impudique et violent

impudique et violent

Adeline Blondieau est interrogé aujourd’hui dans France-Soir sur ses récents « problèmes » après la Ferme célébrité :

F.-S. Que reprochez-vous à Farid Khider, avec lequel vous avez eu une violente altercation pendant l’émission ?


A. B.
De m’avoir fait passer pour une raciste. Je ne peux pas avoir de respect pour un homme qui a montré ses parties génitales et s’est masturbé devant nous. Au bout d’un moment, ça suffit ! Le truc, c’est que dans La Ferme, il est tombé sur des filles qui ont eu peur et qui se sont tues. Malheureusement pour lui, j’ai 40 ans et j’ai une grande gueule.

Puis l’actrice raconte le calvaire de son fils à l’école dès la fin de l’émission :

« Il est scolarisé à Colombes où il y a une importante population maghrébine. Quand on a traité sa mère de raciste, en racontant que je disais du mal des femmes qui portent la burka, il s’est fait fracasser.Il est rentré un soir avec son pull déchiré et des bleus partout. Il a fallu que j’intervienne à l’école et que j’explique à certains jeunes ce qu’était réellement la télé-réalité, que le prisme par lequel on m’avait vu n’était pas la réalité. »  Lire l’interview complète sur France-Soir

Partager cette publication

(4) Commentaires

  • gérard Répondre

    D’accord pour la guerre civile à condition que ce soit une ST Bathélémy … et le plus vite possible car dans quelques années nous serons en minorité …

    09/08/2010 à 13 h 28 min
  • OVELACQ Répondre

    Le pays se dirige tout doucement vers la guerre civile.

    04/08/2010 à 11 h 31 min
  • Glav Répondre

    Le français est entretenu dans la peur d’ouvrir sa bouche. C’est le plus barbare, le plus sauvage, le moins civilisé qui impose sa volonté.
    Impressionnant, dans un pays libre.

    04/08/2010 à 0 h 33 min
  • gérard Répondre

    Ils sont chez eux avec la bénédiction des journalistes particulièrement … parce que ce sont les journalistes qui sont à l’affut de tout ce qui serait normal dans notre monde, mais qui peut être monté en épingle et qu’ils déguisent en scandale. C’est aux journalistes que l’on doit le politiquement correct …En 1789 on en a guillotiné quelques uns …!

    04/08/2010 à 0 h 06 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: