Pour une politique de bon sens entre la France et la Russie

Posté le mars 19, 2014, 11:56
5 mins

ukraine

 

Les « vieilles pleureuses de la démocratie occidentale », comme les appelait Lénine, livrent à propos du retour de la Crimée à la Russie un inconséquent et illogique argumentaire de juridisme international déconnecté du réel.

1) Elles oublient de façon stupéfiante qu’elles ont imposé la partition du Kosovo – avec cette différence, d’ailleurs, que la Crimée est à la fois séculairement russe et principalement peuplée de Russes. On le vérifie une fois de plus, l’application des principes démocratiques et du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes est vraiment à géométrie variable.

2) Les gouvernements russes, pour leur part, dès lors que la sécurité de la Russie est en jeu, ne s’encombrent pas davantage d’un souci de cohérence juridique et de respect des aspirations indépendantistes de certains peuples. Ainsi de la Tchétchénie, encore moins russe que la Crimée n’est ukrainienne, et maintenue dans la souveraineté russe dans les conditions de férocité que l’on sait.

3) Les Criméens russes dansent joyeusement aujourd’hui sur des places Lénine, dominées par les statues de cet immense criminel dont la charogne siliconée est toujours entretenue sur la Place Rouge à Moscou. Au mépris de la mémoire des dizaines de millions de Russes, d’Ukrainiens, de Baltes et de bien d’autres, exterminés par sa tchéka et dans ses camps du goulag. On veut espérer que cela n’augure rien de mal.

4) Car il faut espérer que Vladimir Pou­tine, qui ne semble pas fou, saura se garder d’une psychose d’entraînement dans un dangereux national-impérialisme russe et néo-soviétique.

5) Il faudrait enfin que les nations constitutives de l’actuelle Union eu­ropéenne cessent de suivre la politique provocatrice irresponsable des dirigeants de sa Commission, M. Bar­roso en tête, qui n’a aucun mandat pour cela. Les patriotes ukrainiens devraient se méfier autant que les Criméens du néo-soviétisme de l’eurocratie bruxelloise, qui n’est pas l’Europe mais son détournement par l’utopie mondialiste.

Il faudrait qu’ils cessent de se laisser exciter par ce dangereux extrémiste qu’est Bernard-Henri Lévy. Jadis, le brillant intellectuel Raymond Aron brossa sans indulgence le portrait psychologique de ce « discoureur de café du commerce ». « BHL » est affecté d’une grave constante d’ultra-narcissisme, se drapant sans cesse dans des postures d’auto-héroïsation. Le rôle que lui laissa jouer en Libye Nicolas Sarkozy fut calamiteux. La France en Afrique (et nos soldats au premier chef) n’en finit pas d’en payer les conséquences.

6) L’Institut du Pays Libre, considérant le bien commun français et européen, appelle à une politique française d’indépendance, de responsabilité et de sagesse en Europe de l’Est. Telle que d’ailleurs, Mme Carrère d’Encausse ou l’ancien et talentueux ministre des Affaires étrangères de François Mit­terrand, Hubert Védrine, en dessinent les exigences.

Les invocations souvent grandiloquentes de grands principes relevant de constructions juridiques idéologiques ne servent à rien. Il faut reconnaître à la Russie toute sa place, mais rien que sa place. Qu’elle reprenne totalement la Crimée où demeurait sa flotte des mers chaudes était, après l’évolution de l’Ukraine, dans la nature des choses. Mais il faut mener à l’égard de la Russie une politique d’amitié et de vigilante fermeté sans gesticulation ostentatoire.

Et ce n’est pas en éliminant stupidement chez nous le bienfaisant tourisme russe que l’on peut aider les pays heureusement libérés du carcan soviétique ! 

Bernard Antony,
Ancien député européen 
Président de l’Institut du pays libre 
http://www.bernard-antony.com

9 réponses à l'article : Pour une politique de bon sens entre la France et la Russie

  1. 21/03/2014

    Que les ricains arrêtent d’exciter la Russie par CIA et Soros interposés et on aura un Poutine raisonnable.Que dirait le simplet Blanche Maison si des ogives étaient installées à Nogalès ? Hein ?
    Les Européens jouent un jeu très dangereux en installant l’OTAN aux portes de la Russie.Que ferai t on si Poutine activait les Russes des pays ex satellites ?
    La réponse est simple : nous envoyons derechef le Charles de Gaulle qui,une fois réparé,c’est à dire dans cinq ans,guerroyer en Mer Noire pour y être coulé en dix minutes chrono,puis avec nos unités motorisés et nos fantassins à bandes molletières nous envahissons l’Ossétie du Nord en partant de l’autoroute de l’Est.Avec nos Rafales nous survolons une dernière fois l’Abkhazie centrale avant de disparaître définitivement dans les montagnes noires du Caucase…..
    Vous observerez que d’ores et déjà notre fumeux Président est muni d’un casque….prêt au combat !!
    Non mais…….
    Ah j’oubliais les troupes fraîches d’africains venues en renfort,et les banlieues avec leurs Kalachs sans munitions….sus au mécréant de Moscou….

    Répondre
  2. HansImSchnoggeLoch

    21/03/2014

    Ici un link qui montre d’une façon claire la dépendance des USA vis à vis de la Fédération Russe. Obama devrait être très prudent de ne pas en faire de trop.
    Quand le show médiatique et politique des vierges effarouchées sera terminé d’ici quelques jours, ce sera business as usual, du moins cela serait souhaitable.
    Si les Français veulent annuler la commande des 2 Mistral ce sera au détriment de leurs chantiers navals. De toutes façons quelques milliers de chômeurs en plus ou moins ne changeront rien aux statistiques.

    http://www.universetoday.com/110006/iss-nasa-and-us-national-security-dependent-on-russian-ukrainian-rocketry-amidst-crimean-crisis/

    Répondre
  3. 20/03/2014

    Le schéma diplomatique d’Hubert Védrine est bon. Finlandisation d’une Ukraine fédérale contre sa liberté de contracter au plan économique avec qui elle veut ; son intérêt bien compris étant de le faire avec l’Union européenne et avec la Fédération de Russie simultanément, ce qui serait en creux une association de la Russie avec le Marché commun occidental.
    Au lieu de quoi la simple capture de la Crimée (avec toutes les bonnes raisons et les mauvaises façons que l’on sait maintenant) va aboutir à faire bondir la frontière de l’Union européenne jusqu’à la Mer d’Azov et plus tard peut-être l’OTAN jusqu’au Dniepr !
    Pas aussi forts que ça aux échecs les Rambo du Kremlin.

    Répondre
    • 22/03/2014

      Mais si, ils sont forts aux échecs. Le Kremlin n’a rien a craindre de la part de l’OTAN. Car l’Europe de la défense n’existe pas. Les moyens de coercition de l’UE et des Etats Unis : une blague.
      La Russie n’est plus l’URSS et son économie est beaucoup moins fragile qu’on nous l’affirme.
      Poutine est tout sauf bête.

      Répondre
      • 23/03/2014

        Contrairement à la doxa qui sévit sur ce site, les Occidentaux ne sont pas si bêtes. Ils ne feront pas le cadeau d’une menace militaire au petit Csar, qui lui permettrait de prendre la tête de la colonne blindée juché sur son trike, torse nu, derrière le camion de la télévision d’Etat.
        Ils vont lui pourrir la vie et celle de l’oligarchie.
        Déjà les clients de trois banques russes ont été débranchés du système Carte bleue. De nombreux comptes non-résidents sont gelés (les Russes riches ne laissent pas leur argent en Russie !). Ce n’est qu’un commencement.
        Viendront ensuite les représailles commerciales.

        Répondre
  4. jayjay.nc

    20/03/2014

    Entièrement d’accord avec l’article.
    Il n’y a pas que les bienfaisants touristes russes. Sur ses 125 avions de ligne, l’Aeroflot nous a acheté 100 airbus. D’autres commandes importantes sont prévues.
    Le contrat concernant les navires Mistral représente près d’un milliard d’euros. Peut-on se passer d’un tel client ou faut-il le laisser se tourner davantage vers l’Asie?
    Les Américains craignent un rapprochement européen de l’Atlantique à l’Oural et ils font tout ce qu’ils peuvent pour
    intriguer, et nous entraîner derrière eux dans un sillage anti-Poutine y compris en fomentant la révolte en Ukraine. Les Européens, idiots utiles de l’histoire en seront les premiers perdants. L’histoire récente n’a rien enseigné à nos dirigeants. Comme s’il ne suffisait pas d’être les dindons de la farce de l’aventure libyenne, ou les imbéciles heureux de l’esbroufe anti-Assad.
    Poutine est notre meilleur rempart contre l’islam et la déliquescence sociétale venue d’outre-atlantique.
    La Voix de la Russie est le seul média manifestant quelque sympathie envers Marine Le Pen.
    Vive Poutine!

    Répondre
  5. 20/03/2014

    Quelques milliers de braillards et casseurs dépenaillés occupent une place de Kiev  » c’est le peuple qui parle;  » il faut les soutenir et les aider !
    Des millions de gens, calmes et responsables votent pour le rattachement de leur province au pays limitrophe ?
     » C’est inadmissible, il faut les réduire au silence  » !
    Si certains y comprennent quelque chose ( à part la fourberie de nos politiciens )….je veux bien qu’on me les coupe ! ( les oreilles)
    ( bon, ce n’est qu’ne façon de parler …. bien entendu )

    Répondre
  6. Oeildevraicon

    19/03/2014

    Au sujet de l’Ukraine et de la Crimée, c’est ce que je pense aussi.
    C’est à se demander si idéologiquement, cette commission européenne ne veut pas faire de la Crimée un second Kosovo.
    Car c’est bien son objectif au niveau Européen, en ouvrant massivement ses frontières, à une immigration majoritairement musulmane.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)