Turcophobie et iranophilie

Posté le novembre 08, 2005, 12:00
6 mins

Envie, ressentiment, mépris sont prédominants dans les sociétés qui s’effondrent, disais-je dans un précédent article. J’aurais pu ajouter : inaptitude à voir le monde en dépassant ses propres préjugés.
Parce qu’elle est à nos portes et veut entrer dans l’Europe, nous prenons vis-à-vis de la Turquie des attitudes de xénophobie sans fondements rationnels. Géographiquement, la Turquie ne serait pas en Europe, mais l’île de Chypre, située au Sud de l’Anatolie centrale, elle, serait pleinement européenne (parce qu’elle est peuplée majoritairement de grecs orthodoxes sans doute), divers pays situés sur le flanc nord de la Turquie auraient, eux aussi, vocation à entrer dans l’Europe.
Ceux qui voient que l’argument géographique ne tient guère puisque l’Europe n’est, après tout qu’un appendice géographique de l’Asie, reportent leurs arguments sur le terrain culturel et religieux : la Turquie est essentiellement musulmane et pas de culture européenne. Se souvient-on qu’au XIXe siècle, l’empire ottoman était appelée « l’homme malade de l’Europe », pas « l’homme malade à l’extérieur de l’Europe »? Et discerne-t-on, en parlant religion, que l’islam est en Europe : la Bosnie doit-elle être exclue définitivement ? Certains auraient-ils souhaité, par haine anti-musulmane, que le national-socialiste Milosevic achève le travail ?
Dans des pays comme la France, la proportion représentée par les musulmans ne cesse et ne cessera de monter, en raison de notre natalité asthénique. Il est trop tard pour espérer faire de l’Europe un club chrétien. Il est illusoire de vouloir faire de l’Europe une forteresse Europe, car nous n’en avons plus les moyens policiers et militaires.
Faire de l’Europe une puissance rivale des États-Unis est un rêve vain pour analphabète économique. Depuis le 29 mai, au moins, nous savons que l’Europe ne sera pas une technostructure bureaucratique unifiée, il nous reste à comprendre que l’Europe ne peut pas être un bloc politique et juridique, mais un ensemble de synergies économiques qui reste à assouplir encore, et que, dans la perspective des synergies économiques, notre salut passe par la synergie avec les États-Unis, qui ont fondamentalement les mêmes valeurs que nous, davantage qu’avec des liens frelatés avec la Chine, l’Iran, ou divers régimes arabes douteux.
Il nous reste à comprendre que l’Europe peut encore avoir un sens par ces synergies, mais qu’il lui faut pour cela retrouver du dynamisme économique et faire son deuil d’un modèle social qui n’en est pas un, puisque personne ne veut l’imiter. Il nous reste à comprendre que dans ce monde de synergies, la Turquie est un partenaire économique important de l’Europe et un acteur essentiel des synergies économiques au Proche-Orient.
Il nous reste à comprendre que militairement la Turquie reste un acteur clé des synergies militaires occidentales. Il nous faut comprendre aussi que l’islam n’est pas un bloc : l’islam arabe n’est pas l’islam turc, le sunnisme du monde arabe est érodé par l’islam militant, en Turquie, les alévis constituent une forte minorité vecteur de modération, la séparation de la religion et de l’État est chose accomplie depuis huit décennies.
Il existe aujourd’hui une bataille pour le cœur de l’islam qui nous concerne, car l’islam fait partie de notre futur. Notre intérêt bien compris serait de dialoguer avec la Turquie plutôt que d’en faire notre « tête de turc », et de contribuer à ce que, dans le reste du monde musulman, nos actes se situent du côté de ceux qui cherchent la modération et la compatibilité entre islam et démocratie libérale.

 …………………………………….
Abonnement papier gratuit de 4 semaines inscrivez-vous maintenant, inscrivez vos amis
http://www.les4verites.com/lejournal.php
………………………………………..

Disséminer la turcophobie tout en pratiquant l’apaisement vis-à-vis du régime iranien constitue une politique myope. Ne pas avoir vu et ne pas voir que notre combat pour un islam démocratique passe par Bagdad autant que par Kaboul constitue de l’aveuglement. Chercher la paille dans l’œil de la Turquie sans voir la poutre dans l’œil de Bouteflika en Algérie relève de l’imbécillité.
Et que dire des demandes incessantes de concession à Israël, et du refus de dénoncer le terrorisme palestinien en l’appelant par son nom : terrorisme. Chaque phrase pusillanime prononcée en faveur des « Palestiniens », quels que soient leurs crimes, et chaque phrase anti-israélienne font de nouvelles recrues pour l’islam militant en banlieue parisienne …

31 réponses à l'article : Turcophobie et iranophilie

  1. Bagnon

    06/12/2005

    « l’homme ne se nourrit pas seulement de pain ». Ceci est une vérité inaccessible à l’esprit « des Milières ». Je veux bien partager mon pain spirituel avec les turques mais je n’ai pas aucune envie qu’ils partagent leur pain avec moi.

    Répondre
  2. erwan

    02/12/2005

    Mr Guy Millière, je vous aime beaucoup, surtout pour votre courage. mais là vous me décevez énormément, pour ne pas dire plus. vous ne dites même pas un mot sur le génocide arménien. il y eu 1 500 000 morts. ces arméniens hommes femmes et enfants sont morts de manières atroces. voir les photos et témoignages des missionnaires américains et allemands de l’époque, et de diplomates étrangers. hors, la turquie continue de nier ce génocide, car l’état turc moderne est fondé sur ce génocide et cette épuration ethnique. Mr Millière, saviez vous, par exemple, que istamboul était peuplée majoritairement de grecs orthodoxes avant la première guerre mondiale ? et ce fameux « laïc » de kemal ataturc, comment peut on dire du bien de ce criminelle !!!!??? il a épuré ethniquement la turquie. une réussite : aujourd’hui, 99,8 % des habitants de turquie sont musulmans. les arméniens furent exterminés, et les grecs chassés à coup de massacres de izmir, istamboul ou trébizonde. ou est donc passé votre courage politique Mr Millière ?? encenseriez vous l’allemagne si c’était un état négationniste sur son histoire (l’holocauste). ??? un souvenir du génocide arménien : quand les turcs faisaient marcher le peuple arménien sur les routes sans eau ni nouriture, les envoyant dans des déserts, oû ils mouraient par milliers chaque jour, il y avait les tributs musulmanes des environs qui venaient se servir en jeunes femmes arméniennes, avec l’accord des turcs. combien de viols, de rapts ? je vous dis, Mr Millière, que vous avez commis une grave faute en allant en turquie en fermant les yeux sur ce côté abjecte de leur histoire. vous êtes allé en pays négationniste fascisant, vous n’allez donc pas jusqu’au bout de vos idées. salutations

    Répondre
  3. Florent

    24/11/2005

    A Alborg, à part Benoit XVI et le gouvernement polonais, non en effet aucun ( il ya peut être eut aussi Aznar dans le passé ). Tiens que des hommes de droite et cathos avec ça! La voie du salut? Affaire à suivre.

    Répondre
  4. Alborg

    19/11/2005

    A moins d’être aveugle, sourd, et/ou handicapé mental, voila qui illustre encore un peu plus la haute civilisation dont jouissent nos amis Turcs, ces Européens de toujours…. Mais…-vous allez dire que je suis une bête de pessimisme, mais je me demande si paradoxalement cela ne va pas encore davantage pousser les zombies qui nous servent de « gouvernants » à leur ouvrir grandes les portes de notre belle Zérope, et vous savez pourquoi ? ? Réponse : il faudra bien leur accorder un petit lot de consolation aux pauvres petits canards, pour avoir été si « mal traîtés » par la FIFA ! Avez-vous déjà vu dirigeant quelconque (si c’est un authentique ZEROpéen) contrarier un Turc quelconque, vous ? ?

    Répondre
  5. rodriguez24

    17/11/2005

    Football : violents incidents à la fin du match Turquie-Suisse Les joueurs helvètes ont quitté mercredi soir à Istanbul la pelouse du stade sous les projectiles du public avant d’être agressés dans les vestiaires par leurs adversaires. LIBERATION.FR : jeudi 17 novembre 2005 – 15:14 La Turquie, demi-finaliste du Mondial 2002, ne participera pas à celui de 2006. Et pourrait même être exclue des éliminatoires de celui de 2010. Conséquence des violents incidents de la fin du match Turquie-Suisse, mercredi soir, au cours desquels les joueurs helvètes ont quitté la pelouse sous les projectiles du public avant d’être agressés dans les vestiaires par leurs adversaires. Sur le même sujet Mondial 2006: le suspense des éliminatoires est terminé On sait le public turc chaud-bouillant. Les joueurs et les officiels peuvent l’être aussi. Mercredi soir, les Suisses se sont inclinés 4-2 à Istanbul en match retour du barrage des éliminatoires du Mondial 2006. Ayant remporté le match aller 2-0, samedi à Berne, ils sont qualifiés au bénéfice des buts marqués à l’extérieur. Mais pas de scènes de liesse à l’issue de la rencontre : les joueurs suisses se précipitent dans les vestiaires pour échapper aux divers objets qui pleuvent des tribunes. Ensuite, c’est la bagarre générale dans les vestiaires. D’après l’agence suisse Sports informations, le service de sécurité et les joueurs turcs laissent éclater leur rage en agressant les Suisses. Le défenseur Stéphane Grichting (qui joue à Auxerre) reçoit un coup de pied dans le bas-ventre: il est hospitalisé, canal urinaire perforé. «C’est un véritable scandale, a fulminé l’entraîneur Köbi Kuhn –atteint par un projectile– , je n’ai pas vu tout ce qui s’est produit dans ce vestiaire, mais le fait de constater que les policiers turcs n’ont pas hésité une seconde à frapper aussi les gens de la télévision turque pour les empêcher de filmer la scène est révélateur du climat dans lequel nous avons baigné à la fin de ce match.» Son homologue turc Fatih Terim a lui fustigé l’arbitre belge Frank De Bleeckere, lui reprochant d’avoir oublié de siffler un pénalty pour les Turcs. «Cet arbitre a été immoral, je n’en ai pas vu de pareil de toute ma carrière», a-t-il dit, n’excluant pas de saisir les instances internationales à son encontre. En Suisse, jeudi matin, l’émotion était intense, rapporte notre correspondant à Genève, Luc Hilly. On s’inquiètait même de savoir si l’équipe helvète pourrait rentrer au pays où si elle allait devoir affronter la colère des supporters. Craintes infondées. Elle est arrivée sans incidents à l’aéroport Ataturk sous une escorte policière renforcée. Son avion a décollé à midi. La Fédération suisse pourrait demander officiellement des sanctions contre la Turquie auprès de la Fédération internationale (Fifa), dont le président, le Suisse Sepp Blatter, s’est déclaré jeudi matin «fou de rage». «Quelque chose ne fonctionne pas dans le football, je n’ai encore rien vu de pareil», a-t-il lâché promettant des sanctions exemplaires. La Fifa attend les rapports officiels et l’affaire sera réglée avant le tirage au sort de la phase finale qui sera effectué le 9 décembre à Leipzig, a-t-il poursuivi. Au cours d’une conférence de presse, jeudi en fin de matinée, Blatter a annoncé que la Commission disciplinaire de la Fifa allait ouvrir une enquête sur les incidents auprès de tous les intervenants: les joueurs, l’encadrement et les responsables des fédérations. «Le comportement irrespectueux vis-à-vis de l’équipe suisse était grave depuis son arrivée en Turquie, jusqu’à la fin», a déclaré Sepp Blatter en faisant référence aux jets de tomates et d’œufs sur les joueurs suisses à leur arrivée à l’aéroport, ainsi qu’aux tracasseries administratives et douanières qu’ils ont subies. Parmi les sanctions évoquées, l’exclusion des éliminatoires de la Coupe du monde 2010, où de celles de l’Euro 2008, coorganisé par l’Autriche… et la Suisse.

    Répondre
  6. Jean6claude Lahitte

    15/11/2005

    Le toupet et le manichéïsme dont fait preuve habituellement Guy Millière viennent d’être dépassés par son cynisme, à moins que ce ne soit par sa naïveté. Lorsqu’il écrit « car l’Islam fait partie de notre futur », il dévoile (ce que n’aime guère l’Islam quand il s’agit de « ses » femmes !)le fond de sa pensée. L’Islam n’aime pas la démocratie dont il est antinomique. Et si comme il le prétend l’Islam « fait partie de notre futur », je lui pse la question : qu’englobe-t-il dans ce nôtre » ? L’Europe seulement ? ou l’Occident tout entier, y compris les Etats-Unis et L’Israëel dont il s’est institué le champion ? A-t-il seulement réfléchi à ce à quoi nous expose, expose nos compagnes, cet « Islam qui est notre futur », c’est-à-dire nos enfants et nos petits-enfants. Le jour où ce « futur » sera installé chez nous, on cessera de parler de cette « démocratie » dont il nous vante les bienfaits qu’elle apporte aujourd’hui à l’Afghanistan et à l’Irak, demain à l’Iran. J’arrête-là, trop de critiques se bousculent en moi devant tant d’abérration… Pour moi, l’Islam (turc ou autre) signifie NO FUTURE ! Salam ! Monsieur Millière. Et bien cordialement à tous, Jean-Claude Lahitte P.S. Lorsque G.M. rappelle (à juste titre) qu’on appelait la Turquie « l’homme malade de l’Europe », il fait semblant d’ignorer que celle-ci n’occupait en Europe pas que Constantinople, mais de nombreux pays en Europe dont certains en subissent encore les malheureuses séquelles …

    Répondre
  7. Luc SEMBOUR

    15/11/2005

    Merci Alborg pour vos encouragements. Effectivement, seul les vieux pompiers ont peur du feu. Les jeunes pompiers ne peuvent qu’être trop téméraires ou trop trouillards, jamais rationnellement peureux. Ce n’est pas de leur faute, puisqu’il n’existe aucun moyen d’acquérir de l’expérience autrement que par le temps, l’essai et l’erreur, la survie dans les cas où « on l’échappe belle », la perte au feu d’amis très chers, les blessures physiques personnelles, les séjours à la section des grands brûlés de l’hôpital. Là et seulement là, on commence à se dire qu’on n’avait pas tout imaginé, tout prévu, en un mot tout compris, et que bel et bien, inexplicablement, « IL Y A PLUS ». Mais il est trop tard pour revenir en arrière et l’on ne peut qu’essayer de passer l’information aux jeunes recrues, où nos mises en garde seront plus ou moins suivies. En France il y a des traîtres qui « savent » mais la grosse masse ne sait pas et se précipite dans le brasier, armée des Droits de L’Homme, des avantages acquis de la REVOLUTION DE 1789, mille fois améliorés, du culte de l’Etre Suprême, amélioré aussi en culte de l’Homme-Moderne-Qui-Sait, des merveilles de la science du XXI-ième siècle, et finalement de tout le bric-à-brac des Lumières qui était très moderne il y a 200 ans mais n’était valide qu’appuyé sur les contraintes de l’époque. A 65 ans Voltaire à fait construire une église dans le parc de son château à Ferney 01210 (toujours en parfait état aujourd’hui). Seuls les américains semblent avoir bien intégré ces données et peuvent encore lire Montesquieu, Voltaire et Tocqueville sans perdre leur temps. La différence est que la majorité de l’Amérique est croyante et de plus, chrétienne. Aussi incroyable que ça puisse paraître, ça change TOUT. Le pouvoir de BUSH affecte (pour le reste de l’humanité) de croire que l’islam est une RELIGION et non une IDEOLOGIE à interdire d’urgence, car c’est pour l’instant l’intérêt de l’Amérique. Ce faisant, il se positionne admirablement bien en faisant de l’Amérique le seul rempart crédible contre les méchant terroristes qui seraient de « mauvais » musulmans. Dans 35 ans, tout sera différent. Aux yeux de l’opinion publique américaine ( la seule qui compte dans le monde puisqu’elle est assise sur le droit à la nomination des politiciens qui actionneront toujours la seule armée capable de vaincre quiconque), il aura été démontré que l’islam est intrinsèquement et irréversiblement pervers, avec pour preuve de très graves désordres en Europe, la perte de pays entiers comme la France en proie à la guerre civile et au retour à un niveau de vie tiers-mondiste, des problèmes persistants en Israël, presque 100 ans après sa fondation. Là tout changera dans la politique américaine. Les pays pétroliers arabes (Saoudiens, Irakiens, UAE, Qatar) ne seront plus des alliés intéressants puisque leur pétrole sera en voie d’épuisement . L’Oncle Sam sait très bien « peser » la « bottomline networth » de ses amis et les traiter en fonction de la hiérarchie obtenue. Le désert arabe (où j’ai personnellement vécu 10 ans), sans son pétrole aura autant de poids politique que le désert de Mojave en Californie. Et là les musulmans américains de Chicago et Brooklyn auront du souci à se faire. Ne parlons pas de la France.

    Répondre
  8. Alborg

    15/11/2005

    « L’Islam est protéiforme par construction donc extraordinairement dangereux par ses mutations(…) » Cette seule phrase devrait normalement plonger la totalité de nos dirigeants et de leurs valets médiatiques dans une méditation tout-à-fait redoutable ! ! Cher LUC SEMBOUR, Je lis vos articles (le mot n’est pas exagéré) avec le plus grand intérêt. Ils sont si clairs et exhaustifs qu’ils m’ôtent l’envie d’écrire davantage sur le sujet… Aussi bien je crois réellement inutile toute supplique envoyée à G.MILLIERE dans l’espoir de le ramener à la raison pour cette question précise… Vous êtes un des rares -même dans ce forum!- qui avez pu pénétrer la nature profonde de l’Islam en amont de toutes ces plaisantes particularités ou « différences » pseudo-« démocratiques » que l’on nous bassine sans cesse…..pour mieux nous endormir… Nous avons bien besoin de votre connaissance et de votre lucidité… Continuez, je vous prie. Alborg, un vieux pompier fatigué !

    Répondre
  9. Michael

    14/11/2005

    Que doit-on entendre par ‘turcophobie’? Haine de la Turquie ou peur irraisonnée de la Turquie (par extension de l’entrée de la Turquie dans l’UE). Je pense sans trop hésiter que G. Milliere se réfère au deuxième sens du terme. Dans ce cas, il faut bien admettre qu’il a raison sur un point : LES FRANÇAIS ONT PEUR D’UNE TURQUIE DANS L’UE ! Mais en quoi cette peur serait-elle incohérente ou irraisonnée ? Les français font, en ce moment et depuis déjà longtemps, le constat d’une immigration mal gérée par trente ans de gouvernements successifs. On vient de leur imposer (et je pèse mes mots) l’immigration potentielle de millions d’européen de l’Est. Ils l’ont peut-être acceptée mais je doute fort qu’ils l’aient déjà digérée. Aujourd’hui on leur parle déjà d’accentuer cette immigration potentielle en intégrant aussi la Turquie à l’EU. ON PEUT COMPRENDRE LEUR CRAINTE. Ces mêmes français font le constat, à travers les medias, d’un islam et d’une islamisation grandissante gênant le quotidien de pratiquement toutes les démocraties du monde et dégradant directement, pour certains, leur propre qualité de vie. Avec l’entrée de la Turquie dans l’UE, on leur propose une Europe composée de plus de 15% de musulmans dont la moitie au moins serait prête à voter pour un parti islamique. Quand on sait que ces gens pourraient après une génération légalement voter en France pour ce genre de politique, ON PEUT COMPRENDRE LES CRAINTES DES FRANÇAIS. On parle très souvent de la perte d’identité dont souffrent les enfants d’immigrés. Il serait bon de commencer à s’intéresser à la perte d’identité dont souffrent les français d’origine française. De pauvres gens (dans tous les sens du terme) à qui on répète qu’il doivent faire des efforts pour mieux considérer les étrangers qui s’installent sur leur sol et qu’on méprise jusqu’à les laisser pourrir dans leur misère intellectuelle et matérielle. Ces millions de français qui n’ont plus aucun repère, qui moisissent dans leur silence, dans leur ennui et leur ennuies, qui ont peur de tout et qui font le lit de croques morts comme Le Pen ne demandent même plus à être entendus. ON PEUT LEUR IMPUTER UNE CERTAINE NAÏVETE, UN MANQUE DE DISCERNEMENT OU DE SENS DE L’ANTICIPATION, MAIS LEURS CRAINTES D’ETRE ENCORE PLUS OUBLIES DANS UNE EUROPE ENCORE PLUS GRANDES NE SAURAIT ETRE MOINS COMPRISE. Ils votent et voteront de plus en plus nombreux pour des partis néo-nationalo-fascistes leur promettant le rétablissement des frontières françaises. Plus on leur parlera d’élargissement de l’Europe (de surcroît avec des pays musulmans), plus ils auront peur. Plus on leur dira que leurs peurs sont infondées et inadmissibles, plus ils voteront à l’extrême droite et tenteront de casser l’Europe. Mr Milliere, quand bien même auriez vous raison, vos propos méprisants font le jeu d’ordure comme Le Pen et ils font penser que L’Union Européenne ressemblera peut-être bientôt à un ballon qui, à force d’avoir été gonflé, aura tout simplement éclaté.

    Répondre
  10. Adolphos

    14/11/2005

    La Turquie dehors ! -Vous vous lasserez avant moi 😉

    Répondre
  11. George de Boston

    13/11/2005

    Curieux professeur que ce G.Milliere dont la stupefiante ignorance des sujets qu’il traite (notamment de l’Islam) ne sontque des approbations inconditionnelles des faits et mefaits de la « democratie totalitaire » americaine.

    Répondre
  12. christophe Duyt

    13/11/2005

    Les « Turqueries »du ci-devant Millières deviennent franchement fatiguantes.Il me sembble qu’une grande partie de la population de la Sublime Porte n’aie pas envie d’intégrer l’europe.Monsieur Millière se prétend libèrale, mais a t’il crée quelque chose de ses mains? Salutation! christophe.

    Répondre
  13. Florent

    13/11/2005

    Pourquoi, mais pourquoi Millière s’acharne-t-il tant dans l’erreur? Et toujours avec le même leitmotiv: dénoncer la turcophobie. Comme s’il y en avait besoin. A ce que je sache, Nick Mamère, le petit facteur et Chichi Ier s’en chargent très bien tous seuls. A ce propos, notons que, en plus de la fausse droite bobo, c’est surtout l’extrême gauche ( LCR, LO, PCF et Verts ) qui soutient l’invasion, euh pardon l’adhésion de la Turquie en Europe. Tout comme jadis les communistes de Thorez copinaient avec les allemands pour faire reparaitre l’huma. Franchement Mr Millière, ne me dites pas que vous voulez ressembler à ces gens là. Pour les raisons de mon refus, j’ai déjà tout dit dans des articles précédents et risquerais de me répèter.

    Répondre
  14. davidmartin

    13/11/2005

    Le titre de l’article ne me semble pas assez commenté : les dirigeants français font effectivement preuve de turcophobie mais se couchent devant l’Iran, et ce pour des raisons bassement économiques. L’excellent site iran-resist.org (tapez donc le mot dans google) vous en apprendra plus sur les liaisons très dangereuses entre la France et l’Iran, liaisons qui ne sont pas sans rappeler celles entre la France et un certain Saddam. La reflexion sur les terrains perdus du christinanisme est interessante mais vat-on exiger de récuperer toute l’Afrique du nord (qui fut le foyer chrétien le plus vivant de l’empire romain cf St Augustin) , le moyen orient… Nous payons en fait les erreurs d’il y a 14 siècles quand , après la chute de l’Empire, les royaumes barbares déchirés n’ont rien fait pour enrayer l’agression des troupes musulmanes. Il a fallu attendre près de 100 ans (Poitiers en 732 et Constantinople en 721) pour que soit porté un coup d’arrêt. Et même là, les dissensions entre chrétiens occidentaux (les Francs ne sont pas intervenus pour défendre les Wisigoths d’Espagne car ils étaient ariens) ont permis à l’Islam de se tailler un empire. Vaste question donc mais si on se réfère à l’histoire, nous sommes , hélas, responsable de notre problème actuel. Quand à la Turquie, je pense toujours qu’il vaudrait mieux l’avoir dans l’Europe plutôt que de la laisser hors d’Europe mais en lui imposant un respect stricte de nos lois !!

    Répondre
  15. Paul Ciomac

    13/11/2005

    D’accord presque toujours avec Mr.Millière , mais pas sur la Turquie;oui , au 19ème l’Empire Ottomane était l’homme malade de l’Europe , mais la Bulgarie,l’Albanie , l’ex Yougoslavie,faisaient partie (occupés)de l’Empire, une bonne partie de la future Roumanie était état vassale .Donc,elle avaitun « pied » sur le continent , et pas seulement pe petit « orteil », comme c’est le cas maintenant . En plus, il faut préciser , que s’il y a des musulmanes en Bosnie , Albanie, et dans d’autres régions des Balkans, c’est parce-que ,d’une part il y a eu une colonisation mais AUSSI une islamisation FORCEE(sous peine de mort , les gens devait se parjurer, et se choisir des nouveaux noms,avant de devenir ottomans); il y a encore dans quelques autres régions, ex: Dobrogea bulgaro- roumaine,le nord de la Macédoine , etc.

    Répondre
  16. Luc SEMBOUR

    13/11/2005

    Après la faillite du marxisme, les anarchistes et révolutionnaires de tous poils, flairent de plus en plus en l’islam « le bon coup », comme le turfiste « le bon cheval », ou le boursicoteur « le Microsoft de demain » et commencent à espérer sérieusement que cette construction parfaitement ‘antique et démodée’, ‘ridicule à pleurer’, selon leur cartésianisme suffisant et la dialectique matérialiste à laquelle ils ont adhéré pendant des décennies. Ils ont raison. L’islam est une merveilleuse machine de guerre subversive. Je dirais-même surnaturellement efficace si le chrétien veut bien y voir des cornes maléfiques. L’islam travaille le peuple. Ce travail fait, les structures démocratiques bâties sur les valeurs chrétiennes sont INCAPABLES de résister. L’islam est protéiforme par construction (le marxisme est monolithique et présente rigidement le même visage du début à la fin de sa conquète) et donc extraordinairement dangereux par ses mutations ‘virales’ rapides et massives, complètement incompréhensibles à presque tous les non- musulmans. Seuls les non-musulmans des pays musulmans (Liban, Irak, Egypte etc…) connaissent très bien ces mécanismes et en ont une peur justifiée. Les vieux pompiers ont peur du feu. La France ne voit que la toute première mutation. Il y en aura d’autres et ce ne sera jamais JAMAIS dans le sens de la démocratie. Nous allons bientôt passer à la phase de trahison générale des élites qui vont déserter en rase campagne devant la difficulté. Il Y AURA des enclaves de droit musulman officiel en France. En attendant beaucoup mieux…c’est-à-dire bien pire.

    Répondre
  17. Eiff

    12/11/2005

    Si l UE veut sortir de la crise economique et politique qu elle traverse, elle doit clarifier ses priorites vis a vis de ses partenaires legitimes en dehors de son espace naturel (Israel,Liban,Turquie),et poser la question de ses frontieres, cooperer avec ces allies (USA et Russie) dans le combat geostrategique contre le communisme-socialisme et l islamisme tout en preservant son independance, rompre avec son modele social autocratique paralysant. Elle doit aussi adopter une position de fermete contre ses ennemis potentiels(Iran) et contre leurs relais et officines basees en Europe(Londonistan, Al-quaida, confreries islamistes ..etc…). Mais croire que l islam pourra se fondre dans la democratie et s accomoder des valeurs que tentent de defendre tant bien que mal les occidentaux est un pari completement fou qui chaque jour demontre son peu d efficacite (emeutes anti-francaises, assassinat de Theo Van Gog, attentats au Liban..etc..). Les libertes, devoirs et droits des musulmans en Europe seront pleinememt assures et assumes par le reste des europeens le jour ou l on decouplera la question de l essence meme de l islam et de ses fondamentaux de la question de la liberte des individus. Si les musulmans peuvent jouir des memes libertes que les autres en Europe ou aux Etats-Unis, l islam n y est strictement pour rien la-dedans, mais c est plutot a l attachement des valeurs de democratie de ces populations que l on le doit. Avant de conclure a une quelconque compatibilite de l islam dans la democratie, il faudrait rappeler les bienfaits d une certaine conception du liberalisme opposes a toutes formes d alienation et approfondir la nature de l islam pour faire apparaitre leur antagonisme. Si on ne le fait pas, l on aura beau exporter nos modeles de democratie aux quatre coins du globe, ils seront atrophies et tot ou tard disparaitront sous la pression de l entrisme islamiste.

    Répondre
  18. sas

    12/11/2005

    Sa seigneurie à failli aussi naître et grandir au moyen orient…il est né dans l’essonne et a vécu toute sa jeunesse dans la banlieu est…avec bronzés…melons…toutiquanti….mais ,nous largement moins cons, nous ne faisions ni tournante dans les poubelles…ni de feux de joie avec les biens des autres…le problème de non education n’a rien à voir avec la modestie des sites de vie.Et je persiste qu’il est autant de raccailles dans les banlieux qu’au senat ou à l’assemblée nationnale… sas le populeux

    Répondre
  19. tl

    12/11/2005

    non à l’impérialisme musulman; kafirun et dhimmis de tous les pays unissez vous !

    Répondre
  20. Thierry

    12/11/2005

    En désaccord constant avec G.M pour ce qui concerne l’Irak ou sa vision idyllique des E.Unis, je ne peux qu’approuver son analyse sur la Turquie. Je préciserai cependant que le même Millière dans un précédent article voyait l’Iran évoluer positivement. Millière est (parfois) lucide sur le présent, qu’il ne glose plus sur le futur.

    Répondre
  21. Eiff

    12/11/2005

    L elargissement de l UE a l infini vers les pays musulmans d Asie, Turquie, Azerbaidjan, Turkmenistan…etc… serait une victoire supplementaire pour les islamistes qui voient dans ces pays des chasses gardees et un tremplin a leur projet de domination mondiale. La strategie qu adopte les islamistes consistent a reislamiser les societes musulmanes soit par la voie democratique comme en Turquie en se donnant des airs respectables aupres de leurs concurrents ou partenaires, soit par la force comme en Iran en draguant les elements nationalistes et marxistes, mais dans les deux cas ce qui compte c est de faire avancer leurs pions, c est de faire avancer leur cause. Les modeles democratiques occidentaux que tentent d imiter certains pays musulmans (Egypte, Pakistan…) ne sont pour les islamistes que des jeux electoraux des pouvoirs en place qu il s agit d influencer ou de renverser par toutes les manoeuvres possibles(attentats, desordres, intimidations..).L islam politique joue la subversion et l entrisme a tous les niveaux et saisit toutes les occasions qu il lui sont offertes pour penetrer les consciences. La Turquie dans l UE c est un aveuglement devant la realite des menaces, et une preuve supplementaire de la naivete des technocrates synarchistes de Bruxelles qui pensent pouvoir diluer tout et n importe quoi dans la grande ratatouille mondialiste. Les islamistes ont desormais des allies dans leur travail de sape, et finalement ce n est pas etonnant car tout deux s emploient a defendre une vision destructrice des identites europeennes et chretiennes.

    Répondre
  22. Luc SEMBOUR

    12/11/2005

    Les opinions de Guy MILLIERE sur à peu-près tous les sujets sont très pertinentes et je trouve son argumentation bien structurée et visant juste. Sur les USA que je connais bien, sur W. Bush que j’apprécie, sur l’Europe dont je suis citoyen, sur l’Irak, sur l’Afrique du Nord où j’ai failli naître et vécu, sur le Moyen-Orient où j’ai travaillé 20 ans. Je ne changerai pas une virgule à beaucoup de ses articles. Il y a cependant un hic terrible : son incapacité à comprendre TOUTES les dimensions de l’islam. Je pense que l’administration BUSH les comprends plutôt bien, et en joue avec un pragmatisme machiavélique, mais pas Guy MILLIERE. Le sujet n’étant pas simple, je vais être obligé de résumer à l’extrême: Si BUSH pousse à l’entrée de la Turquie dans l’Europe, il défends les intérêts de son pays et c’est très bien. Mais je suis certain que la nature profonde de l’islam est telle, que l’Europe devenue musulmane, sera écrasée et annihilée dans son âme et donc dans le génie propre à son rayonnement culturel unique. Qu’il y ait beaucoup de musulmans déjà en Europe, n’est pas une raison pour hâter cet écrasement. Que la natalité blanche européenne équivaille à un suicide de cette race n’est pas non plus une justification. Ce serait vrai pour la Chine, pour le Japon et pour l’Inde qui seraient aussi « tués » par l’islam dominateur. De plus la fin de l’Europe chrétienne n’est pas écrite dans le marbre. Profiter des opportunités de synergies économique et militaire jamais exploitées entre Turquie et Europe ne paraît nullement urgent même si elles existent, ce dont je ne suis pas sûr du tout. Des synergies si évidentes seraient apparues depuis très longtemps. On exploite bien celles de la Chine, pourtant beaucoup plus éloignée géographiquement et culturellement. Il existe donc forcément de puissantes antonergies (le contraire de synergies) Europe-Turquie pourtant en paix depuis bien longtemps. M. MILLIERE n’est pas croyant et ceci explique beaucoup. L’angélisme face à l’islam est très marqué chez ceux qui ne croient pas aux anges, car ils ne croient pas aux anges déchus non plus, ni donc aux forces maléfiques surnaturelles. L’islam n’est pas une construction religieuse ordinaire et neutre. Ce n’est même pas une religion puisque son credo n’est pas optionnel mais OBLIGATOIRE. C’est une idéologie complète, qui de plus, est TOTALITAIRE. L’islam est totalement incompatible avec la démocratie comprise au sens Américain ou Européen présent. L’expérience américaine en Irak est très courageuse et je souhaite qu’elle aille le plus loin possible dans la tentative extraordinaire et proprement titanesque de l’Amérique à faire « imploser » l’islam sous le poids de ses propres lourdeurs et contradictions. La constitution irakienne a cependant renforcé la nature islamique du régime puisque c’est l’islam qui en est la pierre angulaire. Il n’y aura donc jamais de démocratie en Irak tant que l’islam y sera dominant, puisque c’est une impossibilité coranique ABSOLUE. Qu’il y ait des élections irakiennes, et un rapprochement apparent de l’idée occidentale de démocratie est une bonne chose. Ce rapprochement est anecdotique et fortuit pour les musulmans puisque la démocratie véritable de type occidental n’est nullement le point d’aboutissement prévisible ni prévu de l’Irak et absolument pas le point d’équilibre naturel d’un régime à constitution fondée sur l’islam. La démocratie entendue au sens de TOCQUEVILLE (liberté de pensée, de religion, même non-musulmane, liberté d’athéisme, l’égalité vraie des sexes, la non-discrimination envers les dhimmis, envers les athées comme Guy MILLIERE qui sont passibles de la peine de mort selon la charia, les droits mêmes modestes et minimaux des homosexuels etc., etc., ) est PARFAITEMENT impossible sur la planète coranique, sauf arrangement provisoire REVOCABLE sans préavis. Un point, c’est tout. L’islam c’est ça et c’est vrai partout et toujours et dans les siècles futurs. Aucune culture n’y a jamais rien changé, ni l’Espagne, ni l’Indonésie, ni l’Egypte (autrefois entièrement chrétienne), ni le Liban qui y a perdu toute sa puissance économique, ni Israël dans sa très coûteuse colonisation de la Palestine et malgré son million et plus de citoyens israéliens de confession musulmane. L’Europe ne peut pas construire un islam modéré et « démocratique » puisque c’est précisément la négation du credo musulman. Il n’existe qu’une solution : convertir les musulmans ou se laisser dominer par eux. Tout le reste est ignorance et plans sur la comète d’intellectuel qui rappellent les débats des députés-fonctionnaires français, apprentis-sorciers économistes discourant doctement sur l’accumulation du grand capital et les « profits », toutes notions où leur analphabétisme est TOTAL. A part ce « détail » (le Diable n’est-il pas dans les détails?) j’aime lire les articles passionnés de Guy MILLIERE.

    Répondre
  23. David

    11/11/2005

    Guy, réagis merde! la France est à feu et à sang et tu nous bassine avec l’Islam démocratique. Dans ce cas, pensons au nazisme multiculturel, sans oublier le communisme libéral. Si l’Islam se démocratise un jour,bravo! Pourquoi prendre le risque d’avoir à assumer encore plus directement que nous le faisons déja avec nos chers( très chers même) jeunes, un echec de ce processus, rigoureusement invisible pour un oeil aussi peu exercé que le nôtre. Vive la Turquie démocratique, mais pas en Europe. david

    Répondre
  24. grandpas

    11/11/2005

    Pour le celte, les plus anciennes églises se trouvent en Judée-samarie,pour preuve des prisonniers israéliensont découvert des mosaïques représentant des poissons(premier signe de reconnaissance des chrétiens). Quant à Bysance depuis sa prise par Soliman II et la transformation de la cathérale Sainte Sophie en mosquée il y a longteps que tout signe d’occidentalisation a disparu. Pour savoir si les turcs veulent vraiment entrer en EU,qu’ils rendent leur mosquée bleue et la rendent à nouveau à la chrétienté avec en plus la reconnaissance du génocide des tous les chrétiens d’orient. Alors là,on pourra faire un pas vers cette éventualité.

    Répondre
  25. TL

    11/11/2005

    il faut d’urgence intégrer la Turquie; elle pourra ainsi envoyer rapidement ses troupes rétablir l’ordre lors des prochaines émeutes en France

    Répondre
  26. sas

    10/11/2005

    LORSQUE JE LIS LES INEPTIES DE NOTRE PROFESSEUR DE L EDUC NAT je ne peux me retenir…et je m’étale ici,c’est vrai que les méchants irakophile et irantophile et libanophile et syranophile….ne sont pas les illuminés des states , tenant à bout de bras les sionistes de la maison blanche….l’histoire de ces 5 dernières années ne sont que des véritées à l’insue de notre plein gré… De qui parle millière ????? moi y en a pas comprendre; sas

    Répondre
  27. Chris

    10/11/2005

    Mr Millière, Autant j’apprécie vos articles tant qu’il s’agit d’économie, autant là, ça commence à bien faire. Le non du 29 mai fut en grande partie (n’en déplaise aux gauchistes de tout poil) un non à la Turquie. Les pro-turcs sont tous des gauchistes prêts à toutes les démagogies pour s’attirer les voix des « issus de l’immigration ». La turquie ne peut rien apporter à l’Europe et encore moins à la France sinon une vague de demandes de RMI, CMU et autre aberrations octroyées par les lâches qui nous gouvernent depuis des décennies. Contrairement à ce que vous affirmez, l’islam n’est pas l’avenir de l’Europe mais son péril, et je m’étonne qu’un libéral tel que vous soit favorable à l’entrée du loup dans la bergerie. Si je ne me trompe pas, la racine de libéral et celle de liberté est la même. Où serait la liberté avec un islam politique majoritaire en Europe (turquie pays le plus peuplé d’ici peu), car il est bien de ça qu’il s’agit en nous imposant les turcs??? Développer des relations économiques, oui, voilà notre intérêt. Les « accueillir » et les assister afin qu’ils prennent le pouvoir en profitant d’un système honteux et que personne ne nous envie, certainement pas. Il n’est pas question ici de turcophobie et d’iranophilie, mais de refus de voir l’islam dominer la civilisation judéo-chrétienne que constitue l’Europe.

    Répondre
  28. grandpas

    09/11/2005

    GROSSE coquille,ce n’est pas chypre mais la créte qui fut prise pour lAtlantide. Combien de coup de régle sur les doigts. Mais cela ne change pas à la situation de Chypre.

    Répondre
  29. Aude

    09/11/2005

    Et encore le même article… On ne pourrait pas passer à autre chose ? Ca devient une obsession là.

    Répondre
  30. Le celte

    09/11/2005

    comment peut ton oublier qu’en turquie on situe la première église chrétienne, ou parmi la première, comment oublier aussi bysance et constantinople, la romaine, la chrétienne, comment oublié ce qui reste de cette civilisation orientale qui participa à l’accomplicement occidental dont il ne reste que les chrétiens d’orient disperser… ce serait un retour au source en quelque sorte accueillons la turquie pour retrouver nos deux pieds le celte

    Répondre
  31. grandpas

    08/11/2005

    A l’époque où on utilisait le terme de »l’homme malade de l’europe » celle ci occupée une partie des Balkans et cela militairement,les jannissaires seraient allés plus loin s’ils n’avaient subit un coup d’arrêt devant Vienne. Lorsque Anglais et Français intervinrent en Crimée,c’étaient pour porter un coup d’arrêt à l’expension Russe,simplement. Quant à Chypre elle fut une des chevaliers Hospitaliers et une grande civilisation,certains historiens pensent qu’il s’agirait de l’enigmatique Atlantide.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)