Emeutes : Ivan Rioufol (Le Figaro) évoque des “intifadas à la française”

Posté le octobre 23, 2010, 6:00
2 mins

Ce que révèlent les intifadas à la française

Tous les lycéens ne sont évidemment pas des casseurs. Mais les casseurs de ces derniers jours- et ce mercredi matin encore, dans le centre de Lyon – sont bel et bien des lycéens. Ceux-là viennent, majoritairement, des cités-ghettos. Les encapuchonnés ne défilent pas pour défendre la retraite à 60 ans, ni même le système de protection sociale qui a pu attirer leurs parents ou leurs grands-parents. Ils ont là pour en découdre avec la République, sa culture et ses symboles les plus visibles: les forces de l’ordre, les écoles. C’est ainsi qu’un collège a été incendié au Mans. Les scènes de guérillas urbaines qu’ils reproduisent ressemblent beaucoup aux images d’intifadas des jeunes palestiniens s’affrontant aux forces israéliennes. Comparaison n’est pas raison, mais il y a, dans ces insurrections ethniques d’une jeunesse de culture souvent musulmane, le même rejet d’un Etat vu comme colonisateur et oppresseur. Les ensauvagés, chaque fois plus intrépides et organisés, rappellent l’échec de leur intégration.

Ces razzias contredisent les berceuses qui assurent que la France maîtrise son immigration de peuplement. « L’intégration fonctionne », assure par exemple l’ancienne plume de Jean-Pierre Raffarin à Matignon, Hakim El Karoui (Le Monde, 10-11 octobre). Il y a bien sûr de nombreuses réussites qui devraient être davantage valorisées. Mais la France est, n’en déplaise aux bien-pensants, le seul pays d’Europe à connaître de telles fractures identitaires, qui séparent désormais la jeunesse et dérivent de plus en plus en affrontements civils. L’Allemagne, qui vient de reconnaître l’échec de son approche multiculturelle, n’est pas pour autant confrontée à ces explosions de haine et, en fait, de racisme anti-Français. Il est donc urgent d’ouvrir les yeux sur cette réalité, que beaucoup cherchent à nier à mesure qu’elle devient plus visible. Ce qui s’observe chez ces voyous, c’est un refus de s’intégrer dans une société qu’ils rejettent culturellement. C’est à ce défi que doit s’atteler la République.

(via )

Une réponse à l'article : Emeutes : Ivan Rioufol (Le Figaro) évoque des “intifadas à la française”

  1. BSM

    26/10/2010

    Si la France est la seule à connaître ces fractures identitaires c’est bien parce qu’elle est la seule, et elle a raison, à vouloir faire respecter par tous une identité qui, même si elle n’est pas bien définie, est à l’opposé du monde arabe et musulman. L’Angleterre est un patchwork de communautés qui s’ignorent et il y a dans les villes Allemandes plus de femmes portant la burka que partout ailleurs en Europe. Nous avons une autre manière à trouver que celle de Charles Martel en 732 pour résister à cet envahissement….pas facile, mais peut-être pas impossible!

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)