Un évêque contre la « diversité »

Posté le mars 03, 2009, 12:00
7 mins

Mgr Martino, évêque de Scranton (Pennsylvanie), vient de partir en guerre contre la prétendue « diversité ». Le diocèse de Scranton héberge une université catholique, fondée en 1924, et située à Dallas (il ne s’agit pas de la grande métropole du Texas, mais d’une petite ville d’un peu plus de 8 000 habitants, qui appartient au comté de Luzerne – et oui, c’est du français…).

La Misericordia University accueille 2 500 étudiants et possède un Diversity Institute (un institut sur la diversité) « travaillant en collaboration avec les membres de la communauté pour promouvoir la compréhension multiculturelle et l’élimination de toute forme de racisme » : une profession de foi qui ne dépaysera pas trop les lecteurs français…

Or donc, le Diversity Institute avait décidé d’inviter Keith Boykin à venir s’exprimer devant les étudiants le 17 février dernier.
Cet Afro-Américain quadragénaire est très connu aux États-Unis. C’est un journaliste de presse et de télévision, un écrivain et un militant politique démocrate, et un grand sportif : il a remporté une médaille d’or en lutte gréco-romaine lors des… « Gay Games » de 2006.

Car Boykin est un gay déclaré et militant : il fut de 2003 à 2006 le président du National Black Justice Coalition de Washington qui « lutte contre le racisme et l’homophobie ». Boykin milite notamment pour la reconnaissance du « mariage » homosexuel.
Ce militantisme particulier a alerté Mgr Martino qui a fait savoir le 16 février à la Misericordia University qu’il « désapprouvait absolument » cette invitation faite à un « fervent défenseur du mariage entre personnes de même sexe », dont les convictions « s’opposent de manière troublante à l’enseignement moral catholique ».

Le communiqué de l’évêque se terminait ainsi : « Les fidèles du diocèse de Scranton […] ne devraient pas avoir le moindre doute sur le fait qu’en la circonstance Misericordia University manque gravement au maintien de son identité catholique ».

Tout en comprenant « la critique de l’évêque » – c’est le moins qu’on puisse attendre d’une université catholique… –, Misericordia University fit savoir par un communiqué qu’elle « était profondément attachée à sa mission catholique », mais que sa « mission était inséparable de son identité en tant qu’institution universitaire où les idées et les positions sont étudiées de manière critique et librement ».

On ne saurait mieux bafouer l’autorité de l’évêque et l’enseignement du Magistère romain et l’on s’étonnera, en bonne logique, qu’on puisse à la fois revendiquer une mission « catholique » et une identité qui ne l’est pas…

La controverse s’est poursuivie après la prestation de Keith Boykin, puisque Misericordia University a de nouveau fait paraître un communiqué le 24 février réaffirmant qu’elle est « profondément attachée à sa mission catholique et aux enseignements de l’Église catholique depuis 85 ans [et qu’elle] souhaite avoir la possibilité de discuter de ces problèmes avec l’évêque ou ses délégués quand cela leur sera loisible ».

La réponse de l’évêché ne s’est pas fait attendre. Dans son communiqué, Mgr Martino demande à l’université de faire savoir à ses anciens étudiants et aux catholiques du diocèse quels sont exactement les efforts qu’elle déploie pour enseigner la morale catholique relative à la sexualité et à l’homosexualité dès lors qu’à l’occasion de la prestation de Keith Boykin, où ce dernier a défendu – comme il n’était pas bien difficile de le prévoir – le « mariage » homosexuel, « l’enseignement de l’Église catholique sur l’homosexualité n’a pas été exposé ».

L’évêque « demande à Misericordia d’envisager sérieusement de mettre un terme à l’existence de son Diversity Institute », car « l’opposition frontale à l’enseignement catholique ne devrait jamais être exposée sous couvert de « diversité » » puisque, « en procédant de la sorte, on donne l’impression que ces points de vue sont acceptables ou que toute morale est relative ».
Une affaire à suivre…

Article reproduit avec l’aimable autorisation du blog <http://americatho.over-blog.com>

Courrier des lecteurs des 4 Vérités Hebdo

17 réponses à l'article : Un évêque contre la « diversité »

  1. Luc SEMBOUR

    10/03/2009

     

    A Jaurès,

        c’est vrai Brassens n’est pas du tout dans ma collection de disques. Je me rappelle avoir toujours tout haï dans ses chansons, sa "musique", son message socialiste et son style rebutant. Je ne parle pas de son niveau de joueur de guitare pour ne pas déraper dans mes adjectifs.

       Encore une fois, vous n’avez pas la plus petite notion de ce qu’est le catholicisme. Sinon vous sauriez qu’un violeur de fillette, comme un meurtrier commettent des péchés dits "mortels", selon le droit canonique, et qu’ils sont donc excommuniés d’office. L’évêque ne peut pas sur-excommunier quelqu’un. Chacun son niveau d’expertise. Si vous en savez plus que lui, postulez pour sa mitre.

       Et puis vous affabulez sur la famille lourdement frappée. Frappée de quoi? Les fillettes enceintes sont légions au Brésil. Beaucoup (sinon l’immense majorité) n’avortent pas. Ici, la mère n’est probablement pas entièrement innocente de ce que sont mari, le beau-père, qu’elle a introduit dans sa maisonnée et donc auprès de sa fille, a fait à cette dernière. Les médecins ont conseillé… Avez-vous assisté à la consultation?  

       Avant d’écrire, tournez votre langue 7 fois etc…

    Répondre
  2. siniq

    10/03/2009

     Jaures ne s’ intéresse qu’ aux faits qui lui apportent de l’ eau à son moulin , les autres qui sont contre ses idées ne sont que rumeurs et fausses infos, c’est toujours ainsi avec les socialistes et consorts.

    La jeune victime, il s’ en moque, elle n’est là que pour le servir comme les travailleurs licenciés, ils ne lui servent que pour manifester dans la rue.

    C’est peut être cela l’ engagement politique pour Jaures

    Répondre
  3. Anonyme

    10/03/2009

    A Jaures Je veux surtout faire remarquer que l’on s’attaque plus facilement aux catholiques plutôt qu’aux islamistes qui eux « appliquent  » une loi sans que personne ne les conteste . Pareil quand un vert (bien en vue ) a écrit qu’il se faisait tripoter par des gamin pendant une colo, personne n’a trouvé à redire . Une simple remarque sur la différence du traitement de faits similaire dans notre presse aux ordres .

    Répondre
  4. sas

    10/03/2009

    A hans et les autres….

    arrêtez avec les fautes; on s en fout c’est le fond qui prime et est crucial……

    priorité sortir la merde des cerveaux,ouvrir les yeux, apprendre les gens a réfléchir seul et ensuite tirer les conséquences logiques de leurs propres analyses….

    bref tout le contraire de la volontée maçonnique au plus grand nombre.

    de plus ayant 20 trucs en permanence ç faire en m^me temps….je prend moi rarement le temps de me relire…

    pas le temps c’est avant tout une guerre d idées…..après on peaufinera…

    MERCI A TOI, pour ta clémence orthographique.

    sas

    Répondre
  5. Jaures

    10/03/2009

    A Luc Sembour: Le vers que je cite est tiré d’une chanson de Brassens. Si vous ne la connaissiez pas, il est normal que vous vous soyez fourvoyé: je n’ai jamais dit que l’Evangile était écrit en Hébreux mais, explication de texte niveau 5ème, que certains ne comprennent que ce qu’ils veulent dans les écrits religieux (cela vaut également pour le Coran).

    Qu’en est-il, en l’occurence. Une famille déjà lourdement frappée se voit en plus condamnée moralement. Une mère est déclarée coupable d’avoir sauvé sa fille de 9ans (les médecins, vu l’état de la victime ont fortement conseillé de l’opérer). Les autorités vaticanes affirment que "le viol est moins grave que l’avortement", c’est pourquoi l’auteur de ce crime horrible est, lui, gardé parmi les fidèles.

    Si, comme vous dîtes, l’excommunication est une occasion de réfléchir à un acte, pourquoi cette reflexion ne s’étend-elle pas au viol ? Pour le Vatican, c’est clair:" Certes ce qu’il a fait est horrible mais il y a tant de péchés graves". Voilà un discours dissuasif moralement !

    Mais le plus grave est ce qui est exprimé plus loin:" Quand une loi des hommes est contraire aux lois de Dieu cette loi n’a aucune valeur". Voilà un discours que tous les intégristes du monde feront leur !

    Pour les faits, voir le JDD du 09/03/2009.

    Que des religieux s’appliquent à eux-même les lois qu’ils veulent mais, pour à nouveau citer Brassens, "De grâce, morbleu ! Laissez vivre les autres, la vie est à peu près leur seul luxe ici-bas"

    Répondre
  6. Luc SEMBOUR

    10/03/2009

       Il existe certaines règles simples qui rendent la vie plus agréable, comme : « il ne faut pas fumer au dessus d’un bidon d’essence mal fermé » ou encore : « il faut tourner 7 fois sa langue dans sa bouche avant de parler ».

       De même , règle d’or : « il faut toujours vérifier les informations d’un socialiste, surtout s’il est français ». En effet , on peut être sûr qu’il y a désinformation, surtout s’il se dit très bien informé, lisant assidûment « le Monde » et une quantité d’autres médias cosmopolites, planétaires.

       Jaurès écrit sans ciller « Une enfant brésilienne de 9 ans, violée et enceinte, a dû se faire avorter sur prescription médicale. L’enfant et la mère viennent d’être escommuniées (sic) par l’évèque (sic) local »

      Il ajoute : « L’ouverture d’esprit de l’épiscopat n’est plus à prouver. "Ca (sic) laisse à penser que pour eux, l’Evangile c’est de l’hébreux"».

      Jaurès est athée. Il n’a pas plus d’idée sur ce qu’est un évêque, ou sur ce que dit l’Evangile, qu’une négresse à plateaux n’en a sur « l’inégalité de Cauchy-Schwarz ».

      En fait la petite fille (voir à la fin) n’a pas du tout été excommuniée (désinformation quand tu nous tiens). Seule celle qui a forcé la petite fille à l’irréparable l’a été : sa mère..., en plus bien évidemment de l’équipe d’avortement qui s’est rendue complice active en exécutant le double meurtre (voir plus bas).

      L’avortement à 15 semaines étant un traumatisme bien pire que le viol, selon les femmes l’ayant vécu, la pauvre enfant, ainsi que ses 2 jumeaux sont les 3 effroyables victimes de cette tragédie. La presse ne parle pas de l’initiateur: le beau-père violeur. Les âges des protagonistes rappellent un peu l’aventure d’Aïcha et de Mahomet, mais au moins, celui-ci a reconnu sa progéniture et il n’y a pas eu d’avortement.

      Que signifie excommunication ? C’est une punition spirituelle qui n’a de signification que pour un catholique et ne peut pas en avoir pour un athée comme Jaurès, sauf à se mêler de ce qu’il ne comprend pas. L’excommunication n’implique aucune sanction pratique, pécuniaire, visible. Elle se lève s’il y a contrition et repentance (même privées) des excommuniés. Plus l’excommunication est médiatisée, meilleure est l’occasion de réfléchir au pourquoi et au comment de la chose. C’est à la fois tout pour un croyant et absolument rien pour un athée.

      « L’ouverture d’esprit » de Jaurès est d’avorter les petites filles. La « couverture de son ouverture » est en cotte de maille métallique serrée puisque, comme il est évident dans le crédo socialiste français, largement diffusé depuis des décennies au frais du contribuable, dans tous les cas analogues, les petites filles  « doivent » se faire avorter. La preuve en béton? Mais une prescription médicale, bien sûr, comme pour couvrir la gueule de bois du lundi matin.

      Les jumeaux assassinés ne sont pas couverts par la loi socialiste Badinter qui protège la lie de la terre mais pas du tout les enfants innocents (ils n’avaient pas pu venir au moment du vote). Alors pourquoi se gêner?

       Quand aux conseils sur l’Evangile, Jaurès ferait mieux de pratiquer l’ouverture (du livre) et de s’inspirer de ce qui est écrit. Quand on a le temps de lire Le Monde, et 4V, et tout le reste, le Livre Saint ne doit pas recueillir la poussière sur une étagère. Ce ne sera jamais de l’hébreu pour lui car les Evangiles n’ont pas connu de version en hébreu, ayant débuté en grec et fini dans toutes les langues, dont le français.

      Comme Jaurès et Pierre LANCE le font , il est toujours amusant de voir des athées donner de copieux enseignements de théologie aux ecclésiastiques, enseignements qui se résument en général à une exhortation: ne faites pas votre travail, il n’est pas conforme aux canons du socialisme. Faites celui de Satan, c’est conforme, c’est approuvé par le parti, c’est tellement moins « prise de tête ».   

     

    Le cardinal Giovanni Battista Re, préfet de la congrégation pour les évêques, a justifié l’excommunication de la mère d’une Brésilienne de 9 ans ayant avorté après avoir été violée. L’archevêque de Recife (nord-est du Brésil) a excommunié jeudi la mère de l’enfant, qui a avorté de jumeaux alors qu’elle était enceinte de quinze semaines, à la suite d’un viol par son beau-père. L’excommunication a été étendue à toute l’équipe médicale qui a pratiqué l’opération. Mgr Re, qui est également président de la Commission pontificale pour l’Amérique latine, a indiqué :

    "C’est un triste cas, mais le vrai problème est que les jumeaux conçus étaient deux personnes innocentes, qui avaient le droit de vivre et qui ne pouvaient pas être supprimées. Il faut toujours protéger la vie, l’attaque contre l’Eglise brésilienne est injustifiée. L’excommunication pour ceux qui ont provoqué l’avortement est juste [car cette opération constitue] toujours la suppression d’une vie innocente".

      LS

    Répondre
  7. Jaures

    10/03/2009

    Cher Hans, je commets je l’avoue de trop nombreuses fautes d’orthographe et vous faîtes bien de me la faire remarquer. Pour ne pas être en reste, je vous informe que "mariage" s’écrie avec un seul "r" contrairement à ce que vous avez écrit sur un post un peu plus haut ("le marriage entre espèces"). Mais vous avez plus d’excuses que moi, n’étant pas Français.

    En ce qui concerne le violeur, je n’y ai pas fait allusion car, lui, n’a pas été excommunié.

    A Occas24: J’ai entendu parler de ce fait divers atroce et vous faîtes bien de le signaler. Je vous rappelle qu’en France, plusieurs dizaines de milliers de viols ont lieu chaque année. La plupart dans le cadre familial.

    Répondre
  8. HansImSchnoggeLoch

    09/03/2009

    Jaures: <<Une enfant brésilienne de 9 ans, violée et enceinte, a dû se faire avorter sur prescription médicale. L’enfant et la mère viennent d’être escommuniées par l’évèque>>

    Quand on lit votre indignation,  Jaures, on a l’impression que c’est l’évêque qui a violé cette petite fille et non le criminel que vous n’avez  même pas cité. Réaction typiquement socialiste, l’occasion étant trop belle pour bouffer du curé.
    Sacré Jaures, socialiste jusque dans le plus profond de sa moëlle.

    NB: "évèque" s’écrit "évêque", "escommuniées" s’écrit "excommuniées". Apprenez donc à écrire votre propre langue, vous gagneriez en crédibilité.

    Répondre
  9. Jaures

    09/03/2009

    Une enfant brésilienne de 9 ans, violée et enceinte, a dû se faire avorter sur prescription médicale. L’enfant et la mère viennent d’être escommuniées par l’évèque local.

    L’ouverture d’esprit de l’épiscopat n’est plus à prouver. "Ca laisse à penser que pour eux, l’Evangile c’est de l’hébreux".

    Répondre
  10. HansImSchnoggeLoch

    08/03/2009

    Jaures <<Rien à ajouter. Les commentaires de Hans et 3,14116, dignes des intégristes les plus moyenageux, se suffisent à eux-mêmes>>

    Réponse sans foi et sans loi sortie du catéchisme socialiste, sinon rien à ajouter.

    Répondre
  11. Jaures

    08/03/2009

    Rien à ajouter. Les commentaires de Hans et 3,14116, dignes des intégristes les plus moyenageux, se suffisent à eux-mêmes.

    Répondre
  12. pi31416

    07/03/2009

    HansImSchnoggeLoch: "Au train où vont les choses la prochaine étape sera le mariage entre espèces. "

    Oui! Justice enfin et convolage en justes noces pour M. Seguin et sa chèvre!
    Mais ne nous arrêtons pas en si bonne voie. Quid du mariage d’une boîte de sardine avec un cancrelat? Et de leur droit imprescriptible à adopter un bébé phoque?

    Répondre
  13. Luc SEMBOUR

    07/03/2009

    L’Eglise est à mon avis plus que très au courant de toutes les tragédies, comme de tous les contes de fées (beaucoup plus rares en proportion des tragédies), liés de près ou de loin à l’homosexualité. Ce qui déplait à juste titre à l’évêque est qu’on fasse venir un militant homosexuel pour parler d’homosexualité aux étudiants dans une université catholique, alors qu’on n’y donne pas simultanément la position de l’Eglise sur l’homosexualité.

    Ceci laisse évidemment supposer que le militant fait partie des intervenants auxiliaires de l’enseignement officiel, alors que ce qu’il dit est en opposition frontale avec la position et donc l’enseignement d’une université catholique.

    Laisserait-on un néo-nazi sympathique, militant et convaincu, faire une conférence sur le nazisme dans une université française où tout est relatif et où le débat d’idées doit être promu?

    L’Eglise ne s’oppose pas à l’homosexualité, puisque c’est une réalité éternelle et universelle de la condition humaine (entre autres). Mais elle s’oppose au militantisme et à tout l’arsenal idéologique pervers colporté par des militants comme Keith BOYKIN.

    LS

    Répondre
  14. siniq

    06/03/2009

    Hans faîtes attention , nôtre jau-jau va crier au sexisme!

    Répondre
  15. HansImSchnoggeLoch

    05/03/2009

    Au train où vont les choses la prochaine étape sera le marriage entre espèces.
    Par exemple "elle" et son "étalon" ou "lui" et sa "chienne", puisque d’après la théorie socialiste tout est relatif.
    N’en doutons pas, la chère diversité sera assurée.

    Répondre
  16. Florin

    04/03/2009

    Je veux bien croire que l’Eglise soit hostile au mariage homo. De là, à ne pas laisser s’exprimer les points de vue opposés … il y a un pas à ne pas franchir.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)