Politique étrangère US : peu de changements avec les démocrates

Posté le novembre 15, 2006, 12:00
8 mins

Les campagnes électorales sont une chose, la gestion des affaires une autre. Les démocrates, désormais majoritaires au Parlement, grâce à leur critique de la guerre d’Irak, sont devenus solidairement responsables, avec le président Bush, de la politique étrangère américaine.

Ils veulent instaurer un dialogue direct avec l’Iran et la Syrie, et composer. Leur angélisme va se heurter à la réalité.

Le vice-Premier ministre irakien, Barham Saleh, en visite en Europe, a supplié la coalition : « Ne vous sauvez pas », sinon le pays éclatera en trois parties – sunnite, chiite, kurde – dans un bain de sang. L’intégrisme islamiste triompherait. Barham Saleh dit à la BBC : « L’Irak est un champ de bataille central dans la guerre contre le terrorisme international. » Certes, il ne fallait pas faire sauter le verrou anti-islamique qu’était Saddam Hussein. Mais il est impossible de faire marche arrière.

En Afghanistan, les talibans ont tué plus d’une centaine de soldats de l’OTAN, depuis le début de l’année. Se réclamant de « l’Émirat islamique d’Afghanistan », le mollah Omar, chef des talibans, a annoncé, sur Internet, « une intensification et une plus grande organisation de la résistance contre les croisés » dans les prochains mois, et prévenu : « Le larbin des envahisseurs, Karzaï, et ses associés, cherchent à s’enfuir. Nous n’allons jamais les laisser s’échapper. Ils seront traduits devant un tribunal islamique, dont la rigueur est bien connue. » Un retrait américain d’Irak et, éventuellement, d’Afghanistan, minerait la confiance en l’Occident des dirigeants des pays musulmans qui sont ses alliés, déjà affaiblis par la progression de l’intégrisme islamiste.

Au Liban, le Hezbollah veut décrédibiliser entièrement le gouvernement. Pourtant, celui-ci, c’est le moins qu’on puisse dire, ne cherche pas l’affrontement avec lui : « Le rôle de l’armée libanaise consiste uniquement à protéger le sud du pays de l’ennemi israélien », a déclaré Elias Murr, ministre de la Défense. La bande de Gaza, où s’infiltrent des armes venues d’Égypte, bouillonne. L’Iran demeure jusqu’au-boutiste. Il répète ses slogans judéophobes et confirme sa course à la bombe atomique. Le Hezbollah et le Hamas sont ses relais. La sécurité d’Israël – dont 50 chars furent détruits par les antichars russes du Hezbollah, cet été – est en jeu. Les démocrates y sont sensibles. Comme dit Mohammad Al-Zolfa, membre du Conseil saoudien : « Les Arabes ne doivent pas trop jubiler. Historiquement, le parti démocrate aux États-Unis est réputé pour un soutien à Israël plus grand que celui du parti républicain ».

L’histoire enseigne aussi que beaucoup de présidents démocrates se sont fait élire sur des discours pacifistes, puis ont fait la guerre. Woodrow Wilson, réélu en novembre 1916 sur le slogan « nous ne sommes pas en guerre grâce à moi », lança les États-Unis dans la Première Guerre mondiale, en avril 1917. Franklin D. Roosevelt les mêla à la suivante, en 1941. Harry Truman, envoya deux bombes atomiques sur le Japon en 1945, releva le défi de la Guerre froide en 1947, avec la doctrine qui porte son nom, et engagea les États-Unis dans la guerre de Corée, en 1950. En 1961, John Kennedy lança l’un des programmes d’armement les plus lourds en temps de paix : doublement du nombre de missiles nucléaires balistiques intercontinentaux Polaris ; augmentation du nombre de bombardiers stratégiques, des autres missiles, et des divisions en état d’alerte ; quadruplement des unités anti-guérillas. En décembre 1961, il envoya 15 000 hommes au Vietnam. En 1962, il fit plier Kroutchev dans la crise de Cuba. En 1964, Lyndon B Johnson, engagea massivement l’Amérique au Vietnam. En mars 1999, Bill Clinton envoya l’aéronavale américaine bombarder la Serbie, dans le cadre de l’OTAN.
La patronne du MI5 britannique, Eliza Manningham-Buller, vient de lancer un cri d’alarme : 200 cellules, regroupant plus de 1 600 activistes liés à Al-Qaida, préparent une trentaine d’attentats. Sont visés aussi la France, l’Allemagne, le Canada. « Aujourd’hui, nous assistons à l’utilisation de bombes artisanales. Demain, la menace pourrait être les agents chimiques ou bactériologiques, les matières radioactives et même la technologie nucléaire. »

Les États-Unis sont, eux aussi, exposés à ce type de menace. Il leur faudra stopper, sans tarder, la course iranienne à l’arme atomique. À la présidentielle de 2008, les démocrates auront à répondre de tout cela, devant le peuple américain. Bush le sait. Pour maintenir une politique étrangère énergique, il a reconduit dans ses fonctions le vice-président Dick Cheney, faucon d’entre les faucons.

17 réponses à l'article : Politique étrangère US : peu de changements avec les démocrates

  1. Anonyme

    21/11/2006

    Thanks, Luc Sembour. Valuable precisions.
    Best,
    Mancney

    Répondre
  2. Luc SEMBOUR

    20/11/2006

    M. Artur du Plessis a une vision plus claire des réalités américaines, que la grosse majorité des journalistes de média français.

    Année après année les sondages faits au sein de la communauté juive américaine par le Jewish Journal et bien d’autres, montrent que cette communauté présente les caractéristiques intéressantes suivantes: grosso modo, 25% votent républiciain, 25 % ne votent pas ou sont indécis selon les élections, et 50% votent démocrates. Enfin les sionistes dépassent ces clivages et au moins 90% des juifs américains sont peu ou prou sionistes.

    Or l’influence politique et financière de la communauté juive américaine est sans commune mesure avec sa base démographique (inférieure à 0.5 % de la population des USA, semble-t-il).

    Aucune décision importante en Amérique ne se fait sans que cette influence ne se fasse discrètement ou fortement sentir, du seul fait de la présence plus qu’active des membres de la communauté juive dans les rouages clés de la nation. Cette présence est particulièrement déterminée et efficace dans la finance, les média, la justice, l’enseignement et la politique. Du fait de la qualité de ses intellectuels, et du fait  de la puissance financière qu’elle sait pouvoir mobiliser au moment crucial, la façon de voir juive est largement présentée au public. Elle est promptement mise en oeuvre, dans beaucoup de domaines mais tout particulièrement bien sûr, en ce qui concerne le Moyen Orient.

    Il y a aussi une harmonie naturelle historique entre beaucoup de schémas de pensée protestants et juifs. Le patriarche spirituel historique reconnu des protestants est Saül, un érudit reconnu de la Torah juive du 1ier siècle, élève du chef d’école rabbinique Gamaliel. Saül fut un membre hyper-actif de la diaspora juive de Tarse, qui, après avoir très activement combattu à mort les premiers apôtres (lapidation de Saint Etienne), deviendra, après une conversion spectaculaire le grand chrétien Saint Paul. Les chrétiens de Jérusalem (dont le fameux Saint Pierre) continueront à se méfier de Paul jusqu’à sa mort survenue à Rome .

    Les indications précédentes, comme l’observation de la politique étrangère américaine passée des démocrates où s’exprime le plus ouvertement la voix des juifs américains, suffisent à démontrer qu’il n’y aura pas de paix américaine durable au proche orient tant qu’Israël ne sera pas lui-même en paix. Les démocrates seront toujours au moins aussi durs sur ce point que G. W. Bush. Leur arrivée aux affaires n’est pas une bonne nouvelle pour le Herzbollah, ni pour le Hamas ni pour l’Iran.   

    [email protected]

    Répondre
  3. R. Ed.

    20/11/2006

    C’est même beaucoup trop peu !!!

    A quand quelques zéros en plus ?

    Répondre
  4. Anonyme

    19/11/2006

    Pour les "Groupies" du chamelier libidineux et leurs amis et surtout  pour les idiots utiles si vous vous attendez à être remercier regarder donc comment l’ hôte de "Neufles le Chateaux" a remercier ses anciens hébergeurs de façon la plus sensible en un mot; DEHORS.

    A  méditer.

    Répondre
  5. Anonyme

    18/11/2006

    Jaures

    J’ai oublié avant de critiquer ma paille enlever la  poutre logée dans votre oeil droit et votre baobab enraciné dans votre oeil gauche.

     

    Répondre
  6. Anonyme

    18/11/2006

    Jaures

    Vous avez bien raison de ne aps vous avanturez sur le Viet-nam car vous seriez probablemnt descendu en flammes.

    Pour votre information ,les batteries de SAM installées au Nord Viet-Nam étaient manipulées par des soldats russes,les pilotes américains avaient rçu l’ ordre de ne pas les détriure afin ne pas internationaliser le conflit en blesant les artilleurs soviétiques.

    Pour la définition de bourbier,vous avez entiérement raison et ce terme peut s’ appliquer au climat reigants dans les banlieues françaises sous protectorat islamique.

    Merci de m’ avoir tendu la perche.

    Répondre
  7. Anonyme

    18/11/2006

    Jaures, vous avez raison, ce n’est pas drole. Mise au point : Les opinions que vous exprimez dans vos posts, ne me dérangent pas du tout, car comme tout libéral, (sens Francais, évidemment), je ne concois pas un Monde ou il n’y aurait pas de Socialiste, pas de communiste, de faciste, pas de pédés, pas de nonnes, etc.. whatever you say. Peut etre avez vous lu ce que je pense sur la DIVERSITE sur notre Planete, et bien il en est de meme, évidemment, pour les pensées, les opinions, les raisonnements, etc.. Pour bien fixer les idées, je répete :
    L’Enfer sur Terre, ce serait UNE Race UNIQUE, UNE Civilisation UNIQUE, UNE PENSEE UNIQUE , (comprenez, politique, philosphique, etc.) . Je comprendrais que vous n’approuviez pas, vous n’etes pas le seul, et tout ceci n’est pas a la mode aujourd’hui. Demain, je sais pas….
    Donc, Jaures, votre Socialisme ne me dérange pas, je veux dire que, sans le partager, je le respecte parfaitement. Vous n’etes pas un ennemi.
    Ce qui me dérange, et ce qui vous fait du tort, ce sont les incantations, les allégations qui fleurissent dans vos posts. Par exemple, intellectuellement parlant, vous n’avez pas le droit, (et moi non plus), d’écrire ca  : "L’Amérique doit à présent accepter de payer le prix de la guerre qu’elle a inoportunément déclanchée"
    sans le prouver, sans le démontrer, sans l’expliquer.
    Le jeux n’est pas, a mon sens, de se balancer des tracts a la gue .. le ou des "arguments de Rue", mais, plutot de discutter et d’échanger des opinions """argumentées""", apres lecture et réflexion de l’article de base, écrit par nos auteurs favoris.
    Comme je vous croit honnete, je pense que ces incantations, ces allégations sans back up, sont dues a l’influence de vos réunions politiques, ou le jeu est différent; on cherche des slogans pour avoir des voix, pour gagner tellle ou telle election, au parti, au syndicat. au C.E. , et les formules"chocs" passent mieux que les longues explications. C’est vrai, il y a un temps pour les slogans, et un temps pour les explications.
    En ce qui me concerne, j’accueille volontiers toutes les opinions qui sont expliquées, mais j’avoue que je n’aime pas perdre mon temps a lire des co..ies.
    Je ne vous demande pas d’etre d’accord avec moi, et contrairement a vous, je ne recrute pas, je vous demande d’expliquer ce que vous dites.
    Je vous sais donc gré, pour ce début d’explication que vous avez écrit, mais, dans le meme paragraphe, vous retombez dans vos allégations : "Bush voulait sa guerre mais surtout pas en payer le prix politique " . Sorry, Jaures, sur quoi vous appuyez vous pour écrire cela?.
    Pour répondre a la seule partie "explicative" que vous avez bien voulu m’ecrire : "Les américains ne pourront gagner ce conflit en restant cloitrés dans leur "zone verte" et en envoyant au casse pipe des militaires Irakiens préparés à la va-vite" . Je répondrais, oui, je pense comme vous, et c’est pour cela que ca discutte fort en ce moment, dans les milieux autorisés, et tout porte a croire (supposition) que le Pentagone va nous sortir du chapeau une strategie qqs peu differente de celle appliquée jusqu’ici. Peut etre redéploiement des forces alliées vers les frontieres? Maintenant, ils sont dans la zone verte, car la derniere chose qu’ils souhaitent, c’est que l’on fasse exploser le gouvernement élu. De meme que si j’etais terroriste, je chercherais a abattre le Président, les ministres etc… sans relache, pour faire capoter le total. Make sens, non? D’ou la zone Verte.
    Les morts des Policiers et Militaires Iraquiens dont vous parlez, peuvent etre percus comme un encouragement a poursuivre les efforts, ne serait ce qu’a leur mémoire, eux qui auront cru a la démocratie, et a un meilleur futur pour leurs enfants. Beaucoup d’Iraquiens ont quand meme compris que pouvoir vivre en liberté, avec le soutien des USA et du Dollar, ca pourrait quand meme etre pas si mal; en tout cas, ca vaut la peine d’etre essayé. Faut pas les prendre pour des idiots, eux non plus.
    Vous ne le reconnaitrez pas, mais les Iraquiens ont déja gagné, ils ont gagné la Démocratie, pour demain ou apres demain, et leur bouquins d’Histoire mentionneront cela, ainsi que le role des Pays étrangers qui les ont aidés. Panou panou, en tout cas.
    Bon week end,
    Best,
    Mancney

    Répondre
  8. Jean-Claude THIALET

    17/11/2006

    Je n’ai pas très bien compris quelle(s) conclusion(s) Laurent Artur du PLESSIS voulait tirer de son article. A-t-il voulu faire craindre aux Occeidentaux que nous sommes, le pacifisme supposé des "Démocrates" américains qui, venant de (re)prendre la majorité,  seraient tentés de vouloir reprendre la  main en IRAK, ou, plutôt, de forcer la main à George BUSH (1) pour l’obilger à un retrait sans gloire sinon sans honneur de ce qu’il est convenu d’appeler le "bourbier irakien".

    Sans doute LA du P. a-t-il voulu  laisser à chacun le soin d’y réfléchir. Ce que je vais donc faire. Non sans avoir noté qu’il serait fastidieux de relever toutes les erreurs(2) commises par les gouvernements américains, avec la collaboration active ou passive de leurs comparses anglais et israëliens, erreurs qui ont conduit à la situation explosive que l’on constate aux Proche et au Moyen-Orient.

    Que l’on me permette donc simplement de relever cette citation extraite de l’article dont il est question et que je reprends ci-dessous :

         – "Le vice-Premier ministre irakien, BARHAM SALEH, en visite en Europe a supplié la coalition(3) : "NE VOUS SAUVEZ PAS", sinon le pays éclatera en trois parties  – sunnite, chiite, kurde –  dans un bain de sang…" (fin de citation)

    Voici mon commentaire :

         – AVANT l’intervention de la "coalition", sous la poigne de fer de SADDAM HUSSEIN, Sunnites, Chiites et Kurdes  (on pourrait ajouter Chrétiens et Juifs qui ont pratiquement tous fui le pays) VIVAIENT EN PAIX, sinon dans une parfaite harmonie. Et, en utlisant le futur "ECLATERA", le ministre utilise un euphémisme car l’IRAK a déjà virtuellement éclaté en TROIS (sinon sur le terrain, du moins dans les esprits) , Kurdes, Chiites et Sunnites s’étripant à qui mieux-mieux, tout en considérant les forces anglo-américaines comme des OCCUPANTS.

    Certes, le retrait de ces forces ne pourra qu’accéler les massacres jusqu’à, j’imagine, la partition qui permettra aux Kurdes d’exiger aussi bien de l’Iran que de la Turquie et de la Syrie un ETAT KURDE, en même temps que certain gisement pétrolier. Mais de là à affirmer, comme le fait BARHAM SALEH (en fin renard qui se souvient du prétexte invoqué par George W. BUSH !) que " l’IRAK est un champ de bataille central dans la guerre contre le terrorisme international", il y un pas que seuls les partisans de l’axe anglo-israëlo-américain peuvent franchir. SIMPLE QUESTION : combien de "terroristes internationaux", les "forces alliées" ont-elles arrêtés, neutralisés ou anéantis en IRAK ? Et question annexe : les "terroristes internationaux" potentiels ne sont-ils pas déjà sur les lieux  de leurs actions futures : en Europe, en Amérique, et partout dans le monde où la pieuvre islamiste a décidé ou prévu de frapper l’Occident, ou les pays en voie d’occidentalisation ? Et les bases arrières de ce "terrorisme international" ne sont-elles pas basées chez les alliés fidèles des Etats-Unis : en Arabie séoudite, ou au Pakistan ? Les Irakiens qui sont en train de s’étriper en tuant au passage le maximum d’Américains et d’Anglais, ont, si j’ose dire, d’autres chats à fouetter. Même si, j’en conviens, s’ajoutant aux problèmes palestino-israëliens, " l’occupation" de l’IRAK ajoute d’autres prétextes à des actes de terrorisme bien loin de ses frontières…

                                                                                         Cordialement, Jean-Claudez THIALET

    (1) ce serait  sans doute une erreur que de ne pas le laisser tirer lui-même les leçons de son échec en IRAK, et  "terminer son job" (expression que GWB affectionne au moins autant que les bretzel !) en décidant un retrait de l’IRAK comme jadis, NIXON l’avait fait; non sans une certaine habileté du VIETNAM.

    (2) JAMSERVANT a évoqué le sujet.

    (3) remarque personnelle : s’agiisant d’une "cohalition" essentiellement anglo-américaine, que n’allait-il tenir directement ce propos à WASHINGTON ? Mais sans doute voulait-il s’adresser, via "Londres" à George W. BUSH dont il lui est permis, après la victoire "démocrate" de douter.

    Répondre
  9. Jean-Claude THIALET

    17/11/2006

    Je ne sais trop, finalement, ce que veut nous faire comprendre Laurent Artur de PLESSIS dans son article. Que les "Démocrates" (entendez par là le Parti de l’Ane) seraient prêts à obliger George W. BUSH à lâcher l’IRAK ? à s’entendre avec l’IRAN ou la SYRIE ? que sais-je encore ? Pesronnellement, je retiens une phrase qui en dit long sur le gâchis dans lequel tant les gouvernants "démocrates" que "républicains", sans parler des gouvernants anglais et israëliens, ont entrraîné en aidant ou finançant tour à tour, sous le prétexte que "les ennemis de nos ennemis sont nos amis" le Moyen-Orient tout entier. Il faudrait des pages, et une documentation que je n’ai pas sous la main, pour recenser ces erreurs qui, accumulées, deviennent catastrophiques. JAMSERVANT a tenté une esquisse.

    Mais, du texte (discutable ou non, comme on voudra) de L-A. du PLESSIS, que l’on me permettre de tirer une phrase lourde de sens tirée d’un supplication ddu vice-premier ministre irakien, BARHAM SALEH, devnu demander à ses "alliés" américains de ne pas abandonner l’IRAK:

    "NE VOUS SAUVEZ PAS…" sinon le PAYS ECLATERA EN TROIS PARTIES – sunite, chiite, kurde, DANS UN BAIN DE SANG. L’intégrisme islamiste triompherait…."

    Voici mes commentaires à ces propos lourds de sens :

        

    Répondre
  10. d.j

    17/11/2006

    encore un effort jam servant  et    bientot al -qaeda n’existera pas

    d.j

    Répondre
  11. Jaures

    17/11/2006

    A mancney: J’ai beau relire, je ne vois pas ce qu’il y a de drole dans ce que j’ai écrit. Surement du 5ème degré. Que je m’explique ? Soit. Les américains ne pourront gagner ce conflit en restant cloitrés dans leur "zone verte" et en envoyant au casse pipe des militaires Irakiens préparés à la va-vite: actuellement, pour chaque mort américain, il y a 10 militaires ou policiers Irakiens qui y reste. Bush voulait sa guerre mais surtout pas en payer le prix politique qu’impliquerait un nombre de mort multiplié par 4 ou 5. Alors que 100 ou 200 Irakiens de plus ou de moins…

    A grandpas: Je ne me risquerai pas à parler du Viet Nam, cela nous mènerait trop loin. Restons sur notre sujet. Un bourbier est un endroit où l’on peine à avancer comme à reculer et d’où l’on sort forcément sale. Si cela n’illustre pas la situation actuelle à vos yeux c’est que vous manquez de lucidité.

    Répondre
  12. Anonyme

    17/11/2006

    Jaures

    Quel bourbier celui qu’ il a dans vos idées.Depuis l’intervention américaine en Irak,lez journaleux et les pacifistes de tous bords essayent de nous convaincre de ce fait,la vietnamisation du conflit.

    Pour mémoire,le conflit dans le sud est asiatique n’ a pas été perdu par l’ armée américaine sur le terrain(lourde défaite à Khé San et échec de l’offensive du Thêt) mais gagné par le Viet Nam sue le plan médiatique aevc l’ appui des crétins utiles que furent les médias occidentaux el l’ histoire se répete tout au moin en France.

    Pour votre vision "Madame Soleil",nous en reparlerons dans un ou deux ans mais pendant ce temps apprener par coeur les posts d’ Helios.Ils vous ouvrirons une vision du monde qui vous dérangera peut être mais qui sera plus juste devant l’ histoire.

    Répondre
  13. Anonyme

    17/11/2006

    jamservant : "plus encore, les etats unis d’amerique ne sont t-ils pas responsable de ce qui arrive actuellement a travers le monde et l’histoire s’en souviendra."
    Ca veut dire quoi, ca exactement? Vous pouvez expliquer?
    jaures : " L’Amérique doit à présent accepter de payer le prix de la guerre qu’elle a inoportunément déclanchée"
    Jaures a jugé et a prononcé la sentence, c’est bien ca? Vous avez une carriere de comique devant vous, Jaures, vous etes un amuseur de foule. Bravo.
    Anyway, tout ca, Gentlemen, ce sont des "Incantations" (propos affirmés et NON démontrés ni expliqués) et personne n’en a rien a battre de vos incantations et de vos états d’ame. Veuillez simplement EXPLIQUER vos propos. Difficile? Nous, on essaie.
    Best,
    Mancney

    Répondre
  14. Anonyme

    17/11/2006

    Juste pour vous donner raison, Artur du Plessis, l’adorable Nancy Pelosi vient déja d’etre mise en minorité dans son propre parti. Au lieu de ce gros nounours pathetic de John Murtha, soutenu par Nancy, c’est Hoyer qui a été élu Majority Leader of the House. Pas vraiment un socialo, Hoyer, bien plus a droite que Sarkozy. Elu a qqs voix pres : Hoyer, 149  et Murtha 86.
    C’est la : http://www.foxnews.com/story/0,2933,229819,00.html
    On vous avait prévenu que ca ne changerait pas grand chose.
    Best,
    Mancney

    Répondre
  15. Jaures

    16/11/2006

    Cette analyse est globalement juste. Bush a entrainé son peuple dans un bourbier dont il ne pourra s’extraire sans dommages importants. L’Amérique doit à présent accepter de payer le prix de la guerre qu’elle a inoportunément déclanchée: elle doit éradiquer le terrorisme d’Irak maison après maison et remettre à la tête du pays un homme fort, capable de maitriser les forces en présence. Bref, laisser l’Irak dans lequel elle l’avait trouvé en entrant. Des milliers se morts encore ? Pour rien ? C’est malheureusement le cadeau de départ que présentera Bush dans 2 ans. A moins que poussée par l’opinion, la nouvelle administration décide de se retirer. Ce sera alors un embrasement total de la région dont les conséquence nous sont inimaginables.

    Répondre
  16. labbe

    16/11/2006

    "Pour maintenir une politique étrangère énergique, il a reconduit dans ses fonctions le vice-président Dick Cheney, faucon d’entre les faucons"

    à bon !!!

    Répondre
  17. jamservant

    16/11/2006

     

    Artur du plessis laurent votre article  intitule " peu de changements avec les démocrates" et tres interessant mais j’estime que lorsque vous faites un recap de l’histoire il y des verites qui ne faut pas oculte.

    tout d"abord je voudrais vous rappeler que le hamas a ete soutenu des sa creation par les israeliens et americains en information  et  argent  pour contrer l’olp.

    ensuite concernant les dernieres declarations d’un des chefs d’un service de renseignement britannique  au sujet de l’existance sur le sol europeen  de plus de 200 cellules affiliees a al qaida  prete a attaquee, ne croyez vous pas que le double jeu orcherstre par les britanniques en abritant sur leur sol toute sorte de fanatiques  religieux musulmans a l’image de abou hamza al misri et abou katada allant meme a leurs offrir une tribune pour distiller leurs discours haineux, a contribue  grandement a la situation actuelle.

    plus encore, les etats unis d’amerique ne sont t-ils pas responsable de ce qui arrive actuellement a travers le monde et l’histoire s’en souviendra.

    aller attaquer l’irak sous pretexte de sa detention d’armes biologique la les termes sont nombreux pour qualifier ces armes virtuelles.

    aller s’engouffrer en afghanistan  soit disant pour traquer ousama ben laden alors que 6 mois apres l’invasion de ce pays la cellule au sein de la cia chargee de traquer ben laden mis sur place par clinton, a ete dementelee par bush.

     enfin vouloir faire croire aux pays de la region que l’iran en se dotant de la bombe atomique sera une menace pour l’ensemble des ces pays. n’y a t- il pas la une maneouvre belliqueuse pour faire durer la presence americaine dans la region ou a fortiori le rappel des americains pour sauver les dirigeants arabes a bout de souffle pour repondre aux aspirassions de leurs compatriotes.

    concernant le role des democrates ou du moins le devoir des democrates  vis a vis de ses grands dossiers que vous enumerez, a mon humble avis ils ne peuvent pas faire pire que bush.

    nous n’allons pas demander aux democrates americains de nettoyer une maison detruite et larvee de mites par  bush. 

    le salut de ne peut provenir que des propres et vrais democrates a travers le monde , illusion ou utopie un monde meilleurs appel a des gens encore meilleurs.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)