Des collégiens FDS** dénoncent des violences racistes contre eux

Posté le novembre 05, 2010, 10:00
2 mins

« Ne pas parler du racisme anti-blanc : un déni de réalité »

Des Français dits de souche, en particulier des collégiens, dénoncent des violences racistes à leur encontre. Exemple à Pierrefitte-sur-Seine.

Si une personne issue de l’immigration est victime de racisme, on va en parler partout mais quand c’est un Français de souche, personne n’en parle. »

« Au collège, il y a beaucoup de violence. Mais si tu es français de souche, alors cette violence est plus souvent dirigée contre toi. » Guillaume est élève dans un collège ZEP de Pierrefitte-sur-Seine. Il se plaint de l’intolérance de certains de ses camarades qui, dit-il, manifestent une agressivité envers lui en raison de son appartenance à « l’ethnie française ». Maintenant qu’il est en troisième, il dit être moins victime de violence verbale que dans les classes précédentes : « Je n’ai pas tellement vécu ce racisme lorsque j’étais en primaire même si c’est déjà arrivé. Mais dès mon entrée en sixième, j’y ai tout de suite été confronté, presque quotidiennement ! »

En parlant de racisme, il désigne donc, par analogie avec le sens premier du terme, une hostilité contre le groupe qu’il représente. Ce groupe est celui des « Français de souche », des « Blancs ». Il se sent exclu et marginalisé au collège. Bastien, désormais en seconde, va dans son sens : « Mes années collège ont été les pires de ma vie ! Depuis la rentrée et mon passage au lycée, ça va quand même bien mieux parce que c’est plus mélangé, même s’il y a encore des réflexions me renvoyant à mes origines françaises. » Lui aussi affirme subir une forme de racisme. Il dit souffrir du fait de ne pas pouvoir l’exprimer aussi facilement que s’il s’agissait d’un racisme dirigé envers des individus issus de l’immigration. […]

(via )

2 réponses à l'article : Des collégiens FDS** dénoncent des violences racistes contre eux

  1. HOMERE

    06/11/2010

    On appelle celà le « paradoxe de la souche »par analogie avec l’arbre que l’on a arraché et auquel on a soigneusement coupé les racines…en bonne et indue place d’un transplant dont on sait qu’il dépérira dans un sol ou il végètera puis mourra…ainsi est le droit du sol..impitoyable !!

    Répondre
  2. STERIBUS

    06/11/2010

    Mon petit-fils a été retiré d’un collège pour ces mêmes faits.
    La France devient la honte de ses hommes politiques, de ses institutions dévoyées et de sa justice partiale.
    Il faut la refaire celle de 1789 !

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)