Reprendre le pouvoir pour mener la guerre

Posté le août 23, 2016, 9:42
6 mins

Mais non, mon pauvre « Normal Ier », ce n’est pas la « République » qui est attaquée cette Ré­publique qui, dans ta bouche, n’est même plus française.

Ta république, les barbares savent bien que, grâce à toi et aux tiens, elle est dans un état de déliquescence avancée.

Ce qui est visé, c’est la France éternelle, dont toi et tes congénères n’osez même plus prononcer le nom et que vous n’appelez plus que « la République », ou « ce pays », voire « l’Hexa­gone ».

Ce que nos ennemis veulent anéantir, c’est la France rayonnante, la France des cathédrales, fille aînée de l’Église, la France des rois « très chrétiens », de Clovis, de Charles Martel, de Charlemagne et de Saint Louis, de Godefroy de Bouillon et des rois francs de Jérusalem, la France chef de file de l’Occident chrétien, celle de Charles de Foucauld, de Lyautey et des moines de Tibéhirine.

Bref, la France façonnée, que tu le veuilles ou non, par quinze siècles de christianisme. Pourquoi crois-tu donc qu’ils viennent d’égorger un vieux prêtre dans son église en pleine célébration de la messe ? Le message est pourtant clair !

Certes, cette France, grande, puissante, sûre d’elle-même et fière de son passé, n’est plus que l’ombre d’elle-même.

Trente années de politiques ir­responsables en matière d’immigration, de sécurité et de justice, de défense et de politique étrangère, menées par une classe politique électoraliste, lâche, veule et sans vision en sont la cause.

Et vous avez même réussi, toi et tes complices, à effacer jusqu’à la mémoire de la grandeur passée de notre pays avec l’aide efficace d’une école que vous avez transformée en fabrique de clones analphabètes.

Mais le souvenir de cette France est tenace et c’est son fantôme qui hante les cavaliers d’Allah.

C’est cette France-là, la mienne, dans laquelle, grâce à Dieu, nombre de nos compatriotes se reconnaissent encore, dont nos ennemis veulent anéantir jusqu’au souvenir.

Et ils réussiront si nous continuons à ne nous battre qu’à coup de marches blanches, bouquets de fleurs, nounours en peluches, petites bougies et autres niaiseries larmoyantes.

Sommes-nous en guerre, oui ou non ? Si oui, menons cette guerre autrement qu’en agitant nos petits bras ; ce ne sont pas les déclarations ridicules de notre grand « chef de guerre » et les coups de menton martiaux de son acolyte, qui vont terroriser nos ennemis.

Et, tout d’abord, osons nommer les choses. En temps de guerre, des hommes qui portent les armes contre leur patrie sont des traîtres et non des « djihadistes », des « déséquilibrés » ou des « jeunes radicalisés ».

En d’autres temps, leurs complices eussent été fusillés pour intelligence avec l’ennemi.

La question qui se pose n’est pas celle de leur « déradicalisation », nouvelle tarte à la crème des sociologues télévisuels, mais celle de leur mise hors d’état de nuire. On ne fait pas la guerre à coup de bons sentiments, d’éducateurs et d’assistantes sociales mais en tapant et en tapant fort.

Par ailleurs, il est urgent que les ânes qui nous gouvernent et leur relais médiatiques complaisants, cessent de nous rebattre les oreilles avec leur sacro-saint État de droit.

Les lois du temps de guerre ne sont pas celles du temps de paix surtout lorsqu’il s’agit de se battre contre des barbares.

Alors, si, pour faire la guerre, il faut adapter notre législation, faisons-le et au diable la Cour européenne des Droits de l’Homme ! C’est notre survie qui est en jeu ; ce sont nos compatriotes qu’il faut protéger, et non leurs assassins…

Alors, reprenons notre souveraineté confisquée par une Europe impuissante. Contrôlons sévèrement nos frontières. Ouvrons d’urgence de nouvelles prisons et remplissons-les, en appliquant la « tolérance zéro ». Renvoyons chez eux tous les binationaux délinquants. Finis­sons-en avec ce stupide droit du sol qui a engendré une jeunesse qui déteste la France. Instaurons l’état de siège, si cela est nécessaire, en lieu et place d’un état d’urgence inefficace. Enfin, redonnons à nos armées et à nos forces de sécurité des moyens à la hauteur de la situation et de leurs missions.

Nous sommes en guerre, que diable ! Et il faut livrer cette guerre sans pitié, sans faiblesse et sans état d’âme. C’est à cette seule condition que nous pouvons espérer vaincre.

17 réponses à l'article : Reprendre le pouvoir pour mener la guerre

  1. Hilarion

    30/08/2016

    « Des jeunes qui s’en prennent à la France ont toujours existé »
    Des jeunes qui ont défendu la France au péril de leur vie ont eux aussi toujours existé. Les seconds ont permis aux premiers de conserver une liberté d’expression leurs permettant de déféquer sans risque sur le pays en empochant de gros cachets sous les applaudissements de pauvres types se croyant à l’avant garde. Comme vous souhaitez la compagnie des premiers, je vous y laisse.

    Répondre
  2. barbanzed

    29/08/2016

    La France ne se connaît aucun ennemis , si ce n’est ceux qui se déclarent comme tels. Lorsque le gouvernement ( Président de la République et Premier Ministre ) déclare vouloir  » faire la guerre  » il faudrait , au minimum, qu’il dise contre qui et pourquoi faire cette guerre.
    Ceci dit, je n’ai pas encore entendu dire que les combattants de Daech étaient bouddistes ou témoins de Jéovah, mais , jusqu’ici se réclamaient de la Religion Musulmane. Ce n’est pas aux autorités civiles de dire ce qu’est ou doit être la pratique d’une religion. C’est aux responsables religieux de le faire. Jusqu’à preuves du contraire , il faut , malheureusement, considérer tous les musulmans comme de possibles extrémistes et en tenir le plus grand compte dans la conduite de la guerre.
    Puisque le Conseil d’Etat considère que le port du  » burkini  » est du ressort de la liberté individuelle, je propose au maire de Villeneuve – loubet de tenir les prochaines réunions de son Conseil Municipal en uniformes de la Division SS « Das Reich  » et de se promener en ville dans cette tenue folklorique digne d’Haloween !
    La liberté ne saurait se diviser !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      29/08/2016

      vous ne croyez pas si bien dire !

      une de mes jeunes amis , d’ origine basque, portait une … svastika à sa chaine de cou , objet  » identitaire  » qu’ il dissimulait dans sa chemise , mais elle fut aperçu en cours de gym et il fut illico renvoyé du collège dans lequel les jeunes filles arrivaient voilées et les jeunes gens ( 17 / 18 ans ! ) avec des mains de fatma !

      ce garçon vivrait maintenant aux … U.S.A.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        29/08/2016

        un de mes jeuens amis

        Répondre
  3. Lyle

    24/08/2016

    Pour résumer ce que je viens de lire ainsi que les notes de Jaures, ce n’est pas la république qui es t attaquée, c’est le pays France et ses habitants, ces sauvages, comme dans d’autres pays tuent , martyrisent ceux qui sont différents, donc des personnes ayant une conscience….cela est sur….donc surtout des catholiques, et après viendra le tour des autres, quant à la France qui n’existe plus, peut être dans les grandes villes, mais dans nos campagnes , oui, la vie à encore un sens morale, ce qui a été appris dans les Eglises.

    Répondre
    • Jaures

      24/08/2016

      Pourquoi dîtes-vous « surtout les catholiques » ?
      Je suis d’accord pour ce qui concerne le père Hamel, c’est indiscutable. Mais pour les autres ?
      Les journalistes de Charlie étaient des catholiques ?
      Et les clients de l’Hypercasher ?
      Les victimes de Merah étaient juives (4), musulmanes (2) et catholique (1).
      En quoi les spectateurs du feu d’artifice de Nice ou du concert rock du Bataclan étaient-ils catholiques ?
      C’est bien la France qui est attaquée mais dans sa diversité. Que le terroriste fasse ou non le tri, tout le monde paie son tribut qu’il soit Noir, Blanc, Français, touriste, chrétien, musulman, athée, policier, soldat, simple passant, chef d’entreprise,…
      Quant au « sens moral des campagnes », il y aurait beaucoup à en dire…

      Répondre
  4. Alain

    24/08/2016

    Le laisser faire des gouvernements depuis des decennies, contre les valeurs française , dans un laïcisme agressif, la promotion d’un muticulturalisme malheureux, voire d’un metissage forcé (Sarkozy-dec 2008) relèvent simplement de la haute trahison.
    Pour bien se battre il faut d’abord éliminer les traîtres.

    Répondre
    • Jaures

      24/08/2016

      Qu’appelez-vous « les valeurs françaises » ?

      Répondre
  5. alain harrison

    23/08/2016

    Bonjour.

    Dans cette diatribe, au moins vous dénoncez les politiques des trente dernières années qui ont construit la prison UE, son geôlier la BCE et l’ Eurogroupe, cette instance opaque.

    «« Jean-Claude Juncker (prononcé, en luxembourgeois, [ ʒɑ̃ː.kloːd ˈjʊŋ.kɐ]), né le 9 décembre 1954 à Redange-sur-Attert, est un homme politique luxembourgeois.

    Il est Premier ministre du Luxembourg de 1995 à 2013. Il est président de l’Eurogroupe (nommé grâce à sa fonction de ministre des Finances du Luxembourg) du 1er janvier 2005 au 22 janvier 2013.

    Juncker est désigné en 2014 pour être durant cinq ans le président de la Commission. Le 1er novembre 2014, il prend ses fonctions et succède au Portugais José Manuel Durão Barroso. »»

    Juncker a été
    Président de l’Eurogroupe du 1er janvier 2005 – 21 janvier 2013 (8 ans et 20 jours). Successeur Jeroen Dijsselbloem

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Claude_Juncker

    Un des chefs de file des paradis fiscaux. (Crime contre l’Humanité vue l’ampleur des dommages collatéraux dont la crise de 2008 est un point tournant.

    Cette UE, sert de machine à voyager dans le temps vers le Moyen Âge, ou nous seront tous serf mon frère.

    Un conseil lisez:

    Crime contre l’humanité, l’ultime retour des barbares.
    Par Fethi Gharbi
    Mondialisation.ca, 06 août 2014
    ««« En juillet 1953 alors que la guerre froide battait son plein, une délégation de musulmans est invitée aux États-Unis. Elle est reçue à la Maison-Blanche par le président Dwight Eisenhower. Celui-ci s’adresse à ses invités en ces termes : «notre foi en Dieu devrait nous donner un objectif commun : la lutte contre le communisme et son athéisme». Saïd Ramadan, gendre et successeur de Hassan Al-Banna, fondateur du mouvement des « frères musulmans » faisait partie de la délégation (7). »»»
    http://www.mondialisation.ca/lultime-retour-des-barbares/5394869

    Extrait du « Manuel d’histoire critique »
    Et le Paraguay découvrit le libre-échange
    Quand il trouve porte close, le libre-échange sait s’imposer par les armes. Adepte d’un protectionnisme rigoureux, le Paraguay en a fait la douloureuse expérience entre 1865 et 1870, lors de la guerre de la Triple Alliance qui l’opposa au Brésil, à l’Uruguay et à l’Argentine. Financés par les milieux d’affaires londoniens, ces trois pays sont parvenus à le soumettre à l’économie-monde britannique.
    http://www.monde-diplomatique.fr/communiques/141016.html

    Bien, il faut dénoncer le mal, mais sans solutions, nous n’irons nul part. Nos connaissances devraient normalement nous guider vers une civilisation diversifiée et conviviale.

    Ce n’est pas le cas, c’est le mercantilisme qui a pris le dessus.
    Chaque époque avait ses grands penseurs qui montraient la voie « civilisatrice » dans le bon sens du mot. La dernière des grandes idées en date est l’humanisme qui a été le cadre de la libéralisation de la Femme des carcans du Vieux Monde de toutes les monarchies (comme mot générique). Et vous semblez déterminer à nous y ramener.

    Maintenant nous avons les connaissances nécessaires, et celles-ci ont explosé dans tous les domaines. Notre priorité est celle du bien vivre de l’Humain, et pour cela deux choses urgentes: l’économie au service de l’Humanité dans le respect de la Nature et l’Éducation Juste « dans le sens de justesse (Krishnamurti) ».

    Nous sommes au point des bilans sur le centre de toutes les décisions, l’état de droit.
    Maintenant l’heure est venue de passer de l’état de droite (faillite) à l’État Démocratique (citoyenne-travailleur) de changer la garde des institutions, renouveler le vieux sang par du neuf, de la vieille mentalité à la nouvelle, de l’exploiteur-patron au coopératisme travailleur citoyenne.

    Parallèlement et impérieusement prendre connaissance d’un des éléments qui fondent notre condition d’humain et qui est un des éléments clefs de la mutation des consciences: le principe de la manipulation et du conditionnement.
    Sur le plan de la morale, nos sociétés quel quelle soit démontre un avancement sur ce point, quand les besoins de base sont comblés adéquatement et qu’un équilibre entre la joie de vivre et les exigences de la vie sont présentes dans l’ensemble. Ce qui est le cas pour une partie de l’Humanité, par exemple le Québec versus la Grèce, ou la Lybie pour le pire des cas.
    Comment était la Lybie avant sa destruction ?
    Je crois qu’on nous a menti ?
    Tout comme pour l’Irak ou le Vénézuéla.

    Le Peuple doit prendre le pouvoir.

    Répondre
  6. Jaures

    23/08/2016

    Pierre Jannot, nous sommes en guerre, certes, mais pas contre nous-même.
    Pour vous, un ennemi est celui qui ne correspond pas à votre vision étriquée de « la France éternelle », c’est à dire celle d’il y a au moins 3 siècles. Certes, pour l’instant vous vous contentez de mesures qui touchent ce qui est bronzé, c’est plus facile pour commencer, mais il y a fort à parier que si cela marchait, vous ne vous arrêteriez pas en si bon chemin.

    Car, même si vous escluez les musulmans, ceux qui resteraient correspondraient-ils pour autant à votre « France éternelle » ?
    Saint-Louis que vous citez avec émotion, était un grand persécuteur de juifs. Charlemagne a porté le fer partout où l’on n’était pas chrétien et ceux qui refusaient la conversion étaient passés par les armes.
    Incluerez vous dans votre « France éternelle » ceux qui ne partagent pas plus vos idées que vos croyances ? Jusqu’où ira votre tolérance ?

    D’autant que votre façon de procéder en mettant dans le même sac les quelques milliers d’individus dangereux et les millions de personnes paisibles est la meiileure méthode pour faire d’un grave problème un chaos indescriptible. Traitez comme un ennemi quelqu’un qui ne l’est pas et il le deviendra immédiatement.
    Pensez-vous être efficace en considérant pareillement M.Merah et Mohamed Legouad ?
    Ce que vous proposez est exactement ce que souhaite l’E.I: que les occidentaux irresponsables considèrent tous les musulmans comme des terroristes pour que ceux-ci soient persécutés et rejoignent le djihad.

    C’est bien la République que les terroristes ont attaqué. Un prêtre, certes, mais aussi des militaires, des juifs, des policiers, des amateurs de rock, des jeunes aux terrasses des cafés, des tourristes, des journalistes libertaires, …
    C’est la France qui lui fait la guerre que Daech tente de déstabiliser. Et les premiers à sombrer sont les nostalgique d’une France qui n’existe plus. La « fille aînée de l’Eglise » a quitter depuis longtemps la maison, les églises et cathédrales se vident et ne tiennent que grace aux subventions de l’Etat, la moyenne d’âge des prêtres dépasse les 70 ans, près de 2000 prêtres viennent d’Afrique pour assurer les offices, les sacrements sont de moins en moins observés,…
    Si les djihadistes voulaient s’en prendre à un pays chrétien, ce n’est certes pas la France qu’ils auraient choisi.
    Ils s’en prennent simplement à un de leurs pires ennemis.

    Répondre
    • Hilarion

      29/08/2016

      « Ce que vous proposez est exactement ce que souhaite l’état islamique » (18ème ligne). Voilà la rhétorique à la dernière mode: combattre un ennemi serait accéder à sa volonté. Voilà un concept qui avait dû échapper il y a 100 ans à nos anciens qui, au lieu de combattre stupidement au canon et à la baïonnette auraient dû faire allégeance aux hordes teutonnes en les accueillant avec des bouquets de fleurs. Je reconnais là en vous, mon cher Jaurès mon sophiste préféré. Vous pouvez aussi caricaturer l’identification des nuisibles, il n’empêche que la population pénitentiaire est constituée à 60% par des musulmans culturels alors qu’ils ne représenteraient que 10% de la population. Même s’ils ne sont pas tous « radicalisés », ils constituent néanmoins une large majorité du parc de nos prédateurs. Raison pour laquelle la police procède à ce que les racaillophiles appellent des « contrôles au faciès »

      Répondre
      • Jaures

        30/08/2016

        Combattre un ennemi ne veut pas dire faire n’importe quoi.
        Même quand l’ennemi était l’Allemagne nazie, le combat n’était pas aussi simple car en France, il prenait également le visage des miliciens, des collaborationnistes et des Français membres de la Waffen SS.
        Fallait-il à l’époque, sous prétexte que des dizaines de milliers de Français s’alliaient aux nazis considérer l’ensemble du peuple Français comme ennemi ?
        Comment gérerez-vous les 5 à 6 millions d’ennemis potentiels qui, s’ils sont persécutés injustement, deviendront de facto des ennemis réels ?
        Et quelles seront les limites de votre guerre civile ? Uniquement les musulmans pratiquants ? Les personnes d’origine musulmane ? Tous les arabes mêmes chrétiens ou juifs (au faciès, qui fait la différence ?)
        Quant aux détenus de majorité musulmane (ou d’origine musulmane), on peut vous informer que 95% des prisonniers sont des hommes. Votre argument contre les musulmans est bien plus percutant pour une misandre.
        Et comme toujours, je vous rappelle que les pays sans musulmans n’ont pas moins de délinquants. Parfois même beaucoup plus.
        Aux Etats-Unis où les musulmans représentent moins de 1% de la population, la société est-elle plus sûre et plus paisible ?

        Répondre
        • Jacky Social

          30/08/2016

          @Jojo: vous etes decidement dans un autre monde. Vous ne comprenez rien. Expulsez les musulmans chez eux n’a rien a voir avec la collaboration et les nazis. Ils rentrent chez eux, c’est tout. Un peu comme quand votre visa expire ou vous etes declare persona non grata ou que vous etes dechu de votre nationalite. Rien de bien grave. Par contre, transformer son peuple en gibier facile, ca, c’est criminel. De meme que preparer son propre remplacement pour des raisons abjectes liees au sauvetage du socialo-facisme, comme d’habitude (secu et retraites etatistes par exemple). C’est totalement aberrant, d’autant plus que ce ne sont pas ces generations de domestiques et de racailles qui vont gagner assez pour garantir tous vos jacky sociaux et autres billevesees « solidaires » (il est interdit de rire).

          Répondre
          • Jaures

            30/08/2016

            Qu’est-ce que vous nous parlez de visa !
            La plupart des musulmans sont Français. Ils sont nés en France et sont allés à l’école française. La religion n’est pas une nationalité. Allez vous expulser les juifs en Israël ?
            Par ailleurs, les enfants de parents musulmans peuvent avoir des origines différentes. Où allez vous les expulser ? Pourquoi un pays accepterait des ressortissants qui n’ont jamais mis un pied sur leur sol ?
            Vous avez du monde une vision de Colonel Sylvestre. Il n’existe pas de « Musulmanie ».
            Et pareillement, si vous sortiez un peu de chez vous, vous verriez qu’il existe des musulmans médecins, plombiers, ouvriers, ingénieurs, comptables, policiers, militaires,…
            Votre vision étriquée des musulmans ressemble à celle d’autres qui ne voient chez les juifs que des commerçants riches avares et prétentieux.

        • Hilarion

          30/08/2016

          Il est dans mon esprit hors de question de s’attaquer à une population en général. Je connais de près le problème des Harkis par exemple, qui furent victimes d’un véritable crime contre l’humanité dont la France gaulliste s’est rendue complice. Ceux là, la gauche n’en parle jamais car ils étaient bien plus Français de coeur que vos copains
          les « porteurs de valises » complices des felouzes qui émasculaient les petits gars du contingent.. La question est seulement de répliquer à ceux qui nous font la guerre, qui envisagent de nous la faire, qui explicitement nous haïssent, nous insultent et cela commence avec le « nique la France » écrit sur les murs par des  » Français » d’allocations qui crèveraient de misère dans leur pays d’origine. Faire la guerre, oui, à ceux qui veulent nous imposer la société régressive génératrice de pauvreté qui les a contraints à quitter leur pays d’origine et assez stupides pour ne même pas comprendre qu’ils veulent importer tout ce qui génère le sous développement, Votre rhétorique et celle de vos pairs est très exactement celle qui nous a conduits au désastre de Juin 40, ou de congrès en conférence, intercalées entre reculade et reculade on a fini par tomber dans le trou.

          Répondre
          • Jaures

            30/08/2016

            Des jeunes qui s’en prennent à la France ont toujours existé.
            Ils n’ont pas attendu les rappeurs: « Hexagone » (Renaud), « J’m’en fous d’la France » (M.Le Forestier), « Antisocial » (Trust),…
            A choisir, je préfère entendre les jeunes hurler des refrains subversifs inoffensifs (ces artistes sont aujourd’hui des vieillards paisibles) que les voir se faire massacrer en chantant le « Chant des Girondins ».
            Et ce sont les circonstances qui créent les haines entre Français, pas la religion. En 40, justement, les miliciens et membres de la division Charlemagne tiraient sur les résistants et soldats Français et alliés. Ils ne s’appelaient pas Mohamed mais Darlan, Bertheux, Gombert, de la Mazière, de Vaugelas,…

          • Le Ket

            30/08/2016

            FAUX Jaurès : aucun membre de la Brigade Frankreich ou de la division Charlemagne n’a JAMAIS tiré sur un résistant ou FFL en France, pour la bonne et simple raison que ces unités, dès l’origine étaient engagées sur le Front de l’Est et que leurs derniers combattants se trouvaient à Berlin en mai 1945, pour défendre le bunker d’Hitler.
            ASSEZ DE FADAISES ET DE MENSONGES ! ! !

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)