Politique politicienne et menace islamiste

Posté le octobre 06, 2010, 12:00
11 mins

La bataille électorale pour 2012, déjà, bat son plein. On ne pense qu’à cela. Chaque mot prononcé, chaque décision prise par le Pouvoir, ne le sont qu’en fonction de l’élection présidentielle. Les candidats se mettent en ordre de bataille. Ils rédigent leurs slogans et affûtent leurs poignards politiques.

À droite
, je veux dire dans les formations que l’on dit de droite, on compte à ce jour : Nicolas Sarkozy, Dominique de Villepin, Dupont-Aignan, et la vraie droite avec Marine Le Pen, que l’on qualifie d’extrême, donc fasciste, donc nazie…

Au centre, François Bayrou, Hervé Morin, ministre des Armées, et sans doute Bernard Tapie pour le Parti radical de gauche, homme d’affaires, comédien, ancien ministre de la Ville de Mitterrand, Tapie, dit Nanard qui devait à coups de milliards résoudre les problèmes des banlieues… On voit ce qu’il en est !

À gauche, on relève les noms de Martine Aubry, Dominique Strauss-Kahn, François Hollande, Ségolène Royal, Manuel Valls, Chevènement, président d’honneur du Mouvement républicain et citoyen, Jean-Luc Mélenchon du parti de la « vraie gauche », le PG, plus le représentant du Parti communiste, plus Olivier Bensancenot, plus les Verts rouge-écolo, Mmes Eva Joly et Cécile Duflot… ça nous en fait déjà presque une vingtaine.

Mais n’étant pas politicien d’arrondissement professionnel, je ne les connais pas tous et cette longue liste va certainement encore s’allonger. On va tomber dans le royaume de la calculette. « Combien de voix ça va nous faire ? » Et le « pognon », il faut le trouver. À ce sujet, je rappelle que la grande majorité de ces candidats sont rétribués confortablement grâce aux contribuables. Heureusement pour eux, les impôts vont augmenter ! Bref, tout cela, c’est ce que le général De Gaulle appelait la « démocrassouille ». Quand, enfin, en serons-nous délivrés ?

Pour cela, il aurait fallu, pour commencer, inscrire dans la constitution un seul septennat non renouvelable, alors qu’avec deux quinquennats, on est en campagne électorale permanente. Ne parlons pas de ceux qui ont déjà commencé leur campagne pour 2017. Et pourquoi pas 2027 ? En un mot, c’est la foire d’empoigne et elle va durer, je peux vous l’assurer, avec pour perspective prochaine la possible nomination de Jean-Louis Borloo, en remplacement de François Fillon qui, lui, est sérieux.
Une nomination dont, au demeurant, les Français se contrefichent éperdument.

À la vérité, de cette foire, une réalité s’impose : Nicolas Sarkozy, aujourd’hui très impopulaire, ne peut réussir en 2012 qu’avec l’apport des voix du Front national qui lui ont permis d’être élu en 2007, mais il n’est pas sûr qu’ayant été trompés une fois, les électeurs du FN accepteront d’être trompés une deuxième fois. Alors, nous risquons fort d’hériter de Martine Aubry, la dame des 35 heures et de la gauche dure, présidente de la République française et alors, bien sûr, les choses iront plus mal encore !

Il va sans dire que tout cela est dérisoire au regard de la menace islamique de plus en plus forte qui pèse sur notre pays. En quelques années, Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) – que dirige « l’émir » algérien Abdel Malek Droukdal, fort bien secondé par l’Algérien Abdel Hamid Abou Zeid, auteur de l’enlèvement des cinq Français à Arlit au Niger, après celle du Français Michel Germaneau égorgé le 25 juillet, ces Algériens étant tous issus du groupe extrémiste « salafiste pour la prédication et le combat » –, dont les partisans sont nombreux en France, s’est imposée dans la région.

 Bref, pratiquement, Al Qaïda est en passe de dominer toute l’Afrique sahélienne et une partie de l’Afrique noire en bordure du Sahel où il opère sans problème, se renforçant chaque jour pour atteindre son objectif : importer le terrorisme en France. Il est probable que les fanatiques d’Al Qaïda y parviendront. Ils sont bien organisés. Ils ont de l’argent grâce aux rançons versées (le tarif pour la libération d’un Français enlevé, c’est 4 millions d’euros), plus la dîme sur le trafic des stupéfiants qui transitent par l’Afrique à destination de l’Europe et qui porte sur des milliards de dollars. Ils ont des armes, des véhicules et surtout des effectifs, de jeunes Arabes, des Touaregs, des Noirs du Nord-Nigéria qui s’enrôlent dans une organisation dont le programme est séduisant pour eux : la conquête de l’Occident et la revanche de l’islam, qui leur donne un emploi et un idéal. Al Qaïda dispose également de relais en France où, comme chacun sait, résident plus de 6 millions de musulmans. Les volontaires pour des attentats-suicides en France seraient déjà nombreux.

Le jour où une bombe humaine explosera un dimanche matin dans Notre-Dame de Paris (50 morts, 120 blessés), ce jour-là marquera le commencement d’une série ininterrompue d’attentats meurtriers aux effets dévastateurs. En même temps que cette menace (que n’ignorent pas les autorités) s’alourdit, un autre danger se profile, immédiat et de même nature : c’est celui de l’engagement militaire progressif en Afrique sahélienne où, déjà, sont touchés par Al Qaïda le sud du Maroc, le Sahara occidental, la Mauritanie, le Mali, le Niger, le nord du Nigéria, l’ouest du Tchad, le sud de la Tunisie, l’ouest de la Libye et tout le sud de l’Algérie. La guerre d’Algérie, la guerre en Afghanistan devraient servir de leçon. Je redoute qu’il n’en soit rien, l’engrenage étant déjà enclenché.

Certains sans doute diront que cette analyse est trop pessimiste. À ceux-là, je répondrai que j’ai souvent côtoyé des stratèges de « haut niveau » qui ne cessaient de proclamer que « nous gagnerons parce que nous Français, nous sommes les plus forts, les plus intelligents, tous les autres n’étant que des c… » C’était des courtisans. Ils se sont toujours trompés en trompant tout le monde. Attendons la suite…

4 réponses à l'article : Politique politicienne et menace islamiste

  1. amine

    29/10/2010

    Aqmi: un livre assure révéler la véritable identité d’Abou Zeid (AFP) ALGER — Un journaliste algérien assure dans un ouvrage paru cette semaine révéler la véritable identité du chef d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), contestant notamment celle que lui attribue Interpol. Selon Mohamed Mokeddem, directeur du quotidien algérien de langue arabe Ennhar, Abdelhamid Abou Zeid s’appelle Mohamed Ghadir, et non Abid Hamadou comme l’affirment les spécialistes du terrorisme sahélien et Interpol sur sa liste rouge des individus recherchés. Le chef radical algérien, dont M. Mokeddem dresse un portrait de sa naissance à ses dernières activités, est à l’origine de plusieurs enlèvements d’étrangers dans le Sahel, dont cinq français capturés au mois de septembre. Dans un entretien avec l’AFP, M. Mokeddem a expliqué cette méprise du fait que les deux hommes « ont la même histoire: tous deux étaient à l’origine des contrebandiers et ont rejoint le Front Islamique du Salut (Fis) de leurs communes respectives ». Ils ont « le même profil: un frère et deux cousins qui se sont alliés à eux et ont rejoint les groupes armés », a ajouté ce spécialiste d’Aqmi dont le livre : « Al-Qaïda au Maghreb islamique, contrebande au nom de l’islam », a été présenté au salon international du livre d’Alger. Selon M. Mokeddem, Mohamed Ghadir est blanc, né dans la région de Debdeb, non loin de la frontière libyenne, tandis que Abid Hamadou, né à Touggourt dans le département de Ouargla (en plein sud, à 800 km d’Alger) était noir. Il aurait été tué par l’armée dans le Sahara dans les années 90, mais son décès n’a pas été enregistré, a indiqué le journaliste. C’est en confrontant les témoignages et photos des deux hommes auprès de leur mère respective, des « repentis » (anciens combattants islamistes radicaux amnistiés par le président Abdelaziz Bouteflika) et l’ancien otage français Pierre Camatte, enlevé le 25 novembre 2009, que M. Mokeddem est arrivé à cette conclusion. M. Camatte, libéré en février 2010, « a confirmé la vraie identité d’Abou Zeid » à l’aide de la photo qui lui a été soumise, a-t-il dit. M. Mokeddem affirme également que le Français Michel Germaneau, enlevé le 19 avril et qu’Aqmi avait déclaré exécuté est mort en réalité « d’une crise cardiaque début juillet dernier ». Ses sources sont des « commerçants algériens qui ont des liens au Mali » où l’otage était détenu et des « sources liées à la situation sécuritaire dans la région du Sahel ». Abou Zeid, apparu en 2003 comme adjoint d’Abderazak le Para lors de l’enlèvement de 32 touristes européens, serait responsable d’une série de rapts, dont celui du Britannique Edwin Dyer exécuté en juin 2009 et plus récemment de cinq Français, un Malgache et un Togolais dans le nord du Niger. M. Mokeddem assure que le business du rapt fait vivre l’Aqmi. « Les rançons sont tranférées pour l’achat de munitions et d’armements. Ce marché est très important au Mali et au Niger » où des militaires et d’anciens rebelles touaregs cèdent leur matériel, . Une partie des fonds, assure-t-il, est blanchi notamment « dans le fast food et le transport ». Selon M. Mokeddem, fin connaisseur des réseaux jihadistes, cette nébuleuse s’est déplacée sur le terrain nigérian avec l’apparition de Boko Haram dans le nord et les centaines de morts provoqués l’an dernier par les affrontements de la secte avec l’armée nigériane. « L’avenir de l’Aqmi, dit-il, est au Nigeria, pas au Sahel ».

    Répondre
  2. ozone

    06/10/2010

    Pessimiste?

    C’est bien pire

    6 millions (certainement bien plus,ces chiffres datent deja)

    1% d’activistes c’est une infime minorité

    Là,cela donne 60 000,une armée

    Attentats,arrivée au pouvoir du FN,

    Réaction massive des immigrés avec l’appui des "antiracistes",gauchos divers et variés et certainement pas mal de politiques de "droite" pour sauver la republique et surtout leurs prébandes.

    Doux réves a vous.

    Répondre
  3. HOMERE

    06/10/2010

    Un peu de confusion entre les élections de 2012 et la menace islamiste qui n’a pas de relation avec la première…ou bien je  ne vois pas !! passons.

    Quel serait alors le conportement de nos "amis" Algériens en Algérie et en France ?

    La Présidentielle ne se gagnera pas forcément à gauche, et pas plus avec le FN qu’avec le FLN….sauf si la Droite ne croyait plus à sa victoire, elle gagnera.Les adversaires sont sans armes efficaces et convainquantes.Les français ne sont pas dupes…la gauche est sans solution ni projet…le FN campe sur des positions qui le mettent encore hors jeu…..le rejet de Sarkozy est épidermique, il n’est pas raisonné ni définitif.

    Si j’avais tord, ce qui est possible, alors l’effondrement de notre économie sera radicale, nos valeurs nationales écroulées et l’affrontement possible entre les fractions de la population.Madame Aubry n’y est pour rien, Ségolène et les autres non plus…ils ne comptent pour rien,ils sont impuissants comme tous ceux qui éructent en brassant l’air….les puissances ne sont plus politiques,sinon çà ce saurait. Nous n’avons plus les moyens de supporter un leader charismatique, nous préférons le chaos…..

    Pour le reste, c’est de la fantasmagorie intello. Les chefs terroristes savent bien que le moment n’est pas venu…ils attendent que nos gouvernants mettent en place les conditions propres à leur intervention et que les français soient toujours plus affaiblis…alors ?

    Napoléon disait ceci : "avant de déclarer une guerre, il faut être sûr de la gagner"

    Priez pour nous !

    Répondre
  4. Magny

    06/10/2010

    Ben oui quoi : si le nuage de Tchernobyl c’est arrêté à la frontière et le ligne Magninot a arrêté les chars allemands pourquoi la Méditerranée n’arrêterait pas les invasions maures ?

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)