Pourquoi il faut dire la vérité sur Trump

Posté le 10 avril , 2017, 4:28
6 mins

Il n’a pas fallu longtemps pour que, dans la presse française, Donald Trump deviennent l’ennemi public numéro un – loin, très loin devant l’ayatollah Khamenei, qui promet pourtant dans tous ses discours une apocalypse sanglante qui devrait coïncider avec le retour, imminent selon lui, de l’imam caché qu’attendent les chiites duodécimains ; très loin aussi devant Kim Jong-un qui, en Corée du Nord, fait construire avec obstination une série d’armes nucléaires et évoque avec le sérieux imperturbable des fanatiques son désir de procéder à une explosion atomique dans la haute atmosphère aux fins de provoquer une impulsion électromagnétique à même de détruire les réseaux électriques et électroniques d’un continent entier.

C’est logique.

Tous les Présidents républicains sont traités ainsi par la presse française.

Et ce Président-là est, pour la presse française, plus détestable encore que les autres, parce qu’il vient après Barack Obama, le premier Président islamo-gauchiste de l’histoire des États-Unis, et parce qu’il a battu l’héritière désignée, Hillary Clinton, celle qui devait parachever les multiples destructions enclenchées par Barack Obama.

Non seulement Trump se donne pour tâche de reconstruire ce qui a été détruit, de remettre les États-Unis sur le chemin d’une croissance économique forte, d’un retour à l’ordre et à la loi, mais il entend en finir avec le terrorisme islamique et refaire planétairement des États-Unis la puissance de la liberté.

Il peut aussi donner des idées aux Européens qui voudraient retrouver pleinement les valeurs de la civilisation occidentale, leurs identités culturelles, leurs souverainetés, la démocratie qu’on leur a volée.

Dès lors, Donald Trump doit être traité comme un épouvantail, insulté, transformé en objet d’exécration universelle.
Un journal, voici peu, le traitait de « criminel contre l’humanité ». Un autre le décrivait comme un résidu d’asile psychiatrique.

Alors qu’il se donne des objectifs très précis et explicites en politique internationale, qu’il a déjà renforcé la présence militaire américaine dans la coalition qui vise à abattre l’État islamique, et qu’il vient de frapper le régime Assad en Syrie, il est encore présenté comme « isolationniste », ce qu’il n’est pas.

Alors qu’il ne cesse de dire qu’il est favorable au libre-échange et veut seulement renégocier tous les contrats commerciaux qui lient les États-Unis au reste du monde en créant des rapports de force, ce qui équivaut à négocier des contrats comme le fait un homme d’affaires (ce qu’est Trump fondamentalement), il est présenté comme « protectionniste », ce qu’il n’est pas non plus. Toute personne qui ne comprend pas devrait lire « The Art of the Deal », l’art de négocier un contrat, livre de référence de Donald Trump.

L’objectif de ceux qui détestent Trump est d’égarer. Il n’est pas seulement de mentir sur ce que fait Donald Trump et sur ce qu’il entend faire dans les mois à venir ; il est aussi de conduire à penser que tout programme politique pouvant se rapprocher de celui de Donald Trump est ignoble et destiné à échouer.

J’ai choisi de publier un livre qui dit la vérité sur Donald ­Trump, en une période cruciale pour l’avenir de la France. La presse française fait, en effet, campagne pour qu’un candidat, fabriqué comme Barack Obama l’a été (et potentiellement aussi délétère que Barack Obama), soit élu Président de la République. Toute opposition de droite à ce candidat fabriqué est l’objet d’une chasse aux sorcières dans le cadre de laquelle des juges dévoyés instrumentalisent la justice et utilisent des procédés qui frôlent le totalitarisme.

Mon but, au-delà du fait que dire la vérité au milieu d’un océan de mensonges est une entreprise de salubrité mentale, est d’offrir, à ceux qui le veulent, les outils pour comprendre.

Il est aussi de donner à percevoir les enjeux dont est porteuse la présidence Trump, pour les États-Unis, pour le monde, et pour la France, où le risque d’une élection d’un candidat fabriqué est immense.

Le livre est disponible en suivant le lien ci-contre : https://www.kickstarter.com/projects/563310650/la-revolution-trump-de-guy-milliere-les-discours-d.

J’ai, en effet, choisi un système de pré-vente, afin que la sortie du livre ait un impact aussi optimal que possible. L’océan de mensonges ne doit pas tout submerger.

11 Commentaires sur : Pourquoi il faut dire la vérité sur Trump

  1. PJSC

    16 avril 2017

    Cher Monsieur Millière,
    A votre billet, je ne donnerai que cette réflexion :
    Raymond ARON a dit, » L’ignorance et la bêtise sont des facteurs considérables de l’Histoire. »
    En matière de « business », Trump n’est ni l’un, ni l’autre, ce qui me laisse espérer que son ignorance en matière politique, il la comble vite. 😉
    Cordialement

    Répondre
  2. PJSC

    16 avril 2017

    Cher Monsieur Millière,
    A votre billet, je ne donnerai que cette réflexion :
    Raymond ARON a dit, ” L’ignorance et la bêtise sont des facteurs considérables de l’Histoire.”
    En matière de “business”, Trump n’est ni l’un, ni l’autre, ce qui me laisse espérer que son ignorance en matière politique, il la comble vite. 😉
    Cordialement

    Répondre
  3. BRENUS

    15 avril 2017

    QC commence sérieusement à délirer. L’âge,peut être ? Il n’a pas vraiment compris que je n’étais pas américain et qu’a ce non-titre je ne pouvais pas avoir été “cocu”, comme il, dit par Trump. Simplement et je le maintiens, je préfère que ce ne soit pas la folle de Clinton qui ait pu prendre la barre des US.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      18 avril 2017

      les cocus de Millière au balcon :

      ” Trump félicite Erdogan pour sa victoire “

      Répondre
  4. Réal Bergeron

    14 avril 2017

    Vous n’avez encore rien vu , de l’instinct stratégique, de Donald John Trump.

    Pour ceux qui le détestent, l’avenir vous comblera pour vos montées de lait.

    Pour ceux qui l’admirent, satisfaction de voir enfin quelqu’un dont les bottines suivent les babines.

    Répondre
  5. BRENUS

    11 avril 2017

    Confier le destin d’un pays à un Machiavel, c’est plus sur. Si la “culture” dont certains se gargarisent était un gage de compétence et de qualité, il me semble que cela se saurait. Mitterand-queue d’âne était très cultivé, parait-il. Que vous a t il apporté? Même l’Opéra-Bastille tombe en couilles ( evitez de passer trop près des murs qu’il a fallu attacher).

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      14 avril 2017

      Mr Brenus , Trump vous a déjà cocufié, et vous voulez cependant l’ ignorer … croyez moi, ce n’ est là que le début de vos désillusions … l ‘ aveuglement gâte votre jugement

      Répondre
  6. quinctius cincinnatus

    10 avril 2017

    ” il faut dire LA vérité sur Trump ” nous dit Mr Millière

    encore faudrait il que Trump lui même connaisse SA vérité !

    ne jamais confier le destin d’ un pays, qu’ il soit ” grand ” ou ” petit “, à un inculte

    Répondre
    • Christophe

      13 avril 2017

      “Ne jamais confier le destin d’un pays,qu’il soit”grand” ou “petit”,à un inculte”

      A titre personnel,ne jamais confier le destin d’un pays à une personnalité trop intelligente.Méfiez-vous des gens trop intelligents!!

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        14 avril 2017

        idem : ” ne jamais confier sa santé à un médecin trop intelligent ” … confiez la plutôt à un ignare, à un inculte, et pourquoi pas au premier charlatan venu ? … si, vous à droite ***, êtes régulièrement cocus n’ en cherchez pas ailleurs la cause … la bêtise séduit la bêtise ou qui se ressemble s’ assemble

        *** ce n’ est pas pour rien que l’ on dit de la droite française qu’ elle est la plus bête du Monde : les ” 4 V² ” dégoulinent d’ exemples de ce genre ( sauf Lambert )

        Répondre
    • PJSC

      16 avril 2017

      On ne demande pas à un Président de la République d’être agrégé es lettres ou autres mais surtout qu’il ait du bon sens et du courage. En fait, “Un cœur intelligent.” et, çà, c’est pas évident surtout en politique.

      Répondre

Répondre

  • (pas publié)