«Il n’y aura jamais d’Islam à la mode française, ni européenne»

Posté le avril 18, 2011, 6:00
3 mins

Le frère Édouard-M. Gallez, Docteur en théologie et en histoire des religions, auteur du Messie et son Prophète, aux origines de l’islam fait le constat «d’une société coincé entre laïcisme et islam» et de la complicité des médias dans la «victimisation» des musulmans.

Le laïcisme des médias a une conséquence pire encore. Il entretient, voire suscite, une atmosphère de «victimisation». Rien n’est pire que d’enfermer un groupe humain dans l’idée qu’il est victime, donc qu’il a une revanche à prendre. En pratique, cela veut dire au minimum qu’il ne doit rien à la société mais qu’il est là pour prendre. Au pire, cela légitime à l’avance tout ce qui sera fait pour «rétablir la justice».

S’il existe un Islam spécifique à la France ou à l’Europe, il ne va pas dans le sens de l’intégration.

Dans le passé, de grosses vagues d’immigration ont eu lieu, non sans problème ; mais deux différences majeures les distinguent de la situation actuelle. D’abord une question de nombre. Installer puis intégrer 250 000 immigrés par an est un défi gigantesque, et la seule chose que fasse la République est de payer pour qu’on vienne s’installer sur son territoire (la situation est à peu près semblable ailleurs en Europe de l’ouest). […] L’autre différence est plus grave encore. Anciennement, la majorité des migrants étaient porteurs d’une tradition chrétienne. […]

De fait, on n’est pas seulement devant la simple utilisation stratégique d’un concept visant à culpabiliser toute critique de l’Islam sous couvert de racisme ; un véritable phénomène de «victimisation» se joue dans l’amalgame entretenu entre « musulman» et «Islam» ; et il est complaisamment relayé par les médias qui présentent les musulmans comme «stigmatisés» par les méchants Européens – pour reprendre un mot très à la mode dans ce petit monde qui n’habite pas en banlieue et dont la voiture ne risque pas de brûler. Cette mentalité de «victime» a même gagné des milieux plus étendus que ceux de l’Islam et où l’on se proclame innocent quoi qu’on ait fait, même si toutes les preuves du contraire sont là. […]

(via )

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)