Compte rendu conférence-débat Millière del Valle

Posté le juillet 31, 2004, 12:00
40 mins

( Compte-rendu réalisé par Ryan, un lecteur des 4verites qui a bien voulu nous donner son texte, merci à lui. Le webmestre )

A titre liminaire je souhaiterais préciser que mon compte rendu est personnel et lié à ma compréhension de la conférence. Si par erreur j’ai mal interprété les propos des auteurs, cela ne sera que de mon fait. S’ils lisent ces quelques lignes, leurs commentaires seront les bienvenus.

1°) Présentation

Pour bien comprendre le débat, je rappellerai que la conférence a été organisée par l’UPJF et le thème était « Jérusalem, Madrid, Paris : la montée de l’islamisme ».

Tant la conférence que les questions posées durant les débats reflétaient l’inquiétude actuelle de la communauté juive face à la montée de l’islamisme. Comment en effet ne pas s’inquiéter des agressions antisémites quotidiennes en France ?. Comment ne pas s’inquiéter de la politique européenne et plus particulièrement française à l’égard d’Israël ? Comment ne pas s’inquiéter quand Monsieur Barnier fait des pieds et des mains pour lécher les bottes d’Arafat ou quand Monsieur De Villepin reçoit en grande pompe Al Tourabi ? Comment ne pas s’inquiéter quand l’élimination de terroristes du Hamas crée un tollé en Europe alors que les attentats de ces mêmes terroristes deviennent dans nos médias des « actions » de « rebelles voire de « résistants ».

Reste alors un seul allié d’Israël : Les Etats-Unis.

Par conséquent, dans son ensemble, l’assistance était plutôt pro-américaine si bien qu’aucune question non consensuelle n’a été posée. Dommage car certaines d’entre elles auraient méritées de l’être (j’y reviendrai après). En revanche, si Monsieur Guy Millière (GM) était comme à son habitude un fervent défenseur de la politique des USA, Monsieur Alexandre Del Valle (ADV) a souligné de nombreuses fois les ambiguïtés de la politique extérieure des USA et ses dangers potentiels. Donc, globalement, les débats ne se sont pas cantonnés à un pamphlet pro-américain. Cela étant dit, GM et ADV étaient en symbiose concernant la politique européenne et surtout française.

Bien que le sujet était la montée de l’islamisme, ADV a surtout insisté sur l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne. GM a quant à lui fait un tour d’horizon mondial, des USA à l’Irak.

2°) Les auteurs

Je commencerai par GM dont nous connaissons notamment les écrits par les 4 V. Dès que je l’ai vu, j’ai pensé à l’image que l’on peut avoir du philosophe. Peu porté sur l’élégance vestimentaire, il semblait un peu dans les nuages. Puis quand le débat a commencé, l’immense culture et la lucidité ont pris le dessus. Il a patiemment écouté les arguments des uns et des autres, ne coupant jamais la parole à ses interlocuteurs, exemple de son fort attachement à la liberté d’expression. Après l’avoir écouté pendant près de 3 heures, mon impression générale est que GM est un homme bon, très calme et très ouvert. Il semble aimer l’être humain plus que tout et défend les idéaux qui lui sont chers. Il aime la liberté et ne supporte pas que l’homme soit enchaîné intellectuellement, d’où sa colère concernant la dictature du politiquement correct et le lavage de cerveau de nos médias.

ADV était extrêmement élégant. Très bel homme (c’est ma femme qui l’a dit !!), il a une prestance et un charisme incroyable. Contrairement à GM qui fondait globalement ses discours sur des principes plus généraux, il utilisait ses connaissances extrêmement détaillées sur l’islamisme. Tous ses arguments étaient étayés par des faits précis et vérifiables. Peu de place à l’interprétation. Il aime ce qu’il fait et semble curieux et avide d’en savoir toujours plus. Assez impressionnant je dois avouer.

GM a un avantage : celui de connaître parfaitement les USA et la politique de Bush. ADV quant à lui a une vision plus stratégique des conflits, parfois plus réaliste que celle de GM. D’où une complémentarité très enrichissante. Pas de langue de bois entre eux.

Bref un régal oratoire.

3°) Les thèmes abordés

GM a parlé des USA, de Moore, de Karel, de l’Irak, de la politique française et des différents fronts de l’islamisme.

ADV a énormément parlé de la Turquie et de l’islamisme dans le monde.

Plutôt que faire un compte rendu chronologique, j’ai préféré le faire thématiquement car les sujets se regroupaient parfois.

A/ La Turquie dans L’Europe

ADV a repris l’essentiel de son argumentation développée dans son dernier ouvrage. Je vous invite donc à le lire pour plus d’informations sur le sujet.

GM, suivant la politique des USA, est pour l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne. Je pense que tout le monde se pose la question suivante : pourquoi une si grande pression des USA ? Comme je le disais dans un précédent sujet sur ce forum, sont-ils naïfs ou cherchent-ils à déstabiliser l’Europe ? GM n’a pas été très prolixe sur le sujet sans doute aussi parce qu’aucune question n’a été posée dans l’assistance sur l’attitude des USA. Reste que quelques informations ont filtré.

Selon GM, si les USA veulent tant l’entrée de la Turquie dans l’Europe, ce serait pour faire imploser l’alliance franco-allemande, ciment de cette Europe si décriée. S’en suivrait un chaos propre à recréer une Europe plus proche des USA.

Réflexion personnelle : En jouant avec le feu une fois encore, les USA ne vont-ils pas faire comme avec les talibans ? Ne vont-ils pas accélérer la montée de l’islamisme en Europe ? J’aurais bien voulu poser la question suivante ; Les USA ont déjà subi les revers d’une politique ambiguë face à l’islamisme. Faut-il que l’Europe en fasse les frais ?

Sur ce point, GM a répondu en fin de débat que les USA voulait une Turquie actuelle où l’armée tient encore les islamistes ce qui limiterait les risques.

ADV a répondu à ma question (que je n’avais pas posé oralement). Hors de question de jouer la politique du chaos. Il vit en Europe, il mange en Europe et même s’il n’aime pas l’Europe actuelle, trop bureaucratique, il ne veut pas faire le jeu des USA.

L’entrée de la Turquie nous donnerait des frontières avec la Syrie et d’autres états du Caucase où l’islamisme se développe de façon alarmante.

Il ne faut pas avoir une confiance aveugle dans la stratégie américaine. Il a ainsi rappelé l’appui des USA aux talibans et autres régimes islamistes. Ils ont, avec l’appui de l’Europe, déstructuré la région du Kosovo qui devient un fournisseur d’armes aux islamistes européens. Leur erreur est de croire que si la Turquie entrait dans l’Europe, elle resterait une alliée des USA. Or, si elle entre dans l’UE, c’est qu’elle aura rempli certaines conditions imposées (les fameux paquets) comme l’affaiblissement de l’armée qui pourtant est un dernier rempart à l’islamisme. Seuls les kémalistes au sein de l’armée sont pro-amércains. L’entrée de la Turquie ferait perdre tout pouvoir à l’armée et laisserait le champ libre aux islamistes A l’heure actuelle, des scandales éclatent en Turquie car les kémalistes soulignent les dangers de la politique actuelle d’Erdogan avec, notamment le rétablissement d’universités fondamentalistes par exemple. Or, les médias français n’en parlent pas.

ADV a également rappelé que si l’état turque avait des relations avec Israël, par le biais de l’armée, le peuple, lui, était pro-palestinien d’où un danger d’implosion à plus ou moyen terme. Les best sellers actuellement en Turquie sont « les protocoles des sages de sion » et les écrits de Ford sur le sionisme.

Les premières mesures souhaitées par Erdogan ont été l’interdiction des minijupes, de l’alcool, le voile pour les femmes, etc…Erdogan a financé près de 30.000 imams (je ne suis plus sûr du chiffre, j’ai mal écrit sur mes notes, mea culpa) et n’encourage que l’islam sunnite. En Turquie, il n’y a pas de statut légal du catholicisme et il est interdit d’obtenir des fonds pour la création d’églises. Est-ce là le modèle de laïcité tant vanté en Europe ?

Ben Laden et Carlos se sont réjouis il y a peu que la Turquie revienne enfin aux vrais valeurs de l’Islam, en rupture avec les valeurs occidentales.

Reste le MGK, dernier rempart de l’islamisme. Or d’une part, il est infiltré, d’où certaines purges récentes au sein de leurs unités, d’autre part, l’entrée de la Turquie impliquerait la fin du MGK.

GM a, quant à lui, souligné que, pour le moment, la Turquie n’avait pas basculé dans l’islamisme. ADV a alors répondu que, certes l’armée prend encore le dessus, mais qu’il ne faudrait pas croire qu’un islamiste n’est dangereux qu’à partir du moment où il fait exploser une bombe. Il existe un Djihad du verbe tout aussi dangereux mais moins visible. Le bras droit d’Erdogan a fait l’apologie de la Sharia dans ses écrits sans que l’Europe ne s’en émeuve. Si Erdogan veut se faire passer pour un modéré c’est qu’il sait que l’armée le surveille (il a déjà été en prison pour avoir dévoilé ses positions islamistes). N’oublions pas aussi le concept de Taquia. D’où ce double langage qui a pour but de séduire les européens.

Les islamistes turques veulent un retour au califat. C’est pour cela qu’Al Quaida voit d’un bon œil le retour aux sources de l’Islam par la Turquie. Al Quaida, souhaite la réislamisation de toutes les nations désislamisées (CF la revendication des attentats de Madrid où l’on note que leurs attentats n’avaient pas pour seule cause l’engagement de l’Espagne en Irak), et donc de la Turquie.


En conclusion, au regard la perte progressive du pouvoir de l’armée (totale si elle entre dans l’UE), des dangers de l’islamisme présents en Turquie, et même si actuellement le basculement n’est pas total, l’Europe peut-elle prendre ce risque ? Non (J’aurais aimé posé la question suivante : y a-t-il des chances que l’entrée de la Turquie dans l’UE puisse contenir la menace islamiste ?).

Pour finir sur la Turquie, un apparent paradoxe a été soulevé : Les USA sont pour l’entrée de la Turquie dans l’UE. Or le couple franco-allemand aussi. Pourquoi ? Les raisons sont évidemment différentes. Déjà expliquées pour les USA, la position de la vielle Europe est tout aussi ambiguë. Il s’agirait d’un calcul essentiellement militaire. En 1999, quand le programme de défense européenne devait se mettre en place, la Turquie a bloqué son aide car l’UE n’avait toujours pas accepté sa candidature. Au regard de la qualité de nos armées, la Turquie serait un moyen de renforcer notre sécurité militaire et de faire un contre poids avec les USA. d‘où le chantage fait par la Turquie : Vous voulez posséder une armée capable de rivaliser avec les USA (ou tout au moins de faire moins pale figure) ? Faites nous entrer dans l’UE !! D’ailleurs, Chirac, bien que gesticulant devant Bush, a admis (alors qu’aucune consultation n’a eu lieu) que l’entrée de la Turquie est inévitable…. Ce chantage s’appuie également sur notre politique bien-pensante, pour prouver que nous n’avons rien contre les musulmans, qu’on aime tout le monde….. D’ailleurs, lors d’un récent voyage d’ADV en Turquie, un turque lui a dit : « nous entrerons dans l’Europe car vous avez mauvaise conscience….. ».

Reste que si la Turquie entre dans l’UE, elle aura non seulement la plus grande armée européenne mais aura également un poids politique énorme compte tenu de sa démographie et des calculs de représentation de l’UE.

B/ La montée de l’islamisme

GM a, dès le départ, posé une base du problème : on aurait tort de dissocier les différents fronts de l’islamisme. Il faut avoir une perspective planétaire de ce nouveau fléau. Or, ce qui frappe de suite est la différence de réponse apportée au problème.


GM a insisté sur trois fronts :

1°) Le front israélien

Le principe est que si l’on est fort et déterminé, on peut vaincre l’islamisme.

Grâce à sa politique et notamment à la construction d’un mur de sécurité, Israël n’a plus connu d’attentats depuis plus de trois mois (NDRyan : l’attentat de Jérusalem n’avait pas encore eu lieu au moment de la conférence). La détermination de Sharon, malgré l’absence du soutien international, a conduit à l’affaiblissement du Hamas et un amoindrissement des menaces terroristes sur leur territoire.

2°) Le front américain

GW Bush l’avait annoncé : la guerre contre le terrorisme sera longue. Les interventions en Irak et en Afghanistan ne sont que des étapes. Tout comme pour le front israélien, la détermination de l’administration Bush pourra conduire à des résultats.

Concernant le conflit irakien, GM a évidemment insisté sur la propagande de nos médias qui font croire qu’il existe un bourbier irakien. Or, les objectifs principaux de Bush ont été atteints : fin du régime de terreur de Saddam Hussein et instauration d’un régime démocratique.

NDRyan : GM, toujours optimiste, n’a pas évoqué l’hypothèse que le régime démocratique bascule lentement vers un régime islamiste. Compte tenu des évènements actuels, la question méritait, à mon sens, d’être posée. Une fois de plus, ADV a lu dans mes pensées et a coupé la parole à GM en indiquant que l’hypothèse d’un régime islamiste ne pouvait être écartée aussi vite même si un régime démocratique a été mis en place. L’influence des islamistes se fait sentir, tant au niveau terroriste qu’au niveau diplomatique avec notamment la présence d’Al Sistani. Il a d’ailleurs insisté sur l’influence de l’Iran sur le régime irakien actuel. L’Iran a aidé les USA mais en contrepartie disposera d’une main mise sur l’Irak et le Moyen-Orient. L’avenir nous dira si cette hypothèse se vérifiera ou pas.

ADV a également répondu à une question que j’aurais voulu poser : si l’action des USA a eu certains effets positifs, y a-t-il eu un recul du terrorisme ? Pas certain a t-il dit. Les liens toujours proches et ambigus avec l’Arabie Saoudite, les cibles pas forcément pertinentes font que le terrorisme en encore de beaux jours devant lui. ADV a reconnu qu’en théorie la politique américaine est louable mais qu’elle se heurte à une réalité économique et géopolitique la rendant moins efficace. ADV a encore rappelé le soutien des USA aux talibans en Afghanistan. GM a alors répondu que pour combattre les communistes en Afghanistan, il était difficile de trouver un appui autre que les islamiste locaux.

L’Arabie Saoudite doit être la première cible a rappelé ADV. Ce à quoi GM a répondu que telle est l’intention de l’administration Bush. Toutefois, les USA ne peuvent pas s’engager militairement sur la terre de la Mecque et de Médine. La première stratégie est de diminuer la dépendance avec l’Arabie Saoudite, notamment sur le plan énergétique. ADV a alors rétorqué que les USA profiterait que les USA profiteraient à la fois du pétrole irakien et saoudien, ce qu’à nié GM connaissant très bien la politique de l’administration Bush.

La réponse américaine est donc ambiguë Ce qui l’est tout autant est l’influence des islamistes aux USA. Reprenant le développement de son livre « Le totalitarisme islamiste à l’assaut des démocraties », ADV a mis en évidence la montée croissante de l’islamisme aux USA. Les frères musulmans ont notamment acquis une notoriété inquiétante. Selon lui, les islamistes auraient pignon sur rue et pratiqueraient un double langage, tout comme les américains, soumis eux aussi au politiquement correct, qui n’osent plus dire « les terroristes islamistes » mais parlent de « Ben Laden Network ».

Il a alors posé la question suivante : les USA peuvent-ils vraiment combattre les islamistes alors qu’ils gangrènent leur société de l’intérieur ? GM a alors réagi en expliquant que si le lobby musulman était effectivement en forte hausse, il ne fallait pas conclure à une gangrène, les musulmans aux USA se sentant d’abord américains puis musulmans.

3°) Le front européen

La montée de l’islamisme et du communautarisme en France était la principale inquiétude des auditeurs de la salle. L’affaire scandaleuse de l’Imam de Vénissieux a été évoquée tout comme l’inquiétante percée de la liste Euro-Palestine. A ce sujet, GM a dit que cette percée était effectivement dangereuse mais qu’elle était pour le moment circonscrite. Quant à la réponse de l’Etat français, la réaction de GM ne s’est pas faite attendre.

« La politique de la France est répugnante ». Telle a été la première phrase de GM.

A l’inverse des USA et d’Israël qui ont choisi de résister et d’utiliser la force, l’Europe et surtout la France ont choisi de se coucher. ADV, en parfait accord avec GM sur ce point a d’ailleurs fait remarquer que nous étions déjà en situation de dhimmitude.

Si les USA ont appliqué le principe de guerre préventive, a continué GM, l’Europe a appliqué le principe de soumission préventive !

Concernant la politique française, GM a expliqué ce principe de soumission d’une part, par la politique pro arable de la France : soutien indirect à Saddam Hussein du fait notamment d’une créance française très importante à recouvrer (NDRyan : créance provenant en partie des transactions frauduleuses entre la France et Saddam durant la période du programme « pétrole contre nourriture » et ce en violation totale des résolutions de l’ONU). Soutien scandaleux à Arafat (NDRyan : et les gesticulations actuelles de Barnier envers Arafat ne font que confirmer ce soutien). D’ailleurs, les dérives pro arabes de la politique ont été énumérées par GM, notamment l’appui d’un candidat antisioniste (Jacques Barrot ?) à la présidence de la Commission européenne (poste finalement obtenu par le portugais Barros).

D’autre part, cette soumission s’expliquerait par la croyance qu’en se couchant, nous risquerions moins de ripostes des islamistes.

Tout aussi inquiétant, le fait que le couple franco-allemand va peu à peu scinder l’Occident. En voulant se soumettre à l’islamisme, c’est le camp occidental qui se fracture.

Alors que la politique étrangère américaine a pour objectif de créer un nouvel ordre mondial, la France par l’intermédiaire de Chirac, a une attitude passéiste. Ce dernier a d’ailleurs déclaré au congrès de Sea Island que « le Proche-Orient n’a pas besoin de missionnaires de la démocratie ».

Si Bush est réélu, il y a de fortes chances que la France soit considéré comme un ennemi aux yeux des USA. GM a d’ailleurs soulevé un paradoxe (encore une exception française). La France est un des rares pays d’Europe où la gauche comme la droite sont anti-américaines et anti-israélienne, alors qu’en règle général, les partis de droite européens ne le sont pas.

Concernant la politique pro-arabe de la France, le « projet » Eurabia » a été abordé en fin de débats, mais peu développé. A priori Bat Yé Or, à l’origine de cette réflexion, était un des maîtres à penser d’ADV qui a rectifié quelques erreurs d’interprétation de certains intervenants sur le sujet. Comme peu de choses ont été dites, je me permets de vous renvoyer à ce lien : http://www.primo-europe.org/docs.php?numdoc=Do-497990475. Son analyse est exceptionnelle à mon sens.

C/ Comment lutter contre la montée de l’islamisme

Après plus de 2h30 de discussions, de théories exposées, une personne dans la salle s’est levée et a demandé : c’est bien beau de discuter de l’islamisme, de ses causes, de ses conséquences. Mais en pratique, on fait quoi pour le combattre ?

Une fois encore, GM et ADV ont été complémentaires dans leurs réponses :

GM a expliqué que le salut viendrait du Moyen Orient. Une fois le projet de Grand Moyen-Orient mis en place par l’administration Bush, la région se dirigera peu à peu vers la démocratie et les régimes islamistes tomberont un à un avec le temps. Par la même, les islamistes du monde entier perdront leurs raisons d’action.

ADV s’est penché sur un politique plus locale en donnant l’exemple de la France. Pour lui, deux méthodes existent : la première est celle des USA qui laissent faire tant qu’il n y a pas de danger immédiat (au niveau interne). La deuxième méthode est celle à la Napoléon. Nous n’avons pas à avoir une confiance aveugle et attendre un attentat pour agir. Nous n’avons pas à demander si nos règles conviennent ou pas. On doit reconnaître les cultes mais on doit aussi imposer nos règles avec force. On pourrait également mettre à la tête des représentants de l’Islam en France un chef du soufisme (Bentounes a été cité) qui imposerait les règles de la République sans aucunes dérogations.

Respecter une communauté ne veut pas dire se soumettre à ses règles.

Conclusion sur la montée de l’Islamisme :

Les deux auteurs ont eu la même vision des choses. L’Islam militant est en marche et la guerre ne fait que commencer, même si certains succès ont été rencontrés.

Le danger vient de la fracture occidentale et de la soumission européenne à l’islamisme. Les islamistes ont bien senti cette fracture et vont l’exploiter au maximum pour atteindre leurs objectifs, réislamiser le monde (NDRyan : l’actualité récente avec Israël montre bien cette fracture)

Pour GM, le seul salut vient des USA car l’Europe et surtout la France se sont couchées.

Pour ADV, qui refuse de voir l’Europe s’effondrer, il faudrait évidemment une autre politique européenne que celle actuelle. Comme il l’avait expliqué dans son ouvrage « guerre contre l’Europe », une collaboration avec les USA (qui devrait avoir une vision moins ambiguë) et le soutien d’un front judéo-chrétien, sont nécessaires pour éradiquer ce nouveau fléau totalitaire.

D/ Divers et anecdotes

Pêle-mêle, je reprends ici certaines notes que je n’ai pas pu intégrer dans le développement de mon compte rendu.

1°) Financement du terrorisme

Les terroristes utilisent l’argent du pétrole pour nous tuer a fait remarquer une jeune femme. Pourquoi ne pas utiliser d’autres ressources pour tarir ce financement. GM a répondu que des ressources énergétiques alternatives existaient mais qu’il faudrait attendre au moins 50 ans pour qu’elles soient utilisées en remplacement du pétrole. En attendant, il faut trouver d’autres moyens.

2°) Anecdote 1

Pendant qu’ADV discutait de l’entrée de la Turquie dans l’UE, un monsieur derrière moi s’excitait frénétiquement sur son siège. Il a été prié de se calmer… Arrive le moment des questions. Il prend le micro et se présente comme un arménien français ayant vécu en Turquie toute sa vie. Il crie alors dans le micro que la Turquie attend depuis trop longtemps son entrée dans l’UE, qu’ADV est un menteur car Erdogan n’est pas un islamiste, etc….ADV répondra : Vous êtes turque, pas arménien n’est-ce pas…Avec un sens de la répartie assez spectaculaire et en 2 ou 3 phrases, il renverra ce monsieur dans ses quartiers. En même temps, des gens s’étaient levés dans la salle en conspuant ce « turque » (personne ne croyait qu’il pouvait être arménien). Belle agitation dans la salle. Moment d’inquiétude…Va-t-on en venir aux mains….Je protège mon épouse que je sens paniquer un peu…..Puis tout se calme….En fin de débat, un haut représentant de l’Arménie qui était dans la salle prendra la parole et dira qu’il n’avait pas dû vivre dans la même Turquie que le pseudo arménien. De manière très digne, il a exposé ses souhaits dans le cadre des relations entre la Turquie et l’UE et évidemment de la reconnaissance du génocide arménien par les turques.

3°) GM, Moore et Karel

GM a fustigé les « films » de Karel et de Moore. Concernant ce dernier, les réflexions de GM ont été reprises à l’identique dans son article publié dans les 4V. Je vous invite donc à le lire. Concernant Karel, il a écrit un long article publié par l’AMENA que vous pourrez retrouver à cette adresse : http://www.col.fr/article-583.html . Attention il y a deux parties.

4°) Anecdote 2

Parlant des relations de Bush avec la famille Ben Laden, GM a souligné que cette famille s’étant reproduite comme des lapins, comptait environ trois cents personnes et que ce n’est pas parce que un des membres est un malade que le reste de la famille l’est aussi. Concernant le « film » de Moore, GM l’a qualifié de déchet (voir son article).

A la fin des débats, un monsieur se lève et dit en substance : c’est scandaleux : vous dîtes que Chirac est un déchet et que les musulmans se reproduisent comme des lapins. C’est injurieux !!!

GM s’est alors un peu emporté en disant que ce monsieur avait totalement détourné ses propos. Il a alors rappelé qu’il avait dit que la politique de la France était répugnante, que le « film » de Moore était un déchet et que la famille Ben Laden s’était reproduite comme des lapins, pas les musulmans. Ce monsieur se rendant compte de sa très mauvaise interprétation des propos de GM s’est assis sans rien dire. Comme quoi, on entend parfois ce que l’on a envie d’entendre !!

5°) Ouvrages cités

Outre les ouvrages de Monsieur del Valle et de Monsieur Millière, certains ouvrages ont été cités comme les ouvrages de Remy Leveau ou de Daniel Pipes, spécialistes de l’Islam ou encore « la guerre d’après » de Laurent Murawiec sur l’Arabie Saoudite.

Conclusion générale :

Les qualités d’orateur de Messieurs Del Valle et Monsieur Millière ont été ce qui m’a frappé le plus au cours de cette conférence. Les connaissances du phénomène de l’islamisme de Monsieur Del Valle sont assez impressionnantes, tout comme la connaissance de la politique américaine de Monsieur Millière, loin des clichés habituels.

Au titre des regrets, j’aurais préféré que le débat se centre plus l’islamisme et ses dangers en Europe et non sur la Turquie ou sur la politique américaine. A noter qu’ADV avait en accord préalable avec le président de l’UPJF décidé de parler de la Turquie car d’actualité. Il ne s’agissait donc pas d’une vulgaire publicité de son ouvrage, qui n’en a pas besoin.

Reste que si le phénomène a été bien cerné et expliqué, les réponses à apporter semblent encore un peu trop théoriques à mon goût. Mais au regard de sa complexité, peut-être n’existent-ils pas de solutions toutes faites et immédiates pour lutter contre ce fléau. Il n’en reste pas moins qu’avec les changements de politique envisagés par Messieurs Del Valle et Millière, tant sur le plan national que sur le plan mondial, une solution pourrait émerger, en tous cas je l’espère.



5 réponses à l'article : Compte rendu conférence-débat Millière del Valle

  1. Francois

    05/08/2004

    Merci Ryan, j’ai lu ton compte-rendu avec beaucoup d’interet!

    Répondre
  2. Ryan

    04/08/2004

    Merci à tous pour vos commentaires. Frédéric, je vous confirme que la conférence était très enrichissante. Pour les prochaines interventions de ces auteurs, il me semble que le site de Monsieur Del Valle est mis à jour plus régulièrement que celui de Monsieur Millière. Yop, merci. En fait, j’ai synthétisé les propos des intervenants et les ai classés par thèmes dans un souci de clarté (du moins j’espère que mon compte rendu est apparu comme clair). En réalité, tous les sujets se sont un peu téléscopés, notamment à la fin durant les questions des auditeurs. J’ai peut-être oublié certains détails mais l’ensemble correspond à ce que j’ai entendu. J’aurais aimé un plus grand développement de la part de Monsieur Millière sur la question de la Turquie. Peut-être une autre fois ou dans son prochain ouvrage. Luc, je suis d’accord avec vous. Une question aussi fondamentale que l’entrée de la Turquie dans l’UE doit passer par un référendum. Il est incroyable que notre président se permette, au nom de l’UE entière, d’affirmer que l’entrée de la Turquie est inéluctable, cela sans consulter ceux qui vivront au quotidien cette décision (bonne ou mauvaise, l’avenir nous le dira). Concernant le sens de la culpabilité de nos dirigeants, la lecture des « martyrocrates » de Gilles William GOLDNADEL est en effet un indispensable, je suis aussi d’accord avec vous. Cordialement. PS : Mon épouse m’a fait remarqué qu’elle n’avait pas paniqué et que mon héroisme était un peu exagéré….Ah ces femmes….

    Répondre
  3. PEYREBRUNE Luc

    03/08/2004

    La mauvaise conscience dont vous faites état (« nous entrerons dans l’Europe car vous avez mauvaise conscience….. ») semble pour l’instant plus concerner les dirigeants que les peuples eux-mêmes. Je ressens cette « mauvaise conscience imposée » comme totalement artificielle, « plaqué sur nous » en quelque sorte. Il s’agit de faire passer et d’amplifier, sur un terrain (judéo-chrétien) déjà propice, un sentiment diffus de culpabilité que rien ne justifie. Il n’est guère aisé d’en identifier les responsables, les mécanismes et les relais d’influence (en dehors des médias, bien sûr) De nombreux ouvrages me paraissent fondamentaux pour tenter d’y voir un peu plus clair, notamment ceux de Vladimir VOLKOFF (dont on ne fait d’ailleurs plus beaucoup de publicité…), mais aussi de Gilles William GOLDNADEL. Pour une question aussi monstrueuse que l’entrée de la Turquie en Europe, la seule arme est le référendum. Encore faudrait-il ne pas trop tarder : ce qui me paraît être clairement une politique d’entrisme risque de finir par toucher les peuples… et le cheval de Troie sera alors installé. Il est monstrueux que des personnes d’influence puisse soutenir un tel projet. Ils devraient avoir des comptes à rendre sur les conséquences désastreuses de leur projet et/ou de leur aveuglement, mais pour cela, encore faudrait-il les identifier clairement à défaut qu’ils le fassent eux-mêmes et qu’un certain nombre d’informations soient mises à plat auprès du public… Mais sûrement pas avec nos médias actuels ! Bravo en tout cas pour vos actions !

    Répondre
  4. yop

    03/08/2004

    Présentation très enrichissante, je vous remercie.

    Répondre
  5. Frédéric Chataigner

    03/08/2004

    Très bon compte-rendu, qui me fait regretter de n’avoir pas pu venir à cette conférence le 29 juin dernier. Cordialement, Frédéric Chataigner.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)