocratie, ce qui reste absolument vrai !

    Le reste n’a aucune importance, il est là pour accumuler les conneries et pour justifier en final le retour de politiques plus musclées. Si par malheur il y avait aujourd’hui un attentat aux US, Obama serait définitivement mort politiquement. Rappelons que Bush durant ses deux mandats n’a essuyé aucun attentat sur le sol US depuis le 11 septembre.

    Obama est très utile actuellement à condition qu’il ne s’éternise pas à la présidence. Son rôle se limite à neutraliser l’ennemi en lui faisant croire qu’il est de son côté, une sorte de leurre. Mais ne doutons pas des capacités des Américains à se défendre. A la moindre alerte, il sera balayé.

    Obama est le résultat d’une posture populaire compassionnelle où l’on essaie de motiver ceux qui se sentent exclus. Son accès à la présidence a été forcé. Rappelons que pendant la campagne, ceux qui disaient "je vote Obama parce qu’il est noir…" étaient applaudis et ce qui disaient " je vote Mc Cain parce qu’il est blanc…" allaient en prison !

    WatsonCorsica

    Répondre
  13. Anonyme

    04/11/2009

    On peut toutefois faire un parallèle avec le déclin de l’empire Romain (= USA + ses alliés) après qu’il ait détruit Carthage (=URSS) en défaisant Annibal.  C’est là qu’apparrurent progressivement des empereurs dingos, même de plus en plus dingos et incapables jusqu’à ce que les hordes de huns venant d’Asie mettent un terme final à cette aventure que fut la civilisation gréco-gallo-romaine.

    Tout empire à une fin et parfois un recommencement ailleurs en d’autres époques.

     

    St Tex

    Répondre
  14. HansImSchnoggeLoch

    04/11/2009

    En écoutant hier le discours d’Angela Merkel au Congrès US j’ai pu constater que le nouveau gouvernement allemand est conscient de l’énorme contribution des USA à la réunification ainsi qu’à la liberté du continent européen, sans pour autant minimaliser le rôle de Mr.Gorbatchov dans ce processus.
    Ce n’est pas l’agité de Neuilly qui aurait pu prononcer un discours pareil, car pour le faire il fallait quelqu’un qui ait  réellement vécu les aberrations socialistes qui avaient cours dans le bloc soviétique.
    Que Mr.B.Obama assiste ou n’assiste pas aux festivités à Berlin n’y changera rien, les multiples "standing ovations" des membres du Congrès pendant le discours montrent qu’une majorité des représentants du peuple US a elle compris.
    K.Adenauer avait bien prononcé en son temps deux discours, l’un devant le Sénat, l’autre devant les Représentants, mais A.Merkel est la première a avoir pu prononcer un discours devant le Congrès.

    Répondre
  15. Florin

    04/11/2009

    Vivement 2010 !!! et les élections au Congrès.

    Non, M Millière, la place d’Obama n’est pas à Berlin un 9 novembre. C’est un anniversaire de géants, tel Reagan ou Gorbaciov, et non pas une réunion de nouvelles recrues honteuses qui ont eu leurs places grâce aux quotas ethniques.

    Répondre
  16. grepon

    04/11/2009

    "Comme nombre d’Américains, j’attends avec impatience que l’article frelaté soit retiré des rayonnages, en espérant que sa toxicité fasse encore aussi peu de victimes que possible…"

    La popularite d’Obama se delite comme attendu.   Les elections de ce mardi a New York, Virginia, et New Jersey auront leur impacte sur les calculs des "Blue Dog" Democrats, et on verra une guerre civile entre la gauche et les moderes au sein du parti Democrat, ainsi que des defections d’Independants.    Il se peut qu’il n’arriveront pas a ouvir le debat sur le projet de loi dite "healthcare reform" au Senat.  Bien sur que le projet de loi dans le House, issu de l’equipe de Pelosi et pesant 1990 pages et 111 bureaucraties federales flambante neuves, va etre mal note par le "Congressional Budget Office" comme etant trop couteux.   Cet etre confu et desorganise au souhait qui est Senat Majority Leader Harry Reid va s’agiter comme le frustre qu’il est, et inutilement, et du coup on parlera de devoir revoir la date cible a Decembre 23, ou Janvier.     Du moins je l’espere.   Car 2010, c’est une annee d’elections, et des projets de lois radicale anti-libertaire passee par les Democrats dans le memoire recent vont peser lourdement sur les resultats electorale en Novembre.

    Comme je repete depuis longtemps, tout ceci pourrais etre pire pour le reste du monde que pour les Etats-Unis:  Un President Americain impuissant devant son Congress et peu populaire chez le public a toujours enormement de liberte a faire des interventions a l’etranger.  Ce faisant, ils peuvent toujours compter un peu sur la vieille devise de la politique interiere americaine que "les des desagrements politiques doivent s’arreter au bord de la mer"   (Politics stops at the water’s edge).   Un agissement militaire musclee a l’etranger peut faire remonter la popularite d’un President chez le public suffisamment qu’il peut utiliser la "capitale politique" ainsi acheter, pour influencer la politique interieur.

    Cou cou les mullahs, je vous regarde….    Quoique, vue la politique proprement malefique de l’administration Obama envers la democratie hondurane lors de leur crise constitutionnelle, on ne peut pas imaginer quels genre d’autres idioties que cette adminsistration pourra lancer en matiere d’affaire etrangeres.    Ca risque de chauffer, mais on ne sait pas ou.   Et n’est pas JFK qui veut.   Les clowns du White House d’Obama vont gerer ce genre d’affaire stupidement.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)