Personne n’influence Donald Trump…

Posté le 02 mai , 2018, 9:30
13 mins

Grèves paralysantes et ruineuses, échec à évacuer 100 zadistes de Notre-Dame des Landes, alors que leur « trêve hivernale » est largement dépassée, tirs de missiles ratés en Syrie soulignant l’impréparation militaire française, étudiants-voyous acharnés à refaire Mai 68 …

On se demande, devant tant de plaies, si le président français n’avait pas mieux à faire que de se rendre à Washington.

Les journalistes se sont focalisés sur l’événement, un « grand expert », forcément infaillible, expliquant doctement au journal du soir que Macron avait la lourde responsabilité, en tant que génie européen lucide, « de devoir faire entendre raison à Trump et raffermir une Merkel affaiblie ».

Merkel était programmée juste après lui, avec le même message, mais sans pouvoir prétendre à la pompe et aux honneurs réservés à Macron.

Trump a tenu à rendre toutes les faveurs déployées pour lui le 14 juillet dernier.

On se félicite que Trump honore ainsi la France et une relation spéciale bicentenaire. Mais il faut bien admettre que, si le public américain s’est intéressé aux talents d’organisatrice de Mélania, il est resté indifférent à la visite du couple français.

Tout au plus a-t-il remarqué avec perplexité, une fois encore, la fascination apparemment incontrôlable de Macron pour Trump, ses impulsions à rechercher un contact physique.

Comportement peu présidentiel (ou présidentiel à la Brejnev) qui semble jusqu’ici amuser Trump, au lieu de l’agacer.

Lors de la conférence de presse commune à la Maison blanche, il a répondu à cette familiarité en époussetant les pellicules de Macron de son revers de veste.

Geste paternel ? amical ?

On sait que les Américains con­sidèrent qu’au-dessus d’un certain revenu, les odeurs corporelles, les dents jaunes, les cheveux gras, ou encore les pellicules sont des offenses sociales impardonnables.

Alors nous ne sommes pas fiers.

Sur le fond, non plus.

Être invité à Fox News Sunday, la plus prestigieuse des émissions du dimanche matin, ce n’est pas rien.

Hélas, l’hôte Chris Wallace, pourtant démocrate et critique de Trump, eut vite fait de faire apparaître les incohérences de Macron.

Interrogé sur le bien-fondé de l’accord avec l’Iran des ayatollahs, Macron répondit (dans son anglais de 3e) qu’il ne voyait aucune raison de reculer, ni même comment cela serait possible.

Avant de répéter deux jours plus tard devant le Congrès : « L’Iran n’aura jamais l’arme nucléaire, ni maintenant, ni dans 10 ans » ! Qui l’aura renseigné dans l’intervalle ?

Interrogé sur la « relation spéciale » entre les deux pays, il eut le réflexe narcissique d’y voir une allusion à « sa relation » avec Trump et aggrava la bourde : « C’est sans doute parce que nous sommes tous deux des étrangers au système. »

Lui, un étranger à ce même système qui l’a imposé « du haut » ? Qui croit-il abuser ?

Sérieusement, cette intimité de façade entre Macron et Trump ne saurait faire oublier les différences fondamentales entre le mondialiste politiquement correct qui a mémorisé toutes les causes erronées chères à l’UE (réchauffisme, droits de douane à sens unique, interventionnisme humanitaire, Iran …) et le patriote conservateur qui pense par lui-même et, surgi du peuple, s’est imposé contre le système.

Aux États-Unis, ce qui occupait les esprits la semaine dernière, ce n’était pas les deux visiteurs européens, mais la confirmation de Mike Pompeo au poste de Secrétaire d’État
Cette confirmation a eu lieu grâce au sénateur libertarien Rand Paul qui a compris à temps que Trump entendait tenir ses promesses de désengagement au Moyen-Orient, tout en ne se défaussant pas de ses responsabilités.

Par conséquent, les faucons choisis pour l’épauler sont parfaitement alignés sur la politique voulue par Trump, le suivront et le serviront dans son projet de restructuration des relations de l’Amérique avec le monde sur le long terme.

Le 12 mai prochain, Trump décidera soit de renégocier l’accord avec l’Iran signé par Kerry soit, plus vraisemblablement, de s’en retirer, vu les réactions attendues des autres partenaires.

Personne ne sait ce qu’il décidera, mais ce qu’il décidera sera le résultat de calculs géopolitiques, pas d’influences supposées.

Personne ne peut se vanter d’influencer Trump : ni Bolton, ni Pompeo, parmi les conseillers. Ni Mélania, ni Jared, ni même Ivanka, dans le cercle familial. Et surtout pas le petit Macron !

La version longue de cet article est disponible ci-dessous pour les abonnés :

Grèves paralysantes et ruineuses, échec à évacuer 100 zadistes de ND des Landes alors que leur “trève hivernale” est largement dépassée (en plus d’être indue, des squatteurs n’étant pas des locataires…), tirs de missiles ratés en Syrie soulignant le caractère purement symbolique de l’intervention et, préoccupante, l’impréparation militaire française, des étudiants-voyoux acharnés à refaire Mai 68, on se demande devant tant de plaies, si le président français n’avait pas mieux à faire que de se rendre à Washington.

Il est vrai que lui et son gouvernement ne souffrent en rien des troubles mentionnés ci-dessus et pour Macron, ce n’est jamais “la France d’abord”, c’est “la planète d’abord” ou “l’UE d’abord”. Les journalistes se sont focalisés sur l’événement, un “grand expert”, forcément infaillible, expliquant doctement au journal du soir que Macron avait la lourde responsabilité, en tant que génie européen lucide, “de devoir faire entendre raison à Trump et raffermir une Merkel affaiblie”. Merkel était programmée juste après lui, avec le même message, mais sans pouvoir prétendre à la pompe et aux honneurs réservés à Macron.

Trump a tenu à rendre toutes les faveurs déployées pour lui le 14 juillet dernier. Diner intime à Mt Vernon (pour la Tour Eiffel), parade militaire et fanfare (pour le défilé) puis dîner d’Etat, le premier de sa présidence, sur fond musical assuré par le Washington National Opera.

On se félicite que Trump honore ainsi la France et une relation spéciale bicentenaire. Mais il faut bien admettre que si le public américain s’est intéressé aux talents d’organisatrice de Mélania, il est resté indifférent à la visite du couple français. Tout au plus a-t-il remarqué avec perplexité, une fois encore, la fascination apparemment incontrôlable de Macron pour Trump, ses impulsions à rechercher un contact physique. Comportement peu présidentiel (ou présidentiel à la Brejnev) qui semble jusqu’ici amuser Trump au lieu de l’agacer: lors de la conférence de presse commune à la maison blanche, il a répondu à cette familiarité en époussetant les pellicules de Macron de son revers de veste! Geste paternel, amical? On sait que les Américains considèrent qu’au dessus d’un certain revenu, les odeurs corporelles, les dents jaunes, les cheveux gras ou encore les pellicules sont des offenses sociales impardonnables.

Alors nous ne sommes pas fiers.

Sur la substance non plus. Etre invité à Fox News Sunday, la plus prestigieuse des émissions du dimanche matin, ce n’est pas rien. Hélas, l’hôte Chris Wallace, pourtant démocrate et critique de Trump, eut vite fait de faire apparaître les incohérences de Macron: interrogé sur le bien-fondé de l’accord avec l’Iran des ayatollahs, Macron répondit (dans son anglais de 3e) qu’il ne voyait aucune raison de reculer, ni même comment cela serait possible, pour répéter deux jours plus tard devant le Congrès: “L’Iran n’aura jamais l’arme nucléaire, ni maintenant, ni dans 10 ans”! Qui l’aura renseigné dans l’intervalle? Interrogé sur la “relation spéciale” entre les deux pays, il eut le réflexe narcissique d’y voir une allusion à “sa relation” avec Trump et aggrava la bourde: “C’est sans doute parce que nous sommes tous deux des étrangers au système”.

Lui, un étranger à ce même système qui l’a imposé “du haut” ? Qui croit-il abuser?

Sérieusement, cette intimité de façade entre Macron et Trump ne saurait faire oublier les différences fondamentales entre le mondialiste politiquement correct qui a mémorisé toutes les causes erronées chères à l’UE (réchauffisme, droits de douane à sens unique, interventionnisme humanitaire, Iran…) et le patriote conservateur qui pense par lui-même et, surgi du peuple, s’est imposé contre le système.

Aux Etats-Unis, ce qui occupait les esprits la semaine passée, ce n’était pas les deux visiteurs européens mais la confirmation de Mike Pompeo au poste de Secrétaire d’Etat, grâce au sénateur libertarien Rand Paul qui a compris à temps que Trump entendait tenir ses promesses de désengagement au MO tout en ne se défaussant pas de ses responsabilités, que les faucons choisis pour l’épauler sont parfaitement alignés sur la politique voulue par Trump, qu’ils le suivront et le serviront dans son projet de restructuration des relations de l’Amérique avec le monde sur le long terme.

Le 12 mai prochain, Trump décidera soit de renégocier l’Accord avec l’Iran signé par Kerry ou, plus vraisemblablement, de s’en retirer, vu les réactions attendues des autres partenaires. Personne ne sait ce qu’il décidera mais ce qu’il décidera sera le résultat de calculs géopolitiques, pas d’influences supposées.

Personne ne peut se vanter d’influencer Trump: Ni Bolton, ni Pompeo.

Ni Mélania, ni Jared, ni même Ivanka.

Et surtout pas le petit Macron!

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

28 Commentaires sur : Personne n’influence Donald Trump…

  1. quinctius cincinnatus

    12 mai 2018

    Joslain Eveline ( j’ avoue avoir du mal avec le … ” genre “, mais peu importe ) veut nous faire … gober que ce ” primaire de l’ immobilier ” n’ est sensible à aucune ” influence ” bref que ce n’ est pas un … homme ( d’ Etat ) sous influence

    hé bien moi qui ai une assez longue expérience de la vie et … du mensonge je puis dire sans détours que Netanyahu et le lobby juif ” influent ” sur la pauvre pensée de Donald Trump

    dire le contraire c’ est mentir à ses lecteurs

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    9 mai 2018

    la dénonciation du traité avec l’ Iran par Donald Trump est surtout préjudiciable aux … intérêts … européens

    comme personne ne semble vouloir le dire, je le dis

    Répondre
  3. HOMERE

    8 mai 2018

    Le taux de chômage aux USA va passer en dessous de 4%…..

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      8 mai 2018

      et le taux de précarité et de pauvreté augmenter davantage

      cessez de croire que les E.U. sont un Paradis

      Répondre
  4. quinctius cincinnatus

    7 mai 2018

    ” Trump ne se laisse pas influencer, mais pour lui tous les moyens sont bons pour ” influencer ” …l’ opinion ”

    l ‘ hebdomadaire indépendant britannique ” The Observer ” révèle que le Président Trump aurait engagé des enquêteurs …. israéliens ( tiens donc ! ) afin de ” salir ” les négociateurs américains des accords Iran-E.U. sur le nucléaire iranien

    Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    5 mai 2018

    confiant : …

    à la Convention annuelle de la N.R.A., à Dallas, Donald Trump fait interdire le port d’ arme à l’ intérieur de l’ enceinte où se tient le congrès

    ce qui ne l’ empêche pas d’ affirmer avec aplomb ( sic ) que si les clients du Bat’ aclan avaient été armés il n’ y aurait pas eu de tuerie

    en effet quelques 6.35 contre des armes d’ assaut chacun en connait la redoutable efficacité et le fort impact de dissuasion

    et des Trump il y en a plein sur les ” 4Vérités “

    Répondre
  6. quinctius cincinnatus

    4 mai 2018

    ” personne n’ influence Trump ” … sauf le Procureur Fédéral

    Donald Trump change son système de défense et avoue avoir payé 130.000 U S § pour acheter le silence d’ une actrice porno

    je pense que ” Les 4 Vérités ” si à cheval sur la moralité chrétienne prendront en compte cet aveu

    en tout cas c’ est bien ce que je dis depuis toujours : Donald Trump n’ est qu’ un BEAUF ordinaire mais plein aux as !

    comme leader de la Moralité Internationale on peut trouver mieux !

    ” Sparte l’ emporte en vertu sur toutes les cités, car elle est la seule où se conduire vertueusement soit une obligation publique ”

    ” Xenophon ”

    Mrs Millière et Josselin, … les Etats Unis ne sont pas … Sparte

    Répondre
  7. quinctius cincinnatus

    3 mai 2018

    faites leur confiance … aux Américains

    la CIA juge l’ ETA plus dangereux que … Daech

    des flèches

    Répondre
  8. HansImSchnoggeLoch

    3 mai 2018

    Breaking news.

    Après sa mésaventure australienne Macron taxé de “pepe le pew” par un tabloïd australien.
    Pepe le Pew, (une moufette) est un cartoon qui essaie de caricaturer le “french lover”
    Tapez par exemple: “Pepe Le Pew is Odor-able” sur YouTube.

    LOL

    Répondre
  9. quinctius cincinnatus

    3 mai 2018

    – Donald Trump fait appel à un avocat spécialisé dans les procédures d’ empeachment ; cet avocat maître Flood avait déjà conseille … Bill Clinton

    – Donald Trump aurait remboursé les 130.000 US $ versés par son avocat à Stormy ( sic ) Daniels , une actrice porno )

    conclusion :

    qu’ ils soient démocrate ou républicain les Présidents américains sont faits du même bois

    qu’ en pensent les descendants des ” puritaIns ” ?

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      3 mai 2018

      La seule difference.
      Monica Lewinsky l’héroine du feuilleton Clinton se tait, serait-elle démocrate?
      Ou bien l’aurait-on dédommagée plus grassement?

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        3 mai 2018

        ce n’ était surtout qu’ une … stagiaire , pas une …” professionnelle ” !

        Répondre
        • HansImSchnoggeLoch

          3 mai 2018

          Pour une stagiaire elle a fait un blow job de professionnelle.
          Chapeau ou pipeau!

          Répondre
  10. BRENUS

    3 mai 2018

    Même si cela en fait chier beaucoup, y compris sur ce site, un minimum d’honneté intellectuelle oblige à dire que ce Trump, lui au moins, défend les intérêts de son pays. “Right or wrong, my country”. Après cela il peut se permettre de se faire traiter d’imbécile par le “primus inter pares” du genre.

    Répondre
    • Drakkar

      3 mai 2018

      Il fallait le dire.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        5 mai 2018

        on l’ a dit depuis longtemps et … après ?

        Répondre
  11. G De Sorne

    2 mai 2018

    Il serait grand temps que les journaleux français sortent de New-York ou de Washington DC pour visiter et rencontrer des VRAIS américains des villes et des campagnes et enfin qu’ils élargissent leurs lectures journalières , cad , le NY Times, le LA Times, le Washington Post (ou « compost » selon certains) et autre trash de San Francisco.
    J’ai lu dans le Monde et même dans le Figaro des articles qui étaient presque des coupes-colles bien traduits (il faut le dire!) de leurs collègues US. Quant à la TV Française, elle reprend des vidéos américaines d’origine parfois douteuse qui flattent leur idéologie et bien sur jamais celles de FOX News. Les commentateurs français “dans-la-rue” n’ont pas honte de rester dans leur quartier pour commenter des événements à 1000 miles de leur douillette résidence…
    Mais on voit ces gens aux réceptions de la cote Est, à L’ONU, aux consulats français (y’a là du camembert !) parfois à Hollywood, etc… et certainement pas aux manifestation des FFA (Futures Farmers of America), par exemple !
    En 55 ans ici, j’ai visité, pour mon travail, des centaines de villes d’Amérique du Nord et traîné ma famille dans une dizaine de déménagements à travers le pays et nous n’avons jamais vu un seul de ces zoiseaux là !
    Enough said…
    Regards.
    NB: les journalistes américains en poste en Europe partagent leur ADN avec leurs collègues français en poste aux US.

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      2 mai 2018

      Macron calls Australian leader’s wife ‘delicious’ — and demonstrates the perils of diplomacy in a foreign language.

      Ze french president made a blunder down under!
      Parfois il vaut mieux recourir à un traducteur patenté au lieu de vouloir faire le malin.
      Les Aussies ont bien du rigoler, le PM australien certainement moins.
      Gageons que sa femme va passer un mauvais quart d’heure.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        3 mai 2018

        ah si , pour nous, il n’ y avait que ces ” faux amis ” là !

        Répondre
    • quinctius cincinnatus

      5 mai 2018

      c ‘ est vrai ça ! certaines l’ ont fait et on pu constater que la société américaine ” allait mal ” … même sous Trump

      l’ effet Trump ? une … tromperie !

      en cela l’ effet Macron lui ressemble

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        5 mai 2018

        et onT …

        Répondre
  12. AMA

    2 mai 2018

    Trump n’est pas imprévisible, comme s’en chagrine de nombreux “pisse-copies” qui n’arrivent plus à maitriser le sujet. Trump, qu’ils le veuillent ou non, Trump c’est les Etats-Unis de demain, l’Europe de demain, la France de demain. Le bonhomme et les USA sont incontournables pour longtemps. S’ils venaient à manquer, la situation mondiale serait ingérable face à la Russie et à la Chine. Macron le sent bien . Il va lui faire une allégeance que celui-ci, conscient de la différence d’importance , accepte avec condescendance et onctuosité. Merkel suit, sans plus de résultats.

    Répondre
  13. quinctius cincinnatus

    2 mai 2018

    ” personne n’ influence Donald Trump ”

    l’ auteur de l’ article semble se féliciter que Donald Trump ait une structure mentale paranoïde

    il devrait se souvenir de Hitler, Staline , Mao et de bien d’ autres qui lui ont été mentalement semblables

    p.s. ; il existe à la C.I.A. comme dans tous les services de renseignement des spécialistes en psychologie qui s’ efforcent de dresser un ” profil ” mental et intellectuel des responsables politiques mondiaux les plus importants

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      2 mai 2018

      Sans avoir à sortir de l’ hexagone les psy auraient déjà du travail à temps complet pour établir le profil de tout le bestiaire politique français.
      Qui paiera pour cette vaste étude?
      Qui aurait le droit de lire leurs conclusions, est la question à € 1000.- que l’on peut se poser?
      Cela influencerait-il l’opinion d’un peuple déjà largement lobotomisé?

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        2 mai 2018

        c’ est aussi à la presse et aux autres media de faire connaître au plus grand nombre la réalité psychologique de ceux qui ambitionnent de nous ” gouverner ” pas de toujours lustrer le poil avec de l’ huile parfumée et dans le bon sens

        Répondre
        • HansImSchnoggeLoch

          2 mai 2018

          Ne faudrait-il pas au préalable passer la presse au même traitement?
          Mais qui alors évaluera les résultats?

          Répondre
  14. quinctius cincinnatus

    2 mai 2018

    avec un peu de chance [ … pour nous ] , Donald Trump finira comme … Nanard Tapie

    sont du même tonneau ces deux là et c’ est pour ça qu’ ils plaisent tant aux … imbéciles

    Répondre
  15. HansImSchnoggeLoch

    2 mai 2018

    Macron et Merkel sont rentrés bredouille de leur visite chez Trump.
    Apparemment le Donald de la Maison Blanche n’est pas le même que celui de l’ami public Walt.
    Une époque est révolue, celle du politiquement correct.
    Il faudra s’y faire, dur dur pour des gens qui se prenaient pour le nombril du monde bien pensant.

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)