Al Qaida s'en prend aux soufis

Posté le 03 juillet , 2010, 9:26
3 mins

Lahore, la deuxième plus grande ville du Pakistan, a été placée vendredi en état d’alerte maximale, au lendemain d’un double attentat-suicide dans un mausolée soufi bondé de pèlerins musulmans qui a fait 42 morts et 175 blessés.

Un premier kamikaze a déclenché sa veste bourrée d’explosifs dans le sous-sol où de nombreux pèlerins se livraient notamment aux ablutions avant la prière. Un second a actionné sa bombe dans la cour au moment où la foule paniquée tentait de fuir. “Il y avait 2 000 à 2 500 personnes dans le mausolée au moment des attaques-suicides”, a assuré le gardien du tombeau, Mian Mohammad Munir. La police a retrouvé les têtes quasi intactes des deux kamikazes.

Le mausolée de Data Darbar recèle le tombeau du saint Hazrat Syed Ali bin Usman Hajweri, un soufi connu sous le nom de Data Ganj Bakhsh. Né à Ghazni, dans le centre de l’Afghanistan, il avait parcouru l’Asie du Sud au XIe siècle pour prêcher l’islam et convertir de nombreuses personnes. Il est mort à Lahore en 1077. Tous les jeudi soir, des milliers de pèlerins se rassemblent au Data Darbar pour honorer la mémoire du saint.

Ces attaques n’ont pas été revendiquées mais les talibans pakistanais alliés à Al-Qaida, ainsi que des groupes islamistes qui leur sont liés, sont responsables d’une vague sans précédent d’attentats, qui ont fait plus de 3 400 morts dans tout le pays en trois ans. Ces derniers mois, leur cible principale a été la métropole de Lahore, où vivent près de 10 millions de Pakistanais. Il y a un mois, le 28 mai, plus de 80 personnes avaient péri dans les attaques simultanées par des kamikazes lourdement armés de deux mosquées d’une secte très minoritaire de l’islam, les ahmadis.

Plusieurs des précédentes attaques de Lahore ont été revendiquées par le Mouvement des talibans du Pakistan, principal groupe d’insurgés islamistes, qui a fait allégeance à Al-Qaida et dont les fiefs sont les zones tribales du nord-ouest, frontalières de l’Afghanistan. Ces régions sont aussi devenues les bases arrière des talibans afghans.

 source : Le Monde

Répondre

  • (pas publié)