Retour sur le procès d’Anders Behring Breivik

Posté le octobre 17, 2012, 4:15
6 mins

Les médias français ont, en général, traité les événements du 22 juil­let 2011 en Norvège comme un fait divers dramatique. Il était commode d’y voir la folie meurtrière d’un homme animé par le racisme et d’en occulter la dimension socio-politique européenne.

Deux documents officiels norvégiens mettent un terme aux actions engagées après les attentats de juillet 2011 :

– Le jugement du tribunal d’Oslo, 106 pages qui témoignent d’un procès modèle au plan judiciaire, mais superficiel quant à la recherche des vraies responsabilités.

– Le rapport de la commission du 22 juillet, 480 pages publiées par la NOU, équivalent de notre Documentation française. Analyse exhaustive des événements et des mesures à prendre pour renforcer la sécurité, sans aucune autocritique ni de la société ni de la politique norvégiennes.

Malgré l’amour que je porte à la Norvège, dont je me sens citoyen honoraire après 55 ans de mariage avec une Norvégien­ne, je m’afflige à la lecture de ces documents formellement excellents, mais modèles de la langue de bois politiquement correcte.

Leurs auteurs refusent d’examiner les vraies causes du drame, de reconnaître qu’il est imputable à la déliquescence morale de la société norvégienne et à l’immigration imposée au peuple norvégien par ses dirigeants.

La personnalité du jeune Anders Behring a été marquée par la vie dissolue de ses parents. En Norvège, comme dans l’ensemble du monde occidental, la famille a été méthodiquement détruite. Les socialistes norvégiens avaient compris avant les français l’échec de la version économique du marxisme. Pour atteindre leur objectif ultime, l’égalité absolue entre tous les humains, ils ont lâché la bride aux instincts, qui égalisent les hommes dans l’animalité.

Quand les fantaisies sexuelles des adultes priment sur les devoirs familiaux envers les enfants, la société engendre des Breivik ou des voyous prêts à tuer pour un sac à main.

Breivik a expliqué le sens politique de son geste dans un manifeste diffusé sur Internet le jour même des attentats. Ce document de 1 500 pages, rédigé en anglais, s’intitule « 2083, une Déclaration d’indépendance européenne » (2083 est le 400e anniversaire de la bataille de Vienne qui stoppa la conquête de l’Europe par les Turcs).

La première des trois parties du document rappelle les conflits passés entre l’Europe et l’Islam. La seconde développe une idéologie identitaire hostile à l’immigration. La troisième envisage les moyens de se préparer à une guerre civile inévitable.

Au centre du procès s’est posée la question de la responsabilité du prévenu.

Afin d’éviter une discussion sur les motifs des attentats, le procureur tenait pour l’irresponsabilité, quand la défense admettait la responsabilité et réclamait seulement l’indulgence. L’accusé, quant à lui, n’a cessé de revendiquer son entière responsabilité.

Pour l’essentiel, le manifeste publié par Breivik est l’œuvre d’un homme sain d’esprit qui développe logiquement des idées pertinentes que partagent de nombreux Européens.

Breivik est-il fou d’accuser les responsables politiques de détruire la Norvège ? Est-il fou de s’en prendre aux saboteurs de l’unité nationale ? Les meurtres perpétrés par Breivik sont-ils la conséquence de la politique d’immigration du gouvernement norvégien ? Le tribunal a préféré ne pas poser ces questions.

En revanche, si l’analyse de la situation à laquelle Breivik se livre est réaliste, le choix de son mode d’action relève bien de la démence. La nécrose de son cœur l’a rendu incapable de comprendre qu’il allait inspirer une haine unanime et ainsi discréditer les idées qu’il prétendait défendre.

Ce soldat perdu d’une bonne cause aurait mérité d’être condamné à mort. Il l’a dit au début de son procès : « Vous me fusillez ou vous m’acquittez. »

La France ne connaîtra jamais sans doute de Breivik, le berserk n’appartient pas à sa tradition, Dieu merci. Mais la guerre froide culturelle avec l’Islam y est en route comme dans toute l’Europe. Elle deviendra de plus en plus chaude au fil des années. C’est ce qu’a voulu dire Anders Behring Breivik.

Jean du Verdier

Général (er) de l’Armée de l’Air
Dernier ouvrage paru : « Le défi démographique »
Jean

Courrier des lecteurs des 4 Vérités Hebdo

16 réponses à l'article : Retour sur le procès d’Anders Behring Breivik

  1. QUINCTIUS CICINNATUS

    20/10/2012

    @ Jaurès

    allez faire un petit tour dehors , ça vous changera ( peut être ) les idées ( fixes ) comme celles de @ Fucius ( dites vous )

    un autre bon conseil : ne vous  » prenez pas le choux  » dans cette correspondance polémique , mettez y ( si vous le pouvez ) la distance de l’humour ; vous verrez comme cela aide à supporter la vie et son prochain ( même si ce dernier est très … éloigné de vous )

    Répondre
  2. geogeo

    20/10/2012

    Bonjour,
    Je suis curieux de savoir la raison qui vous empêche d’éditer mon commentaire d’hier qui n’est, à mon sens pas plus terrifiant ni « politiquement incorrect » que bien d’autres.
    Merci de votre réponse

    Répondre
    • 20/10/2012

      Pour vous répondre rapidement : La loi française

      Répondre
  3. Jaures

    20/10/2012

    Fucius, selon votre analyse, il suffit que les musulmans arrivent pour que des psychopathes tout à coup apparaissent et tirent dans le tas. Auquel cas, qu’ont-ils besoin de former des djihadistes. Il suffit de dire « nous voilà ! » et des Breivik se dressent et font le boulot.
    De toute façon, vous êtes dans un tel état d’esprit que même dans les pays où ne vivent quasiment aucun musulmans, les tragédies criminelles qui s’y déroulent ne pourront avoir à vos yeux que des musulmans pour coupables.

    Répondre
  4. QUINCTIUS CINCINNATUS

    20/10/2012

    au modérateur

    pour la sauvegarde de la langue française ( le Gabon l’abandonne et bientôt ce sera le tour du Sénégal ) pourriez vous remplacer  » COMMENT  » par  » COMMENTAIRES  »
    MERCI

    Répondre
  5. F

    20/10/2012

    Fucius, pour compléter ce que vous dites, il y a peu, les musulmans ont exigé l’autonomie d’un quartier d’Oslo. Ils veulent que les lois Norvégiennes ne s’y appliquent plus, que la police Norvégienne n’y vienne plus et prétendent gérer ce quartier de façon autonome en y appliquant la charria…

    Répondre
  6. QUINCTIUS CINCINNATUS

    20/10/2012

    @ Fucius

    votre analyse rejoint la mienne par une approche qui est autre … c’est en effet aussi simple que cela :
    les premières victimes sont toujours des  » innocents  » par ce que les plus faciles à atteindre ; @ Jaurès devrait y réfléchir !

    Répondre
  7. Fucius

    19/10/2012

    Breivik est de toute évidence extrêmement psychopathe et narcissique, mais la principale responsabilité incombe aux islamistes.

    En effet Breivik n’a pas inventé la menace de la charia: Ces milliers d’islamistes la profèrent sans relâche et cette monstruosité accable effectivement des millions de nos semblables.

    Plus le discours islamistes rencontre de succès auprès des musulmans, plus il faut s’attendre à voir enfler l’islamophobie.
    En effet, ce discours prétend que l’islam consiste à soumettre l’humanité entière à la charia, ce qui est absolument monstrueux, mais sans importance s’il ne rencontre aucun écho parmi les musulmans.

    Or c’est hélas très loin d’être le cas: Le succès du discours islamiste auprès d’un grand nombre de musulmans très dévoués à cette cause ne peut pas laisser indifférents les cibles de ce sinistre projet politique.

    Car l’islamophobie n’est rien d’autre que l’effet du discours islamiste sur les non musulmans – qui sont parfaitement fondés à se révolter que cette horreur délirante.
    Ce sont les islamistes qui provoquent les non-musulmans, et leur veulent du mal.
    Comment réagiraient les musulmans si quelque religion inconnue d’eux demandait à ses fidèles de les soumettre à un ordre théocratique brutal, bestial, et destiné in fine à leur faire quitter l’islam ?

    Les motivations de Breivik sont connues, il les a exposées en détails: L’islamophobie, les conviction que l’islamisation de son pays va soumettre ses concitoyens à la charia.
    Qu’on y voie un vrai danger ou qu’on y voie de la folie pure, c’est ainsi. Ceux qui accusent sa prétendue religion chrétienne (et curieusement pas son appartenance à la franc-maçonnerie) sont abjects.
    Autant accuser le christianisme de la shoah ou du bolchvisme. Hitler ou Staline n’ont jamais fondé leurs analyses sur el christianisme ? Breivik non plus.
    Peu importe, il faut l’abattre, et tous les moyens sont bons…

    Répondre
  8. QUINCTIUS CINCINNATUS

    19/10/2012

    @ Jaurès

    aux yeux de Breivik , ces jeunes militants socialistes seraient plus tard , j’ose dire tout naturellement , les successeurs des hommes et femmes politiques socialistes au pouvoir depuis des décennies et qu’il rendait responsables de l’envahissement de la Norvège par des  » ethnies  » * qui LUI ( à Breivik d’abord et par conséquent à la Norvège naturellement ) étaient totalement étrangères
    c’est aussi simple que cela et d’une  » logique  » imparable ; une mesure de prévention en quelque sorte , un principe de précaution et , aussi , une mise en garde …

    il faut savoir que dans les pays nordiques les statistiques ne sont pas  » occultées  » et que l’on sait EXACTEMENT le taux de criminalité dont se rend coupable chaque « ethnie  »

    *  » ethnie  » pour vous faire plaisir

    à chacun ses martyrs

    Répondre
  9. Shadok

    18/10/2012

    Breivik n’est en rien un norvégiens de souche, il est issu d’un métissage comme tout un chacun, nous sommes tous des métissés, le norvégiens de souche n’existe pas .

    C’est pas comme ça qu’on dit en politiquement correct ?

    Ce sont ceux là même qui disent que le français de souche n’existe pas qui sont venus les premiers nous raconter que les apprentis djihadistes arrêtés dernièrement étaient des français de souche.

    Bon faudrait savoir ce qu’on veut une fois pour toute, non ?

    Répondre
  10. Shadok

    18/10/2012

    Breivik et alors ?

    Pas d’amalgame, rien à voir avec l’extrême droite ni avec les chrétiens….faut pas stigmatiser et faire d’amalgame, la très grande majorité des identitaires et des chrétiens sont de paisibles citoyen normaux qui vivent en paix.

    Voilà, c’est pas comme çà qu’on dit ?

    Répondre
  11. Jaures

    18/10/2012

    Quinctius, je suis d’accord avec vous. Le péril juif était pour Hitler le prétexte à sa folie comme le péril islamique a servi d’excuse à Breivik pour massacrer 77 jeunes. Mais peut-on dire que les victimes créent leur bourreau par leur simple existence ? Qu’avaient fait les jeunes Norvégiens pour mériter leur supplice ? Si les intervenants peuvent me lister les « fautes » qui les ont conduit à cette mort atroce, devra-t-on en déduire que ceux qui les ont commises ici ou ailleurs doivent s’attendre au même châtiment ?

    Répondre
  12. QUINCTIUS CINCINNATUS

    18/10/2012

    @ Jaurès et Hitler

     » c’est le péril juif qui est en cause ?  »

    et bien oui , pour Hitler , c’était exactement ça !

    le péril n’étant pas simplement le nombre mais aussi et SURTOUT l’influence

    vous vous en rendrez bientôt compte avec le Qatar ( entre autres états islamistes aimés tout aussi bien par Sarkozy que par Hollande )

    Répondre
  13. R. Ed.

    18/10/2012

    Comme d’habitude, Joresse n’a rien compris.

    Il devrait lire le manifeste écrit par Breivik (après avoir appris l’anglais, bien sûr…)
    Et là, nous en faire un bon résumé.

    Répondre
  14. WatsonCorsica

    18/10/2012

    Jaurès :
    Ben voyons ! Et Hitler ? C’est le péril juif qui en est la cause ?
    Ben oui, jaurès, forcément, même si nous considérons que les juifs ne constituaient pas un péril
    Sauf que, le moteur de hitler n’était pas uniquement son antisemitisme mais la montée en puissance des bolchéviques comme vous ( prédiction de Marx ) et le « diktakt » de l’armistice de 14-18 qui avait mis l’Allemagne à genou.
    Allons Jaurès, révisez un peu l’histoire avant de l’ouvrir…

    définir une cause pour expliquer le comportement d’un individu ne signifie pas que cette cause entrainera toujours la même conséquence.
    décidément Jaurès, vous avez toujours un grave problème avec la logique… et par conséquence avec la réalité !

    Répondre
  15. Jaures

    17/10/2012

    « Leurs auteurs refusent d’examiner les vraies causes du drame, de reconnaître qu’il est imputable à la déliquescence morale de la société norvégienne et à l’immigration imposée au peuple norvégien par ses dirigeants. » Ben voyons ! Et Hitler ? C’est le péril juif qui en est la cause ?
    Curieuse cette volonté de faire passer le bourreau pour la victime. Et les mêmes qui hurlent à l’angélisme quand on avance que l’environnement social d’un petit délinquant a sans doute influé sur son comportement avancent maintenant que les fantaisies sexuelles des parents peuvent faire de leur enfant l’assassin de 77 gamins.
    A ce compte, il serait prudent d’interner préventivement Camille Srauss-Kahn qui, si la théorie du Gl Du Verdier est avérée, est en puissance la pire criminelle que l’on puisse imaginer.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)