Il faut au moins oser nommer ses ennemis !

Posté le mars 23, 2004, 12:00
7 mins

L’essentiel du contenu de ce numéro du journal, est naturellement consacré aux événements de Madrid. Outre l’éditorial de première page, nos amis Pierre Lance et Guy Millière y consacrent leurs tribunes avec, une nouvelle fois, une sensibilité différente. Et nous avons aussi retenu, page 3, une contribution de Christophe Arvis. Pour ma part, et en complément, je souhaite noter ou souligner certains éléments qui ont été, moins que d’autres, développés soit par ailleurs dans ces colonnes, soit, à ce jour, par les différents médias nationaux.

Je suis, en premier lieu, comme frappé par le poids du non-dit médiatique. Un mot, qui serait comme tabou, est quasiment absent des titres et des sous-titres de tous les médias : c’est le mot « islam ». On veut bien parler de tueurs, d’assassins, de terroristes, de fous ; on va jusqu’à préciser qu’ils sont sans doute Marocains, originaires de la région de Tanger (les Indiens arrêtés par la police n’étant que des petits vendeurs de téléphones portables au marché noir…) mais on n’ose pas dire que ce sont des musulmans fanatiques, des islamistes radicaux, animés par une haine nihiliste des valeurs de l’Occident. Et, en général, ce que l’on n’ose pas nommer est précisément ce dont on a peur…

Je veux bien que nos concitoyens musulmans soient, dans leur immense majorité, paisibles et même désireux de s’intégrer à nos sociétés occidentales, dans leur intérêt propre bien compris, le leur comme celui de leurs enfants. Ils sont victimes plus encore que les autres de la folie des islamistes : non seulement leur vie est en danger, tout autant que celle des autres, mais encore ils courent le risque d’être stigmatisés et injustement réprimés. Mais il n’en demeure pas moins que les extrémistes islamistes sont issus d’une religion qui s’appelle l’Islam et dont les caractéristiques fondamentales sont de nature à générer de telles dérives. Tous les musulmans ne sont pas de dangereux islamistes, loin de là. Mais ceux-ci font néanmoins partie intégrante de l’islam. Et s’imaginer qu’on peut, dans un pays comme le notre, à la fois accueillir un nombre de plus en plus grand d’immigrés d’origine arabo-musulmane et, en même temps, lutter efficacement contre la petite minorité criminelle qui est en son sein comme un poisson dans l’eau, n’est pas seulement un paradoxe, mais aussi une dangereuse gageure.

Une telle considération ne relève d’aucun racisme ni même d’aucune discrimination, mais simplement du bon sens. Les individus qui composent la communauté musulmane en France ne sont pas plus responsables de leurs corréligionnaires terroristes que les Corses ou les Basques sont individuellement responsables des leurs. Mais il n’empêche que pour lutter efficacement contre le terrorisme islamiste, il faut n’avoir peur ni des mots, ni des confrontations ni bien sûr des mesures exceptionnelles de justice et de police rendues nécessaires par les circonstances en espérant que celles-ci ne dureront pas trop longtemps.

On dira que la France n’est pas l’Espagne. Les situations diffèrent en effet sensiblement. Nous n’avons pas eu les mêmes positions sur l’Irak. Mais nous n’avons pas non plus les mêmes sur le voile… Nos positions géographiques sont aussi très différentes. L’Espagne est en contact direct avec le Maroc. Notre territoire est un vaste lieu de passage. Les arabes se souviennent d’une certaine bataille de Poitiers. Certains d’entre eux veulent toujours reconquérir l’Andalousie… Mais ce ne sont là que des détails ! Les islamistes ont avant tout la haine de l’Occident, qu’ils entendent détruire ou soumettre afin que la religion de leur prophète soit partout reconnue et pratiquée. Car telle est bel et bien l’entreprise à laquelle il nous faut nous soumettre ou nous opposer.

Or, les événements du 11 mars, par rapport à ceux du 11 septembre 2001, reposent manifestement sur une organisation beaucoup plus modeste, aux moyens beaucoup plus réduits (même si les explosions de Madrid ont été conçues pour être plus meurtrières qu’elles l’ont été). On peut en déduire qu’Al-Kaïda a perdu beaucoup de sa puissance. Mais, dans le même temps, dans l’obligation où elle était de se disperser, de se cacher, elle s’est enkystée et, en s’appauvrissant, elle a désormais recours à des méthodes de plus en plus difficiles à contrer. Empêcher l’explosition d’un sac à dos rempli de dynamite, comportant un téléphone portable, avec un détonateur déclenchable à distance par une simple carte téléphonique, relève de l’exploit.

Il va nous falloir vivre longtemps avec la menace quotidienne de ce terrorisme-là. Mais nous ne sommes pas obligés, pour autant, de faire de l’islam, chez nous, une nouvelle religion officielle. Nous avons même, le droit, s’il est encore temps, de ne pas le faire.

8 réponses à l'article : Il faut au moins oser nommer ses ennemis !

  1. Dubuisson

    26/03/2004

    En premier lieu un grand merci à Monsieur Millière qui a bien voulu me dédicacer son dernier bouquin au salon du livre. Est ce possible de se projeter dans 5 ans, 10 ans… Comment vivra-t-on dans les différentes sociétés qui composent l’europe? Ou en sera l’évolution de l’islam en france, en europe et dans le monde. Est ce que l’islam conquérant, autoritaire et racsiste aura converti d’avantage de citoyens européens qu’ils soient musulmans ou non? La france, l’europe ont ils conscience du danger ? Baissera t’on les bras ou bien régirons nous ? Si nous devions un jour réagir et non collaborer comme nous en avons l’habitude, en aurons nous les moyens ? On peut se poser encore beaucoup de questions de ce type, les années à venir paraissent bien sombres, c’est normal me direz vous puisque nous sommes volontairement et lamentablement devenu au mieux aveugles au pire complices. Arnaud

    Répondre
  2. Dubuisson

    26/03/2004

    En premier lieu,

    Répondre
  3. Pierre

    26/03/2004

    Pour X L’antisemitisme est fabrique a force d’immigration massive musulmane mise en place par l’UMP-PS-UDF-PC-Verts. Amities

    Répondre
  4. X

    25/03/2004

    Pour Didier : « un grand merci au webmaster pour son ouverture d’esprit et pour avoir permit la libre expression la plus large », j’en conviens volontier, mais lorsqu’il s’agit de dénoncer les délires sionistes du pernicieux Millière c’est déjà autre chose… Fort heureusement celui-ci soutient sa cause… comme la corde le pendu, et à le lire on ne se demande pas plus longtemps comment on fabrique des antisémites.

    Répondre
  5. Shannon

    24/03/2004

    Je ne suis pas sure que beaucoup de personnes choisissent de lutter contre l’islam… Je crois personnellement que la majorite des gens ont peur de la liberte et prefere vivre en esclaves, bien au chaud, tout en se croyant libre. Il y a deux types de personnes au monde : ceux qui se sentent investis d’un role a jouer dans leur vie et ceux qui ne veulent vivre que pour le bonheur…

    Répondre
  6. Pierre

    24/03/2004

    Alain, vous ecrivez « Il va nous falloir vivre longtemps avec la menace quotidienne de ce terrorisme-là. Mais nous ne sommes pas obligés, pour autant, de faire de l’islam, chez nous, une nouvelle religion officielle. Nous avons même, le droit, s’il est encore temps, de ne pas le faire » Vous avez totalement raison. le probleme est que L’UMP-UDF et leurs amis du PC-PS-Verts, islamise la france a force d’ immigration-invasion, discrimination positive (disons-le preference etrangere), conseil francais musulman, etc. sur le dos des contribuables francais. Amities Amities

    Répondre
  7. Didier

    24/03/2004

    Je m’adresse à tous les intervenants habituels de ce forum, ceux qui lisent et prêtent vraiment attention aux articles de notre journal les 4 vérités, abonnés récents ou anciens goûtant la pensée libérale dans toutes ses subtilités les plus diverses. D’autres personnes sont venues, la semaine dernière, accueillies avec bienveillance par les tenants de ce site, pour déverser leurs préjugés, leurs imprécations pathologiques, leurs injures, bien trop longues pour être lues jusqu’au bout car lassantes et rébarbatives. Ce qui est excessif est toujours dérisoire, chacun le sait ; les ignorer n’est ce pas la meilleure des réponses ? Il s’avère que ces vrais démocrates tolérants et humanistes, grands protecteurs du droit à la différence surtout lorsqu’elle est bien colorée ( !), ne supportent pas, non pas la contradiction, mais seulement le fait d’exprimer une simple opinion différente de la leur. A ceux qui ont commis l’imprudence de préciser leur adresse courriel, ils envoient quantité de virus… Nous savions que eux seuls détenaient la vérité absolue, nous savons maintenant qui ils sont… les dignes héritiers de Pol Pot ou de Céaucescu. Pour terminer, chose non lue dans toute cette longue série de messages : un grand merci au webmaster pour son ouverture d’esprit et pour avoir permit la libre expression la plus large.

    Répondre
  8. HyPNOS

    24/03/2004

    Oui vous avez raison, mais le problème ne se borne pas là. Vous semblez limiter le problème à la seule minorité ‘intégriste’ de l’islam. Or, le problème réside surtout dans la dilution de l’occident actuel – et de sa liberté – dans l’islam communément pratiqué par la majorité des musulmans. Faut-il rappeler l’ensemble des régressions que véhicule cette religion ? Faut-il rappeler qu’une musulmane ne peut se marier à un apostat ou à un non-musulman ? Faut-il rappeler que l’excision, le viol, le sacrifice d’animaux vivants, les femmes voilées, sont pratiqués par cette majorité ‘paisible’ ? La réponse est non à chaque fois. Non car tout le monde le sait ou feint de l’ignorer, à l’exception peut-être des idiots et des ignorants adroitement manipulés par les médias. A l’exception aussi d’une classe politique corrompue qui escompte bien récupérer le vote des musulmans. Il suffit pourtant d’un peu de bon sens -effectivement- pour comprendre que cette population ne ‘s’assimile’ pas. Le refus du mariage -hors de leur religion ou de leur race- (qui sont d’ailleurs les vrais racistes ?)ne permettra pas à cette communauté de se fondre dans les valeurs de notre république gréco-latine. Et si les musulmans refusent de se mélanger, ils formeront tôt ou tard -comme au Kosovo- une communauté hétérogène suffisamment importante pour déséquilibrer le pays. Est-il besoin de rappeler les chiffres concernant leur croissance démographique galopante sur notre sol ? Ils se reproduisent nombreux -et vite- ce qui laisse présager une croissance massive du taux de musulmans en france à l’horizon 2025-2030. Est-il besoin de rappeler que le pouvoir en France se conquiert par les urnes ? A l’évidence non . Et pourtant, tout le monde semble là aussi ignorer que dans 20 ans, notre belle démocratie pourrait bien basculer dans l’islam après un vote majoritaire des musulmans. Hitler est arrivé au pouvoir par le vote démocratique ne l’oublions pas. Le fascislamisme est en bonne voie pour faire de même…

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)