Utopie, mondialisation et libéralisme

Posté le octobre 17, 2014, 4:13
5 mins
8058801-le-compas-se-trouve-sur-une-ancienne-carte

 

« Avant, les évènements qui se déroulaient dans le monde n’étaient pas liés entre eux. Depuis, ils sont tous dépendants les uns des autres. ».

Polybe, IIe siècle avant J.-C. (!).

 

La mondialisation est d’abord une utopie, et de surcroît, une utopie communiste.

 

C’est l’Internationale communiste, évidemment, qui veut accroître le régime socialiste à l’ensemble du monde. D’autre part, c’est une utopie cosmopolite. L’utopie, c’est, en grec, οὐ-τοπος (ou-topos), à savoir « le sans lieu ». « Sans-lieu », c’est-à-dire sans terre, c’est-à-dire apatride. Àpatride, non pas parce que la vraie patrie est au Ciel, mais parce que la vraie patrie est à venir. Et c’est justement le « mondialisme » qui a pour mission de faire advenir ce grand soir.

 

2° Par ses origines communistes et son caractère totalement inconcret, la mondialisation est profondément anti-libérale.

 

L’édito de Guillaume de Thieulloy dans le dernier numéro des 4 Vérités montre à quel point le FMI, souvent taxé de « fer de lance de l’ultra-libéralisme », est en fait une gigantesque structure étatique et socialiste à l’échelle planétaire.

Or rien ne s’oppose plus à un concept de libéralisme bien compris que ce gigantesque état qui règlemente et enserre les populations dans les serres de fonctionnaires apatrides.

Le fonctionnaire appatride, il n’y en a pas qu’au FMI ou dans les grandes banques. Il y en a chez nous, dans l’état socialiste : ces personnes qui accordent des HLM aux immigrés, ces personnes qui pondent des lois antifrançaises, qui augmentent l’AME (Aide Médicale d’État) en réduisant drastiquement le budget de la Défense, entre autres exemples.

Il est appatride, parce qu’au fond, il est profondément socialiste : la société humaine en général prime sur l’individu ; la mondialisation, ainsi entammée, n’est alors pas une libéralisation à outrance, mais bien plutôt l’instauration d’un fonctionnariat mondial, étape finale et eschaton du socialisme.

 

Il n’y a pas une, mais des mondialisations.

 

L’axe Moscou-Pekin développe indéniablement une forme différente de mondialisation que l’axe Washington-Bruxelles.

On réduit bien trop souvent l’ensemble de ces différences à un même principe, décrit comme une « libéralisation de l’économie », co-ajaccente à une « libéralisation des mœurs ».

Le modèle économique russe, par exemple, est original : il est semi ouvert, semi fermé. Il y a une certaine verticalité du pouvoir, et il garde le contrôle sur les secteurs clefs, notamment dans le domaine énergétique.

 

 ***

 

Au fond, la mondialisation prend l’homme en étau dans une double injonction : « sois toi-même ! », c’est-à-dire affirme tes différences, tes désirs, ta singularité, et « sois Homme », c’est-à-dire participe pleinement des valeurs dites universelles de l’ « humanisme ». D’où ce paradoxe proprement gauchiste qui chérie les différences tout en oeuvrant au maximum pour niveler les identités dans un « fourre-tout multiculturel ».

La seule manière de s’en sortir, c’est de remettre l’État à sa place. Si on remet l’État à sa place on frène la grangrenne socialiste. La société en position de servante de la personne plutôt que la personne comme servante de la société.

Repenser l’articulation entre le local (oikos, la maison) et le global (kosmos) constitue désormais une tâche urgente qu’aucun anathème : « libéral-libertaire ! » ne peut plus décrire, et résorber.

 

Vivien Hoch est doctorant en philosophie, directeur d'un pôle de recherche et communiquant politique.

19 réponses à l'article : Utopie, mondialisation et libéralisme

  1. Agathe

    20 octobre 2014

    La mondialisation a multiplié les pauvres, en même,temps elle a doublé les miliardaires.

    Répondre
    • goufio

      21 octobre 2014

      Entre 1500 et 1820, le PIB mondial est passé de 565 $ par habitant à 651 $ soit 100 $ en 3 siècles. Entre 1820 et 1992, il est passé de 651 à 5 145 $ / hab soit 4 500 $ en 70 ans. Depuis 1990, la mondialisation (et le capitalisme) ont permis de multiplier par deux le PIB mondial et d’augmenter de 50 % le niveau de vie moyen. Le taux d’extrême pauvreté (pourcentage d’individus vivant avec moins de 1$ par jour) est passé de 40 % à 21 % entre 1981 et aujourd’hui. En 1820, 84 % de la population mondiale vivait dans un état de pauvreté extrême. En 2000, ce taux est descendu à 20 %.
      Il y a 100 ans on travaillait plus de deux heures pour pouvoir acheter un poulet, aujourd’hui, 15 à 20 mn. Les dépenses de nourriture étaient de plus de 50 % au début du XXe siècle contre 10 % aujourd’hui.
      Depuis 1900, notre pouvoir d’achat a été multiplié par 100. et parallèlement le nombre riches n’a cessé d’augmenter, ce qui est rassurant.

      Répondre
    • quinctius cincinnatus

      21 octobre 2014

      ce n’ est pas un effet qu’ on pourrait qualifier de secondaire, mais c’ était bien l’ effet … recherché ( par ceux là même qui se sont … enrichis ) ! je crois que beaucoup sur ce blog, et en particulier les soutiens inconditionnels à Guy Millière et/ou à Nicolas Sarkozy ,souvent d’ ailleurs les mêmes ( et …. Guy Millière soi-même ! ) n ‘ont pas compris la logique de l’ affaire ! l’ Economie, c.à d., les choix économiques et financiers , a elle aussi des répercutions , positives et / ou négatives sur la Société ( voyez par exemple notre immigration et … notre … émigration )

      Répondre
      • brandenburg

        21 octobre 2014

        La “mondialisation” a des aspects multiples:il faut donc distinguer ces aspects pour les unir ensuite sans se précipiter à des conclusions hatives et inadaptées (Maritain )..Pour cela,nous disposons de la doctrine sociale de l’Eglise dessinée par Léon XIII puis devellopée par ses successeurs sur les fondements posés par Saint Thomas d’Aquin.A cet égard,le Pape François est comme toujours brouillon et autoritaire.Pour connaitre la pensée de Saint Thomas sur l’économie,il suffit de taper sur google “Saint Thomas d’Aquin économie” et une liste d’articles de premier ordre apparaitra télechargeables et imprimables gratuitement.Je l’ai fait et ai été ébloui par la “modernité”-la vraie-de sa pensée.Complétez par la lecture de Jacques Rueff,le conseiller économique de de Gaulle, et de Maurice Allais,prix nobel d’économie bien supérieur au nouveau dont la pensée est juste mais très limitée et trop complaisante pour le keynesianisme-Keynes,le fondateur de cette idéologie, était bisexuel et appartenait au groupe de Bloomington ,un repaire de pervers et de suicidaires anglais dont virginia woolf qui s’est en effet suicidée-,la cause de tous nos maux que Rueff et Allais avaient prévu mot-à-mot.Il faut travailler et ne pas se contenter de s’indigner!

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          21 octobre 2014

          le groupe de Bloomington : la B.B.C. en avait même fait une petite série : ” le club des suicidés “

          Répondre
  2. HOMERE

    18 octobre 2014

    La mondialisation ? c’est la bombe atomique de notre siècle…voulue à la fois par les internationalistes communistes et les capitalistes les plus voraces,elle écrase les peuples et pulvérise les nations…..
    L’homme vit dans un territoire qu’il quitte rarement si ce n’est que pour les vacances ou les études…peu s’expatrient de nos pays civilisés….pour la raison que leur histoire et leur niveau de vie sont fondamentaux et décent.La mondialisation a accentué la misère et déplacé les peuples les plus miséreux pour submerger les pays occidentaux dont ils créeront des conflits extraordinaires avec eux.
    Le monde socialiste est une utopie dont la mondialisation constitue un rêve impossible parce que l’individu est essentiellement attiré par l’éden matérialiste dont on sait qu’il est versatile et mobile….et que les socialistes sont incapables d’assurer…..dans la liberté.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      18 octobre 2014

      Et … Nicolas Sarkozy en est l’ un des plus ardent fourrier. Voyez Lisbonne et les conférences grassement rétribuées par Goldman-Sachs , sans compter le demi-frère U.S. !

      résumons nous :

      ” soyez conséquent avec vous même ” , votez Sarko !

      P.S. en forme de conseil : les taies conjonctivales cela s’ opère

      Répondre
  3. 0094917

    18 octobre 2014

    Goufio dit- Il ne faut pas confondre Mondialisation qui recouvre les échanges de biens et services et Mondialisme qui est la gouvernace mondiale et certainement, très certainement le totalitarisme mondial que vous évoquez

    Répondre
    • Agathe

      18 octobre 2014

      Goufio, très bonne remarque, le mondialisme est politique et la mondialisation économique.
      Porte ouverte aux interrogations : quels rapports ?

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        18 octobre 2014

        le mondialisme passe par la case mondialisation et quand je dis ” case ” c’est celle de l’ oncle Sam !

        Répondre
        • brandenburg

          18 octobre 2014

          La “case” us est le protestantisme,ce pays étant le seul en “occident” à etre né dans cette hérésie:tout ce qui vient de lui dans tous les domaines est frappé de cette tare originelle!PS il existe 4 000 “églises” protestantes dans ce pays d’immigrés mutiracial et multiraciste!

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            19 octobre 2014

            si vous êtes encore à ce stade de la réflexion historique , je veux bien participer avec ( ou contre ) vous à la guerre du feu … je suis sûr qu’ en réfléchissant bien vous trouveriez beaucoup mieux comme …. bouc(s) émissaire(s) … personnellement je n’ en connais aucun [ de bouc émissaire ] , puisque tous ceux qui ” nous veulent du bien ” se trouvent naturellement et harmonieusement répartis dans chaque Religion … on appelle cela ” la Nature humaine “

          • brandenburg

            19 octobre 2014

            Votre réponse est une apologie du syncrétisme!Il n’y a en effet une nature humaine immuable et que tous les membres du genre humain ont partagé,partagent et partageront,meme ceux de “la guerre du feu”,ne vous en déplaise.Vous faites du “racisme” historique comme tous les “progressistes” qui dans leur vanité insondable se croient supérieurs à leurs ainés.Croyez vous qu’andy wharol ,cet inverti imbécile,soit en quoi que ce soit supérieur au peintre de Lascaux ou robbe-grillet,ce pédophile, à Homère?Un conseil de lecture:Père Sertillanges:”le miracle de l’Eglise” et vous y apprendrez que l’Eglise est née avec Adam et Eve,Dieu n’ayant jamais abandonné sa créature!Il est vrai qu’il y a des trésors dans toutes les religions mais ils sont englués dans la boue du péché et seule l’Eglise catholique est sans tache parce que créée par Dieu meme si elle est composée de pécheur mais aussi de Saints!

          • quinctius cincinnatus

            21 octobre 2014

            Au lieu que de monter sur vos grands chevaux ( de l’ Apocalypse ) qui vous dit que … Homère , qui était Grec , n’ était pas un amoureux de beaux adolescents ? Connaissez vous la blague … grecque selon laquelle :

            Jésus ne pouvait être Juif ,puisque, à trente ans, il n’ exerçait encore aucun métier, subvenait à ses besoins par … la seule parole, vivait toujours chez ses parents, croyait que sa mère était vierge et qu’ il n’ était entouré que … d’ hommes … il ne pouvait donc être que … Grec !

          • brandenburg

            21 octobre 2014

            Charabia “intellectuel”

  4. Agathe

    18 octobre 2014

    Le rêve de mondialisation a toujours existé; relire Aristote, Politique, en livre de poche; Aristote dit que la mondialisation s’écroule toujours, minée par son gigantisme, et que l’on revient toujours au concept de pays, d’état, de nation, etc…
    Pour gouverner, il faut étudier l’histoire continuellement, ce n’est plus le cas, on fait meme disparaître progressivement l’histoire de l’école.

    Avec l’apparition de l’ordinateur, et la multiplication des grandes fortunes, nous verrons de plus en plus de mégalomanes vouloir devenir maître du monde.

    Répondre
    • brandenburg

      18 octobre 2014

      Bravo,Madame,pour votre référence à Aristote!Ajoutez-y Saint Thomas d’Aquin “le pouvoir royal”:seule une personne incarnée et visible peut s’opposer à tous les groupes de pression et défendre l’indépendance nationale et pas un “peuple” informe,changeant,irrationnel,émotif,ignorant,manipulable:Talleyrand:”on peut tout faire faire au peuple” d’où l’écrasante majorité des régimes monarchiques dans l’histoire tandis que les démocraties meurent vite,déchirées par une guerre civile permanente froide,tiède,chaude puis brulante!

      Répondre
    • quinctius cincinnatus

      18 octobre 2014

      si on étudie les ” raisons ” de son existence , la Mondialisation n’ est pas une forme d’ Empire … tous les Empires s ‘écroulent mais pas cette forme là qui a première vue pourrait lui ressembler. En effet elle n’ est pas gouvernée par le seul appétit de conquête(s) mais par le seul appât du gain !

      Répondre
      • goufio

        21 octobre 2014

        Dans votre ligne, je pense aussi que les rapports commerciaux entre les peuples sont plutôt des contrepouvoirs à l’empire, mais la nature humaine, le domination de certains esprits sur d’autres est dans les gênes. Lorsque l’on réussit on peut se croire supérieur (j’ai écrit on peut, car il y a beaucoup d’esprits équilibrés…) mais idem de ceux qui sont des “ratés” où qui s’apperçoivent tard qu’ils n’ont pas choisi le bon train, ceux-la même peuvent devenir le pire. Je crois plutot à la valeur des échanges qu’aux esprits animaux de certains, mais ils existent et à partir de là tout commence, recommence…N’oublions jamais qu’un bébé nait brut de décoffrage et qu’il va lui falloir tout apprendre et qu’il n’a qu’une vie pour cela et que c’est peut-être avec le tard qu’il peut devenir sage, mais avant… et avec toutes les frustrations vécues, que peut-il arriver?

        Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)