Vladimir Poutine sait jouer aux échecs !

Posté le octobre 24, 2017, 1:55
34 mins

Sous la présidence d’un certain François Mitterrand, avec nos amis Américains et Anglais, la France a largement participé à la déstabilisation de l’Irak. Puis, Nicolas Sarkozy, conseillé en cela par l’éminent BHL, alla semer le désordre en Libye, toujours au nom de la sacro-sainte démocratie. Enfin, François Hollande s’empressa de porter assistance à la même fratrie occidentale, cette fois levant le glaive sur la Syrie, jugeant Bachar El-Assad aussi indésirable que son confrère de Libye.

Le monde arabe est ainsi aujourd’hui totalement déstabilisé et les armes les plus meurtrières circulent désormais en toute liberté, y compris en Europe.

Celle-ci doit aussi faire face à un flot de « réfugiés ».

Pendant que la France s’englue dans un contexte qu’elle a contribué à créer, observons ce qui se passe sur la scène internationale.

Toujours considérés comme la référence mondiale, les USA ont été obligés de relever à nouveau le plafond de leur dette.

En face, l’infréquentable Vladimir Poutine qui, selon nous et nos alliés, serait à la tête d’une Russie exsangue grâce à nos redoutables sanctions, ne semble pas vraiment affecté et c’est manifestement lui qui mène désormais le jeu en Syrie.

Pourtant, à en croire nos médias, des exploits sont régulièrement réalisés par nos alliés. On se demande d’ailleurs toujours qui a bien pu armer Daech et pourquoi 30 000 à 40 000 combattants n’ont pas encore été mis à genoux par la coalition internationale !

Les USA seraient-ils devenus un monstre de papier et nos médias une entreprise d’intoxication de masse ? On n’ose l’imaginer !

L’animosité des USA à l’égard de la Russie ne date pas d’hier, comme on le vit avec l’affaire de Crimée, puis d’Ukraine.

La Russie décida, sur demande de Bachar El-Assad, de bombarder les différents fiefs de l’État islamique et, sans doute aussi, les divers opposants au régime soutenus par la coalition des Occidentaux.

Quant à nos brillantes politiques de rétorsion à l’égard de l’ancien pays des Tsars, elles ne peuvent que le conduire à se rapprocher de la Chine.

Les Chinois sont de plus en plus installés en Afrique de l’Ouest, généralement appréciés des populations, au moins pour leur efficacité commerciale – au détriment de la France.

Premier pays du monde de Louis XIII à Louis XVI, vivant toujours sur les bases sociales de sa célèbre révolution, la France n’est plus que l’ombre d’elle-même.

Son armée, à force de restrictions budgétaires, est dangereusement affaiblie et dispersée en de nombreux théâtres d’opérations.

La religion catholique se voit combattue par ceux-là mêmes qui devraient la défendre et nos églises remplacées par des parkings, et surtout des mosquées.

Hormis de glorieux faits régulièrement rapportés par des médias serviles qui trompent de moins en moins, les USA sont de plus en plus absents sur la scène internationale et, telle l’ex-URSS, vivent en partie sur le dos de leurs pays satellites, étant réduits à fabriquer du papier-monnaie pour faire illusion.

Pendant ce temps, la partie d’échecs qui se joue au Proche-Orient penche en faveur des Russes, qui vont désormais attendre l’évolution de la situation en Algérie.

Depuis la Crimée, l’Ukraine et la Turquie restent à portée immédiate de la Russie. Avec la Syrie, c’est l’ensemble du Proche-Orient. Avec l’Algérie, ce serait la France, l’Italie et l’Espagne, mais également les autres pays du Maghreb.

Cela traduit-il un besoin incessant de conquêtes ? Non, plutôt un besoin de se protéger.

En ce qui nous concerne, notre résultat n’est que le fruit de nos errements.

L’attitude à l’égard de la Russie par le dernier et l’actuel gouvernements français, est donc des plus stupides.

Rappelons-nous qu’en Sibérie la Russie détient d’énormes réserves d’énergie. Que la France est essentiellement alimentée en gaz naturel par la Russie et surtout par l’Algérie. Que l’endettement de la Russie est de l’ordre de 5 % de son PIB, alors qu’il sera bientôt de 100 % pour la France. Enfin, que le peuple russe est fier de l’être et qu’après 72 années de bolchévisme (dont la France n’est manifestement toujours pas sortie), il retrouve enfin avec ferveur sa religion orthodoxe, ne souhaitant manifestement pas être islamisé, ni devoir adopter certaines dérives morales devenues la référence américano-européenne.

De quoi faire réfléchir les plus obtus, car les Français vont devoir choisir leur camp. À suivre avec grand intérêt…

Lire la version longue :

Pour lire la suite vous devez être abonné au 4 Vérités Hebdo.

Se connecter Inscription

7 réponses à l'article : Vladimir Poutine sait jouer aux échecs !

  1. quinctius cincinnatus

    31/10/2017

    et nos Présidents savent, eux, bien jouer avec leurs … échecs !

    mais comme une récente enquête a montré que les professeurs, eux mêmes ne maîtrisaient plus la langue française , quoi d’ étonnant à cela ?

    je crois que cela a un nom : la décadence

    Répondre
  2. Gérard Pierre

    25/10/2017

    Dans sa partie d’échecs le ‘’joueur‘’ Poutine essaie de bluffer.

    Son soutien à Bachar el-Assad, sa ‘’coopération‘’ avec l’Iran, son réalisme avec la Turquie, et tant d’autres détails, visibles ou discrets selon les opportunités, pourraient donner à penser qu’il entretient une complaisance passive envers l’islam et sa traduction politique : l’islamisme.

    Poutine, en dirigeant russe pragmatique, n’ayant donc en tête que l’intérêt de la Russie, sait mieux que quiconque que Bachar el-Assad est sa garantie d’avoir un ancrage en Méditerranée, ce qui constitue l’une des constantes de la politique étrangère de la Russie depuis Pierre Le Grand. Même sous l’URSS, cette constante a subsisté.

    Par ailleurs, en bon diviseur, il s’allie avec qui lui permet de peser, par contre coup, dans la région du globe où il entend jouer une carte.

    Pour autant, …… « C’est ton ennemi qui choisit ton camp pour toi ! »

    Poutine sera dans le camp de ceux qui combattent (et combattront) l’islamisme, comme Staline fut ‘’muté‘’ dans le ‘’camp allié‘’ par choix d’Hitler le 22 juin 1941.

    Il est dans la nature des choses qu’il en soit ainsi, … comme aurait dit le général de Gaulle.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      26/10/2017

      pour qui connait l’ histoire et la géo-politique de la Région, c’ est la Russie Impériale qui, profitant de l’ affaiblissement  » interne  » de la Perse, prit le contrôle de l’ Asie Centrale dans les années 1830 au détriment de Téhéran et en s’ opposant aux… Anglais, eux mêmes ensablés en …. Afghanistan et aux … Turcs ; depuis, et quel que soit le régime politique, elle ne lâche rien ; c’ est aussi une des raisons pour laquelle elle soutient sa seule fenêtre géographiquement sûre ouverte directement sur la Méditerranée : la Syrie arabe alliée à l’ Iran …. perse

      pour le salut de l’ Occident européen longue vie à la … Sainte Russie !

      Répondre
      • Gérard Pierre

        26/10/2017

        Il est vrai que, compte tenu de l’opportunisme ottoman, une présence en Mer Noire ne constitue pas une garantie suffisante pour la Russie si elle veut être durablement présente en Méditerranée.

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          28/10/2017

          il existe des jeux beaucoup plus  » subtiles  » bien que la place du hasard n’ y soit pas à négliger : le majong, le jeu de go , et même le … jacquet

          je suis un amateur de jeu de go

          Répondre
    • quinctius cincinnatus

      26/10/2017

      on ne bluff pas aux échecs mais on peut bluffer au poker ! c’ est toute la différence entre un petersbourgeois ( passé par le … KGB ) et un yankee ( enrichi par … l’ immobilier )

      Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    25/10/2017

    l’ auteur n’ insiste pas assez sur la décision à but  » démocratique  » prise par François Mitterrand de s’ associer à la mise à feu de la mèche déstabilisatrice que fut , pour l’ Europe, la guerre menée par … l’ O.T.A.N. contre l’ ex-Yougoslavie ce qui nous permit d’ avoir des communautés ethno-religieuses totalement indépendantes  » musulmanes  » sur le territoire géographiquement européen sans compter les dérives mafieuses qui suivirent comme au Kosovo et au Montenegro

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)