Une intervention militaire au Mali ? Surtout pas !

Posté le août 22, 2012, 12:00
5 mins

Il se trouve que je connais assez bien le Mali et l’Afghanistan. Le premier pour avoir passé près de deux ans comme n° 2 de notre ambassade à Bamako et le second pour avoir été, pendant près de quatre ans, chef de la mission diplomatique française à Kaboul, en étant, en même temps, à la tête de l’ambassade d’Arabie Saoudite – l’Arabie ayant confié la défense de ses intérêts à la France, ce qui, j’en conviens, est assez curieux.
Fort de cette expérience, je suis catégorique : surtout pas d’engagement militaire de la France au Mali, surtout pas !

Le nord du Mali est désertique, souvent accidenté, se prêtant admirablement à la guérilla. Les partisans nombreux de l’islam radical ont créé là-bas un deuxième Afghanistan, après l’Afghanistan asiatique, où les Occidentaux ont perdu la guerre – des milliers d’hommes et des milliards de dollars – pour avoir sous-estimé l’intervention du Pakistan qui, depuis le début du conflit, aide puissamment les talibans en leur fournissant l’encadrement, les armes et les sanctuaires de repli…

Qu’on n’aille donc pas recommencer au Mali ! Une intervention militaire dans ce pays, c’est, à coup sûr, l’exécution des six otages français qui y sont détenus, la perte de nombreux militaires avec cérémonie mensuelle aux Invalides, discours du ministre inclus, des crédits considérables perdus, et, à terme, l’hostilité des populations africaines – y compris celles de l’Algérie, toujours prêtes à dénoncer le « colonialisme » français.
La Libye aussi n’est pas loin, qui a beaucoup aidé les Touaregs et les autres, à la suite de l’opération menée l’année dernière à l’issue de laquelle on a éliminé Kadhafi pour gagner le désordre dans tout le Sahel.

Boko Haram, la branche nigériane d’Al Qaïda au Maghreb islamique, montre chaque jour ce qu’elle sait faire et rien ne lui interdit d’agir au Mali.
J’ajoute qu’il ne serait pas difficile aux Maliens, nombreux en France, de se manifester de manière « appropriée » par solidarité avec leurs coreligionnaires du Mali. Le terrorisme est déjà suffisamment menaçant pour qu’on n’aille pas apporter de nouveaux facteurs aggravants.

Alors, dira-t-on, il ne faut rien faire ? Je pense que ce serait le moindre mal. Que les États africains, qui déplorent et dénoncent le chaos actuel et veulent rétablir la paix chez eux, démontrent leur compétence et leur efficacité. À cette fin, donnons-leur les conseils qu’ils pourraient nous demander. N’allons pas plus loin. On verra après.

Une guerre perdue à très grands frais en Afghanistan, voisin de ce Moyen-Orient à feu et à sang, avec risque d’intervention des grandes puissances, c’est déjà un très mauvais bilan. Évitons de l’alourdir encore au Mali par une nouvelle mésaventure africaine !

11 réponses à l'article : Une intervention militaire au Mali ? Surtout pas !

  1. quinctius cincinnatus

    26/08/2012

    @ nonyme !

    l’adverbe " raisonnablement " que j’ai employé et qu’a repris avec un ( ! ) @ Homère signifie  en toute logique  de vocabulaire  : " après avoir raisonné " …  voyez d’ailleurs ce qui vient de se passer en Egypte : tous les chefs d’état majors ont été … débarqués par le Président  !

    " avec effroi " dites vous …  raffermissez votre coeur et  laissez  vous porter par de la phrase fameuse de Jean Paul II  :

                                           " N’ayez pas peur ! "

    Répondre
  2. Anonyme

    24/08/2012

       Homère:
        " On peut raisonnablement penser à une Afrique du nord, saharienne et sub-saharienne entièrement sous la domination des islamistes…"
        Ah? Vous pouvez y penser "raisonnablement", vous? Moi je ne peux y penser qu’avec effroi…

    Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    24/08/2012

    @ Homère

    précision :

    quand je parlai de " drones " je pensais bien entendu à du matériel de conception et de fabrication françaises pas à un matériel américain ou importé d’Israel par la firme U.M.P.  Serges Dassault

    Répondre
  4. quinctius cincinnatus

    24/08/2012

    @  Homère

    vous n’êtes plus dans … l’air du temps ( militaire ) :

    … vous oubliez les drones !

    mais comme toutes les guerres ne se gagnent qu’avec l’infanterie , cette remarque est sans importance

    Répondre
  5. HOMERE

    24/08/2012

    On peut penser raisonnablement (!) à une afrique du nord,saharienne et sub saharienne entièrement sous la dominance des islamistes avec son cortège de charias en tous genres.Pour autant,ne faut t il rien faire ? le terrain,que je connais un peu après avoir "fait" le Niger,la Mauritanie et le Sénégal me paraît favorable à une intervention militaire purement aérienne avec hélicos d’attaque au sol et couverture aérienne appropriée avec l’usage de drones mais sans combattant au sol,ce qui n’aurait aucun intérêt.Couper les ravitaillements,empêcher les déplacements,détruire les stocks de carburant….

    Maintenant observons l’évolution des régimes dans les pays "libérés"…..En Tunisie notamment se dresse des oppositions fortes de résistance à l’islam radical et rien n’est acquis à AQMI dans le sud algérien…..

    Sur l’armée française à 30% musulmane,oui c’est un problème qui pourrait devenir crucial en cas de conflit avec des pays musulmans….

    De supposition en supposition on peut arriver à des situations tellement différentes que l’exégèse s’en trouve d’autant affectée.

    Répondre
  6. J.P Delmau

    23/08/2012

    Même réaction que F : qu’attend- donc Le Président Normal pour consulter BHL, qui s’y connait.

    Répondre
  7. quinctius cincinnatus

    23/08/2012

    @  F

    B.-H. L. est bien trop occupé à obtenir un rendez-vous avec François Hollande pour le décider à " libérer " la Syrie , pour s’occuper des " conséquences libyennes … ni responsable , ni coupable … pas comme la S.N.C.F.  ( en 1942 )

    Répondre
  8. F

    22/08/2012

      Monsieur Lambert, vous oubliez l’élément essentiel:

      QU’EN PENSE BHL?

    Répondre
  9. quinctius cincinnatus

    22/08/2012

    j’ai bien peur que ce sage conseil ne soit pas suivi par nos gouvernants et par leur opposition … l’ironie de l’Histoire  serait que ce soit maintenant à l’Algérie de mener une guerre contre …  le terrorisme sans l’aide de la France …  mais comme je l’ai déjà laissé entendre l’armée française ( ce qu’il en reste ) apportera son aide logistique et en " instructeurs " à l’A.L.N. … là dessus je n’ai aucun doute ( sur la bêtise française et pour être précis …  des hautes sphères parisiennes de droite comme de gauche )  !

    on peut tout aussi bien envisager raisonnablement que dans 25/50 ans l’Algérie soit elle aussi gouvernée par la charia suite à une " révolution  des capitaines " ce qui nous ramènerait au temps de Barbaresques ( ou presque ) … raison pour laquelle nous devons avoir une armée non musulmane ( ce qu’elle est déjà à 30 % )

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)