Un monde post-américain

Un monde post-américain

J’ai écrit ici, voici dix mois, qu’Obama serait réélu. Il l’a été. J’ai, pendant quelques jours, espéré qu’un sursaut se produirait. Le sursaut ne s’est pas produit. Je n’ai pas consulté les médias français depuis le 6 novembre, car je suis aux États-Unis. Je n’ai aucune difficulté à imaginer ce qui se dit et s’écrit en France présentement.

Ce qui n’est pas perçu est que nous entrons dans un monde très différent.

La réélection de Barack Obama signifie que l’économie américaine va cesser d’être le moteur du monde. Aucune autre économie de la planète n’est à même de jouer ce rôle aujourd’hui. Ni l’économie chinoise, qui subit déjà les conséquences du déclin américain, ni les économies eu­ropéennes, qui vont continuer à se détériorer. Ce qu’on appelle de manière vague la « crise », depuis 2008, va s’accentuer.

La réélection de Barack Obama signifie aussi que l’ordre du monde tel qu’il a été mis en place après la Seconde Guerre mondiale va continuer à s’effondrer. Le monde va devenir plus sûr pour les dictateurs, les fanatiques, les totalitaires. Tous ceux qui sont encore attachés à la liberté vont connaître des années difficiles.

Tout en s’essoufflant économiquement, la Chine va se renforcer géopolitiquement et affirmer sa prépondérance sur l’Asie. Outre la Chine, les pays qui vont voir leur puissance et leur pouvoir de nuisance conforté sont la Russie, l’Iran, le Venezuela.

L’Organisation des Nations Unies, ce club de tyrans et de corrompus, va se trouver définie de plus en plus comme la « communauté internationale », et il faudra en attendre des régulations, des taxes supplémentaires et des tentatives accentuées d’aller vers une forme de gouvernement technocratique planétaire.

Le monde dans lequel nous entrons sera post-américain. Il sera aussi graduellement post-démocratique. Les élections perdront de leur sens, mais elles ont déjà perdu leur sens en Europe. Le choix sera, là où le choix existe encore, entre des socialistes de diverses obédiences. Aux États-Unis, où le choix n’avait pas encore été anéanti, on peut considérer qu’il est en voie de l’être, car la vague qui a porté Obama sera difficilement réversible.

Le monde dans lequel nous entrons sera post-capitaliste, au sens où les liens entre grandes entreprises, financiers et gouvernements vont devenir plus étroits qu’ils ne sont déjà. La liberté d’entreprendre vit sans doute ses derniers instants, et elle appartient vraisemblablement au passé. Aux États-Unis où elle existait encore, elle a été remplacée pendant les années Obama par ce qu’on appelle le « crony capitalism », le capitalisme d’accointances.

Dois-je l’ajouter ? Le monde dans lequel nous entrons sera aussi post-occidental.

Le christianisme, le judaïsme sont en reflux. La seule religion qui gagne du terrain est l’islam. Et la réélection d’Obama est aussi une victoire pour l’islam, et, au sein de l’islam, pour l’islam radical.

Mon amie Bat Ye’or a beaucoup écrit sur la transformation de l’Europe en « Eurabia ». Cette transformation va se poursuivre. Elle a écrit aussi sur la volonté des tenants de l’islam radical de restaurer le califat. Nous allons voir cette restauration se rapprocher.

Peu de maillons manquent à ce jour. L’un des principaux maillons est l’Arabie Saoudite. L’un des objectifs de l’administration Obama II sera de faire que le maillon saoudien se rattache à la chaîne et suive le chemin de l’Égypte, de la Libye, de la Tunisie, du Yémen.

Le monde dans lequel nous entrons sera un monde plus dangereux. La prolifération nucléaire va se poursuivre. Le terrorisme va rester un péril majeur.

Je n’ai aucune difficulté à imaginer ce qui se dit et s’écrit en France, non.

Je pense que ceux qui se réjouissent de la réélection de Barack Obama sont sourds et aveugles. Je ne puis imaginer qu’ils souhaitent consciemment le monde qui vient.

Leur détestation des États-Unis est assouvie. Ce qu’ils ne perçoivent pas est que l’élection, puis la réélection du premier Président anti-américain de l’histoire des États-Unis, va avoir des conséquences infiniment plus vastes que la simple chute des États-Unis.

Le désastre Obama va se poursuivre. Et le mot « désastre » est trop faible pour définir ce qui se profile…

Partager cette publication

(11) Commentaires

  • Yannis54 Répondre

    Il ne faut pas se faire d’illusions : le problème est avant tout racial et démographique.

    Si les élections ont de tels résultats, aussi bien aux USA qu’en Europe, c’est parce que les blancs font de moins en moins d’enfants et sont de moins en moins nombreux.

    Les groupes qui connaissent une croissance démographique importante, tels que les arabes en France ou les latinos aux USA, sont des minorités d’origine non-occidentale. Ces non-occidentaux n’ont pas envie de voter pour des partis conservateurs, mais pour des partis de gauche, défendant leurs intérêt.

    Bien entendu, cette évolution de la politique des états-occidentaux aura pour principale conséquence un recul de la démocratie et de la liberté dans le monde. Les USA de Clinton et de Bush, puis la France de Sarkozy, se sont mobilisés en Serbie, en Afghanistan, en Iraq et en Libye pour débarrasser ces pays de leurs dictateurs.

    En revanche, ni la France de Hollande, ni les USA d’Obama n’interviendront en Syrie, ni en Iran. Assad va continuer à exercer sa dictature, l’Iran va continuer à menacer Israël, mais également l’Europe. Le phénomène va se propager à grande échelle. Le monde dans lequel nous vivons, deviendra de moins en moins démocratique.

    Sur le plan démographique, il est fort probable que les USA, mais également de nombreux pays européens, vont disparaître dans quelques décennies (c’est à dire très bientôt). Ou en tout cas, qu’ils perdront leur identité ethnique et qu’ils ne seront plus jamais les mêmes, puisque les blancs risquent d’y devenir minoritaires.

    A qui la faute ? A nos dirigeants successifs, qui ont laissé la situation dégénérer. Ils étaient conscients des risques mais ils ont laissé faire.

    24/11/2012 à 22 h 17 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    Un petit rappel de l »Histoire de l’Economie destiné à Monsieur le Professeur Guy Millière qui déplore la mise en place d’un  » crony capitalism  » et uniquement pour lui rappeler que celui ci existe ( aux U.S. et par extension en Europe ) depuis le 22 Novembre1910 ( réunion de la délégation constituée des financiers new-yorkais les plus importants à Jekyll Island )…
    c’est à ce genre de  » détails  » qu’on mesure la bonne foi et la pertinence de ses propos

    15/11/2012 à 9 h 30 min
  • siniq Répondre

    Jaures, vous devenez fatiguant avec votre obsession de désavouer Monsieur Millière en permanence et cela n’apporte rien au débat.

    15/11/2012 à 9 h 05 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      voyez mon commentaire sur les affirmations  » risquées  » du Professeur Guy Millière …

      15/11/2012 à 9 h 37 min
  • grepon Répondre

    Et le mot « désastre » est trop faible pour définir ce qui se profile…

    Exacte. La situation des europeens sera pire que le sort des americains, et de loin, car l’europe est si larvee, si peu capable, et les USA sous Obama, haisseur des etats nations de l’Europe depuis son enfance parmi gauchistes, vont trahir l’europe a tout les coups pendant les prochaines 4 ans.

    Du cote du sort des USA, on peut esperer que les juges originalistes sur le Supreme Court tiendront bon (c.a.d. vivant et lucide) jusqua une restauration de la presidence a un patriote proprement reverent envers la Constitution. On peut esperer aussi que le House of Representatives toujours domine par Republicans refusera les pires programmes que Obama et le Senat de Reid proposera. M’enfin on pourrait esperer que parmi les decombres de l’implosion des programmes tyrannique de nos Democrats une mouvance etant une refonte de l’actuel parti Republican aura une victoire Reaganesque (au moins).

    Sachez que les USA ont connu d’autres grosses crises par le passee, et a chaque fois c’etait le parti Democrat du mauvais cote de l’histoire, moralement. La guerre civile et le conflit sur « civil rights » pour les noirs sont de bons exemples, mais ca ne s’arrete pas la. Les plus corrompus machines politiques d’histoire americain au niveau des etats et villes ont ete de marque Democrat. La demagogie est dans leur nature, et les demagogues tombent, toujours, m’enfin jusquici. La possibilite d’un monde orwellien existe desormais, grace aux technologies de l’informatique et de surveillance. Des dictatures inhumain peuvent persister jusqua la starvation de masse, genre en Koree du Nord, ou sous Stalin, Mao, Pol Pot, divers dictatures africains. Ca se produira de nouveau, peut-etre meme l’annee prochaine, etant donne la mauvaise recolte en 2012 et la chute spectactulaire des revenus de psycho-etats improductif au possible tels qu’Egypte.

    14/11/2012 à 17 h 35 min
  • dubos Répondre

    IL N’EST PLUS SOURD QUE CELUI QUI NE VEUT ENTENDRE LE BRUIT DES CANONS QUI VONT NOUS ANEANTIR
    LES DIRIGEANTS OCCIDENTAUX POUR NE PAS AVOIR LA GUERRE ,TRAHISSENT LEURS PEUPLES ET ILS AURONT ,LA HONTE ET LA GUERRE .,NI PLUS AVEUGLE QUE CELUI QUI NE VEUT VOIR LA TERREUR SE RAPPROCHER ET ILS AURONT L’HORREUR ET LA GUERRE

    14/11/2012 à 16 h 10 min
  • Jaures Répondre

    Non, Guy Millière n’a pas écrit il y a 10 mois qu’Obama serait réélu. En 10 mois il a alterné les pronostics contradictoires, pariant un coup sur l’un, un coup sur l’autre.
    Cela s’est accéléré depuis septembre où, passant d’un noir pessimisme (pour lui) au fol enthousiasme, il a ces dernières semaines, j’en ai ici donné quelques exemples, affirmé jusqu’à la veille du scrutin que Romney serait élu, couvrant ceux qui prétendaient l’inverse d’un flot de ridicule.
    Dés lors, quel crédit accorder à ses anticipations sur le monde tel qu’il va ? Ses analyses sont aujourd’hui polluées par le dépit de la défaite. Les opinions de Millière, comme les autres, méritent d’être écoutées, mais, pour l’heure, laissons-lui un peu de recul, retrouver une once de lucidité. Et qu’il décide enfin de cesser ses prédictions péremptoires qui discréditent systématiquement sa moindre tentative d’analyse.

    14/11/2012 à 13 h 10 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      Guy Millière c’est du pain béni pour vous !

      … comme pour lui l’est François Hollande !

      Soyez charitable en même temps que scientifique : un baromètre cela varie et c’est ce que fait Guy Millière qui j’espère n’enseigne pas la  » science  » politique puisqu’il est à ce qu’on dit professeur des universités

      14/11/2012 à 18 h 46 min
      • Jaures Répondre

        Quinctius, votre analogie est juste. Il en est de la politique et de l’Economie comme de la météo:les données sont inconstantes et les mêmes causes, en des contextes différents, peuvent engendrer des effets contraires. C’est pourquoi les météorologistes sont prudents, enclins au doute, parlent de probabilités et non de certitudes. Et vous n’en trouverez guère qui dénigrent leurs collègues, tout autant qualifiés, qui émettent des prévision différentes.
        Obama a été élu mais il pouvait être battu. Il faut saluer la performance du seul dirigeant occidental qui, malgré la crise et avec des résultats contestables, a été reconduit.
        Sans doute a-t-il été meilleur que son concurrent qui n’a pas réussi a convaincre sur ses propositions économiques. Mais tout s’est joué à peu de choses: en tirer des conclusions définitives sur l’avenir du monde est déplacé. Surtout quand on s’est sur ce point régulièrement trompé.

        15/11/2012 à 9 h 10 min
        • grepon Répondre

          Hmm. Chez moi la meteo peut etre predit assez loin en avance la plupart du temps, et la politique aussi. Dans le « Bay Area » pres de San Francisco. Il va faire beau, avec variations de temperature previsible quelques jours en avance, de Mai a Novembre, presque sans faille.

          Aussi, l’electorat va voter solidement etatiste. Le climat est encore plus previsible: La dette va augmenter. L’infrastructure va se degrader. Les entreprises vont partir aillieurs ou stopper leur activites a un taux problematique. Plus de gens vont se trouver dans des jobs reduits a part-time(Obamacare!) des Janvier 2013, ou bien perdre leur boulots. Les hausses d’impots vont faire accelerer les departs deja continue de gens productifs, bosseurs, et creatifs. Ses hausses d’impots vont etre insuffisants a faire hausser les revenus, car les hausses des taux ne donnent forcement des hausses de revenus. Les impots votee « pour l’education » vont donner a manger aux administrateurs, pensions et programmes farfelus, y compris l’instittution d’une refonte socialisiante de la propagande enseigne dans les ecoles. Tout ceci, et sure et certain, meme en matiere de climat. Ca c’est pour la Californie.

          Pour l’Amerique il y aura des coins qui s’en sortent bien, genre Washington DC qui connait un boum depuis 2008, ou les coins ou on libere du gaz et petrole par le fracking…activite prive sur terres prive que Obama et ses bires essaient de stopper comme ils peuvent, toute en pretendant que c’est uex qui nous rendront independant d’energies outre-hemisphere avant telle annee. Le Texas s’en sortira mieux, car les vents impotiques vont porter les gens et les entreprises a plus haute vitesse en avions vers ce paradis fiscale et entrepreneurial relatif.

          La nation aura imprimee encore 6 a 8 mille milliard de plus de dette avant la fin de 2016, ce qui ne peut pas continuer beaucoupl plus que cela sans qu’une tyrannie systematique ne descendent sur le pays. Il n y a pas beaucoup de pays comme le Japon ayant la cohesion ethnique et raciale et culturelle suffisant imprimer de la dette et de l’argent jusqua 250% du PIB sans eclater en orage.

          Quand les USA feront cela, et ca ne peut pas etre eviter autre que par une vague de nouvelles technologies multipliant la productivite, il y aura non pas orages ou meme ouragans mais une tempete economique planetaire, avec famines et guerres et genocides bibliques. C’est les Etats-Unis d’Amerique, tout de meme, qui assure la Pax Americana que a permis a l’Europe et le Japon entre autres de faire du social democratie pacifique, facon hakuna matata, pour tant de decennies. C’est notre monnaie qui est le Reserve Currency et cell d’echanges commerciaux sur toute la planet. Il y a meme une grosse pourcentage de l’or d’autres pays dans des vaults new-yorkais, genre l’or de l’Allemagne, un pays suppose etre poids lourd d’Europe bien que ses taux de natalite sur le temps laissent peu d’espoir a un futur radieux, quoi qu’il arrive ne amerique. Une depression de continental se creuse.

          15/11/2012 à 17 h 39 min
          • quinctius cincinnatus

             » la nation aura IMPRIME 6.000 milliards de $ de dette d’ici la fin 2016  » un modèle , un exemple … et encore bravo … puisque c’est justement cela que veut le président Hollande

            17/11/2012 à 12 h 53 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: