"Il est temps d'enterrer Mahomet"

Posté le octobre 10, 2010, 6:45
8 mins

Pascal Hilout est corédacteur de Riposte laïque et coauteur du livre « Les dessous du voile ». Il a accepté de répondre à nos questions…

A nouvelle époque et nouveau lieu de vie, vous dîtes « nouvel islam« , pour retrouver une harmonie perdue… 

Dès ma prise de conscience du monde, dès mon contact avec l’école moderne, l’islam a commencé à me poser problème. A l’âge de cinq ans, mes parents m’ont mis à l’école coranique. Nous habitions à la campagne. C’est ma grand-mère, qui s’était installée en ville, qui a fait des pieds et des mains pour que mes parents m’envoient à l’école moderne que le Maroc a eu l’intelligence d’instituer massivement, juste après l’indépendance.

La vision physique du monde, inscrite dans le Coran, est faite d’un univers enrobé de sept cieux superposés et d’une terre alourdie par des montagnes : elles l’empêchent de tanguer. Or, dès les premières leçons de géographie, notre maître d’école (non-coranique) nous a appris que la terre était ronde et qu’elle tournait autour du soleil. Dès ce moment-là, il y a eu révolution dans ma tête : quelque chose qui ne tournait pas rond dans le Coran et dans l’islam. Toutes mes expériences ultérieures de la vie sociale et intellectuelle, aussi bien au Maroc, en Allemagne, en France que  partout ailleurs où j’ai pu voyager, m’ont confirmé dans l’idée que l’islam ne tourne pas rond et que les musulmans sont ses premières victimes, transformés en vecteurs-reproducteurs qui n’osent pas le critiquer ouvertement, de s’auto-critiquer, pour le dépasser et se dépasser.

Quelles sont vos principales propositions de réforme et comment sont-elles reçues par les croyants, par les autorités musulmanes françaises ? 

Ma première proposition de réforme est de revenir aux fondamentaux : d’installer la bonne foi comme fondement de toute foi. Or l’islam, c’est à dire les enseignements coraniques confirmés par la pratique historique du prophète Mahomet, nous obligent à affirmer mordicus des choses auxquelles nous ne pouvons plus croire sans une bonne dose de mauvaise foi. Pouvons-nous continuer à affirmer, comme mes ancêtres sémites, que l’eau provient du ciel, conçu comme une mer d’eau douce, alors que depuis les Grecs nous savons qu’elle provient de la condensation des nuages ? La majorité des musulmans, contrairement à une bonne partie des judéo-chrétiens, n’a pas encore avalé la révolution grecque qui, dès le quatrième siècle avant J.-C. a mis en défaut leur conception biblique (c’est à dire sémitique) du monde.

C’est cela qui amène bien des musulmans à s’adonner à des contorsions intellectuelles totalement ridicules, afin de retrouver dans le Coran les résultats des sciences modernes. Ce qui peut les consoler un peu est qu’il y a d’autres croyants retardataires qui cherchent à concilier Bible et sciences modernes en y perdant, comme les musulmans, toute bonne foi.

Il va de soi que cette proposition de réforme est totalement inouïe puisqu’elle donne à comprendre que la Bible et le Coran sont de très beaux poèmes fondateurs, un vrai patrimoine de notre humanité, et que Moïse, Jésus et Mahomet sont des héros, des demi-dieux ou carrément l’incarnation de Zeus sur terre (d’où le mot Dieu). Je suis convaincu que notre humanité a besoin de mythes pour vivre et que nos enfants ont besoins de belles histoires pour grandir. Nos mythes orientaux, bibliques et coraniques, sont tout à fait dignes des mythes grecs. Ils continuent d’alimenter notre imaginaire oriental et occidental. Mais la bêtise orientale, par rapport à la sagesse occidentale, est qu’il y a encore d’éminents adeptes des monothéismes, toujours incapables de faire la part des choses et de séparer logos et mythos. Benoît XVI en est encore à la théorie d’Averroès qui a vainement tenté de nous expliquer que foi et raison ne se contredisent pas. Ce qui prouve qu’à huit siècles de distance, ni l’un ni l’autre n’ont assimilé le discernement grec. La raison est bonne foi ; une foi ravageuse qui commence par remettre les mythes à leur bonne place afin de ne pas instituer le Ciel (c’est à dire ceux qui ont l’outrecuidance blasphématoire de parler en son nom) comme autorité sur terre. C’est le fondement même de toute démocratie qui ne peut s’accommoder d’une théocratie. A moins qu’elle ne soit cantonnée à une enclave au Vatican, à Jérusalem ou à la Mecque, premières rampes de lancement vers le Ciel avant même que nous ayons inventé des fusées. 

Comment une telle proposition est-elle reçue 1) par les croyants 2) par les autorités musulmanes françaises ? Entretenez-vous avec certains imams de bonnes relations ou vos liens avec Riposte laïque empêchent-ils ces contacts d’exister ?

Vous imaginez aisément que cette proposition de réforme ne peut être avalée et encore moins digérée, ni par les musulmans ni par leurs représentants en France. J’entretiens certes de bonnes relations avec les ténors de l’islam en France, mais à bonne distance. J’ai l’impression qu’ils me prennent pour un hurluberlu plein de paradoxes puisque je veux réformer l’islam en remettant en question et le Coran et la vénération de Mahomet. Ils ne comprennent pas encore que la maison islam est fondée sur deux pieds de sable. Sable que je propose de bien secouer afin d’asseoir cette maison héritée des ancêtres sur un fondement plus profond et plus solide : la bonne foi. Ils n’aiment pas que je leur annonce la mort définitive de Mahomet, qu’il est grand temps de l’enterrer. Je suis prêt à prononcer l’oraison funèbre afin que les musulmans en fassent le deuil et naissent enfin à la Liberté.

Propos recueillis par Eric Martin  pour Nouvelles de France

2 réponses à l'article : "Il est temps d'enterrer Mahomet"

  1. 16/10/2010

    @Vincent Beurtheret

    Cher Monsieur,

    A ce que je vois, vous aussi, vous êtes resté sans voix. Dire que c’est affligeant sans la moindre argumentation est un peu court.

    Argumentez bon sang, vous en êtes tout de même capable !

    Vous pouvez même vous y mettre à plusieurs pour faire avancer ma réflexion : j’adore ceux qui me critiquent et décèlent ainsi les faiblesses de mon raisonnement. Je les en remercie d’avance.

    Cordialement

    Répondre
  2. 11/10/2010

    Ce texte est affligeant, plus affligeant encore sa présence sur votre site.
    Que Monsieur Hilout se révolte contre l’Islam et son enseignement semble plus que fondé.
    Mais la suite de son article est tellement stupide qu’il a visiblement laissé vos commentateurs habituels sans voix.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)