Trois graves sujets de préoccupation dans le monde

Posté le avril 05, 2016, 10:36
10 mins

programme-trumpAux États-Unis, la présidence d’Obama n’étant guère satisfaisante, les Américains espèrent un nouveau Reagan et voici qu’ils pourraient être gouvernés par un Donald Trump qui se dit républicain, mais qui, en réalité, est désavoué par le GOP en raison de ses outrances et d’un programme inquiétant à tel point que 118 experts du parti républicain se sont engagés à tout faire pour empêcher son élection.

Il n’en demeure pas moins que cet homme d’affaires, tombé 4 fois en faillite, aujourd’hui milliardaire aventurier, excessif et vulgaire, pourrait malgré tout l’emporter, codes nucléaires inclus. Alors que les États-Unis restent la première puissance du monde au plan militaire et économique, on mesure les risques pour le monde entier.

Si ce n’est pas Trump, ce sera Hillary Clinton, c’est-à-dire que, finalement, les Américains auront choisi le moindre mal, mais le mal quand même. Une fois élue, l’épouse de l’ex président Clinton serait l’obligée des minorités noires et latinos qui lui auraient donné la victoire. Or, en Amérique, les Noirs et les Latinos ont prouvé ce qu’ils savaient faire : Haïti, république indépendante depuis 200 ans grâce à la Révolution française, n’a jamais connu que l’incurie, la corruption, le chaos et la misère. Quant à l’Amérique latine, nul n’ignore que les nombreux États qui la composent sont tour à tour en proie aux coups d’État, à la violence et à la corruption. Le Mexique, la Colombie, le Venezuela en donnent la preuve, le tout sous le signe d’une production massive de drogue. Hillary Clinton ne ferait donc rien pour mécontenter ses électeurs qui, au demeurant, seront prochainement majoritaires aux États-Unis, mais elle serait plus interventionniste qu’Obama, ce qui pourrait créer quelques problèmes.

En Grande-Bretagne, l’incertitude est plus grande encore. Si l’Angleterre, dans quelques mois, dit non à l’Europe, il en résulterait une grave crise économique et financière, aussi bien en Grande-Bretagne qu’en Europe continentale. L’Union européenne, déjà désunie, en serait fortement ébranlée. Le couple franco-allemand, affaibli par la politique migratoire d’Angela Merkel, qui désormais décide seule, convaincue que Hollande ne sera pas réélu, n’en serait pas consolidé. On pourrait alors se retrouver avec deux Europe : celle de l’ouest, avec ses canards boiteux, et celle du centre, avec le groupe de Visegrad, c’est-à-dire la Hongrie, la Pologne, la Slovaquie et la Ré­publique tchèque qui s’opposent à l’invasion des populations musulmanes qui déferlent par millions venues du Moyen-Orient, de la Turquie et de la Libye. Ne parlons pas de la Grèce en état de banqueroute.

Le Premier ministre britannique qui, selon la tradition, souhaite que son pays reste dans l’Union européenne, à la condition de bénéficier de tous ses avantages sans en accepter les contraintes, a contre lui une bonne partie de l’opinion et, dit-on, la reine elle-même qui serait favorable au Brexit. Bref, à terme, il n’est pas exclu que nous ayons une Angleterre hors de l’Europe, mais une Écosse, devenue indépendante, qui, elle, serait dans l’UE. C’est-à-dire une crise sans fin dans la confusion et d’interminables discussions.

Autre point noir en Europe : la France. D’une certaine façon, la situation y est plus claire. C’est le « foutoir » ! C’est ce que répète la presse, y compris le « Monde », journal de gauche, qui, dans son édition du 23 mars, écrit : « François Hollande a le chic pour se fourrer dans des situations inextricables. » Il est vrai que François Hollande a largement prouvé qu’à tous égards, il n’avait pas les qualités qu’exige la fonction qu’il occupe. « L’ambition dont on n’a pas les talents est un crime, disait Chateaubriand. »

Ceci constaté, il faut reconnaître que le mal est ancien. Hollande a simplement aggravé l’héritage reçu en 2012.

Voilà, en effet, un pays qui ne représente plus que 1 % de la population mondiale, 3,7 % de la production de la planète, mais 15 % à lui seul des « transferts sociaux » en d’autres termes, l’assistanat, si bien que la France est devenue une sorte d’asile planétaire où l’on recense quelque 12 millions d’immigrés aux statuts divers, dont 6 à 8 millions de musulmans, venus d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, 2 millions de « Subsahariens » selon le « Conseil représentatif des institutions noires », plus un million de Chinois, un autre million d’Indochinois et Philippins, un bon nombre de Coréens, plus encore quelque 300 000 Sud-Américains (beaucoup d’entre eux avec un passeport espagnol), le tout agrémenté d’Ukrainiens, de Biélorusses, de Polonais et de « Roumains » appelés généralement « Roms » dont on connaît la réputation… Dans cette vaste foule, on trouve les clandestins, estimés à 500 000, qui savent mettre à profit les soins gratuits que leur prodigue l’État socialiste. Coût : un milliard d’euros par an pour le contribuable français.

À cette situation épicée d’attentats meurtriers, commis à 90 % par des Maghrébins, s’ajoutent 6 millions de chômeurs et d’emplois précaires, malgré les nombreux emplois financés par l’impôt, dans une économie où l’industrie disparaît peu à peu, écrasée par une fiscalité qui est la plus lourde et la plus déséquilibrée du monde, et pratiquement la plus injuste. 50 % des Français de toute origine ne paient pas l’IR, mais 72 % de l’IR sont payés par 10 % seulement de la population.

Devant cette situation alarmante, on entend le déni des responsables impuissants. « Vous êtes objectif, donc vous êtes un fasciste. » François Hollande assure ainsi que les assassins islamistes de « Charlie hebdo » « n’ont rien à voir avec la religion musulmane ». Le Premier ministre déclare, quant à lui : « L’État islamique ne représente en rien l’islam. » Et même Valérie Pécresse, élue de droite, aujourd’hui présidente de la région Ile-de-France, commentant la décapitation au couteau en Algérie du guide français Hervé Gourdel, a déclaré : « Non, l’islam n’a rien à voir avec cela. » Mais un message répété mille fois n’a jamais fait une vérité, écrit Ivan Rioufol dans son dernier ouvrage, « La guerre civile qui vient ».

En guise de conclusion, j’exprimerai l’évidence : la France, qui compte aujourd’hui 150 mosquées salafistes et déjà de nombreuses écoles coraniques, qui change, chaque jour un peu plus, de population, a bien peu de chances de se relever. Une seule opération peut encore la sauver : une coalition des États-Unis, de la Russie et de l’Europe qui arracherait les racines du mal et veillerait, le temps qu’il faut, à ce qu’elles ne se reproduisent pas. En même temps, il faudrait à Paris, un gouvernement fort qui aurait mis à l’écart les politiciens 86 % du peuple français ne fait plus confiance aux partis politiques, les syndicats destructeurs et les associations anarchiques, tous financés par l’argent public. Permettez-moi de dire que je suis très sceptique…

Christian Lambert
Ancien Ambassadeur de France

144 réponses à l'article : Trois graves sujets de préoccupation dans le monde

  1. quinctius cincinnatus

    13/04/2016

    à @ Le Ket

    la réclame dont vous vous … réclamez est celle ci :

     » le Portugal le pays où le noir est une couleur « 

    Répondre
  2. druant philippe

    12/04/2016

    Le socialisme est une doctrine tellement crédible et fiable qu’ elle a besoin d’ une dictature (molle type politiquement correct avec novlangue ou féroce de type Hitlerostalinien / polpotien) pour survivre .
    Qu’ un chaos (climatique ou énergétique ou autre ) s’ installe et toutes leurs « avancées » antiracistes ,
    abolition de la peine de mort , vivre ensemblisme , déification de la pédalerie , immigrationnisme , seront balayées par le vent surpuissant de la cruelle réalité .
    Time , time is on our side , yes it is !

    Répondre
    • Jean Meslier

      12/04/2016

      Druant Philippe

      – Un tel chaos s’est déjà présenté en France, en 1940, lorsque l’armée française, victorieuse en 1918, s’est écroulée en un mois et demi, que 2 millions de soldats ont été faits prisonniers : à l’époque, on a aboli la République, les partis, les syndicats, et on a banni les juifs. Mais, en 1944, le balancier est reparti dans l’autre sens et bien plus loin…

      – Réfléchissez-y donc à deux fois lorsque vous voudrez mettre en place votre programme purificateur.

      Répondre
      • Jacky Social

        12/04/2016

        @Jaures II: qui a vote pour installer le Marechal au pouvoir? Et puis que fait-on des 8 annees de plomb, celles de Front Populaire avant la Guerre avec le bel Albert Lebrun (comme les chemises) sans compter toute la panade des annees 20. Vos raccourcis se retournent contre vous, Et puis si on pouvait detruire la France en un mois et demi, c’est que quelque chose ne tournait pas vraiment rond (de cuir). Avec ou sans syndicat, la Belgique s’est fait laminee. Et pourtant, le grand socialo-fasciste Henri de Man, president du PS de l’epoque, etait conseiller fort particulier du Roi Leopold III. A part l’Histoire de France dont vous avez une vision assez biaisee (nous resterons polis), vous ne connaissez pas grand chose au monde, ce qui montre bien que vous etes tres introverti et peu ouvert au monde.

        Répondre
        • Jean Meslier

          12/04/2016

          Jacky Passéiste

          1. Le Front Populaire n’a pas duré 8 ans mais à tout casser deux ans, de mai 1936 à mai 1938. Et encore le programme propre du Front n’a guère duré plus de 8 mois. En mars 1937, c’était déjà râpé. Sans parler de la non-intervention en faveur de la République espagnole, qui équivalait à la condamner à mort face à la droite putschiste et complotiste.

          2. Il n’y a pas eu des années de plomb, mais, au contraire, des semaines exaltantes, lumineuses, celles des grèves de mai-juin 1936, qui n’ont d »équivalent que celles de quelques brèves semaines de la Révolution, de juillet-août 1944, de mai 1968 et de mai 1981.

          3. Ce que vous pouvez penser des débuts de Pétain importe peu : ce qui compte, c’est ce qui s’est passé en 1944-45. Or, à cette époque, la droite a passé sous le tapis, dans presque tous les domaines – et, du point de vue culturel, 70 ans après elle n’en est toujours pas ressortie.

          Répondre
    • Jacky Social

      12/04/2016

      @Druant: avant qu’il ne devienne archeveque de Malines-Bruxelles (Mechelen-Brussel waar de Vlamingen thuis zich willen voelen), j’etais en contact assez regulier avec Mgr Andre Leonard, bien que nous ne nous soyons jamais rencontres. Le sujet etait la critique habituelle venant du socialo-fascisme (avec l’hyper-argument massue) quant au caractere irrationnel (ou suppose tel) de la revelation chretienne et de toutes les autres religions (sauf celle de qui vous savez, bien evidemment – ben oui, avec le pedophile qui murmure dans l’oreille d’un bourricot). Je lui avais repondu: « Et le socialisme est si rationnel qu’on voit ou en est l’URSS et tous ceux qui ont suivi la grande idee rationnelle ». Nous avions evidemment beaucoup ri par courriel. Que de bons souvenirs. Je sais que la religion n’est pas trop votre truc et je ne suis pas une grenouille de benitier. Par contre, je crois, bien entendu, car je ne pense pas que nous soyons juste un hasard sur Terre. Je ne developperai pas ce sujet car ce serait trop long et assez sterile, la Foi ne se commandant pas (sauf lorsqu’il s’agit de la foi dans le socalisme). Pas de proselitisme. Chacun fait ce qu’il veut. Mais après, Jaures vient vous asssener que la Courbe de Laffer n’est pas prouvee scientifiquement. Parce que, et vous avez, cher druant, omis cela (peche mortel de lese socialisme!), le socialisme, lui, est prouve scientifiquement (tout comme le rechauffement climatique d’ailleurs, devenu par un tour d’obamagicien, le changement climatique). Et puis, le marxisme, c’est de la science, soyez-en certain. Et meme de la science omnisciente. Regardez Jaures. Le personage n’est-il pas a l’idee qu’on se fait d’un scentifique de haute branlee? Jaures, c’est le MIT, la NASA et Microsoft a lui tout seul (tiens, rien que des cons d’Amerloques, meerdeuh). Apparemment, chez Jaures, on n’a pas appris grand chose de l’Histoire. Il faut toujours qu’on en rajoute 3 couches avec deux siècles et deux guerres en Irak de retard.

      Répondre
  3. Jean Meslier

    12/04/2016

    Quinctius Cincinnatus

    – Je vous rappelle tout de même que tout ce à quoi s’est opposée la droite, au cours des 19e et 20e siècle, a tout de même fini par s’imposer, et à son plus grand déplaisir :

    – On est ainsi passé de la royauté à la République, de la monarchie à la démocratie, du suffrage censitaire au suffrage universel, du suffrage masculin au suffrage des deux sexes, du travail illimité au travail limité (dans la journée, la semaine, l’année et la vie), de l’absence d’assurance aux allocations chômage, maladie et aux retraites, de la guillotine à l’abolition de la peine de mort, des condamnations de l’avortement à la loi Veil, de l’interdiction des contraceptifs à la pilule et au stérilet, des indigènes parqués dans les enclos des Expositions coloniales à la pénalisation du racisme, de l’homosexualité considérée comme une tare à la pénalisation de l’homophobie et au mariage gay, d’une France « blanche » à une France bigarrée, d’une France chrétienne à une France indifférente, d’une culture franchouillarde à une culture ouverte sur le monde (surtout sur celui des « basanés »), etc.

    – La déroute de la droite ne serait sans doute pas allée si loin si, systématiquement, depuis 1789, elle n’avait pas freiné des quatre fers dans tous les domaines : ce qui, de façon assez réjouissante, n’a fait qu’accélérer le mouvement…

    – Et vous voudriez que je ne sois pas content ?

    Répondre
    • Jacky Social

      12/04/2016

      @Jaures II: Vous pouvez etre content, mais content de quoi exactement? Vous avez mene votre grand et magnifique pays a la faillite. Quant a la Droite, les Etats-Unis ne sont pas du tout monarchistes. La seule vraie Droite en Occident actuellement, c’est le Parti Republicain de Lincoln. Le suffrage universel n’est pas que le fait de la goooche. Il a ete activement soutenu en Belgique par exemple par le Roi Albert Ier et avant lui, par Adolphe Daens. Vous comparez une societe illettree pre-capitaliste avec la societe d’aujourd’hui tiree par les USA, moteur de l’economie mondiale avec la Chine depuis qu’elle a quitte le communisme economique. Lorsque vous parlez d’une France desormais ouverte sur le monde, je ne sais pas ou vous avez vu cela. La France est hors course de la mondialisation. La France est un pays ferme sur lui-meme et tres introverti. La tolerance y est a sens unique. A quel monde la France est-elle ouverte? Les pays a bougnoules, et c’est a peu pres tout. Vos MSM sont toujours a denigrer SYSTEMATIQUEMENT ce qui fonctionnent bien chez les autres. La France est un pays de losers idiots diriges par des losers profiteurs. A failed state. La France de Hollande, c’est l’URSS du geronte cacochyme Leonid Ilitch Brezhniev. Elle stagne, elle est auto-bloquee. La France n’est plus un exemple pour personne. Liberez vos talents. Evidemment, si vous le faites, ce sera la mort radicale du socialisme et de tout le systeme des « jackys chochiaux ». Alors on se passera de vous mais vous, vous n’etes pas prets a deguster les delices du chomage socialiste que vous imposez aux autres par votre etroitesse d’esprit et votre lachete imbecile et suicidaire (le socialisme, c’est pour les autres, comme en URSS). Vous me degoutez.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        12/04/2016

        l’ erreur en philosophie politique c’ est de considérer les choses passées sur les critères de ce que les historiens nomment  » les temps modernes « , alors que c’ est exactement l’inverse qu’ il faut faire … et ce ce que font nos  » gauchos  » sur le blog, au gouvernement, dans les cours de sociologie etc …

        Répondre
      • Jean Meslier

        12/04/2016

        Jacky Passéiste

        – C’est quoi, ce qui fonctionne bien chez les autres ?

        Répondre
        • Jacky Social

          12/04/2016

          Jauresseke: vous voyez comme vous etes introverti et ferme sur le monde. Vous ne savez pas. Je vous laisse des lors faire votre travail qui sera intelligent pour une fois. Cela vous changera du travail de sape qui vous est coutumier.

          Répondre
          • Jean Meslier

            12/04/2016

            Jacky Passéiste

            – Vous devriez quand même vous douter que je lis les médias dominants, qui, depuis des années, nous rabâchent qu’il faut déréglementer, privatiser, baisser les impôts, déréguler le marché du travail, retarder l’âge de la retraite, etc., et que quand on le fait – dans les pays étrangers, cela va de soi, toujours les mêmes – ces recettes marchent du feu de Dieu…

            – Le problème, c’est que lorsqu’on ne regarde plus ces pays avec des lunettes ultralibérales, ces « réussites » s’avèrent en fait être du pipeau.

            – Alors, pour le cas où vous auriez des informations inédites, je vous redemande : qu’est-ce qui marche bien chez les autres ?

    • quinctius cincinnatus

      13/04/2016

      notes personnelles :

      j’ ai une belle fille adorable et … républicaine ; elle est d’ un noir d’ ébène !

      le secret de son épanouissement personnel : à 18 ans elle a rompu d’ avec son milieu communautariste, politique ( socialiste ) religieux et … raciste

      j’ ai également une petite cousine par alliance et encore plus noire ( Congo ) ingénieure au parcours tout à fait identique … aux U.S.A. !

      vous êtes vraiment un hypocrite averti à tout vouloir … confondre

      le bédouin

      Répondre
      • Jean Meslier

        13/04/2016

        Quinctius Cincinnatus

        – Ce n’est pas moi qui confond. C’est d’autres, qui n’arrivent pas à imaginer qu’un Chinois pourrait avoir la physionomie habituelle d’un habitant de Dakar – ou inversement.

        – Ou que, si, d’ici quelques décennies, les citoyens français présentent la même variété physique (j’insiste sur l’adjectif) que celle de l’île Maurice, la France n’en sera pas aussi authentiquement française que celle de l’époque de Corneille, Racine, La Fontaine, Mabillon… ou du curé Meslier.

        Répondre
  4. druant philippe

    12/04/2016

    « ceux qui ornent systématiquement leurs posts d’injures, de propos racistes, antisémites ou homophobes, de grossièretés de tout poil ne pourraient plus s’exprimer. »

    Pauvre fiotte socialiste qui a besoin de tout l’ attirail répressif
    derrière lui pour éliminer le franc parler de chacun .
    Marre de la tyrannie de big brother et de ses servants de la gogoche et de la droite mollusque !
    Je m’ accorde le droit de ne pas aimer la pédalerie ,l’ invasion bougnouloafricaine, une certaine juiverie (CRIF / BHL / Attali / con bandit ) et certaines races humaines
    je vous emmerde .

    Répondre
    • Jean Meslier

      12/04/2016

      druant philippe

      – C’est quoi les « races » ? Dans plusieurs Etats du Brésil, des Etats-Unis, à l’île Maurice, au Venezuela, où la population présente toutes les combinaisons, toutes les variétés, pouvez-vous dire où « finit », par exemple, le « Blanc », et selon quels critères ?

      Répondre
      • Le Ket

        12/04/2016

        Le blanc fini quand il se mélange avec une autre race !
        C’est pourquoi les charlatans du métissage à tous les étages sont les réels génocidaires des peuples européens .

        Répondre
        • Jean Meslier

          12/04/2016

          Le Ket

          – Ce que vous exprimez là, c’est une tautologie, qui laisse entière la définition : le « mélange », il se reconnaît à quoi ?

          – Lorsqu’un enfant, en France, naît d’un parent à la peau claire et aux yeux bleus et d’un autre parent à la peau noire comme du charbon ou aux yeux bridés, en quoi cet enfant, qui tient de ses deux parents, est-il moins Européen – ou pas Européen du tout ?

          – C’est quoi, du métissage « à tous les étages » ? Est-ce, lorsqu’on prend un ascenseur dans une tour d’habitation, à chacun des étages on rencontre un type humain différent ?

          – En quoi des enfants dont l’un des parents est originaire de France et l’autre du Congo représentent un « génocide » du peuple français plus caractéristique qu’un couple bien Français qui, lui, n’a pas d’enfants ?

          Répondre
          • Le Ket

            13/04/2016

            @ Jean Meslier :

            Est-ce parce qu’un enfant d’expatriés européens naît à Hong Kong qu’il sera considéré comme Chinois ?
            Ou parce qu’un rejeton de bantous voit le jour au Pérou qu’il serait andin?
            Si un agneau nait dans un poulailler, va-t-on l’appeler « poussin » ?

            Restons sérieux !
            OUI, les saltimbanques et les gourous du multiculturel et du pluriethnique conduisent nos peuples vers un « génocide » européen non seulement humain, mais aussi culturel et surtout civilisationnel .

            En mélangeant les races, ces obsédés du « vivrensemble » veulent supprimer toutes références historiques et culturelles, propres à chacun des parents, interdisant par là tous repères et « racines » propres à chaque individu.

            Ainsi, le métis sera plus « ouvert » à la standardisation et se comportera en « homo consuméris » malléable et disponible à souhait pour les directives imposées par le Nouvel Ordre Mondial !
            Ces adhérents à la Davos Goldman Sachs Idéologie (DGSI) veulent impérativement la disparition des nations et surtout la fin de la race blanche.

        • quinctius cincinnatus

          12/04/2016

          pourquoi discutez vous avec ce dégénéré !

          Répondre
          • Jean Meslier

            12/04/2016

            Quinctius Cincinnatus

            – Les « dégénérés », ne seraient-ce pas plutôt ceux qui pensent que l’humanité est divisée en « races » – strictement non miscibles, cela va de soi – et que chacune de ces « races » a une place bien assignée sur la planète ?

            – C’est curieux que vous, le scientifique, n’arriviez pas à fournir autre chose que des diatribes à des questions pourtant élémentaires.

          • quinctius cincinnatus

            13/04/2016

            vous êtes vraiment le degré zéro de la logique

          • Jean Meslier

            13/04/2016

            Quinctius Cincinnatus

            – En quoi serais-je le « degré zéro » [sic] de la logique ?

        • Jean Meslier

          13/04/2016

          Le Ket

          – J’ai été appelé, comme d’autres résidents de ma commune, à vérifier des listes électorales. Sur les dossiers, figure la photo des intéressés ainsi que la date et leur lieu de naissance. Certains électeurs sont noirs comme du charbon, d’autres ont les yeux tellement bridés qu’on leur voit à peine les pupilles.

          – Certains sont nés en France, d’autres pas. Certains ont un nom entièrement français, d’autres juste le nom ou le prénom, d’autres le nom complètement étranger.

          – Expliquez-moi en vertu de quoi ces sujets sont moins Français que ceux que – je suppose – vous considérez comme « Blancs ». Et, dans des lieux comme New York, Sao Paulo, Londres, l’île Maurice ou la Réunion, où les types humains partent dans tous les sens, dites-moi où finit le « Blanc » et selon quels critères.

          – Comment se fait-il qu’à cette question, qui ne présente pas de difficulté de compréhension, je n’aie jamais reçu de réponse ?

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            13/04/2016

            j’ espère que vous avez biffé ( rageusement ) le nom de celui qui sur la photo portait une chaine avec une svastika *** : c ‘était un Basque s’ il était blanc de carnation, un Indou s’ il tirait plutôt sur le brun !

            le bédouin

            *** si je parle de ça c’ est que c’ est une aventure arrivée à l’ une de mes  » connaissance professionnelle  » au collège ( dans un secteur  » prioritaire  » ) alors que les mains de fatma , le voile et les violences de même que les dispenses en sciences de la nature y étaient tolérés !

          • Le Ket

            13/04/2016

            @ Jean Meslier :

            La nationalité et la race sont incomparables.
            Pour répondre à votre question : « en vertu de quoi ces sujets sont moins français que ceux que vous considérez comme « Blancs » ….dites moi où finit le « Blanc » et selon quels critères ?

            Simple mon cher Watson : rien qu’un regard vous suffit pour différencier les couleurs !
            Benetton avait un slogan pour vendre ses nippes : « Black is beautiful ! » Certaines de ses affiches publicitaires montraient un étalon noir, saillir une jument blanche . D’un seul regard, le passant ou le lecteur pouvait faire la différence qui vous intrigue aujourd’hui.

            De mon point de vue personnel, ce n’est pas un simple petit papier, ou une carte plastique qui déterminera votre ascendance génétique, ni votre héritage culturel ou civilisationnel.

            Le droit du sol, loué par les mondialistes, n’est qu’une vaste plaisanterie aux yeux de plus de 150 pays de par le monde et de plus de 6 milliards d’individus qui, eux, défendent leur culture, leur civilisation, leurs racines, leur religion, leurs us et coutumes et leurs lois ancestrales.

            C’est ainsi et vous aurez beau nous chanter les louanges du « Vivrensemble » et du multikulti, le « petit noir » que l’on déguste sur le zinc, perd de sa saveur initiale quand on lui rajoute une goutte de lait : le « Blanc » fini lorsqu’il a une goutte de sang jaune, vert, bleu ou noir dans les veines.

            WHITE IS WONDERFUL !

        • Jean Meslier

          13/04/2016

          Le Ket

          – Vous esquivez la difficulté : dans des lieux (New York, Sao Paulo, Londres, Ile Maurice, Antilles, Réunion…), où, précisément, des populations venues du monde entier se sont mêlées et ont produit toutes les variétés de types humains, dites-moi où, chez un sujet donné, finit le « Blanc » (ou le « Noir ou le « Jaune »). Et selon quels critères ?

          – Expliquez-moi, par ailleurs quel lien nécessaire existe entre l’apparence physique d’un sujet, d’une part, et des éléments tels que la maîtrise d’une langue, d’une religion, d’une cuisine, d’une agriculture, d’une musique, etc. traditionnellement liées à telle région de la Terre, d’autre part.

          Répondre
          • Le Ket

            13/04/2016

            @ Jean Meslier :
            Je vous ai donné mon point de vue sur « Où finit le Blanc » !

            En ce qui concerne les villes cosmopolites – en premier Dubaï, en second Bruxelles, en troisième Londres- la proportion de métissés avec des blancs est telle qu’il suffit de se promener dans les rues, pour constater qu’il existe TRES PEU de mélange raciaux entre jaunes et arabes, asiatiques et noirs, antillais et chinois, ou encore africains et sud-américains.
            L’énorme majorité des métis ont un parent européen blanc : c’est LA que l’on constate que se termine le « BLANC ».
            Y a-t-il beaucoup d’asiatiques mariés avec des afros-américains, reliquats de la guerre du Viet-Nam ?

            Bien évidemment qu’il existe un lien ancestral entre les races (et non l’apparence physique métissée) et les cultures et les civilisations, les religions ou les traditions.
            Quant à la cuisine, la musique et les langues, on a vu les ravages créés par le Nouvel Ordre Mondial avec le Cocu-Colu, les Mac Do, les KFC, le Rap et la novlangue anglicisée qui sont vecteurs d’abrutissement et d’aliénation destinés très précisément à ces bataillons de métis déracinés et cherchant désespérément des repères et des jalons pour justifier leur origine.

            Je vous l’ai déjà précisé plus haut, le but de la mondialisation et de la globalisation est la disparition des nations, afin de parvenir à une standardisation des individus que l’on pourrait comparer à amalgame de salade de fruits, arrosée de sauce Ketchup et flambée à la térébenthine !
            Attention à la digestion…idem pour l’abus de métissage.

        • Jean Meslier

          13/04/2016

          Le Ket

          1. Le rôle belliqueux des Etats-Unis dans le monde ne remonte pas à août 1945 mais à un siècle plus tôt.

          2. La Révolution française n’aurait pas connu la Terreur si elle n’avait pas été attaquée de l’intérieur et de l’extérieur.

          3. Le rôle des Etats-Unis est fondamental, déterminant, dans toutes les atrocités qui se sont déroulées en Indochine depuis les années 1950. S’ils n’avaient pas poussé le (pseudo) gouvernement du Sud-Vietnam à refuser le référendum de ratification prévu par les accords de Genève de 1954, ils auraient épargné au monde 12 ans de guerre en Indochine, 56 000 de leurs soldats, des milliers de milliards de dollars de gaspillés, les Khmers rouges, le génocide cambodgien et les Boat people.

          – Ce qui n’est pas mal comme résultat…

          Répondre
          • Le Ket

            13/04/2016

            @ Jean Meslier : EXACT = le rôle belliqueux des Etats -Unis remonte à leurs origines, quand ils ont exterminé les peuples indiens et mis en place un réel génocide.
            Si la Révolution de 1789 n’avait pas semé les germes de discorde en Gaule comme à l’étranger, elle n’aurait pas eu a créer l’Armée du Rhin…
            Quant aux Yankees en Asie, leurs méfaits propres à l’Indochine remontent en mars 1945 et non pas dans les années 50′. Ce sont eux qui ont armé le Viet-Minh !

        • Jean Meslier

          13/04/2016

          Le Ket

          – D’abord, vous esquivez encore une fois la question de la définition du Blanc, en évoquant d’autres exemples que ceux que j’ai fournis, notamment ceux de l’île Maurice ou de la Réunion, où sont venus converger des peuples issus non seulement de tout le pourtour de l’Océan Indien (Arabes, Indiens, Africains), mais également de plus loin, comme les Chinois, et, bien entendu, les colonisateurs européens.

          – Et je vous repose la question : dans cette population très variée (je ne dis pas métissée, car les « races », cela n’existe pas), dans cette population très variée, quels sont les critères objectifs, scientifiques, qui vous permettent de dire : tel sujet est « Blanc », tel autre ne l’est pas ?

          – Par exemple, depuis 1954, sont venus en France nombre d’Indochinois qui se sont souvent mariés avec des conjoints européens. Parmi les enfants issus de ces unions, quels sont les critères qui permettent de distinguer un « Blanc » d’un « Jaune » ?

          – S’il existe un lien entre non pas la « race » (qui, comme je vous le rappelle, n’existe pas) mais l’apparence physique, et les diverses modalités par lesquelles se manifeste la civilisation, dois-je en conclure qu’un sujet à la peau noire comme du charbon est inapte, de par son apparence, à réussir une agrégation de lettres classiques ou, à l’inverse, un sujet blond aux yeux bleus à maîtriser toutes les subtilités du ouolof ?

          – Expliquez-moi (car vous ne l’avez toujours pas fait) en quoi un enfant « métis » né en France, éduqué en France et jamais sorti de France est moins Français qu’un enfant à l’aspect « gaulois » (pour reprendre votre langage).

          Répondre
          • Le Ket

            13/04/2016

            @ Jean Meslier : si pour vous les « races n’existent pas » alors le débat est clos, le Larousse doit être jeté à la poubelle, les chiens peuvent devenir des chats, les asiatiques deviendraient des noirs et les anthropologues jetés au bûcher !

            Pour les eurasiens (non-race?) on peut les comparer comme le résultat d’un oeuf qu’on lance en l’air et on voit le résultat quand il atterrit !

            Il est vrai que lorsque l’on regarde le monde et l’Histoire avec des lunettes roses de la démocrasse totalitaire, la vision en est déformée.

        • Jean Meslier

          13/04/2016

          Le Ket

          – La prédation des Etats-Unis ne s’est pas seulement exercée à l’encontre des peuples amérindiens, elle s’est aussi exercée à l’encontre des peuples africains, puisque les premiers débarquements d’esclaves noirs ont eu lieu en Virginie dès les années 1620, et que la ségrégation se poursuit de façon ininterrompue, dans les faits, jusqu’à nos jours. Des années 1870 jusqu’à 1968, il y a eu dans les 4800 lynchages aux Etats-Unis, dont la majorité des victimes étaient des Noirs.

          – La Révolution de 1789 n’a pas créé la discorde en Europe. Au début, au contraire, elle a été accueillie favorablement notamment en Rhénanie. Et la déclaration de Pillnitz, ingérence étrangère dans les affaires intérieures de la France, bien inspirée par les Emigrés, a été fort antérieure à la déclaration de guerre.

          – Les succès et la victoire finale du Vietminh ont dû bien davantage à la victoire des communistes chinois en 1949 qu’à toute aide des Américains. Par ailleurs, la guerre d’Indochine n’aurait sans doute pas eu lieu sans le terrible bombardement de Haïphong, provocation française. Enfin, juste pour rappel : le Vietminh, au Vietnam, était chez lui, comme les FFI et les FTP étaient chez eux en France de 1940 à 1945. La France, au Vietnam, était la puissance occupante, comme la Wehrmacht l’avait été pour elle quelques années auparavant.

          Répondre
        • Jean Meslier

          13/04/2016

          Le Ket

          – Ce n’est pas que pour moi que les races n’existent pas, c’est pour tout le monde ! Et, effectivement, vous pouvez jeter à la poubelle les versions du Larousse qui traînent encore ces vieilleries.

          – Quant à avoir des Asiatiques noirs (ou l’inverse), qu’y a-t-il d’inconcevable à cela ? Il y a aujourd’hui en France, aux Etats-Unis et dans tous les pays d’Europe et d’Amérique du Nord des citoyens qui ont toutes les têtes possibles. En quoi sont-ils moins Français ?

          – Expliquez-moi pourquoi un Sénégalais ne pourrait pas avoir des yeux bridés…

          Répondre
  5. druant philippe

    12/04/2016

    Si d’ aventure , un jaures 3 devait sévir sur ce site , un boycot total et définitif de ce site devrait être mis en branle !

    Répondre
  6. Jacky Social

    11/04/2016

    @Jaures I: « Il n’y a que dans les États totalitaires qu’on jette en pâture des chiffres, des mots et des gens. »

    Répondre
    • Jacky Social

      12/04/2016

      Les Jaures ne repondent pas a ce post car la citation est de…Sego-la-Pinneuse des Charentes.

      Répondre
      • Jaures

        12/04/2016

        Non. Je ne réponds pas car il s’agit là d’une phrase sybilline que n’importe qui peut sortir n’importe quand, à l’image des citations de Shakespeare ou des proverbes chinois.

        Répondre
        • Jacky Social

          12/04/2016

          Jaures: l’on s’en tire comme l’on peut, cad tres mal. En effet, vous agissez tel que votre muse le decrit et elle n’y va pas de mains mortes avec les sous-fifres du totalitarisme. Ce qui compte, c’est que c’est elle qui le dise, ce qui montre qu’elle ne vous apprecierait pas du tout, vous l’imbecile utile et larbin docile du socialo-fascisme. Vous faites tellement d’effort pour y arriver, pour vous surpasser. Ca doit faire mal au coeur de se voir denigrer (meme indirectement) par ceux que vous servez avec tant de zele, non? Mais des que j’ai du temps, je reviens avec la definition du fascisme qui va vous decredibiliser une fois pour toute. Vu que vous serez toujours la, il n’y a donc aucune, comment dire, urgence, c’est ca, oui, vraiment aucune urgence.

          Répondre
          • Jaures

            12/04/2016

            Jacky, ma seule muse est Thalie.
            Ensuite, la phrase en question pourrait tout aussi bien s’adresser à vous qui nous servez à l’envi des courbes de Laffer et des pyramides de Ponzi sans trop savoir de quoi il retourne

          • Jacky Social

            12/04/2016

            @Jaures: Thalie ou Athalie? Quant a « bougnoul », j’ai defini ce terme et je ne vois pas ce que cela a de choquant. Vous avez le droit d’etre « christianophe », « judeophobe » et « occidentaphobe », mais on ne peut en aucun cas etre « islamophobe ». L’islam n’est pas une race.

          • Jacky Social

            12/04/2016

            Quand a Laffer et Ponzi, vous n’avez toujours pas fourni de preuves demontrant que ce que je dis est ineptes. Vous niez en bloc. Malheureusement, je sais de quoi je parle. Vous ne repondez pas au post du 10 avril a 21.48. Cel a du vous echapper sans doute.

          • Jean Meslier

            12/04/2016

            Jacky Antisocial

            – Puisque vous avez l’air si sûr de votre affaire, le sommet de votre courbe de Laffer, il est à quel niveau ?

          • Jacky Social

            12/04/2016

            @Jaures II: Au sommet de votre connerie. Si vous ne savez de rien en economie, apprenez. Evidemment, ce n’est pas en lisant Marx, Proudhon, L’Huma ou Libe qu’on apprend. Je vous imagine deja avec des pattes sortant de votre p’tite tete. On appelle ca, l’evolution. Ben oui, puisque vous marchez sur vot’ tete et que tout evolue de plus en plus vite.

          • quinctius cincinnatus

            12/04/2016

             » ma seule muse est Thalie  » nous dit  » le classique @Jaurès  » laquelle, rappelons le, était une muse … champêtre qui présidait à la poésie *** … légère et à la comédie … tout à fait @Jaurès et sa lourdeur scolastique du bien-pensant contemporain …

            m’ est avis qu’ il devrait ailleurs …  » musarder  » ! par exemple du côté de Thémis comme @ Meslier du côté de Clio ! Mnémosyne étant leur ennemie commune !

            *** la poésie semble être un trait génétique dominant dans la famille de Jocrisse ; déjà un sien cousin éditait à frais d’ auteur

          • Jean Meslier

            12/04/2016

            Jacky Passéiste

            – Ce n’est pas en lisant Hayek, Friedman, Becker, Hoppe, ou, en français, Salin, Garello ou Lemennicier, ou en se gavant du Point, du Figaro, de Valeurs actuelles qu’on est plus avancé dans la compréhension de l’économie…

            – Et pourtant, ça ne devrait pas vous être insurmontable de me le dire puisque, paraît-il, c’est « scientifique » et que je suppose que vous le connaissez par cœur…

        • quinctius cincinnatus

          13/04/2016

          faites semblant de ne pas savoir ce dont parlait  » chatte bichoue  » : de sa gestion socialisante de sa Région !

          Répondre
  7. BRENUS

    11/04/2016

    Ce que j’en pense ? Aucune réponse à leur déblatérations. Ou alors bien foutre la merde en en rajoutant à fond sur le grand n’importe quoi de ces gugusses. Exemple : ils s »esbaudissent devant le déferlement migratoire (masqué mais réel) : vous en rajoutez une louche et dites exiger de l’état qu’il se ramasse 5 millions d’Africains supplémentaires par an. Avec réquisition des logements des céfrans et faces de craie, droit de cuissage sur leurs femelles. Et, naturellement spoliation de leur fric – c’est déjà beaucoup le cas- . En un mot pourrissez les pourrisseurs !

    Répondre
  8. druant philippe

    11/04/2016

    Constatons l’ habileté manoeuvrière de la rédaction du site 4v qui , craignant la mise en quarantaine de jaures 1 , nous envoie un jaures 2 nettement plus agressif que le 1er et donc qui va susciter un désir de réponse parmi les plus pugnaces des commentateurs dont l’ incorrigible jacky .
    Une réplique sévère s’ impose donc qui pourrait être l’ absence de commentaires de notre part pour un bon bout de temps tant que le site n’ est pas épuré de ces 2 casse – c…!
    Qu’ en pensent QC / Brennus et autres ?

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      11/04/2016

      ce que j’ en pense ?

      c ‘est que la  » rédaction  » des  » 4 V²  » , c. à d. son rédacteur en chef, devrait commencer déjà par l’ essentiel : engager un … modérateur même bénévole …ce ne sont pas les vieux bourgeois tradi-cathos parisiens, dijonnais, ou  » exilés méridionaux  » à la retraite qui manquent parmi ses lecteurs !

      Répondre
      • Jaures

        12/04/2016

        Si, comme autrefois, oeuvrait sur ce site un modérateur, ceux qui ornent systématiquement leurs posts d’injures, de propos racistes, antisémites ou homophobes, de grossièretés de tout poil ne pourraient plus s’exprimer.
        Je me sentirais un peu seul.

        Répondre
        • Jacky Social

          12/04/2016

          @Jaures: je vous defie de trouver « des propos racistes, antisémites ou homophobes » de ma part. Vous oubliez la liberte de parole. Quant aux grossieretes et aux insultes, si cela ne vous plait pas, degagez. Sinon, ne vous plaignez pas et soyez content que l’on vous parle. Choisisez. Vous etes libre comme un pet en l’air. Oooops.

          Répondre
          • Jaures

            12/04/2016

            Je ne me plains aucunement. Le fait est qu’un modérateur tel que celui des 4V d’il y a quelques années n’aurait pas laissé passer cette phrase de votre post du 11/04 à 13h37 : « , sauf pour un certain type de bougnouls: agressifs et profiteurs. » qui, bien sûr, pour vous n’est en rien un propos raciste.

        • quinctius cincinnatus

          12/04/2016

          oh vous savez, Céline, Genet, Villon, Ruteboeuf, Rabelais, Verlaine pour ne citer que qqs Français … n ‘étaient pas des  » anges  » mais leur époque leur permettait d’ exprimer TOUT leur génie … ils n’ étaient pas ces ectoplasmes  » pasteurisés  » après passage à l’ étuve obligatoire du politiquement correct … lire du @ Jaurès c’ est comme écouter un sermon saint-sulpicien … aussi vivifiant !

          Répondre
    • Jacky Social

      12/04/2016

      @druant: ben oui, mais il se fait que l’incorrigible Jacky est aussi a l’origine du cordon sanitaire avec De Soyer. Cependant, celui-ci n’a pas ete suivi par tous et a ete rompu frequemment par De Soyer lui-meme et meme QC. Alors, a quoi bon? Soit on s’y met tous, soit on contine Mais pas de coup de couteau dans notre petit contrat. Je devais partir comme annonce, mais hesite encore un peu.

      Répondre
  9. Jacky Social

    10/04/2016

    Voici a quoi jouent nos petits Marquis de Ponzi qui n’aiment pas les fonds de pension. Ben, les mafieux, c’est les autres, pas eux – decidement, pour ces Mengele de l’economie,
    l’hypocrisie n’a aucune limite:

    La loi Sapin 2 devrait ressusciter les fonds de pension à la française. Cette information, très technique, intéresse peu le grand public. Mais elle fait sourire les connaisseurs du secteur qui y voient tout sauf une information anodine. Elle a même tout d’une nouvelle illustration des connivences qui font le capitalisme français.

    Les fonds de pension, ces mal-aimés

    Les fonds de pension ont mauvaise réputation en France, parce qu’ils symbolisent l’industrialisation d’un « capitalisme sauvage » et qu’ils absorbent une épargne utile à la retraite par répartition. La France les a donc bannis pour mieux généraliser sa sécurité sociale de con.

    En France, subsistent toutefois des contrats de retraite supplémentaire qui restent marginaux dans l’économie globale du système : les encours totaux (contrats collectifs et individuels) ne dépassent pas les 200 milliards d’euros, soit moins de 10% du PIB. Une misère ! Cette situation correspond bien à l’intention de dissuader toute concurrence sérieuse possible à la retraite par répartition.

    L’absence de fonds de pension est-elle un handicap ?

    Si l’on admet l’hypothèse que le fonds de pension est une syndication industrielle du capital (c’est-à-dire une coalition de petits capitalistes qui joignent leur épargne pour mener une stratégie d’investissement professionnalisée), alors on mesure l’impact économique de sa prohibition en France. Les partisans du fonds de pension ne manquent pas de statistiques pour l’illustrer:

    Les investisseurs étrangers détiennent de l’ordre de 42 % des actions des entreprises cotées tricolores. Une proportion parmi les plus élevées au monde qui pallie de facto l’absence de fonds de pension tricolores.

    L’absorption d’une part importante de l’épargne des Français par nos régimes de retraite, et l’interdiction faite aux épargnants de se coaliser pour investir pénaliseraient donc nos entreprises et favoriseraient leur prise de contrôle par les fonds étrangers. Je suis un peu sceptique sur le sujet, mais je n’ouvre pas le débat ici.

    Les conséquences cachées de la prohibition

    Les experts du domaine ne reconnaîtront jamais la face cachée du dossier, parce qu’ils ne veulent se fâcher avec aucun des acteurs du marché. Mais enfin, tout le monde le sait, l’interdiction des fonds de pension ne fut pas un gâchis complet. Certains en ont profité pour tirer leur épingle du jeu. C’est en particulier le cas des assureurs (entendus au sens large) qui ont pu créer des fonds d’épargne retraite, notamment en application de « l’article 83 », qui permet de verser une part du salaire sur un compte de retraite supplémentaire par capitalisation, liquidable en rente.

    Cette opportunité historique qui fut saisie par les assureurs (et les banquiers assureurs) dans les années 2000 s’est transformée en épine dans le pied avec l’adoption de la directive Solvabilité 2. Celle-ci oblige les assureurs à renforcer leurs fonds propres pour faire face aux risques de faillite. Les normes de fonds propres pour couvrir les risques longs (comme l’épargne retraite, dont la duration est de plus de 40 ans) sont extrêmement drastiques.

    Même si les encours de l’épargne retraite sont limités, leur exigence en fonds propres met le feu au lac assurantiel : beaucoup cherchent à se débarrasser de leur portefeuille, ou alors plaident pour une exemption de Solvabilité 2 sur le champ de l’épargne-retraite.

    D’où la revendication émanant du secteur pour une loi créant des fonds de pension à la française.

    Une stratégie de prédation des services de l’État ?

    Face à l’inquiétude, voire la détresse pour certains, des assureurs qui gèrent de l’épargne-retraite, l’État en a-t-il profité pour monnayer chèrement la rédaction d’un projet de loi favorable au secteur ? Nous n’étions évidemment pas là pour tenir la chandelle, mais certaines informations sont tombées à pic pour donner une portée toute nouvelle aux intentions du gouvernement.

    C’est notamment le cas du rapprochement entre la CNP Assurances et AG2R, acteur paritaire de la protection sociale complémentaire qui gère de l’épargne retraite. Là encore, les experts du secteur se souviennent qu’un rapprochement similaire entre la CNP et Malakoff Médéric (alors dirigée par le frère du président de la République) avait échoué en 2011, parce que l’autorité de contrôle s’y était opposée.

    Mais le fait qu’AG2R soit dirigée par un ancien commissaire contrôleur n’est évidemment pour rien dans l’accord qui est donné, cette fois, au rapprochement…

    Faut-il en revanche imaginer que l’État ait consenti à une loi permettant à AG2R de desserrer la contrainte en fonds propres que Solvabilité 2 exerce en contrepartie d’un partage de son portefeuille ? L’histoire le dira, mais rien ne l’exclut.

    Une offensive idéologique en règle

    Pour accompagner ce mouvement, AG2R fait donner le gros de la troupe.

    Ainsi, Philippe Crevel, qui dirige le Cercle de l’Épargne, ancienne structure lige de Generali, passée dans le giron d’AG2R, s’est fendu d’un article dans la presse économique pour vanter les bienfaits d’une épargne retraite par capitalisation gérée paritairement.

    La véritable création de fonds de pension à la Française nécessiterait, par ailleurs, une certaine dose de mutualisation ce que n’interdit en aucun cas la capitalisation contrairement à quelques idées reçues. Elle supposerait aussi la participation active des partenaires sociaux à leur gestion. Ce qui est la règle pour la retraite par répartition (AGIRC/ARRCO) ainsi que pour l’épargne salariale et le PERCO devrait l’être aussi pour les produits de retraite collectifs par capitalisation.

    C’est marrant : Crevel décrit pile-poil les produits AG2R. Comme disait André Renaudin, délégué général d’AG2R :

    «AG2R-La Mondiale se réjouit de soutenir et mettre son expertise au service d’organismes de réflexion tel que le Cercle de l’Épargne pour décrypter les évolutions en matière d’assurance de protection sociale et patrimoniale en France, aider à les comprendre et préparer l’avenir».

    Du travail de pro !

    Répondre
    • Jean Meslier

      10/04/2016

      Jacky Ringard

      – Je ne réponds pas à votre question sur Hitler, Staline et les armes car elle n’a aucun sens. Et elle n’a évidemment pas le sens que vous lui conférez, à savoir qu’il y a un rapport entre le fait d’être dictateur et celui de refuser la possession d’armes individuelles.

      – Vous n’avez bien sûr pas compris ce que j’ai dit sur les paradis fiscaux : à savoir qu’on peut utiliser le terme paradis, qui a effectivement une connotation positive, et, en même temps, juger que le paradis fiscal est une zone de non-droit, un territoire de crapules. Je vous défie de voir là dedans une quelconque contradiction.

      Répondre
      • Jacky Social

        10/04/2016

        Jaures: si vous le dites, on ne peut que vous croire et souscrire a votre avis sans questionnement. Vous comprenez bien: entre « paradis » et « enfer », je n’ai pas compris, c’est clair. Veuillez pardoner ma grande ignorance. Un paradis fiscal est pourtant un pays, cad. une zone juridiquement administree, meme si les lois y sont differentes de celles de la France. Quant aux territoires de crapules, parlez-vous de Marseille ou du 9-3? A quoi faites-vous allusion exactement? Balayez devant votre porte, mon p’tit. L’un de mes films preferes est « Grace Kelly » ou l’on nous montre comment l’Americaine (une Democrate de la Goooche caviar pourtant) incarnee par Nicole Kidman a amadoue Charlot, votre grand connard de l’Atlantique a l’Oural. Un vrai delice. VIVE MONACO !!! VIVE LA LIBERTE !!! Je n’ai pas cette chance, mais me rejouis quand vos administres peuvent s’evader. Ils ont bien raison. Que votre France socialo-fasciste creve, sa gueule grande ouverte. Et qu’on en finesse avec cette comedie de pleurnichards.

        Répondre
        • Jean Meslier

          11/04/2016

          Jacky Ringard

          – Décidément, comme très souvent à droite, vous avez du mal à aller au-delà du superficiel. Ce n’est pas parce qu’on est dictateur, d’une part, et qu’on interdit la possession d’armes individuelles, d’autre part, qu’il existe un lien de l’un à l’autre. Ou alors, il vous faudra le démontrer…

          – Vous n’avez pas non plus compris que l’on puisse, sans problème, employer l’expression « paradis fiscal » et dire et estimer qu’il s’agit d’une zone inique, dégueulasse, injuste…

          – Cela tient simplement à ce que les mots échappent à leur sens initial, et plus encore, les expressions aux termes qui les composent : dans un « œil-de-bœuf », il n’y a ni d’oeil, ni de bovin, et dans un « pet-de-nonne », il n’y a ni vent intestinal ni religieuse.

          – Plus encore, les termes ou expressions peuvent exprimer l’inverse de leur signification littérale : quand on dit « c’est du joli », c’est précisément que ce que l’on décrit n’est pas joli. Et quand on dit le soleil se lève, on ne fait qu’exprimer l’effet produit sur les humains par le mouvement exactement inverse, à savoir la rotation de la Terre autour du soleil.

          – Monaco est un territoire de crapules en ce que c’est le lieu où les fraudeurs du fisc rejoignent les mafias du monde entier, notamment russe et italienne. Quant à être juridiquement administrée, l’Afrique du Sud de l’apartheid, cette fosse d’aisance de l’extrême droite mondiale, l’était et ô combien ! Il y avait ainsi pléthore de lois et de règlements définissant les (pseudo) « races » et imposant à tous les « non-Blancs » des myriades d’humiliations, d’abaissements et de sujétions.

          – Comme le Code de l’indigénat en imposait d’ailleurs aux naturels du cru dans tous les territoires coloniaux de la France et, notamment, en Algérie.

          Répondre
          • Jacky Social

            11/04/2016

            @Jaures: Vous parlez de brols qui n’ont aucun interet: Algerie, Amerique du Sud, Apartheid, oeil de bouc. Moi, j’adore Monaco qui a ses lois et j’adore aussi les Blancs et leurs cultures. Et alors? Je reviendrai avec une definition du socialo-fascisme qui vous correspond point par point. En ladecouvrant ce weekend, j’ai ete tres etonne de voir mon analyse confirmee par une encyclopedie francaise.

        • Jean Meslier

          11/04/2016

          Jacky Ringard

          – Pour vous, les peuples du tiers monde n’ont aucun intérêt. Accepteriez-vous cinq minutes les avanies qu’ils ont subies de la part de ceux que vous appelez les Blancs ?

          – Et, au fait, c’est quoi, les « Blancs » ? Dans les villes – New York, Londres, Sao Paulo – ou les pays (Brésil, Ile Maurice) où le « métissage » (pour reprendre un de vos termes) produit tous les types humains, il s’arrête où le « Blanc » et selon quels critères ?

          – Vous allez procéder comment pour reconnaître : à la manière sud-africaine, en mesurant le nez et en mettant un crayon dans le cheveux ou à la manière régime de Vichy en organisant de grandes expos genre « Comment reconnaître le juif » ?

          Répondre
          • Jacky Social

            11/04/2016

            Jaures: le Blanc, c’est avant tout l’Occidental et c’est surtout une culture, une civilisation et une dynamique base sur les valeurs judeo-chretiennes. A part ca, il n’y a pas de limites précises, ni de contours precis, ni eternels, sauf dans vot’ toute petite tete de Tiers-Mondisse d’un autre age. Je n’ai jamais parle de « metissage », ni meme de votre 3eme paragraphe qui frise le delire. En tant que pro-Israel, je suis assez curieux de savoir d’ou vous tirez ces balivernes que je n’ai MEME JAMAIS prononcees, pensees ou ecrites. Si l’imbecilite avait un nom de famille, ce serait certainement le votre.

        • Jean Meslier

          11/04/2016

          Jacky Ringard

          – Si vous avez autant de peine à distinguer le « Blanc », pourquoi usez-vous de cette catégorie ? Pourquoi ne dites-vous pas simplement l’Occidental ?

          – C’est quoi un judéo-chrétien : un rabbin qui prépare la première communion ? Un curé qui bénit une circoncision ? Un évêque qui préside à une Bar Mitsvah ?

          – Comment pouvez-vous mêler, dans une même expression, des termes aussi incompatibles, aussi contradictoires que juif et chrétien ? Auriez-vous l’idée de parler des catholico-protestants ?

          – Il est où, le christianisme, en France : dans la barquette de poisson servie encore mécaniquement, le vendredi, dans les cantines ? Dans les repas de communion, prétexte aux chansons paillardes en fin de beuverie ? Dans les jeudis de l’Ascension, bien utiles pour coller un vendredi et se faire des week-ends de 4 jours ? Dans la diminution constante du nombre de baptisés ? Dans les paroisses qui, au lieu de regrouper deux villages, comme dans les années 50, en groupent aujourd’hui une trentaine ? Dans les curés dont l’âge moyen va vers les 70 ans ?

          Répondre
          • Jacky Social

            11/04/2016

            Jaures:
            1) Je n’ai eu aucune peine a definer le Blanc.
            2) Les valeurs judeo-chretiennes sont les valeurs fondatrices de notre societe, le christianisme etant issu du judaisme. Les termes sont tres compatibles et meme inseparables, sauf si l’on se refere a la foi, le Chretien se referant au Nouveau et a l’Ancien Testament et le Juif, a l’Ancien.
            3) Quelle tirade sterile. La France n’est pas le monde, mais un pays qui se marginalise car il n’est plus un exemple pour personne, sauf pour un certain type de bougnouls: agressifs et profiteurs. Sinon, le monde et meme l’Europe regardent la France comme une relique d’un passé glorieux. Meme sa langue est delaissee. Par contre, le Christianisme se porte tres bien dans le monde.

        • Jean Meslier

          11/04/2016

          Jacky Ringard

          – Si vous n’avez aucune difficulté à définir le « Blanc », pourquoi usez-vous de cette expression, qui ne se réfère qu’à une réalité physique ? Par ailleurs, si, pour vous, un « Blanc » c’est un Occidental, on peut donc ‘appeler « Blanc » un citoyen français, né en France, éduqué en France, exerçant son métier en France, et noir comme du charbon ?

          – Si judaïsme et christianisme sont compatibles, pourquoi ont-ils divorcé ? Des époux divorcés sont-ils compatibles ?

          – Ceux qui sont agressifs et profiteurs, ce sont d’abord les Occidentaux (« blancs », chrétiens, capitalistes, démocrates et propres sur eux…), qui ont réduit de 875 000 habitants en 42 ans la population algérienne initialement de 3 millions en 1830. Ce sont les mêmes Français, qui ont soumis durant 130 ans ces « bougnoules » au Code l’indigénat, qui s’en sont servi de chair à canon. Ou qui ont fait crever 17 000 Congolais pour la construction des 142 km de voie ferrée de la ligne Congo-Océan.

          Répondre
          • Jacky Social

            11/04/2016

            Jaures:
            1) Parce que je fais ce qu’il me plait et que je n’ai pas de compte a vous render, cher monsieur.
            2) Judaisme et Christianisme n’ont jamais divorce.
            3) JE M’EN BATS LES COUILLES, car je n’ai rien a voir dans ces histoires. Je n’ai deja pas mon mot a dire aujourd’hui. Alors pour ce qui est du passé, je n’ai rien a en dire. Mais vous, le grand savant, avez oublie les Indiens d’Amerique, les Turcs et les Armeniens et la Shoah.
            Si vous continuez a m’apostropher, je ferai comme les autres et ne vous repondrai plus. Est-ce clair?

        • Jean Meslier

          11/04/2016

          Jacky Ringard

          – Si judaïsme et christianisme n’ont jamais divorcé, pourquoi le consistoire israélite n’est-il pas compté parmi les diocèses catholiques ? Pourquoi le grand rabbin n’est-il pas nommé par le pape ? Pourquoi les juifs ne célèbrent-ils pas la mort et la résurrection de Jésus de Nazareth, Dieu et homme et troisième personne de la Trinité ?

          – Je n’ai oublié ni la Shoah, ni les Indiens d’Amérique, ni aucun des peuples agressés sans interruption par les Occidentaux depuis le XVIe siècle. Et je n’ai pas non plus oublié les Arméniens, ni les Grecs de Smyrne tués par les Turcs lors de la guerre gréco-turque, ni les Chypriotes grecs tués par les Turcs en 1974…

          … Cela, bien entendu, après que les Grecs, dans l’un et l’autre cas, eurent copieusement massacré leurs Turcs.

          – J’entends bien que vous trouviez pénibles mes questions et mes objections. Mais si ce ne sont pas les miennes, vous n’y échapperez pas.

          – Soit lors des campagnes électorales pour arriver au pouvoir, soit si vous arrivez au pouvoir, vous trouverez toujours une opposition permanente, multiforme, systématique, une opposition de 24 h/24, 7 jours/7, qui, auprès de la population, vous contrera sur tous les points.

          – Vous ferez quoi ? Vous enverrez les paras, comme lors de la bataille d’Alger ?

          Répondre
          • Jacky Social

            11/04/2016

            @Jaures: vous ignorez ma demande et continuez a m’apostropher et donc je ne vous repondrai plus.

          • quinctius cincinnatus

            13/04/2016

            tenez il y aurait eu une bataille de … Bruxelles bien des morts innocents et autre blessés à vie auraient été épargnés … mais pour un porteur de valise c’ est bien sûr une abomination … dans tous les cas ne vous trouvez JAMAIS sur mon chemin !

  10. BRENUS

    10/04/2016

    @JEAN MERDIER . Il ne vous est pas venu a l’esprit que la situation pourrait être inversée pour vous. Nous les hommes libres ne souhaitons seulement que vous nous foutiez la paix, ce qui n’est pas dans vos gènes. Aussi, à défaut d’y parvenir et en dépit des menaces que vous agitez dès lors que vous ne parvenez pas à nous convaincre, sommes nous déterminés à nous défendre, tout simplement. Et pour parfaire le tout, j’ajoute qu’en vrai fils du peuple (vous n’êtes qu’un parasite) je vous urine dessus. Compris fachodegauche.

    Répondre
    • Jacky Social

      10/04/2016

      Brenus: juste une precision – un facho est TOUJOURS de gauche.

      Répondre
    • Jean Meslier

      10/04/2016

      Brenus

      – J’ai trouvé curieuse votre propension à user d’un registre scatologique (merdier, uriner), lorsque je me suis souvenu que Brenus, votre pseudo, est presque proche de breneux ou de brenneux, qui, comme vous le savez, signifie souillé de matières fécales…

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        11/04/2016

        vous voyez qu’ Antoine ( de ) Rivarol est utile !

        Répondre
  11. druant philippe

    10/04/2016

    Damned , j’ oubliais les coûts exorbitants d’ une certaine immigration (les crasseux afromuzz) !

    Répondre
  12. druant philippe

    10/04/2016

    » toujours ponctionner davantage ceux qui créent véritablement de la richesse pour gaspiller aussitôt l’ argent récolté «

    Curieux de connaître les montants totaux « investis » dans les crasseux de banlieues ou le montant des subsides alloués aux associations jauressiennes immigrationnistes lèche- babouches à visées électorales .
    Quid du montant des travaux pharaoniques ?
    Quid du coût des « ponctionnaires « inutiles en considérant les gendarmes / pompiers / policiers / enseignants comme étant des fonctionnaires indispensables ?

    Répondre
    • Jean Meslier

      10/04/2016

      Druant philippe

      – Quid du coût des 2 % des Français les plus riches et des grosses boîtes qui, chaque année, font perdre 70 milliards d’euros à la collectivité ?

      Répondre
    • Jacky Social

      10/04/2016

      Dans les travaux pharaoniques executes par les larbins dociles du sphinx a deux tetes Abousimbel Jaures I et II, il faut ajouter les pyramides de Ponzi de la secul et des retraites qui sont de veritables oeuvres de l’archeologie socialiste. Mais la n’est pas le probleme pour la sphinxocrassie qui nous asphynxie, non, le probleme, c’est que ceux qui veulent sauver leur argent « font perdre » (sic) a la collectivite des sommes fo-folles. Quel egoisme, quelle mechancete!!! Si elle veut une vie de pacha, la collectivite doit travailler. Si elle veut etre egale, tres bien et bien que la collectivite soit egale et qu’elle se montre a la hauteur. Sinon, c’est nada. Les grosses boites ont bien raison de planquer leur pognon, de delocaliser et de s’en battre les couilles du socialisme (qui n’est pas prouve scientifiquement). D’ailleurs, le PS et les syndicats belges avaient leurs caisses noires au Luxembourg. C’etait « Moriau le petard » qui gerait cette venerable chapelle.

      Répondre
      • Jean Meslier

        10/04/2016

        Jacky Réac

        – La véritable pyramide de Ponzi, c’est la retraite par capitalisation, qui veut faire croire qu’elle constitue une source miraculeuse de fonds, alors qu’elle ne puise jamais l’argent qu’à la même source que la retraite « classique », dite – bien à tort – par répartition, c’est-à-dire sur la production du jour !

        – Sans compter, évidemment, les entourloupes qui s’ensuivent inévitablement, comme les illustrent les cas Maxwell, Enron, et ceux des retraites d’Amérique latine, où la collectivité a dû reprendre à sa charge les retraites des épargnants floués.

        – Les grosses boîtes qui planquent leur fric se comportent comme les gangsters, trafiquants de drogue, d’armes ou proxénètes internationaux dont le fric côtoie le leur dans les paradis fiscaux…

        Répondre
        • Jacky Social

          10/04/2016

          Jaures II:
          1) si je suis pour vous un reac, c’est bien, meme tres bien. « Et maintenant mon bon Blase, flattez-moi! ». Ceci dit, c’est moi qui veux le changement. Donc qui est le vrai conservateur ultra-reactionnaire qui ne propose que le status quo?
          2) Vous citez toujours le memes exemples. Ces violations des lois US ont ete punies et les problemes engendres ont ete repares depuis belle laurette (onckendaele). Si les fonds de pension americains etaient si mauvais, les 3/4 des Americains seraient SDF, ce qui est encore loin d’etre le cas meme sous Barack Hussein Obamarx. Il faut dire que lorsque je vois la Grece et autrefois l’URSS en faillite, j’ai vraiment envie de faire confiance dans l’etat bouricoco-totalitaire du berceau jusquau tombeau.
          3) La foi en la liberte fait qu’il vaut mieux un coupable en liberte qu’un innocent en prison (meme fiscale). Si les paradis fiscaux existent, tiens mais pourquoi les appelle-t-on « paradis fiscaux »? Si vous croyez vous faire des allies sur ce site (a part le sphinx pyramidal Jaures I, Marquis de Ponzi, c’est rate. Nius n’avons aucun complexe avec l’argent (le notre).
          3). Quant aux armes, je suis pour le port d’arme (droit democratique), sous certaines conditions. Hitler, Staline et Lenine etaient contee et Washington, Jefferson et Lincoln etaient pour. En qui avez-vous le plus confiance? REPONDS SI T’AS DES COUILLES!

          Répondre
          • Jean Meslier

            10/04/2016

            Jacky Passéiste

            – Le statu quo, c’est ce qui existait avant l’instauration des lois sociales au 19e siècle. Ce à quoi vous voulez en revenir, c’est donc à ce qui a existé de tout temps, la domination illimitée des riches sur les autres. Dans le reste de la nature, ça s’appelle la loi de la jungle, mais si c’est ça qui vous plaît…

            – Les armes à feu individuelles ont leur utilité. De 2001 à 2013 inclus, aux États-Unis et hors des États-Unis, un peu moins de 3400 ressortissants américains ont été tués dans des attentats terroristes, le plus gros étant, bien entendu, les morts du 11 septembre 2001.

            – Dans le même temps et dans le même pays, les armes à feu n’ont jamais tué qu’un peu plus de 406 000 personnes, dont l’écrasante majorité était non pas des bandits ou des voleurs, mais les parents, voisins, collègues, amis du possesseur de l’arme et, bien entendu, le possesseur de l’arme lui-même.

            – Mais voyons la chance qu’ont eu ces gens : au lieu de crever à petit feu d’une maladie invalidante durant des années, ils sont morts d’un seul coup…

            – Les fonds de pension américains ne sont pas les seuls au monde. En Amérique latine, comme je l’ai déjà dit, ils se soldent par un désastre. Et aux États-Unis, leur prospérité ne repose que sur l’exploitation forcenée des salariés, soit étatsuniens, soit du reste du monde, dans les usines du tiers monde ou les maquiladoras d’Amérique centrale. Il est impossible d’assurer un revenu décent aux bénéficiaires sans cette extorsion de fonds…

            – Le terme paradis fiscal est un terme du vocabulaire ultralibéral, donc biaisé. N’oubliez pas ce que disait Victor Hugo : le paradis des riches est fait de l’enfer des pauvres.

          • Jacky Social

            10/04/2016

            C’est cela Jaures. Vous n’avez pas repondu a la question:
            « Quant aux armes, je suis pour le port d’arme (droit democratique FONDAMENTAL), sous certaines conditions. Hitler, Staline et Lenine etaient contre et Washington, Jefferson et Lincoln etaient pour. En qui avez-vous le plus confiance? » – Repondez.
            Les Etats-Unis sont donc une jungle. Singapour egalement. Interessant, ca. Et je suis donc un futur Tarzan. Qui lit encore Victor Hugo et ses inepties? Il est juste obligatoire dans les usines a cancres du socialisme en France et en Belgique francophone. Le terme « paradis fiscal » est un terme utilise par tout le monde, y compris vous-meme en premier et de nombreuses fois sur ce site. Pourquoi appelle-t-on ces contrees « paradis fiscaux »? Repondez au mojns a ces deux questions simples. La France pense maintenant introduire les fonds de pension. Qu’allez-vous faire car c’est a l’ordre du jour socialiste? Vous etes toujors dans le 19eme siècle. Tantot on a droit a l’esclavagisme (dont vos camArabes sont le paragon, tantot a Robinson Crusoe). Etranges, vos raisonnements.

          • Jean Meslier

            10/04/2016

            Jacky Ringard

            – Je n’ai pas répondu sur vos Lincoln, Hitler, Staline, etc., parce que vous établissez des rapports qui n’ont pas lieu d’être. Comme souvent à droite (et plus encore à l’extrême droite) vous confondez juxtaposition et relation de cause à effet.

            – Ce n’est pas parce que Hitler et Staline étaient des dictateurs, d’une part, et contre la possession des armes individuelles, d’autre part, qu’il existe un rapport entre ces deux ordres de faits. C’est comme si vous disiez que Joseph, le prénom de Staline, était criminogène. Comme « raisonnement » inepte, on ne fait pas mieux…

            – Et quant à la liberté, vis-à-vis des divers pouvoirs états-uniens, mieux vaut ne pas être Amérindien, Noir, syndicaliste, Sud-Américain, Vietnamien, Chinois ou n’importe quel ressortissant d’un des nombreux pays agressés par les États-Unis depuis les années 1840.

            – Il n’y a aucune contradiction à employer l’expression paradis fiscal et à estimer qu’il s’agit de zones mafieuses, justiciables d’un Tchernobyl. Tout le monde emploie sans problème les expressions « le soleil se lève » et « le soleil se couche » alors que, depuis Copernic, tout le monde sait que c’est la Terre qui tourne autour du soleil…

          • Jacky Social

            10/04/2016

            Jaures:
            1) sur Hitler et Staline et les wrmes, vous ne pouvez repondre, bien evidemment.
            2) Vous avez aussi oublie l’Irak, l’Afghanistan et l’Allemagne nazie, non? Sans parler de l’URSS.
            3) D’un cote, vous dites que « paradis fiscal » est une expression ultraliberale et puis de l’autre vou affirmez qu’il n’y a as de mal a l’employer. Tststst, pas tres coherent tout cela. Quant aux mafias, que faire des syndicats qui echappent au controle de l’etat et planquent dans les iles les cotisations de leurs petits moutons bien sages ? Hihihihahahahouhouhou. L’hypocrisie avec vous est une discipline noble et pure.

  13. quinctius cincinnatus

    10/04/2016

    le problème de l ‘ impôt [ en France ] est le suivant :

     » toujours ponctionner davantage ceux qui créent véritablement de la richesse pour gaspiller aussitôt l’ argent récolté « 

    Répondre
  14. Jean Meslier

    09/04/2016

    Pi31416

    – Une constatation, c’est quoi ? Vous constatez quoi, dans la courbe de Laffer ?

    Répondre
  15. BRENUS

    08/04/2016

    Jean MERDIER dégagez de ce site qui n’est pas -encore- totalement acquis à la Liubianca.

    Répondre
    • Jean Meslier

      09/04/2016

      Brenus

      – Que cela vous plaise ou non, il vous faudra pourtant affronter des opposants idéologiques. Soit durant les campagnes électorales où, lors des distributions de tracts ou les réunions publiques, ou les émissions radio ou télé, vous serez confrontés à des objections, des contestations…

      – Soit, à supposer que vous gagniez les élections, une opposition infatigable, une opposition systématique, une opposition de tous les instants, 24 h sur 24, multiforme, sur les réseaux sociaux, dans les journaux, par les tracts, les affiches, etc. Comme ce

      – Comment vous défendrez-vous ? En envoyant des nervis ou des flics bastonner vos opposants ? En les collant en taule ? En les flinguant ?

      Répondre
  16. Jacky Social

    07/04/2016

    Quand je vivais en URSS, la lessive, c’etait terrible. Seul le capitalisme est parvenu a trouver la solution:

    Capitalism Will Abolish Laundry Day

    The Most Hated Chore in the History of Housework
    Sarah Skwire
    Thursday, April 07, 2016

    In the 1920s, the average housewife spent about 11.5 hours per week on laundry and ironing. By 1965, that had dropped to just under 7 hours. In 2014, that average housewife (and her spouse) spent about 20 minutes a day on the task, or just over 1.5 hours per week.

    Laundry might be one of the most hated chores in the history of housework. It’s a Sisyphean task. The moment the job is done, there’s more laundry to do. And unlike cooking, which can be put off by ordering pizza or going out to eat, or dishes, which can be reduced by using paper plates, the laundry has to be done regularly. (Unless you’re a college student, of course.)

    Our vision of what laundry “used to be like” has very little to do with what it actually was like.

    And so we complain about laundry all the time. And economists and others study it.

    I started to think about laundry this week when a blog post that collected eight decades of images of clotheslines in New York crossed my desk. The images are a striking reminder of how laundry used to be done.

    Scrolling through those images was an odd experience. I looked at them and admired the graceful arcs of the clotheslines and the ghostly flutter of the laundry that hung from them. I was reminded of “Love Calls Us to Things of This World,” a poem by Richard Wilbur about waking to the sights and sounds of laundry on the line. To the poet’s sleep-hazy and unspectacled eyes, the laundry on the line makes it look as if “the morning air is all awash with angels.” And the beauty of the vision prompts the poet’s soul to wish,

    Oh, let there be nothing on earth but laundry,
    Nothing but rosy hands in the rising steam
    And clear dances done in the sight of heaven.

    It’s easy to look at laundry on the line and be swept away by memories of sun-dried sheets. But as with so many other tempting misconceptions that come when we are rich enough to play at being poor, our vision of what laundry “used to be like” has very little to do with what it actually was like.

    For that, we have to turn from photographs to contemporary accounts.

    When I’m looking for accounts of housework in earlier decades, I turn to Round about a Pound a Week, an exceptional demographic study of the working poor in 1913 Lambeth, a district in central London. But Round about a Pound is all but silent on the subject of laundry. I was mystified about why laundry was absent from a study that details everything from how the women of Lambeth chose to wash their front steps to why they bought flannelette clothing for the children. But the chapter that details how these women spent their days includes a small aside. When the study was done, the subjects told the observers not to record their schedule on washing day. “Washing-day was not considered fair by the mothers. They said, ‘You’d expect ter be a bit done-like washin’ day’; so an ordinary day was chosen in every case.”

    The women in Lambeth knew laundry day was the hardest day of the week. They knew it was a statistical outlier, and they didn’t want an unfair assessment of how hard their average day was.

    That, in itself, is telling.

    But actual descriptions of laundry days are even more so. In 1949, Kate Smallshaw (a former editor of Good Housekeeping) wrote a determinedly cheerful book on housework called How to Run Your Home without Help. Marketed to the middle-class housewife learning to do without servants during the postwar domestic labor shortage, How to Run Your Home without Help was able to assume that its readers would have running water and electricity, unlike the women studied in Round about a Pound.

    Even with plumbing and electricity, the 10 pages dedicated to “Doing the Washing” in How to Run Your Home make for exhausting reading. Describing a “very efficient single-handed housewife” and her average laundry day, Smallshaw notes,

    She knew the right way to tackle every household job, and took a pride in doing them all well. Yet with her practice she still finds Monday an ordeal. One reason is that her equipment is so poor. Her single sink, with one draining-board only, is placed in a corner. The wash-boiler, of the round type, won’t take a wringer. She could get a new kind of wringer that would fasten to the edge of the sink … but she makes do with the old one that must be lugged in from the garden shed each time.… On a bright day she can get the clothes dry in the garden; otherwise there’s the misery of lots of wet things flapping round the little kitchenette, for she has no drying cabinet of any kind.

    But even with the modern equipment lacked by this housewife, the laundry is an almost unimaginably arduous task when looked at from 2016. Here, for example, is Smallshaw’s description of the newly popular “hand operated simple washing machine”:

    The machine is filled, by means of rubber tubing, from the kitchen tap. The water is then heated to the temperature required by gas or electricity, depending on the make of machine. Clothes can be left to soak, boiled up if necessary, or mechanically washed by means of a hand-operated “agitator.” They are then wrung into the kitchen sink for rinsing.

    More expensive, newly available electric washers could help even more, though they still generally required manual filling and draining. And only the most expensive machines available came even close to approaching the luxurious kind of washer we can pick up for under $500 at Walmart or Sears today. (And we earn the money to buy that washer so much faster!)

    But this only considers the issue of equipment. Smallshaw’s housewife had many other concerns that don’t even occur to today’s laundry doers: the need to run each item of clothing through the wringer twice; the separate boiling of handkerchiefs; the endless task of ironing. (Smallshaw does note that certain items, such as “all stockings and socks, woolen underwear, and men’s cellular or knitted-type cotton underwear, needn’t be [ironed], if time is an important factor.”)

    All of this makes those photographs of the New York clotheslines a little more interesting and a little less dreamy. Notice that the laundry drying in those pictures is nearly all underwear, petticoats, sheets, and other whites. Washing the darker outer layers of clothing would have been done less often, because of the great weight (especially when wet) and extended drying time. Remember that in days when most homes heated with coal, those whites wouldn’t have stayed white for very long as they hung in the smoky air.

    Picture a cold and rainy day, with all that wet laundry hanging in the tiny kitchen of your walk-up apartment in New York.

    Those women who are leaning out their windows to hang out the wash may look quaint now, but they had been working at this task all day. And they would do it again the following week. And every single week after that. And those clotheslines? They may make a pretty picture in sunny weather, but picture a cold and rainy day, with all that wet laundry hanging in the tiny kitchen of your walk-up apartment in New York.

    Consider all that, and then go watch Hans Rosling’s magic washing machine video, and remember how much of the world today still does their wash in conditions even harder than those of 1949, or even 1913.

    Recent advances in nanotechnology have created textiles that clean themselves with light. Fans of mid-century science fiction will instantly think of the Alec Guiness movie, The Man in the White Suit, where the invention of a similar product leads to panic among textile plant managers and union workers. While many are sure to react to this news with similar distress and to lament the loss of the picturesque clothesline, Hans Rosling and I say bring it on. As a little visit to the laundry rooms of the past reminds us, every minute we now spend doing laundry — no matter how few those minutes are — could be more joyously spent doing almost anything else.

    Répondre
  17. Jacky Social

    06/04/2016

    Je dois dire que la qualite du contenu de certains textes est affligeante. Par contre, la baisse de l’imposition est TOUJOURS fiscalement et FINANCIEREMENT soutenable (voir la Courbe de Laffer et ca fonctionne – cfr.Ron Reagan). Le probleme car il y a effectivement un serieux probleme, c’est de realiser le raccord entre le debut de la baisse drastique de la fiscalite francaise et une reprise economique solide. Laffer parle de 4 a 5 ans. Cette duree est trop longue car c’est quaisi une legislature et donc ce nest pas « rentable » politiquement et puis vous entendez deja hurler l’opposition. Pourtant, c’est la seule voie possible hors de ce merdier europeen. Alors il y a plusieurs methodes pour assurer l’interim: l’emprunt a moyen terme et la privatisation de la secul etatiste et des retraites a partir d’un certain age a determiner. Au-dela de cet age (par exemple, max. 30 ans), les personnes auraient le choix entre le vieux systeme etatiste moribond qui devrait honorer sa dette (d’ou l’emprunt pour le financer) et le nouveau systeme. Cette transition de la redistribution vers la capitalisation doit etre etudiee prudemment, car il faut que les reductions drastiques d’impots aient un sens. Reduire le nombre de fonctionnaires, reduire ls allocs, tout cela, ce n’est que de la poudre populistes aux yeux des naïfs. Je crois que nous avons deja largement donne dans ce domaine et pourtant rien n’a change bien evidemment. Donc le Sarko doit faire son devoir t venir avec un projet concret qui vide a changer la donne en profondeur. Sinon, en admettant qu’il soit elu, on est reparti pour 5 ans de carlabrunisme. Et ca, ce serait inacceptable et surtout impayable, sauf si les francais sont prets a reduire leur niveau de vie de 50 % sur 5 ans, cad se rapprocher de la kinshassisation de leurs revenus. On attend l’hydre a deux tetes ultra-conservatrices. Attention, elle arrive…Je l’entends…

    Répondre
    • Jean Meslier

      06/04/2016

      Jacky Social

      1. Le caractère « scientifique » de la courbe de Laffer est une supercherie. Il n’a jamais été démontré.

      2. La retraite dite « par capitalisation » est aussi une supercherie en ce que toutes les retraites, absolument toutes, sont NÉCESSAIREMENT par répartition : ce qui est versé aux retraités provient de la production contemporaine de leur versement, pas d’une épargne « vertueusement  » amassée durant toute une vie par de courageuses fourmis.

      3. La capitalisation est une supercherie intellectuelle, une arnaque pour les souscripteurs, comme en témoignent de très nombreux cas, aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Amérique latine et ailleurs, et une arnaque à l’égard de ceux qui en supportent le poids.

      4. L’hydre ultraconservatrice, c’est vous, qui voulez catapulter les salariés en plein milieu du 19e siècle, à une époque antérieure à Germinal…

      Répondre
      • Jacky Social

        07/04/2016

        Je n’attends aucune pensee coherente de votre part, cher Jaures II.

        Répondre
        • Jean Meslier

          07/04/2016

          Cher Jacky Antisocial,

          (Me permettez-vous de vous nommer ainsi dès lors que, pour votre part, vous en usez à votre aise avec mon pseudo ?).

          – Qu’est-ce qui est incohérent lorsque je dis que toute retraite (donc bien entendu par capitalisation) n’est et ne peut être que par répartition, c’est-à-dire redistribuer des richesses produites dans l’instant, et non pas reverser le montant d’une épargne accumulée sur 40 ans ou plus de vie active ? Je m’étonne même qu’on puisse croire encore à de telles sornettes.

          – Je pense avoir été explicite avec la courbe de Laffer : elle n’a jamais été démontrée. C’est vous qui, au vu de son allure pseudo-scientifique, lui accordez, de façon irrationnelle, la même valeur qu’une loi mathématique ou physique.

          Répondre
          • pi31416

            08/04/2016

            « Je pense avoir été explicite avec la courbe de Laffer : elle n’a jamais été démontrée »

            Il ne s’agit pas de la DEMONTRER, mais de la CONSTATER. Nuance!

          • Jacky Social

            08/04/2016

            @Jaures II: en quoi Laffer n’a-t-elle pas ete demontree et par qui? Quant a « Antisocial »: flattez-moi. En fait, « anti-social » et surtout « anti-socialiste », cad. « anti-gauche », « anti-ringar » – « anti-con ». La science n’a rien a voir. Si vous souhaitez que votre retraite soit financee par repartition cad. par du non-argent car rebudgetee chaque annee au gre du vent, c’est votre affaire. Mais n’obligez pas les autres, ceux qui ne croient pas a votre systeme foireux, etqui n’en veulent pas, a vivre comme vous. L’individu est souverain. Si vous ne respectez pas la souverainete de l’individu, cad. sa liberte et son libre-arbitre, alors vous etes un fasciste et en l’occurrence un socialo-fasciste. Je demande ma liberte dans un domaine ou je fais mieux que l’etat. Moi, je respecte votre liberte et d’ailleurs je me fous completement de ce que vous faites de votre argent et de votre vie. Que ce soit reciproque. Si vouloir sa liberte vis-a-vis de l’aritraire et de l’etat envahissant est etre anti-social, alors oui, je suis anti-social a 100% et le revendique au sens de cette definition. C’est encore mon affaire, mon droit et mon choix. Avec votre raisonnement, on obligera bientôt les boulangers juifs a preparer le gateau des fetes nazislamistes. On A LE DROiT DE REFUSER CE qui ne convient pas. JE DECLARE ICI RENONCER A MES DROITS POLITIQUES ET SOCIAUX (chomage, pension, secul) PROCURES PAR L’ETAT EN ECHANGE D’UN IPP DE 10% SUR MES REVENUS NETS. JE M’ENGAGE A NE PAS REVENIR EN ARRIERE QUOI QU’IL ARRIVE ET QU’ON ME LAISSE SANS ASSISTANCE EN CAS DE DECONVENUE. Que dites-vous de cela? Les pedes peuvent aujourd’hui se marier et les bougnoules peuvent prier 5 fois par jour aux frais de leur employeurs. MOI, EN TANT QUE LIBERAL, JE VEUX QUE L’ETAT DEGAGE DE MA VIE PRIVEE. Je ne vois en quoi cela pose un probleme. Je vois que vous me méprisez pour ce que je suis, cad un sale entrepreneur capitaliste, ce qui est votre droit, mais vous oubliez qui vous nourrit. Nous n’avons pas voix au chapitre. Nus devons payer, nous laisser insulter et la fermer. Encore une fois, c’est du fascisme economique. IL FAUT QUE CELA CESSE ET CELA CESSERA. J’emmerde la societe et les gens, et alors? En quoi est-ce interdit? JE SUIS LIBRE.

          • Jaures

            09/04/2016

            « Il ne s’agit pas de la DEMONTRER, mais de la CONSTATER » écrit notre Pi toujours aussi péremptoire.
            Laffer prétend avec sa courbe que si on baisse les impôts, la stimulation de l’économie qui en résulte augmentera au final les recettes fiscales.
            Donc, les pays où les prélèvements obligatoires sont faibles devraient être forcément plus dynamiques que ceux où ils sont plus élevés.
            Si c’était le cas, le Portugal (35%) se porterait bien mieux que le Danemark (48%), l’Allemagne (38%) se ferait damer le pion par le Japon (29%), l’Autriche (43%) serait à la remorque de l’Espagne (33%), etc…Est-ce le cas ?
            Donc la courbe de Laffer n’est ni constatée, ni démontrée.
            D’ailleurs, les économistes avancent pour le fameux slogan « trop d’impôt tue l’impôt » des taux qui vont de 10% à 90% avec à chaque fois des exemples nombreux et édifiants. Mais en oubliant bien entendu les contre-exemples tout aussi nombreux et édifiants.
            En réalité, le taux de prélèvement en lui-même ne veut rien dire: tout dépend du contexte et de ce qui est fait des prélèvements.

          • Jacky Social

            09/04/2016

            Jaures I: vous avez tout faux. Mais nous y reviendrons.

          • Jaures

            10/04/2016

            Cher Jacky, vous êtes libre mais dans le cadre des lois. Vous ne pouvez plier la société à vos caprices à moins de vous en exclure.
            On ne peut s’exonérer des lois en prétendant qu’on en assumera les conséquences. Quoi? Concevez-vous que chacun roule à la vitesse qu’il souhaite en disant que s’il tue quelqu’un il paiera ?
            De même, si vous n’avez pas cotisé, on ne vous laissera pas crever sur le trottoir.
            Donc, votre unique solution est de vous exiler sur une île déserte. Robinson n’avait pas de problèmes avec le fisc et ne subissait aucun prélèvement sur son salaire.

          • Jacky Social

            10/04/2016

            @Jaures I: La loi, qui est illegitime, est donc votre dernier refuge: nous sommes donc obliges d’etre socialistes. Les pedes ont obtenus le mariage pour vivre selon leurs principes. Les socialistes ont obtenus les 35 heures pour masquer la faillite de leur systeme. Des lois, cela se change. Par contre, je n’ai aucun probleme avec la fiscalite en tant que concept. Rejeter le socialisme n’a rien a voir. Le probleme se situe ailleurs. Quant a Laffer, vous prenez toujours le probleme a l’envers. Il s’agit de creer de la richesse (des entreprises et des activites innovatrices) et non de collecter plus d’impot (qui n’est qu’une consequence annexe de la baisse d’impot). Les Reagan, Thatcher et G.W. Bush Tax Cuts ont bien entendu fonctionne. Et en Belgique, le tax shift meme s’il est ridiculement maigre est en train de generer quelques effets positifs, certes tres insuffisants. Trop d’impot tue l’impot. Mais vous etes incapable de remettre un iota de votre systeme en question. C’est mieux une dette abyssale avec un taux chomage ridiculement eleve tout en accusant les autres. Mais la France devra changer car ces memes autres l’y contraindront par la force des choses (marche ou creve). Sinon? Sinon elle crevera. L’agonie economique et donc sociale francaise a deja commence. Vous et vos complices « legaux » mais illegitimes etes les seuls a ne pas vouloir le voir.

          • Jacky Social

            10/04/2016

            @Jaures I: je ne vous ai pas repondu plus tot car je visionnais « American Sniper », un excellent film de droite (ca change) sur le patriotisme US et la liberation de l’Iraq.

          • Jaures

            10/04/2016

            Cher Jacky, une loi est légitime justement parce qu’elle peut être démocratiquement changée. Une loi illégitime est une loi imposée par une minorité dans ses propres intérêts, comme celles par exemple, édictées par les rois de l’Ancien Régime.
            En ce qui concerne les homosexuels, ils ne revendiquent pas de vivre « selon leurs principes », mais au contraire comme tout le monde, avec les mêmes droits.

            Pour ce qui concerne la courbe de Laffer, je vous ai justement cité des pays qui, avec des prélèvements bien plus importants, créent plus de richesses que d’autres dont les taux sont inférieurs. La théorie de Laffer ne se vérifie donc pas.
            Concernant l’ère Reagan, la relance de l’économie s’est faite par le déficit budgétaire (4,2%/an en moyenne avec une pointe à 6,1% en 1983), ce qui est une politique keynésienne.
            La dette a donc augmenté de plus de 170 milliards /an sous Reagan contre 60 milliards sous Carter. La baisse des impôts n’a donc fait que profiter aux plus riches et les années Reagan sont celles de l’explosion des inégalités: la part des richesses créées des 1% les plus riches est passée de 10% en 1980 à plus de 15% en 1988.

            « American Sniper » est un bon film mais de C.Eastwood je préfère « Gran Torino », Impitoyable » ou Mystic River ».
            Je regarde le talent d’un auteur, pas sa couleur politique.

          • Jacky Social

            10/04/2016

            @Jaures I: merci pour ces precisions tres convaincantes. Vous avez raison. Je suis d’accord avec vous. Voila, ca va comme ca? Aujourd’hui, c’est dimanche et je viens deja de passer une matinee assez occupee a travailler. Alors si en plus je ne vais certainement pas gacher ce jour du Seigneur a vous repondre. J’ai dit ce que j’avais a dire.

        • Jean Meslier

          10/04/2016

          Jacky Asocial

          – Le système par fonds de pension n’apporte pas un centime de plus aux retraités que le système par répartition.

          – Dans tous les cas, vous prélevez quelque chose sur la production du jour : la pension versée aux retraités en avril 2016 est prélevée sur la production d’avril 2016.

          – C’est une supercherie que de faire croire que l’argent des fonds de pension provient d’une source miraculeuse, issue des efforts d’épargne de toute une vie. Ce qui n’est pas innocent idéologiquement…

          Répondre
      • Jacky Social

        07/04/2016

        Jaures II: « Le caractère « scientifique » de la courbe de Laffer est une supercherie. Il n’a jamais été démontré ». Pouvez-vous etre plus exlicite?

        Répondre
    • Jean Meslier

      06/04/2016

      Jacky Social

      – C’est bien là le problème : à droite, surtout quand on est du côté du manche, on n’imagine jamais que sa naissance ou sa personnalité ne sont que le fait du hasard…

      – A droite, on ne se met jamais « à la place de », surtout lorsque cette place est celle de sujets considérés comme de la merde…

      Répondre
      • Jacky Social

        07/04/2016

        Jaures II: Ben oui, c’est bien ce que je dis: vous etes incoherent. Que connaissez-vous a la Droite? Il n’y a pas de Droite en France. Je suis juste un observateur de la politique francaise. Et je cherche toujours la Droite francaise. J’ai meme contacte les Aventuriers de l’Arche Perdue. En vain. On ne trouve ien. Mais, vous le fasciste, avec votre flair gestapisto-kagebiste, si vous la trouvez, faites-nous signe. Les Francais veulent savwaaaar.

        Répondre
  18. druant philippe

    06/04/2016

    @jacky :

    vous ne pouvez dire cela , n’ oubliez pas votre engagement
    de devenir jaures 3 .
    Vous ne pouvez en aucun cas contester les propos de ces phares de l’ humanité que sont jaures 1 et 2 : le gauchiste est omniscient et a le don d’ ubiquité , un peu de modestie , que diable !
    Il est temps de rappeler cela aux Desoyer / Brenus / Villain et QC , ces horribles fachos ;

    Répondre
    • Jean Meslier

      06/04/2016

      Jacky Social

      – Les ingérences, agressions, invasions, exploitations et humiliations de l’Amérique latine se sont poursuivies sans interruption des années 1840 à nos jours.

      – En conséquence, sur les quelque 176 ans de ces agressions, 60 années tout au plus relèvent du 19e siècle. Cent ans relèvent du 20e siècle et 15 ans du 21e siècle.

      – Donc, loin d’être une affaire du passé, la grossièreté, l’agressivité, l’arrogance et le mépris des Etats-Unis envers leurs voisins d’Amérique latine sont plus que jamais une affaire d’actualité.

      Répondre
      • Jacky Social

        06/04/2016

        @Jaures II: effectivement, je n’avais pas pense a cela, l’Amerique du Sud mobilisant pourtant toutes mes pensees. Ben merde. En tout cas, bravo pour votre analyse pertinente. Les USA, on devrait les supprimer. Ce qu’ils font est degeulasse. Bien a vous. Jaures III.

        Répondre
        • Jean Meslier

          06/04/2016

          Jacky Social

          – Vous auriez été indépendantiste cubain en 1898, vous auriez été content, vous, qu’un pays venu vous aider à virer le colonisateur espagnol, s’incruste durant 60 ans, vous occupe militairement, installe un dictateur, transforme votre pays en bordel et en casino au profit de sa mafia et vous impose une base militaire ?

          – Vous auriez été Philippin, vous auriez apprécié qu’un pays étranger, au lieu de vous libérer, vous colonise à son profit et tue, au bas mot, 200 000 de vos compatriotes et ne vous rende votre indépendance que 48 ans plus tard ?

          Répondre
          • Jacky Social

            06/04/2016

            Jaures II: ecoute mon gars, je me fous des cubains, des pyramidains, des cylindrains et des trianglains. Ainsi que des Philipains, des Malouains et des Babouains. La n’est pas l’avenir du monde. Philippipine au Cuba les jambes trop courtes. Ca casse trop et ca dechire trop. M’en fous completement.

  19. Jacky Social

    06/04/2016

    Chez les Bessons Jaures I et Jaures II, on est tellement obsede par le 19eme sicle qu’on est reste dedans.

    Répondre
  20. Jean Meslier

    06/04/2016

    Christian Lambert

    – En 1825, la France, par un accord scandaleux, a obligé Haïti à payer 150 millions de francs-or… pour prix de son indépendance ! Et pour dédommager [sic !] les anciens colons. Comme si la liberté devait s’acheter ! Cette dette, pour laquelle Haïti a dû dévaster sa végétation, notamment pour exploiter des bois précieux tropicaux, n’a été réglée que dans les années 1950. En monnaie constante, elle représenterait des milliards. Quand comptez-vous lui restituer cette rançon extorquée ?

    – Dans le reste de l’Amérique latine, une bonne part des déstabilisations, depuis les années 1840, est venue des États-Unis qui, pour soutenir leurs entreprises – ou les oligarchies locales, n’ont cessé de fomenter des coups d’État, des déstabilisations, des putschs, des assassinats, voire d’intervenir directement avec leurs soldats.

    – Ainsi, par exemple, après la guerre d’indépendance de Cuba, en 1898, les Américains, plutôt que de rembarquer comme l’avaient fait les Français en 1783, ont occupé l’île militairement à plusieurs reprises, y ont exploité la main-d’œuvre locale jusqu’au trognon, transformé l’île en casino et en bordel pour la mafia et soutenu le dictateur Battista. Et imposé à l’île le furoncle de la base de Guantanamo. Ils n’ont fait que substituer leur colonisation à celle des Espagnols : les Cubains se sont bien fait enfler…

    – Les Etatsuniens ont d’ailleurs fait la même chose aux Philippines où, après avoir viré les Espagnols, ils ont mené une guerre atroce aux Philippins qui a duré jusqu’à 1914 et a causé 200.000 morts (au minimum…) à ces derniers. Ils n’ont accordé l’indépendance aux Philippines qu’en 1946, non sans avoir installé le dictateur Marcos pour veiller à leurs intérêts…

    Répondre
  21. Jacky Social

    06/04/2016

    Mais ou sont les bessons?

    Répondre
  22. Yves

    05/04/2016

    Il faudrait un gouvernement fort dites vous !!!!. Avec tous ces élus de droite et gauche qui se sont succédé depuis plusieurs décénies, je pense toujours à cet excellent film d’Henri Verneuil « le président » ou vers la fin du film Bernard Blier fini par dire qu’il n’est pas plus mal qu’un autre pour devenir président du conseil et Jean Gabin lui répondre « Pas plus mal qu’un autre. Quand on a cette ambition pour son pays, on ouvre un bazar on ne gouverne pas une nation ». Alors certes nous ne connaissons pas bien Mr Trump mais il est clair qu’il va se débarrasser de cette ploutocratie mortifère et incompétente qui fait mourrir les américains a petit feu comme ici. Et ce parlé vrai dépourvu du politiquement correct change la donne et fait trembler les banquiers et les multinationales. Nous verrons si son honnêteté rendra la vraie démocratie aux Etats Unis.

    Répondre
  23. quinctius cincinnatus

    05/04/2016

    l’ oracle de Delphes nous révèle que :

    Donald Trump pourrait bien finir… assassiné

    Répondre
    • Jacky Social

      05/04/2016

      Tout ce qui n’est pas de gauche et ne redistribue pas le pognon des autres doit etre elimine sans tarder…On appelle ca la democratie solidaire. Que c’est boow.

      Répondre
      • Jean Meslier

        06/04/2016

        Jacky Social

        – En 1789, quand les Français ont décidé la vente des biens du Clergé, ils n’ont jamais fait que se réapproprier ce que ce même clergé leur avait soutiré durant près de deux millénaires, en corvées, droits seigneuriaux, dîmes et autres joyeusetés. Cette confiscation, loin d’être une spoliation, n’a été qu’une restitution de richesses ignominieusement acquises.

        – Eh bien, c’est la même chose quand on colle des impôts au taux marginal de 95 % sur les hauts revenus des personnes physiques ou des sociétés…

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          07/04/2016

          Monsieur le curé Mellier,

          à qui , à quels Français, ont profité ces restitutions de richesses ignominieusement ( sic ) acquises ? … parce que voyez vous la Révolution fit, en plus, disparaître les usages … communaux ; lorsque l’ on veut parler d’ une chose encore faut il en avoir la maîtrise … connard

          Répondre
          • Jean Meslier

            07/04/2016

            Quinctius cincinnatus

            – Ôtez d’abord le (sic) après ignominieusement…

            – Ensuite, il est vrai que la vente des Biens du clergé a surtout profité à la bourgeoisie urbaine et aux gros paysans. Mais ce n’est pas cela qui est important. Ce qui est important, c’est le symbole et le précédent.

            – Le symbole et le précédent, c’est qu’on proclame par là que la propriété privée, ce n’est pas sacré (et d’autant moins sacré que c’est plus gros : l’Église était le plus gros propriétaire foncier de France). Ce qui était passé des prélats aux gros bourgeois pouvait passer à son tour aux petits paysans.

            – Et ce qui s’est passé en 1789 annonçait, libérait toutes les audaces : celles de 1793 d’abord, puis celles de l’avenir, les premières lois sociales du 19e siècle, puis l’impôt sur le revenu, puis les lois de 1936 (les congés payés représentent une ponction – certes minuscule – sur la propriété des patrons), puis le grand programme du CNR de 1944, les nationalisations, et, enfin, l’ISF.

            – Il ne faut pas s’arrêter à l’ignoble révolution bourgeoise, celle de la loi Le Chapelier et de la réaction thermidorienne, mais à tout ce qu’elle préfigure…

          • Jean Meslier

            07/04/2016

            Quinctius Cincinnatus

            – Quand vous signez « connard », n’oubliez pas de mettre une majuscule, c’est votre nom, après tout…

          • quinctius cincinnatus

            09/04/2016

            ah ! si  » c ‘est le symbole  » qui ( seul ) est important , cela change tout de la vie des gens et la  » révolution  » *** se doit alors d’ être perpétuelle puisque elle tourne à vide !

            vraiment vous êtes plus logiquement inepte que je ne le supposais

            *** révolution : ce qui revient à un point arbitrairement fixé comme étant celui de départ après avoir effectué un cycle dans un temps donné

    • Jean Meslier

      10/04/2016

      Quinctius cincinnatus

      – Ne jouez pas sur les mots en donnant au terme révolution un sens physique ou astronomique qui n’a pas sa place en politique.

      – La Révolution, avec une majuscule, telle que l’a perennisée la France en 1789, c’est ce qui met en bas ce qui était en haut, ce qui renverse les valeurs jusque là révérées : dans l’argent, les mœurs, les traditions, la religion, etc.

      – Et le retour à la situation antérieure, ce n’est pas la Révolution, c’est la contre-révolution. La Révolution, c’est ce qui est permanent, mais dans le même sens. La Révolution, c’est ce qui renverse ce qui n’avait pas encore été renversé jusqu’alors.

      – Par exemple, la Révolution de 1789 n’a touché que l’ordre politique, mais pour tout le reste, elle est restée hiérarchique, traditionnelle,conservatrice : il restait encore à assurer l’égalité politique entre citoyens, l’égalité entre sexes, l’égalité entre « races », l’égalité entre cultures, l’égalité entre religions, l’égalité entre tendances sexuelles, etc. Il y a toujours des cas d’inégalité à découvrir et à renverser.

      Répondre
      • Le Ket

        11/04/2016

        @ Jean Meslier :
        La Révolution, ce fut AUSSI « le culte de l’Etre Suprême » cher à Maximilien Robespierre et repris au fil des années par d’autres despotes, dont un exemple a été celui de l’Angkar Vath au Kampuchéa démocratique des célèbres Khmers rouges entre 1975 et 1979.
        Pour les « sans-culottes » comme pour les  » frères », pas de distinctions, plus de références, pas de passé : seul l’Ordre Nouveau a droit de cité !

        Répondre
        • Jean Meslier

          11/04/2016

          Le Ket

          – Je ne savais pas que les Khmers rouges avaient institué un culte de l’Être suprême. Par ailleurs, je sais ce qu’est l’Angkar, ce qu’est Angkor Vat, mais pour Angkar Vat, c’est inconnu au bataillon…

          – Par ailleurs, pourquoi en voulez-vous à Robespierre : pour avoir institué la Terreur ou pour avoir rendu impossible le retour à l’Ancien Régime ?

          Répondre
          • Le Ket

            11/04/2016

            @ Jean Meslier : Angkar padevat = appellation générale pour « Organisation Révolutionnaire » et recueil des innombrables directives indispensables à l’immense oeuvre de « salubrité publique » accomplie par les Khmers rouges en quelques années, basée sur le culte d’un « Etre Suprême » à qui TOUS devaient allégeance et obéissance.

            L’inoubliable Max la Terreur ne « jugeait » pas : il « tuait »…aux nom des « Lumières », incompréhensibles pour la majorité des citoyens.

          • Jacky Social

            11/04/2016

            Le Ket: tres bons posts. Vous mettez Jaures II en difficulte. Attention quand meme, des fois qu’on nous collerait un Jaures III.

          • quinctius cincinnatus

            11/04/2016

            référence particulièrement bien-venue Le Ket … c’ est là où l’on voit que vous avez voyagé ailleurs que dans  » l’ Huma  » ou  » l’ Obs  » !

            dire que la réincarnation de Max ou de Saint-Just ne connait même pas ses classiques révolutionnaires contemporains… c’ est à désespérer de la nouvelle  » génération  » combattante  » et de … l’ E.N. *** !

            *** car j’ ai tout lieu de croire que notre  » sanguinaire  » appartient à l’ E.N. !

        • Jean Meslier

          11/04/2016

          Le Ket

          – Les Versaillais de Thiers, au cours de la Semaine sanglante, ont tué autant que la Terreur en un an et demi. Sans préjudice des massacres des jounées de juin 1848.

          – Quant à Robespierre, en très peu de temps, il a sauvé la Révolution. Jusqu’à l’automne 1793, par suite des victoires des coalisés, la Révolution pouvait encore être étouffée dans l’oeuf. A partir de juin 1794, quelques mois avant le 9-Thermidor, tout avait basculé au détriment de l’Ancien Régime.

          – C’est cela que vous ne pouvez pardonner à Robespierre : d’avoir réussi. Quant aux massacres, n’importe quelle répression de jacquerie par les troupes royales en faisait autant et je ne vous ai jamais entendu vous lamenter sur ces horreurs.

          Répondre
          • Le Ket

            12/04/2016

            @ Jean Meslier :
            Il n’y a pas à encenser ou à pardonner à qui que ce soit : le constat historique suffit !

            Mais que certains se targuent et sacralisent la Révolution de 1789 comme une avancée des « Lumières » il y a de la marge, d’autant que d’autres, ailleurs dans le monde, ont eux aussi, appliqué le culte de « l’Etre Suprême » comme une Nouvelle Religion ….

            OUI, il y eu un Angkar Vat , bien connu au bataillon des marxistes-léninistes, qui servi d’évangile aux membres de l’Angkar Loeu -« Organisation Supérieure »- constituée de Saloth Sâr, Tou Samouth, Nuon Chea, Ieng Sary, Khieu Samphan, Ta Mok et Duch, entre autres illuminés qui, en moins de 4 ans ont exterminé plus de 2 millions de cambodgiens au nom d’une idéologie révolutionnaire et mortifère. Encore un « détail » de l’Histoire !

            Ces polpotistes avaient divisé la société en 2 castes principales : les Mulethans et les 17 avril.
            Les uns -peuple de base- devaient constituer les bénéficiaires de la révolution (les campagnards) et les autres, les 17 avril ou « Peuple Nouveau » constituaient les catégories sociales privilégiées du régime républicain précédent, habitant les villes au moment de la victoire du 17.4.1975., date historique chère aux yeux de la mafia socialaud-marxiste qui s’est extasiée dans toute la presse mondiale de l’époque : dimanche prochain on pourra en célébrer le 41ème anniversaire par d’innombrables feux d’artifices ….au nom de la Liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes !

            Bon appétit !

          • Jean Meslier

            12/04/2016

            Le Ket

            – Que les Khmers rouges aient existé depuis 1962 ou depuis Charlemagne ne change rien à cette réalité : en 1970, ils représentaient que dalle.

            – Et ils n’auraient acquis ni cette force ni cette férocité s’il n’y avait eu, au départ, l’agression des États-Unis, agression totalement gratuite puisque ni les Vietnamiens ni les Cambodgiens ne les avaient agressés – et qui, durant cinq ans, de 1970 à 1975, fut bombardé avec une brutalité inouïe.

            – De même, de 1792 à 1794, n’y aurait-il jamais eu la Terreur si les privilégiés n’avaient cherché à mettre à mort la Révolution en allant chercher l’aide de l’étranger.

        • Jean Meslier

          12/04/2016

          Le Ket

          – La Révolution française n’a été violente que parce que, dès le début, elle a été combattue à mort par tous ceux qui la refusaient avec acharnement. Si les ennemis de la Révolution avaient accepté la vente des Biens nationaux, l’abolition des privilèges, l’unification juridique du pays selon des principes nouveaux, on se serait épargné 25 ans de guerre et la Terreur.

          – Or cette acceptation a eu lieu en 1814, au retour des Bourbons : de facto, Louis XVIII a accepté tous les changements introduits par la Révolution et l’Empire. Les Biens nationaux n’ont pas été restitués à l’Église, on n’est pas revenu sur la nuit du 4-août, ni sur les changements administratifs : on n’est pas revenu aux provinces, aux généralités, aux bailliages et sénéchaussées et on n’a pas aboli le système métrique.

          – Si Louis XVI s’était sagement résigné, comme le fit son frère le comte de Provence en 1814, il aurait conservé sa tête et sans doute une place au chaud dans un petit coin de Versailles.

          – Plus tard, comme vous le savez, la Troisième République a introduit des changements qui allaient bien au-delà de ce que préconisait la Convention montagnarde et qui révulsaient la droite française. Mais, après avoir fait la gueule un certain temps, celle-ci a fini par se coucher…

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            12/04/2016

            une approche simpliste de la Révolution qui satisfait toujours autant le peuple  » degauche  » … donc sans intérêt sauf la leçon à en tirer : ne jamais se résigner et employer … la contre-terreur

        • Jean Meslier

          12/04/2016

          Le Ket

          – En 1970, au moment où les États -Unis sont intervenus au Cambodge (qu’avaient-ils à y faire ?), les Khmers rouges, c’était que dalle. En 1975, après cinq années de bombardements délirants par B-52 et autres engins de mort, ils étaient devenus ce que l’on sait en puissance et en férocité…

          Répondre
          • Le Ket

            12/04/2016

            @ Jean Meslier :
            « en 1970 au moment où les Etats-Unis ….les Khmers Rouges c’était que dalle » ? ? ?

            ERREUR ! l’Angkar existait depuis 1962. Et c’est Saloth Sâr, plus connu sous le nom de Pol Pot, qui a toujours dirigé dans l’ombre la petite équipe de fanatiques et de fidèles, sous la protection rapprochée de quelques khmers loeu (montagnards des minorités ethniques du Nord-est) qui étaient d’un dévouement à toute épreuve.

            Il est entouré de son petit groupe de fidèles -voir mon post ci-dessus- et contrairement à l’image de Mao Tsé Toung, il avait bien compris qu’il ne peut y avoir de pouvoir absolu, surtout sur les consciences, que s’il demeure enveloppé de mystère.
            Il n’a pas voulu susciter sur sa personne seule toute la charge d’affection, de vénération et d’adoration que Mao avait su faire naître chez des centaines de millions de personnes sur la planète et se métamorphosa, auprès de « sujets » qu’on avait dépourvu de tout moyen d’information, en « ANGKAR ».
            Cette entité incarnait à la fois tous les principes de charité et d’amour, mais également de terreur et d’épouvante, la création et la destruction, un peu comme le Siva de la trilogie hindoue.
            l’ANGKAR, était aussi l’œil au fond de la tombe qui guettait chaque citoyen et sondait les reins et le cœur : l’amour se muait en effroi.
            Pourtant le « petit peuple » ne pouvait rien savoir de ces subtilités. Pour lui, ANGKAR était un mot sans frontières : à la fois général et absolument particulier.
            Mais, si Pol Pot se faisait appeler Bâng Ti Muey -Frère N° 1- et carrément Bâng Thom -littéralement Big Brother- personne ou presque ne connaissait le nom de Pol Pot et encore moins son visage.
            Ce n’est qu’en 1977, dans un discours fleuve de 5 heures prononcé le 25 septembre, que Pol Pot reconnaît que l’Angkar Révolutionnaire est bel et bien le Parti Communiste du Kampuchéa, dirigé par lui-même et très rares furent ceux qui entendirent ou comprirent ce message.
            La population était plongée dans le brouillard le plus complet quant à l’identité et à la personnalité de ses dirigeants. Pour eux l’ANGKAR pouvait être le messager habillé de noir, un krâma autour du cou, qui portait à bicyclette un pli urgent d’un potentat local vers un commissaire du village voisin.

            L’ANGKAR, comparable à  » l’Etre Suprême », était avant tout l’arme psychologique de terroristes qui tenaient tout un peuple dans un état d’épouvante et de soumission absolue. Ce mot est la marque même qu’entre la violence à l’état brut de l’homme qui détenait une parcelle de pouvoir et le commun des mortels, l’espace, normalement rempli par la coutume ou la loi, avait été annihilé par l’univers totalitaire.
            Pendant le « règne » de Pol Pot, pas une loi ne sera votée ni promulguée, sauf la Constitution de janvier 1976.

            L’ANGKAR, c’est aussi le symbole d’un régime infiniment fragile, condamné à s’autodétruire pour parvenir à subsister.
            L’Organisation Suprême contrôlait non seulement toute l’économie du pays (il n’y avait plus de secteur privé) mais encore toute la vie familiale et même intime de chaque habitant et TOUT manquement aux règles de l’ANGKAR, toute opposition larvée ou même tout manque d’enthousiasme pour la ligne révolutionnaire définie par le Politburo à Phnom Penh était considéré comme une faute politique et donc lourdement châtiée !

            On peut observer que dans bien des domaines, l’idéologie khmère rouge ressemble à celle de la Révolution de 1789, car la majorité des fidèles entre les fidèles de Pol Pot se sont très largement inspirés des faits d’armes de Saint Just et de Max la terreur ….

            Et les terroristes cambodgiens ont été financés, armés et soutenus successivement par les USA, par l’URSS et par la Chine, avant d’être anéantis par leurs voisins Vietnamiens, qui ne se sont retirés du Cambodge qu’en 1989.

          • Le Ket

            13/04/2016

            @ Jean Meslier :

            Il est tout de même aberrant de constater que vous refusez les constats historiques et que systématiquement et sans aucune références, vous contestez tout et n’importe quoi !

            Les Khmers Rouges, dès la fin de la guerre d’Indochine, ont été (comme Daesh en Irak) créés, armés, financés et soutenus par les puissances étrangères au conflit; ils représentaient un danger réel pour le pouvoir en place et ne sont pas apparus comme des champignons après la pluie.

            Avant d’écrire des sottises et d’apparaitre comme un crétin, veuillez donc vous informer sur le sujet de l’inoubliable saga des Khmers Rouges, encensés par toute la Gôche mondiale le 17 avril 1975.

            Lire à ce sujet : « le petit livre rouge de Pol Pot » d’Henri LOCARD chez l’Harmattan et « Rescapée de l’enfer des Khmers Rouges » de Denise AFFONCO aux Presses de la Renaissance, parmi plus de 60 ouvrages concernant le Cambodge durant ses années de « Lumières ».

        • Jean Meslier

          13/04/2016

          Le Ket

          – C’est vous qui racontez n’importe quoi à propos des Khmers rouges en omettant ce fait fondamental : en 1970, les États-Unis ont agressé le Cambodge qui ne leur avait rien fait et qui était infiniment plus faible qu’eux.

          – Ils ont déversé durant des années des déluges de bombes sur le Cambodge, qui ont suscité une terreur mais aussi une colère indicible, laquelle a grossi les rangs des Khmers rouges qui, sans l’agression U.S., seraient restés un groupuscule.

          – Tant que vous n’aurez pas pris en compte l’agressivité et l’ingérence des États-Unis, vous en resterez au superficiel.

          Répondre
          • Le Ket

            13/04/2016

            @ Jean Meslier :

            NON, ce que j’avance a été étudié et publié par des dizaines d’acteurs et victimes au Cambodge !
            Vous introduisez l’ingérence des Yankees pour édulcorer le débat concernant des similitudes en la Révolution de 1789 et une application récente des mêmes utopies sanglantes par les Khmers Rouges !

            Si vous voulez débattre du rôle belliqueux des USA depuis le 8 août 1945 dans le monde, je suis à votre disposition !

            J’ai résidé quelques temps au Laos et créé une société en 1992 (N° 19 approuvée par l’Assemblée Nationale à Vientiane) et avoir eu la chance de m’informer et de pouvoir accéder à des documents TRES instructifs concernant l’Indochine pour la période 1945 à 1990, auprès des autorités communistes du Gouvernement lao !

            Les terroristes marxistes-léninistes-pro chinois cambodgiens tenaient déjà des maquis dans le nord-est du pays , DES 1962 ! ! !

      • quinctius cincinnatus

        11/04/2016

        l’ égalité est un état métastable connard ! tu ne penses tout de même pas être mon égal ?

        Répondre
        • Jacky Social

          11/04/2016

          Moi, je vous tire mon chapeau, QC. Avec leur egalite qui n’existe pas sauf en utilisant des moyens totalitaires, ces cons croient encore au Pere Noel. L’URSS a ete un etat mort-ne a cause de ca. L’URSS aurait survecu 3 ans, s’il n’y avait eu les ressources naturelles. Au debut, les socialo-fascistes avaient meme supprime les grades dans l’armee et les femmes soldats etaient devenues des putes dans un desordre inimaginable. Un Mai 68 avant l’heure – puissance 10. Et puis, les choses se sont remises en place, notamment avec le sanguinaire Trotsky. Car evidemment, cette egalite debile etait impossible, qu’on soit de gauche, de Droite, du centre ou de la lune. Un chauffeur de bus, meme s’il etait mieux paye qu’un medecin, ne gagnera jamais le respect que l’on peut eprouver pour le domaine medical et ses competences qui sauvent des vies quand elles le peuvent. Mais le systeme tant glorifie par nos deux Doberman etait tellement pervers. Ah si vous saviez.

          Répondre
        • Jean Meslier

          11/04/2016

          Quinctius cincinnatus

          – Je ne crois pas être votre égal, je le suis, Connard et demi. (Vous voudrez bien noter que m’adressant à vous, je vous salue d’une majuscule…).

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            12/04/2016

            la preuve que l’ égalité n’ existe pas en socialie, c’ est bien qu’ elle a cru besoin de créer un secrétariat à …  » l’ égalité … réelle  » … déjà qu’ elle avait créé un ministère du temps libre pour occuper les individus suivant La Doctrine … et comment pouvez vous affirmer que vous êtes  » mon égal  » ? suis je, moi-même l’ égal de Leonardo da Vinci ? celui de J.-S. Bach ? celui de d’ Einstein ? celui de Gauss ? etc …

        • Jean Meslier

          12/04/2016

          Quinctius Cincinnatus

          Répondre
  24. Jacky Social

    05/04/2016

    Je connais un 4eme sujet de preoccupation: l’auteur du texte lui-meme. Je trouve le programme de Trump tres bon. La grande question est de savoir dans quelle mesure il le mettra en oeuvre et non l’inverse. Ce programme tres conservateur (enfin!) peut paraitre dur, mais il est temps de remettre les choses a l’endroit après 8 ans de « headless chicken nonsense ». Je ne vois pas en quoi un Brexit declencherait une crise economique. Celle-ci existe deja. Et puis, la Norvege et la Suisse ont des accords economiques et commerciaux avec l’UE sans en etre membres et s’en sortent tres, tres bien. Par contre, l’auteur ne remet pas en question Hollande et Merkel alors que ces deux ultra-gauchistes insignifiants et irresponsables representent les dangers les plus graves et non Trump ou le Brexit. Par ailleurs, « Rom » signifie « gitan » et non « Roumain ». Le reste de l’article defonce des portes beantes et n’apporte rien de neuf. Si l’auteur est un ancient ambassadeur de France, il fait partie du systeme et est donc un de ses defenseurs, meme si sa critique peut paraitre acerbe. ll ne fait que repeter ce que les MSM commencent a dire plus ou moins fort. Il n’y a donc aucun risque. Bref, cet article est une redite avec 1 an de retard. Enfin, je croyais que Reagan avait ete un mauvais president et que personne n’en voulait. Qu’en pensent nos bessons fanatiques Jaures I et Jaures II? Allez, crachez votre bile.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)