Aiat Fayez : «Je fais mes valises»

Posté le décembre 08, 2010, 2:00
40 secs

Le 14 octobre, Libération avait publié un premier texte de Aiat Fayez intitulé «Je fais mes valises», dans lequel il expliquait qu’il allait quitter la France en raison «de la xénophobie ambiante» (Fdesouche). L’équipée se poursuit en Hongrie où il entreprend les démarches pour obtenir un titre de séjour.

“Elle constate que j’ai suffisamment d’argent sur un compte bancaire pour tenir quelques années en Hongrie”

Dans le taxi qui me mène de l’aéroport au centre-ville de Budapest, le chauffeur remarque mon anglais teinté d’accent français : il me regarde dans le rétroviseur avec un sourire. «J’adore la France !», dit-il en français. Je souris. Mais il insiste. Il énumère les villes qu’il aimerait visiter. Il s’essaie à l’accent français. «Vive la France !» J’essaie de regarder l’extérieur, de retrouver le calme. Pendant un feu rouge, au centre-ville, deux femmes font la manche entre les voitures. Le chauffeur me regarde dans le rétroviseur : «Nous, on a les Tsiganes. Vous, vous avez les étrangers.» Je ne sais pourquoi je me sens obligé d’acquiescer vaguement de la tête. (…)

(via )

3 réponses à l'article : Aiat Fayez : «Je fais mes valises»

  1. Sami

    16 mars 2011

    hum, vs vs dites francais???? a part lzes vrai francais de souche ki représante tres peu en france ; tout les autres sont des immigrée aux yeux bleu , ctt ,je suis algériens et je vi en algérie , et je dit vive monsoeur le Pen , lui o moin es un francais de souche , les autres””francais”” allez vous faire foutre ,

    Répondre
  2. 9 décembre 2010

    “je me sens obligé d’acquiescer vaguement de la tête” (…)
    tout bonnement parceque c’est une vérité première !

    Répondre
  3. STERIBUS

    9 décembre 2010

    Bon débarras et surtout ne revient pas !
    D’ailleurs , on va t’en envoyer quelques uns pour te tenir compagnie, puisqu’ils sont originaires de là-bas !

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)