1,5 million d'Arméniens massacrés par les Turcs

Posté le avril 26, 2010, 12:00
3 mins


Entre 1915 et 1917, les autorités turques (ceux qui ont ensuite créé le soi-disant état laïc turc) on massacré
impitoyablement au moins 1,5 million d’Arméniens, parce que ceux-ci étaient chrétiens.

Un hommage vient d’être rendu aux victimes à Istanbul même :


 

 

 » À Istanbul, une centaine de personnes se sont rassemblées à l’appel de la section stambouliote de l’Organisation
des droits de l’homme (IHD) pour commémorer le génocide arménien, alors que les Arméniens célèbrent samedi le 95e anniversaire du début des massacres commis par les Turcs ottomans pendant
la Première Guerre mondiale.

Encadrés par la police et suivis par une myriade de caméras, des défenseurs des
droits de l’homme, des intellectuels et des artistes turcs ont rallié la gare d’Haydarpasa, d’où est parti le premier convoi de déportation. La police a été obligée de tenir à
distance un groupe de contre-manifestants qui arboraient des drapeaux turcs.

Plus tard dans l’après-midi, une autre manifestation, plus suivie, s’est déroulée
sur la place Taksim, dans la partie européenne d’Istanbul.

Les Arméniens qualifient de génocide les persécutions et déportations, de
1915 à 1917, qui ont fait selon eux 1,5 million de morts. La Turquie rejette de son côté le terme de génocide et dément la mort d’un million et demi d’Arméniens.

Manifestations à Erevan et Paris

En Arménie,
des milliers de personnes se sont réunies sur une colline de la capitale, Erevan, pour déposer des tulipes rouges et des œillets blancs au pied d’un monument aux morts.

Des manifestations similaires ont été organisées par la diaspora arménienne dans
plusieurs villes à travers le monde.

En France, pays ayant reconnu l’existence du génocide, plusieurs milliers
de personnes
se sont rassemblés dans l’après-midi à Paris, place du Canada (8e arrondissement).

Des représentants des communautés religieuses, dont Monseigneur Norvan Zakarian,
primat du diocèse arménien de France, ont prononcé une prière et des gerbes de fleurs ont été déposées au pied de la statue de Komitas, ecclésiastique rescapé du génocide mort en
1935.

Les manifestants ont ensuite défilé sur les Champs-Élysées jusqu’à la tombe du
soldat inconnu, dont la flamme a été ranimée en présence de Charles Aznavour.

Une délégation de la
communauté arménienne française, qui réclame une loi pour pénaliser la négation du génocide arménien,
avait été reçue au Sénat vendredi.


 

Quant aux centaines de milliers de Grecs massacrés ou expulsés des terres
habitées par leurs ancêtres depuis plus de 2 500 ans, personnes n’en parle !