Rwanda : les origines du génocide

Posté le mai 22, 2004, 12:00
6 mins

On estime qu’entre le 6 avril 1994 (date de l’assassinat du Président Habyarimana) et l’automne 1996, la guerre civile du Rwanda fit au moins 2 millions de morts, peut-être même 3 millions, femmes et enfants compris, dont environ 1 million appartenant en majorité à l’ethnie Tutsi, durant les cent premiers jours. La plupart des victimes furent décapitées ou éventrées à la machette, outil traditionnel et arme blanche du pays. La longue enquête du TPIR (Tribunal Pénal International du Rwanda) est loin d’être close. Si des meurtriers de la base ont déjà été condamnés, on ignore toujours qui a assassiné le Président et si le génocide a été prémédité et planifié et en ce cas, par qui. On sait seulement qu’à partir d’avril 1994, la minorité Hutu, qui détenait tous les leviers du pouvoir, a entrepris le massacre systématique des ressortissants de l’ethnie Tutsi.
Qu’est ce qui a pu amener des dizaines de milliers de paysans, ouvriers ou employés Hutu, sérieux, laborieux et chrétiens pratiquants, à se transformer soudainement en assassins impitoyables et à tenter d’exterminer les membres d’un peuple parlant la même langue et avec lequel ils vivaient en symbiose depuis des siècles. Pour tenter de clarifier cette énigme, il faut lire le livre de Bernard Lugan « Rwanda : le génocide, l’Église et la démocratie » (Ed. du Rocher). L’auteur s’y efforce de démêler l’écheveau des causes historiques qui ont pu engendrer un tel cataclysme humain. Remontant loin dans l’histoire pré-coloniale, il nous explique comment se fit cette imbrication des deux peuples Hutu et Tutsi. Puis il analyse la période coloniale, allemande jusqu’en 1919, belge ensuite et nous montre comment les Européens, imbus de la supériorité de leur civilisation, ignorants et dédaigneux des structures traditionnelles et des mentalités locales, détruisirent peu à peu la cohésion nationale, tout en étant animés de ces « bonnes intentions » qui pavent tous les enfers terrestres.
Bernard Lugan énumère froidement les responsabilités et ne fait grâce à personne : « S’il est évident – écrit-il – que le génocide du Rwanda a bien été commis par des Rwandais, un tel crime national ne fut cependant possible que parce que la société rwandaise avait auparavant été irrémédiablement déstructurée par le placage d’idéologies étrangères comme la démocratie puis le multipartisme. Le génocide était également inscrit dans l’histoire à partir du moment où les équilibres démographiques furent rompus. Avec le recul du temps, il est possible de dire que ceux qui l’ont permis sont :
– Ces missionnaires qui, dans un premier temps, entre 1900 et 1950, ont sapé les bases sociopolitiques du Rwanda traditionnel. (…)
– Ces responsables de l’administration coloniale belge (…) qui, entre 1958 et 1961, décidèrent contre leurs autorités de tutelle de donner à la révolution hutu soutenue par l’Église catholique les moyens de l’emporter.
– Ces agents de la coopération française qui, de 1981 à 1994, par autisme idéologique, ont refusé d’écouter les connaisseurs du Rwanda, décidant d’appuyer, envers et contre tout, le clan hutu présidentiel… (…)
– Ces Églises chrétiennes qui, dans ce pays surpeuplé et à la démographie suicidaire, ont, de 1960 à 1994, interdit aux gouvernants de prendre en compte le fait que la population augmentait de 50 % tous les dix ans et que le Rwanda compterait 50 millions d’habitants en 2040 pour seulement 18 740 km2 de terres cultivables… La responsabilité de ceux qui ont torpillé tous les projets de contrôle des naissances est donc considérable. »
J’ai déjà écrit dans ces colonnes que tous ceux qui condamnaient la contraception et l’avortement, donc les chefs religieux de toutes obédiences, qui ne font rien d’autre dans le monde entier que de la politique sournoise, étaient des criminels inconscients qui préparaient à l’humanité des hécatombes sans précédent, ce que le génocide rwandais illustre dramatiquement. En outre, ils se rendent complices de la déforestation et de toutes les pollutions, évidemment proportionnelles au nombre excessif des humains, qui détruisent peu à peu la nature terrestre. Ces gens prétendent la vénérer sous le nom de « création divine », mais ils la trahissent obstinément. Car ils ont des yeux et ils ne voient pas… Ils ne veulent surtout pas regarder !

Acheter maintenant

Bernard Lugan
Rwanda :
Le génocide, l’Église et la démocratie
Éditions du Rocher
234 pages – 19 e

TOUT VOS LIVRES – DVD – LOGICIELS SUR AMAZON

6 réponses à l'article : Rwanda : les origines du génocide

  1. Freeman

    12 septembre 2004

    Bien sûr il a eu un génocide au rwanda,bien sûr que des milliers des tustis ont été assassiné sauvagement, mais ce qu’on oublie de dire ce que il a eu autant des hutus assassiner pendant la guerre de 1990 dans les territoire occuper par le FPR et des milliers des réfugies massacrer en RDC. Le monde se culpabiliser de n’avoir rien fait pour empêcher ces massacres et préfère fermer les yeux sur ce qui a provoque ces deux génocide, dont ce qui avaient intérêt à ce que le Président assassiner ne reste pas au pouvoir puisque les accord d’Arusha était en bonne vois. Et tout ce qu’on raconte dans les ouvrage ce ne que un demi- vérité.

    Répondre
  2. chevalier de la Liberté

    25 mai 2004

    ooups, j’ai oublié le lien: https://www.les4verites.com/les4verites/articles/328_01122001c.htm “Que dis-je? en ces murs même une troupe égarée, Des poisons de l’erreur avec zèle enivrée, De ses miracles faux soutiens l’illusion, Répand le fanatisme et la sédition, Appelle son armée et croit qu’un Dieu terrible L’inspire, le conduit, et le rend invincible.” Mahomet: “Si j’avais à répondre à d’autres qu’à Zopire, Je ne ferais parler que le dieu qui m’inspire; Le glaive et l’Alcoran, dans les sanglantes mains, Imposeraient silence au reste des humains; Ma voix ferait sur eux les effets du tonnerre, Et je verrais leurs fronts attachés à la terre: Non, mais il faut m’aider à tromper l’univers; Il faut rendre la Mecque, abandonner ton temple, De la crédulité donner à tous l’exemple, Annoncer l’Alcoran aux peuples effrayés, Me servir en prophète, et tomber à mes pieds” “Je pardonne aux erreurs où Mahomet t’entraîne; Mais peux-tu croire un dieu qui commande la haine? etc, etc,…

    Répondre
  3. chevalier de la Liberté

    25 mai 2004

    Je tiens à préciser que je n’accable nullement les philosophes des Lumières, mais ceux qui au XXème siècle se sont cru leurs équivalents, alors qu’ils n’étaient rien d’autre que le contraire. Les journal “les 4 vérités” avait d’ailleurs publié certains extraits d’une pièce de thèâtre de Voltaire. Le thème? “Le fanatisme ou Mahomet le prophète”. Et oui, ni le relativisme culturel ni l’anthropologie structuraliste n’existaient en cette époque de progrès et de pré-industrialisation.

    Répondre
  4. christophoros.

    23 mai 2004

    Le dernier “opus” ( non dei ) de Monsieur Lance peut se résumer ainsi : l’Eglise Catholique est responsable des massacres au Rwanda car ceux-ci résultent de la surpopulation ( merci au passage à Gaston Boutoul et aux théoriciens de la polémologie ) et l’Eglise Catholique s’oppose à la contraception ( non naturelle ) et à l’avortement. Monsieur Lance tout à son soucis de “choquer le bourgeois” va vite en besogne. Pour apprécier la causalité du désastre Rwandais il adopte la théorie de l’équivalence des conditions ce qui est tout de même un peu réducteur. Cordialement.

    Répondre
  5. quincy

    23 mai 2004

    Monsieur Lance semble oublier deux points fondamentaux : -l’Eglise catholique n’a jamais été opposée à la régulation NATURELLE des naissances. ” Pour de justes raisons, les époux peuvent vouloir espacer les naissances de leurs enfants.Il leur revient dee vérifier si leur désir ne relève pas de l’égoïsme mais est conforme à la JUSTE GENEROSITE D’UNE PATERNITE RESPONSABLE.” Catéchisme de l’Eglise catholique. L’Eglise parle de “paternité responsable” qui prend en compte les conditions économiques à la fois des parents et de leur pays.Le malthusianisme que prône monsieur Lance sont responsables du développement de la dénatalité en Occident et de la disparitions des peiuples européens qui ont une fécondité moyenne de 1,4 enfants par femme soit 33% inférieure au seuil de renouvellement des générations qui est de 2,1 enfants/femme.Ce qui signifie que les Européens sont un tiers de moins nombreux à chaque génération. Merci au Pape de rappeler aux parents leur devoir de procréation. – Ce que critique le professeur Bernard Lugan est justement la mise en place d’idéologies (marxisme, démocratie-chrétienne,socialisme, tiers-mondisme) et de systèmes politiques(démocratie) inadaptés au continent africain et générateurs de catastrophes comme le génocide rwandais. Or M.Lance est de ceux qui pensent que la démocratie libérale doit être exportée au besoin par la force comme en Irak ou en Afghanistan. Un problème se pose d’alors assez rapidement : comment obliger des gens, qui n’ont aucune culture politique, à voter correctement, c’est à dire pour des candidats épris des valeurs occidentales, quand la quasi totalité de la population de ces pays méprise lesdites valeurs occidentales à commencer naturellement par la démocratie?

    Répondre
  6. chevalier de la Liberté

    22 mai 2004

    “Qu’est-ce qui a pu amener des dizaines de milliers de paysans, ouvriers ou employers [vous oubliez travailleurs et travailleuses…] Hutu, sérieux, laborieux et chrétiens pratiquants, à se transformer soudainement en assassins impitoyables et à tenter d’exterminer les membres d’un peuple parlant la même langue et avec lequel ils vivaient en symbiose depuis des siècles.” “Puis il analyse la période coloniale, allemande jusqu’en 1919, belge ensuite et nous montre comment les Européens, imbus de la supériorité de leur civilisation, ignorants et dédaigneux des structures nationales traditionnelles et des mentalités locales, détruisirent peu à peu la cohésion nationale, tout en étant animés de ces “bonnes intentions” qui pavent tous les enfers terrestres.” Monsieur Lance, je vous pose une question: n’est-ce pas le genre d’articles dont raffole le monde diplomatique? C’est quoi ce délire? Pourquoi “la communauté internationale” n’est-elle pas intervenue en 1994? Je souhaite vous rappeler vos propres convictions monsieur Lance, lorsque vous ne vous étiez pas encore endormi devant France 3: https://www.les4verites.com/les4verites/articles/332_12012002c.htm Article titré “l’ingérence nécessaire”, du 12 janvier 2002: Pierre Lance: “C’est pourquoi les nations libres et développées, si elles veulent sauvegarder leur cohésion et leur identité, ne peuvent plus tolérer où que ce soit sur la planète des régimes dictatoriaux” “C’est pourquoi l’ingérence des Occidentaux est désormais nécessaire partout où la situation politique et économique incite les citoyens à s’expatrier. Américains et Européens sont intervenus en Serbie, quoi qu’on puisse penser de l’affaire du Kosovo, car il n’était pas acceptable de voir un petit potentat national-communiste jouer les matamores au coeur de l’Europe. Ils viennent de le faire en Afghanistan et à juste raison encore, non pas seulement à cause des attentats du World Trade Center, mais parce qu’un régime comme celui des Talibans n’est tolérable nulle part sur la planète.” https://www.les4verites.com/les4verites/articles/322_13102001d.htm “Je suis, en gros, assez d’accord avec les conclusions exprimées par Guy Millière dans son article du N°321 intitulé “Quelques précisions utiles”, et je me sens, comme lui, et peut-être même plus que lui, “pro-liberté individuelle et philo-occidental.” https://www.les4verites.com/les4verites/articles/326_17112001d.htm “Ce que nous devons aujourd’hui affirmer à la face du monde, c’est que les valeurs fondamentales de l’Occident: – liberté et dignité individuelles, droits de l’homme et des peuples, égalité de droits entre hommes et femmes, liberté de pensée, d’expression, d’information, d’épargne et d’entreprise – sont des valeurs parfaitement indépendantes de tout crédo religieux. Ce sont les valeurs d’avenir offertes à tous les citoyens de la Terre, et quiconque prétend les combattre se déclare lui-même ennemi du genre humain.” C’est ça vos convictions Monsieur Lance, et nullement ce petit anti-américanisme tiers-mondiste rebaptisé opposition à la politique de George Bush par des personnalités aussi respectables que Noël Mamère et Olivier Besancenot, qui révèle une pensée inconsciente dont le journal télévisé abreuve chaque français, à savoir que vous considérez la France comme un pays du Tiers-Monde, colonisé par les Etats-Unis. Sachez bien, Pierre Lance, que c’est cette pensée qui caractérise un pays sous-évolué, et non le fait qu’il s’inspire des Etats-Unis. A titre d’information, c’est la terre des Etats-Unis qui a été colonisée par les valeurs européennes et non l’inverse. Les Etats-Unis possèdent les vraies valeurs de l’Europe, que les communistes ont modifiées au XXème siècle pour tenter de nous faire croire qu’on est colonisé aujourd’hui par l’électricité, la voiture et internet. Quelle farce! Ben Laden croit ce genre de choses. Devons-nous le croire aussi? Ce sont les communistes qui nous ont colonisé. Ils se sont fait passer pour des Lumières alors qu’ils étaient des anti-lumières. Leurs valeurs sont celles du communisme primitif! Cette haine de ce qui réussit et cet amour de ce qui échoue, dont cet article du 22 mai 2004 est le symbole suprême, est caractéristique de la pensée à base de ressentiment portée par l’extrême-gauche la plus méprisable.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)