Deux prisonniers exécutés

Deux prisonniers exécutés


La pratique de l’exécution des prisonniers, active depuis Mahomet, ne connaît pas de répit, comme le
prouve l’action du Hamas à Gaza
:


« La Haute Commissaire aux droits de l’homme de l’ONU, Navi Pillay, a exhorté vendredi les
autorités palestiniennes de Gaza à stopper les exécutions et à abolir la peine de mort après que deux prisonniers accusés de crimes relatifs à l’occupation des Territoires palestiniens par le
gouvernement d’Israël ont été exécutés pendant la nuit du 14 au 15 avril dernier.

 

« Je suis profondément inquiète pour les exécutions et la possibilité que d’autres puissent avoir lieu bientôt », a déclaré Mme Pillay. « C’est extrêmement décevant que le Hamas soit revenu à
l’utilisation de la peine de mort, malgré le fait qu’aucune condamnation à mort n’ait été prononcée à Gaza depuis 2000 », a déploré Mme Pillay.

 

Le 24 mars dernier, les autorités palestiniennes ont rendu public la décision d’exécuter deux prisonniers. Quelques jours plus tard, les dirigeants gazaouis ont annoncé la ratification de la
peine de mort sans tenir compte de la règle selon laquelle toutes les sentences doivent être ratifiées par l’Autorité palestinienne.

 

« J’appelle le Hamas à reconsidérer sa position et à respecter la position ferme de la communauté internationale de rejeter la peine de mort, d’abolir son usage à Gaza et de pleinement encourager
et promouvoir le droit à la vie », a dit Mme Pillay en se référant à une résolution de l’Assemblée générale de l’ONU datant de 2007 qui appelle tous les pays membres à appliquer un moratoire sur
les exécutions.

 

La Haute commissaire a également rappelé que le Pacte international relatif aux droits civils et politiques limitait l’utilisation d’une telle sentence uniquement pour le jugement « des crimes
les plus graves dans des circonstances extrêmement limitées ».

 

Elle estime que la peine de mort ne pourrait être appliquée à Gaza que lorsqu’un système judicaire juste existera. « Ce qui est actuellement pratiquement impossible à Gaza », indique-t-elle.

 

Mme Pillay a salué le projet de loi actuellement examiné par l’Autorité palestinienne sur l’abolition de la peine de mort. » sources : ONU

Partager cette publication