Résistance et guerre culturelle

Posté le 02 juillet , 2018, 5:00
17 mins

La Cour Suprême des États-Unis vient de rendre publiques trois « décisions » capitales coup sur coup.

Dans les 3 cas, elle a tranché en faveur de la Constitution, contre la gauche « évolutionniste ».

1) L’appel de l’État de Californie pour permettre aux cliniques de faire de la publicité pour leurs services abortifs est rejeté comme inutile et même contraire au 1er Amendement (liberté d’expression) car « d’essence totalitaire », selon le Juge Kennedy.

2) La Cour suprême juge que les syndicats du public n’ont pas le droit de forcer les fonctionnaires à se syndiquer.

3) Enfin, et cette fois c’est définitif, dans Trump v. Hawaï, la Cour établit qu’il revient à l’autorité présidentielle de refuser l’entrée d’étrangers non contrôlés par leur pays et présentant en conséquence des risques sécuritaires.

On en conclut que le Juge Kennedy, qui a longtemps été à la Cour suprême ce que McCain fut pour le Sénat, un « maverick » votant le plus souvent contre son camp, regrette peut-être d’avoir été le vote-pivot qui a favorisé à outrance la gauche sexuelle. Coïncidence ou remords, depuis l’arrivée de Trump, le juge n’a plus démérité à Reagan qui l’avait nommé en 1987.

Et voici que, dans la foulée de ces 3 superbes décisions, le Juge Kennedy décide de prendre sa retraite.

Coup de massue supplémentaire pour la gauche qui voit clairement que c’est là un cadeau prodigieux à Trump : l’occasion de nommer un juge « conservateur ».

Les présidents passent, mais les juges à la Cour suprême, peuvent durer des décennies.

Une nouvelle génération de juges peut briser le « plafond de verre juridique ».

Cela, en pleine « crise migratoire » et sur fond de violences publiquement proclamées.

Peter Fonda, rejoignant dans l’infamie sa sœur, « Hanoï Jane », a appelé à « enfermer Barron Trump, 12 ans, dans une pièce remplie de pédophiles », à « mobiliser des foules pour terrifier les enfants des agents des frontières », à « dénuder et fouetter publiquement les collaboratrices de Trump ».

Même niveau de dépravation que les rappeurs payés avec nos deniers pour divertir le couple Macron le 21 juin à l’Élysée.

Frustrés de n’avoir rien obtenu contre Trump, les gauchistes passent du déni au délire.

Selon un sondage Rasmussen, 59 % des Américains craignent que la guerre culturelle ne dégénère en guerre civile.

La gauche européenne ne vaut pas mieux, on l’a vu le jour du 1er mai en France. Sa violence est soutenue, en Europe comme aux États-Unis, par des milliardaires décadents.

On attend de la justice américaine et des justices européennes qu’elles s’engagent dans la voie ouverte par Orban et instruisent enfin le procès de ceux qui décident de l’agitation et financent les casseurs à leurs ordres.

En Europe comme en Amérique, la gauche mondialiste encourage les « flux » continus qui viennent grossir les « stocks » existants déjà̀ énormes, ingérables et inassimilables, par les aides aux associations autoproclamées humanitaires.

Nous ne sommes pas responsables des accidents inévitables. Nous ne devons pas céder au chantage émotionnel.

Et surtout ne pas nous laisser lier par des lois ineptes.

Ainsi, une loi américaine de 2001 élargit la protection juridique accordée aux étrangers aux immigrés illégaux.

De même, la loi européenne, ordonne aux pays de garantir l’asile à tout arrivant.

La compassion véritable et l’attitude responsable, c’est de dénoncer ceux par qui arrivent ces plaies : trafic d’êtres humains, personnes déplacées, atteintes aux droits des enfants utilisés comme pions, pressions intolérables pour les pays d’accueil.

Les « élites » irresponsables raisonnent dans le court terme : salaires toujours plus bas grâce au dumping de main-d’œuvre et électeurs dociles à vie. Elles n’ont aucun sens des devoirs dus aux générations passées et aux générations à venir.

C’est notre devoir de leur résister, à défaut de pouvoir les rééduquer.

En Europe, la « résistance », comme en 1940, est le fait de quelques chefs courageux pour lesquels Trump twitte sa sympathie.

Plus on cède à la gauche, par lâcheté ou par lassitude, plus elle s’enhardit. La guerre culturelle semble enfin tourner à notre avantage. Il faut une union internationale de toutes les droites et de tous les gens de bon sens pour éradiquer la lèpre qu’est le totalitarisme mondialiste. S’il y a quelque chose qui transcende les frontières, c’est bien cela.

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

La version longue de cet article est disponible ci-dessous pour les abonnés :

Vous devez vous connecter ou vous abonner pour avoir accès à ce contenu.

18 Commentaires sur : Résistance et guerre culturelle

  1. KAVULOMKAVULOS

    7 juillet 2018

    Je trouve très bien que Millière et Joslain “défendent” Trump (il n’a besoin de personne). Au moins cela change du politiquement correct et des insulteurs systématiques envers cet homme. Comme l’a écrit un autre : dommage que Jupiter ne défende pas son pays comme le fait Trump. Non, Jupiter préfère aller baver sur la France, surtout depuis l’étranger. Il semblerait que sa relative popularité collapse. Tant mieux : qu’il dégage ce comédien a deux balles.

    Répondre
  2. BRENUS

    6 juillet 2018

    A propos de “guerre culturelle, résistance à…, etc”, si vous voulez vous payer une bonne tranche de rire, tapez sur google search ” un député allemand+diversité “(de genres). Le clip est en allemand, mais sous titré et c’est à mourir de rire en voyant les tronches de ses collègues du (parlement?). Le type bien qu’à cheveux longs, mais propres, est un Afd et il énumère la liste des variantes sexuelles ou gendrées, pour finir par dire que son groupe ne votera pas la proposition de loi d’inclure tous ces fadas dans la règlementation. Pour une fois, voila un allemand que je trouve amusant et particulièrement fin. Ca change un peu des femmes à barbe qui, dans le passé, ne s’exposaient que dans les cirques.

    Répondre
  3. Agathe

    5 juillet 2018

    Ah! Si Macron défendait son pays comme Trump le sien !
    A croire qu’il n’est pas français, le fils de ses parents, mais un pauvre orphelin adopté, dont on ignore l’origIne.

    Répondre
  4. quinctius cincinnatus

    3 juillet 2018

    ” Les 4 Vérités ” , avec les soit disant free-lance Millière et Joslain, se sont clairement positionnées dans la défense de Trump , pour ne pas dire dans son éloge

    comment peut on être aussi aveuglément servile avec cet homme qui ne NOUS veut que du mal ?

    cela n’ est pas sans rappeler la communication avec l’ opinion qu’ avait P.C.F. concernant l’ U.R.S.S.

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      3 juillet 2018

      D.Trump défend les intérêts de son pays.
      Qu’il place les intérêts des USA avant ceux des autres quoi de plus naturel, il est président de SON pays.
      Il a d’ailleurs été élu pour cela.

      En France nous avons E.Macron, laxiste en immigration sauvage et spécialiste en fiscalité et soirées folles.
      Est-ce la faute à D.Trump si ensuite tout va mal?

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        3 juillet 2018

        Trump nous a déclaré une guerre économique , nous n’ avons pas à l’ encenser, encore moins à nous soumettre, comme le font servilement Millière et Joslain le premier par pur sionisme la seconde par pure stupidité ” philosophique ”

        pour ma part je suis prêt à m’ allier avec … le Diable pourvu qu’ il ait les mêmes intérêts qui sont philosophiquement les miens

        Répondre
        • HansImSchnoggeLoch

          3 juillet 2018

          Dans un guerre économique ou autre il y a toujours un vainqueur et un vaincu.

          Pour le moment campez tranquillement sous le dattier près du wadi et attendez que vos ennemis passent sous votre nez au fil de l’eau.
          Attention il n’est pas exclu que vos ennemis attaquent votre campement en premier.

          En ce qui me concerne je vais poser ma candidature chez Elon Musk pour être parmi les premiers colons de Mars.
          J’apprendrai donc l’issue de la guerre avec quelques minutes de retard, relativité oblige.

          Répondre
        • vozuti

          3 juillet 2018

          ce n’est pas contre nous que trump a déclaré une guerre économique,c’est contre les tenants de l’idéologie mondialiste.
          si depuis une quarantaine d’années nos dirigeants s’étaient comportés comme trump,on n’aurait pas perdu la moitié de notre richesse industrielle(disparue en asie) et on n’aurait pas 20 millions d’immigrés à loger et nourrir.

          Répondre
          • HansImSchnoggeLoch

            3 juillet 2018

            Et Macron est un tenant de l’idéologie mondialiste, je dirais même un des piliers avec sa copine Angela.
            QC réfléchissez, si vous vous mettez du côté de Macron tous vos derniers posts devraient être révisés.

          • quinctius cincinnatus

            3 juillet 2018

            bien entendu que Donald Trump a déclaré une guerre ” industrielle ” à … la R.P.C. , mais qu’ avons nous à voir, nous, avec ” son ” combat américain ? … pourquoi resterions nous passifs devant une autre attaque, cette guerre économique qu’ il nous déclare, et qui nous concerne nous ? n’ avons nous pas comme la Chine nos propres intérêts à défendre ?

            remarquons que sa C° continue de développer des projets … immobiliers dans l’ Asie du Sud Est avec des investisseurs … chinois

          • HansImSchnoggeLoch

            5 juillet 2018

            QC,
            il s’agit d’un rééquilibrage des tarifs douaniers entre Chine / USA.
            Les Chinois négotieront n’étant pas aussi bornés que les Européens.
            Les Nouveaux-Zélandais et les Australiens l’ont d’ailleurs déjà fait.

          • quinctius cincinnatus

            7 juillet 2018

            les Chinois sont patients et résilients … ils ne négocieront pas grand chose pour ne pas dire qu’ ils ne négocieront rien

          • HansImSchnoggeLoch

            7 juillet 2018

            Les semaines qui viendront apporteront la réponse.
            En attendant, buvez un thé, si possible chinois.

  5. HansImSchnoggeLoch

    2 juillet 2018

    Le renard “Trump” est dans le poulailler démocate de Washington.
    Espérons qu’il va nettoyer la place et arrêter la cacophonie.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      3 juillet 2018

      Trump n’ est pas un fox mais un buffalo … sur le plan des structures psychologiques il n’ est pas sans rappeler ” notre ” Jean-Marie Le Pen, la Culture en moins …

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        3 juillet 2018

        Vous auriez du lire “the art of the deal”, c’est un résume de ce que D.Trump a achevé.

        Entre JM Le Pen et D.Trump il n’y a pas beaucoup d’atomes crochus. Il y aurait bien une similitude dans la manière de s’exprimer car les deux n’ont pas la langue dans la poche.
        Mais là s’arrête la comparaison.

        D.Trump est ce qu’on appelle en langage DIY un “maker”, JM Le Pen plutôt un „thinker“. En mode exécutoire un „maker“ a un gros avantage sur un „thinker“. Le premier s’est en effet déjà heurté au mur des réalités tandis que le second est encore en mode “apprentissage”.

        Je n’ai aucune sympathie particulière pour D.Trump, mais je pense que son pendant dans le monde animal est bien le renard. À sa seule vue le poulailler est déjà en effroi. Les poules peuvent par contre très bien s’habituer à la vue d’un ruminant (buffalo).
        Des exemples à la ferme sont courants.

        Il me semble que vous adoptez la posture des médiats “mainstream” en jugeant D.Trump, médiats que vous décriez pourtant dans tous vos posts.
        Ma position est pragmatique, seul les résultats comptent.
        Pour le reste on verra.

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          7 juillet 2018

          depuis le temps que je vous dis que la politique internationale ce n’ est pas [ seulement ] un ” deal ”
          on demande l’ avis et l’ arbitrage de Mr Lambert même si Trump croit qu’ il a changé les ” règles ” de la Diplomatie !

          Trump, même sans les Démocrates et leurs media contre lui, est un homme déjà mort , bien que les E. U. disposent, eux , de l’ autonomie énergétique

          attendons les élections de mi-mandat

          Répondre
          • HansImSchnoggeLoch

            7 juillet 2018

            // attendons les élections de mi-mandat //

            Ce sera le test déterminant pour les démocrates comme pour les républicains.

            En attendant Trump n’est pas encore mort, cela lui laisse encore un peu de temps pour donner un bon coup de pied dans la fourmilière.

Répondre

  • (pas publié)