175 000 euros d'allocations pour Liès Hebbadj

175 000 euros d'allocations pour Liès Hebbadj

Après 48 heures de garde à vue par la brigade financière de la PJ de Nantes, Liès Hebbadj a été mis en examen hier
pour « fraudes aux prestations sociales » et « escroqueries ». Remis en liberté sous contrôle judiciaire, ce commerçant musulman de Rezé (Loire-Atlantique) vivait dans
« une polygamie de fait » avec son épouse légitime et ses trois maîtresses, considère le procureur de la République de Nantes. « Ils vivent dans trois logements distants de
quelques mètres, que M. Hebbadj occupe à tour de rôle », a expliqué hier Xavier Ronsin.

175 000 € d’allocations en trois ans


Père de quinze enfants et deux autres à naître, Liès Hebbadj aurait ainsi été
« l’instigateur » d’un système qui aurait permis de toucher 175 000 € en trois ans de la caisse d’allocations familiales (CAF) au lieu de 88 000 €. Selon le procureur, il
aurait même décidé « sciemment » de ne pas reconnaître huit de ses enfants illégitimes pour continuer à toucher les prestations sociales. Propriétaire d’une boucherie hallal, Liès
Hebbadj est aussi soupçonné de « travail dissimulé » et d’« aide au séjour irrégulier », pour avoir employé illégalement et « dans des conditions déplorables »
treize personnes dans son taxiphone de Nantes.

Son épouse et ses trois maîtresses, elles, devraient être mises en examen sous peu, pour des « déclarations
mensongères d’allocation de parent isolé ». Sandrine Mouleres, qui avait contesté sa contravention de 22 € pour avoir conduit voilée de son niqab, aurait ainsi fait signer ses
déclarations trimestrielles de ressources par une autre compagne de Liès Hebbadj, lors de son séjour de six mois à Dubaï en 2007.

Selon l’avocat de la jeune femme, Liès Hebbadj est pourtant un « excellent père », « jamais
violent ». « C’est un bon gros nounours », confie Me Jean-Michel Pollono. Aujourd’hui, le « nounours » semble toutefois « un peu dépassé par l’exposition médiatique
dans laquelle il s’est lancée il y a quelques semaines », observe un enquêteur.

 

voir aussi : Liès Hebbadj interdit de sortie du territoire

 

Liès Hebbadj
inculpé

Partager cette publication

(1) Commentaire

  • Marilou

    Alors si le calinours rembourse
    cessera-t-il d’avoir la police à ses trousses?
    Aura-t-il le temps de séduire une autre candidate à la bêtise humaine avant de quitter pour des cieux plus clément? Pourquoi ils ne saisisse pas sa maison alors ils pourront utiliser l’argent pour
    sa progéniture dans les années qui viennent et rembourser ses vols. Il est chanceux dans son pays d’origine ils coupent la main des voleurs et ils lapident les adultères en France il est traité aux
    petits oignons.

    10/06/2010 à 6 h 53 min

Les commentaires sont fermés.