Vers l’effondrement de l’Union européenne

Vers l’effondrement de l’Union européenne

Je suis tout à fait d’accord avec Guy Millière pour admettre que la menace d’un effondrement de l’Union européenne ne vient pas d’un ridicule racisme, toujours politiquement utilisé, mais d’un grave déséquilibre économique en Eurozone.

Ce déséquilibre ne peut que croître jusqu’à l’implosion annoncée… sauf à trouver une mesure corrective, préférable au renoncement fataliste.

Les États-Unis d’Amérique, qui ont trouvé un tel système pour cohabiter dans une même monnaie, l’ont montré – tout comme, inversement, les autres tentatives avortées.

Une concurrence normale entre l’Allemagne et la Grèce ne se­rait, en particulier, envisageable que dans l’autre Europe, celle des changes flottants.

Notons que la Suède est sortie de son marasme économique avec l’adoption des 25 % comme taux maximum de TVA autorisé, et que ce fatal déséquilibre dans l’UE résulte surtout des 3 points de TVA brutalement ajoutés par Angela Merkel, après les réformes Schroeder.

Car ces taux de TVA, qui n’obéissent qu’à des considérations politiques et démagogiques, sont, en fait, un puissant moyen d’action économique qui permet à un État endetté de discrètement imposer et réduire ses importations.

C’est-à-dire qu’il faudrait, pour le salut de toute la zone euro, commencer par réguler ces taux de TVA, de façon à réduire progressivement les écarts de balances de paiement internes.

Comme nos anciennes dévaluations réussies exigeaient de fortes mesures d’accompagnement, de même, ici, cette facilité immédiate permettant de relancer la croissance des pays fortement déficitaires, ne remplacerait évidemment pas les indispensables réductions de dépenses publi­ques improductives.

Sous contrôle obligatoire d’un organisme fédéral, basé à Francfort plutôt qu’à Bruxelles, qui lancerait ainsi cette coopération économique nécessaire, non pas sur une base théorique et administrative, mais sur un besoin urgent et pratique – comme la CECA au début de la construction européenne. 

Claude Hamel

Partager cette publication

(3) Commentaires

  • ozone Répondre

    que cette saloperie disparaisse c’est ce qui peut arrivé de mieux

    11/06/2014 à 22 h 39 min
  • Jean-Pierre Delmau Répondre

    Les écarts de taux de TVA que vous citez, 2 ou 3%, ne peuvent rien contre la surévaluation des prix français, dus au cumul des écarts de taux de dévaluation.
    Même l’ancien Président du patronat allemand, Hans-Olaf Henkel, l’évalue à 25%, et préconise donc à la France et autres pays en crise de la zone euro, de quitter l’euro et de rétablir leurs monnaies nationales, et leur compétitivité monétaire. Un récent « ancien » de la BCE m’a dit la même chose il y a peu. Quels arguments a-t-on pour les contredire ?

    06/06/2014 à 21 h 53 min
  • Hector Répondre

    Mr Claude Hamel vous croyez à une chimère , une utopie .
    L’UE a plus de 40 ans et n’a jamais réussi a effacer les différences de chaque pays . Un pays avec de bonnes frontières , une monnaie peut avoir une TVA responsable qui corresponde aux besoins du pays . La TVA si vous ne le savez pas est un impôt .
    Certains pays ont beaucoup de lois sociales , une armée , d’autres non , expliquez nous comment faire . A chaque fois qu’un politique nous dit qu’il faut baisser le prix du travail cela signifie qu’il faut baisser les salaires , c’est aussi simple que cela .
    Pour être responsable un pays doit avoir de bonnes frontières et sa monnaie . Avant l’UE je n’avais aucun problèmes avec les taux de TVA qui étaient différents d’un pays à l’autre pour importer ou exporter , tout s’équilibrer et de plus nous n’avions pas la puissance de calcul de maintenant ainsi que les ordinateurs .
    Comment faire coexister un salarié qui travaille 35 heures , qui a 6 semaines de congés , bientôt 2 semaines pour ceux responsable d’une association à un autre qui travaille 40 heures , 4 semaines de congés et qui est payé dans les pays de l’UE avec si je ne me trompe pas avec une échelle , une différence de 1 à 12 . La Suisse avec ses bonnes frontières que l’UE jalouse travaille minimum 42 heures et exporte très bien . Pourtant elle est handicapé avec son franc trop cher .
    C’est l’euro qu’il faut éliminer pour que chaque pays se responsabilise avec sa monnaie à lui .

    05/06/2014 à 20 h 29 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: