Syrie : confusion, imprudence et ridicule

Posté le septembre 11, 2013, 3:51
9 mins

La politique du gouvernement actuel de la France à l’égard de la Syrie est le prototype même de la confusion, de l’imprudence et d’une absence totale de bon sens.

François Hollande, capitaine de pédalo comme dit le camarade Mélenchon et chef d’un État en faillite où le budget de l’armée est sacrifié au profit de l’immigration afro-musulmane, veut être chef de guerre. Comme son prédécesseur, il veut, sabre au clair et panache socialiste au vent, maîtriser le printemps arabe – c’est-à-dire donner à l’armée française l’ordre de bombarder cet ancien protectorat français qu’est la Syrie.

Le précédent libyen, où l’intervention franco-sarkozyste a créé un chaos indescriptible aggravant la situation dans tout le Sahel africain et dispersant à travers l’Afrique et le Proche-Orient l’arsenal de Kadhafi, n’a pas servi de leçon. François Hollande veut recommencer en Syrie, avec cette circonstance aggravante que la situation, qui implique là-bas les grandes puissances, est extrêmement complexe et dangereuse.

La première question que l’on doit poser lorsque ce type d’intervention est à l’étude est celle-ci : quel est dans cette affaire l’intérêt national ? À cette question, je réponds immédiatement : il n’y a aucun intérêt national à intervenir militairement en Syrie, mais il y a des risques considérables à prendre. Derrière Bachar Al-Assad, nul n’ignore qu’il y a la Russie qui lui fournit tout l’armement nécessaire, l’Iran qui lui envoie tous les effectifs dont il a besoin et la Chine qui lui prodigue tout l’appui diplomatique qu’il peut souhaiter. Ajoutons à cela que de nombreux pays occidentaux, et non des moindres, refusent, arguments à l’appui, de s’engager militairement en Syrie : l’Allemagne, la Grande-Bretagne, l’Italie, la grande majorité des pays anglo-saxons, tous faisant observer que, si l’on se réclame du droit qu’à toute occasion la France veut imposer au monde entier, il convient pour commencer de respecter les règles de l’ONU et d’abord du conseil de sécurité dont la France est un membre permanent. La légalité n’est pas à géométrie variable. C’est ce que le secrétaire des Nations Unies a rappelé déclarant son opposition totale à une intervention armée en Syrie. Le pape, la plus haute autorité morale dans le monde, a lui aussi proclamé son opposition à toute aventure militaire en Syrie. Et, pour compléter cette opposition généralisée, Hermann Van Rompuy, président du conseil de l’UE, a, le 5 septembre, lui aussi, dit qu’il était tout à fait hostile à la politique de François Hollande. Voilà donc le président de la République française seul en Europe contre tous, à brandir les impératifs de l’éthique. « Je vais punir, moi seul, le méchant. » À ce propos, je me permettrai de rappeler que les Occidentaux ont aidé Saddam Hussein à utiliser des gaz toxiques contre les Iraniens en 1988 – « notre ami Saddam Hussein », pour lequel Jacques Chirac nourrissait la plus grande affection ! Je rappelle aussi que, pendant la guerre d’Indochine, Français et Américains ont utilisé surabondamment contre les populations civiles le napalm, qui n’est, dans ses effets, guère différent des gaz toxiques. Alors, de grâce, pour la vertu, Monsieur le Président, soyez discret !

Changeant d’avis tous les jours, donnant l’impression d’une improvisation quotidienne, ne sachant plus comment échapper au piège dans lequel il est tombé faute de jugement, François Hollande en est à laisser dire que des frappes n’auraient nullement pour but de renverser Bachar Al-Assad, ni de contrarier son protecteur, le tsar Vladimir Poutine, laissant entendre aussi que, le jour J, on avertira l’adversaire des objectifs choisis. À l’incohérence, on le voit, on ajoute le ridicule ! Et si, à l’inverse, une bavure se produisait, si le porte-avions Charles De Gaulle était torpillé, si le Hezbollah chiite libanais prenait le pouvoir à Beyrouth, que ferait-on ?

Ce qui est certain, en tout cas, c’est que des frappes auraient pour résultat assuré de faire de nouvelles victimes, comme s’il n’y en avait pas assez, de renforcer la détermination de Bachar Al-Assad et des populations alaouites, druzes, et chrétiennes qui le soutiennent, d’exciter davantage encore les Iraniens et le Hezbollah, de mettre Israël en péril, et de renforcer la volonté toujours présente des musulmans de provoquer, en représailles, de graves attentats – en France de préférence. Il serait bon aussi de tenir compte en priorité du fait que 80 % des rebelles syriens sont affiliés à Al Qaïda, que certains d’entre eux ont déjà proclamé « l’État islamique de Syrie », dans la région d’Alep où la charia est appliquée et que beaucoup de ces djihadistes encagoulés sont, outre des Caucasiens, des Maghrébins venant de France. Est-ce l’intérêt de la France de soutenir ces gens-là, alors que 70 % au moins de l’opinion française est hostile à l’intervention socialiste ?

Quand, enfin, ces princes qui, aujourd’hui sont au pouvoir en France, comprendront-ils que la conduite de l’État exige sérieux et réalisme ? À dire vrai, l’explication non dite de cette politique aventureuse est que François Hollande, et sans doute Obama, cherchent à redorer leur blason terni et à laisser une marque dans l’histoire. C’était aussi le but de Sarkozy en Libye. Il a bien laissé une marque dans l’histoire, mais hélas celle d’un politicien parvenu dépourvu de jugement qui a commis une grave erreur pour aboutir à un grave échec.

François Hollande qui, sauf le respect qu’on lui doit, n’a pas les qualités qu’exige la fonction, prend le même chemin. On n’en pleurerait pas. Le problème est qu’il peut nous jeter dans une aventure désastreuse et qu’il perd dans cette affaire toute crédibilité. Il faut le constater, ces gens-là sont dangereux. Aveuglés par leur idéologie, ils prennent les choses non pour ce qu’elles sont, mais pour ce qu’ils voudraient qu’elles soient. C’est le pire des dérèglements de l’esprit, disait Bossuet.

La sagesse exige de laisser les Arabes et les musulmans à leurs affaires. Depuis que l’indépendance leur a été accordée, ils s’entre-tuent dans un redoutable désordre. Eh bien, lorsqu’ils seront fatigués de s’entre-tuer, de s’entre-égorger, de s’entre-gazer, lorsque les chiites en auront assez de tuer les sunnites et vice versa, l’Occident et en particulier la France pourraient proposer des négociations pour la paix et une réelle démocratie. À cette occasion, on pourrait demander aux djihadistes syriens de bien vouloir libérer les deux journalistes français qu’ils détiennent, parmi d’autres, et de cesser de pratiquer le terrorisme, leur arme favorite qui, depuis si longtemps, tue femmes et enfants.

3 réponses à l'article : Syrie : confusion, imprudence et ridicule

  1. BRENUS

    14/09/2013

    Toujours est-il que la tournure des évènements font passer moije pour un rigolot aux yeux du monde entier. Espérons simplement que le dit monde ne nous confond pas avec lui. Il reste ceci dit une énorme interrogation sur les prises de positions diplomatiques de ce gouvernement . Comme je me refuse a croire qu’ils sont tous des crétins patentés, comment peuvent ils réellement croire que leurs gesticulations sont prises en compte. Autrement que par les péroquets auxquels nous sommes habitués, même sur ce site. Et par la « gauche américaine » personalisée depuis des lustres en France aux émissions de télé par la donneuse de leçons de service Nicole Bacharan récitant son éternel bréviaire style « pace corp ».

    Répondre
  2. ffreude

    11/09/2013

    C’est idiot de dire que la France n’a pas d’intérêt en Syrie (et au proche Orient en général), elle fait partie de l’OTAN avec les USA et la Turquie (et en quelque sorte le bloc de l’Ouest n’a jamais disparu).

    Les Etats Unis soutiennent les monarchies arabes et elles lui rendent bien. D’ailleurs si on a actuellement des conflits c’est grâce au découpage des frontières des britanniques post colonisation:

    Le peuple kurde qui a été partitionné entre quatre nations différentes et qui s’est retrouvé en lutte contre l’Irak sous Sadam Hussein et contre la Turquie. Le conflit entre l’Inde et le Pakistan au sujet du cachemire, l’affrontement entre Israël et ce qui reste du peuple palestinien ..

    Ils ont laissé aussi une pléthore de petites monarchies pétrolières. 🙂
    Comme par hasard là il y a des ressources en hydrocarbures importantes, avec lesquels ils sont alliés. Les américains ont des bases dans la région.

    La précédente guerre Iran Irak dans laquelle la France et ses alliés (dont les monarchies du golfe) ont soutenu Sadam pour contrer l’Iran. Et à l’époque ça ne dérangeait personne qu’il utilise des armes chimiques contre les iraniens.

    L’histoire se répète avec les mêmes acteurs (les monarchies du golfe et les occidentaux derrières pour fournir armes, munitions et conseils …). D’ailleurs ce qui leurs fait peurs c’est le soulèvement des peuples opprimés et la survenance d’u véritable printemps « arabe ». Comme ce qu’il s’est passé au Bahreïn où la révolution a été maté d’une botte de fer sous le silence une fois de plus hypocrite de l’occident.

    Donc non l’auteur de cet article à faux. Il est dans l’intérêt de La France et des nations humanistes de créer et de maintenir le chaos pour protéger leurs alliés. Qui les fournissent en énergie, investissent dans leurs économies …

    Répondre
  3. quintius cincinnatus

    11/09/2013

    Comme cela est souvent , c’est un réconfort intellectuel, que de lire Monsieur Christian Lambert qui ,LUI ,connait ce qu’est un enjeu géo-politique … le seul bémol est à mettre sur une possible réconciliation chiites-sunnites; celle ci n’aura, hélas, jamais lieu pour une raison aussi simple qu’arabe …le fanatisme religieux … Cependant laisser un dogmatique orgueilleux comme Laurent Fabius diriger le Quai et ….Hollande *** est plus qu’un risque c’est un crime …. humanitaire …

    *** puisque c’est bien Laurent Fabius, qui squeezant le Chef des Armées qu’est ( malheureusement pour Elles et pour nous ) Hollande et qu’à l’évidence il méprise intellectuellement, a parlé OFFICIELEMENT et EN PREMIER d’une intervention militaire française en Syrie

    le Bédouin

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)