Vladimir Poutine, dernier homme libre en Europe ?

Posté le août 06, 2014, 10:25
3 mins

Le mardi 1er juillet, le président russe évoquait la place de la Russie dans le monde lors de sa rencontre avec les ambassadeurs russes et les représentants permanents de la Russie auprès des institutions internationales.

Cette conférence n’avait vraisemblablement pas pour objet de lister point par point les sujets majeurs de la politique extérieure du pays, mais plutôt de donner le « la » de Moscou, de rappeler la volonté du Krem­lin de ne pas rester spectateur des événements qui concernent au premier chef la Russie.

Dans le concert des nations, on peut se réjouir de la présence de la diversité des instruments sans laquelle la musique nous semblerait bien fade et monocorde.

Évoquant la crise ukrainienne, Vladimir Poutine a déploré l’état d’esprit de « ceux qui ne cessent d’affirmer leur exclusivité et n’apprécient pas du tout la politique indépendante de la Russie ».

« Les événements provoqués en Ukraine sont l’expression con­densée de la fameuse politique de confinement pratiquée à l’égard de la Russie », a déclaré le chef de l’État, ajoutant que cette politique n’avait « malheureusement pas été abandonnée après la fin de la guerre froide »…

Vladimir Poutine, qu’on l’apprécie ou non, incarne pour nombre d’Européens la résistance à la toute-puissance américaine, résistance à l’hégémonie de l’OTAN, résistance quand la France est susceptible de se voir malmenée si elle a l’audace d’aller au terme du contrat qui la lie à la fédération de Russie concernant la livraison des navires « Mistral »…

Certains le qualifieront de dernier président gaulliste en Euro­pe, d’ultime souverainiste. En tout cas, il est certainement, pour l’heure, le dernier chef d’État européen à se soucier des intérêts premiers de son pays dans un monde aux ordres de la finance internationale et des groupes de pressions en tous genres.

Souhaitons qu’il ne soit pas le dernier homme libre, mais que revienne l’heure des peuples souverains et des coopérations librement consenties… 

Gérard Hardy

14 réponses à l'article : Vladimir Poutine, dernier homme libre en Europe ?

  1. WatsonCorsica

    12/08/2014

    résistance aux USA, résistance à la finance internationale… analyse un peu infantile voire gauchiste du personnage qui mérite néanmoins le détour…

    Répondre
  2. Hulk

    07/08/2014

    Bravo Poutine ! Lui au moins est un patriote.Il défend son peuple et en a dans le caleçon.ce qui n’est pas le cas chez nous !

    Répondre
  3. jay

    07/08/2014

    Poutine, dernier dictateur d’Europe.
    Que je sache il se maintient au pouvoir, depuis 25 ans, en violant la constitution russe qui limite à 2 mandat la fonction présidentielle, en muselant l’opposition, fidèle à la tradition russe, et en menant régulièrement des guerres à ses voisins faibles (Géorgie, Moldavie, Ukraine…) pour maintenir son empire.
    La souveraineté de l’Ukraine vaut autant que celle de la Russie.
    Il y a un vrai réveil des ukrainiens.
    Un vrai sentiment national (que Moscou appelle fascisme, dans la bonne tradtion communiste) s’est manifesté pendant la révolte de Maidan contre la mafia moscovite qui contrôlait l’Etat. C’est un devoir moral pour les européens souverainistes que de soutenir l’Ukraine.
    C’est un devoir pour les démocrates que de dénoncer l’autocrate de Moscou.

    Répondre
    • Rémy

      07/08/2014

      Entièrement d’accord. Enfin une réponse objective à cet article pro-russe.

      Répondre
    • Dakancy

      08/08/2014

      Poutine ne viole en rien la constitution. Cette dernière interdit plus de deux mandats à la SUITE !
      Relisez bien vos sources ! Et si vous considérez qu’il est un dictateur parce que il est omniprésent, vu la puissance montante de la Russie, j’aimerai avoir ce genre de dictature en France ! Croyez moi, en Russie, Poutine est aimé de tous !

      Répondre
  4. Rémy

    07/08/2014

    Donc attaquer un pays étranger , en l’occurrence l’Ukraine, c’est se soucier des intérêts de son pays ?

    Donc si la France envahie le sud des Etats-unis pour reprendre l’état de Louisiane ont pourra dire qu’elle se souci de ses intérêts ?

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      09/08/2014

      Quand JF Kennedy lança un ultimatum à l’Urss dans l’affaire des missiles de Cuba, il avait bien fait. Il ne pouvait en effet tolérer la présence de cette menace à quelques encablures de la Floride.
      Pourquoi la Russie devrait-elle alors permettre la main mise de son voisin par les forces de l’Otan?

      Quand le referendum au Kosovo a entériné l’indépendance de ce pays, la Serbie a du se plier, alors que cette province avait été le berceau des Serbes.
      Il n’y a pas eu de referendum en Ukraine à ce que je sache mais la Russie devrait comme la Serbie accepter et se taire.

      L’Ukraine a été le berceau de la Russie, les Vikings fondèrent Kiev et le nom « Russie » dérive du mot viking « Rus ».
      De plus une grande partie de la population orientale de l’Ukraine est russophone et n’a aucune envie de se faire intégrer dans un ensemble sous l’égide de l’UE.
      Si on avait eu la décence de d’écouter toutes les parties composant l’Ukraine on aurait pu s’éviter le désastre actuel. Et en interdisant la langue russe on n’a fait qu’envenimer la situation.

      Répondre
  5. Boutté

    07/08/2014

    Sur ce sujet , De Gaulle comme Hérodote avait une saine conception globale de l’ Europe  » de l’Atlantique à l’ Oural » . L’étonnant c’est que le Général l’aît eue du temps du régime communiste de l’empire russe .
    Y parvenir est notre intérêt mais pas du tout celui des USA qui craignent cette Europe de force et de convictions , peuplée de blancs de même culture historique et riche de ses savoir-faire .

    Répondre
  6. DESOYER

    06/08/2014

    C’est surtout Obama qui est d’une incompétence crasse!
    Comment les Américains ont-ils pu voter pour lui?
    Par ailleurs, j’apprécie surtout Poutine pour sa défense du monde chrétien, certes avec une priorité aux orthodoxes, mais il est un allié de poids face à l’Islam.

    Répondre
    • Oeildevraicon

      06/08/2014

      Comment les Américains ont-ils pu voter pour lui?

      Mais, de la même façon que nous avons voté pour le notre.

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        06/08/2014

        Et si après lui la mégère Clinton sera votée ce ne sera pas mieux.
        Comme en France à droite il n’y a rien aux US.

        Répondre
  7. 06/08/2014

    Personne, en France, ne comprend Obama : les russes ne nous ont rien fait, (ils ne sont même plus communistes!), à part nous vendre du gaz !
    Ce gaz va même devenir de plus en plus indispensable : déjà les usines européennes fonctionnent au gaz; et les centrales, qui fournissent l’électricité, fonctionneront non plus au nucléaire, mais au gaz.
    L’Europe va donc dépendre de plus en plus de la Russie.
    L’arrêt du gaz serait mortel pour nous.

    Par ailleurs, à l’époque de l’URSS, le Vatican a tout fait pour soutenir les chrétiens des pays de l’Est, ce qui a grandement contribué à la chute du communisme.

    Décidément, en Amérique aussi, les conseillers des chefs d’état sont catastrophiques.

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      06/08/2014

      Les USA ne risquent pas beaucoup *) avec les sanctions. Quand viendront les premiers gels Poutine augmentera le prix du gaz et du prétrole et là certains vont déchanter.

      La preuve:
      Il (Obama) sait surtout que les sanctions n’affecteront son pays qu’à la marge. Les échanges commerciaux de l’Amérique avec la Russie se chiffrent à 27,8 milliards de dollars. C’est l’Europe qui souffrira le plus : son commerce avec la Russie atteint les 440 milliards de dollars ! Les Russes ont vraiment beau jeu d’annoncer que « les sanctions frapperont en boomerang avant tout l’Union européenne ».

      pour le reste voir ici…
      http://www.valeursactuelles.com/oui-il-faut-vendre-mistral-aux-russes

      *) les réacteurs russes RD-180 pour fusées Atlas US en particulier.

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)