Obama : le réveil sera brutal

Obama : le réveil sera brutal

Bien sûr, l’essentiel des journalistes, des membres de la gauche vison-caviar-champagne se réjouissent, font la fête, tiennent des discours lyriques : j’ai passé le début de la nuit du 4 au 5 novembre au Trocadéro en compagnie de ces gens pour plusieurs chaînes de télévision, et je sais de quoi je parle !

Bien sûr aussi, nombre de braves gens en Europe, gavés jusqu’à l’overdose de propagande médiatique se disent qu’un événement majeur est arrivé. Je pense que dans les palais gouvernementaux, chez ceux qui conservent une once de lucidité, on est plus soucieux. Tôt ou tard, la lucidité qui est, pour l’heure, si peu partagée, va faire son chemin et se disséminer plus largement. L’ivresse peut sembler agréable jusqu’au moment où, le lendemain, vient le réveil.

Les premiers à être confrontés au réveil seront les habitants et citoyens des États-Unis. Cela se produira pendant le premier semestre de l’année 2009. Ils découvriront que l’Élu ne peut faire des miracles, que tisser la perspective de quatre jeudis par semaine ne change rien à l’écoulement du temps, que les promesses de redistribution, pour peu qu’elles soient mises en œuvre, multiplient les pauvres, et que les discours protectionnistes ne peuvent, en matière de création d’emplois, se substituer à la liberté d’entreprendre, à la créativité et à l’initiative individuelle.

Si, en Irak, une recrudescence de terrorisme se dessine, ils comprendront pourquoi, parmi ceux qui se sont réjouis de la victoire d’Obama, il y avait les mollahs iraniens et les dirigeants de tous les mouvements islamo-terroristes de la planète.

Le réveil gagnera ensuite l’Europe où on découvrira que l’application aux États-Unis de recettes économiques qui ont échoué sur le continent européen rend peut-être, sur l’instant, les États-Unis plus sympathiques, mais qu’en termes de commerce extérieur et de pouvoir d’achat, rien ne vaut le bon vieux dynamisme américain qu’on aime tant critiquer de ce côté-ci de l’Atlantique !

Lorsqu’on verra en Europe que Poutine, Chavez, Ahmadinejad ou al Qaida ont un appétit croissant, on regrettera le temps où les États-Unis avaient un Président doté du sens du commandement, sur qui on pouvait cracher de manière irresponsable, tout en sachant qu’on était protégé.

Parfois, quand on vit assez bien pendant un laps de temps relativement long, on oublie que la vie peut aussi être très dure, et, quand on n’a pas à faire face au danger de manière trop précise, on oublie que le danger existe néanmoins. L’élection de Barack Obama va contribuer à remettre les pieds sur terre au peuple américain. Quatre années de Carter ont été suivies de douze années de présidence républicaine et de la révolution reaganienne. On ne peut pas savoir encore de quoi seront suivies quatre années d’Obama, mais on peut espérer que ces quatre années vaccineront les Américains contre certaines lubies irresponsables. En Europe, à l’époque, on appréciait Carter ou, plus exactement, on l’a apprécié jusqu’à l’invasion de l’Afghanistan par l’Union soviétique et jusqu’à ce que le visage de l’ayatollah Khomeyni fasse son apparition sur les téléviseurs.

Cette fois-ci, on peut imaginer que les Européens vont adorer Obama : jusqu’à ce que des drames et des déstabilisations se produisent. Les Européens n’ont pas compris l’arrivée de Reagan en 1980 et ils ont si peu compris l’importance historique de Reagan qu’ils pensent toujours que c’est Gorbatchev qui a permis l’effondrement de l’empire soviétique. Comprendront-ils l’après-Obama lorsqu’il se profilera ? J’en doute. Mais ce n’est pas très important.

En cet instant, je songe plutôt à l’Amérique. Je songe aux dégâts qui vont avoir lieu. Je songe aux Américains qui vont vite regretter d’avoir voté dans un élan d’égarement. Je sais que l’Amérique se relèvera. Je songe à tous les pauvres gens d’Europe qu’on a intoxiqués et qui vont payer, lourdement, l’erreur du peuple américain.

Je songe, surtout, à tous ceux qui risquent de payer l’erreur d’un prix encore bien plus élevé : le peuple irakien et le peuple israélien, le peuple iranien, tous ceux qui espèrent vivre libres et qui discernent que, lorsque l’Amérique est forte, la liberté avance sur la planète, alors que, lorsque l’Amérique vacille ou s’égare, une période de tumultes et de douleurs commence…

Partager cette publication

(66) Commentaires

  • DANIZU Répondre

    MALHEURESEMENT  VOUS  AVEZ  MILLES FOIS  RAISON  ET  J  AI  PEUR  QUE  SE  SOIT  PIRE  !!!!

    13/12/2008 à 23 h 07 min
  • qqun qui vs veut du bien Répondre

    on trouve toujours autant de mouton et d’autruche sur le web que dans la vrai vie..c’est effrayant.

    je suis completement daccord avec cet article car en ayant pu observer le monde autour de moi d’un autre oeuil que celui de la population generale j’ai pu constater la plupar des condition qui on permie son election ( si si c’est vrai mm si c’est politiquement incorrect) et cela sans etre un facho nazi etc ce qui plairait tant aux islamo gauchiste bobo!

    certe les americains ne sont pas parfait mais a choisir entre washington et le regime de teheran vers lequel tout nous pousse.. eh ben je choisi les Etats Unis !!  Eh ouaiii et je vous emmerde les pigeons, moutons, autruches, (et tt les animaux qui vous plairons) de gauchistes bien pensant !!

    05/12/2008 à 1 h 30 min
  • sas Répondre

    A frank,

    Si lextrême droite a une seule vertue, c’est celle de na pas mélanger les augeoires et les parc, ne pas stationner les loups avec les brebies , les renard avec les poules……en d autres termes , mieux vaut des frontières etanches ou presques avec des règles et des moeurs et des invitations….. que des invasions……donc une invitation a  partager et un respect certain lorsqu on est invité……

    …….pas débraillé , gueulard, camé et les pieds sur la table reclamant du hallal…..

    ……qu’un infame panachage, une mixitée débridée où plus aucune règles n’est admises par quiconque , un oeucuménisme qui brasse et désacralise les messages, une laicité où tous se vaut au détriment de l histoire et des cultures , un mondialisme qui détruit et renforce les plus riches et les plus radicaux, un égalitarisme qui efface et hierarchies et ordre constitué…..un effacement virtuel des frontières et un dumping législatif des nations souveraines constituée en mille ans et plus pour certaines….

    ……bref qu’un liban,  un kosovo , une palestine envahie,tous ces lieux où des cultures et des religions exogènes ont voulu en imposer aux endogènes…….d’ailleurs les mêmes qui foulent au pied des règles et des principes ancestraux et dits vitaux ; en oeuvres dans  leurs prores pays d origine…..là où ils ont leur 1 ère nationnalité…

    L’extrême droite française sera à coup sure ,bien moins létale et mortrifère que le ramassis de centre gauche mou,  initié et apatride……..qui se partagent le pouvoir par cooptation et bidonnage des éléctions …..depuis maintenant  50 ans….qui pillent et pouillent les nationnaux profanes.

    Il serait temp de comprendre…….que si nous ne sommes pas capable d’aimer notre terre ,notre espace vitale et notre religion base de notre sociétée , et de les défendre comme par le passé, d’autres viendront nous la confisquer et eux la défendront…..contre nous, et saurons nous imposer leurs coutumes.

    sas qui dit que cela est naturel, et quil n y a aucune follie ni mechanceté sur le procédé

    Seule la nation peut nous sauver…..

    02/12/2008 à 22 h 22 min
  • sas Répondre

    Au lieu de surveiller le réveil avec la gueule de bois de nos voisin…….attendons de découvrir la nôtre ….

    et ca va pas trainer…

    sas

    01/12/2008 à 23 h 27 min
  • Annika Répondre

    Ben:  L’anti-américanisme en hexagone est tenace, et oui, des français souhaitent la chute de l’Amérique ! – sans se rendre compte que quand l’Amérique souffre… la France coule.

    Les américains sont des individualistes, des travailleurs entrepreneurs, un peuple qui valorise l’auto suffisance économique et peu d’intrusion étatiste ; en gros, ils ont des valeurs bien différentes des français d’aujourd’hui.  Même si le gauchiste Obama l’emporta, il le fit en faignant des valeurs reaganienne – c’est-à-dire la promesse de rabats de taxes sur 95% de la population ; promesses qu’Obama ne pourra pas tenir vu la situation économique et les $1400 milliards de nouveaux programmes sociaux qu’il voudrait entreprendre…

    Quand les américains se rendront compte à quel point ils ont été bernés, il y aura des émeutes ; d’ailleurs je préconise mon voyage sur Washington DC…  L’Américain moyen, ses valeurs, sont encore celles décrites ci-dessous par Dean Alfange.  Enjoy!

    My Creed
    by Dean Alfange

    I do not choose to be a common man It is my right to be uncommon… If I can. I seek opportunity… Not security.

    I do not wish to be a kept citizen, humbled and dulled by having the state
    to dream and build, to fail and succeed.

    I refuse to barter incentive for a dole. I prefer the challenges of life to the guaranteed existence; the thrill of fulfillment to the stale calm of utopia.

    I will not trade freedom for beneficence Nor my dignity for a hand out. I will never cower before any master nor bend to any threat.

    It is my heritage to stand erect, proud, and unafraid; to think and act for myself; enjoy the benefits of my creations; and to face the world boldly and say, "This I have done with my own hand, I am a man. I am an American.

    Originally published in This Week Magazine. Later reprinted in The Reader’s Digest, October 1952, p. 10, and January 1954, p. 122, lacking these words: “I will never cower before any master nor bend to any threat” and “to stand erect, proud and unafraid.”

    The Honorable Dean Alfange was an American statesman born December 2, 1899, in Constantinople (now Istanbul). He was raised in upstate New York.
    He served in the U.S. Army during World War 1 and attended Hamilton College, graduating in the class of ‘22. He attended Colombia University where he received his law degree and opened a practice in Manhattan. In 1942 Alfange was the American Labor Party candidate for governor of New York and a founder of the Liberal Party of New York.

    Dean Alfange was also Professor Emeritus at UMass Amherst and a leading figure in various pro-Zionist organizations (between other actions, in November 1943, he appeared before the House of Representatives and addressed them on the rescue of the Jewish people of Europe). He died in Manhattan at the age of 91 on October 27, 1989.

    19/11/2008 à 22 h 12 min
  • Frank Répondre

    @JC Thiallet

    Je vous avez aussi répondu sur vos propos avec David Duke. Ma réponse bien que courtoise et factuelle n’a pas été publiée peut-être parce qu’elle faisait des références historiques précises sur les liens entre la France et les sudistes américains depuis l’instauration de l’esclavage jusqu’au combat de libération des noirs. Peut-être aussi car elle mettait en évidence le fait que l’extrême-droite n’a aucune solution réelle pour résoudre les vrais problèmes à part promouvoir la haine et désigner des bouc émissaires. La fabrication de fictions par la haine et les bouc émissaires ne permet pas et n’a jamais permis de résoudre aucun problème. Elle est au contraire très dangereuse car elle fait glisser l’humanité sur le chemin du fanatisme, de l’irrationnalité, de la superstition et de la folie collective ce qui est le but recherché par tous les fanatiques qui veulent supprimer les libertés et embrigrader les citoyens dans leurs folies collectives.

    19/11/2008 à 15 h 43 min
  • Jaures Répondre

    A chevalier teutonique: je ne veux pas entrer dans une polémique mais l’homosexualité était bien considérée en Grèce antique comme une relation supérieure éducative (en tre l’eraste et l’éromène). Renseignez-vous à ce sujet et relisez "Le banquet" de Platon.

    19/11/2008 à 13 h 05 min
  • Roak Répondre

    David Duke un avis autorisé ? Expliquez-vous monsieur Thialet.

    Duke n’a strictement aucune influence auprès des élus politiques, il n’est en aucun cas pris au serieux ni comme un allié par aucun des deux grands parti.
    Mettre en avant ses tentatives de candidatures n’est que souligner qu’il a été rejeté par les démocrates et les républicains.

    Il a bien été chevalier du KKK, et il professe un séparatisme racial au Etats-Unis … rien que ça. Comment pourrait-il reconnaitre Obama comme "son président" ?!

    19/11/2008 à 10 h 36 min
  • Ben Répondre

    Merci, Annika. Mais je ne crois qu’à la démocratie directe: la raclée immédiate pour les fonctionnaires véreux, avant qu’ils fassent souffrir encore en commettant d’autres délits. Je ne suis pas patient et j’en suis fier. Même ici en Belgique, grâce à l’absence de douane dans Internet, j’ai facilement trouvé de nombreux arguments crédibles, recoupés, montrant la corruption et l’incompétence d’Obama. Ceux qui espèrent un système social à l’européenne aux USA veulent la décadence et l’affaiblissement de l’Amérique. Ils savent – puisqu’ils le subissent – l’échec moral et financier du socialisme. Ils souhaitent à l’humanité entière le mal qu’ils se sont infligés; les gauchistes nivellent au rang du plus minable, du plus pauvre, du plus ignorant et du plus désespéré.

     Le gauchiste voit quelqu’un vivant mieux que lui. Il peut soit l’envier, soit l’admirer. S’il l’admire, il doit humblement s’admettre inférieur, et peut-être faire l’effort de s’élever. S’il l’envie, pour ne plus se sentir inférieur, il doit abaisser son rival. Exporter la misère socialiste européenne en Amérique est cette vile vengeance. Chaque Européen sait qu’il paie les carburants quatre à cinq fois trop cher et la sécurité sociale six à huit fois trop cher. Il souhaite la même souffrance aux Américains. Mes compatriotes indignes – ils ne le sont pas tous – veulent payer leur essence, leur pension et leur médecine à la brouette; ils lorgnent vicieusement vers votre pays, espérant y voir le duplicata de leur ratage.

    Portez tous vos armes en permanence, partout. Bien que certains prétendent ignorer le rapport entre ces deux choses, les impôts baisseront drastiquement, tout de suite. Vos vrais alliés en Europe souriront. Et vous n’aurez plus besoin de remplacer vos portefeuilles par des brouettes.

    19/11/2008 à 3 h 38 min
  • Anonyme Répondre

    @ M. THIALET Je ne doute pas que David Duke ait « un avis autorisé » (sic) sur Barack Obama. Il est même certain qu’il en connaisse un rayon sur le « radicalisme » dont il affuble Barack Obama… Le bonhomme a fréquenté les Noirs, et de près ! David Duke est en effet un ancien membre du Ku Klux Klan, « sorcier impérial » pour être précis ! Farouche antisémite (le garçon a décidément toutes les qualités…), David Duke s’est illustré dans la publication d’un « ouvrage » sur le complot sioniste international, ce qui lui a valu une invitation en grande pompe à la conférence internationale sur l’Holocauste les 11 et 12 décembre 2006 à Téhéran (http://anomalie.over-blog.com/article-20970055.html). Il a ainsi pu y côtoyer de grands penseurs, comme le négationniste Frederick Töben ou encore Robert Faurisson. Si en plus il est publié dans Rivarol, alors là…

    19/11/2008 à 1 h 12 min
  • Anonyme Répondre

    Allons bon, Mr Thialet, vous abaissez ainsi à tout jetter sur les lobby juifs… Il y a des lobby catholiques et protestants aux Etats-Unis. Si il y a 20% de lobby avec des juifs à leur tête, ca veut surtout dire qu’il y en a 80% qui sont dirigés par des chrétiens.

    Aux Etats-Unis, le vote juif représente entre 2 et 3% selon les Etats. Allez nous dire que ce sont eux qui font les éléctions…Je pensais vous avoir demontré dans mon commentaire précedent que les juifs influaient sur, certes, mais ne décidaient pas de la politique étrangére américaine.

    Et pour appuyer vos propos, vous nous tirez un article issu de Rivarol, journal connu pour son antisémitisme et sa défense de la théorie du complot juif.

    Si nous ne savons pas complétement si Barack Hussein Obama est un extrémiste nois, ce que nous savons cependant c’ est que sa femme l’est.

    Il est vrai qu’il a des ami haut placés chez Goldman, il est donc assez mal placé pour vilipender les banquiers.

    Il s’est recueilli devant le Mur des Lamentations pas par conviction pro-israelienne mais par calcul politique, ce qui a d’ailleurs payé…

    Je n’attend qu’une seule chose, c’est que nous retrouvions nos valeurs, comme le dit Mr Duke. Mr Thialet, je suis conservateur, tout comme vous, mais je refuse de verser dans des positions extremes comme "la faute aux juifs", "sarkozy est une saleté de Hongrois" etc etc… Je me contenterai de promouvoir les valeurs qui ont fondé la richessz de nos societés: Etat fort et respecté, Culture, Patriotisme, Education, Travail, Famille,Merite, Ordre Moral…

    18/11/2008 à 22 h 31 min
  • Anonyme Répondre

     

    À Jaurès:

    Mon parti-pris ne relève pas du pur fantasme puisqu’ il est prouvé que plus de la moitié des journalistes votent à gauche. S’il est en effet compliqué de citer des articles précis du genre "Sarko est un blaireau" (quoique…) il ressort une idée générale lors de la lecture de grands journaux ou l’écoute des journaux télévisés: "bourbier Irakien" , "Bush=fiasco, administration désastreuse, calamiteuse", "réactionnaires=fascistes", antiracisme viscéral prononcé, "palestiniens=victimes"………..  Enfin, le clou du spectacle, les médias donnent une place disproportionnée à Olivier Besancenot tandis qu’on n’entend jamais parler de De Villiers ou de Le Pen (sauf pour affirmer que le FN est vieux et qu’il met à la porte ses anciens). Si vous réussissez à prouver que ceci n’est pas une preuve de partialité, je vous tire mon chapeau…

    Il y a quelques mois, bien mali était celui qui pouvait prédire la victoire d’Obama alors que tous les sondages donnaient gagnant Giuliani face à Clinton. Même les spécialistes croyaient en ce duel. Personne n’a venu venir Obama et le problème réside peut-être bien là: Comment est il possible que quelqu’un soit parti de rien et soit arrivé en quelques mois à la Présidence? D’ailleurs en France, peu de personnes connaissaient Obama. avant sa victoire durant la première primaire. Mais Mr Miliière avait bien prévu la victoire de Bush en 2004 alors que tout le monde voyait Kerry…

    La convergence PARAIT bien étroite. Pourtant, c’est de cela qu’ont résulté nos sociétés. La cohabitation entre les deux philosophies a engendré les lumières, les Droits de l’Homme, la Démocratie en Europe etc etc…

    Polythéistes? Et alors? Qu’avez vous à reprocher au polythéisme hormis qu’il n’engageait pas de haine religieuse ni de problème d’intégration?

    Rome n’a jamais proclamé l’homosexualité comme supérieure quant aux grecs, ils ne niaient pas la primauté de l’hétérosexualité dans la préservation de la vie mais ils considéraient les hommes comme supérieurs aux femmes. Ce n’est pas l’hétérosexualité qui était en cause mais l’égalité entre hommes et femmes. Maintenant il faudrait comprendre (avant de blâmer) les grecs dans cette conviction. Pourquoi considérer la femme comme inférieure? Avez-vous une idée? Peut-être qu’ils étaient beaucoup trop rationnels?

    18/11/2008 à 22 h 12 min
  • Anonyme Répondre

     

    À Jaurès:

    Mon parti-pris ne relève pas du pur fantasme puisqu’ il est prouvé que plus de la moitié des journalistes votent à gauche. S’il est en effet compliqué de citer des articles précis du genre "Sarko est un blaireau" (quoique…) il ressort une idée générale lors de la lecture de grands journaux ou l’écoute des journaux télévisés: "bourbier Irakien" , "Bush=fiasco, administration désastreuse, calamiteuse", "réactionnaires=fascistes", antiracisme viscéral prononcé, "palestiniens=victimes"………..  Enfin, le clou du spectacle, les médias donnent une place disproportionnée à Olivier Besancenot tandis qu’on n’entend jamais parler de De Villiers ou de Le Pen (sauf pour affirmer que le FN est vieux et qu’il met à la porte ses anciens). Si vous réussissez à prouver que ceci n’est pas une preuve de partialité, je vous tire mon chapeau…

    Il y a quelques mois, bien mali était celui qui pouvait prédire la victoire d’Obama alors que tous les sondages donnaient gagnant Giuliani face à Clinton. Même les spécialistes croyaient en ce duel. Personne n’a venu venir Obama et le problème réside peut-être bien là: Comment est il possible que quelqu’un soit parti de rien et soit arrivé en quelques mois à la Présidence? D’ailleurs en France, peu de personnes connaissaient Obama. avant sa victoire durant la première primaire. Mais Mr Miliière avait bien prévu la victoire de Bush en 2004 alors que tout le monde voyait Kerry…

    La convergence PARAIT bien étroite. Pourtant, c’est de cela qu’ont résulté nos sociétés. La cohabitation entre les deux philosophies a engendré les lumières, les Droits de l’Homme, la Démocratie en Europe etc etc…

    Polythéistes? Et alors? Qu’avez vous à reprocher au polythéisme hormis qu’il n’engageait pas de haine religieuse ni de problème d’intégration?

    Rome n’a jamais proclamé l’homosexualité comme supérieure quant aux grecs, ils ne niaient pas la primauté de l’hétérosexualité dans la préservation de la vie mais ils considéraient les hommes comme supérieurs aux femmes. Ce n’est pas l’hétérosexualité qui était en cause mais l’égalité entre hommes et femmes. Maintenant il faudrait comprendre (avant de blâmer) les grecs dans cette conviction. Pourquoi considérer la femme comme inférieure? Avez-vous une idée? Peut-être qu’ils étaient beaucoup trop rationnels?

    18/11/2008 à 19 h 49 min
  • chevalier teutonique Répondre

    " Jaures " a écrit : " Enfin, sur la convergence de la philosophie Greco-Romaine et de l’idéologie judéo-chrétienne, avouez qu’elle parait bien étroite quand on se souvient que la Grèce et Rome avaient des religions polythéistes et qu’elles proclamaient l’homosexualité comme supérieure à l’hétérosexualité. "

    C’est cela ouais… jamais l’homosexualité n’a été considérée comme supérieure à l’hétérosexualité dans aucun pays du monde, et surtout pas dans l’Antiquité gréco-romaine : c’était très mal vu !!

    18/11/2008 à 16 h 43 min
  • Jean-Claude THIALET Répondre

    @FRANK et @NATHANIEL : javais répondu à vos commentaires me concernant. Mais mon texte n’a, apparamment, pas été jugé publiable, même si, bien entendu, il était …. courtois. Courtoisement vôtre, Jean-Claude THIALET

    18/11/2008 à 16 h 35 min
  • Jean-Claude THIALET Répondre

    "Les-4-Vérités"    –    181108

    Un avis autorisé sur Barack Husseyn OBAMA. Celui de David DUKE, 58 ans, ancien Représentant d’Etat de la Louisiane, qui fut candidat deux fois pour l’insvestiture à la Présidence, une fois sous l’étiquette Démocrate, une fois sous l’étiquette Républicaine.

    Le matin du 5 novembre, sur son site <davidduke.com > il commentait comme suit l’élection du 44 ème Président américain :

    – "C’est une triste  nuit pour l’Amérique et pour les Euro-Américains... Barack OBAMA n’est pas seulement un Noir. Il est un extrémiste noir. Un radical qui a consacré une partie de sa vie à combattre l’Amérique des Pères fondateurs… Mais ce drame ne concerne pas que nous, le monde entier va en supporter les méfaits(1) … OBAMA en effet est entre les mains de ceux qui détiennent le pouvoir global. Il est l’homme de Goldman Sachs. Celui qui s’est prosterné devant l’AIPAC (3) et s’est recueilli devant le Mur des Lamentations ….Mais en même temps il peut être le canari au fond de la mine. Nous alertant en nous montrant jusqu’où nous avons sombré et à quel point nos traditions, notre culture, notre religion, au cours des dernières décennies, nous ont été subtilisées sans que nous en ayons conscience(2) Aujourd’hui, les choses sont claires (4). Ce président n’est pas le nôtre. Ce Gouvernement n’est pas le nôtre. Ce pouvoir n’est pas le nôtre. Nous allons avoir à apprendre à résister, à nous reconstruire, à retrouver nos valeurs. Et surtout redécouvrir le sens du sacrifice. Si nous ne le faisons pas, alors nous serons balayés et cesserons d’exister en tant que peuple et en tant que nation" (fin de citation).

    (Source : "RIVAROL" du 14/11/09   < http://www.rivarol.com >)

    Je pense que ce texte ne mérite aucuns commentaires autres que ceux que les gens de bonne foi et de bon sens (il en reste assurément, même chez les Obamaniaques !) se feront dans leur for intérieur. Tant il est vrai qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis !

                                             Cordialement, Jean-Claude THIALET

    (1) note personnelle : quand on sait que, majoritairement (particulièrement en France) le "monde entier" s’est réjoui de cette élection !

    (2) on croirait lire là une description de ce qui s’est passé en France !

    (3) voilà en tout cas un point qui devrait rassurer nos amis Guy Millière et @Nathaniel ! 

    (4) David DUKE me semble avoir le sens de l’humour …

    18/11/2008 à 11 h 58 min
  • Annika Répondre

      Ben : Les américains ont droit au port d’armes, et ce droit leur fut donné avec pour but qu’ils aient les moyens (weapons) afin de pouvoir s’ELEVER contre un état oppressif. Une idée révolutionnaire, qui est restée telle à travers les âges, et qui symbolise le pouvoir inegale du peuple americain.  Pour les fonctionnaires véreux, on s’en remet aux tribunaux.  Malgré tout, votre idée est intéressante.   

    Plus l’inauguration d’Obama approche, et moins nous nous sentons en sécurité.  C’est un malaise partagé dans les cercles conservatifs américains dont les medias n’ont que faire. Al Quaida choisit les débuts de l’administration Clinton et Bush pour faire des siennes, l’économie est le problème numéro un pour tous… (sauf pour la team Obama), le congres parle de bail-out de GM sans demande de concession des syndicats, si les bail-out continuent il nous faudra une brouette de cash pour acheter du pain (inflation).

     Pour les simplets :  Puisque GW Bush porte le blâme sur TOUT, blâmons le également pour 7 années sans attaques terroristes sur notre sol américain, la chute récente du prix du baril, la réduction des cas de Malaria en Afrique, une assistance santé et anti-HIV africaine inégalée et qui lui vaut le respect de ce peuple; aussi et presque surtout, ne pas oublier, que nous avons un nouvel allie formidable au Moyen Orient (l’Iraq). 

    Je vous laisse afin d’astiquer ma brouette.

    Annika, Floride – USRA (United Socialist Republic of America)

     

    18/11/2008 à 0 h 19 min
  • Annika Répondre

      Ben : Les américains ont droit au port d’armes, et ce droit leur fut donné avec pour but qu’ils aient les moyens (weapons) afin de pouvoir s’ELEVER contre un état oppressif. Une idée révolutionnaire, et qui est restée telle à travers les âges.  Pour les fonctionnaires véreux, on s’en remet aux tribunaux.  Malgré tout, votre idée est intéressante.   

     Plus l’inauguration d’Obama approche, et moins nous nous sentons en sécurité.  C’est un malaise partagé dans les cercles conservatifs américains dont les medias n’ont que faire. Al Quaida choisit les débuts de l’administration Clinton et Bush pour faire des siennes, l’économie est le problème numéro un pour tous… sauf pour la team Obama, le congres parle de bail-out de GM sans demande de concession des unions, si les bail-out continuent il nous faudra une brouette de cash pour acheter du pain (inflation).

     Pour les simplets :  Puisque GW Bush porte le blâme sur TOUT, blâmons le également pour 7 années sans attaques terroristes sur notre sol américain, la chute récente du prix du baril, la réduction des cas de Malaria en Afrique, une assistance santé et anti-HIV africaine inégalée et qui lui vaut le respect de ce peuple, un nouvel allié au Moyen Orient (l’Iraq), etc

     Néanmoins, j’admets que l’élection d’Obama engendrera DEUX progrès.  Premièrement : On n’aura plus à écouter les niaiseries européennes professant que les américains blancs sont racistes. Deuxièmement : les noirs américains ont enfin un rôle model qui fit des études supérieures, qui parle l’anglais américain couramment (non pas ebonic), et qui épousa sa femme avant de produire des enfants. 

    Deux progrès intéressants, même si d’ici un an je dois faire mes courses avec brouette…

     Annika, Floride – USRA (United Socialist Republic of America)

    17/11/2008 à 17 h 19 min
  • grepon le texan Répondre

    Vitruve,

    Si vous ete a court d’arguments, vous pouvez toujours passer votre temps a poser des questions sur l’identite de vos interlocuteurs, n’esce pas.   Bien sur que l’identite est plus important que les arguments, sur un forum, si je vous comprend bien.

    Pour ce qui en est des droits de l’homme.  Les droits d’expression et le droit a l’autodefense y manque.  Ainsi vous n’avez que peu de resistance intrinseque au totalitarianismes et gencocides que nous savons tous tres bien illustre dans l’histoire europeen recent.    Prochainement, votre demographie vous mene vers une sousmersion dans l’Islam.    Des droits de l’homme, tu parle?

    17/11/2008 à 13 h 27 min
  • grepon le texan Répondre

    "Sarah Palin put faire illusion pendant une ou deux semaines, mais il devint vite évident, même pour les républicains, qu’elle n’était pas qualifiée pour exercer les plus hautes fonctions de l’Etat"

    Sauf que, ce choix a remis en question l’experience d’Obama, qui manque totalement d’experience executif, et n’a rien accomplis au gouvernment, ett n’a rien a demontre de succes sortant de ses annees de "community organizer".    Comme l’a dit si bien Clinton, Obama apporte des paroles, et toujours les meme parole. 

    Quant a comment il a gagne, 700millions de dollars venant de source inidentifiables, ca aide.   Obama a lance le defi aux autres candidats de se limiter au financement publique, dans l’interet de chasser la corruption etc.   McCain a accepte ce defi sur principe.  Obama a abondonne sa promesse (car etre un gauchiste, c’est prendre le pouvoir par tous les moyens) ET a accepte ses dons sur son site Web avec numero de carte de credit.   Le site a accepte n’importe quelle numero de carte de credit.   Le nom, addresse, code postale, etc n’a pas ete filtre.    Merci a cela, nous ne savons pas qui a donne de l’argent a Obama.    Les etrangers sont interdit par la loi federale, mais pas sur le site web obama.   Le montant que peut donner un individu a un candidat est limite a 2300.   Pas sur le site d’Obama.   Les noms de donneurs ont ete tres souvent du non-sense, ou "Mickey Mouse" etc.   Obama savaient pertinemment que son site a etait dessine de facon a ne pas verifier autre chose que le numero de carte, car c’est un "thug" gauchiste, un politicien du type Chicago.

    Obama, c’est un poseur, un imposteur en quelque sorte.   Aucun allie d’Obama n’a ete assez important pour evite qu’un jour il ne se trouve pas abondonne du jour au lendemain par The One.  Quand je dit allies, je tourne mon regard sur l’Europe, avec lequel l’Obamessie n’a aucun attachement (a part pour ses lecons de comment faire de poltique gauchiste nationaliste).    Reconstituez des armees digne du nom, vite.

    17/11/2008 à 13 h 13 min
  • Jaures Répondre

    A Nathaniel (quoique vous ayez oublié de signer). Je ne reviens pas sur les medias dont le parti-pris que vous voyez "à gauche" me semble relever du pur fantasme. Je n’ai à aucun moment relevé sur les media habituels (télé, radio, presse) en dehors de ceux réellement engagés (l’huma, Nouvel Obs) des prises de position aussi tranchées que celles que vous énoncez, bien au contraire ! Et puis franchement, dire que J.P Pernaut, d’Arvor ou les économistes consultants qui défilent sur nos ondes (Touati, Cohen, Israelevitch, Leboucher, Sylvestre,…) sont de gauche prète à sourire. Mais bon …

    Sur Millière, seule la réalité acquise l’a amené à changer d’idée. Rappelons qu’il y a quelques mois, il prevoyait l’élection de Giuliani face à H.Clinton ! Peut-on se prétendre spécialiste des E.Unis après avoir écrit de telles inepties ?

    Enfin, sur la convergence de la philosophie Greco-Romaine et de l’idéologie judéo-chrétienne, avouez qu’elle parait bien étroite quand on se souvient que la Grèce et Rome avaient des religions polythéistes et qu’elles proclamaient l’homosexualité comme supérieure à l’hétérosexualité. A y regarder de plus près, il y a bien plus de convergences entre l’Islam et le Christiannisme.

    17/11/2008 à 13 h 12 min
  • chevalier teutonique Répondre

    Ce sont les mêmes qui font l’apologie de Charles de Gaulle et qui insultent Bush.

    " En M. Molotov, qui était et ne voulait être qu’un rouage parfaitement agencé d’une implacable mécanique, je crois avoir reconnu une complète réussite du système totalitaire. J’en ai salué la grandeur.  " – notre cher général

    17/11/2008 à 6 h 41 min
  • Frank Répondre

    JC Thiallet ou l’extrême-droite française à son meilleur.

    Oyez, oyez bonnes gens, tout va mal car on écoute pas le bon peuple, c’est à dire en fait l’extrême-droite. Heureusement l’extrême-droite a les vraies SOLUTIONS: il faut punir les méchants coupables Bush, Sarko, les américains, les israéliens, les francs-maçons, les juifs, … et il faut en revenir à la fameuse success story de Vichy. Après tout ira mieux.

    Enfin des vraies solutions réellement concrètes et tout à fait adaptées aux défis du moment.

    16/11/2008 à 22 h 28 min
  • chevalier teutonique Répondre

    " Mais la faute à qui si OBAMA a été élu ? "

    Ce n’est pas une faute. C’est grâce à George Walker Bush, en effet.

    16/11/2008 à 22 h 07 min
  • grutjack Répondre

           L’élection d’Obama a donné lieu à deux interprétations extrêmes diamétralement opposées. Pour les uns, c’est une catastrophe qui annonce la démission définitive de l’Occident et un chaos planétaire. Pour les autres, Obama est un nouvel Abraham Lincoln qui va enfin apporter à l’Amérique et au monde la vraie démocratie, l’égalité et bien sûr, la prospérité. De telles exagérations auraient été compréhensibles si l’événement s’était produit il y a cinquante ans. Mais aujourd’hui… L’arrivée à la Maison Blanche d’un Noir (qui est d’ailleurs un métis !) n’est-elle pas l’aboutissement logique de l’idéologie égalitariste et anticolonialiste qui a dominé la deuxième moitié du XXe siècle ? Tout le monde semble avoir oublié que Bush lui-même a eu deux secrétaires d’Etat noirs, Colin Powell et Condoleeza Rice. Si le secrétaire d’Etat peut être Noir, pourquoi pas le Président ?
            Quand une décision politique déplaît souveraienement, on tente souvent de l’expliquer par la fraude ou par quelque diablerie. Ainsi pour certains, 2008 serait "l’élection la plus raciste de l’histoire des Etats-Unis" parce que les Noirs, dans leur quasi-totalité, ont voté Obama. Mais pour quelles raisons, bon Dieu, auraient-ils voté McCain ? De toute façon, ils sont démocrates aujourd’hui. Et une mobilisation massive des Noirs était une condition sine qua non de la victoire d’Obama. En réalité, sa grande habileté a été de mener une campagne où, qu’on le veuille ou non, le facteur racial était sans cesse présent, en ne parlant jamais de race. Ses deux slogans favoris "Espoir" et "Changement" étaient une auberge espagnole où chacun pouvait apporter ses illusions. Pour les Noirs, cela signifiait sans le moindre doute leur propre accession à la vraie égalité et à la prospérité. Mais pour beaucoup de Blancs, cela pouvait signifier aussi la fin de la guerre en Irak, la justice sociale, l’instauration d’un système fédéral d’assurance-maladie, etc.
            La victoire d’Obama s’expilque d’abord par ses propres qualités de fin tacticien, par une brillante campagne, mais il a eu également beaucoup de chance. La candidature de son plus coriace adversaire, Hillary Clinton, souffrait d’une ambiguïté fondamentale : c’était la championne du féminisme, mais aussi la femme très légitime d’un ancien Président qui brûlait de revenir à la Maison Blanche. Il a été ensuite confronté à un vieux monsieur à la santé chancelante qui, pour des raisons obscures, avait supplanté des candidats potentiellement forts, comme Giuliani. Se sentant distancé, McCain tenta alors un coup de poker qui précipita sa défaite. Sarah Palin put faire illusion pendant une ou deux semaines, mais il devint vite évident, même pour les républicains, qu’elle n’était pas qualifiée pour exercer les plus hautes fonctions de l’Etat (si elle songe sérieusement à 2012, elle devra suivre beaucoup de cours du soir). Enfin la crise financière détruisit les derniers espoirs de McCain qui, en début de campagne, avait imprudemment reconnu que "l’économie, ce n’était pas son fort".
             Le réveil sera-r-il brutal, comme le prédit Millière ? Oui, pour tous ceux qui auront cru au Père Noël. Juste après son élection, Obama s’est empressé de déclarer qu’il lui faudrait un certain tmps, même un deuxième mandat, pour réaliser ses promesses. C’est d’autant plus vrai qu’il n’a rien promis du tout, sinon des nuages d’Espoir et de Changement. Ses premiers gestes de Président-élu, notamment la nomination de Rahm Emanuel, semblent indiquer une solide reprise en main par la haute direction du Parti démocrate. On parle déjà d’annuler toute une série de décisions de l’ère Bush par de simples décrets présidentiels. Saluons cette relève de la garde. Une mafia remplace l’autre. C’est ça la démocratie.

    16/11/2008 à 19 h 22 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    Bravo Mr.Milliere depuis plusieurs semaines vous monopolisez quasiment les réponses sur ce site. Si vous suscitez autant d’intérêt c’est que vos articles sont loin d’être nuls comme le prétendent certains. Tout simplement ils ne vont pas dans le sens du poil de ces personnes. Tant mieux, le journal (4V) sans langue de bois, vous en doit reconnaissance.

    Personnellement je m’en fiche que ce soit Obama ou un autre qui ait remporté ces élections. Ceci est l’affaire du peuple américain qui choisit souverainement qui il veut. Au diable les commentaires des autres nations qui n’ont de toute façon pas voix au châpitre.

     

    PS: pourquoi pas un article prochainement sur le sacre de la reine (Marie-Ségo1 ou Martine1) à Reims? Le roi sera bientôt mort, vive la reine…

    16/11/2008 à 15 h 40 min
  • Ga Répondre

    Grepon a raison;
    Leonhard Euler, le célebre mathematicien avait plus de 9 enfants; et a 70 ans il s’est remarié!
    Mais bon, c’etait au 18 eme siecle; l’europe etait puissante de sa jeunesse et culture.

    16/11/2008 à 14 h 29 min
  • Anonyme Répondre

    A Mr Thialet:

    On ne peut vous laisser insulter l’amitié américano-israelienne. Vous semblez oublier qu’Israel n’est pas le seul allié des USA dans la région et que ces derniers jouent en géneral le jeu du compromis entre israeliens et arabes. Simple exemple: les ventes d’armes des USA aux pays arabes sont 4 fois plus elevées que vers Israel… Si les USA suivaient les "ordres" de la seule démocratie du Proche-Orient, jamais Israel n’aurait quitté la Bande de Gaza et des troupes américaines seraient en train de débusquer les terroristes du Hezbollah au Liban.

    Il est juste que l’Europe doit se débrouiller toute seule. Or, tant qu’elle ne le peut pas elle est vulnérable, donc a besoin de l’aide des USA.N’oublions pas que sans le Plan Marshall, jamais n’aurait pu être crée la Communauté Européenne.

    Mr, vous affirmez que les USA doivent cesser d’intervenir dans le monde?! Très bien, vous étiez bien content lorsque les américains ont débarqué en Normandie et ont liberé la France, vous êtes bien content aussi que les drapeau américain flotte près du drapeau français lors des commémorations du 11 novembre. Vous êtes bien reconnaissant aux USA d’avoir affronté l’URSS pendant 45 ans…Vous êtes satisfait de l’intervention américaine au Kosovo et dans les Balkans. Enfin, vous désirez plus que tout la "libération" du Tibet, donc un retour à un régime démocratique et libre, affranchi du joug chinois, et cela ne pourra pas se réaliser sans les USA. Vos propos sont CONTRADICTOIRES, Mr Thialet.

    Aussi, vous souhaitez que les USA cessent de soutenir les pays d’Europe Centrale et Orientale. Vous voulez donc que la Russie étende son influence encore plus en Europe. Il faut choisir, USA ou Russie. En tant que défenseur de la Liberté et d’une certaine démocratie, mon choix et vite fait.

    Le mur construit par Israel n’a pas pour but de se défendre face à une immigartion plus que massive comme celle que connait les Etats-Unis mais pour stopper les incursions de terroristes sur leur territoire (mesure efficace puisque les attentats ont diminué de 70% en Israel depuis la construction du mur). Quant aux associations, si elles désirent continuer à exister elles ont interet à adopter le politiquement correct. Si elles osaient clamer haut et fort le danger de l’immigration africo-maghrébine elles seraient  immédiatement taxées de racistes puis dissoutes. Question de survie…

    Pour ce qui est de la Turquie, je suis d’accod avec vous. Les USA estiment que l’adhésion des Ottomans dans l’UE fera progresser la démocratie. Intention louable, il est vrai, mais deconnectée de la realité…

    Je suis aussi d’accord avec vous sur les politiciens et le sursaut du peuple. Mais en politique, il ne s’agit pas de choisir le meilleur mais le moins mauvais.C’est exactement ce qui s’est passé avec Nicolas Sarkozy. Vous preferiez Mme Royal? Ne vous inquietez pas, avec cette mascarade à Reims, elle reviendra bientôt, flanquée cette fois ci d’Aubry, la Reine des 35h.

    16/11/2008 à 12 h 51 min
  • Anonyme Répondre

    Cher Jaures,

    Il me semble que vous portez bien votre nom… Jean Jaures a été assassiné 3 jours avant le début de la Guerre pour avoir poussé au pacifisme alors que les armées allemandes s’appretaient à nous envahir…J’éspére juste que ne vous attend pas le même sort…

    Vous refusez apparement de reconnaitre les dangers representés par l’idéologie gauchiste, surtout dans un contexte de tensions internationales.

    Quant aux médias (Bouygues et Lagardère), ils obeissent à la règle du politiquement correct, qui, vous le savez bien, consiste à dénigrer le passé et l’héritage de notre culture au profit du multiculturalisme, de la dilution de la pensée et de l’Egalité. Mais au fait, quel rapport avec Bouygues et Lagardère? Jack Lang est un "ami" de Sarkozy et allez dire qu’il est de droite.

    Il n’est pas compliqué de remarquer que globalement, nos médias véhiculent des idées peu objectives: une administration Bush debridée, impérialiste et racsite tant qu’on y est, par opposition au parti démocrate et à son représentant, le futur président Obama, porteur d’avenir, d’espoir, de bonté, de charité et de paix…  Israel presenté comme un féroce colonisateur, meurtrier, fasciste aussi, par opposition au peuple palestinien martyrisé, outragé, abusé, tel une sainte vierge prise à partie par le diable en personne. Un Islam conciliant et amical, voulant s’intégrer à la societé française mais empeché de s’épanouir pacifiquement  par ces racistes et xénophobes de franchouillards droitisants.

    Nier ceci équivaut à faire preuve de mauvaise foi.

    Pour ce qui est de Mr Millière, il faut noter qu’il a su affirmer s’être trompé au sujet de l’éléction d’Obama. Juste avant la chute de Lehman Brothers en septembre,McCain passait devant Obama dans les sondages et tout semblait montrer qu’il gagnerait l’éléction si les choses en restaient là. Nenni! Tout s’effondra et la crise économique profita à son adversaire. A ce moment, Millière apercut que McCain ne pouvait plus gagner et le signala, quelques semaines avant l’éléction.

    Aussi, ses articles traitent du futur. Nous verrons s’il a été clairvoyant ou non, mais il est trop tôt pour juger.

     

    Le judéo-christianisme et la philosophie gréco-romaine, sont à la base de nos societés developpées et ce depuis la Renaissance ou ces deux "idéologies" se sont harmonieusement mélangées. Vous devriez le savoir: 1453, chute de Canstantinople, exode massif des penseurs grecs en direction de l’Italie catholique. S’ensuit la "Renaissance".

    Vous avez raison, les américains n’ont pas vu bien loin et l’éléction d’Obama est une marque de puissance démocratique. Sous ce point de vue, il est aisé de faire l’apologie de la démocratie, mais les mêmes personnes se retrouvent en première ligne pour critiquer l’instauration d’un régime démocratique en Irak ou en Afghanistan…

     

    "Cette révolte n’a guère concerné qu’une minorité"…  C’est pour cela que la majorité des instituteurs du public s’en réclame et transmet ces "valeurs" aux nouvelle générations? Il n’est plus question de minorité. Tout le monde a approuvé à l’époque la chute des valeurs morales et du conservatisme sociétal.  Aujourd’hui,on regrette ce conservatisme lorsqu’on voit des ‘jeunes casseurs", des familles decomposées, des économies "casino", un Etat qui ne se fait plus respecter…

    Si je suis fondamentalement comme vous, c’est à dire pour le choix à l’avortement et à la contraception,je ne peux cependant m’empecher de me faire du souci lorsque j’observe les problème démographiques que nous connaissons. Problèmes qui aménent les "experts" à justifier l’immigration massive en provenance des pays du tiers monde.

     

    Je ne me fais pas de souci pour la politique d’Obama. Nous venons d’ailleurs d’apprendre qu’il comptait garder le même secretaire d’Etat à la Guerre que Bush…ainsi que Clinton à la Diplomatie. Vive le Changement!

     

    Aux Etats-Unis, les Noirs sont integrés à la societé. Le pays apprend le patriotisme à ses habitants qui le respectent et sont prets à subir des sacrifices pour que le drapeau Americain flotte. Ainsi, un Noir est avant tout amériain avant d’être noir, ce qui n’est pas le cas en France. Chez nous, les immigrés récents, les descendants d’immigrés et les autres étrangers se moquent éperdument de nos valeurs, reçoivent logements, aides, sécurité sociale, allocations (qui serviront à acheter les armes qui mettront le feu à nos voitures)… Tout cela parce qe la France est devenue incapable d’imposer SA loi et ce, depuis 1968 et l’apparition de tous les mouvements de "défense" des immigrés, "antiracistes" qui présentent l’immigré comme victime  et l’Etat français comme esclavagiste et fasciste. C’est CA, l’héritage de 1968: un laxisme total, un abandon de nos valeurs, une incapacité à se faire respecter tant bien chez nous que sur la scéne internationale.

    Pesons le pour et le contre de 1968, je crois bien qu’en dépit des "avancées sociales" qui auront ruiné économiquement la France, la verdict est plutôt négatif pour vous.

    16/11/2008 à 12 h 21 min
  • VITRUVE Répondre

    AVE

    belle pertinence de JC Thialet, où le fond du sujet est encore une fois mis en exergue: on en revient toujours à l’attitude Israël qui, dans cette affaire a encore une fois bien manoeuvré et pris les rennes de la nouvelle marionnette de la maison blanche. La busherie va-t’elle continuer en Palestine et dans les territoires?… l’Iran doit-elle commencer à stocker son sucre et son huile?.. RDV dans 6 mois!

    Interrogations aussi sur cette lancinante lubie de promouvoir un melting-pot dans tous les pays du monde sauf en terre promise… il faut bien le reconnaître, le mécontentement voire les prémisses  avérés d’un renouveau de l’antisémitisme que l’on voit émerger sur toute la planète et, ce qui est révélateur et d’autant plus inquiétant,  dans les pays pauvres en particulier ( alors que ceux-ci devraient plutôt s’inspirer de la réussite de ce petit état qui a démarré à zéro..) Inquiétudes enfin sur l’omniprésence du religieux qui plombe et surplomble tous ces sujets et annihile totalement l’objectivité et la sérénité qui devraient présider aux diverses négociations de paix .

    Quand à Grepon, il me déçoit, (à sa décharge, les déculottées électorale et financière l’ont, il est vrai, sérieusement affecté), je le pensais plus ouvert de par sa culture et son vécu et, comme il l’affirmait, athée, alors qu’il tient un discours haineux contre l’Europe ( et donc, si je pousse à l’analyse, contre les droits de l’homme…CQFD) et aux arguments aussi étroits que ceux  d’un pasteur d’une des nombreuses sectes évangéliques de son pays…Mais au fait, de quel pays d’Europe ou du monde êtes-vous originaire Grepon? Texan, ça, on le voit et on le lit bien, mais que coule au plus profond de vos veines, du romantisme allemand, de la volubilité italienne, de la pugnacité anglaise, du jem’enfoutisme français?…dites-nous!

    A quand un native-american qui s’exprimera ici? un Leonard Peltier par exemple!

    VALETE

    16/11/2008 à 11 h 13 min
  • Jean-Cmaude THIALET Répondre

    "Les-4-Vérités"  –  16 11 08

    Certes, Guy MILLIERE a raison de dénoncer l’hystérie obamaniaque qui s’est emparée, au fil des mois précédents, des médias français comme de l’opinion publique française, et même, de nous annoncer que "LE REVEIL SERA BRUTAL". Mais la faute à qui si OBAMA a été élu ?

        – D’abord, selon moi  –  et il ne faut pas compter sur Guy MILLIERE pour le reconnaître  –  au 43 ème Président américain qui n’a cessé, en huit années de mandats, de multiplier les erreurs, les aventures désastreuses, et les mensonges (1) en écoutant ses néoconSS et en suivant aveuglément les conseils (les ordres ?) de son allié israëlien.

        – En second lieu, aux électrices et électeurs américains. Car, que je sache, ce ne sont pas les Françaises et les Français, malgré leurs désirs de joindre leur bulletins de vote aux obamaniaques américains, qui ont élu le 44 ème président américain.

    Et s’il est vain de regretter le passé  – même récent  –  il est tout aussi vain de nous annoncer, comme le fait régulièrement Guy MILLIERE les calamités qui attendent l’Europe et particulièrement la France. Il ferait mieux, s’il se considérait réellement comme un Français à part entière (comme son appartenance à la Fonction publique devrait l’y inciter !), de conseiller à la France ainsi qu’à l’UNION EUROPENNE, puisque nos Gouvernants de droite comme de gauche ont commis la folie de nous y arrimer, de ne plus compter que sur elle(s)-même(s) et de ne plus être à la remorque des ETATS-UNIS, eux-même à la dérive.

    Et si la France et l’Union Européenne ont à demander quelque chose à Barack Husseyn (drôles de prénoms pour un  soi-disant  "chrétien" !), c’est que les ETATS-UNIS  cessent de se mêler de leurs affaires. Notamment en voulant leur forcer la main (avec l’appui de l’ISRAËL !!! ???) pour ouvrir leurs portes à la TURQUIE ainsi, d’ailleurs, qu’à l’immigration (2). Mais aussi de respecter les règles du droit international (que n’a cessé de bafouer George W. BUSH), notamment au Moyen-Orient, d’arrêter les ingérences américaines dans les affaires européennes (pas seulement sur la TURQUIE, mais aussi sur l’OTAN que pour embêter la Russie, la politique américaine, ne cesse de vouloir étendre à d’anciens satellites de l’ex-URSS), d’accepter la nécessaire réforme monétaire pour que les ETATS-UNIS cessent – en faisant fonctionner la "planche à billets verts" – d’exporter leur inflation sur le reste du monde.

    Barack OBAMA (et je suis à l’aise pour l’écrire car je n’ai, personnellement, jamais cessé de me méfier de lui) a suffisamment de travail à l’intérieur même de son pays pour comprendre qu’il est temps pour les ETATS-UNIS de cesser de ne plus se mêler des affaires du monde (certes au nom des bons principes habituels : la Liberté, la Démocratie, les Droits de l’Homme, l’Anti-terrorisme, etc.) en le mettant à feu et à sang. Il devra, d’abord, se préoccuper de savoir comment financer le programme de soutien à l’économie américaine, et tenir les promesses de "l’agitateur" qu’il fut assurément, à l’égard des classes les plus pauvres qui ont voté pour lui comme pour le … Messie. 

    Personnellement, je suis de ceux qui ne croient plus aux politiciens – cela quel que soit leur "bord" – et je pense que seul le réveil du peuple (le vrai, pas celui que nous ont "fabriqué" et continuent de plus belle à vouloir nous "fabriquer nos Gouvernement successifs, des deux côtés de l’Atlantique)  nous sauvera. Le réveil du Peuple américain comme celui du Peuple français ou de ce qu’il en reste. Et si, par son incompétence, par ses échacs prévisibles, Barrack Husseyn OBAMA réussit à provoquer le sursaut américain, il aura bien mérité des ETATS-UNIS d’Amérique. Souhaitons simplement que, moins bêtes que les Français qui croient encore au miracle sarközien (comme semble le montrer la remontée de "Carlito" dans les sondages après ses pantomines sur la scène médiatico-internationale), n’attendent pas qu’il soit … trop tard !

    En attendant, si Guy MILLIERE n’a rien d’autre de mieux à faire depuis qu’il s’est mis en congé de l’Institut TURGOT, il pourra toujours continuer à plaindre les pauvres amérixcains et les pauvres français. Tout en ne perdant pas de vue qu’ils ont – et qu’ils on eu ! – les Gouvernements qu’ils ont élus ! A commencer par ceux de Barack OBAMA et de Nicolas SARKÖZY !

        Bon dimanche, bien cordialement à toutes et à tous, Jean-Claude THIALET

    P.S. Si Guy MILLIERE s’inquiète pour son ami l’Etat d’ISRAËL, il devrait être rassuré de voir que le premier acte de Barack OBAMA a été de nommer au poste de Secrétaire général de la Maison Blanche (le poste le plus important après celui de Préisdent) le bi-national israëlo-américain Emmanuel RAHM, fils d’un "héros de l’Irgoun". Il y en a qui doivent être  mécontents de ce choix. Ce sont, outre la Communauté arabo-américaine (oui, ça existe aussi là-bas !) qui a voté à plus de 90 % pour "Barak Husseyn", mais aussi tous les "afro-beurs-musulmans" de nos banlieues qui, eux, ont voté à 100 % pour ce "candidat noir" …

    (1) paraphrasant le Maréchal Pétain, les Américains  – les vrais ! – pourraient dire : "Je hais les mensonges buschiens qui ont fait tant de mal à l’Amérique" ! 

    (2) Bizarre, pour un pays qui a dressé un "mur" pour se protéger de l’immigration mexicaine ! Un "mur" qui rappelle celui que l’ISRAËL a construit, lui aussi, sur son propre territoire. Ce qui n’empêche pas les Associations Juives en France, soutiens ô combien actifs et passionnés du "courageux petit Etat", de soutenir l’immigration africano-maghrébine sur notre territoire…. "Faut pas mélanger nous avec les autres", prétendent-elles, "mais faut mélanger tous les autres entre eux", semble être leur leit-motiv !

    16/11/2008 à 9 h 50 min
  • Luc SEMBOUR Répondre

    Le danger du "soft power" guette Obama
    Par Jacques Brassard (Chronique, mercredi, 12 novembre 2008, p. 11)

    Sonnez trompettes! Chantez les choeurs! Le Messie entre à la Maison-Blanche!

    Je n’aurais jamais cru que la plus grande démocratie au monde choisisse comme Président le candidat le plus à gauche de toute l’histoire des États-Unis. Le plus pacifiste. Le plus étatiste. Le plus "taxeux". Le plus fallacieux. Un orateur redoutable, certes, mais d’un vide abyssal. Tout son prêchi-prêcha est fondé sur une seule exhortation, martelée sans répit: l’espoir du changement! Il faut croire que l’électorat américain était prédisposé à accueillir un discours creux, mais tonifiant.

    Il faut dire qu’il a pu compter sur l’appui de l’extrême gauche américaine "ce milieu, nous dit Michel Gurfinkiel, à la fois élitiste, décadent et extrémiste, jadis sovietophile, aujourd’hui énamouré du Tiers-monde et qui parasite le Parti démocrate depuis les années 60. L’extrême-gauche contrôle largement le monde intellectuel, les universités, les médias, Hollywood et une partie des Églises. En d’autres termes, les principaux relais d’opinion."

    Couverture médiatique

    Concrètement, cet appui s’est traduit par une couverture médiatique d’une partialité, d’un favoritisme et d’un chouchoutage éhontés. C’est sans doute la première fois que la presse américaine (à quelques exceptions près, tel Fox News) va aussi loin dans l’idolâtrie partisane. Pour ce qui est des médias occidentaux (dont ceux du Québec), ils ont encensé Obama et chanté ses louanges avec tant de complaisance et tant de courtisanerie que ça frisait l’indécence.

    "Le peuple médiatique, l’élite politico-intellectuelle, écrit Laurent Murawiec, ont décidé que rien n’empêcherait l’apothéose de leur candidat. Tout ce qui pouvait nuire à Obama serait donc omis et caché; tout ce qui pouvait nuire à McCain serait monté en épingle et martelé à la tambourinade ."

    Obama a pourtant plein de squelettes dans le placard. Daniel Pipes (spécialiste de l’islam radical) a mis en relief les relations d’Obama, tout au long de sa carrière, avec l’islam extrémiste. En particulier avec "The Nation of Islam", dont le leader, Louis Farakhan, est un raciste et un antisémite. Et, que dire de son pasteur pendant 20 ans, Jeremiah Wright, un raciste anti-blanc et un fasciste noir mégalomane antiaméricain. "Je ne l’ai jamais entendu parler ainsi", protestait Hussein Obama. Il devait roupiller durant les prêches du pasteur.

    Une dernière mauvaise fréquentation: son amitié avec Rachid Khalidi, ancien porte-parole de l’OLP, ennemi déclaré et haineux d’Israël. Avec de pareils copinages gauchistes et islamistes, Obama, selon Daniel Pipes, "ne répondrait pas aux critères de sécurité exigés pour l’engagement des employés du gouvernement fédéral". Il est maintenant Président des États-Unis et Commandant en chef des armées américaines! Très rassurant!

    La théocratie iranienne

    À l’étranger, Obama était le candidat préféré. "Enfin, un Président compréhensif et pacifique, qui va retirer les troupes d’Irak, faire des pressions sur Israël pour que ce pays fasse toujours plus de concessions aux islamistes dont l’objectif est d’anéantir l’État juif et discuter gentiment avec le clown de Caracas et l’illuminé de Téhéran". J’ai bien peur que devant tant de gentillesse, les ennemis de l’Amérique et de l’Occident en profitent pour se renforcer, ce qui inclut une théocratie iranienne détentrice de l’arme nucléaire.

    John McCain a fait une sortie honorable. Mais, il aurait pu dire, sous le coup de la déception: "Au fond, j’ai été battu par quoi? De l’argent et des votes ethniques!"

    Ça ne vous rappelle pas un certain soir de 1995? Les médias, "meneurs de claques" d’Obama, auraient trouvé cela odieux et mesquin. Mais, en réalité, concernant l’argent, McCain aurait eu raison. Le trésor de guerre d’Obama était alimenté par les riches et le Grand capital. Il se chiffrait à plus de 700 millions de dollars. Quatre fois plus que McCain qui, lui, s’était conformé aux contraintes du financement public. L’orgie de dépenses en propagande du clan Obama n’a scandalisé personne dans le monde médiatique. Les journalistes et reporters trouvaient que ce coûteux et gigantesque lessivage de cerveaux était un bon coup, admirable à tous égards. Quant au vote des Afro-Américains, il était, pour Obama, à hauteur de 96%. Si les Blancs avaient voté McCain à un niveau pareil, la presse et l’élite politico-intellectuelle auraient hurlé au racisme, au vote racial!

    "Le gentil Obama, écrit Yvan Rioufol, du Figaro, qu’on n’imagine pas en cow-boy, saura-t-il éviter la facilité d’une diplomatie angélique, uniquement construite sur le  »soft power » et les amabilités?"

    J’en doute fortement!

    16/11/2008 à 0 h 40 min
  • grepon le texan Répondre

    " Porno, drogue, paresse, vieillesse, athéisme… Ajoutez  "mangeurs de porcs" et vous aurez le discours à l’égard des européens le plus intégriste des pires islamistes avec lesquels, cher Grepon, vous semblez avoir quelques points communs. "

    Vous avez oublie la liberte d’expression, la liberte des femmes, la liberte economique(voyons leur lois sur la finance), le sort des homosexuels, le pedophilie(Muhammed c’est le beau modele!), etc, etc, liste tres incomplete.     Par faute d’avoir fait assez d’enfants, l’Europe descend dans ce merdier ignorant et totalitaire qu’est l’oumma.    Mais, continuez tout de meme a s’attaque au messager si ca vous fait du bien.
      

    15/11/2008 à 18 h 03 min
  • janus33 Répondre

    ALAIN, ce n’est pas Bush qui a ruiné l’économie, mais bien les démocrates qui en sont à l’origine, renseignez vous avant de dire n’importe quoi !

    15/11/2008 à 14 h 20 min
  • Ben Répondre

    Bonjour, Grepon. Alex Jones est un animateur de radio et un cinéaste plutôt connu et texan comme toi alors je présumais que tu le connaissais. Il a plusieurs sites; les deux que je visite régulièrement sont INFOWARS et PRISON PLANET. Il ciritique durement tout ce qui menace les libertés; il se méfie fortement des gouvernements, surtout le fédéral. Il affirme beaucoup d’accusations très graves contre les fonctionnaires de Washington, et les soupçonne de préparer des abus toujours plus oppressifs. Toi qui es sur place, tu pourrais mieux juger s’il exagère ou non, mais puisque tu ne le connais pas, je demanderai à quelqu’un d’autre.

    J’avais déjà pensé que le grand nombre de vétérans de guerre dissuade l’état d’agresser les citoyens; je suis content que tu le confirmes. D’ailleurs les abus de pouvoir de Washington peuvent être contrés pacifiquement par les gouverneurs, les cours suprêmes et les parlementsde chaque état. Et même si ces contre-pouvoirs ne suffisaient pas, des manifestations pacifiques de citoyens intimideraient les tyranneaux.

     Toutefois une chose me déçoit: les Américains n’utilisent presque jamais leur autorité de citoyen pour arrêter les flics véreux. Ceux que je méprise le plus sont les ennemis du droit de se défendre. Chaque habitant d’un pays démocratique a le droit de mettre n’importe quel criminel en état d’arrestation. Quand des mauvais flics attaquent une liberté d’un citoyen, des hordes de compatriotes devraient leur tomber dessus tellement nombreux que ces ripoux se rendraient sans même penser à combattre.

    Á moins que je sois mal informé, les Américains n’arrêtent presque jamais leurs flics ou élus véreux. Pourtant c’est la seule façon de montrer que le citoyen est maître et le fonctionnaire serviteur. Vous qui êtes bien armés, vous devriez montrer cet exemple au monde. La démocratie, c’est l’autorité du peuple sur l’état. Or je ne vois quasiment jamais un peuple exercer cette autorité en capturant les abuseurs de pouvoir. C’est décevant. Á quoi bon avoir le droit de porter des armes si on ne met pas les crapules en état d’arrestation? Les citoyens sont au moins cinquante fois plus nombreux que les fonctionnaires, la victoire facile serait garantie et les taxes baisseraient comme par magie!

    15/11/2008 à 12 h 04 min
  • Jaures Répondre

    Plusieurs remarques, cher Nathaniel:

    Tout d’abord, vous affirmez que les medias sont "de gauche et violemment de gauche". C’est une opinion qui n’engage que vous. Reste à prouver que Mrs Lagardère et Bouygues, qui controlent l’essentiel des medias en France sont de dangereux islamo-marxistes. Voilà un excellent exercice de rhétorique. Par ailleurs, si l’on exclue les 4V des medias de gauche (sinon c’est à désespérer !), les éditoriaux de G.Millière ont ils été ces derniers mois des modèles de clairvoyance ? Je vous invite à relire ses archives, c’est à pouffer !

    Par ailleurs, je doute que les Américains aient voté "contre les valeurs judeo-chrétiennes imprégnées de philosophie greco-romaine". Outre que ces deux idéologies sont en de nombreux points contradictoires, je ne pense pas que les américains aient vu si loin en mettant leur bulletin dans l’urne. Je pense qu’ils ont simplement perdu confiance en la gestion républicaine et, comme vous le dîtes, choisi le changement. Ce qui n’est rien qu’un fonctionnement normal de la démocratie.

    Enfin, il ne faut pas perséverer dans cette caricature de 1968. Cette révolte n’a guère concerné qu’une minorité. Elle s’est, pour la majorité, traduite par des revendications syndicales puis par un retour à l’ordre établi. Les quelques avancées sociétales qui ont suivi sont apparues également dans d’autres pays: droit à l’avortement, à la contraception, autonomie de la femme, …De nombreux états des états unis ont connu des turbulences comparables, ce n’était en rien un mouvement spécifiquement français.

    Rassurez-vous, Obama, poursuivra la politique pour laquelle il a été élu: plutôt en faveur de la middle class supérieure dont il est issu. La couleur de peau importe peu face aux origines sociales.

    Vous avez cependant raison: l’élection d’un noir en France n’est pas près d’arriver. Mais il y a à cela des raisons historiques et sociologiques (l’arrivée d’Africains en métropole est relativement récente et leur part dans la société française est bien inférieure aux Etats Unis). Beaucoup de choses sont à copier aux States, notamment la diversification des modèles médiatiques (à la télé américaine, un noir peut être policier, chirurgien, président quand en France il n’est souvent que deuxième couteau, délinquant ou rigolo).

    15/11/2008 à 12 h 01 min
  • Laudance Répondre

    Encore une fois, l’intelligentsia française autoproclamée est à côté de la plaque, à côté de ses pompes selon l’expression populaire. En effet, comme le dit si bien Ivan Rioufol, dans son dernier bloc-notes (Le Figaro), elle ne voit qu’un Noir en la personne de Barack Obama qui est aussi, rappelons-le, à moitié Blanc. Mais il s’agit-là d’une vision européenne alimentant un aveuglement partisan, car on est loin d’un tel raisonnement (?) aux USA où seule une partie de l’électorat « black » a peut-être eu une telle approche, la majorité de celui-ci étant favorable  depuis longtemps au Parti démocrate.

    Il me faut donc à nouveau taper sur le même clou, faire entendre un autre son de cloche que celui répercuté par les propagandistes de la vraie gauche et de la fausse droite françaises soutenues jusqu’au cœur du pouvoir, dans les couloirs et la chambre à coucher de l’Elysée, sans oublier les travées de l’Assemblée nationale via le PS et l’UMP. Alors, au risque d’enfoncer une porte ouverte, je rappelle qu’un tel point de vue étroit n’existe pas aux USA où l’on a dépassé ce stade-là depuis longtemps. Pour la plupart des gens aux Etats-Unis, qu’ils soient Noirs ou Blancs, et surtout dans sa tête à lui, Obama est Américain tout simplement.

    D’abord Américain ? Même pas car, loin des salons européens et davantage encore des cénacles parisiens, la question ne se pose pas, même s’il m’est arrivé d’utiliser à tort ce « d’abord » déjà réducteur par rapport à ce qui est une évidence aux yeux de mes voisins du sud, à l’exception de quelques irréductibles et récalcitrants. C’est la raison pour laquelle, bien qu’ayant été et demeurant favorable à John McCain, je n’éprouve aucune crainte concernant les priorités du nouveau président : elles ne seront ni noires, ni blanches, car elles seront américaines même si, de votre côté de l’Atlantique, de doux rêveurs ont cru voir et trouver en lui la copie d’un Européen.

    Heureusement, ce n’est pas le cas et cela me réjouit au-delà d’un autre constat selon lequel, quelles que soient la gravité d’une situation et l’ampleur d’un problème,  les USA disposent encore et toujours des atouts nécessaires pour faire face à l’une et résoudre l’autre, à commencer par la faculté qu’ont les Américains de se rassembler et de réagir, même dans les pires moments, contrairement à l’exemple donné ces derniers temps par l’Europe en général et la France en particulier. S’il le fallait encore, l’actualité la plus récente est là pour nous le rappeler, à l’heure où le pauvre PS français continue à se déchirer, à livrer des combats d’arrière-garde via des querelles personnelles de bas étage sans l’ombre d’une importance.

    Quelle différence avec les opérations en cours à et autour de la Maison Blanche où George W. Bush, Barack Obama, John McCain, Hillary Clinton et compagnie se rencontrent, se parlent entre eux, ont rentré les couteaux tirés pendant la campagne électorale et se mettent ensemble au travail pour se conformer au message délivré par le peuple américain. Ce dernier ne comprendrait d’ailleurs pas qu’il en soit autrement, donnant ainsi une nouvelle leçon de démocratie à ceux qui n’ont que ce mot à la bouche, mais en font le cadet de leurs soucis. Et d’autres représentants des deux camps sont aussi attelés à la tâche constituée par une succession à préparer et par la défense prioritaire des intérêts du pays.

    Ai-je rêvé en écrivant cela ? Non car, malgré les coups bas donnés avant la proclamation du résultat, il en va ainsi après, quand le choix est fait. Certes, c’est difficile à croire à Paris où la hache de guerre n’est jamais enterrée, mais c’est, entre autres, en ça tout d’abord que la France et les Etats-Unis diffèrent. Et puisque je viens d’utiliser le mot guerre en évoquant la hache maniée avec tant d’acharnement par les Français soi-disant les plus intelligents, surtout dans le camp des vaincus, Obama va décevoir ceux qui s’imaginent encore que son spectre va s’éloigner à la suite du choix effectué aux USA à la (trop) grande joie du monde entier.

    En effet, ce dernier a décrété qu’une fois George W. Bush parti et Barack Obama installé, les risques de guerre vont diminuer, voire disparaître, alors que c’est peut-être le contraire qui va se produire, étant donné que ceux qui vont tester l’élu risquent de rencontrer un mur… qui sera celui de leurs lamentations. Quel manque de lucidité. Quelle illusion fleurant bon la débilité, car un « religieux » iranien vient de rappeler qu’il est impossible de dialoguer avec des fous furieux. Pourquoi ? Parce que si Obama ne change pas la politique de son pays, ce sera « mort à l’Amérique » (sic). Malgré le pacifisme que les dhimmis européens attendent de sa part, il ne les suivra en aucun cas sur ce terrain qui n’est pas américain.

    15/11/2008 à 4 h 58 min
  • chevalier teutonique Répondre

    Hitler devait écrire en 1945 :

    " Les lois de la nature suivent une logique qui ne se conforme pas toujours nécessairement à l’idée qu’on se fait de la logique. Nous avons nous-mêmes été disposés au compromis. Nous étions prêts à abandonner nos ambitions pour la survie de l’empire britannique; et tout cela alors que, pour dire la vérité, j’ai beaucoup plus de sympathie pour le dernier des Hindous que pour n’importe lequel de ces insulaires arrogants. Plus tard, les Allemands seront heureux de n’avoir aucunement contribué à la survie d’un état si dégénéré que le monde futur aurait eu du mal à les pardonner. Nous pouvons à coup sûr faire une prophétie: à la fin de cette guerre, l’empire britannique se trouve au bord d’un précipice. Il a été mortellement blessé. Le destin de ses habitants est de mourir de faim et de tuberculose sur leur île maudite. "

    15/11/2008 à 3 h 15 min
  • chevalier teutonique Répondre

    Vous ne trouvez pas qu’ils vont bien ensemble… Dimitri Medvedev et… Boris Johnson, le Bouffon de Londres ?!

    http://www.lefigaro.fr/actualites/2008/04/29/01001-20080429ARTFIG00014-boris-johnsonle-bouffon-de-londres.php

    http://www.youtube.com/watch?v=ONXp-vpE9eU

     

    15/11/2008 à 3 h 04 min
  • Jan Répondre

    « […]Or, le peuple américain s’est massivement prononcé pour le deuxième.[…] » Dans vos rêves (et ceux de nos journaleux minables)! Faites donc la comparaison vous-même: Ca c’est une victoire massive: http://www.presidency.ucsb.edu/showelection.php?year=1980 Ca n’en est pas une: http://www.presidency.ucsb.edu/showelection.php?year=2008

    14/11/2008 à 12 h 12 min
  • Jaures Répondre

    Porno, drogue, paresse, vieillesse, athéisme… Ajoutez  "mangeurs de porcs" et vous aurez le discours à l’égard des européens le plus intégriste des pires islamistes avec lesquels, cher Grepon, vous semblez avoir quelques points communs. 

    14/11/2008 à 11 h 59 min
  • chevalier teutonique Répondre

    Et pendant ce temps, que font nos Compères britanniques ?

    ILS VEULENT TOUS RAJEUNIR LA GRANDE-BRETAGNE !!!

    http://www.cyberpresse.ca/international/etats-unis/200810/02/01-25617-je-suis-pret-clame-le-chef-conservateur-david-cameron.php

    14/11/2008 à 11 h 08 min
  • Anonyme Répondre

    D’accord avec Grepon.

    J’aimerai ajouter que depuis assez longtemps, l’opinion française est habituée aux critiques à l’égard de George Bush et des Républicains. Ces critiques sont essentiellement véhiculées par les médias. Or, ces médias sont, nous les savons pertinemment, de gauche et même violemment de gauche. Par conséquent, est il juste d’accorder une objectivité à cette opinion dont nous sommes nourris?

    Le problème est que nous ne mâchons pas l’information avant de l’avaler. En d’autres termes, nous n’analysons pas ce que nous entendons ou lisons. Ainsi, nous sommes très récéptifs à la moindre critique vis àvis de l’adminitration sortante.

    Un exemple simple mais Ô combien symbolique: l’accusation d’unilatéralisme des Etats-Unis lors de l’attaque de l’Irak. Le 8 novembre 2002, le Conseil de Securité de l’ONU vote à l’unanimité la résolution 1441. Elle donne une dernière chance à l’Irak de Saddam Hussein de désarmer dans les 30 jours, sous peine de "sérieuses conséquences". Cette résolution est l’aboutissement des plusieurs années de contrôles et de négociations. Or, l’Irak s’empressa alos de bloquer l’accés de ses installations militaires aux représentants de l’ONU. Cela signifiait clairement un rejet de la résolution. En conséquence de quoi les Etats-Unis et leurs alliés (dont à peu près la motié des pays européens) ont decidé de faire respecter (entre autres) la décision de l’ONU (bien que la France s’opposa par son veto).

    Des exemples comme ceux ci, le passé en regorge. Cependant, les médias français décident de jouer (avec la bénédiction des pouvoirs politiques) la carte de l’anti-américanisme.

    C’est ainsi que l’opinion française approuve à plus de 80% l’éléction d’Obama.

    A ce sujet, notons que les élécteurs américains ont voté Obama non pour son programme, qui est classiquement démocrate, mais pour le symbole. Et quel est ce symbole? La chute des valeurs occidentales, fondées sur un modéle judéo-chrétien, impregnées de philosophie gréco-romaine est axées sur les notions de Liberté, de Patriotisme, d’Etat de droit, de Culture, de Famille, de Rationalisme et de Travail. La Révolution Française et mai 68 ont remplacé Etat de Droit,Culture et Travail par Solidarité,Egalité et Fraternité (changements effectués par une violence rarament atteinte en politique française)

    Si on se penche sur l’histoire des Etats-Unis, il en ressort que les Républicains sont beaucoup plus proches des valeurs qui ont fondé la tradition française (et sa réussite, par ailleurs) que les démocrates, qui sont plus proches des valeurs propagées par mai 68.

    Aussi, il peut être judicieux de comparer l’éléction de Brack Hussein Obama à un mai 68 américain, mais chacun en jugera à sa façon. D’un autre côté, la victoire d’Obama représente aussi la réussite du modèle américain qui a fait élire un président noir alors que la ségregation existait encore il y a 40 ans. Cela est impossible en France. Aussi, la réussite de ce modèle américain est bel et bien due à ces valeurs occidentales que la France renie de plus en plus et qui sont menacées partout dans le monde par des islamistes, des communistes ou d’autres extremistes.

    Vous comprendrez aisément que dans ce climat de fortes tensions internationales et idéologiques, il est nécessaire de resserer les rangs derrière notre identité, notre culture et nos valeurs. Déjà faudrait il parvenir à les redéfinir.  C’est pour cela que ceux qui sont encore attachés à notre culture européenne et soucieux de l’avenir de nos valeurs voient d’un mauvais oeil l’éléction d’Obama.

    On m’objectera que ce sont les américains qui ont voté Obama. Bush a commis, il est vrai, des erreurs. Mais chaque président commet des erreurs. Obama en fera beaucoup aussi. Je le répéte. Obama est un symbole. Les américains ont voté pour la notion de changement, sans même définir ce changement, sans même savoir ce qu’il faut en attendre, s’il est possible aujourd hui et surtout s’il est raisonnable. Les médias français ce plaisent à nous présenter l’image de l’américain débile, inculte et attardé. C’est en totale contradiction avec la passion française pour Obama. Comme si c’était justement parce qu’il était idiot que l’américain avait voté Obama…

     

    14/11/2008 à 9 h 51 min
  • grepon le texan Répondre

    "L’élection d’OBAMA marque au moins une chose : le début du grand réveil de l’Europe de l’Ouest et de l’Extrême-Orient."

    Ce reveil va etre le reveil d’un vieux, amer, et casse par des annees de fetes.   Car, VOUS N’AVEZ PAS DE JEUNES, pour constituer des armees, faute d’avoir fait assez.    Certains de vos immigres par contre, ont contribue plus et et plus souvent dans ce domaine par rapport leur nombres.   MAIS OUPS:  vous avez tres largement rate leur integration a votre civilisation.   Ils s’identifient au pays et au valeurs du tiers monde plus que au "valeurs" europeens.   Je met valeurs entre guillemets car on ne sait plus ce que c’est.   L’Europe qui saute aux yeux pendant une visite eveille est un melange de Pornostan, Drogueistan, Paressestan, Vieillistan, Atheestan.   C’est sympa, le hedonisme, mais ca vous rend une proie bien facile.

    14/11/2008 à 3 h 49 min
  • chevalier teutonique Répondre

    Les Américains, on les attend en Europe !! Et de pied ferme.

    14/11/2008 à 2 h 19 min
  • chevalier teutonique Répondre

    Regardez ce regard mielleux. N’est-il pas parfait pour être le 44e président des Etats-Unis ? Millière ? Votre Avis !

    14/11/2008 à 2 h 03 min
  • Anonyme Répondre

    A notre cher Kamarade !

    Les Américains ont été très malins : pensez donc, jouer sur la peur des Etats-Unis qu’éprouvent beaucoup de NN pour leur faire croire que celui – Obama – qu’ils ont élu a en fait été élu par la volonté des NN ( exactement comme les parisiens l’ont fait avec de#anoe et la peur du féminisme ), c’était rusé. Et puis les Américains, croyez-le bien, s’en contrefichent de savoir si leurs impôts seront plus ou moins élevés. Non, tout ce qu’ils veulent c’est bouffer, comme les parisiens, du NN. Eh, bien, ils ne s’en sortiront pas aussi facilement que ça. Je dirais même : tel est pris qui croyait prendre. Mais ça, les Américains ne le savent pas encore.

    14/11/2008 à 1 h 23 min
  • Luc SEMBOUR Répondre

     

    Je reproduis ici l’observation de Guy Sorman sur le sauvetage de GM, Ford et Chrysler, exigé par Obama et les démocrates: 

    « Assez archaïque aussi , la requête d’Obama à Bush : une subvention massive des contribuables pour les industries automobiles de Detroit . Il se trouve que Honda, Toyota et Suzuki , implantés dans le Sud des Etats Unis et qui emploient cent mille travailleurs américains ne sont pas en difficulté et ne seront donc pas soutenus . La différence ? Les constructeurs japonais aux US , sont mieux gérés et ne sont pas aux mains de l’ultime forteresse syndicale américaine , l’UAW , United Auto Workers . L’ UAW a contribué à la victoire d’Obama : c’est une machine à produire des voix autant que des emplois . L’ UAW a obtenu des conditions de travail exceptionnelles pour ses membres mais qui ont plombé les manufactures de Detroit . Commentaire d’un dirigeant de General Motors : GM est un système de sécurité sociale , retraites , hôpitaux etc… qui , accessoirement , fabrique des automobiles. »

    Obama ressort les vieilles recettes perdantes. Il va sérieusement plomber les USA. Une aubaine pour tous les concurrents économiques de l’Amérique.

    13/11/2008 à 23 h 22 min
  • grepon le texan Répondre

    Je ne connais pas d’Alex Jones, ni des histoires des milices de l’Obamessie. Pour prendre les armes d’une bonne partie des individus, il va falloir des police federaux, car je ne crois pas que les police du coin voudraient participer a ce genre de conneries. Meme le BATFE (Bureau federale d’Alcools Tabac et Armes a Feu) doit se demander si il et sense de repeter des scenarios comme Waco, apres ce que a fait McVeigh en reponse, sur leur batiment a Oklahoma City. Voila que plus d’un million de soldats =volontaires= se sont passe par Iraq ses derniers annees. Il ne faut pas beaucoup de personnages sur-patriotiques et bien entraine pour qu’une agence federale un peu trop tyrannique ne se retrouve dans la collimateur des professionnels de la destruction massive. Par allieurs, la plupart des possedeurs d’armes se manifesteront tres paisiblement, et agiront legalement de facon rapide et puissant contre ce genre de conneries. Pour ce qui en est de l’ONU, admettons d’abord qu’ils sont ridicule. Fin de conversation… Cheers.

    13/11/2008 à 22 h 21 min
  • Kamarad Répondre

    Résumons :

    George Bush est un homme d’état de génie, éclairé, intègre et dont l’inclination  au bien ne fait aucun doute.
    Barak Obama est au contraire un opportuniste retors, un fourbe, un traître à l’Amérique et une personnalité d’une rare duplicité.

    Or, le peuple américain s’est massivement prononcé pour le deuxième.

    La conclusion s’impose : les Américains sont de fieffés imbéciles. (Un peu comme les smicards qui votent à droite ou bien la poule qui se met sous la protection du renard)

    Vous voyez qu’il ne faut pas désespérer, puisque nous sommes déjà tombés d’accord sur un point : les ricains sont un peuple de dégénérés !

    13/11/2008 à 17 h 34 min
  • Ben Répondre

    Grepon, les Américains possesseurs d’armes sont en alerte. Obama est le futur président le plus ennemi du droit des armes depuis que l’Amérique existe. Et aussi le plus taxeur, ces deux vices vont toujours ensemble. Et il propose d’instaurer des milices pour espionner et tyranniser les gens. Vous les Texans, très partisans des armes individuelles et très opposés aux impôts et aux agents fédéraux, pensez-vous qu’Obama vous fait risquer des émeutes armées ou une guerre civile?

    Aussi, j’ai découvert Alex Jones il y a deux semaines. Si tu le connais, penses-tu que son alarmisme est excessif? Ou a-t-il raison de se méfier tellement de Washington et des Nations-unies?

    13/11/2008 à 13 h 54 min
  • chevalier teutonique Répondre

    Depuis la chûte du communisme, les Etats-Unis d’Amérique étaient à eux seuls le garant d’un nouvel ordre mondial. L’élection d’OBAMA marque au moins une chose : le début du grand réveil de l’Europe de l’Ouest et de l’Extrême-Orient. Ca, Guy Millière, si vous saviez à quel point ce sera brutal…

    13/11/2008 à 12 h 38 min
  • GNAFRON Répondre

    Voilà bien dans ces commentaires une illustration de ce que l’on voit systématiquement dans les débats franco-français: d’un côté une droite libérale qui défend des positions et en réfute d’autres par des propos argumentés, de l’autre une bien-pensance unique qui ne sait jamais qu’attaquer la personne au lieu du propos, et ne répondre que par l’insulte et la tentative de ridiculisation. « C’est qui ce Millière? », « Quel con, ce journaliste », c’est plus facile à écrire qu’un développement clair d’arguments qui, eux, seraient estimables et feraient peut_être avancer le débat.

    13/11/2008 à 7 h 33 min
  • IOSA Répondre

    Un réveil brutal ???

    Si c’est le même que nous avons eu après l’élection de Sarkosy, les américains vont en baver…quoique ?

    Lui au moins ne prétend pas devenir le président du pouvoir d’achat, ni même avoir des actions chez Karcher.

    Mais au fait, est ce que les ricains ont critiqués les élections en france ?

    Parce que Ray-ban et Rolex, ca donne un air américain, non ?

    12/11/2008 à 22 h 38 min
  • grepon le texan Répondre

    " Bush a ruiné l’économie et la réputation des US, je ne vois pas comment Obama peut faire pire."

    Curieux, l’Administration Bush a decrie des 2003 les pratiques de Fannie et Freddie qui empilaient des montagnes de dettes douteuses dans le system financier.    L’Administration a appele sans cesse que Congress reglementent ses deux organisations de facon rationnelle.   Les Republicans au Congress ont essayer multiples fois le long de l’Adminstration Clinton et Bush de limiter les degats.   N’ayant pas les votes pour avoir raison, ils ont perdu leur cause multiple fois.   Ils n’ont pas eu les votes necessaires merci a l’enorme effort de lobbying…c.a.d. paiements en cash ou dans d’autres formes…par Fannie et Freddie directement au represantants et senateurs.    Les Democrats ont ete bien sur les benificieres les plus important, vu que les activites ouvertment stupide de Fannie et Freddie allaient dans leur sens. 

    L’economie reelle vient de se casser la geule, mondialement, merci a des tres stupides interventions du gouvernment americain dans le marche des prets immobilier datant "des annees Clinton."   Clinton a ete du mauvais cote de la question, Bush du bon cote des 2003.  

    Mais il ne faut pas se leurrer par la question de qui a ete president.  Le vrai pouvour aux Etats Unis reste dans le Congress, et surtout dans les "committees" du House of Representatives, la chambre responsable des depenses et du budget.   Obama sera desastrueux sur le front domestique largement du fait qu’il va signer n’importe quelle bouse de loi qu’un Congress Democrat va lui envoyer.  Il peut faire des degats sur le front domestique aussi en tirant sur les levier des divers organisations de lExective Branch, genre, DOJ, FBI, FCC, Homeland Security, FDA, EPA, etc.   MAIS, LA OU IL A LE PLUS DE LIBERTE D’AGIR, C’EST DANS LES AFFAIRES ETRANGERS.    Le role du president est bien moins entrave dans ce domaine, ou vous vous trouver dans ce domaine.

    12/11/2008 à 17 h 02 min
  • foukamarine Répondre

    Les "médias"européens ont trouvé plus facile d’ensencer et non pas d’encenser dans la crétinisation plutôt qu’en voir toute l’étendue.Ils vont vite déchanter.Pour se consoler de la défaite de Royal ils ont embrassé Obama,tant pis.Nous nous plaçons toujours en donneurs de leçon…mais nous n’en avons pas les moyens.

    12/11/2008 à 16 h 24 min
  • Anonyme Répondre

    Merci de rappeler l’importance de Reagan dans la chute du communisme !

    12/11/2008 à 15 h 50 min
  • ga Répondre

    lorsque l’Amérique est forte, la liberté avance sur la planète, alors que, lorsque l’Amérique vacille ou s’égare, une période de tumultes et de douleurs commence… C’est absolument vrai; y’a que les ignorants qui contrediront cela. Le bond de liberte qui c’est passe dans plusieurs pays dans les annees Bush est extraordinaire. Je sais ce que je dis, je vis dans un pays islamique… Bush a clairement tout fait pour faire honte a tout ce qui est mal : Shaming evil.

    12/11/2008 à 14 h 43 min
  • HEFF Répondre

    La victoire d’Obama c’est un peu la victoire de Chirac contre Le Pen en 2002, mêmes lobbies, mêmes méthodes de voyou, même hystérie collective, même intoxication médiatique, même manipulation des foules, même mauvaise foi, cette fois les dindons de la farce sont les communautés noires et les wasps lobotomisés, nouveaux dhimmis du nouvel ordre mondial.

    Les américains pourront méditer sur le sort de la France après 15 ans de chiraquie, la racaille impose sa loi aussi bien aux politiciens qu’aux honnêtes gens et les Français sont devenus des citoyens de seconde zone dans leur propre pays.

    Il y a une juste une petite différence d’emballage, Rahm Emmanuel ne sera peut être pas le Villepin que certains attendaient, mais au final les gauchos s’en contrefichent, ils ont eu leur petite minute de jouissance anti-raciste avec Obama et leur reste n’a pas d’importance.

    12/11/2008 à 13 h 12 min
  • Anonyme Répondre

    Milliere Guy c’est qui?Pfffffffffffffffffffffffff

    non non , c’est un analyste éclairé de géopolitique ,un stratège de haut niveau et un professeur d’idées . ne vous moquez pas !!

    12/11/2008 à 9 h 08 min
  • Over Répondre

    Les américains ont trop longtemps vécu à crédit pour le bonheur de différentes économies de la planète. C’était cela le vrai-faux dynamisme dont vous parlez. Aujourd’hui, ils sont rattrappés par près de 30 années d’irresponsabilité financière. Le rideau de fumée a disparu. Il va va falloir respecter comme tout le monde les fondamentaux du capitalisme. En cela, ni le président  actuel ni le prochain n’ont de solutions miracles face à cet océan d’irresponsabilités !!!

    12/11/2008 à 6 h 43 min
  • Anonyme Répondre

    lorsque l’Amérique est forte, la liberté avance sur la planète en France, alors que, lorsque l’Amérique vacille ou s’égare, une période de tumultes et de douleurs commence en France

    12/11/2008 à 5 h 58 min
  • Olivier Répondre

    La France est raciste et grave hypocrite en plus.

    Milliere Guy c’est qui?Pfffffffffffffffffffffffff

    12/11/2008 à 5 h 22 min
  • OBAMA Répondre

     

    Quel Con ce journaliste.

    un  oiseau de malheur. Une analyse baclée! imbibée de quelque chose de .. quelcun de pas content dans son âme de l’élection de Obama.

    Paix chez vous

    12/11/2008 à 4 h 55 min
  • Revobama Répondre

    Tu n’as pas tort sur certains points, mais tu exagères beaucoup sur certains autres…
    Dans ton discours, on sent la peur d’un possible changement, et puis avec Obama à la présidence, ça a ,dans l’immédiat, calmée l’atmosphère.
    Pour ce qui est des terroristes et autres dangers pour l’humanité, le fait qu’il se "réjouissent" (la je pense que tu exagères un peu), ouvre la porte à un discours qui n’était pas possible avec l’administration Bush.Quoiqu’il en soit cela sera un pas en avant selon moi

    12/11/2008 à 2 h 25 min
  • alain Répondre

    Bush a ruiné l’économie et la réputation des US, je ne vois pas comment Obama peut faire pire.

    12/11/2008 à 1 h 36 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: