Réflexions sur la démocratie en Amérique

Posté le novembre 14, 2004, 12:00
6 mins

Le 2 novembre, le candidat de mon cœur à la présidence des États-Unis n’était ni George W. Bush, ni John Kerry, mais plutôt Michaël Badnarik, qui faisait campagne pour le parti libertarien, présent dans cette compétition depuis 1972, sur un programme de réduction du rôle de l’État et de repli à l’intérieur des frontières de l’Union.
Pour autant, je n’ai jamais douté de la victoire nette du président sortant : d’abord parce presque tous les sondages l’indiquaient clairement, tout comme l’évolution de la bourse d’ailleurs, mais encore parce que je connais suffisamment l’Amérique pour avoir pu considérer que le candidat démocrate, qui s’est révélé très talentueux, grand séducteur, était peut-être le candidat idéal d’une certaine intelligentsia, mais certainement pas celui de l’Amérique profonde, plus sensible aux prêcheurs évangélistes qu’aux diatribes de Michaël Moore.
Que la plupart des éditorialistes français se soient à ce point volontairement trompés montre évidemment que leurs préférences annihilent toute clairvoyance. On a revécu, du point de vue du bourrage de crânes médiatique, un nouvel épisode du totalitarisme à la française, comme en mai 2002, George Bush tenant la place de Le Pen et Kerry celle de Chirac.
D’autres que moi développent leurs points de vue dans les pages intérieures du numéro de ce journal, largement consacré aux résultats des élections américaines. Vous y retrouvez, comme d’habitude, une diversité d’opinions, le courage de Pierre Lance faisant contrepoint à la fureur de Guy Millière…
Pour ma part, au-delà des joutes et des enjeux, je voudrais souligner la belle santé du fonctionnement de la démocratie américaine. Celle-ci repose sur des règles qui remontent à la fin du xviiie siècle. En France, on s’est largement gaussé de ces règles surannées. Mais, aux États-Unis, avec Rivarol, on sait que les règles les meilleures ne sont pas les plus simples, mais les plus stables !
L‘ancienneté de ces règles, ainsi que leur efficacité, leur confèrent évidemment leur majesté. C’est ainsi qu’en 2000 le candidat démocrate s’est aussitôt incliné après une décision de la Cour suprême mettant fin au recomptage des voix dans l’état disputé de Floride, nonobstant le fait qu’il avait obtenu davantage de voix dans l’ensemble de l’Union que son adversaire.
S’appuyant sur le fait que les deux candidats dominants avaient évidemment tout prévu et, en cas de contestation, avaient même mobilisé des équipes d’avocats, les médias français ont cru pouvoir pronostiquer que, de toutes les façons, le résultat serait contesté et les tribunaux appelés à trancher l’incertitude des urnes. Mais ce n’est pas du tout ce qui s’est produit. Le suspens de la nuit électorale s’est finalement focalisé sur un seul état, l’Ohio, et comme l’écart au profit de Bush était net, c’est avant même les résultats définitifs que le candidat Kerry a reconnu sa défaite.
Conformément à la tradition, le vaincu téléphona aussitôt au vainqueur, avec lequel, a-t-il dit lui-même, il eut une longue et bonne conversation, à la fois personnelle et politique, faisant ensemble un bref tour d’horizon des questions cruciales du pays.
Quelle leçon pour nous Français, qui vivons dans un pays où non seulement il n’est pas coutumier que le vaincu reconnaisse sa défaite électorale et félicite le vainqueur, mais encore, où l’on a vu, en mai 2002, le candidat dominant refuser de débattre avec son challenger pourtant démocratiquement désigné!…
Les médias français ont suivi la campagne de George Bush comme ils l’avaient fait pour celle de Jean-Marie Le Pen : en prenant parti, sans tenir compte des réalités sociologiques, du poids des opinions et des valeurs, bref de la réalité et de la température du corps électoral, que Georges Bush sent et exprime mieux que personne.
La démocratie américaine, si forte et si vivante, a été et reste la base fondatrice de la prospérité de ce pays. C’est pour le monde entier un exemple et un modèle, et pour tous les démocrates (au sens commun du terme) et pour tous les libéraux (au sens français du terme), un puissant motif d’espoir. Les élections américaines du 2 novembre nous rappellent opportunément que la démocratie ne consiste pas à commander au peuple souverain, mais plutôt à lui obéir.

5 réponses à l'article : Réflexions sur la démocratie en Amérique

  1. chaloin christian

    18/11/2004

    je suis abonné a vôtre revue que j’apprécie et me demande comment un homme qui se dit de droite peut-être pour le parti libertarien qui proclame « SODOME ET GOMORE »!!!!!!!!!! et là je m’adresse à tous les français,prenez garde de ne pas sombrer vers sodome et gomore,oubliez-vous que nôtre beau pays était la fille aînée de l’église,que nous avons été le 1er pays du monde moralement et économiquement,avec toutes les aides du « ciel ». Si vous ne vous réveillez pas et ne voulez pas comprendre, de grands malheurs vont s’abattre sur nous!!!!!! Heureusement que Guy Millière et beaucoup d’autres personnes croient encore aux vraies valeurs.

    Répondre
  2. Christophoros.

    13/11/2004

    Coucou le revoilou ! Comme Ben Laden il apparaît périodiquement. C’est ce bon Florent Morlan ( rime pauvre mais ça balance….). Un mot « franglais » suffit à déchaîner son ire. Il va falloir obtenir son nihil obstat avant de « poster » ( si j’ose ce néologisme incertain ) sur ce site.

    Répondre
  3. R. Ed.

    13/11/2004

    Non ,en effet, dans le cas cité ,le terme outsider convient mieux .

    Répondre
  4. florent morlan

    13/11/2004

    on ne dit pas « challenger » en français.

    Répondre
  5. Franck

    13/11/2004

    Le probleme du parti politique « Libertarian » est d’essayer de rassembler une population d’horizons politiques completement differente et non-homogene. 1) Les partisans Libertarians Economiques croient en la reduction des postes du gouvernement. La redution du role de ce dernier dans l’economie et dans les poches du citoyen. Cette portion des partisans est la principale dans ce parti. 2) Les partisans Socio Libertarians croient en la liberalisation des lois sur les drogues, plus particulierement sur la Marijuana. La liberalisation du sexe a tout niveau de la societe. Ces partisans sont contre les paiements pour les avortements effectues par le gouvernement. Mais ils ne sont pas contre les avortements en general, les particuliers desirant un avortement doivent le faire a leur frais. Ils sont en faveur des mariages Homosexuels. Cette portion est egalement importante. 3) Enfin il y a les Libertarians en faveur des Politiques Etrangeres et qui sont sans aucun doute pour l’IMO. Le parti Libertarian doit trouver une voie politique claire. Ce parti restera dans l’oubli tant que le troisieme group (libertarians pour les Politiques Etrangeres) continuera d’ouvrir leur grande gueule et que le deuxieme groupe (les socio-libertarians) sera percu comme un segment important du parti Libertarian. A savoir les citoyens americains ne sont simplement pas pret, surtout en tant de guerre, a accepter la legalisation de la Marijuana et autres drogues, de faire des mariages homosexuels une question de choix. DE PLUS LE PARTI LIBERTARIANS S’OPPOSE A LA GUERRE EN IRAQ (apres 9/11?). Les libertarians reunissent un groupe de supporteurs des annees 60 et leurs annees Hippies. M. Dumay, quand j’entends le discours de Badnarik declarant que lorsqu’il sera elu la premiere chose qu’il fera s’est de ramener les troupes aux U.S., puis de legaliser les drogues, je vois le chaos mondial et le debut de problemes plus importants encore a l’interieur du pays: drogues, terrorisme etc.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)