La Grande Mosquée de Poitiers de tendance Ennahda ?

Posté le novembre 16, 2011, 5:00
3 mins

P1333002D1396980G_px_512_.jpg

On savait déjà que l’imâm Boubaker El Hadj Amor, président du Conseil Régional du Culte Musulman (CRCM)  de Poitou-Charente, est membre de l’UOIF, fédération d’associations dont les membres ne cachent pas leur appartenance à la mouvance des Frères Musulmans (voir mes livres). On connait aussi sa fonction de dirigeant au sein de l’école d’imâms de l’UOIF, l’IESH, dont on ne comprend pas comment elle n’est pas interdite pour raison de sécurité nationale, le cheikh Yussuf Al-Qaradawi, élogieux à l’égard du terrorisme du Hamas, voyant derrière Hitler une main divine, qui enseigne aux fidèles le meurtre des apostats et des homosexuels, y donne des conférences aux apprentis imâms en tant que membre du « conseil scientifique »…

aboubakrrr.png

En consultant la page Facebook de Boubaker El Hadj Amor, il n’est donc pas étonnant de voir qu’il soutient le parti islamiste Ennahda, le lien arrivant effectivement ici.

bopu.jpg

Nous avions rappelé les prises de positions du président de Ennahda, Rached Ghannouchi. Il confirme que ceux qui abjurent l’islam méritent la peine de mort, que la laicité est étrangère à l’islam et que la charia doit gouverner les hommes, non la démocratie. Tout cela de manière bien réfléchie dans ses ouvrages dont nous avons publié les passages extrémistes en Français.

Le maire socialiste Jacques Santrot et son équipe soutient ce projet de mosquée depuis la signature du permis de construire en 2003. Collaborateur de Jacques Santrot, Abderrazak Halloumi, élu PS et présenté comme  « un spécialiste de l’histoire des religions  » affirma à la Nouvelle République: « de par sa position de ville relais entre le nord et le sud, Poitiers devrait avoir une mosquée centrale, une mosquée cathédrale. La mosquée aurait sa place dans le projet Cœur-d’agglo. On veut un Islam à la française, il faut s’en donner les moyens. »

Et des moyens, la mairie socialiste en a donné aux islamistes : la ville a voté 150 000 euros pour aménager une mosquée provisoire en attendant l’ouverture de la grande.

Comment s’étonner ensuite que des riverains  excédés aient incendié la mosquée en construction si la République Française  laisse les islamistes étrangers implanter leurs mosquées ostentatoires avec minarets au coeur de nos villes? Choisir Poitiers pour y planter un minaret relève de la provocation caractérisée. Les citoyens doivent-ils rester les bras croisés et subir l’irruption d’un nouveau totalitarisme à leur porte?

Joachim Véliocas

(source islamisation.fr)

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)