Daily Mail : Enquête spéciale sur le service de maternité de Ealing Hospital

Posté le mai 09, 2011, 5:00
4 mins

Se rendre à Ealing Hospital donne l’impression d’être dans un pays étranger . À la maternité, la grande majorité des mères de nouveau-nés sont étrangéres. La plupart sont indiennes ou polonaises.
Une femme ayant récemment accouché à l’hôpital m’a dit: «J’étais pratiquement la seule britannique de souche. La plupart des autres ne parlaient pas un mot d’anglais.»


Rien d’étonnant, étant donné que les chiffres de la semaine dernière révèlent que 80% des parents des enfants nés à l’hôpital de l’ouest de Londres au cours de l’année précédente sont des ressortissants étrangers.

Sur les 3289 naissances, 2655 bébés sont de mères non-britanniques.

Les statistiques montrent également que l’unité de maternité l’an dernier a reçu des femmes de 104 nationalités différentes – un chiffre incroyable. En conséquence, une équipe de traducteurs, financés par le contribuable, doit être présente 24 heures sur 24. 537 bébés ont des mères indiennes – la plus grande minorité ethnique – 389 Polonais, 270 Sri-Lankais, 260 Somaliens, 200 Afghans et 208 Pakistanais. En revanche, 634 bébés étaient de mères britanniques, dont seulement trois originaires du pays de Galles et six de l’Écosse.

Révélations qui inévitablement ont suscité des critiques des politiques d’immigration de Grande-Bretagne, et l’inquiétude renouvelée que le NHS est submergé par un afflux de mères étrangères profitant de la gratuité des soins. Une enquête du Daily Mail révèlent que les naissances de mères nées à l’extérieur du Royaume-Uni l’an dernier a atteint le chiffre le plus élevé depuis le début des relevés en 1969. Elles représentaient près 24,7 % soit un quart – de toutes les naissances en 2009. En 2008 il était de 24,1 pour cent.

Cela signifie qu’à l’échelle nationale, un bébé sur quatre est né au Royaume-Uni d’une mère étrangère – le double de 1997, depuis que la gauche est arrivée au pouvoir. En 1990, ces naissances représentaient un peu moins de 12 %.

Le facteur clé est que les femmes étrangères ont tendance à avoir plus d’enfants- une moyenne de 2,5 enfants par rapport à 1,84 pour les ressortissants du Royaume-Uni.

Il semble que Ealing n’est que la partie supérieure de l’iceberg. Le Collège royal des sages-femmes a récemment averti que les unités de maternité à travers le pays sont au bord de la rupture sous la pression de la hausse de la natalité. En 2007 l’hôpital Ascot Heatherwood a dû fermer pendant deux mois afin que les sages-femmes puissent être déplacées à Slough sur une courte période, en raison de 150 naissances supplémentaires dues à des mères nées à l’étranger. Ce qui a eu des répercussions dans les hôpitaux locaux pour les mères britanniques.

Pour Cathy Warwick, secrétaire générale du Collège royal des sages-femmes -bien que ne pointant pas du doigt l’immigration, le taux de natalité à la hausse est responsable des pressions subies par les services de maternité NHS.

(via )

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)